Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Quatrième partie. L’engagement au second degré : réception, traduction, adaptation

L’engagement littéraire à « l’épreuve de l’étranger »

Danielle Risterucci-Roudnicky

Texte intégral

1Le concept d’« engagement littéraire » ne recouvre pas celui de « littérature engagée » : il suppose une approche des modalités du fait littéraire et se distancie d’une approche herméneutique centrée sur un contenu idéologique et/ou une posture politique. Or dans la perspective des transferts littéraires, l’épreuve de la traduction confronte le chercheur à des intersections sémantiques et culturelles qui complexifient l’analyse. Nous serons donc amenée à considérer à la fois le cas des « œuvres engagées », construites autour d’un engagement politique ou social, et à envisager les modalités de l’engagement du littéraire quand il s’applique à des œuvres qui n’ont pas de contenu « engagé », qui ne délivrent aucun « message ».

2Soumettre la réflexion sur l’engagement littéraire à « l’épreuve de l’étranger » pour reprendre la célèbre expression d’Antoine Bermann, c’est penser l’écriture de l’engagement en termes de transfert. En effet, faire passer la frontière à une œuvre « engagée », c’est, en la déplaçant et en la différant, la donner à lire à un public auquel elle n’est a priori pas destinée. A une perspective ethnocentrique (l’œuvre engagée dans son pays d’origine pour ses lecteurs) se substitue une perspective de transfert : les systèmes littéraires, culturels et politiques en présence n’étant pas symétriques, ils impliquent un changement de statut de l’œuvre traduite. Quelle place l’œuvre engagée occupe-t-elle alors dans le champ littéraire d’accueil, quelles modalités de lecture un tel décalage implique-t-il, et quel éclairage sur l’engagement littéraire et ses processus permet-il ?

3Pour mener notre réflexion, nous nous sommes fondée sur un cas particulier de réception étrangère — la littérature française traduite et publiée en RDA — où l’extrême politisation du champ de réception, renforcé par un système de censure verrouillé, constitue un cas idéaltypique pour réfléchir à la problématique de l’engagement littéraire. Ainsi, après avoir analysé ce que l’étranger entend par l’expression « engagement littéraire », et après avoir étudié ce que devient une œuvre « engagée » qui passe une frontière, nous tenterons de cerner la manière dont peut s’« engager » une littérature importée, afin de savoir s’il existe, dans le discours de transfert, des marques spécifiques d’une rhétorique de l’engagement.

L’engagement littéraire à l’épreuve de la traduction

4Le jugement que la critique littéraire de RDA porte sur la littérature étrangère est indissociable de la fonction idéologique et politique que l’Etat assigne à la littérature en général : la défense des valeurs antifascistes — la RDA a fondé sa légitimation sur cette détermination idéologique et politique contre la RFA — dans une société socialiste en construction puis en consolidation. Dans cette sphère de politisation esthétique, la littérature n’a pas d’autonomie et remplit une fonction utilitaire pour un public très large : contribuer à l’éducation, la formation et la culture socialistes du lecteur. Ce contexte de réception marque donc le vocabulaire de la critique et brouille les clivages du pays d’origine.

  • 1 Rita Schober (dir.), Französische Literatur im Überblick, nach der von einem tscheschichen Autoren (...)
  • 2 Idem.
  • 3 Id.
  • 4 Hans Mayer, Nachwort/Postface, Die Elenden (les Misérables), « Victor Hugo in seiner Zeit », Berli (...)

5Ainsi, l’expression « littérature engagée » est tantôt traduite en allemand (« engagierte Literatur1 » ou « nicht-engagierte Literatur »), tantôt conservée dans la langue d’origine. Dans le premier cas, elle est employée « dans le sens du socialisme, de l’existentialisme ou des idéaux moraux du christianisme2 » comme des concepts de la « critique bourgeoise » française. C’est ainsi que la critique de RDA récuse la lecture « non engagée » (synonyme ici d’« art pur ») de la Semaine sainte faite par la « critique bourgeoise » qui a vu, dans le roman d’Aragon, l’abandon de la littérature à tendance politique et du réalisme socialiste, et un retour à l’art épuré des débuts. Elle lui oppose une lecture « engagée » du roman : « Aragon a fourni bien au contraire la preuve qu’il est possible de faire œuvre romanesque selon le principe du réalisme socialiste qui montre clairement les liens entre le passé, le présent et l’avenir de l’humanité3. » De même, Hans Mayer, dans une postface aux Misérables4 (1959), en citant un jugement de Wilhelm Girnus qui oppose Voltaire à Hugo, soumet la notion d’engagement au critère de postérité agissante : le contenu de l’engagement de Voltaire qui a agi sur les « forces progressistes » de son peuple, est historiquement marqué et circonscrit à son époque. En revanche, la dimension universelle de l’œuvre de Victor Hugo réside dans une popularité qui perdure et agit au-delà de son temps.

  • 5 Vincent von Wroblewski, « Existentualismus », Manfred Naumand (dir.), Lexikon der französischen Li (...)
  • 6 Vincent von Wroblewski, « Existentialismus », idem.
  • 7 Id.

6Lorsque l’expression « littérature engagée » est conservée en français, comme dans le Lexikon der französischen Literatur5 (sous les entrées « Existentialisme », « Résistance » et « Sartre »), elle s’applique exclusivement à l’acception sartrienne. Ainsi Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir sont présentés comme les tenants d’une « littérature qui doit intervenir dans les conflits historiques et sociaux6 », contre Albert Camus et Gabriel Marcel qui récusent cette conception, au profit d’une littérature de l’engagement qui exprime « par des moyens esthétiques, des convictions politiques, philosophiques et éthiques7. »

  • 8 Benoit Denis, Littérature et engagement. De Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, coll. Essais, 407 (...)
  • 9 Ibidem, p. 41-42.
  • 10 La Sacoche de Jean Brécot de Gaston Monmousseau est publié en RDA en 1955.
  • 11 Fils du peuple de Maurice Thorez est publié en RDA en 1951.

7De plus, la réception allemande de RDA opère un « brouillage typologique » mêlant, en une seule catégorie, toutes les œuvres liées à la problématique de l’engagement, là où la critique française fait un distinguo, comme le montre a posteriori l’ouvrage de Benoît Denis qui récapitule les distinctions établies entre « l’œuvre militante », de nature politique ; l’œuvre de l’engagement, « vaste ensemble transhistorique de la littérature à portée politique8 » ; et l’œuvre engagée qui « [parie] sur elle et [affirme] hautement qu’elle a un rôle à jouer et qu’elle doit compter dans la vie des hommes9 ». En RDA, le problème de la littérarité est occulté : se trouvent assimilées des œuvres que la postérité a retenues comme des valeurs sûres de l’héritage (celles de Voltaire, de Victor Hugo), et des œuvres militantes dont l’écho s’est tu dès leur publication (entre autres, en 1951, la Sacoche de Jean Brécot10 de Gaston Monmousseau, secrétaire général de la CGT ; en 1949, Fils du peuple de Maurice Thorez11).

  • 12 Variations sur ces catégories : les écrivains humanistes sont les auteurs de l’héritage dont l’idé (...)

8Non seulement la critique de RDA ne s’approprie pas le concept français de « littérature engagée », mais elle construit son discours sur des critères de nature politique à géométrie variable, expansions sémantiques, sur le terrain étranger, du terme d’« engagement ». Ainsi, elle « découpe » la littérature en classes d’écrivains plus ou moins « engagés » dans le combat des valeurs progressistes du socialisme : les « humanistes », les « bourgeois », les « modernes12 », etc. Variation indigène du concept d’engagement littéraire, cette classification organise le champ littéraire de réception et fonctionne comme un code-sésame aux pouvoirs d’inclusion ou d’exclusion du champ.

9Dans le cas de la littérature française reçue en RDA, l’une des formes de l’engagement littéraire s’est incarnée dans la « littérature engagée » définie selon les canons croisés du pays d’origine et du pays d’accueil. Pourtant la littérature française s’est trouvée « engagée » sur un autre mode dans l’épreuve de la médiation littéraire.

L’engagement littéraire à l’épreuve de la médiation

10Toute œuvre étrangère peut, par importation (traduction, publication et médiation), être « engagée » dans un champ littéraire d’accueil. D’autres acteurs que l’auteur sont alors agissants : le traducteur, le médiateur éditorial, le médiateur critique. Dans le cas de la RDA, les opérations transformatrices de dénaturation et de manipulation ont entrecroisé les effets de désengagement et d’engagement de textes importés dont le projet originel s’est trouvé modifié, déplacé, transcendé, attestant ainsi la spécificité des phénomènes littéraires qu’intensifie le processus de transfert.

  • 13 D’Eluard, les Poèmes politiques ; d’Aragon, Aimer à perdre la raison, avec, entre autres, des text (...)
  • 14 Französische Liebesgeschichten, Leipzig, Reclam, 1961 — Französische Meistererzähler, Berlin, Neue (...)
  • 15 Herbert Kühn, Vorwort/Préface, Victor Hugo, Die Arbeiter des Meeres(les Travailleurs de la mer), L (...)

11Ainsi, le différé, qui affecte nécessairement l’œuvre traduite, a des implications sur le pouvoir d’engagement ou de désengagement de l’œuvre étrangère, et revêt plusieurs formes qu’il faut différencier. Le différé « minimal », qui porte sur les œuvres censurées dans le pays d’origine et qui, correspondant à l’horizon d’attente du pays récepteur, sont partie prenante dans les enjeux du contexte d’accueil, fait de l’œuvre engagée importée une œuvre de nature militante : le livre d’Henri Alleg, La Question, interdit en France en 1960, et publié presque simultanément en RDA en 1961, est lu autant comme un réquisitoire contre la France, pays de l’Ouest aux pratiques abusives et inhumaines, que comme un réquisitoire contre la torture. En revanche, les œuvres contemporaines, publiées avec un différé de plusieurs années, et qui ont, dans le contexte du pays d’origine, incarné des valeurs identiques à celles du pays d’accueil — tels les poèmes de la Résistance d’Eluard et Aragon13 — acquièrent une valeur d’exemplarité canonisante qui contredit l’efficacité « immédiate » de l’œuvre engagée. De même, le « différé fonctionnel », qui s’applique à des captations retardées, témoigne d’un « gauchissement » de l’œuvre : Paul Nizan connaît le purgatoire des « renégats » d’avant- guerre, et n’est intégré dans le champ littéraire que dans les années 70, au moment où la critique des pays de l’Est redécouvre l’héritage marxiste des années 30. La fonctionnalisation du contexte d’accueil, en l’historicisant, désamorce l’œuvre de Nizan de toute la puissance subversive au cœur d’une littérature engagée. Enfin, les auteurs de l’héritage (Voltaire, Diderot, Victor Hugo pour ne citer que quelques noms) dont l’œuvre est publiée avec un différé maximal, jouissent d’un capital symbolique important : nés dans le pays de la Révolution française, ils incarnent un équilibre réussi entre écriture et action que louent tant Heinrich Mann, cité en exergue de deux anthologies (« Tout au long de notre vie, nous accompagnent des représentations et des concepts qui ne seraient pas si la France n’existait pas [...]14. »), qu’Herbert Kühn, le préfacier des Travailleurs de la mer, roman publié en 1952 : « En France, la littérature est chose publique [...] elle contribue au développement de la pensée humaniste et constitue une solution aux problèmes sociaux15. »

  • 16 F. Rother et Klaus Möckel, Französische Erzähler aus 7 Jahrzehnten, Berlin, Volk und Welt, 1983 : (...)
  • 17 Samizdat : « terme d’origine russe pour dire ‘autoédition’, désigne l’ensemble des techniques (man (...)

12De même, certaines manipulations dénaturantes, pratiquées pour « faire passer » des textes ou des auteurs « interdits », constituent des formes d’engagement au service de la littérature. L’une des plus élaborées, la « récriture anthologique », a permis, par le jeu de la combinatoire, le passage en contrebande de textes interdits. Puisque Céline, considéré comme un antisémite notoire, était « impubliable », un anthologiste « glisse » la nouvelle célinienne Casse-pipe dans une anthologie au-dessus de tout soupçon16. La redistribution d’un même texte dans des anthologies différentes procède d’une « récriture engagée » : par diverses stratégies de désamorçage, des textes interdits peuvent ainsi envahir un champ littéraire protégé. De 1973 à 1989, le sulfureux Sade, par sa présence récurrente dans quatre recueils17 aux combinatoires variables, est lu tantôt comme un contre-exemple de l’Ancien Régime, tantôt comme un conteur modèle du xviiie siècle, tantôt comme un auteur de récit policier du xixe siècle (le texte de 1797 est postdaté en 1800), tantôt comme un auteur de conte érotique. Ces infléchissements permettent l’inclusion tolérée dans le champ de réception.

13Dans le franchissement de frontières, la médiation et le différé opèrent donc une métamorphose de l’œuvre « engagée » ou « désengagée » qui change de nature, soulignant ici la prééminence de la fonction sur une prétendue « essence » du littéraire. Une approche de ces problèmes par le biais des systèmes et des polysystèmes peut contribuer à éclaircir le statut de l’œuvre dans les champs littéraires respectifs. En effet, les relations interculturelles mettent en évidence l’organisation de systèmes construits autour de normes et de modèles hiérarchisés (genre majeur/ genre mineur, canonisation, etc.) et imbriqués (texte / métatexte, structure de l’édition littéraire, etc.) aux fonctions et aux relations spécifiques qui entrent en relation avec d’autres systèmes organisés autour et par d’autres normes et modèles régis par d’autres fonctions et relations. Dans le domaine de la littérature, les modèles officiels occupent le centre d’un système fédérateur dans lequel les forces d’innovation et de conservation entretiennent des rapports stratégiques. Dans le cas qui nous occupe, le passage d’œuvres périphériques (le système culturel communiste en France) à la centralité d’un autre (en RDA, le réalisme socialiste, les œuvres humanistes, etc.), ou la migration d’œuvres du système central vers la centralité d’un autre, a eu des effets en chiasme, et l’œuvre importée s’est trouvée l’enjeu de fonctions liées au contexte culturel du pays récepteur.

L’engagement littéraire à l’épreuve de l’écriture

  • 18 Les thèmes tabous étaient, entre autres : l’existentialisme, le scepticisme, le nihilisme, l’intim (...)
  • 19 La résistance la plus forte s’exerce contre Samuel Beckett dont l’œuvre ne sera publiée qu’en 1988

14La littérature importée est toujours partie prenante dans le champ culturel du pays d’accueil, et les modalités des interactions littéraires dépendent de son organisation. Or la RDA a constitué un cas surdéterminé de censure où la littérature fut soumise au contrôle d’une administration centrale préposée au commerce et à l’édition du livre. Jusqu’en 1987, la littérature fut entravée par des interdits rigoureux. Ainsi, tout texte jugé « porter atteinte aux intérêts ou à l’image de la RDA » était interdit de publication. Et tout auteur dont le texte était publié à l’étranger (essentiellement en RFA) sans l’autorisation du bureau des droits d’éditeur, était soumis à une forte amende. Souvent contournée, cette disposition a été réactivée en 1973. A cela s’ajoutait l’absence de samizdat :18. De plus, en 1965, le 11e Plenum du Comité central du SED décide de mener une lutte sans merci contre les courants « modernes », sceptiques, anarchistes, nihilistes, pornographiques dans la littérature contemporaine. Les années 1965-71 se caractérisent donc par un net durcissement de la politique culturelle, et, outre la censure « thématique19 », la censure « formelle » touchait plus que jamais les textes trop éloignés du réalisme socialiste.

15Mais à partir des années 60-70, des innovations émancipatrices ont marqué, en RDA, l’avènement d’une littérature narrative nouvelle, dont on a pu dire qu’elle avait refait, en 15 ans, le chemin parcouru par les écrivains européens entre 1910 et 1930. La mise en cause des rapports entre l’individu et la société socialiste dans ces années 60-70 a impliqué des bouleversements narratifs : une sorte d’« ère du soupçon » a gagné les romans d’auteurs comme Christa Wolf, Uwe Johnson, Fritz Rudolf Fries qui, entre autres, ont renoncé au narrateur omniscient, eu recours au flux de conscience et à la multiplication de points de vue, etc. Ainsi, Mutmaßungen über Jakob (1959) de Uwe Johnson rompt avec l’horizon d’attente du public de RDA et ouvre le récit romanesque à la modernité. Jakob, employé des chemins de fer, meurt écrasé par un train. Commence alors une enquête pour élucider ce qui ne s’explique pas. Dialogues entre personnages, rapports, associations, éclatement des perspectives narratives soulignent la difficulté de la réponse à la question de l’identité : Quel est le vrai Jakob ? De même, Fritz Rudolf Fries, dans Der Weg nach Oobliadooh, met en scène deux héros négatifs, un dentiste et un écrivain, dans un anti-roman de facture pseudo-picaresque. Et Christa Wolf, dans Nachdenken über Christa T. (1968), joue sur la complexité narrative d’un narrateur homodiégétique, qui, par rétrospection, rêves, réflexions brise la linéarité du récit. La réception de la critique de l’Ouest est positive, celle de l’Est est très mitigée, voire hostile. Mais, surtout, ces textes novateurs aux écritures dissidentes ne peuvent paraître librement : le roman de Christa Wolf connaît un tirage de censure (15 000 exemplaires seulement — ce qui est peu pour la RDA, et pas de réédition avant quatre ans) ; le roman de Fritz Rudolf Fries est publié en RFA en 1966 (ce n’est qu’en 1989 qu’il sera édité en RDA) — et Uwe Johnson est publié en RFA où il est contraint de s’établir après la publication de son livre à l’Ouest.

16Or les années de littérature nationale empêchée correspondent à l’entrée, entre 1966 et 1967, d’œuvres françaises en opposition avec les canons officiels de RDA : de Michel Butor, L’Emploi du temps en 1966 et La Modification en 1967 ; d’Alain Robbe-Grillet, Instantanés en 1966, et de Nathalie Sarraute, Les Fruits d’or en 1966. Ainsi, dans l’Etat socialiste en construction offensive qui avait érigé le réalisme socialiste en norme absolue, publier des auteurs du Nouveau Roman marquait un acte d’opposition visant à modifier un paysage littéraire verrouillé20. Aragon connaît une publication abondante et régulière dès 1946, mais inversement chronologique : l’œuvre surréaliste, première dans l’ordre de la création, est dernière dans l’ordre de la publication : Blanche ou l’oubli ne paraît qu’en 1972 et Le Paysan de Paris en 1985. Les archives éditoriales témoignent des stratégies discursives déployées par les lecteurs des maisons d’édition ou par les experts littéraires pour tenter de permettre à certains textes de pénétrer sur le terrain de RDA. La littérature française, en comblant un manque interdit, a joué un rôle de compensation et de substitution, investie d’un pouvoir de résistance et de subversion.

17Lorsque la littérature étrangère sert de texte d’engagement par interposition, elle produit un métatexte de transfert tout à fait spécifique. Destiné à faire passer un texte pour un autre, ce métatexte entretient avec le texte étranger une relation de tension qui joue en permanence sur la dualité et l’ambivalence. Le lecteur est alors l’enjeu essentiel des préfaces et postfaces accompagnant les œuvres, et doit s’efforcer de devenir un lecteur modèle qui, attentif à la surdétermination du signe, repère et décrypte, dans les marges du texte, les marques d’un discours second qui, agissant sur le texte, le transforment, par alchimie, en texte « engagé ». L’écriture de l’engagement par littérature étrangère interposée est une écriture du contrepoint et de l’oxymore, née de la tension entre le texte étranger et le péri- texte de transfert. A la fois voix d’accompagnement et contre-voix, le discours péritextuel fait la jonction entre l’interdit et le permis, l’absent et le présent, l’étranger et le même.

Conclusion

18Penser la spécificité du littéraire dans son rapport à l’engagement à travers la réception étrangère permet d’approcher un certain nombre de phénomènes spécifiques.

19Une œuvre engagée, pour passer une frontière, doit correspondre aux valeurs du champ culturel et littéraire d’accueil mais, ce faisant, elle perd son statut d’œuvre engagée dans le champ de réception : déviée, infléchie, elle occupe une place nouvelle selon la fonctionnalisation dont elle est l’objet.

20Les processus de transformation de l’œuvre traduite montrent comment la littérature étrangère « engageable » est celle qui, la plus éloignée des canons du pays d’accueil, à la fois oppose une force d’inertie à la littérature officielle et constitue une force subversive souterraine. En RDA, la littérature française la plus « désengagée » a joué le rôle d’une littérature engagée par intercession et interposition, dont les effets se sont fait sentir au fur et à mesure que le système littéraire était miné.

21Texte « déplacé », l’œuvre engagée perd sa puissance de pulvérisation en passant une frontière. En revanche, toute œuvre non engagée dans son pays d’origine peut, par importation, être investie d’une puissance d’engagement par le jeu de sa seule sélection et par l’écriture polysémique qui naît de la tension entre le texte et le péritexte de transfert. La fonctionnalisation de l’autre dans l’acte d’engagement textuel révèle la puissance du texte littéraire, ainsi que les modes de circulation des textes qui, dans un jeu de tension, de concentration et de redistribution des potentialités du sens, rendent compte des importations dynamisantes, des échanges interactifs et des contaminations créatrices.

Notes

1 Rita Schober (dir.), Französische Literatur im Überblick, nach der von einem tscheschichen Autorenkollektiv unter Leitung von Jan O. Fischer herausgegebenen « Francouzská literatura », deutsch bearbeitet von einem Kollektiv unter Leitung von Rita Schober, Leipzig, Reclam, 1970, p. 375.

2 Idem.

3 Id.

4 Hans Mayer, Nachwort/Postface, Die Elenden (les Misérables), « Victor Hugo in seiner Zeit », Berlin, Volk und Welt, 1959, p. 939-960.

5 Vincent von Wroblewski, « Existentualismus », Manfred Naumand (dir.), Lexikon der französischen Literatur, VEB Bibliographisches Institut Leipzig, 1987, p. 190. — Irene Selle, « Résistance », ibidem, p. 362-365. — Vincent von Wroblewski, « Sartre », ibidem, p. 405-406.

6 Vincent von Wroblewski, « Existentialismus », idem.

7 Id.

8 Benoit Denis, Littérature et engagement. De Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, coll. Essais, 407, p. 12.

9 Ibidem, p. 41-42.

10 La Sacoche de Jean Brécot de Gaston Monmousseau est publié en RDA en 1955.

11 Fils du peuple de Maurice Thorez est publié en RDA en 1951.

12 Variations sur ces catégories : les écrivains humanistes sont les auteurs de l’héritage dont l’idéal de progrès social est proche de l’optimisme socialiste : A. France, R. Rolland, R. Martin du Gard. — Les auteurs socialistes ou « orientés vers le socialisme » pratiquent le réalisme socialiste, et sont souvent au PCF ou proches de lui : J.-R. Bloch, H. Barbusse, P. Vaillant-Couturier, L. Aragon, E. Triolet, P. Gamarra, V. Pozner, A. Stil, P Courtade, A. Wurmser, R. Jean, R. Vaillant, M. Monod. Les tenants du populisme sont classés dans cette catégorie : E. Peisson, A. Chamson, L. Guilloux, M. Audoux. — Les écrivains « bourgeois » sont tantôt perçus comme des « bourgeois-subversifs » (R. Merle, S. de Beauvoir, P. Laîné, G. Perec), ou intégrés à leur milieu, mais critiques, sans projet de remise en cause (F. Sagan, F. Mauriac, A. Maurois, J. Anouilh). — Les écrivains de la modernité : G. Apollinaire, A. Jarry, M. Proust, S. Beckett, les nouveaux romanciers. — Ces « catégories » ont exercé une grande influence sur la réception de l’ensemble de la littérature française.

13 D’Eluard, les Poèmes politiques ; d’Aragon, Aimer à perdre la raison, avec, entre autres, des textes du Crève-cœur de 1941, des Yeux d’Elsa de 1942, du Musée Grévin de 1943, de la Diane française, 1945.

14 Französische Liebesgeschichten, Leipzig, Reclam, 1961 — Französische Meistererzähler, Berlin, Neues Leben, 1956.

15 Herbert Kühn, Vorwort/Préface, Victor Hugo, Die Arbeiter des Meeres(les Travailleurs de la mer), Leipzig, List, 1951, p. V-XI.

16 F. Rother et Klaus Möckel, Französische Erzähler aus 7 Jahrzehnten, Berlin, Volk und Welt, 1983 : la présence de L. Aragon, P. Courtade, L. Guilloux, R. Martin du Gard et V. Pozner cautionne l’ensemble.
19 Hans-Joachim Kruse, Das rote Gasthaus. Französische Kriminalgeschichten, Das Neue Berlin, 1973. — Eberhard Wesemann, Französische Erzähler von Lesage bis Mirabeau, Leipzig, Dieterich, 1981. — Joachim Meinert, Der Liebestrank, Berlin, Aufbau, 1981. — Elisabeth Rappus-Weidemann, Erotisches zur Nacht. Frivole Geschichten aus vier Jahrhunderten, Berlin, Aufbau, 1989.

17 Samizdat : « terme d’origine russe pour dire ‘autoédition’, désigne l’ensemble des techniques (manuscrits, copies à carbone ou dactylographiées, offset, etc.) utilisées pour reproduire des textes interdits. Ces éditions sont diffusées clandestinement. », Iona Popa, « Un transfert politisé. Circuits de traduction des littératures d’Europe de l’Est en France (1947-1989), Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 144, 2002, p. 61.

18 Les thèmes tabous étaient, entre autres : l’existentialisme, le scepticisme, le nihilisme, l’intimisme, l’esthétisme, le Mur, l’URSS, etc.

19 La résistance la plus forte s’exerce contre Samuel Beckett dont l’œuvre ne sera publiée qu’en 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540