Version classiqueVersion mobile

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Quatrième partie. L’engagement au second degré : réception, traduction, adaptation

L’engagement de Peter Handke, de René Char et de Paul Celan1

Variations

Françoise Lartillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet article présente la question de l’engagement du point de vue de Peter Handke en relation à Char et par comparaison à Char traduit par Celan. L’acte de traduction révèle la manière dont les auteurs insufflent à leur texte une intention qui est la marque de leur conception de l’engagement.

Parler de l’engagement de Handke en un sens classique de volonté d’avoir prise sur une réalité semble une gageure, tant ce dernier affirme vouloir se dérober à toute réalité, y compris dans sa personne. Ainsi déclare-t-il dans la longue interview accordée à Helmut Gamper :

Je ne me sens pas descriptible, je ne souhaite d’ailleurs pas ressentir cela. Dans cette mesure je suis vraisemblablement véritablement sans histoire et même opposé à l’histoire, puisque je me reconnais davantage dans la description d’un nuage (...) que dans la description de moi-même : là, je ne me reconnais jamais, et je ne souhaite pas non plus me reconnaître, c’est une représentation triviale même si l’on en parle dans les l...

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search