Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le dialogue

 | 
Philippe Guérin

3. L'âge de l'humanisme

Du traité au dialogue : les enjeux linguistico-philosophiques de l’humanisme

Jacqueline Ferreras

Texte intégral

Introduction

1La problématique de ce colloque est d’un grand intérêt, très actuel me semble-t-il, en ce qu’elle rend indirectement au texte sa dimension de communication : elle envisage en effet le rapport entre fond et forme comme une interrelation dynamique à valeur sémantique, ce par quoi, indirectement encore, se trouve posée la question du sens du texte. Autrement dit, que signifie dans l’économie de la communication la spécificité d’un genre, et l’introduction d’une différence formelle dans le discours ne suppose-t-elle pas à l’origine un point de vue différent affectant nécessairement le sens ? C’est à cette question que je voudrais donner un élément de réponse en examinant en quoi le genre du dialogue diffère de celui du traité et en quoi la nature même du message en est affectée.

2Je présenterai d’abord brièvement la production de dialogues humanistes en castillan au xvie siècle qui atteste l’importance du genre.

  • 1 Cf. Luis S. Granjel, 1980 (les notes renvoient aux références bibliographiques données à la fin de (...)

3J’examinerai ensuite les liens du dialogue humaniste avec le traité, dont il est si proche, afin de marquer l’écart qu’il représente avec ce dernier et faire apparaître ce qui se joue au plan de l’écriture (point de vue linguistique) et au plan philosophique (idéologique) dans cet écart. Je m’appuierai pour cela sur l’œuvre de Bernardino Montaña de Monserrate qui est de ce point de vue exemplaire, d’autant plus qu’il ne s’agit pas d’un exemple unique. Ce médecin de Charles Quint, qui fait partie de la troisième génération de médecins humanistes 1, a publié dans un même volume à Valladolid en 1551, un traité d’anatomie (Tratado de Anothomía) suivi d’un dialogue (Declaración del sueño del marqués de Mondéjar). Nous verrons ainsi comment le dialogue prolonge le traité en l’ouvrant à un questionnement novateur, par le biais de la fiction dialogale.

4Je concluerai sur la double ouverture du genre sur l’essai, au plan philosophique, et sur le roman moderne avec Cervantès au plan de la fiction.

La production de dialogues humanistes en castillan au XVIe siècle

  • 2 Diálogo del mosquito por Yanguas de nuevo escrito, Valencia, al Moli de la Rovella, 1520 ; Examen d (...)
  • 3 Biblioteca de Autores Españoles, desde la formación del lenguaje hasta nuestros días, Madrid, Rivad (...)

5Je me contenterai de rappeler que le dialogue humaniste constitue le genre le plus représentatif de la littérature castillane du xvie siècle avec plus d’une centaine d’auteurs et d’un millier de textes parus entre 1520 (Diálogo del mosquito de Hernán López de Yanguas) et 1599 (Examen de fortificación de González de Medina Barba 2). Cette production caractéristiquement renaissante comprend des textes de dimensions très variées, un seul dialogue pouvant constituer un volume, mais le plus souvent ils sont regroupés en recueils qui en comportent un nombre éminemment variable – à titre d’exemples Los treinta y cinco diálogos familiares de la agricultura cristiana de Juan de Pineda occupent quatre volumes de la BAE 3. Ces textes abordent les domaines les plus divers, qu’il s’agisse de la réflexion sur la langue vernaculaire avec le Diálogo de la lengua de Juan de Valdés, des nouveaux savoirs concernant la nature : astronomie, cosmographie, etc., qui constitue la philosophía natural, ou l’être humain, dans son lien à la nature (anatomie et physiologie) ou à la société (réflexion sur le travail et la pauvreté, le commerce, le métier de soldat, l’état matrimonial et la famille, etc.), c’est-à-dire la philosophía moral.

Dialogue et/ou traité : similitudes et confusions

  • 4 Cf. Fernando Gómez Redondo, 1998, I, p. 139 et 241 sq.
  • 5 Cf. Prosistas castellanos del siglo XV, 1959 et 1964.

6Le traité, on le sait, a été le genre didactique par excellence des clercs de la première moitié du xiiie siècle à Salamanque, autour de Ferdinand III et surtout d’Alphonse X, époque à laquelle s’affirma l’identité castillane 4. Sous l’impulsion royale, le traité recueille en langue vernaculaire toutes les formes de savoir nécessaires à la fois pour gouverner et pour éduquer les princes. Au xve siècle il est devenu le moyen d’expression favori de l’intelligentzia des derniers Trastamares (Alonso de Cartagena, Diego de Valera, etc. 5), dont les œuvres sont philosophicomorales et juridico-politiques.

7Le dialogue humaniste s’apparente au traité de par la volonté didactique des auteurs, que reflète le rôle de porte-parole des personnages : ceux-ci parlent mais n’agissent pas, n’entretiennent aucune relation interpersonnelle en vue de l’obtention de quoi que ce soit des autres. Ce sont des interlocuteurs qui échangent des points de vue « sur » (une situation qui leur est extérieure) mais non pas des personnages à part entière qui seraient alternativement l’objet du discours de l’autre. Ensemble ils parlent « de » mais ils ne « se » parlent pas, si ce n’est subsidiairement dans une mimesis conversationnelle qui a pour seul but de rendre leur conversation crédible. On peut schématiser ainsi cette mimesis : les personnages se disent le plaisir mutuel de leur rencontre, la raison de passer un moment ensemble et de partager curiosité et opinions à propos d’un sujet déterminé – qui va faire l’objet du dialogue – et, de même, à la fin de celui-ci, ils allèguent la raison de se quitter en se donnant rendez-vous éventuellement pour une prochaine rencontre. L’importance et la qualité discursive de cette mimesis est très variable, presque inexistante dans certains dialogues, beaucoup plus « travaillée » dans d’autres.

8L’influence de Lucien sur quelques auteurs fait une part plus grande à la littérarité dans le dialogue, qui oriente le genre vers l’écriture théâtrale et/ou romanesque, comme on peut le constater dans les Colloques d’Érasme, mais ces auteurs sont très minoritaires au regard du modèle qui prédomine, celui du dialogue cicéronien. L’exemple le plus achevé de l’influence de Lucien est donné par une œuvre ignorée des contemporains puisqu’elle resta manuscrite jusqu’au XXe siècle, je veux parler de ce chef-d’œuvre qu’est le Voyage de Turquie . On trouve dans la première partie, le Dialogue du premier jour, une conversation préliminaire qui tient de la farce puis un récit de vie, celui de la capture en Méditerranée, captivité à Constantinople et fuite, dans les années 1530-1550, de Pedro de Urdemalas : ce récit au passé constitue la matière de la conversation avec deux amis de jeunesse retrouvés sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Le modèle lucianesque permet à l’auteur d’envelopper les échanges de ses personnages dans un tissu affectif où s’exprime quelque peu le caractère de chacun, mais leurs paroles n’engagent aucune action de leur part, si ce n’est l’acceptation de Pedro de raconter ses aventures, récit fait à la demande de Mata pour donner un fonds de vérité aux prédications de Juan de Voto a Dios, dont Pedro a mis à nu l’ignorance. Nous ne savons rien du devenir des personnages, en particulier du futur comportement de Juan de Voto a Dios. (La seconde partie ou Dialogue du deuxième jour garde trace de la verve satirique de Lucien, mais, structurellement, se présente comme un dialogue humaniste qui complète les informations données précédemment). Il s’agit là d’une œuvre exceptionnelle dans tous les sens du terme, mais dont la visée est bien celle du dialogue humaniste qui est de « parler de ».

9À première vue, donc, si on considère la manière dont se situe la prise de parole de l’auteur par rapport à son sujet, le dialogue humaniste ne paraît pas se distinguer du traité, qui comme son nom l’indique, traite « de » quelque chose.

  • 6 Sur l’emploi de ces deux termes, cf. Nuñez Alba : « ce que les Grecs dans leur langue ont appelés d (...)

10Les titres donnés aux dialogues ne nous éclairent pas sur la spécificité du genre : à en juger par la diversité des appellations, ni les auteurs ni les imprimeurs n’avaient d’opinion sur la question. Si certains titres font bien référence au genre – Diálogo de Mercurio y Carón, Colloquios matrimoniales – d’autres, nombreux, révèlent seulement la nature abstraite du texte, que complète une indication de contenu : Declaración, Discurso, Examen, Aviso, Catechismo, Apología, Summa, Tractado, Jardín, etc. D’autres fois le titre porte uniquement sur le contenu du dialogue : Primera parte de la Rhétorica, Gobierno del ciudadano, De los nombres de Cristo . Il arrive aussi que le terme de Tratado alterne dans le paratexte avec celui de Coloquio ou Diálogo6 : Antonio de Torquemada intitule tratado chacun des six coloquios qui composent le Jardín de flores curiosas … Cette double appellation révèle une hésitation qui traduit la conscience qu’ont certains auteurs des ressemblances et des différences entre dialogue et traité. Giginta, lui, intitule son œuvre Tractado de remedio de pobres, compuesto en diálogo (1579), de même que Fr. Luis de Granada, auteur d’un Discursopor vía de diálogo (1587 ?). L’un comme l’autre semblent établir nettement une distinction entre un contenu conceptuel qui relève du traité, et la forme qui relève de la mimesis littéraire.

  • 7 Cf. Jacqueline Ferreras 1985, p. 985 sq. ; 2003a, p. 60 sq.

11En fait, cette distinction, tous les auteurs la font, plus subtilement qu’il n’y paraît, comme le montre le souci de nombre d’entre eux de justifier dans leur prologue, dédicace, etc., leur choix de cette forme. Ils voient dans le dialogue une forme nouvelle qui sert leur visée humaniste de « vulgarisation » des savoirs. La préoccupation de leur rapport au lecteur est patente et ils se montrent très conscients des possibilités spécifiques que leur offre le genre 7.

  • 8 Norte de los estados, Sevilla, Domenico de Robertis, 1531. Cf. J. Ferreras, 2003b. p. 207-225.

12À titre d’exemple voici ce qu’écrit Francisco de Osuna de la forme retenue pour le Norte de los estados, ce premier manuel du mariage en castillan 8 :

  • 9 « Va el libro por manera de pregunta y respuesta, para mayor explicación de lo que se dice y el que (...)

Le livre est sous forme de question et réponse, pour mieux expliquer ce que l’on dit et quiconque le lira doit penser, s’il veut jouir davantage de ce qui est dit, que c’est lui qui interroge et que lui répond celui qui peut résoudre la question 9.

13Constantino Ponce de la Fuente écrit de même « à l’usage des gens sans érudition ni culture » une troisième version de son traité de théologie avec sa Suma de doctrina cristiana, « escrita para gentes sin erudición y letras ».

  • 10 « por haberse de ir tantas veces enhebrando y concertando las razones, por las continuas preguntas (...)

14Le Dr Francisco de Ávila, s’adressant au lecteur, fait d’abord remarquer la difficulté que présente cette forme d’écriture, « car il faut constamment rattacher et accorder les raisonnements à cause des demandes et des réponses qui s’y présentent continûment 10 » mais il voit un intérêt évident dans cette imitation de la conversation réelle :

  • 11 « También me ha parecido esta manera de escribir ser de provecho notable, por hablar en ella como s (...)

Cette manière d’écrire m’a aussi paru être très profitable parce qu’on y parle comme on parle, chacun en particulier, et que celui qui lit peut sans difficulté s’imaginer être celui avec qui on parle et que c’est à lui qu’on dit les choses qui s’y disent, et de cette manière en tirer profit comme si c’était à lui qu’on les disait et pour lui seul qu’on les écrivait 11.

15Les dialogues humanistes sont dans leur très grande majorité écrits en prose mais, pour mieux séduire le lecteur, Juan González de la Torre choisit d’écrire le sien en vers afin que ses lecteurs puissent les chanter dans une réunion d’amis :

  • 12 « es cosa cierta que esta arte del metrificar es más conviniente a nuestra memoria […] y también me (...)

c’est chose certaine que l’art d’écrire en vers convient mieux à notre mémoire […] et j’ai été poussé aussi à écrire dans ce style en voyant le monde si plein de futilités qu’on ne se soucie plus (les gens du commun) de lire quelque chose de bon en prose, mais qu’on cherche des couplets, des romances, des sornettes et des farces peu profitables […] Et ce sera aussi très utile à qui aime à chanter en s’accompagnant de violes et autres instruments 12.

  • 13 Cf. J. Ferreras, 2001, p. 81-94.

16Il n’est donc pas exagéré de parler de « littérature de vulgarisation », compte tenu de la volonté exprimée par nombre d’auteurs, du type de sujets abordés et de la façon dont ils sont traités 13.

17Si la prise de parole de l’auteur par rapport à la réalité est la même qu’il s’agisse d’un traité ou d’un dialogue, une distinction apparaît cependant déjà dans l’individualisation de l’optique sous laquelle le sujet est traité, en réponse au souci de la « réception » de leur œuvre, exprimé par les auteurs qui privilégient cette forme.

Les caractéristiques formelles du dialogue humaniste : les modalités conversationnelles

  • 14 R. Espinosa y Santayana, Arte de retórica. En el qual se contienen tres libros… el tercero escribir (...)

18La théorisation littéraire en effet apparaît bien après la pratique en ce qui concerne le genre. C’est en 1578 seulement que paraît le traité de rhétorique de Rodrigo de Espinosa y Santayana dont la troisième partie est consacrée aux préceptes qui régissent le dialogue. Il s’est vraisemblablement inspiré du traité un peu antérieur de l’humaniste italien, fort connu en Espagne, Carlo Sigonio 14. L’intérêt ici pour nous de ces traités réside en ce qu’ils pointent précisément des aspects formels qui structurent le dialogue humaniste et le distinguent de manière essentielle du débat scolastique. Nous ferons tout d’abord remarquer que pour leurs auteurs le genre relève de la rhétorique, autrement dit ils le considèrent comme une forme au service de la volonté d’un auteur qui veut « convaincre » son auditoire du bien fondé de ses idées par l’argumentation qu’il développe à travers les méandres de la conversation de ses personnages. Il s’agit là d’un premier lien entre forme et contenu, la forme étant révélatrice de l’angle sous lequel le thème traité est considéré, ou encore la forme étant indissociable de la conception qu’a l’auteur de la visée de son texte. C’est la conception de la fonction de l’écriture qui est en jeu et donc la vision du monde que partagent auteur et lecteur.

19La composition du dialogue doit ainsi répondre à une série de questions concernant les circonstances de temps et de lieu, la condition des personnages, tous aspects qui doivent correspondre à la matière traitée. D’où il ressort que la matière traitée prime sur la littérarité qui n’est que subsidiaire, mais en même temps l’accent est mis sur la nature singulière et donc « accidentelle » de l’ensemble de circonstances – les « accidents » – convoquées au service de l’exposition du sujet. On peut également remarquer qu’aucune indication n’est donnée quant au déroulement des idées elles-mêmes. C’est le modèle du De oratore de Cicéron qui est là-derrière, revendiqué par C. Sigonio. Il découle de ces règles de composition que le sujet traité s’incarne nécessairement dans une série de situations, celle d’abord qui réunit les interlocuteurs, puis, à un autre niveau, les situations évoquées qui font référence à un aspect de la réalité et constituent le sujet de la conversation, et enfin, à un autre niveau encore, celles, singulières, qui constituent l’expérience de chacun des interlocuteurs, et à partir desquelles ceux-ci justifient leurs opinions ou livrent des informations.

  • 15 Cf. Diálogo de la lengua (1535) et Philosophía antigua poética (1596).

20Ces règles d’écriture font intervenir diversement la notion de vérité, vérité des situations référentielles reconnaissables ou recevables rationnellement par l’ensemble des interlocuteurs, mais aussi vérité qui s’appuie sur la notion d’expérience vécue par chacun d’eux, de celui qui parle pour être crédible et des autres pour juger de ce qu’il dit, et, derrière les interlocuteurs, il y a les lecteurs. La mise à jour d’une vérité immanente et objective, singulière et relative constitue l’enjeu fondamental de tout dialogue humaniste. Cette perspective suppose naturellement plusieurs préalables. Elle implique d’abord que les interlocuteurs soient égaux, sinon par leurs connaissances, du moins par leur capacité de jugement : ce présupposé est à la base de tout dialogue comme l’expriment aussi bien Juan de Valdés à l’époque de Charles Quint que López Pinciano dans les dernières années du siècle 15. Elle se fonde ensuite sur une nécessaire relation de confiance entre les personnages, elle requiert enfin qu’ils ne soient pas nombreux, de deux à quatre, généralement, avec éventuellement la présence passagère d’un ou deux autres personnages. De fait les personnages sont des amis ou s’ils ne se connaissent pas, sympathisent le temps d’un voyage par exemple, ou bien entretiennent la relation de confiance du disciple pour son maître, ou du seigneur pour son médecin. Elle place l’individu singulier et ses circonstances au centre du dispositif discursif qui se présente comme un questionnement dont le déroulement et l’issue sont aléatoires. Naturellement ce caractère aléatoire est éminemment variable d’un dia-logue à l’autre, selon le statut imparti à chacun des personnages, voisins en quête du plaisir de la « conversation », gentilshommes curieux préoccupés par un sujet précis, disciple (s) qui vient (viennent) recueillir la parole du maître.

  • 16 Fernando de Basurto, Diálogo entre un caballero cazador y un pescador anciano, Zaragoza, Jorge Coci (...)
  • 17 Diálogos de varias cuestiones…, Epístola, Alcalá, Juan Gracián, 1577. Cf. en particulier le cas du (...)
  • 18 « debaxo desta forma de escrevir se suele esconder la cizaña que el diablo quiere sembrar en el tri (...)

21Il est remarquable que dans tous les cas le statut du personnage autorise le disciple à contester ce que dit le maître et certains auteurs jouent finement de cette potentialité pour renverser la hiérarchie traditionnelle du discours, voire laisser comprendre ce qu’ils n’ont pas l’air de dire. À titre d’exemple je citerai le Dialogue de Fernando de Basurto entre un gentilhomme chasseur et un vieux pêcheur 16, dans lequel l’auteur donne le rôle actif à un paysan qui convainc un jeune noble de la supériorité de l’exercice de la pêche sur la chasse. Plus complexe est le cas de Lorenzo Suárez de Chaves : le recueil de cet auteur présente une série de dialogues dont les deux interlocuteurs soutiennent des thèses contraires et il éprouve le besoin de préciser au lecteur lequel des deux personnages en présence a raison, comme si lui-même n’était pas convaincu par les arguments qu’il met dans sa bouche et qui, de fait, ne sont pas convaincants 17. Le censeur de livres qu’était Alejo Venegas ne s’y était pas laissé prendre, lorsqu’il soulignait que « sous cette manière d’écrire se cache habituellement l’ivraie que le diable veut semer dans le blé, car sous couvert d’une autre personne l’écrivain amateur de singularité, ose écrire ce qu’il n’oserait écrire en son nom sans encourir de risque 18 ».

L’œuvre de Bernardino Montaña de Monserrate

La description du volume, le paratexte

  • 19 Cf. f° XXVIIIv°-XXXIv°. L’exemplaire de la princeps qui se trouve à la bibliothèque de l’Université (...)

22Le soin apporté par l’éditeur de Valladolid, Sebastián Martínez, à la présentation typographique est très remarquable visuellement d’abord et d’une étonnante modernité. Le Traité et le Colloque se composent d’une série de paragraphes bien détachés et souvent courts – ce qui est inhabituel – et le texte est encadré de marges de chaque côté du texte, ce qui n’est pas courant non plus, où l’on peut lire toutes sortes de notes. Dans le traité ces notes résument la notion dont il est question, dans le Colloque elles jouent un rôle plus complexe, car elles représentent parfois la voix de l’auteur qui, de manière impersonnelle, se surajoute pour souligner l’intérêt de ce qu’il fait dire à l’un des interlocuteurs. La clarté de cette présentation non seulement répond au souci didactique de l’auteur mais elle illustre concrètement l’importance que le médecin reconnaît par ailleurs dans son texte au sens de la vue 19.

23Le paratexte joue un rôle didactique et surtout, et plus profondément, il met l’accent sur l’unité de la conception de l’œuvre, présentée comme un tout, mais écrite selon deux modalités formelles distinctes. Le titre d’abord, développé comme c’est l’usage à l’époque, inclut le Traité et le Colloque :

  • 20 Libro de la Anathomía del hombre. Nuevamente compuesto por el Doctor Bernardino Montaña de Monserra (...)

Livre d’Anatomie de l’homme. Composé pour la première fois par le Docteur Bernardino Montaña de Monserrate, Médecin de sa Majesté. Très utile et nécessaire aux médecins et chirurgiens qui veulent être parfaits dans leur art, et agréable à l’honnête homme qui aime à connaître les secrets de la nature. Dans ce livre on traite de la fabrique et composition de l’homme, de la façon dont il est engendré et naît et des causes qui rendent sa mort inévitable. Et joint avec, le commentaire d’un rêve que rêva l’illustre seigneur don Luys Hurtado de Mendoza, marquis de Mondéjar etc. qui est placé à la fin du livre. Ce rêve, sous une figure très gracieuse, traite brièvement de ladite fabrique de l’homme, et de tout ce que le livre contient 20.

  • 21 « Aquí se acaba la presente obra llamada Anothomía del cuerpo humano, con una declaración de un sue (...)

24Ce titre est repris en écho à la fin du volume : « Ici prend fin la présente œuvre appelée Anatomie du corps humain, avec le commentaire d’un rêve du très illustre seigneur marquis de Mondéjar, etc. 21. »

  • 22 Le texte dit 11, mais dans la « fe de errata » qui suit, ce chiffre est corrigé.

25Viennent ensuite deux tables des matières, la première concernant le Traité, la seconde le Colloque, dont la différence de structure est frappante. La table du Traité présente deux parties structurées en chapitres, les douze 22 chapitres de la première portent sur « les parties du corps en général » et les deux chapitres de la seconde sur « La procréation de l’homme et sa naissance ». Cette inégalité des parties s’explique par le contenu même de cette seconde partie qui trouve son prolongement dans le Colloque. La table de celui-ci obéit à une classification complexe qui s’efforce de faire coïncider la progression numérique des folios et un classement alphabétique notionnel : celui du terme enchâssé dans chacun des énoncés qui la composent. La formulation même de cette table respecte en effet le style et la variété d’approches de la conversation. L’énumération des connaissances données dans chaque chapitre du Traité est remplacée par une série d’énoncés dont la formulation varie en fonction de ce que l’auteur pense pouvoir en dire. À titre d’exemple les quatre premières lignes de la lettre A sont les suivantes :

  • 23 « El alma intelectiva no puede ser principio conjunto de los movimientos voluntarios. Diferencia en (...)

L’âme intellective ne peut-être le principe d’ensemble des mouvements volontaires.
f° XCIII
Différence entre l’ange gardien et la nature. f° XCIII.
Les œuvres qui appartiennent à notre âme en tant que sensitive et intellective ou à l’une et à l’autre si elles diffèrent. f° XCIII.
La proportion entre le mouvement des artères et le mouvement du cœur.
f° XCIIII 23

  • 24 « La causa porque… ; La razón porque… ; Qué cosa sea el mantenimiento y crescimiento del hombre ; Q (...)
  • 25 « La narración del sueño. »
  • 26 Notons au passage que nous retrouvons ce même type de table qui combine ordre alphabétique et analy (...)

26Un certain nombre d’intitulés sont formulés ainsi : « Ce qui est cause de… » ; « La raison pour laquelle… » ; « Que peuvent être l’alimentation et la croissance de l’homme… ». « Que peut-être le désespoir » ; « Que peut être l'espérance » ; « Que peut être la faculté d’estimation » ; « Qui peut avoir le plus de force dans la génération (procréation) du bébé, l’homme ou la femme » ; « la façon dont on a connaissance par le goût 24…. », etc. Cette variété de formulations correspond aux réponses données par le docteur et la formulation syntaxique avec l’emploi du subjonctif en espagnol (que je traduis par le verbe pouvoir) exprime la marge d’incertitude qui l’habite… À la lettre N nous lisons « La narration du rêve 25 », autrement dit, toujours sur le plan conceptuel, l’auteur se réfère cette fois à un contenu formel fictionnel et nous donne une nouvelle marque de sa distance réflexive face à l’écriture 26.

  • 27 On lit ensuite « De los consejos de guerra y estado de su Magestad y su Presidente en el consejo de (...)
  • 28 « romance porque muchos cirujanos y otros hombres discretos que no saben latín… » Rappelons qu’à l’ (...)
  • 29 « el sueño de V. S. da ser y perfección a la obra »
  • 30 Cf. J. Ferreras 1985, p. 995 sq et 2003 ª, p. 65 sq ; « Las marcas discursivas de la conciencia ind (...)

27Suit la dédicace à Don Luis Hurtado de Mendoza, marquis de Mondéjar et comte de Tendilla, qui appartenait à l’une des familles les plus influentes du royaume et lui-même homme de guerre très important 27. Dans cette dédicace, Montaña de Monserrate qui se présente comme médecin de sa Majesté (c’est-àdire de Charles Quint) au service du marquis, explique les motifs qui l’ont poussé à écrire : l’ignorance générale des médecins que rebute la lecture des gros traités traditionnels écrits en latin, que souvent ils ignorent, raison pour laquelle il a choisi d’écrire en « langue vernaculaire parce que beaucoup de chirurgiens et d’autres personnes honnêtes ne savent pas le latin 28 ». Il établit aussi une distinction de contenu entre le Traité et le Colloque : ce dernier traite, précise-t-il, de questions qui ne sont pas nécessaires au médecin, mais qui peuvent offrir de l’intérêt pour les esprits curieux et soucieux d’apprendre, et parce que « le rêve de Votre Seigneurie donne son être et sa perfection à l’œuvre 29 ». Notons au passage que la fiction onirique est proposée comme véridique, dans quelle proportion, on ne saurait dire, mais cette imbrication de la fiction conversationnelle dans la réalité apparaît dans plusieurs dialogues 30.

28Dans l’Avant-propos qui suit, l’auteur laisse volontairement de côté le Colloque pour, dans l’optique du traité, exposer de manière pédagogique, les deux modalités qui fondent le savoir médical : d’une part et d’abord, l’expérience, qui s’appuie sur la vue et le toucher, et, de l’autre le langage, écrit ou oral. Il insiste sur son propos d’écrire une œuvre brève mais qui évite toute obscurité.

  • 31 « Aquí se acaba el sueño del Illustrísimo… ; Síguese la declaración del sueño compuesta por el doct (...)
  • 32 « Prosigue la declaración del sueño. »
  • 33 Cf. J. Ferreras, 1990.

29Le Traité s’enchaîne avec l’Avant-propos ; il n’y a pas de changement de pages pour les chapitres mais le titre de chacun d’eux, centré sur la page, s’y détache en gros caractères. Un colophon clôt le Traité et la continuation de l’œuvre est annoncée sur la page suivante : « Síguese un Coloquio … ». La présentation typographique est celle du traité : une suite de paragraphes généralement courts accompagnés de notes marginales, qui décryptent au fur et à mesure le récit onirique puis résument les explications du docteur ou attirent l’attention sur leur intérêt. Deux autres intertitres indiquent que le récit du rêve est achevé et que commence son commentaire. « Ici se termine le rêve du très Illustre… », puis « Suit le commentaire du rêve composé par le docteur Bernaldino Montaña de Monserrate, médecin de sa Majesté 31. » À l’intérieur de cette dernière partie, à chaque changement d’objet de la conversation, un intertitre apparaît en milieu de page, ainsi formulé : « Le commentaire du rêve continue 32 », intercalé entre deux répliques : le fil du discours ne se trouve pas interrompu, selon une pratique typographique caractéristique du genre 33.

Les liens discursifs entre le traité et le Colloque, internes au Traité

  • 34 « Assi volviendo a sumar lo que avemos dicho acerca de la manera que tiene el espíritu genitivo… » (...)
  • 35 f° XXXv°.
  • 36 f° LXI.

30Dans le Traité, le souci didactique de l’auteur, déjà signalé, est patent dans les notes marginales qui reprennent en très peu de mots l’idée développée dans le paragraphe qui est en regard. Il apparaît également dans les divers résumés (recapitulación, suma) qui ponctuent le texte : par exemple nous lisons dans le texte « Si nous résumons ainsi ce que nous avons dit de la manière dont l’esprit géniteur 34… », et en marge le terme de résumé (suma) repris pour guider le lecteur. Il faut encore mentionner l’emploi du terme de ‘ note’au sens de remarque (nota) qui dans le texte même attire l’attention sur un point que l’auteur veut commenter, comme le long développement sur la main 35. Ce même souci didactique le conduit à donner l’explication d’un mot savant : peritoneon36.

  • 37 « y porque no es nuestro propósito en este libro de tratar más de aquello que conviene al anothomía (...)

31Mais surtout il semble que Montaña ait clairement à l’esprit les limites d’expression qu’impose la forme du traité et les possibilités discursives qu’ouvre par contre celle du dialogue pour laisser libre cours à la réflexion, la sienne comme celle du lecteur. Nous lisons en effet ceci : « Et parce que notre propos dans ce livre est de ne traiter de cette matière que ce qui convient à l’anatomie nous n’approfondirons pas plus pour le moment, celui qui veut en savoir davantage pourra trouver cela dans le commentaire du rêve, où nous avons traité 37… »

  • 38 « Y aunque deste espíritu genitivo no aya entera conformidad entre los doctores que cosa sea, pero (...)

32Nous pouvons remarquer encore dans ce traité la présence singulière de l’auteur : d’une part il assume ses opinions en même temps qu’il reconnaît les limites de son savoir et du savoir de son époque, et, de l’autre, il se montre préoccupé par certaines interrogations fondamentales sur le processus vital et l’origine de la vie pour lesquelles il n’a pas de réponse. Il écrit ainsi à propos de l’esprit géniteur : « Et, bien que les docteurs ne soient pas entièrement d’accord sur ce que peut être cet esprit géniteur, il me semble incontestable que c’est l’esprit vital lui-même 38. » Cette réflexion condense sur le plan de la discursivité, tant lexicale que syntactique, la conscience qu’a l’auteur des trois pôles autour desquels s’organise sa pen-sée : les opinions des autres médecins, ce que lui-même pense, et le réel objet de la quête de connaissance.

  • 39 « ase de presuponer que no hablamos aquí del formador que es la primera causa nuestro Dios omnipote (...)

33Il ne s’agit là de rien moins que de la question du mécanisme de la procréation, sujet qui sera longuement évoqué dans le Colloque. L’auteur est conscient de la gravité de la question abordée car il éprouve le besoin, quelques pages plus loin, de bien délimiter son domaine en précisant : « Il faut présupposer que nous ne parlons pas ici du formateur qui est la cause première, notre Dieu tout puissant créateur de toutes les choses visibles et invisibles qui sont créées, mais on parle du formateur immédiat 39… »

  • 40 « Lo qual consta por experiencia » f° LXV ; « la experiencia lo declara » f° CIIIv° ; « la qual exp (...)
  • 41 « Persuádenme para dezir esto algunas razones que a mi ver son de mucha importancia… », « utilidad (...)
  • 42 « esto la experiencia lo declara a los que vieren la incisión real destos nervios… » f° XXXV.
  • 43 « dezimos conforme a la sentencia de Ypocrates confirmada por la experiencia que… […] aunque por es (...)

34La présence et les incertitudes personnelles de l’auteur apparaissent à plusieurs reprises à travers l’emploi répété d’expressions comme « il me semble » (me paresce), qui font appel à son propre vécu personnel pour justifier ses dires : « Ceci est prouvé par l’expérience » est une affirmation qui revient souvent et que nous retrouvons dans le Colloque40, pour donner son poids de vérité au discours du docteur. Il faut remarquer ici le lien entre l’importance décisive reconnue à la notion d’expérience, entendue comme constitutive d’un savoir indiscutable acquis par des observations concrètes et répétées qui en prouvent l’irréfutabilité, et le témoignage individuel qui se porte garant. Ce lien entre vérité d’expérience et témoignage individuel est repérable sur le plan discursif à travers une certaine personnalisation du discours scientifique du traité lui-même dans lequel on lit des réflexions comme celles-ci : « Certaines raisons qui pour moi sont très importantes me persuadent de dire cela » et en regard dans la marge on lit « utilité des ventricules d’après l’opinion personnelle 41 » ; « … ça, l’expérience le montre à ceux qui peuvent voir inciser réellement ces nerfs 42 » ; « … nous disons cela conformément à la sentence d’Hippocrate confirmée par l’expérience selon laquelle […], bien que son livre étant très abîmé on ne puisse être sûr de ce qu’il dit et que cela donne lieu à ce que chacun dise ce qui lui plaît, mais le plus vraisemblable et conforme à l’expérience, c’est que 43… »

  • 44 « Y demás desto en estos quarenta y cinco años que he curado por mi y en compañía de otros varones (...)

35C’est encore au nom de l’irréfutabilité de cette expérience personnelle, somme de ses propres expériences, que Montaña critique résolument « d’autres médecins » : « Et en outre pendant ces quarante-cinq ans que j’ai soigné, seul ou avec d’autres hommes savants, j’ai découvert par expérience que tout ce que j’ai dit était plus vraisemblable qu’aucune des autres opinions des anciens ou des modernes 44. » Vérité empirique qui renvoie au témoignage individuel et suscite un questionnement qui va s’exprimer dans le Colloque.

La littérarité du Colloque

Les personnages :

36La conversation se déroule entre Don Luis Hurtado de Mendoza, marquis de Mondéjar et son médecin qui n’est autre que l’auteur. Des « personnalités », comme dans les dialogues antiques, dont l’existence réelle authentifie le discours et confère à la fiction dialogale un poids certain de réalité. Au plan de l’écriture, la fiction conversationnelle se double d’une fiction onirique qui va servir de substrat à la conversation des deux personnages. La structure de l’œuvre est la suivante : le marquis apparaît comme parlant tout seul, comme sur une scène imaginaire, ses paroles le révèlent fasciné par son rêve de la nuit et se réjouissant soudain de voir arriver son médecin à qui il va demander des éclaircissements sur ce rêve. La scène a lieu vraisemblablement dans la demeure du marquis qui rappelle au docteur leur conversation de la veille au soir sur la procréation animale :

Comme hier soir nous avions parlé de la procréation animale, je suis resté éveillé toute la nuit en pensant à la sagesse de la nature et à ses œuvres admirables, et au matin, je me suis endormi de fatigue, à peine endormi, j’ai commencé à faire un rêve très agréable à mon goût…

37Le docteur se méprend sur le sens à donner au plaisir du rêveur et ses paroles situent, à l’adresse du lecteur ignorant, le haut rang de son interlocuteur :

  • 45 « Anoche como estuvimos hablando de la generación de los animales, pensando en la sabiduría de natu (...)

Seigneur, quel était ce rêve ? Votre Seigneurie se voyait-elle empereur de toute la terre ? ou était-elle victorieuse des Turcs dans quelque bataille comme Votre Seigneurie en a si fort le désir ? ou par hasard Votre Seigneurie voyait-elle l’invincible César qu’elle aime tant et désire servir triompher de ses ennemis ? ou qu’estce qui a réjoui si fort Votre Seigneurie 45 ?

38En quelques lignes, le décor est planté : la relation complexe qui existe entre les interlocuteurs, de confiance et d’estime du marquis pour son médecin et de respectueuse familiarité du docteur envers son maître, est indiquée. Cette courte mise en scène permet à l’auteur vers la fin du dialogue de prolonger son discours par un véritable artifice scénique : critiquant les livres de ses confrères, le docteur s’approche du marquis pour lui dire à l’oreille une sottise qui le scandalise particulièrement, façon pour l’auteur de laisser entendre, sans la dire, une critique précise que les lecteurs contemporains les plus avertis pouvaient deviner.

  • 46 Le marquis est l’homme de guerre et le docteur l’homme de savoir, figures emblématiques du fameux d (...)

39Nous savons déjà que c’est le marquis qui va diriger la conversation, mais que le docteur, tout en lui étant inférieur par le rang, lui est supérieur par le savoir, dont le marquis se montre avide 46. Le docteur, nous le verrons, ne se contentera pas de répondre aux questions de son maître mais prendra parfois l’initiative, infléchissant la conversation par des insinuations qui sont autant d’ouvertures sur une réflexion critique. Se trouve ainsi réalisé paradoxalement, et en contradiction avec le code de la hiérarchie sociale, dont l’interlocution porte par ailleurs les marques, un rapport intellectuel d’égalité entre les interlocuteurs le temps d’une conversation privée, égalité qui conditionne la liberté d’expression.

  • 47 « La casa real es la figura de el cuerpo de la muger, el qual es aposento de el ánima racional » f° (...)
  • 48 Lobera de Ávila avait esquissé cette fiction dans un opuscule intitulé Libro de Anathomía et édité (...)

40Le marquis demande donc au docteur de lui expliquer son rêve s’il le peut. Il a rêvé qu’il voyait s’édifier peu à peu une forteresse à l’intérieur d’une demeure royale, fiction onirique qui est une métaphore de la grossesse, comme l’indique une note en marge du texte « la demeure royale figure le corps de la femme, dans lequel loge l’âme rationnelle 47 ». Une fois l’édifice achevé une princesse vint l’habiter, la forteresse grandit beaucoup, fut très imposante, menaça ruine et la princesse l’ayant désertée, elle s’écroula. Nous retrouvons ici la conception néoplatonicienne de la nature humaine. Les apparences tendent à faire croire au lecteur que l’auteur s’est limité à transcrire le récit d’un rêve que lui aurait fait le marquis 48 et il ne s’attribue véritablement le rôle d’auteur qu’en ce qui concerne le commentaire qui suit. Le récit du rêve occupe quatre folios (f° LXXV-f° LIX) et son commentaire cinquante (f° LXXIX – f° CXXIX).

41Le docteur loue le récit du marquis qui témoigne à la fois de ses qualités d’esprit et de son goût pour l’étude des secrets de la nature et se dit convaincu que son maître veut seulement le mettre à l’épreuve car l’ordonnancement de son récit montre bien qu’il a compris son rêve, mais il va s’efforcer de lui obéir. L’interlocution se caractérise par les marques répétées de déférence et d’obéissance du docteur : « Je ferai ce que Votre Seigneurie m’ordonne » (« haré lo que V. S. me manda »), et de pouvoir du marquis qui ordonne, approuve, discute et dirige, à coups de verbes conjugués à l’impératif, le déroulement de la conversation, cependant que le docteur approuve à plusieurs reprises le questionnement de son maître avant d’apporter sa réponse : « Votre Seigneurie pose la bonne question. » (« Bien duda V. S. »)

42Une fois la fiction onirique explicitée, l’auteur reprend – par l’intermédiaire du marquis, dont le rang autorise toutes les audaces –, le sujet sur lequel s’était clos le Traité, c’est-à-dire le rôle de l’esprit vital et surtout de l’esprit géniteur. Le marquis ne sait pas mais il a le pouvoir de poser n’importe quelle question et le docteur qui, lui, est détenteur du savoir, a l’obligation de s’efforcer de lui répondre du mieux possible. De la sorte l’auteur se dédouble en mettant dans la bouche du marquis les questions qu’il se pose vraisemblablement mais que le cadre du traité ne permettait pas d’énoncer et, surtout, dont la teneur même pouvait à l’époque surprendre. Le choix des interlocuteurs montre déjà que la différence introduite par la littérarité du Colloque a une incidence déterminante sur le contenu même du sujet, qui se trouve affecté par la modalité conversationnelle selon l’art avec lequel l’auteur sait en jouer.

43La première incidence porte sur l’élargissement des questions traitées. Un très long échange sur l’esprit vital et l’esprit génitif comme on disait alors, c’est-à-dire géniteur, fait passer le lecteur du domaine de la description anatomico-physiologique à des réflexions d’ordre philosophique. Le marquis exprime sa volonté de savoir en quoi consiste cet esprit géniteur : « Je désire savoir ce que c’est que cet esprit génitif », à quoi le docteur répond :

  • 49 « desseo saber qué cosa sea este espíritu genitivo ».
    Doctor – En muy honda materia entra V. S. Muc (...)

Votre Seigneurie aborde là une matière très obscure. Nombreux sont ceux qui se sont efforcés de venir à bout de cette question et en fin de compte, ils se rendent compte qu’ils ne savent rien et il me semble qu’on peut dire de cette interrogation ce qu’on dit de la quadrature du cercle : qu’on peut la connaître, mais que jusqu’à maintenant on n’y est pas parvenu, mais puisque votre Seigneurie me l’ordonne, je dirai là-dessus ce que tout uniment j’en comprends 49.

  • 50 « caso muy señalado ; otro caso maravilloso ; caso increyble y verdadero », ibid.

44La discussion qui s’ensuit n’occupe rien moins que quatorze folios, l’interlocution conversationnelle permettant à Montaña de Monserrate de varier l’exposition de la question. C’est d’abord la narration d’anecdotes que conte le docteur, trois anecdotes qui ont valeur de témoignage d’expérience, et sont annotées en marge pour attirer l’attention du lecteur par les indications suivantes : « cas très remarquable », « autre cas extraordinaire » « cas incroyable et vrai 50 » ; l’une d’elle est même datée, 1513, l’auteur paraissant en appeler à la mémoire historique possible du lecteur, procédé qui, de toute façon, confère un poids de réalité/vérité à ses dires.

  • 51 « Bien sé qué querrá V ; S preguntar […] y si V. S. se contenta con lo que suelen decir los médicos (...)

45Puis l’auteur joue de la relation des deux interlocuteurs pour insinuer certains jugements, ou pour aller au bout de son propre questionnement sous le couvert de l’obstination du marquis, lequel élargit inopinément le problème. D’abord le docteur anticipe la question que va certainement, dit-il, lui poser le marquis, supposition qui permet de faire avancer la discussion, sans en avoir l’air, dans le sens voulu par l’auteur, et de critiquer indirectement l’ignorance des autres médecins : « Je sais bien ce que Votre Seigneurie veut poser comme question et si Votre Seigneurie se contente de ce que les médecins répondent habituellement, ce ne sera pas bien long à dire 51. » Mais le marquis ne l’entend pas de cette oreille et au résumé en une phrase que vient de lui donner le docteur, il réplique par un long développement sur la présence de l’esprit vital dans la semence et dans le sang, et il termine sa péroraison par une cascade de questions :

  • 52 « no se tiene duda que en la simiente y en la sangre ay espiritu vital […] no estoy satisfecho de l (...)

Je ne suis pas satisfait de la définition que vous avez donnée de l’esprit vital parce que finalement elle n’explique pas si c’est une substance corporelle ou incorporelle, et, si c’est une substance corporelle, si elle est animée ou inanimée, et, si c’est une substance animée, si son âme est végétative, sensitive ou intellective : je voudrais que vous me donniez raison de tout cela 52.

  • 53 « podría V. S. tenerme por excusado de mayor declaración desta materia, mas todavía pues V. S. lo m (...)

46Le questionnement mis dans la bouche du marquis permet à l’auteur de porter les termes du problème à la connaissance de ses contemporains, de souligner les limites des connaissances dans ce domaine et de verser au débat qu’il rend ainsi public, le fruit de ses propres réflexions. Le docteur rétorque au marquis que c’est au philosophe plutôt qu’au médecin de répondre et il délimite le champ du savoir médical : il suffit au médecin de savoir que c’est l’âme qui donne vie au corps et il n’a pas à se préoccuper d’en savoir plus. Mais le marquis s’obstine et le docteur finit par céder, non sans réticences : « Votre Seigneurie pourrait me dispenser de donner plus d’explications dans ce domaine, mais puisque Votre Seigneurie me l’ordonne, je dirai encore mon opinion là-dessus sans m’écarter beaucoup de mon savoir principal qui est la médecine 53. »

47Suit un exposé sur la composition de l’esprit vital, que le marquis relance en approuvant ce qui vient d’être dit et, faisant allusion à des conversations qu’ils ont eues sur un traité arabe, il objecte au docteur qu’il se contredit, comme l’auteur du traité, dans ce qu’il dit de l’élément qui constitue l’esprit vital, le feu, et de son effet, qui est de tempérer l’ensemble du corps. Le docteur acquiesce et poursuit son exposé.

  • 54 « Muchas veces he pensado en esto que V. S. pregunta antes de agora, y paresceme que… » f° LXXXIVv°
  • 55 « a mi ver esta inteligencia no tiene libre albedrio » f° LXXXV (c’est moi qui souligne).
  • 56 « Huelgo mucho que V. S. aya caydo en la cuenta… » f° LXXXVv°.

48Le marquis se dit très satisfait de ce dernier développement mais approfondit sa question, à quoi le docteur répond : « J’ai souvent pensé depuis longtemps à cette question que pose Votre Seigneurie et il me semble que 54… » La discussion continue, relancée par des questions précises du marquis – le rappel de conversations antérieures avec le docteur a rendu crédible sa propre capacité de poser des questions techniques – et il en vient à poser le problème du libre-arbitre de cette « intelligence » qui accompagne l’esprit vital selon ce que vient de dire le docteur. Celui-ci s’efforce de répondre, en son nom personnel, avec prudence et modestie : « À mon avis cette intelligence n’a pas de libre-arbitre 55… », se réjouissant de l’à-propos avec lequel le marquis lui donne la réplique : « Je suis très content de voir que vous vous êtes rendu compte 56… », jusqu’à ce que le marquis se déclare satisfait et lui demande de poursuivre le commentaire du rêve, c’est-à-dire ce qui a trait à la procréation, autre question insoluble dont le docteur souligne les obscurités comme par exemple concernant le rôle effectif de chacun des sexes dans la constitution du bébé :

  • 57 « Ay tantas opiniones acerca de esto que nunca acaba de verificarse si la simiente de la muger sirv (...)

Il y a tant d’opinions à ce propos qu’on n’en finit jamais d’être certain quant à savoir si la semence de la femme sert comme matière ou est efficiente dans la pro-création du bébé ou les deux à la fois, comme disent quelques uns, ou si elle n’a rien à voir dans la procréation comme d’autres sans arguments le disent, ce que je crois là dessus, c’est que 57

  • 58 « La simiente de la muger no es verdadera simiente (f° LXXXVIv°) ; « Buena opinión me paresce essa (...)
  • 59 « pregunta muy buena ». (f° LXXXIX).
  • 60 « Razón es en alguna manera probable aunque fácilmente podríamos contradezirla con razones de mucha (...)

49Le docteur développe son argumentation en faveur de la supériorité indiscutable du rôle de la semence masculine, dont la conclusion se trouve ainsi résumée dans une note en marge : « La semence de la femme n’est pas une vraie semence », et que le marquis approuve : « Cette opinion me paraît bonne et probable 58. » Le marquis enchaîne sur le phénomène de la croissance sur lequel il aimerait avoir des éclaircissements. Le docteur répond avec finesse, soulignant la difficulté de la question jusqu’à ce que le marquis revienne en arrière, sans en avoir l’air, en demandant la raison de la stérilité qui résulte de l’union d’un mâle et d’une femelle d’espèces différentes – question dont l’auteur souligne l’intérêt par une note marginale : « très bonne question 59 ». Une fois de plus le docteur propose une explication plausible. Le marquis approuve et considère la discussion close car elle serait sans fin : « C’est une raison assez probable bien que nous pourrions facilement la contredire avec des raisons très efficaces, mais ce serait nous aventurer si loin que nous n’en finirions jamais, revenons au rêve 60. »

50Notons au passage que le lexique employé par les deux interlocuteurs marque l’incertitude fondamentale : ils s’en tiennent à des opinions, faute de pouvoir énoncer une vérité indiscutable parce que démontrable par l’expérience. Nous touchons là à une différence discursive de nature entre le genre du traité et celui du dialogue : le traité ne peut avoir pour objet l’exposition d’une interrogation pour laquelle l’auteur avouerait qu’il n’a pas de réponse. Ce que, plus tard, osera faire, par contre, l’essai.

  • 61 « paresce que es una philosophía muy allegada a nuestra fe, porque paresce que essa inteligencia qu (...)
  • 62 « diferencia entre el ángel custodio y la naturaleza de nuestro cuerpo » f° XCIII.

51Décidément, le marquis a l’art de poser les bonnes questions, c’est-à-dire les questions impertinentes : voilà que trois folios plus loin, il réplique à ce que vient d’expliquer le docteur en lui demandant si cette fameuse intelligence qui accompagne l’esprit vital ne serait pas notre ange gardien : « c’est semble-t-il une philosophie très proche de notre foi, parce qu’on dirait que cette intelligence que vous mettez dans le corps en plus de l’âme intellective est l’ange gardien que selon notre foi chacun a pour qu’il veille sur lui 61 ». Nous touchons là au cœur des débats naissants qui par la suite susciteront l’opposition de l’Église catholique au corps médical. L’auteur résume sa position dans la note en marge : « différence entre l’ange gardien et la nature de notre corps 62, » tandis que son porte-parole réplique par une longue tirade qui débouche sur l’établissement d’une sorte de frontière entre ce qui relèverait du corps, c’est-à-dire des œuvres naturelles, qui sont déterminées, et le domaine du libre-arbitre, dont est doté, à son avis, l’ange gardien, domaine des théologiens auxquels, dit-il, lui-même s’en remet là-dessus.

52La conversation se poursuit jusqu’à ce que le marquis lui fasse prendre une nouvelle direction par sa question relative aux « accidents de l’âme », autrement dit le domaine de la psychologie. Le docteur lui ayant demandé de préciser, il répond :

  • 63 « Tres cosas quiero que se traten dellas, la primera querría saber que cosa sea accidente del alma, (...)

Je veux que trois choses soient traitées, la première : je voudrais savoir ce que peut être l’accident de l’âme, et pourquoi on l’appelle accident de l’âme, et passion du cœur ; la deuxième : je voudrais savoir combien il y a d’accidents de l’âme ; la troisième : quelle incidence ont ces accidents sur notre corps 63.

  • 64 « Bien sé que algunos varones de mucha autoridad han tenido opinión muy contraria y escriben que se (...)

53Le docteur va dans ses réponses montrer à nouveau son indépendance d’esprit, n’hésitant pas à affirmer son désaccord avec certaines personnes qui font autorité quand ce qu’elles ont écrit sur la foi de témoignages ne résiste pas à l’examen de la raison ni de « la véritable expérience que l’on voit chaque jour ». Il récuse ainsi le fait que l’on puisse se suicider en retenant sa respiration 64.

  • 65 Il a auparavant insisté à de nombreuses reprises sur le poids décisif de l’expérience : « l’expérie (...)
  • 66 « Yo diré a V. S. lo que alcanço… aunque ay diferentes opiniones en esta materia » (f° CV) « mas en (...)

54Le discours de l’auteur à travers le personnage qui le représente exprime avec force la position personnelle de l’individu, qu’il fonde à la fois sur la raison et la répétition de l’expérience 65, en même temps qu’il affirme sa liberté d’esprit face à l’autorité d’autrui, quelle que soit sa notoriété. Cette attitude se double (et se renforce) de la reconnaissance de ses propres limites : « Je dirai à Votre Seigneurie ce que je comprends… bien qu’il y ait différentes opinions en la matière. » Le marquis ayant insisté, le docteur admet ne pas pouvoir trancher : « mais en conclusion, quelle que puisse être cette nature, tous avouent qu’elle a la vertu que j’ai dite 66 ». Cette modestie lui permet aussi d’insister sur la nécessaire capacité de compréhension de son lecteur car l’interprétation correcte de ses paroles en dépend :

  • 67 « V. S. sepa que muchas cosas que dicen los sabios las quales entendidas como conviene son verdad, (...)

Que Votre Seigneurie sache que les savants disent beaucoup de choses qui, comprises comme il convient, sont vraies et, au contraire, si elles ne sont pas comprises, sont très fausses, et les savants parfois préfèrent ne pas les commenter parce qu’ils veulent se faire comprendre uniquement de qui a déjà des acquis dans d’autres sciences qui sont un préalable nécessaire pour comprendre leur doctrine 67.

  • 68 « Esto es lo que he podido collegir del parecer de algunos doctores que a mi gusto entienden mejor (...)
  • 69 « en las ciencias naturales muchas veces nos contentamos de saber por experiencia la verdad de algu (...)

55Vers la fin du Colloque et à la suite des explications fournies concernant les mécanismes sensoriels, perception et sensation, le docteur, en écho à ce qu’a écrit l’auteur dans son prologue, insiste à la fois sur l’obscurité du sujet et ses efforts pour sélectionner les opinions qui lui paraissaient les mieux fondées et les exposer avec le plus de clarté possible 68. Il s’agit en quelque sorte pour l’auteur de faire le point des connaissances sur une série de questions sur lesquelles les médecins n’ont que des hypothèses divergentes. Cependant il insiste sur la priorité du corps et des sens, intermédiaire nécessaire de l’entendement et il accepte de s’en tenir à une connaissance empirique fondée sur l’expérience et qui renonce à connaître les causes. C’est là l’ébauche de l’attitude phénoménologique propre à la modernité : « Dans les sciences naturelles nous nous contentons très souvent de savoir par expérience la vérité des choses, bien que nous n’en connaissions pas la cause 69. »

  • 70 Par exemple dans le Colloquio… de la Sancta Cofradía del Rosario de Fr. Francisco Messia, 1567, f° (...)

56Enfin, de même que dans le Traité l’auteur annonçait qu’il se réservait d’approfondir certaines questions dans le Colloque, auquel il renvoyait le lecteur, dans le Colloque le marquis fait une allusion au Traité comme à un livre connu, dans un procédé de mise en abîme que nous trouvons dans d’autres dialogues 70 :

  • 71 « podríamos disputar grandes quistiones acerca de las obras destos sentidos, mas por quanto en vues (...)

nous pourrions disputer longuement sur les œuvres de ces sens [la vue et l’ouïe], mais comme dans votre Anatomie vous avez suffisamment commenté leur constitution ainsi que leurs œuvres, tant il importe que le médecin et le chirurgien savants les comprennent, je ne veux pas revenir dessus 71.

  • 72 Fr. Alonso de Orozco, Vergel de la oración y monte de contemplación, Sevilla, 1548.
  • 73 « Sìguese una abreviación de toda la obra para que mejor en siete documentos se pueda tener de memo (...)
  • 74 Luis Collado, Plática manual de artillería […] dirigido a la Majestad Cathólica de el Gran Phelippe (...)

57L’œuvre de Montaña de Monserrate est exemplaire en ce qu’elle met en lumière avec une particulière netteté l’apport que représente le dialogue en comparaison du traité, apport dont l’auteur lui même est conscient. Le dialogue permet l’expression de la critique et surtout d’une nouvelle attitude de pensée qui dit l ´ incertitude, et qui annonce l’attitude sceptique. Si nous nous situons du côté du lecteur, le dialogue permet à celui-ci d’imaginer qu’il participe à la discussion et d’élaborer sa propre réflexion en accord ou en opposition aux arguments exposés : le rapport de l’auteur au lecteur est fondamentalement différent de celui qu’impose le traité, discours magistral univoque. J’ajouterai que l’exemple de Montaña de Monserrate n’est pas unique. Trois ans plus tôt, Fr. Alonso de Orozco avait eu recours à ce procédé à des fins purement didactiques dans son Vergel de oración y monte de contemplación72, qui se compose pour les deux tiers d’un traité, dont la matière est reprise dans un dialogue, présenté par l’auteur comme une synthèse du traité 73. Plus fine est l’utilisation qu’en fait à la fin du siècle Luis Collado, dans son manuel pratique d’artillerie 74 : le cinquième Traité écrit sous forme de dialogue se termine par l’examen d’un artilleur. Les interlocuteurs en sont un général de fraîche date, un de ses lieutenants très expérimenté et quatre vieux artilleurs. Le dialogue permet la mise en œuvre d’un renversement d’autorité et d’un partage de pouvoir exemplaire par une hiérarchie consciente de la supériorité de l’inférieur en grade. Le général demande au lieutenant qu’il a su se choisir, de le mettre au courant car il est novice dans sa charge, et il laisse aux artilleurs le soin de conduire en sa présence l’examen du futur artilleur.

Conclusion

58Du point de vue conceptuel le dialogue représente une sorte de transition du traité vers l’essai, par le biais d’une polyphonie qui protège la voix individuelle. L’auteur du traité délivre un savoir fondé sur le caractère indiscutable des autorités qu’il a compilées et il s’appuie sur une longue tradition. Dans le cas de notre médecin le traité s’appuie sur la démonstration de l’expérience, avec les limites qu’elle comporte, et on peut déceler dans la personnalisation du discours une amorce vers l’essai. L’auteur de l’essai assume en tant qu’individu ses prises de position, portant directement ses réflexions au débat public, mais sans se prévaloir de l’autorité d ‘ un quelconque magistère : un essai, comme son nom l’indique, n’est pas un cours.

59Du point de vue littéraire, par sa part de mimesis – imitation d’une « vraie » conversation entre des individus réels qui se trouvent dans un cadre réel – le dialogue se présente comme un art de suggérer une réalité par quelques références savamment choisies et adaptées aux circonstances de la conversation, en comptant avec la collaboration du lecteur, qu’il faut séduire et faire entrer dans le jeu par le biais de son imaginaire, c’est-à-dire en s’adressant indirectement à lui comme s’il était présent dans cette conversation, (l’économie du discours doit réveiller cette « machine paresseuse »). Le dialogue annonce le roman moderne avec ses personnages inséparables de leurs circonstances et qui sur fond d’incertitude existentielle ne sauraient aucunement incarner un quelconque modèle, ce qu’illustre magistralement Don Quichotte au début du xviie siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Avila, Fr. Francisco de, Diálogos en que se trata de quitar la presumpción y brío al hombre… Alcalá, Juan de Lequerica, 1576.

Basurto, Fernando de, Diálogo entre un caballero cazador y un pescador anciano, Zaragoza, Jorge Coci, 1539.

Castro, Antonio, ed. de la Silva de varia lección, de Pedro Mexía, I, Madrid, Cátedra, 1989.

Collado, Luis, Plática manual de artillería […] dirigido a la Majestad Cathólica de el Gran Phelippe II…, Milán, por Pablo Gotardo Poncio, 1592.

Ferreras, Jacqueline, Les Dialogues espagnols du xvie siècle ou l’expression d’une nouvelle conscience, Paris Didier Erudition 1985 – Los Diálogos humanísticos del siglo xvi en lengua castellana, Murcia, Universidad de Murcia, Servicio de Publicaciones, 2003 (a).

Ead., « El Diálogo humanístico : características del género y su reflejo tipográfico, algunas observaciones para futuras ediciones », La edición de textos, Madrid-London, Tamesis Books Limited, 1990, pp. 451-457.

Ead., « Le dialogue humaniste et la ville », in Wild, Francine ed., L’émergence de genres nouveaux, dans les sociétés européennes des xvie et xviie siècles, Genre et société II EUROPE XVI-XVII, Nancy 2, 2001, t. 2, p. 81-94.

Ead., « Las marcas discursivas de la conciencia individualista en el diálogo humanístico del siglo xvi », Voces áureas, Criticón, 81-82, Toulouse, PUM, 2001, p. 207-227.

Ead., « Modernité et tradition dans le Norte de los estados du Père Francisco de Osuna », Europe XVI-XVII, Le mariage, t. 1, ed. Richard Crescenzo, Marie Roig-Miranda, Véronique Zaercher, Université Nancy 2, 2003 (b).

Ead., « Hagiografía o ejemplaridad pagana en el diálogo humanístico del siglo xvi (visión del mundo y función del texto) », L’Hagiographie entre Histoire et Littérature, Toulouse-Université de Navarre, Biblioteca Aurea Hispánica, à paraître.

Gómez Redondo, Fernando, Historia de la prosa medieval castellana, Madrid, Cátedra, 1998.

González de la Torre, Juan, Diálogo llamado Nuncio Legato Mortal en metros redondos castellanos, Amberes, Juan Lacio, (Jean de Laet) 1555.

Granjel, Luis, S., La medicina española renacentista, Universidad de Salamanca, 1980.

Prosistas castellanos del siglo xv, BAE, t. CXVI 1959 et CLXXI, 1964.

Lobera de Ávila, Luis, Libro de Anathomía y Vergel de sanidad, Alcalá de Henares, Juan de Brocar, 1542.

López Pinciano, Alonso, Philosophía antigua poética, (1596), ed. de Alfredo Carballo, Madrid, CSIC, 1973.

Messía, Fr. Francisco, Colloquio devoto y provechoso en que se declara […] la Sancta Cofadría del Rosario de Nuestra Señora la Virgen María…, Callar, Vincencio Sembenyno, 1567.

Montaña de Monserrate, Bernardino, Libro de la Anothomía (sic) del hombre. Nuevamente compuesto por el doctor. […] juntamente con una declaración de un sueño que soñó el […] Marqués de Mondéjar , Valladolid, Sebastián Martínez, 1551.

Orozco, Fr. Alonso de, Beato, Vergel de la oración y monte de contemplación, Sevilla, Antón Álvarez, 1548.

Núñez Alba, Diego, Diálogos de la vida del Soldado …, Salamanca, Andrea de Portonaris, 1552.

Suárez de Chaves, Lorenzo, Diálogos de varias questiones …, Alcalá, Juan Gracián, 1577.

Valdés, Juan, Diálogo de la lengua, (1535), ed. de Cristina Barbolani, Madrid, Cátedra, 1982.

Venegas, Alexio, Prólogo al Apólogo de la ociosidad y el trabajo… compuesto por Luys Mexía y Ponce de León, en Obras que Francisco Cervantes de Salazar ha hecho etc., Alcalá, Juan de Brocar, 1546. Viaje de Turquía, ed. de Marie-Sol Ortola, Madrid, Castalia, NBEC, 2000. Voyage de Turquie, traduction de J. Ferreras et G. Zonana, Paris, Fayard, à paraître.

Notes

1 Cf. Luis S. Granjel, 1980 (les notes renvoient aux références bibliographiques données à la fin de l’article).

2 Diálogo del mosquito por Yanguas de nuevo escrito, Valencia, al Moli de la Rovella, 1520 ; Examen de fortificación de Don Diego González de Medina Barba, Madrid, Várez de Castro, 1599. Pour l’ensemble des dialogues cités, cf. Jacqueline Ferreras, 1985 et 2003a.

3 Biblioteca de Autores Españoles, desde la formación del lenguaje hasta nuestros días, Madrid, Rivadeneira y Edit. Atlas, 1846-80 et reprise en 1954.

4 Cf. Fernando Gómez Redondo, 1998, I, p. 139 et 241 sq.

5 Cf. Prosistas castellanos del siglo XV, 1959 et 1964.

6 Sur l’emploi de ces deux termes, cf. Nuñez Alba : « ce que les Grecs dans leur langue ont appelés dialogues est la même chose que ce que les Latins dans la leur appellent Colloquium, qu’en espagnol je ne saurais mieux nommer que sage et bonne conversation » (« que lo que los Griegos en su lengua dijeron, diálogos, es lo mismo que los Latinos en la suya llaman Colloquium, que en español no sabría yo nombre que darle más propio que sabia y buena conversación », Diálogos de la vida del soldado, Salamanca, Andrea de Portonaris, 1552, dedicatoria).

7 Cf. Jacqueline Ferreras 1985, p. 985 sq. ; 2003a, p. 60 sq.

8 Norte de los estados, Sevilla, Domenico de Robertis, 1531. Cf. J. Ferreras, 2003b. p. 207-225.

9 « Va el libro por manera de pregunta y respuesta, para mayor explicación de lo que se dice y el que lo leyere ha de pensar si quiere gozar más de lo que se dice, que pregunta él y responde quien sabrá dar razón de lo que se demanda. » 1531, f º a, Vv º.

10 « por haberse de ir tantas veces enhebrando y concertando las razones, por las continuas preguntas y respuestas que en él se ofrecen. » Diálogos en que se trata de quitar la presumpción y brío al hombre… Alcalá, Juan de Lequerica, 1576, f° A IV.

11 « También me ha parecido esta manera de escribir ser de provecho notable, por hablar en ella como se habla, con cada uno en particular, y poder el que lo lea, sin dificultad imaginarse ser él con quien se habla, y decirse a él las cosas que ahí se dicen, y de esta manera sacar provecho de ellas, como si a él se lo dijesen y para él sólo se escribiesen. » Ibid.

12 « es cosa cierta que esta arte del metrificar es más conviniente a nuestra memoria […] y también me movió a escrevir en este estilo, por ver andar el mundo tan lleno de vanidades, que ya no curan (los que son vulgares) de leer cosa buena en prosa, sino que andan buscando coplillas, romances, disparates, y farsas de poco producto […] Y también aprovechará mucho para los que son amigos de cantar con las vihuelas y otros instrumentos. » Diálogo llamado Nuncio Legato Mortal en metros redondos castellanos. Amberes, Juan Lacio, (Jean de Laet) 1555, Epístola dedicatoria del autor al Doctor Salamanques.

13 Cf. J. Ferreras, 2001, p. 81-94.

14 R. Espinosa y Santayana, Arte de retórica. En el qual se contienen tres libros… el tercero escribir Epístolas y Diálogos, Madrid, Guillermo Drouy, 1578. Carlo Sigonio, De dialogo liber, Venise, 1562. Cf. J. Ferreras, 1985, p. 977 sq., 2003a, p. 55 sq.

15 Cf. Diálogo de la lengua (1535) et Philosophía antigua poética (1596).

16 Fernando de Basurto, Diálogo entre un caballero cazador y un pescador anciano, Zaragoza, Jorge Coci, 1539.

17 Diálogos de varias cuestiones…, Epístola, Alcalá, Juan Gracián, 1577. Cf. en particulier le cas du dialogue intitulé De la libertad entre un Prince qui prêche la résignation chrétienne et son serviteur qui dénonce l’injustice sociale au nom du droit de tout individu à vivre libre : J. Ferreras, 1985, p. 468-471, 2003, p. 304-306.

18 « debaxo desta forma de escrevir se suele esconder la cizaña que el diablo quiere sembrar en el trigo, porque debajo de agena persona osa escrevir el escritor amador de singularidad lo que sin su peligro no osaría escrevir en su propria persona. » Apólogo de la Ociosidad y el trabajo, de L. Mexía y Ponce de León, Prólogo del Maestro Alexio de Venegas, Alcalá, Juan de Brocar, 1546, p. XV.

19 Cf. f° XXVIIIv°-XXXIv°. L’exemplaire de la princeps qui se trouve à la bibliothèque de l’Université de Murcia est de deux couleurs, noir et rouge.

20 Libro de la Anathomía del hombre. Nuevamente compuesto por el Doctor Bernardino Montaña de Monserrate Médico de su Magestad. Muy útil y necesario a los médicos y cirujanos que quieren ser perfectos en su arte, y apacible a los otros hombres discretos que huelgan de saber los secretos de naturaleza. En el qual libro se trata de la fábrica y compostura del hombre, y de la manera cómo se engendra y nasce, y de las causas porque necesariamente muere. Juntamente con una declaración de un sueño que soñó el Illustrísimo señor don Luys Hurtado de Mendoça Marqués de Mondéjar etc. Que está puesta por remate deste libro. El qual sueño, debaxo de una figura muy graciosa, trata brevemente la dicha fábrica del hombre, con todo lo demás que en este libro se contiene. Dirigido al dicho señor Marqués. (Sur ce sens de ‘ nuevamente’cf. Antonio Castro, 1989, p. 143, n. 2 qui renvoie à Juan Bautista Avalle.)

21 « Aquí se acaba la presente obra llamada Anothomía del cuerpo humano, con una declaración de un sueño del Illustrísimo señor marqués de Mondéjar. etc. »

22 Le texte dit 11, mais dans la « fe de errata » qui suit, ce chiffre est corrigé.

23 « El alma intelectiva no puede ser principio conjunto de los movimientos voluntarios. Diferencia entre el ángel custodio y naturaleza. Las obras pertenecen a nuestra alma en quanto sensitiva y intelectiva, o a las dos si se ponen distinctas. La proporción que guardan las arterias en su movimiento con el movimiento del corazón. » (C’est moi qui souligne.)

24 « La causa porque… ; La razón porque… ; Qué cosa sea el mantenimiento y crescimiento del hombre ; Qué cosa sea desesperación ; Qué cosa sea esperança ; Qué cosa sea virtud estimativa ; Quien tenga más fuerça en la generación de la criatura, el varón o la hembra ; La manera cómo se conoce por el gusto. » (C’est moi qui souligne.)

25 « La narración del sueño. »

26 Notons au passage que nous retrouvons ce même type de table qui combine ordre alphabétique et analytique des notions avec des éléments narratifs, dans le Voyage de Turquie.

27 On lit ensuite « De los consejos de guerra y estado de su Magestad y su Presidente en el consejo de Indias, etc. ».

28 « romance porque muchos cirujanos y otros hombres discretos que no saben latín… » Rappelons qu’à l’époque seules les études de médecine donnaient lieu à un titre universitaire.

29 « el sueño de V. S. da ser y perfección a la obra »

30 Cf. J. Ferreras 1985, p. 995 sq et 2003 ª, p. 65 sq ; « Las marcas discursivas de la conciencia individualista en el diálogo humanístico del siglo xvi. », Voces áureas, Criticón, 81-82, 2001, p. 207 sq.

31 « Aquí se acaba el sueño del Illustrísimo… ; Síguese la declaración del sueño compuesta por el doctor Bernaldino Montaña de Monserrate médico de su Majestad. »

32 « Prosigue la declaración del sueño. »

33 Cf. J. Ferreras, 1990.

34 « Assi volviendo a sumar lo que avemos dicho acerca de la manera que tiene el espíritu genitivo… » f° XVIIv°.

35 f° XXXv°.

36 f° LXI.

37 « y porque no es nuestro propósito en este libro de tratar más de aquello que conviene al anothomía desta materia, no trataremos al presente más en particular, el que quisiere saber mayor doctrina dello en la declaración del sueño lo podrá hallar, donde havemos tratado… » f.° L.

38 « Y aunque deste espíritu genitivo no aya entera conformidad entre los doctores que cosa sea, pero sin disputa me paresce que es el mismo espíritu vital. » f° LXVI.

39 « ase de presuponer que no hablamos aquí del formador que es la primera causa nuestro Dios omnipotente criador de todas las cosas visibles e invisibles que están criadas pero trátase del formador inmediato… » f° LXV v°.

40 « Lo qual consta por experiencia » f° LXV ; « la experiencia lo declara » f° CIIIv° ; « la qual experiencia hecha como conviene nunca yerra » f° CIIIIv° ; « por experiencia vemos lo contrario. » f° CVI.

41 « Persuádenme para dezir esto algunas razones que a mi ver son de mucha importancia… », « utilidad de los ve [n] trículos según la propria opinión. » f° XXIII.

42 « esto la experiencia lo declara a los que vieren la incisión real destos nervios… » f° XXXV.

43 « dezimos conforme a la sentencia de Ypocrates confirmada por la experiencia que… […] aunque por estar el libro muy corrupto no se puede bien atinar en lo que dize y da lugar a que cada uno diga lo que se le antoja, pero lo más verosímile y conforme a expiriencia es que… » f° LXVIIIv°.

44 « Y demás desto en estos quarenta y cinco años que he curado por mi y en compañía de otros varones sabios he hallado por experiencia ser más verisímile todo lo que he dicho que otra ninguna sentencia de todos los antiguos ni modernos… » f° LXX.

45 « Anoche como estuvimos hablando de la generación de los animales, pensando en la sabiduría de naturaleza y en sus obras admirables, me desvelé toda la noche y a la mañana de cansado me dormí, y apenas fui adormido quando ya comencé a soñar un sueño a mi gusto cierto muy dulce […]. Doctor] ¿ Qué era, señor, el sueño ?¿ Veíase V. S. emperador de todo el mundo ? o ¿ vencía los Turcos en alguna batalla que es cosa que V. S. tanto desea ? o ¿ por ventura veya V. S. al invictíssimo Céssar a quien tanto ama y dessea servir triumphar de sus enemigos ? ¿ o qué es esso en que V. S. tanto holgava ? » f° LXXIVv°.

46 Le marquis est l’homme de guerre et le docteur l’homme de savoir, figures emblématiques du fameux discours de Don Quichotte sur les armes et les lettres, et dont le XVIe siècle offre maints exemples. L’économie discursive de notre auteur est dès les premières lignes révélatrice de son talent de plume.

47 « La casa real es la figura de el cuerpo de la muger, el qual es aposento de el ánima racional » f° LXXV.

48 Lobera de Ávila avait esquissé cette fiction dans un opuscule intitulé Libro de Anathomía et édité avec le Vergel de sanidad, Alcalá de Henares, Juan de Brocar, 1542.

49 « desseo saber qué cosa sea este espíritu genitivo ».
Doctor – En muy honda materia entra V. S. Muchos han trabajado de llegar al cabo desta questión, y al fin y al cabo hallan que no saben nada de ella y parésceme que se puede dezir desta pregunta lo que se dize de la quadratura del círculo que se puede saber pero que hasta agora no se ha alcançado, mas pues V. S. lo manda diré en ello lo que llanamente alcanço… » f° LXXXII.

50 « caso muy señalado ; otro caso maravilloso ; caso increyble y verdadero », ibid.

51 « Bien sé qué querrá V ; S preguntar […] y si V. S. se contenta con lo que suelen decir los médicos no habrá mucho que hacer en decirlo. », ibid.

52 « no se tiene duda que en la simiente y en la sangre ay espiritu vital […] no estoy satisfecho de la definición que haveys dado del espíritu vital porque enfin no declara si es substancia corporea o incorporea, y, si es substancia corpórea, si es animada o inanimada, y, si es substancia animada, si es su alma vexetativa, sensitiva, o intelectiva, querría que me satisficiessedes de todo. » f° LXXXIII.

53 « podría V. S. tenerme por excusado de mayor declaración desta materia, mas todavía pues V. S. lo manda diré mi parecer acerca dello sin desviarme mucho de mi principal doctrina que es la medicina. » f° LXXXIIIv°.

54 « Muchas veces he pensado en esto que V. S. pregunta antes de agora, y paresceme que… » f° LXXXIVv°.

55 « a mi ver esta inteligencia no tiene libre albedrio » f° LXXXV (c’est moi qui souligne).

56 « Huelgo mucho que V. S. aya caydo en la cuenta… » f° LXXXVv°.

57 « Ay tantas opiniones acerca de esto que nunca acaba de verificarse si la simiente de la muger sirve como materia o como efficiente en la generación de la criatura, o como materia y eficiente, como dizen algunos o si es cosa impertinente a la generación de la criatura, como dizen otros sin argumentos, lo que me paresce acerca dello es que… » f° LXXXVII.

58 « La simiente de la muger no es verdadera simiente (f° LXXXVIv°) ; « Buena opinión me paresce essa y provable » (f° LXXXVII).

59 « pregunta muy buena ». (f° LXXXIX).

60 « Razón es en alguna manera probable aunque fácilmente podríamos contradezirla con razones de mucha eficacia, mas sería meternos en tanta hondura que nunca acabasemos, bolvamos al sueño. » f° XC.

61 « paresce que es una philosophía muy allegada a nuestra fe, porque paresce que essa inteligencia que poneys en el cuerpo allende del anima intelectiva es el ángel custodio que según nuestra fe tiene cada uno de nosotros diputados para nuestra guarda ». f° XCIII.

62 « diferencia entre el ángel custodio y la naturaleza de nuestro cuerpo » f° XCIII.

63 « Tres cosas quiero que se traten dellas, la primera querría saber que cosa sea accidente del alma, y porqué se llama accidente del alma, y passión de coraçón, lo segundo querría saber quántos son los dichos accidentes del alma, lo tercero que fuerça tienen estos accidentes en nuestro cuerpo. »

64 « Bien sé que algunos varones de mucha autoridad han tenido opinión muy contraria y escriben que se ha visto por experiencia matarse un hombre teniendo el resuello : yo lo tengo por fábula porque es contrario a la razón y a la verdadera experiencia que cada día vemos. » (f° C).

65 Il a auparavant insisté à de nombreuses reprises sur le poids décisif de l’expérience : « l’expérience le montre » : « la experiencia lo declara » f° CIIIv° ; « cette expérience bien faite ne donne jamais d’erreur » : « la qual experiencia hecha como conviene nunca yerra » f° CIIIIv° ; « par expérience nous voyons le contraire » : « por experiencia vemos lo contrario » f° CVI.

66 « Yo diré a V. S. lo que alcanço… aunque ay diferentes opiniones en esta materia » (f° CV) « mas en conclusión sea quien fuere esta naturaleza todos confiesan que tiene la dicha virtud » (f° CVII).

67 « V. S. sepa que muchas cosas que dicen los sabios las quales entendidas como conviene son verdad, y por el contrario, si no se entienden son muy gran falsedad y huelgan algunas veces los sabios de no declararlas porque quieren que no los entienda sino el que estuviere exercitado en otras ciencias que se presuponen para entender su doctrina. » (f° CIX).

68 « Esto es lo que he podido collegir del parecer de algunos doctores que a mi gusto entienden mejor esta materia y he procurado de traerla por los mas claros términos que he podido, mas la materia es tan escura… » (f° CXVII).

69 « en las ciencias naturales muchas veces nos contentamos de saber por experiencia la verdad de algunas cosas, aunque no alcancemos la causa dellas… » f° CXXIIII.

70 Par exemple dans le Colloquio… de la Sancta Cofradía del Rosario de Fr. Francisco Messia, 1567, f° 45 v°, cf. J. Ferreras, « ¿ Hagiografía o ejemplaridad pagana en el Diálogo humanístico del siglo xvi (visión del mundo y función del texto) », L´ Hagiographie entre Histoire et Littérature, BAH, à paraître. Mais le modèle inégalé de cette mise en abîme est, comme on sait, le Diálogo de la lengua de Juan de Valdés.

71 « podríamos disputar grandes quistiones acerca de las obras destos sentidos, mas por quanto en vuestra anathomía havéis declarado bastantemente su compostura y asi mismo sus obras según que pertenesce que lo entiendan el medico y el cirujano sabios, por esto no quiero tratar ninguna cosa dello. » f° CXXVv°.

72 Fr. Alonso de Orozco, Vergel de la oración y monte de contemplación, Sevilla, 1548.

73 « Sìguese una abreviación de toda la obra para que mejor en siete documentos se pueda tener de memoria lo que en este vergel de oración se ha tratado. Va en diálogo entre Orosio y Agustino » (f° LXXv°-LXXXv°).

74 Luis Collado, Plática manual de artillería […] dirigido a la Majestad Cathólica de el Gran Phelippe II…, Milán, por Pablo Gotardo Poncio, estampador de la Real Cámara, 1592.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540