Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À quoi bon la poésie, aujourd'hui ?

 | 
Claude Le Bigot

La poésie politique en Espagne, aujourd’hui : un nouvel espace de représentation

Claude Le Bigot

Texte intégral

  • 1 C. Le Bigot, « La poésie de l’expérience : figure de soi, figure de l’autre » in Europe, avril 2000 (...)

1Le débat historiographique sur la poésie politique a toujours placé au cœur de sa problématique la question du réalisme. Il s’agit de rendre compte d’une réalité identifiable selon les termes de l’analyse politique, en mettant en évidence des phénomènes d’aliénation et d’injustice considérés dans leurs présupposés collectifs, mais en les soumettant aux exigences du discours poétique. Si la prééminence du contenu sur la forme peut être encore matière à débat, on ne peut pas sous-estimer le travail particulier sur le signifiant. On a dit et écrit à satiété que la poésie politique était à la recherche d’un langage adéquate ; entendons par là la création d’un langage à la hauteur des exigences morales qu’implique toute forme d’engagement. Cela a pu se traduire au plan poétique par la recherche de la transparence, d’une forme de transitivité et surtout une pratique du prosaïsme qui tendait à éliminer toute forme d’opacité jugée idéologiquement suspecte. Le souci prosaïque a été un tremplin propice à la culture de masse et pouvait donner à la poésie un statut qui l’aurait fait sortir de son confinement. Il y avait dans l’Espagne franquiste des années 1950 des raisons historiques qui expliquaient la puissance d’un courant hégémonique que l’on a appelé, avec des risques de confusion, la « poésie sociale ». Mais cette pratique a eu ses détracteurs, au nom de préjugés idéologiques qui consistaient à dire que la muse ne pouvait pas s’abâtardir en descendant dans la rue ; d’autres ont mis en cause l’épuisement d’un cycle qui au plan politique s’était avéré inefficace et qui au plan esthétique n’était plus véritablement créateur. On connaît suffisamment la réaction culturaliste pour qu’il soit utile d’y revenir. Plus en profondeur, la tendance réaliste avait tout de même tourné le dos à l’apport considérable des avant-gardes européennes des années 1920-1930 qui avaient largement contribué à enrichir dans un échange réciproque le domaine hispanique. Il suffit de penser à quelques figures de proue comme Octavio Paz, Vicente Huidobro ou le Pablo Neruda « résidenciaire ». Mais passé l’affrontement culturaliste des années 1970, et lorsque celui-ci se fut décanté, on a assisté à un retour du réalisme par le biais d’une tendance que la critique a désigné à l’aide du concept de « poésie de l’expérience ». Le terme est aujourd’hui très galvaudé au point qu’il a perdu de sa valeur opératoire. J’en ai proposé une définition, il y a quelque temps ; je rappellerai simplement « qu’il s’agit d’une poésie centrée sur la connaissance du sujet à travers les contacts singuliers que le poète entretient avec la vie quotidienne1 ». Ce label s’est tout de même imposé à propos d’auteurs qui avaient été d’ardents défenseurs du réalisme social (Angel González, José Manuel Caballero Bonald, José Agustín Goytisolo) et des poètes plus jeunes qui s’expriment à partir de 1980 et qui revendiquent pleinement cet héritage, sous l’égide de Luis García Montero (Javier Salvago, Antonio Jiménez Millán, Javier Egea, Benjamin Prado, Andrés Trapiello, Jon Juaristi) et autour de ce que l’on peut considérer comme leur manifeste « Pour une autre sentimentalité ». Les positions alors définies entendaient réconcilier subjectivité et volonté politique qu’une conception étroite du réalisme avait eu tendance à dissocier. Dans ce débat théorique, émerge la question des pouvoirs de la poésie et sa capacité à nourrir une conscience critique en portant son regard sur un monde toujours énigmatique à partir de la réalité qui lui est propre : son rapport au langage. Redéfinir les contours d’une poésie politique aujourd’hui – qui ne puissent pas se confondre avec des indices thématiques explicites – revient à s’interroger sur le phénomène d’occultation idéologique que le discours poétique peut contribuer à dévoiler. Dans certaines conditions que nous essaierons d’expliquer, la poésie a un pouvoir corrosif vis-à-vis du prêt-à-porter idéologique, des conformismes politiques, de la culture officielle. En nous appuyant sur quelques exemples, empruntés principalement à l’œuvre de Jorge Riechmann nous essaierons de montrer comment s’articule cette nouvelle pratique dans une permanente dialectique entre langage et réalité.

Le langage de la réalité

  • 2 Cf. C. Le Bigot, L’encre et la poudre. Pour une sémantique de l’engagement dans la poésie espagnole (...)

2Il serait totalement erroné de croire que la poésie politique est identifiable à partir de thèmes qui seraient immédiatement porteurs d’idéologie politique. Sauf à tomber dans des vers de propagande – et certaines conjonctures historiques ont pu favoriser une telle éclosion – les poètes qui ont cherché à exprimer leur vision politique du monde, de la société ou d’un moment crucial dans l’histoire d’une collectivité, l’on fait en créant un langage oblique, indirectement porteur d’idéologie, en travaillant sur la métaphorisation, sur la performativité des énoncés susceptibles de favoriser l’adhésion à une communauté de pensées et de valeurs, en jouant d’avantage sur l’affectivité que sur la rationalité, surtout dans une période où une nation tente de régler son sort les armes à la main2. Mais en dehors des périodes de crises ou de belligérance, le sens politique de la poésie n’est pas lié à la grandiloquence, au sursaut épique, à la défense de vérités absolues. C’est l’érosion du sens critique qui a en partie ruiner les efforts de la poésie sociale. La difficulté de la poésie politique tient à son caractère conjoncturel, alors qu’elle se propose d’établir et de nourrir les liens plus généraux entre vie et culture. Les vertus révolutionnaires de la poésie, sa capacité à créer du sens relèvent plus de son pouvoir idéologique, susceptible d’ébranler les relations imaginaires qui s’établissent entre les individus, que d’une quelconque efficacité à l’encontre des pouvoirs en place. Ainsi considérée une poésie qui dénonce les exactions du tyran ou les facteurs d’oppression d’un système a la même valeur éthique qu’un manifeste syndical ; mais elle n’a peutêtre pas la même résonance publique. C’est cette illusion qui a causé le discrédit de la poésie sociale, et au passage cette conception a révélé son manque cruel de lucidité des poètes quant à la place de la parole dans le discours qu’ils tenaient sur la réalité. Pour réduire la distance entre le Moi et le monde, le Romantisme a proposé la sublimation et la sacralisation ; mais le réalisme ne débouche lui que sur la conscience du vide, l’impossible jointure entre les mots et le monde, le manque de plénitude que l’écriture tente de combler, du moins de déplacer à l’infini. Les liens entre poésie et politique se trouvent face au même défi : ou bien se mettre au service de l’utopie, mais les résultats ne sont pas à la hauteur des enjeux ou bien s’attaquer au code esthétique parce que c’est là que les résultats les plus tangibles sont possibles. Les pouvoirs de la poésie résideraient dans sa capacité à renouveler ses mécanismes formels, à modifier les principes de la littérarité en fonction des exigences externes, non pas tant par rapport au goût du public, que les créateurs devancent, mais au nom de sa propre historicité, guidée par l’ajustement permanent du symbolique au réel. Luis García Montero écrit à propos des poètes sociaux les plus remarquables : « Les préoccupations politiques, au moins des véritables poètes, servent aussi à favoriser des découvertes esthétiques. »

3Quelles que soient ses réussites, la poésie politique est nourrie par un discours fondamentalement relationnel et transitoire, en prise avec l’histoire perçue comme un ensemble de situations complexes et problématiques à partir desquelles l’auteur s’interroge sur le sort de l’humanité ou plus modestement de la société dans laquelle il vit, en prenant appui sur des exemples concrets, en dévoilant les forces qui corrodent ou laminent notre liberté individuelle. Pourquoi la littérature et la poésie se saisissent de cette question au point d’en faire une justification qui engage la poésie dans une idéologie de la rupture? Il ne fait pas de doute qu’un certain nombre de collectifs (Alicia Bajo Cero, Feroces, Voces del Extremo) ont fait ce choix radical que l’on pourrait résumer en citant quelques vers d’un de leurs représentants, Jorge Riechmann :

  • 3 Apud César de Vicente Hernando : « Poesía política : la lógica de una estética radical » in Zurgai (...)

Tu dois te décider
ou le réel ce sont les mouvements d’argent,
ou le réel ce sont les corps d’hommes
et de femmes. De façon irréconciliable
ce choix coupera le monde en deux :
nous l’appelons lutte des classes3.

  • 4 Cuaderno de Berlín et Poesía practicable tous les deux publiés chez Hiperión, à Madrid en 1990,

4On pourrait tenir ce discours pour des considérations propres à un marxisme dépassé dont la rigidité tient sans doute à la formulation d’une alternative. Pourtant cette dichotomie pose une fois de plus le rapport entre le signe et l’objet dans le droit fil du réalisme brechtien qui nous a appris que la poésie et son histoire ne se présentent pas comme un déploiement de l’humanité (selon la conception bourgeoise) ni comme un déploiement de l’esprit, mais comme une construction discursive qui articule signes et représentations sociales, en multipliant paradoxalement les effets de dislocation et de fragmentation pour configurer les antagonismes sociaux que le pouvoir politique (néo-libéral ou socio-démocrate) tend à occulter. Jorge Riechmann offre l’exemple intéressant d’être en même temps un essayiste, un militant, un « poète engagé ». Il associe théorie et pratique en publiant en même temps un recueil intitulé Cuaderno de Berlín et Poesía practicable4, collection de fragments ordonnés chronologiquement et thématiquement où se mêlent écriture poétique et réflexion sur cette pratique. Que le recueil Cuaderno de Berlín soit consécutif à un séjour d’étude à Berlin Est, quelque deux ans avant la chute du mur et de l’euphorie prévisible à l’idée d’une possible réunification et occidentalisation des territoires sous tutelle soviétique, ne constitue pas l’essentiel des propos. Le débat d’idées, la vision axiologique du monde où sont mis en questions les systèmes de valeurs, organisent la structure duelle de nombreuses compositions du recueil et témoignent de l’existence de deux mondes opposés. De la bataille idéologique à la scène quotidienne, tout prend sens à partir d’une structure polémique : on peut même dire que le propos consiste à rendre manifeste les phénomènes d’occultation qui finissent par engendrer la soumission, la domination intériorisée, comme une loi dictée par la conscience. Il ne s’agit plus d’un simple thème récurrent mais d’un impératif moral auquel l’auteur soumet son activité pour relativiser la quête de vérités à laquelle peut prétendre la poésie. Cette relativisation tient au doute permanent sur les critères de reconnaissance d’une vérité qui ne peut plus être singulière. Ce nouveau doute méthodique pourrait être compris comme une méfiance vis-à-vis du radicalisme avant-gardiste encore pourvoyeur d’utopies. Je citerai le bref poème inaugural de Cuaderno de Berlín pour monter qu’il existe chez Riechmann un héritage marcusien qui exprime le refus de l’assujettissement des activités humaines au système marchand et leur soumission au principe de productivité, érigé en règle absolue. La dualité inspirée par la partition Berlin-Ouest/Berlin-Est est à prendre comme un métonyme des deux systèmes idéologiques en conflit jusqu’à l’effondrement du mur. On tiendra compte de la formulation sarcastique de la seconde proposition qui s’explique à partir du désir de ne pas laisser prise à une quelconque forme de récupération :

CONSEILS AUX ÉTRANGERS

  • 5 J. Riechmann, Cuaderno de Berlín, op. cit., p. 11 : « Consejos para extranjeros » : En la ciudad do (...)

Dans la ville où tu ne pourras pas
dire la vérité,
dis-la.
Dans la ville où tu pourras
dire la vérité, travaille
pour la transformer en mensonge5.

5Plus sévère encore est la diatribe fondée sur le désaveu de ce qui a pu signifier pendant des décennies sous l’influence de l’exaltation nationaliste, l’acceptation des inégalités, ou encore le silence face au détournement de la force de travail. Dans cette « Brève leçon sur la gérance des crimes pour auditeurs libres », Riechmann est troublé par la façon dont le postulat de la libération que suppose le progrès scientifique et technique peut être mis au service de la barbarie. Cette déraison ne suscite aucune solution alternative, mais montre bien l’envers d’une réalité dont les accents libéraux ne libèrent pas les individus :

Qui ne compte pas parmi ses aïeux
un condamné à la peine capital?
À quelle généalogie ne se balance pas un pendu?
Qui un brûlé vif, qui un gazé,
qui un calciné par le napalm.
De nombreux autres glorieusement tombés,
au nom des dieux, des patries et des rois,
dans les glorieux carnages de l’honneur.

Mais tous ne savent pas tirer le meilleur parti
d’un semblable capital initial distribué à tous avec équité […]

Enfin, il est nécessaire de le dire : jamais, dans notre négoce
la sage et prudente administration des crimes
n’avait produit d’aussi confortables revenus.

Un juteux capital de souffrance, accumulé
par des ancêtres prodigieusement torturés, que nous investissons
en tenant compte des fluctuations du marché humaniste,
là où le taux de rémunération est le plus élevé.

  • 6 Cuaderno de Berlín, op. cit., p. 56 : « ¿ Quién no cuenta entre sus antepasados/con un muerto por g (...)

Alors l’humanité fleurit en nous, et nos ennemis
sont anéantis, sans prétendre à l’extermination,
dans le temps, dans la mémoire, dans l’oubli6.

La réalité du langage

  • 7 Cf. les travaux de Marc Angenot ; en particulier : « Que peut la littérature? Sociocritique littéra (...)

6La poésie politique ou la poésie tout court affronte aujourd’hui un défi qui est la redéfinition de la critique sociale à laquelle elle aspire. En la situant au-delà ou en deçà du réalisme conventionnel, le poète court le risque de cultiver de nouvelles utopies, mais est-ce pour autant déraisonnable? Partagé entre la transcendance ou l’immanence, chaque auteur est libre de ses choix, il lui revient de créer le langage adéquat, puisque c’est là le seul medium sur lequel il a un réel pouvoir. On ne sera pas surpris de constater que les « immanentistes » restent les plus sensibles ou les plus perméables à la question politique. Revenus depuis quelques décennies de toute conception qui ressemblerait à de l’action directe, c’est en cherchant à libérer l’énergie de la parole poétique qu’ils comptent poursuivre la critique sociale qui sous-tend leur démarche, en veillant à éviter toute récupération ou en essayant de déjouer les pièges du langage, qui véhicule toujours des îlots de signification que reprend à son compte l’idéologie dominante. Cela relève de l’usure naturelle de la langue ou encore de l’instrumentation socialisée des langues. En cela le discours politique en est l’expression la plus accomplie. Dans ce travail de démystification auquel se livrent les poètes soucieux d’offrir un antidote, les seules limites sont celles inhérentes aux lois de la langue ou au degré de résistance des pratiques signifiantes. Ces limites ne doivent pas être confondues avec le degré d’obscurité ou d’hermétisme de tel ou tel langage, mais doivent être plutôt senties comme la capacité à manifester une claire conscience des contradictions d’une civilisation qui considère comme une vertu cardinale l’aptitude à communiquer plutôt qu’à construire du sens. La tâche du poète et en même temps sa raison d’être pourraient être de débusquer l’invisible, non pas en prophétisant quoi que ce soit, mais en faisant émerger de dessous les mots, tout ce que le discours social occulte7. C’est pourquoi la spécificité de l’écriture poétique est d’être plus « productive » que « représentative ». Cela explique sans doute la tentation fréquente chez les poètes d’associer ou de mêler la théorie et la création, soucieux d’expliciter ce que la concentration du langage poétique ne permet pas de capter de façon univoque.

  • 8 In Caballo verde para la poesía, octobre 1935, n° 1.

7Mélange des genres et hybridation d’une pratique font fi des classements trop scolaires. Le débat n’est pas nouveau ; il avait même pris en Espagne une tournure polémique lorsque Pablo Neruda lança en 1935 son manifeste Sur une poésie sans pureté8. Il a encore des échos aujourd’hui dans une sorte d’art poétique où Jorge Riechmann repousse toute tentation lénifiante au nom du principe de réalité. Il s’agit de souligner le hiatus entre la rêverie indécente et l’horizon turbulent du discours poétique :

  • 9 J. Riechmann, « Poema idílico » in Poesía practicable, p. 167 : « Puedo asegurar que yo también int (...)

Je puis assurer que moi aussi j’essaie
d’écrire de la poésie idyllique – c’est un genre
aussi nécessaire que n’importe quel autre, et
(par les temps qui courent) je dirais même
qu’elle est indispensable pour préserver notre
vitalité spirituelle
bien affaiblie
– mais la mienne est toujours souillée de sang9.

8Dans un recueil précédent Cantique de l’érosion, J. Riechmann emprunte un titre à Adorno qui résume de façon lumineuse la pensée politique de J. Riechmann : « Du monde tel qu’il est, personne ne peut s’effrayer suffisamment ». Ce constat désespérant pousse l’auteur dans une quête de clarté où il est question de réduire l’insupportable fracture qu’accuse le rationalisme : plus rien ne semble se produire selon la raison et au nom de la raison même. On ne trouvera pas chez Riechmann une réponse à cette monstrueuse contradiction, mais l’aberration peut se retourner grâce à l’écriture en dynamique démystifiante. On a parlé précédemment du recours à l’ironie et au burlesque ; mais aborder les textes de Riechmann dans une optique purement sarcastique reviendrait à les dépolitiser complètement. Le cynisme et l’humour noir ne sont que les fidèles échos des raccourcis qui se font passer pour l’essentiel de l’information. Cette sorte de zapping mental s’est substituée à l’exercice intellectuel. Une conclusion fausse par rapport à des prémisses apparemment logiques finit par faire apparaître une vérité sous-jacente : les combats pour la liberté dont parle J. Riechmann ont un caractère inexorable, mais le contexte énonciatif de ce qui pourrait être imputable au sens commun a été décroché de sa source énonciative primitive. L’extrapolation ne conserve qu’une apparence de logique et rappelle l’intérêt de la presse pour les statistiques susceptibles de frapper les esprits :

Entre 1975 et 1990
sont mortes plus de personnes assassinées
dans les rues de New York
que de Nord-américains pendant la guerre du Vietnam.
Quand le siècle s’achèvera,
plus d’Espagnols auront trouvé la mort dans les accidents de la route
que pendant la guerre d’Espagne.

  • 10 J. Riechmann, « Estadísticas años noventa » in El día que dejé de leer El País, Madrid, Hiperión, 1 (...)

Rien n’arrête les combats pour la liberté10.

9Ce témoignage sur le traitement de l’information pour cocasse qu’il soit, n’en est pas moins actif. Ce n’est pas le contenu thématique qui est le véhicule du véritable sens, mais c’est la mise en discours qui constitue le nœud sémantique de la composition. Ailleurs, pour dénoncer le martèlement ahurissant de certaines campagnes publicitaires, dont la communication politique s’inspire, le recours à la logorrhée est un choix possible qui a aussi l’avantage de mimétiser l’énonciation protéiforme du discours social. Riechmann vise cette fois-ci la soumission aux normes, à la doxa et la prolifération des préfixes d’origine savante qui mixte le médical et le social dans une litanie totalisante, distille à son tour une défiance vis-à-vis des orthodoxies de tout acabit :

ADAPTATION AU MILIEU

Réadapter l’inadapté
postadapter le préadapté
mieux adapter le moins adapté
multiadapter le monoadapté
néoadapter le paléoadapté
orthoadapter l’héréroadapté
hétéroadpater l’homoadapté
oligoadapter le démoadapté […]

  • 11 Ibidem, p. 36.

notre programme subventionné
sur des fonds SUPERADAPT de l’Union
Européenne vous offre
99 autres solutions supplémentaires
parfaitement adaptées à votre cas personnel11.

  • 12 Cf. l’enquête menée par la revue Insula (Madrid), « Los compromisos de la poesía », novembre-décemb (...)
  • 13 Voir Zurgai, décembre 2003, « Poesía de la conciencia »

10Il conviendrait d’analyser plus en profondeur ce type de réalisme qui se construit à partir de niveaux stylistiques aussi variés, qui réinvestit les sociolectes de milieux antagonistes et qui épouse le style de la conversation ordinaire. On découvrirait alors que ce qui a changé c’est la forme esthétique de l’engagement, même si souvent cette forme s’affiche comme antipoétique sans renoncer pour autant à une rhétorique où dominent les mécanismes de dislocation et de dévoilement des contradictions de la société marchande. C’est cette nouvelle forme d’engagement que Fernando Beltrán appelle « poésie indiscrète » (poesía entrometida ) et qui invite à recentrer l’anticonformisme poétique, trop souvent individualiste, à partir des préoccupations collec-tives. Il existe aujourd’hui en Espagne un fort courant de « résistance éthique face au politiquement correcte12 », fruit du désenchantement politique et qui exprime à partir de collectifs, la nécessité de réactiver un discours poétique de l’utilité. La critique lui a déja donné un nom la « poésie de la conscience13 ».

  • 14 Insula, op. cit., p. 26.

11L’expression n’est pas nouvelle puisque J. Riechmann l’attribue au poète cubain Cinto Vitier qui l’utilise pour la première fois dans un contexte bien différent de celui de l’Espagne démocratique ; aujourd’hui sous ce label s’expriment de jeunes poètes espagnols en désaccord avec la glorification de l’aboulie et l’imposition du somnambulisme. « Nous qui ne sommes plus aussi jeunes, nous devons saluer cette orientation14. » Cette « poésie de la conscience » est-elle un nouveau concept mou pour désigner des formes d’engagement qui prennent en fait des allures différentes selon les personnalités, mais où chacun n’entend plus sacrifier l’histoire de sa subjectivité. Bien des poètes qui affirment leur attachement à la notion d’engagement ne le font plus dans le cadre de propositions collectives, se méfiant sans doute des idéologies préconçues.

12Les « poètes de la conscience » sont les nouveaux insoumis de la société libérale et ils rejettent avec véhémence la marchandisation de la culture et de l’art ; or la poésie pour des raisons faciles à comprendre, n’a pas de valeur marchande et pourtant elle est prisée par un public qui y voit l’incarnation d’un discours critique ou plutôt une capacité de recyclage des discours doxiques (toxiques) qui encombrent la sphère socioculturelle. Grâce sans doute à ce qu’a pu signifier la poésie de l’expérience, en rendant au sujet ses lettres de noblesses, non plus dans l’exaltation romantique du Moi, mais dans sa capacité à tenir à distance les mécanismes d’oppression idéologique et de refoulement, cette poésie a ouvert la voie à une prise de conscience des potentialités d’une pratique qui joue constamment sur le paradoxe (ou si l’on veut, en marge du discours social, mais en interconnexion avec sa prégnance envahissante et logomachique). En cela, l’espace de représentation que configure la poésie politique en Espagne aujourd’hui est irriguée par la « ligne souterraine » dont parle le philosophe Alain Jouffroy quand il revendique la puissance de « l’individualisme révolutionnaire » :

  • 15 A. Jouffroy, De l’individualisme révolutionnaire, Paris, Tel/Gallimard, 1997, p. 128.

Une ligne souterraine, capricieuse, toute en lassos, en fourches et en pointillés mais bizarrement constante, traverse l’histoire de tous les rêves, de toutes les utopies et de tous les désirs des individus présents. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette ligne n’a cessé de bifurquer, de s’interconnecter ou de se casser dans chaque conscience, chaque groupement de lignes de conscience, les arborescences synaptiques, le rêve volontaire omniprésent de chacun. À force d’intériorisation, de mise au secret, de non-dit et d’occultation face à une société qui se targue de tout rendre visible pour mieux camoufler l’essentiel, la ligne dont je parle semble, parfois, ne plus avoir qu’une existence imaginaire, alors qu’elle structure notre être réel, le plus secret15.

Notes

1 C. Le Bigot, « La poésie de l’expérience : figure de soi, figure de l’autre » in Europe, avril 2000, n ° 852, p. 118.

2 Cf. C. Le Bigot, L’encre et la poudre. Pour une sémantique de l’engagement dans la poésie espagnole sous la IIe République (1931-1939), Toulouse, PUM, 1997.

3 Apud César de Vicente Hernando : « Poesía política : la lógica de una estética radical » in Zurgai (Bilbao), décembre 2003, p. 24 : « Tienes que decidirte :/o lo real son los movimientos del dinero,/o lo real son los cuerpos de hombres/y mujeres. Irreconciablemente/esa opción seccionará el mundo.//Lo llamaremos lucha de clases. »

4 Cuaderno de Berlín et Poesía practicable tous les deux publiés chez Hiperión, à Madrid en 1990,

5 J. Riechmann, Cuaderno de Berlín, op. cit., p. 11 : « Consejos para extranjeros » : En la ciudad donde no puedas/decir la verdad,/decirla./En la ciudad donde puedas/decir la verdad, trabajar/para convertirla en mentira.

6 Cuaderno de Berlín, op. cit., p. 56 : « ¿ Quién no cuenta entre sus antepasados/con un muerto por garrote vil?/¿ De qué árbol genealógico no cuelga un ahorcado?/Algún quemado vivo, algún gaseado, algún achicharrado con napalm/muchos gloriosamente caídos/por muchos dioses, patrias, reyes/en tantas gloriosas carnicerías de honor.//Mas no todos saben sacar igualmente partido/de semejante capital inicial con equidad distribuido a todos. »

7 Cf. les travaux de Marc Angenot ; en particulier : « Que peut la littérature? Sociocritique littéraire et critique du discours social » in La politique du texte, dir. C. Duchet, Lille, Presses de l’Université, 1992, p. 9-27.

8 In Caballo verde para la poesía, octobre 1935, n° 1.

9 J. Riechmann, « Poema idílico » in Poesía practicable, p. 167 : « Puedo asegurar que yo también intento/escribir poesía idílica – es un género tan necesario como cualquier otro, y/(dados los tiempos que corren) hasta/se diría que/imprescindible para preservar nuestra/ya tan menoscabada lozanía espiritual –/pero la mía sale siempre manchada de sangre. »

10 J. Riechmann, « Estadísticas años noventa » in El día que dejé de leer El País, Madrid, Hiperión, 1991, p. 79. « Entre 1975 y 1990/murieron más personas asesinadas/en las calles de Nueva York/que norteamericanos en la guerra de Vietnam. /Cuando acabe el siglo/más españoles habrán muerto en accidente de automóvil/que en la guerra de España. /Las luchas por la libertad/no se detienen. »

11 Ibidem, p. 36.

12 Cf. l’enquête menée par la revue Insula (Madrid), « Los compromisos de la poesía », novembre-décembre 2002, auprès d’une cinquantaine de poètes, critiques et éditeurs, p 21-35.

13 Voir Zurgai, décembre 2003, « Poesía de la conciencia »

14 Insula, op. cit., p. 26.

15 A. Jouffroy, De l’individualisme révolutionnaire, Paris, Tel/Gallimard, 1997, p. 128.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540