Version classiqueVersion mobile

Les imaginaires de la ville

 | 
Hélène Menegaldo
, 
Gilles Menegaldo

Cinquième partie. Herméneutiques de la ville

La ville, acteur de l’histoire

Hélène Yèche

Texte intégral

1Le plus souvent, la ville romanesque n’est qu’une toile de fond, un prétexte, un paysage où le romancier transcrit les scènes de son imaginaire, rien d’autre qu’un décor. Rarement dans le roman la ville accède au statut de sujet. Pourtant, à l’échelle de la littérature européenne et nord-américaine, il y a longtemps que le destin de l’homme et celui de la ville ne font plus qu’un. Dès la fin du xixe siècle, la ville commence à s’imposer comme un espace vital majeur. En Allemagne tout particulièrement, la grande ville, le Berlin métropole cosmopolite devient le sujet de prédilection de l’esthétique expressionniste des années vingt : peintres, poètes et cinéastes célèbrent tour à tour la fascination et la répulsion suscitées par la vie trépidante de la capitale du Reich.

2Presque un siècle plus tard, la ville continue d’occuper une place importante dans les romans contemporains de l’écrivain berlinois Christoph Hein, mais d’une autre manière. Ce n’est plus la ville-lumière, la grande ville qui sert de toile de fond au romancier, mais au contraire la ville moyenne et anonyme, la petite ville sans charme ni aura particulière.

3Le phénomène a très certainement des origines biographiques : né en 1944 en Silésie, Hein fait partie des réfugiés chassés des territoires de l’Est à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et forcés de refaire leur vie au hasard sur le sol allemand. Dès lors, la ville se pose comme le lieu de l’enracinement après le déracinement. Rien d’étonnant à ce que le rapport de l’homme à la ville, à travers la problématique de l’appartenance de l’individu à la communauté urbaine, soit central et récurrent dans l’œuvre de Hein.

4Ainsi la ville tient-elle le rôle principal dans deux romans, publiés à vingt ans d’intervalle, et qui semblent se faire écho par-delà deux décennies d’histoire allemande tant par leur composition polyphonique quasi identique que par leur thématique commune centrée sur la chronique d’une petite ville de province :

  • Horns Ende (La Fin de Horn)1 publié en 1985 dans le cadre de l’ancienne RDA, est une étrange histoire de suicide dans les années cinquante qui livre le portrait en mosaïque d’un intellectuel est-allemand incompris et méprisé ; cinq narrateurs, hommes et femmes, prennent tour à tour la parole pour évoquer la mémoire de ce disparu ; mais au fil des témoignages, c’est moins la vie de Horn, personnage discret et secret, que celle de la petite ville imaginaire de Guldenberg durant les années cruciales de « construction du socialisme » qui se dévoile au lecteur.
  • Landnahme2, publié en 2004, est un roman de la réunification et couvre à ce titre un champ historique plus important que Horns Ende : le personnage principal est un ancien réfugié de l’Est dont la famille s’installe dans une petite localité près de Leipzig ; l’action se situe d’abord en RDA, puis dans l’Allemagne réunifiée ; cinq narrateurs encore, hommes et femmes, évoquent le souvenir d’un même personnage, Bernhard Haber, qu’ils ont connu enfant, adolescent ou adulte ; leurs témoignages portent autant sur la figure centrale du roman que sur l’évolution des mentalités au sein de la petite ville thermale de Bad Guldenberg durant la seconde moitié du xxe siècle.

La ville décor

  • 3 L’un et l’autre élément auront cependant leur importance au cours de la narration en tant que lieu (...)

5Décor naturel des chroniques provinciales de Hein, la ville est d’emblée omniprésente. Au cœur du roman, Guldenberg demeure pourtant étrangement anonyme. La petite ville ne semble pas avoir d’existence physique, matérielle. Aucun élément géographique précis n’est jamais fourni au lecteur. On ne sait rien du relief, ni du climat de la région, ni même de l’architecture de Bad Guldenberg. Tout au plus l’auteur mentionne-t-il un pont à l’entrée de la ville ou une prairie communale3. Le lecteur n’en apprend guère plus sur le château qui abrite le musée où travaille pourtant Horn, personnage principal du roman éponyme. Quant au bâtiment de la gare à la sortie de la ville, dont la silhouette délabrée hante le second roman, il s’impose au seul titre du souvenir amer des ambitions passées de la municipalité.

  • 4 Dans les deux romans, Leipzig est cité comme la ville importante la plus proche géographiquement d (...)

6Seule l’activité thermale signifiée par l’ajout du lexème « Bad » devant le nom de la ville et confirmée par la présence de curistes dans les deux romans permet d’identifier le lieu comme référence autobiographique. La ville imaginaire de Bad Guldenberg est en effet à l’image de la petite ville saxonne où grandit l’auteur, Bad Düben, ville thermale des environs de Leipzig4 à laquelle renvoie, au-delà d’une simple localisation géographique similaire, la dénomination, la parenté toponymique des lieux (Bad Düben/Bad Guldenberg).

  • 5 Landnahme, op. cit., p. 355 : « Gewiss nicht so aufregend wie Ihr Berlin. »
  • 6 Ibid., p. 213 : « Kennst du das Nest ? » ; p. 164 : « In unserem kleinen Drecknest. »
  • 7 Horns Ende, op. cit., p. 30 : « Während ich an der Langeweile der sonntäglichen Nachmittage verzwe (...)
  • 8 Landnahme, op. cit., p. 263-264 : « Zwei Jahre später schaffte ich den Sprung nach Berlin und da v (...)

7Ville de province sans caractère, Bad Guldenberg se situe par définition aux antipodes d’une métropole. D’ailleurs tous les narrateurs se plaignent de l’étroitesse géographique du cadre urbain : Bad Guldenberg est considérée comme une petite ville sans envergure, « moins excitante que Berlin5 », que l’on prend même parfois pour un village et que l’on qualifie, de manière encore plus désobligeante, de « trou » ou encore de « bled6 » ; une ville qui suinte l’ennui des interminables dimanches après-midi7 ; une ville que l’on aspire justement à quitter pour d’autres espaces urbains plus séduisants : Leipzig... et surtout Berlin8.

8Si l’on ne sait rien de la géographie de cette ville, ni de sa plasticité, elle n’est pas sans visage, bien au contraire. C’est en réalité une existence charnelle que les narrateurs dans leur ensemble confèrent à la ville. La ville existe avant tout à travers la communauté des citoyens qui la composent : on y trouve le fils du pharmacien (qui apparaît dans les deux romans, une fois enfant, la seconde fois adulte, établissant ainsi une continuité indéniable entre les deux chroniques) ; on y trouve également le maire de la ville, le docteur, quelques notables mais aussi des personnages de condition plus modeste comme la logeuse de Horn ou la belle-sœur de Haber, coiffeuse. La ville, qui prend littéralement corps au fil des témoignages, devient ainsi le pivot de l’action.

La ville refuge

9Dans chacun des romans en effet, la ronde des témoignages esquisse autour de la figure-clé une sorte de mosaïque biographique, qui exclut tout épanchement narcissique de la part des narrateurs ; ces derniers n’apparaissent jamais à titre individuel, ils se définissent systématiquement en tant que membres d’une communauté dont ils se réclament expressément comme en témoigne la récurrence des expressions signifiant cette appartenance : « notre ville, dans notre ville, tous dans la ville, certains dans la ville, chez nous en ville, la moitié de la ville, personne dans la ville... ». Chaque témoin s’inscrit ainsi prudemment dans le cadre défini de la communauté urbaine.

  • 9 Ibid., p. 315 : « In der Stadt wurde Haber verdächtigt » ; p. 281 : « Alles, was Babsy machte, fan (...)
  • 10 Ibid., p. 195 : « Ich bin Stadtgespräch geworden » ; p. 201 : « Sie hat mich zum Gespött der ganze (...)
  • 11 Ibid., p. 314 : « Stell dich nicht gegen die Stadt. »
  • 12 Ibid., p. 302 : « Haber hatte die ganze Stadt der Brandstiftung beschuldigt. » Trad. H. Yèche : «  (...)
  • 13 Ibid., p. 341 : « Ich werde wieder die ganze Stadt gegen mich haben. »

10Mais la mise en avant de cette appartenance à la ville sert aussi d’alibi et de refuge dès qu’il est question de l’exclusion qui caractérise la figure centrale dans les deux romans : tous les narrateurs se retranchent derrière le masque de la communauté, utilisant régulièrement le passif impersonnel ou l’indéfini « on » pour éviter de prendre position en leur nom propre9 : on soupçonne, on rejette, on critique, on menace... et celui qui transgresse les règles de la communauté devient la risée de tous10. L’individu s’efface devant la communauté, seule détentrice d’un pouvoir réel, comme le laisse entendre l’ultime conseil d’ami lancé à Bernhard Haber à la fin de Landnahme : « Ne t’oppose pas à la ville11. » Son père avait déjà saisi la puissance de la ville : menuisier victime de plusieurs incendies criminels, il avait accusé « la ville dans son ensemble12 » sans chercher à démasquer un coupable individuel. D’ailleurs Bernhard a bien retenu la leçon, puisqu’à la fin du roman il craint de se mettre la ville à dos en dénonçant la vérité et constate résigné : « J’aurai encore une fois toute la ville contre moi13. »

  • 14 Ibid., p. 79 : « In der Stadt sprach er mit keinem und war mit keinem befreundet. » Trad. H. Yèche (...)
  • 15 Horns Ende, op. cit., p. 55 : « Er sei aus Leipzig gekommen, wo er eine bedeutende Position habe a (...)
  • 16 Landnahme, op. cit., p. 303 : « Der alte Haber war nicht beliebt in der Stadt, er war ein Umsiedle (...)
  • 17 Ibid., p. 308 : « Es waren damals zu viele auf einmal, die hier unterkommen wollten. » Trad. H. Yè (...)
  • 18 Landnahme, op. cit., p. 149 : « Ihr bekommt schon genug von der Stadt » ; p. 301 : « Sie besaßen n (...)
  • 19 Ibid., p. 302 : « Nur dass sie ausgerechnet nach Guldenberg gekommen seien, das sei eine Strafe Go (...)

11Or l’enjeu majeur pour les deux protagonistes réside justement dans la possibilité d’intégrer cette communauté qui d’emblée les a rejetés. Fils de réfugiés, Bernhard se trouve isolé dès le départ, déjà exclu sur les bancs de l’école14. La ville n’apprécie pas les étrangers comme Horn qui ne vient pourtant pas de très loin, puisqu’il a dû quitter Leipzig à quelques kilomètres à peine de Bad Guldenberg15 ; la ville apprécie encore moins les réfugiés de l’Est comme Haber et sa famille16 qui ont envahi ses rues et ses habitations après-guerre17 et vivent à ses crochets18. On considère même l’arrivée de ces réfugiés comme une plaie de nature quasi biblique pour la ville19.

  • 20 Ibid., p. 291 : « Der ist nicht von hier. » Cf. également p. 303 : « Schließlich gehörte er nicht (...)
  • 21 Horns Ende, op. cit., p. 63 : « Letztendlich hat eine jede Gemeinschaft von Menschen geschriebene (...)
  • 22 Landnahme, op. cit., p. 309 : « Das Kegeln ist nicht das Entscheidende. Wir sitzen beieinander und (...)
  • 23 Ibid., p. 311 : « Er war einer von uns, auch wenn er nur ein Vertriebener war » ; p. 317 : « Er ha (...)

12Dans les deux romans, le déracinement des figures centrales est sans cesse réactivé par la même formule sans appel : « Il n’est pas d’ici20. » Là où Horn échoue, Haber va réussir : à se faire accepter, à apprivoiser cette ville qui au départ lui témoigne tant de haine. Alors que Horn est acculé au suicide parce qu’il refuse de se plier aux règles de la communauté socialiste21, Haber, en parfait opportuniste déterminé, parvient à pénétrer au cœur du système social qui régit la ville de Guldenberg : le club de jeu de quilles, sorte de société secrète qui réunit des entrepreneurs et des commerçants influents et incontournables dans la ville, désireux de défendre leurs intérêts capitalistes en dépit de la vigilance du Parti22. Les membres de ce club très fermé sont forcés de reconnaître le succès de Bernhard : à la fin du roman, le simple réfugié est devenu l’un des leurs23.

13Ville décor, mais plus encore ville-corps, la ville apparaît bien comme le lieu névralgique des romans de Hein. Les discours successifs qui mettent en avant la communauté imposent la ville comme personnage-clé du roman.

La ville témoin et acteur de l’histoire

14La ville se pose en effet comme témoin et acteur privilégié des bouleversements historiques qui jalonnent les chroniques provinciales de Hein : la dictature nazie, l’afflux des réfugiés de l’Est après-guerre, la mise en place du socialisme en RDA et Si toute ville porte nécessairement les stigmates du temps, a fortiori les villes allemandes après 1945. Hein travaille avec ce qui fait son terroir littéraire depuis enfin la réunification sont autant de moments politiques observés par le romancier à travers le prisme de la ville.

  • 24 Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 161. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 135 : « In dieser Stadt hat es ni (...)
  • 25 Ibid., p. 138. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 115 : « Ich habe gesehen, wie sich diese Stadt dem all (...)

15Dans Horns Ende on apprend qu’« il n’y a jamais eu de nazis dans la ville24 » ; pourtant l’un des narrateurs relate comment à la même époque « cette ville s’est ouverte, avec grâce et bonne volonté, au crime quotidien25 » ; le rôle terrible de l’aveuglement collectif est imputé sans hésitation à la ville mais pour être aussitôt dénoncé :

  • 26 Ibid., p. 138. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 115 : « Die Denunzianten und Mörder kamen nicht von ir (...)

« Ils n’étaient pas venus d’ailleurs, les dénonciateurs et les assassins qui lui imposèrent leur loi de la mort et du mépris. Ils avaient vécu avec nous. Ils avaient été les habitants d’un gentil petit coin de province perdu dans ses rêves. Ils étaient sortis en rampant de nos maisons. Sous notre peau26. »

  • 27 Landnahme, op. cit., p. 320 : « Der Krieg war nur für eine Stunde in unsere Stadt gekommen. Es gab (...)
  • 28 Ibid., p. 321 : « Mit den Vertriebenen veränderte sich das Leben in unserer Stadt. » Trad. H. Yèch (...)
  • 29 Voir note 19.
  • 30 Ibid., p. 23 : « Der fehlende Arm war der Obelisk, den Guldenberg für den verlorenen Krieg und die (...)

16La ville impose même à l’histoire sa propre chronologie : la guerre n’a duré que le temps d’un bombardement27 à Guldenberg, et c’est l’arrivée des réfugiés qui a tout changé pour les habitants de la petite localité28. Après-guerre, la ville est présentée comme victime de l’arrivée en masse des réfugiés par le biais d’une personnification qui en dit long sur le désengagement individuel : « la pauvre ville » serait en proie à « un châtiment divin » qu’elle ne méritait vraiment pas29. Au-delà des préjugés xénophobes, la haine que Guldenberg voue aux réfugiés tient au fait qu’ils incarnent bien malgré eux un passé douloureux difficile à assumer. Ainsi le bras qui manque au vieux Haber devient-il par transfert métaphorique « l’obélisque que Guldenberg n’a pas érigé en mémoire de la guerre perdue et des sept soldats de la ville morts au combat30 ».

  • 31 Ibid., p. 124 : « Besonders Guldenberg müsse sich anstrengen, wenn es nicht die rote Laterne des B (...)

17Lors de la collectivisation forcée des terres dans les années cinquante et soixante, événement auquel le titre du roman fait allusion, c’est encore à l’ensemble de la ville de Guldenberg que le secrétaire local du parti enjoint de « faire des efforts pour ne pas être déclarée lanterne rouge du district31 ».

  • 32 Ibid., p. 158 : « In Berlin gab es irgendwelche Tumulte auf der Strasse [...], in der Stadt war es (...)
  • 33 Ibid., p. 163-164 : « Irgendetwas war in der Stadt los. [...] Als würde der Motor der Stadt ibrier (...)
  • 34 Ibid., p. 344 : « Dann öffnete sich in Berlin die Mauer. » Trad. H. Yèche : « C’est alors qu’à Ber (...)

18Une torpeur dangereuse guette sans cesse la petite ville de province comme le prouve l’épisode du 17 juin 1953, jour des grèves ouvrières historiques à Berlin-Est : il ne se passe d’abord rien à Guldenberg32 ; puis il semble que « quelque chose se passe » enfin, « comme si le moteur de la ville se mettait à vibrer pour démarrer lentement33 ». Au moment de la réunification, l’enthousiasme n’est guère plus marqué : on note tout au plus quelques rassemblements spontanés de citoyens car c’est à Berlin et non à Guldenberg que tout s’est joué34.

19Dans le cadre strict et dépouillé des chroniques provinciales de Hein, c’est bien la ville qui est au cœur du roman et de l’histoire, tour à tour ville décor, ville refuge, ville témoin ou ville acteur plus de vingt ans : l’histoire de son pays, une Allemagne partagée puis réunifiée qu’il ne cesse d’ausculter de l’intérieur, lui qui n’a jamais succombé à la tentation de l’Ouest.

  • 35 Par une mise en abyme remarquable, l’un des narrateurs de La Fin de Horn se présente explicitement (...)

20Ses chroniques de Guldenberg35 racontent sans éclat comment l’ensemble d’une communauté a traversé la seconde moitié du xxe siècle. D’abord simple décor du roman, la ville gagne en autonomie, devenant au fil des pages et des ans un impitoyable miroir de l’histoire de l’Allemagne.

21Si les conditions de production littéraire particulières à l’ancienne RDA expliquent en partie la prudence de l’auteur, contraint, en raison de la censure, de déguiser le vrai sujet de son roman paru en 1985, à savoir la problématique de l’écriture et de l’interprétation de l’histoire, ce n’est que très récemment que l’auteur reconnaissait cet état des choses :

  • 36 Cf. Ch. Hein : « Vor fünfzehn Jahren schrieb ich HORNS ENDE, einen Roman, dessen verstecktes Thema (...)

« Il y a quinze ans, j’ai écrit La fin de Horn, un roman dont le sujet caché est l’histoire et l’écriture de l’histoire, le pouvoir et le pouvoir d’interprétation, les souvenirs et les erreurs qui vont avec : omissions conscientes, refoulements et falsifications36. »

  • 37 « Mit der Vereinigung der Nation kann zum gegenwärtigen Zeitpunkt nur die Einverleibung der DDR ge (...)

22Pourtant, même après la réunification, Ch. Hein continue inlassablement d’interroger ce rapport à l’histoire via la fiction romanesque, laissant à son lecteur le soin de décoder le message. « Landnahme » est à cet égard un titre tout à fait révélateur du principe dialogique qui fonde la poétique de Hein : tandis que l’écrivain semble vouloir insister sur la connotation militaire du terme désignant la colonisation d’un pays, il souligne indirectement le lien à établir avec le processus de la réunification allemande qu’il dénonça très tôt comme « annexion37 ».

23Par le biais de deux grands récits polyphoniques balayant cinquante ans d’histoire allemande et dont les différents acteurs sont tous citoyens d’une même localité de province, l’écrivain berlinois Christoph Hein se pose en chroniqueur lucide de son époque, faisant de la ville le sismographe de l’Histoire.

Notes

1 Christoph Hein, Horns Ende, Darmstadt, Luchterhand Literaturverlag, 2. Auflage Februar 1988 (édition originale : Berlin/Weimar, Aufbau-Verlag, 1985). Traduction en français par François Mathieu sous le titre La Fin de Horn, Aix-en-Provence, Éditions ALINEA, 1987.

2 Christoph Hein, Landnahme, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2004. L’ouvrage n’est pas encore traduit en français. Le titre original, qui fait explicitement référence à la collectivisation forcée des terres agricoles dans les années cinquante en RDA, peut se traduire littéralement par « terre volée ». Mais le terme est largement polysémique et renvoie sûrement aussi à l’histoire récente de la réunification allemande dans la mesure où il désigne dans le lexique allemand la colonisation au sens militaire du terme.

3 L’un et l’autre élément auront cependant leur importance au cours de la narration en tant que lieux stratégiques de l’action dans chacun des romans, mais sans que leur matérialité n’entre véritablement en jeu. Ils demeurent à ce titre des lieux purement symboliques qui fondent peu à peu une image historicisée de la ville chez Hein.

4 Dans les deux romans, Leipzig est cité comme la ville importante la plus proche géographiquement de Bad Guldenberg, ce qui est aussi le cas de Bad Düben, ville de Saxe située à 50 km au nord-est de Leipzig, sur la Mulde. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 59 ; Landnahme, op. cit., p. 124.

5 Landnahme, op. cit., p. 355 : « Gewiss nicht so aufregend wie Ihr Berlin. »

6 Ibid., p. 213 : « Kennst du das Nest ? » ; p. 164 : « In unserem kleinen Drecknest. »

7 Horns Ende, op. cit., p. 30 : « Während ich an der Langeweile der sonntäglichen Nachmittage verzweifelte. » Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 37 : « Désespéré que les dimanches après-midi fussent si ennuyeux. »

8 Landnahme, op. cit., p. 263-264 : « Zwei Jahre später schaffte ich den Sprung nach Berlin und da verdiente ich dann wirklich Geld. » Trad. H. Yèche : « Deux ans plus tard je parvenais à m’installer à Berlin où je commençais à vraiment bien gagner ma vie. »

9 Ibid., p. 315 : « In der Stadt wurde Haber verdächtigt » ; p. 281 : « Alles, was Babsy machte, fand man in unserer Stadt offenbar in Ordnung. » Trad. H. Yèche : « Dans la ville, on soupçonna Haber. » « Dans notre ville, on trouvait manifestement normal tout ce que faisait Babsy. »

10 Ibid., p. 195 : « Ich bin Stadtgespräch geworden » ; p. 201 : « Sie hat mich zum Gespött der ganzen Stadt gemacht. » Trad. H. Yèche : « Toute la ville parle de moi. » « Elle a fait de moi la risée de la ville. »

11 Ibid., p. 314 : « Stell dich nicht gegen die Stadt. »

12 Ibid., p. 302 : « Haber hatte die ganze Stadt der Brandstiftung beschuldigt. » Trad. H. Yèche : « Haber avait accusé l’ensemble de la ville d’avoir mis le feu à son atelier. »

13 Ibid., p. 341 : « Ich werde wieder die ganze Stadt gegen mich haben. »

14 Ibid., p. 79 : « In der Stadt sprach er mit keinem und war mit keinem befreundet. » Trad. H. Yèche : « Dans la ville il ne parlait à personne et n’avait aucun ami. » C’est le cas aussi pour Horn. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 175 : « Horn war ein verschlossener, unzugänglicher Mann gewesen. » Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 207 : « Horn avait été un homme renfermé, inaccessible. »

15 Horns Ende, op. cit., p. 55 : « Er sei aus Leipzig gekommen, wo er eine bedeutende Position habe aufgeben müssen. » Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 67 : « Il venait de Leipzig où il avait dû abandonner une fonction importante. »

16 Landnahme, op. cit., p. 303 : « Der alte Haber war nicht beliebt in der Stadt, er war ein Umsiedler » ; p. 95 : « Er war ein Umsiedler, und die waren in der Stadt nicht geliebt. » Trad. H. Yèche : « Le vieux Haber n’était pas aimé dans la ville, c’était un réfugié. » « C’était un réfugié et, dans la ville, on ne les aimait pas. »

17 Ibid., p. 308 : « Es waren damals zu viele auf einmal, die hier unterkommen wollten. » Trad. H. Yèche : « À l’époque, ils furent tout d’un coup trop nombreux à vouloir se caser par ici. » Cf. Horns Ende, op. cit., p. 139 : « Nach dem Krieg waren viele neue Gesichter in der Stadt aufgetaucht, Umsiedler mit der schweren, wortkargen Sprache des Ostens und Ausgebombte aus den Städten. » Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 67 : « Après la guerre, bon nombre de nouveaux visages étaient apparus dans notre ville, des réfugiés, qui parlaient cette langue lourde et pauvre de l’est, et des personnes qui venaient d’autres villes et dont la maison avait été bombardée. »

18 Landnahme, op. cit., p. 149 : « Ihr bekommt schon genug von der Stadt » ; p. 301 : « Sie besaßen nichts und ließen sich alles von der Stadt schenken, sie lebten auf unsere Kosten. » Trad. H. Yèche : « Vous recevez déjà bien assez de la ville. » « Ils ne possédaient rien et attendaient de la ville qu’elle leur offrît tout : ils vivaient à nos crochets. »

19 Ibid., p. 302 : « Nur dass sie ausgerechnet nach Guldenberg gekommen seien, das sei eine Strafe Gottes, die diese arme Stadt nicht verdient habe. » Trad. H. Yèche : « Mais qu’ils soient venus précisément à Guldenberg, voilà qui apparaissait comme un châtiment divin que la pauvre ville n’avait pas mérité. »

20 Ibid., p. 291 : « Der ist nicht von hier. » Cf. également p. 303 : « Schließlich gehörte er nicht hierher. » Trad. H. Yèche : « Finalement sa place n’était pas ici. »

21 Horns Ende, op. cit., p. 63 : « Letztendlich hat eine jede Gemeinschaft von Menschen geschriebene oder ungeschriebene Gesetze, die für denjenigen, der diese Gemeinschaft missachtet und sich über sie stellt, tödlich sind. » Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 76 : « Finalement toute société humaine a ses lois écrites ou non, qui sont fatales à celui qui ne la respecte pas ou se place au-dessus d’elle. »

22 Landnahme, op. cit., p. 309 : « Das Kegeln ist nicht das Entscheidende. Wir sitzen beieinander und bereden, was es in unserer Stadt zu bereden gibt. » Trad. H. Yèche : « Jouer aux quilles n’est pas le plus important. Nous nous asseyons à la même table pour discuter de ce qu’il convient de discuter dans notre ville. »

23 Ibid., p. 311 : « Er war einer von uns, auch wenn er nur ein Vertriebener war » ; p. 317 : « Er hat sich eingefügt, er ist ein Guldenberger » ; p. 300 : « Bernhard sei eine wichtige Person in der Stadt, und im Rathaus würde man nichts entscheiden, ohne ihn zuvor gefragt zu haben. » Trad. H. Yèche : « Bien que simple réfugié, il était l’un des nôtres. » « Il s’est intégré, il est devenu un habitant de Guldenberg. » « Bernhard est une personnalité importante de la ville, et, à la mairie, on ne prendrait aucune décision sans le consulter auparavant. »

24 Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 161. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 135 : « In dieser Stadt hat es nie Nazis gegeben. »

25 Ibid., p. 138. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 115 : « Ich habe gesehen, wie sich diese Stadt dem alltäglichen Verbrechen öffnete, bereit und willig. »

26 Ibid., p. 138. Cf. Horns Ende, op. cit., p. 115 : « Die Denunzianten und Mörder kamen nicht von irgendwo, um dieser Stadt das Gesetz ihres Todes und der Verachtung aufzuzwingen, sie hatten mit uns gelebt, waren Bürger dieses verträumten, sanften Provinzfleckens gewesen, sie sind aus unseren Wohnungen hervorgekrochen, unter unserer Haut. »

27 Landnahme, op. cit., p. 320 : « Der Krieg war nur für eine Stunde in unsere Stadt gekommen. Es gab ein einstündiges Bombardement, dann war für Guldenberg der Krieg fast vorbei. » Trad. H. Yèche : « Le temps d’une heure seulement, la guerre avait atteint notre ville. Il y eut un bombardement qui dura une heure, puis la guerre fut pratiquement terminée pour Guldenberg. »

28 Ibid., p. 321 : « Mit den Vertriebenen veränderte sich das Leben in unserer Stadt. » Trad. H. Yèche : « L’arrivée des réfugiés transforma la vie dans notre ville. »

29 Voir note 19.

30 Ibid., p. 23 : « Der fehlende Arm war der Obelisk, den Guldenberg für den verlorenen Krieg und die sieben toten Soldaten der Stadt nicht errichtet hatte. »

31 Ibid., p. 124 : « Besonders Guldenberg müsse sich anstrengen, wenn es nicht die rote Laterne des Bezirkes angehängt bekommen wollte. »

32 Ibid., p. 158 : « In Berlin gab es irgendwelche Tumulte auf der Strasse [...], in der Stadt war es ruhig. »

33 Ibid., p. 163-164 : « Irgendetwas war in der Stadt los. [...] Als würde der Motor der Stadt ibrieren und sich langsam in Bewegung setzen. »

34 Ibid., p. 344 : « Dann öffnete sich in Berlin die Mauer. » Trad. H. Yèche : « C’est alors qu’à Berlin le Mur tomba. »

35 Par une mise en abyme remarquable, l’un des narrateurs de La Fin de Horn se présente explicitement comme un double de l’auteur : à l’instar de son créateur, le Docteur Spodeck crit l’histoire de Bad Guldenberg, « une histoire de la bassesse humaine » conduite « avec le regard lucide et intègre des anciens chroniqueurs ». Trad. F. Mathieu, op. cit., p. 140. f. Horns Ende, op. cit., p. 117.

36 Cf. Ch. Hein : « Vor fünfzehn Jahren schrieb ich HORNS ENDE, einen Roman, dessen verstecktes Thema die Geschichte und die Geschichtsschreibung ist, die Macht und die Macht der Interpretation, die Erinnerungen und die dazugehörigen Irrtümer, bewussten Auslassungen, Verdrängungen und Verfälschungen » (« Plädoyer für einen Stalinpreis », Aber der Narr will nicht, Essais, Suhrkamp, 2004, p. 112-116).

37 « Mit der Vereinigung der Nation kann zum gegenwärtigen Zeitpunkt nur die Einverleibung der DDR gemeint sein » (« Die Zeit, die nicht vergehen kann oder Das Dilemma des Chronisten », Die fünfte Grundrechenart, Aufsätze und Reden 1987-1990, Francfort-sur-le-Main, Luchterhand, 1990). Trad. H. Yèche : « Ce que l’on entend par unification de la nation ne peut être à l’heure actuelle autre chose que l’annexion de la RDA. »

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search