Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sibylle

 | 
Monique Bouquet
, 
Françoise Morzadec

Cassandre et/ou La Sibylle : les voix dans l’Alexandra de Lycophron

Christophe Cusset

Texte intégral

  • 1 Le poème est déjà qualifié de « poème obscur » par l’article de la Souda consacré à Lycophron.
  • 2 Le locuteur principal (ou primaire) est un esclave qui a la charge de garder la prison de Cassandre (...)
  • 3 Al. 30 :
    τοιῶνδ'ἀπ'ἀρχῆς ἦρχ' Άλεξάνδρα λόγων
    « dès le début, elle débita de telles allégations, Alex (...)
  • 4 Al. 1-2 :
    Λέξω τά πάντα νητρεκῶς. ἄ μ’ἱστορεῖς,
    ἀρχῆς ἀπ’ἄκρας

    Μ Je dirai tout, sans détour, tout ce (...)

1L’Alexandra de Lycophron est connue comme étant le « poème obscur » par excellence 1, et cette obscurité tient à la fois à la forme poétique choisie par le poète, au sujet même du poème qui est une longue prophétie sur l’avenir de Troie, au statut des locuteurs, et surtout à celui du locuteur secondaire 2, à savoir Alexandra, alias Cassandre, qui pour l’occasion est désignée par cet autre nom qui convient si bien pour faire le lien avec le présent alexandrin des poètes de la Bibliothèque du Musée et qui est sans doute motivé par un jeu onomastique lié à l’activité divinatoire de Cassandre. Le prologue, prononcé par le gardien de la prison de Cassandre, met en effet en évidence cette fausse étymologie du nom de la jeune fille éponyme et le vers 303 fait directement écho, par ses sonorités et ses reprises de mots à l’incipit du poème4 ; ce rapprochement invite à lire le nom 'Αλεξάνδρα comme l’accomplissement du verbe initial λέξω, ce que confirme la collocation à la fin du vers 30 des termes Αλεξάνδρα et λόγων. D’emblée se pose donc la question de la parole et de la multiplicité des voix. « Alexandra » est celle qui porte la voix d’Apollon, mais qui ne peut se faire entendre et doit pour parler prendre l’intermédiaire d’un porte-parole officiel.

2Cet étrange poème est donc, du point de vue de sa construction, un enchâssement de deux voix, au moins : d’une part, au centre, la voix de Cassandre, qui est contrainte à l’enfermement par son père Priam et qui ne cesse de déverser des prophéties ininterrompues ; d’autre part, la voix de son gardien, qui intervient en propre à l’ouverture et à l’épilogue du poème et par lequel passe en fait la voix de Cassandre. La conclusion qu’il donne de cette longue logorrhée divinatoire mérite d’être citée (Alexandra, vers 1461-1471) :

  • 5 « Voilà ce qu’elle déclarait et, revenant d’un pas brusque, elle marchait jusqu’au fond de sa cellu (...)

Τόσσ'ήγόρευε καὶ παλίσσυτυς ποσὶν
ἔβαινεν εἱρκτῆςέντός, ἐν δέ καρδὶα
Σειρῆνος ἐστέναξε λοίσθιον μέλος,
Κλάρου Μιμαλλών ἤ Μελαγκραίρας κόπις
Νησοϋς θυγατρός, ἤ τι Φίκιον τέρας
ἑλικτά κωτίλλουσα δυσϕράστως έπη.
ἐγὼ δὲ λοξὸν ἦλθον ἀγγέλλων, ἄναξ,
σοὶ τόνδε μῦθον παρθένου ϕοιβαστρίας,
ἐπεὶ μ’ἔταξας ϕύλακα λαΐνου στέγης
καὶ πάντα ϕράζειν κἀναπεμπάζειν λόγον
ἐτητύμως ἄψορρον ὤτρυνας τρόχιν5

  • 6 Cet épilogue fait d’ailleurs directement écho (cf. les reprises de mots) au prologue prononcé par l (...)
  • 7 Cette marginalité est exprimée déjà par Euripide dans les Troyennes, vers 168-173 : cf. l’analyse d (...)
  • 8 Voir sur ce thème G. Sissa, Le Corps virginal, p. 58-59.
  • 9 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 78.

3Cette évocation finale de la jeune prophétesse est intéressante à plusieurs titres. Le gardien rappelle tout d’abord l’enfermement de la jeune femme, au moment précis où la prophétie s’achève et où le texte se referme sur lui-même 6, et le retour de la jeune fille au fond de sa cellule pourrait bien être métaphorique de la parole retenue, et la prophétie une manière d’exprimer une liberté contrôlée, une libération, certes temporaire, mais irrévocable. Cette claustration de Cassandre est en effet un élément caractéristique de la prophétesse qui a un statut particulier, qui est exclue du monde et de sa famille même, radicalement marginalisée et différente de par son indécente virginité notamment 7. L’enfermement de Cassandre est la traduction emphatique du thème de l’isolement dans lequel se trouve la prophétesse, et même toute prophétesse : Cassandre n’est pas seulement une vierge solitaire, détachée du monde extérieur, mise à distance des hommes pour être plus proche du dieu qui l’inspire 8 ; elle se trouve surtout privée de tout interlocuteur et ne vient parler qu’à elle-même, sans que personne ne lui demande rien ; n’étant interrogée par personne, elle profère une parole qui n’a pas de destinataire immédiat ou patent, en dehors du gardien qui n’écoute pas pour lui-même ni ouvertement, mais espionne en cachette pour le compte de Priam 9.

  • 10 Notons qu’il n’y a pas ici d’assimilation directe de Cassandre à la Sirène : c’est seulement leur c (...)
  • 11 Voir déjà Eschyle, Ag. 1315-6 :
    ’Iὼ ξένοι
    οὔτοι δυσοίζω θάμνον ώς ὄρνις ϕόβῳ
    « Ah ! étrangers... Ne v (...)

4Le gardien évoque ensuite le double statut de la parole qui ne peut jamais être une parole directe. La parole est d’abord répétée et rapportée : le gardien insiste lourdement sur la charge qui est la sienne et les verbes ϕράζειν κἀναπεμπάζειν forment une redondance calculée et significative de cette élocution particulière ; il ne suffit pas que la parole soit prononcée ; elle doit encore être recueillie et redite pour prendre sa valeur. Elle doit être comme mise en scène. Cette première caractéristique de la parole, prise en charge par des voix successives, est liée intimement à un autre trait du discours prophétique, lui aussi fortement souligné par le gardien : son caractère oblique, obscur, qui est bien connu. La parole prononcée par Cassandre, désignée d’abord comme un chant (μέλος), comparée au chant mortifère des Sirènes 10 – et c’est déjà l’indication que cette parole a une dimension poétique propre, et qu’elle n’est pas simplement informative —, est ensuite présentée comme émanant avec difficulté (δνσφράστιως), c’est-à-dire de manière difficilement compréhensible, tel le chant des oiseaux 11 qui n’est pas immédiatement signifiant, et émanant sous forme d’έλικτὰ … ἔπη, expression glosée aux vers suivants par λοξὸν … μῦθον : les adjectifs employés pour dire l’obscurité des propos tenus relèvent de la métaphore spatiale et suggèrent bien l’égarement de l’auditeur qui ne sait comment suivre les méandres de la signification.

  • 12 Voir notamment les derniers mots prononcés par Cassandre (Al. vers 1451-1460) :
    Τί μακρά τλήμων εἰς (...)
  • 13 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 78.

5Ce caractère incompréhensible de la prophétie de Cassandre comporte une double conséquence : d’une part, Cassandre n’est jamais crue dans ce qu’elle annonce ; d’autre part, la conscience qu’elle a de son échec divinatoire et de l’incrédulité de ceux qui pourraient l’entendre lui donne une portée éminemment tragique 12, en ce qu’elle reste totalement impuissante à pouvoir sauver sa patrie en dépit de ce qu’elle sait 13. Cassandre apparaît donc comme une figure emblématique de la jeune prophétesse soumise à Apollon, auquel elle a bien physiquement échappé, mais qui reste maître de la prophétie. Le délire prophétique vient en effet remplacer le désir non assouvi du dieu et le corps intact de la prophétesse n’est que la contrepartie d’une violation sans cesse renouvelée par les visions que le dieu prodigue. Au refus corporel d’un jour, le dieu répond par une passion prophétique sans fin.

  • 14 C’est ce que pensaient les Anciens. Il est attesté à partir de l’époque hellénistique chez Callimaq (...)
  • 15 Cf. Plut. Alex. 1 ; Nonnos, I, 34 (voir la note de F. Vian, ad loc., p. 135-136 où se trouvent les (...)
  • 16 Cf. Hymne Homérique à Apollon, 40. Hymne Homérique à Artémis, 5. Voir G. Von Holzinger, Lykophron ’ (...)
  • 17 Cf. Al., v. 4 (αἰόλον στόμα), 5 (ἂσπετον χέασα παμμιγῆ βοὴν) et 28 (βακχεῖον στόμα).
  • 18 Cf. ἔνθεος, Al. v. 28.
  • 19 Cf. A. Iriarte, « Le chant interdit de la clairvoyance », p. 44.
  • 20 La femme en cela s’oppose à la pratique divinatoire masculine qui repose sur les capacités raisonna (...)
  • 21 La féminité du discours de Cassandre est sensible notamment dans le ton plaintif qu’elle adopte (so (...)

6Cette emprise d’Apollon justifie les assimilations qui sont proposées par le gardien pour désigner Cassandre. Une première assimilation est faite avec une bacchante d’un genre particulier : Κλάρου Μιμαλλὼν Si le terme, apparemment macédonien 14, Μιμαλλὼν désigne, d’ordinaire au pluriel, les prêtresses du culte orgiaque de Bacchos et équivaut le plus souvent au terme plus courant de Bacchante 15, il est ici curieusement associé au toponyme Κλάρος qui désigne un haut-lieu du culte d’Apollon en Ionie 16. Cette désignation oxymorique permet de mettre en étroite relation les deux éléments primordiaux de la situation de la prophétesse : celle-ci se trouve d’une part dans un état extatique – décrit d’emblée par le gardien dans le prologue 17 –, prononçant des propos mêlés, délirants, effrayants, état qui est facilement assimilé au délire bachique ; elle entretient d’autre part une relation étroite avec Apollon qui l’inspire 18. Cette extase prophétique apollinienne, qui est également traduite ici par le terme ϕοιβαστρίας (v. 1468), est l’expression, ici quasiment théâtralisée, de l’union mystique entre le dieu et la fille de Priam, conditionnée par une première rencontre de type érotique placée sous le signe du refus, refus dont cette extase est la conséquence immédiate sans cesse renouvelée, en ce qu’elle réitère, par sa violence même et sa vanité prophétique, le refus exprimé par Cassandre à l’adresse de la passion d’Apollon 19. Le dérèglement discursif de Cassandre – d’autant plus sensible ici que la prophétie a une longueur excessive, emphatique – qui se traduit par l’usage d’images multiples jusqu’à la saturation, par l’emploi d’un cryptage presque systématique des noms et des lieux, par des associations d’idées, par des jeux de lettres et de sonorités typiques de l’époque alexandrine, ce dérèglement discursif est complémentaire d’un dérèglement des sens, proprement féminin, dans le cadre de l’inspiration divinatoire 20. La condition féminine qui unit Cassandre et les Bacchantes est ainsi la condition déterminante de sa particularité prophétique et de son obscurité: le discours de Cassandre est obscur aussi parce qu’il est émis par un locuteur féminin 21, qui ne participe pas au logos masculin de la cité.

  • 22 L’information est transmise par le Ps. -Arist. Mir. 95, 838a9. Au départ il s’agit d’un adjectif qu (...)
  • 23 Il y a en réalité des assimilations rapides entre plusieurs personnages, notamment entre la Sibylle (...)

7Ces caractéristiques justifient également la seconde assimilation – nettement plus novatrice et inattendue – avec la Sibylle de Cumes que désigne l’expression Μελαγκραίρας κόπις / Νησοῦς θυγατρός (v. 1464-1465). Μελαγκραίρα semble bien être en effet le nom porté par la Sibylle de Cumes 22 et l’ascendance qui suit confirme cette dénomination, car Néso est la fille de Teucer – ce qui nous rattache au cycle troyen et justifie l’assimilation entre les deux prophétesses – et cette Néso épousa Dardanos dont elle eut une fille, notre Sibylle. Ce nom (et cette version) rarissime (s) n’ont pas lieu d’étonner dans un poème comme l’Alexandra: la généalogie complexe (sinon douteuse 23) permet ici d’établir un lien entre Italie et Troade (et au-delà bien sûr Alexandrie) et d’aplatir les données chronologiques dans une synchronie généralisée très efficace ; le nom Μελαγκραίρα est aussi choisi sans aucun doute pour son rapport avec le caractère obscur des prophéties de la jeune fille en ce que le premier élément du composé, μέλας doit être rattaché au thème omniprésent dans le poème de l’obscurité, qualification métaphorique élémentaire de tout discours énigmatique.

8Toutefois l’assimilation de Cassandre à la Sibylle ne se limite pas à cette caractéristique de la parole féminine énigmatique ; elle doit être complétée par deux autres éléments – la virginité et le lieu clos de sa résidence – que mettent en évidence les quelques vers qui sont consacrés à la Sibylle dans la prophétie même de Cassandre (Alexandra, vers 1270-1280) :

  • 24 « Aussi, jugé même par ses ennemis de très pieux, il [Énée] fondera la patrie la plus chantée pour (...)

τῷ καὶ παρ’ ἐχθροῖς εὐσεβέστατος κριθεὶς 1270
τήν πλειστον υμνηθείσαν έν χάρμαις πάτραν
ἐν ὀψιτέκνοις ὀλβίαν δωμήσεται,
τύρσιν μακεδνὰς ἀμϕὶ Κιρκαίου νάπας
Ἀργοῦς τε κλεινὸν ὃρμον Αἰήτην μέγαν
λίμνης τε Φόρκης Μαρσιωνίδος ποτὰ
Τιτώνιόν τε χεῦμα, τοῦ κατὰ χθονὸς
δύνοντος εἰς ἄϕαντα κευθμῶνος βάθη,
Ζωστηρίου τε κλιτύν, ἔνθα παρθένου
στυγνὸν Σιβύλλης ἐστὶν οἰκητήριον,
Υρόνῳ βερέθρῳ συγκατηρεϕὲς στέγης24. 1280

  • 25 Pour le rapprochement, voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 76, (...)

9On voit ici qu’un lien s’établit – par le biais des associations géographiques – entre le monde troyen représenté par Énée, décrit comme le fondateur de la nouvelle Troie en Occident, et le séjour italien de la Sibylle sur lequel s’achève la période descriptive. La demeure de la Sibylle, désignée d’emblée comme « odieuse », doit ce qualificatif à sa situation souterraine (κατὰ χθονὸς) qui empêche toute lumière d’y pénétrer : l’obscurité des paroles prophétiques prononcées par la Sibylle est à l’image du lieu obscur où elle se tient ; cet espace en outre est totalement refermé et le vers 1280 est saturé de termes exprimant la clôture, la protection, l’abri. Ces différents éléments permettent d’établir une relation assez étroite avec la prison de Cassandre, évoquée aux vers 259-351 25 :

  • 26 « plongée entre les parois d’une chambre virginale de pierre, sans toit, sous l’abri sans plafond d (...)

ἐν παρθενῶνος λαΐνου τυκίσμασιν,
ἂνις τεράμνων, εἰς ἀνώροϕον στέγην
εἱρκτῆς ἁλιβδύσασα λυγαίας δέμας26.

  • 27 Voir M. Fusillo, A. Hurst, G. Paduano, Licofrone. Alessandra, p. 198.
  • 28 Voir Eschyle, Pr. 646 ; Euripide, I. T. 826 ; Phen. 89.
  • 29 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 81 et surtout G. SISSA, Le (...)

10Même si l’on quitte ici le monde souterrain, la demeure garde les mêmes caractéristiques d’obscurité. C’est toujours la privation de lumière, le déclassement, l’isolement, l’enfermement qui sont exprimés 27. Or, ce séjour austère est ici audacieusement désigné par le terme παρθενών, qui signifie proprement « appartement de jeune fille 28 » : ce nom semble bien ici indiquer, avec une cruauté ironique et lucide, que Cassandre comprend son état de jeune fille comme un état de soumission et d’isolement et que la prison où elle demeure exprime concrètement sa condition. Toutefois, si les espaces qu’occupent Cassandre et la Sibylle se ressemblent, c’est aussi parce que leur situation est semblable : les deux prophétesses se confondent dans leur virginité 29. Si Cassandre habite une prison qui est un παρθενών, la Sibylle est bien présentée comme une πάρθενος (v. 1278). La mise à l’écart dans un lieu solitaire n’est rien d’autre qu’une expression sociale de la distance qu’instaure par sa virginité la jeune fille avec le reste du monde. Cette virginité, qui est présentée pour Cassandre comme un refus de se donner à Apollon, comme une marque de rébellion à l’emprise du dieu, a d’ailleurs une conséquence directe sur la parole proférée : en refusant l’union du dieu, la prophétesse échappe à toute relation et son discours lui-même échappe à toute relation de communication en restant incompréhensible.

  • 30 Voir S. Crippa, « Cassandre, figure sonore ».
  • 31 Sur la mise en abyme dans l’Alexandra, voir M. Fusillo, « L’Alessandra di Licofrone : racconto epic (...)

11Tout est donc ici lié: l’espace de la prison obscure, la mise à distance, la virginité rebelle, la parole énigmatique, la vocalisation imagée extatique, la multiplicité des niveaux d’énonciation dans le poème, tout cela est l’expression diverse d’une même figure sonore 30, à la fois contrainte et insaisissable, à la fois surchargée de sens et incompréhensible, d’une voix qui appartient à toutes les époques du passé et de l’avenir sans pouvoir être efficace dans le présent, – précisément parce que le présent est entièrement occupé par le passé et le futur –, d’une voix qui en dit trop pour être prise au sérieux. Il n’est pas étonnant que Cassandre évoque ainsi la Sibylle : cette évocation passagère permet d’envisager une mise en abyme du discours prophétique de la fille de Priam 31 qui ne fait qu’intensifier le vertige des voix dans le poème alexandrin. Cassandre en effet trouve un écho de sa propre voix dans le chant de la Sibylle.

12Or, si la Sibylle permet au gardien de donner une information à Priam sur l’état de sa fille, Cassandre d’une manière réciproque peut nous renseigner sur une certaine représentation hellénistique de la Sibylle. L’association des deux prophétesses laisse en effet supposer tout d’abord non seulement la virginité, mais encore la jeunesse de la prophétesse de Cumes ; comme Cassandre ensuite, la Sibylle ne devrait pas prononcer une parole dans une communication dialoguée, mais s’exprimerait dans un discours monologal qui ne formerait qu’un tout difficile à interrompre et mal commode à comprendre et analyser ; sa parole prophétique présenterait aussi la contradiction d’être à la fois libre et contrainte : en tant que parole non écrite, elle s’échappe d’une manière irrépressible, mais elle est nécessairement canalisée, véhiculée par une autre voix.

13On voit donc que curieusement ces deux voix féminines obscures s’éclairent mutuellement et il n’est sans doute pas anodin que, chez Lycophron, la Sibylle acquière ainsi un statut métaphorique : le chant de la Sibylle ne sert pas qu’à expliquer le cours total des événements du monde ; il est d’abord – notamment parce qu’il est évoqué à la clausule du poème – à comprendre comme une clé interprétative, comme une explication de l’origine de toute déclamation poétique.

Notes

1 Le poème est déjà qualifié de « poème obscur » par l’article de la Souda consacré à Lycophron.

2 Le locuteur principal (ou primaire) est un esclave qui a la charge de garder la prison de Cassandre et de se rappeler les prophéties de la jeune fille pour les transmettre au seul roi Priam. Il n’intervient en son nom propre qu’au début et à la fin du poème. Tout le reste est un discours rapporté où il prête sa voix à Cassandre qu’il n’est pas possible d’entendre.

3 Al. 30 :
τοιῶνδ'ἀπ'ἀρχῆς ἦρχ' Άλεξάνδρα λόγων
« dès le début, elle débita de telles allégations, Alexandra. »

4 Al. 1-2 :
Λέξω τά πάντα νητρεκῶς. ἄ μ’ἱστορεῖς,
ἀρχῆς ἀπ’ἄκρας

Μ Je dirai tout, sans détour, tout ce que tu me demandes, dès le tout début. » Notez que le vers 29 porte l’expression άπ’ ἄκρων qui fait écho, en chiasme, à άπ’ἄκρας ici au vers 2.

5 « Voilà ce qu’elle déclarait et, revenant d’un pas brusque, elle marchait jusqu’au fond de sa cellule. Dans son cœur, elle gémit un ultime chant de Sirène, telle une bacchante de Claros, une Mélancraïra, la fille prophétesse de Nésô, ou telle un monstre du Phikion, babillant des paroles tortueuses avec difficulté. Moi, je suis venu te rapporter, ô seigneur, cet oblique langage d’une vierge prophétesse, puisque tu m’as établi le gardien de sa chambre de pierre et que tu m’as poussé à te dire et te répéter à nouveau son discours en fidèle messager. »
Dans ce passage, certains noms méritent des explications qui arriveront plus loin. Notons déjà que le Phikion est un mont thébain où se tenait la Sphinge.

6 Cet épilogue fait d’ailleurs directement écho (cf. les reprises de mots) au prologue prononcé par le gardien. Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 79.

7 Cette marginalité est exprimée déjà par Euripide dans les Troyennes, vers 168-173 : cf. l’analyse d’A. Iriarte, Parole énigmatique, parole féminine. À propos du langage figuré et de quelques figures dans la tradition grecque, p. 181.

8 Voir sur ce thème G. Sissa, Le Corps virginal, p. 58-59.

9 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 78.

10 Notons qu’il n’y a pas ici d’assimilation directe de Cassandre à la Sirène : c’est seulement leur chant qui a un caractère commun qui est d’entraîner la mort. Sur le chant mortifère de la sirène, voir Sophocle, fr. 861 Radt.

11 Voir déjà Eschyle, Ag. 1315-6 :
’Iὼ ξένοι
οὔτοι δυσοίζω θάμνον ώς ὄρνις ϕόβῳ
« Ah ! étrangers... Ne voyez pas en moi un oiseau qui pépie, effrayé, devant un buisson. » (trad. P. Mazon).
Cf. A. Iriartf., « Le chant interdit de la clairvoyance », p. 45 et S. Crippa, « Cassandre, figure sonore »,p. 82.

12 Voir notamment les derniers mots prononcés par Cassandre (Al. vers 1451-1460) :
Τί μακρά τλήμων εἰς ἀνηκόους πέτρας,
εἰς κῦμα κωϕόν, εἰς νάπας δασπλήτιδας
βαύζω. κενὸν ψάλλουσα μάστακος κρότον ;
πίστιν γὰρ ἡμῶν Λεψιεὺς ἐνόσϕιοε.
ψευδηγόροις ϕήμαισιν ἐγχρίσας ἒπη.
καὶ θεσϕάτων πρόμαντιν άψευδῆ ϕρόνιν.
λέκτρων στερηθεὶς ὧν έκάλχαινεν τυχεῖν.
θήσει δ'ἀληθῆ. σὺν κακῷ δέ τις μαθών.
Ὅτ'οὐδὲν ἔσται μῆχος ὠϕελεῖν πάτραν.
τὴν ϕοιβόληπτον αἰνέσει χελιδόνα.
« Pourquoi si longtemps, pauvre de moi, vers d’insensibles rochers, vers une onde sourde, vers de terribles vallons boisés, gronder en faisant vibrer l’inanité sonore de mes mâchoires ? Car, de tout crédit, Lepsieus nous a privée, en enduisant de rumeurs mensongères nos paroles ainsi que la sagesse prophétique véridique de nos prédictions, après avoir été frustré de la couche qu’il brûlait d’obtenir. Mais il les rendra vraies. Et, instruit dans le malheur, quand il n’y aura aucun moyen de sauver la patrie, plus d’un fera l’éloge de l’hirondelle soumise à Phoïbos. »

13 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 78.

14 C’est ce que pensaient les Anciens. Il est attesté à partir de l’époque hellénistique chez Callimaque (fr. 503 Pfeiffer et le commentaire ad loc., p. 371), Lycophron et Euphorion. Les Anciens rapprochaient ce terme du verbe μιμεῖσθαι, prétendant que les Bacchantes étaient désignées ainsi à cause de leur comportement qui « imite » Dionysos.

15 Cf. Plut. Alex. 1 ; Nonnos, I, 34 (voir la note de F. Vian, ad loc., p. 135-136 où se trouvent les expressions parallèles chez Nonnos).

16 Cf. Hymne Homérique à Apollon, 40. Hymne Homérique à Artémis, 5. Voir G. Von Holzinger, Lykophron ’ s Alexandra, p. 387.

17 Cf. Al., v. 4 (αἰόλον στόμα), 5 (ἂσπετον χέασα παμμιγῆ βοὴν) et 28 (βακχεῖον στόμα).

18 Cf. ἔνθεος, Al. v. 28.

19 Cf. A. Iriarte, « Le chant interdit de la clairvoyance », p. 44.

20 La femme en cela s’oppose à la pratique divinatoire masculine qui repose sur les capacités raisonnables et intellectuelles propres du sujet. Cf. A. Iriarte, « Le chant interdit de la clairvoyance », p. 45.

21 La féminité du discours de Cassandre est sensible notamment dans le ton plaintif qu’elle adopte (son premier mot dans l’Alexandra est αὶαῖ au vers 31). La lamentation est un mode d’expression d’abord féminin. Cf. H. Monsacré, Les Larmes d’Achille. Le héros, la femme et la souffrance dans la poésie d’Homère, p. 158-166.

22 L’information est transmise par le Ps. -Arist. Mir. 95, 838a9. Au départ il s’agit d’un adjectif qui signifie « à tête noire ». Tous les commentateurs comprennent ici l’adjectif comme un anthroponyme ; à vrai dire, il n’est pas impossible de le considérer ici aussi comme un adjectif.

23 Il y a en réalité des assimilations rapides entre plusieurs personnages, notamment entre la Sibylle de Cumes et la Sibylle érythréenne. Sur les différentes Sibylles, voir H. W. Parke, Sibyls and Sibylline Prophecy in Classical Antiquity, passim.

24 « Aussi, jugé même par ses ennemis de très pieux, il [Énée] fondera la patrie la plus chantée pour ses victoires, une cité prospère pour ses descendants, une citadelle auprès des profondes vallées du Kircaïon, du célèbre port d’Argô dans la rade du grand Aiétès, des eaux du lac Phorcé dans le pays des Marses, du cours Titônien, dont les eaux plongent sous terre dans les invisibles profondeurs, et du promontoire de Zostérion, là où se trouve la demeure hideuse de la vierge Sibylle, sous le couvert d’un antre caverneux qui l’abrite. »
Le Zostérion est une montagne située près de Cumes.
Voir Aen VI, 10 : « Horrendaeque procul secreta Sibyllae, Antrum immane petit ».

25 Pour le rapprochement, voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 76, n. 21.

26 « plongée entre les parois d’une chambre virginale de pierre, sans toit, sous l’abri sans plafond d’une obscure cellule ».

27 Voir M. Fusillo, A. Hurst, G. Paduano, Licofrone. Alessandra, p. 198.

28 Voir Eschyle, Pr. 646 ; Euripide, I. T. 826 ; Phen. 89.

29 Voir D. Neblung, Die Gestalt der Kassandra in der antiken Literatur, p. 81 et surtout G. SISSA, Le Corps virginal, p. 59-65.

30 Voir S. Crippa, « Cassandre, figure sonore ».

31 Sur la mise en abyme dans l’Alexandra, voir M. Fusillo, « L’Alessandra di Licofrone : racconto epico e discorso “drammatico” », p. 500-506.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540