Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Quatrième partie. L’engagement au second degré : réception, traduction, adaptation

Engagement littéraire et études de réception

Heart of Darkness, Voyage au Congo, Voyage au bout de la nuit, Journey without maps1

François Guiyoba

Texte intégral

  • 1 Toutes les références aux œuvres de notre corpus se rapportent aux éditions suivantes : Edition Bi (...)

1Implication de soi par rapport à une cause, implication trouvant nécessairement des échos auprès des lectorats, l’engagement littéraire peut, dès lors, prétendre voir dans la réception des œuvres, une aune à laquelle prendre la mesure de son envergure qualitative et quantitative. Transposé aux œuvres ci-dessus, ce principe général se matérialise en une kyrielle de faits pouvant se réduire à quelques constantes : la consécration de Conrad, Gide, Céline et Greene par des instances et institutions sociales illustres et moins illustres ; leurs traductions en diverses langues, y compris les moins courantes ; des gloses, des exégèses et autres herméneutiques de leurs œuvres, etc. Il s’agit donc d’esquisser, sinon un catalogue complet de ces faits et constantes, du moins la logique de leurs occurrences. D’où il pourra se dégager que les études de réception s’avèrent plus que révélatrices des phénomènes littéraires qui, appréhendés par leur biais, dévoilent une facette différente, et peut être inattendue de leur littérarité.

2Globalement tributaire de l’épistèmê frobénusienne et procédant morphologiquement par inversion ou renversement en faveur de l’altérité d’une axiologie anciennement élaborée par l’ego, l’engagement de Conrad, Gide, Greene et dans une certaine mesure de Céline se donne à voir dans la remise en question de la civilisation occidentale et la réhabilitation des civilisations tenues jusque-là pour inférieures, à l’exemple de celles d’Afrique. Cet engagement auctorial s’actualise à divers niveaux sémiologiques qui révèlent des motifs dont la récurrence érige l’ensemble des œuvres ci-dessus en série cohérente. Au plan syntactique, il y a mise en parallèle des paradigmes respectifs de l’Ici et de l’Ailleurs. L’être, le paraître et la spatio-temporalité de l’ego sont obstinément appréhendés en regard de ceux de l’altérité. De sorte que la modalité « muthologique » du propos annoncé par les titres des œuvres n’est généralement qu’un trompe-l’œil qui s’estompe devant une succession de réflexions faisant dudit propos un compte-rendu gno- séologique de voyage. Au plan sémantique le signifié manifeste reste grosso modo constant dans la série tout en connaissant des transformations relatives au niveau idéologique. Le voyage en Afrique demeure invariablement prétexte à « voyage intérieur ». Le parcours d’espaces géographiques et le franchissement d’obstacles géologiques se subliment en une introspection suscitant un changement parfois radical des perspectives relativement à la doxa.

3Ainsi, plus Marlow s’enfonce dans la ténébreuse jungle africaine, plus spécieuses lui paraissent les « lumières » d’une civilisation à laquelle il appartient. En effet, emblème et héraut de l’idéal civilisationnel, Kurtz sombre, à son corps défendant, dans une barbarie démente dont il ne découvre et ne crie l’horreur qu’à l’article de la mort. Parce que manifestement factice, cet idéal s’étiole au contact des « affres » tropicales. A l’épreuve de la nature, il se dégrade en une barbarie essentielle. Tandis que la barbarie supposée occulte la quintessence même de la civilisation, l’idéal brandi ne s’avère qu’un fragile ersatz de cette dernière. Les sirènes du cannibalisme n’ont pas paradoxalement raison d’une civilisation pourtant anthropophage, alors que le credo kurtzien de pacification des indigènes se transforme en projet, mis à exécution, d’« extermination des brutes ». Apanage déclaré de la civilisation, la fidélité aux principes et la retenue face aux tentations semblent cependant être des sécrétions naturelles de la barbarie. Or la tâche assignée à Marlow est la quête d’un Kurtz moribond qu’il trouve et qualifie d’« homme remarquable ». C’est que Kurtz prend douloureusement conscience de ses actes abominables comme dans un acte ultime de contrition, d’expiation et, donc, d’exorcisation de ceux-ci. Dès lors, à un niveau symbolique, et la critique est unanime à ce sujet, la recherche de Kurtz correspond à la quête d’un soi constitué fondamentalement d’un « ça » ne pouvant être oblitéré par la prétentieuse « civilisation ».

4Le même topos sémantique est repris en abyme chez Gide, mais la moindre densité du fictif par rapport à la réalité entraîne ici l’installation de ce qui aurait pu relever du niveau symbolique au niveau manifeste. Emerveillé par la culture et la spatio-emporalité altériennes, le voyageur « décrète », sans ambages, leur supériorité sur leurs homologues d’Ici. Cette promotion, pour ainsi dire, du symbolique se retrouve également dans le discours greenien qui reste intarissable d’hyperboles mélioratives à l’endroit de l’altérité et au détriment de soi-même.

5Si ce n’est pas le cas au niveau connotatif, le discours célinien se démarque des autres au niveau dénotatif où il peut évoquer l’idée d’un pavé dans la mare.

  • 2 C’est en ces termes que Bardamu désigne l’Europe en proie à la première Guerre Mondiale.

6Le voyage de l’ego ne donne pas lieu à une dichotomisation manichéenne de l’Ici et de l’Ailleurs, mais plutôt à une homologisation par le bas de ces deux paradigmes imagologiques. Habité par un pessimisme causé par « l’abattoir international en folie2 », Bardamu ne peut désespérer de l’humanité en faisant abstraction de l’innocente Afrique.

7La pragmatique des œuvres montre plus encore l’engagement de leurs auteurs. La vérité du discours utilise le biais, soit du compte rendu de voyages réels, soit de la vraisemblabilisation de voyages fictifs par brodage sur des voyages réels, de manière à donner l’impression d’être en présence de véritables carnets de voyage, avec ce que cela implique, à quelques exceptions près, comme éloignement des textes de la grande élaboration stylistique, mais aussi comme modalisation du discours au travers des impressions de voyage. Cœur des ténèbres est conçu à partir du « journal congolais » de Conrad, Voyage au Congo est un carnet d’un voyage réellement effectué, Voyage au bout de la nuit se nourrit du séjour de Céline au Cameroun, et Journey without maps est une restitution, fût-elle souvent gnoséologique, du voyage de Greene au Libéria. Toujours au plan pragmatique, un faisceau de faits de nature sociologique converge vers l’émergence d’un système littéraire à partir duquel se dégage l’engagement de Conrad, Gide, Céline et Greene. La série littéraire ici analysée s’insère dans ce système en se nourrissant d’événements socio-historiques majeurs qu’elle remodèle et restitue à la société sous forme d’idéaux ou d’idéologies. L’illusion des Lumières, le scientisme mensonger, les exactions coloniales et la Grande Guerre suscitent la remise en question de la civilisation occidentale, c’est-à-dire donc de soi, cet état de choses étant perceptible au travers de l’exotisme fanatique et quasi-religieux des uns, et la révolte nihiliste des autres. Désormais, erreur en deçà des Pyrénées, vérité au-delà ; ou alors erreur sous tous les cieux. Cet échange littérature-société modèle donc, épistémologiquement, ce qui pourrait être appelé « réception engagée », cette expression recouvrant la notion de réception créatrice et l’impact social des œuvres. C’est cet engagement boule-de-neige qui se trouve au centre de notre réflexion.

8Les échos de l’engagement ainsi défini des auteurs ci-dessus s’avèrent fortement indiciels dans l’évaluation quantitative et qualitative de celui-ci parce que s’actualisant dans le cadre d’un système littéraire dont les détails se révèlent par transposition du schéma jakobsonien de la communication et, corrélativement, suivant deux dynamiques simultanées, l’une interne et l’autre externe, mais relevant toutes les deux d’un processus allant de la création engagée à la réception engagée.

9Réseau diachronique d’échos intégratifs dont la structure basique réfère à un texte séminal et sa mise en abyme, la dynamique interne de la série autorise ainsi le passage de la notion d’influence à celle de réception créatrice d’engagement. On pose, dans une perspective d’influence : Conrad → Gide → Céline → Greene. Or cet algorithme implique l’inclusion, et ceci de manière transitive, des œuvres dans celles qui les suivent. On le réécrit donc : Conrad ⊂ Gide ⊂ Céline ⊂ Greene. D’où, dans la perspective de la réception, la paradigmatique ci-après de cet algorithme :

10Conrad = a

11Gide = b + Conrad

12Céline = c + Conrad + Gide.

13Greene = d + Conrad + Gide + Céline.

14Marquant une rupture avec une ancienne tradition d’appréhension des civilisations occidentale et africaine, rupture dont les caractéristiques essentielles sont dégagées plus haut, Cœur des ténèbres se pose comme texte séminal de la série. Sa mise en abyme dans Voyage au Congo a lieu par explicitation, étoffement et vraisemblabilisation de l’imaginaire de Conrad. Tout juste suggéré dans l’hypotexte parce que secondaire par rapport au voyage intérieur, le voyage en Afrique, et plus précisément au Congo, est clairement énoncé dans l’hypertexte. Quant au voyage intérieur, il s’amplifie dans de nombreuses considérations gnoséologiques sur tous les aspects de l’ailleurs, de sorte que les seules qualités conradiennes de fidélité et de retenue affectées à l’altérité africaine se fondent dans une impeccabilité débouchant sur l’assertion de la supériorité morale de cette altérité sur les Européens et touchant les aspects physiques et la spatio-temporalité de celle-ci. D’où le passage d’une comparaison marlowienne ténue à une comparaison gidienne plus explicite de l’Ici et de l’Ailleurs.

15Chez Conrad, l’un des comparés — les européens — se laisse tout juste deviner, l’autre — les africains — est réduit aux cannibales, le comparant se résume au diptyque idéologique de retenue et de fidélité, et le comparatif reste sous- entendu. Le motif des ténèbres irradie ainsi jusqu’à la lettre du propos.

16Chez Gide, la mise en parallèle de l’Ici et de l’Ailleurs se veut plus conforme à l’esprit traditionnel du genre littéraire retenu, à savoir la relation de voyage. La clarté du paradigme comparatif influe sur une syntagmatique ne s’encombrant pas de fioritures stylistiques et rappelant de ce fait les relations des grands voyageurs de la Renaissance. Les comparés, le comparant, le comparatif ainsi que leur structuration s’avèrent ici plus évidents et, comme le montrent les entrées datées, la coïncidence du temps de l’histoire et de celui du discours redresse, pour ainsi dire, les déformations temporelles du récit conradien. Dans ces conditions, on comprend que Gide ait cédé à l’« illusion réaliste » en prenant la fiction conradienne au pied de la lettre. Il y a chez lui un besoin obsessionnel de mettre Cœur des ténèbres à l’épreuve de la vérité du terrain. Ce qui porte à voir dans son œuvre une véritable enquête anthropologique et sociologique. A preuve les nombreuses références, à Cœur des ténèbres dans Voyage au Congo, les plus explicites apparaissant en pages 21, 29, 31, 219 et 256-357 de l’œuvre. Donc, plus que s’y laisser juste voir, l’engagement de Conrad gagne en envergure et se « pragmatise » en conséquence au travers de sa réception en abyme chez Gide. Ce dernier fait de Cœur des ténèbres son « vade mecum » dans son enquête sur les rumeurs d’exactions des colons d’Afrique Equatoriale Française. Ce qui explique qu’il dédie son ouvrage à l’écrivain anglo-polonais, et qu’il dise du travail de Conrad qu’il ne comporte « aucune outrance dans ses peintures : elles sont cruellement exactes » (note, p. 29).

17Palimpseste parodique du très engagé Cœur des ténèbres à quasiment tous les niveaux sémiologiques, l’épisode africain de Voyage au bout de la nuit confine au contre-engagement. Le voyage d’un grand aventurier, sa quête spirituelle de soi, et sa vision religieusement idyllique de l’altérité se transforment ici en fuite de la guerre d’un pauvre hère, en motivations bassement matérialistes de celui-ci, et en regard cruellement péjoratif sur l’autre, respectivement. Ceci se vérifie jusque dans les détails des noyaux, des catalyses, des indices et des informants de l’histoire. Bardamu n’est pas, loin s’en faut, l’alter ego de Marlow, mais son contraire. De sorte que, au plan idéologique, la fidélité et la retenue conradiennes sont livrées en proie à une dérision célinienne féroce, qui ne sont pas reconnues à une altérité ne se différenciant pas alors d’un ego déjà voué aux gémonies. Fourberie, traîtrise, incontinence sexuelle, prostitution, cannibalisme..., tels sont les traits de l’être altérien. Ainsi, « Un renfort d’éléments soudanais offr[e] tout ce qu’ils [ont] de bien sous le pagne. Pour des prix très raisonnables, on p[eut] s’envoyer une famille entière... ».De même Bardamu se fait exploiter par les indigènes, au lieu du contraire. Profitant de son état de santé et de sa solitude, « Des nègres du village s’étaient sans façons emparés de [son] service et de [sa) case » (p. 223). Pire encore, les indigènes se rendent complices d’un curé pour la vente du « héros » de Céline à un capitaine de bateau :

Les nègres de la forêt devaient tous être dans le commerce et la combine. Chacun son tour, c’était régulier. Il faut bien vivre et prendre pour les vendre les choses et les gens qu’on ne mange pas tout de suite. La gentillesse relative des indigènes s’expliquait de la plus crapuleuse des façons (p. 236).

18La parodie de Céline prend appui sur une syntaxe caricaturale. Certes la comparaison reste sous-entendue comme chez Conrad, mais le propos général n’est qu’un chapelet de clichés et de stéréotypes péjoratifs et surannés sur l’ego et l’altérité ; ce qui ajoute à la tonalité picaresque de la poétique célinienne du voyage. N’en déplaise à Marlow, l’altérité demeure logée à la même mauvaise enseigne que l’ego. L’épisode africain de Voyage au bout de la nuit se pose ainsi en lieu de fictionnalisation à l’extrême, c’est à dire de fictivisation d’un travail d’écriture dont la fictionnalité est déjà évidente en regard de la réalité sur laquelle elle se fonde. De fiction, la fidélité et la retenue conradiennes se dégradent en utopie sous la plume oblitérante de Céline. La réception célinienne de Conrad est, de ce fait, destructrice d’engagement, c’est à dire créatrice de désengagement ou de contre-engagement. Mais, n’est-ce pas aussi s’engager que de se désengager ? Céline se désengage de ce qui, à ses yeux, apparaît comme une utopie pour s’engager dans l’appréhension réaliste des choses, fût-elle décevante.

19Le principe de la diachronie porte à penser que l’épisode africain de Voyage au bout de la nuit n’aurait pas vu le jour sans l’intermédiation de Voyage au Congo entre Céline et Conrad, tout au moins dans la version qu’on lui connaît, même si, reçu chez Céline, Gide n’y a pas le même éclat que Conrad. En effet, on relève ici une présence peut-être diffuse mais, tout de même, assez large et prégnante de Gide. Elle se fait sentir dans des allusions à peine voilées de Céline à Gide relativement à l’aspect « fresque du système colonial » que comporte chacun des deux textes. Ces allusions portent sur diverses formes d’exaction des colons dans leur travail prétendument de civilisation et de pacification de l’Afrique, dont l’exploitation des « saigneurs de caoutchouc », la justice expéditive et, de manière générale, la désagrégation de l’univers des indigènes. La réception de Gide ici sert donc de caisse amplificatrice de la résonance de Conrad chez Céline. Le désengagement célinien par rapport à Cœur des ténèbres trouve un terreau fertile chez Gide relativement à la dénonciation des méfaits de la colonisation sur les colonisés. Gide « aide » Céline à se dé(sen)gager de Conrad dont l’engagement est alors réduit à néant.

20Parce que se situant chronologiquement en fin de série, Journey without maps est une synthèse des trois autres œuvres, au-delà de la marque hyper-textuelle greenienne. L’influence de Conrad est onto-gnoséologique, celle de Gide « mutho » -gnoséologique, et celle de Céline onto-« mutho »-gnoséologique. Greene emprunte à Conrad le motif du voyage introspectif prétexté par le déplacement spatial, mais il l’étoffe avec cet autre, qui lui est spécifique, du retour aux sources ou, à tout le moins, de la découverte de ses origines. S’il accepte le principe conradien de la supériorité de la civilisation africaine sur la civilisation occidentale, il lui adjoint la philosophie de l’appréhension de la première comme repère absolu pour toutes les autres civilisations. Ainsi, « Il y a des moments d’impatience où, ayant assez de rester au stade urbain, on a envie d’éprouver quelque malaise pour essayer de retrouver [...] un moment pour soi basé sur la connaissance, non seulement du présent, mais aussi du passé duquel on a émergé » (p. 19-20), et « ici au Libéria, maintes et maintes fois, on repérait des traces évidentes de ce dont nous sommes partis dans notre processus d’évolution [...]. On avait l’impression d’être rentré chez soi » (p. 93).

21Le tremplin conradien transparaît dans de nombreuses références à cet auteur. Les plus explicites se trouvent en pages 19, 20, 35 et 44, et renvoient respectivement au nom de Conrad, à la citation du fameux « Congo diary » de celui-ci, et à la reprise des termes « darkness » et « fidelity ». Dès lors, Journey without maps étant un carnet d’un voyage réellement effectué par son auteur, il y a lieu d’admettre que Greene « réalise » l’engagement conradien ; il le défictionnalise et, a fortiori, le défictivise tout en l’étoffant.

22La présence de Gide est évidente chez Greene, même si elle n’est pas explicitement évoquée. Et le traitement de l’engagement gidien par Greene consiste en sa lecture comme enquête anthropo-sociologique. Ici, l’étoffement de la « gnosis » conradienne se réalise par le biais de la praxis gidienne. Ce qui entraîne la reprise systématisée des thèmes anthropo-sociologiques, systématisation matérialisée par le titrage et le sous titrage de la relation greenienne en fonction de ces thèmes. En essayant de « scientifiser » de la sorte l’engagement de Gide, Greene lui confère plus de vérité encore.

23L’écho célinien chez Greene est matériellement condensé dans un seul petit extrait de Voyage au bout de la nuit : «. Céline écrit : « Dissimulées dans les frondaisons et les replis de cette immense tisane, quelques tribus extrêmement disséminées croupissaient çà et là entre leurs puces et leurs mouches, abruties par les totems en se gavant invariablement de manioc pourri. .. » (p. 20-21). Mais, qu’on ne s’y trompe pas : ceci n’est que la petite partie visible d’une omniprésence, pour ainsi dire. En effet les origines greeniennes se veulent dépouillées des atours de la civilisation, de manière à procurer quelque malaise au civilisé qui y retourne. Ces origines réfèrent donc au primitif dont la nature est à la fois morale et matérielle. Or précisément, la philosophie de Greene consiste en la quête des origines ainsi définies, celles-ci étant susceptibles de vous faire prendre conscience de la permanence du malaise ci-dessus qui est en réalité de nature freudienne, mais en même temps salutaire, ne serait-ce qu’en regard du principe de l’organisation de l’avenir fondée sur la connaissance du passé. En conséquence, étant un pastiche incisif des sociétés primitives africaines, le petit extrait de Céline ci-dessus illustre parfaitement les aspirations de Greene. Ce dernier sublime donc le désengagement de Céline par rapport à Conrad, de manière à les réconcilier et à opérer une synthèse positive de tous ses prédécesseurs.

24Au demeurant, la dynamique interne de notre corpus montre que, perçu au travers d’autres œuvres, l’engagement d’une œuvre donnée se relativise nécessairement en fonction de la sensibilité psychologique et idéologique des auteurs qui se le réapproprient. Mais, qu’elle se fonde sur l’amplification, l’étoffement, l’explicitation, l’oblitération, la condensation ou la sublimation, entre autres phénomènes créateurs, cette relativité de l’engagement est vecteur de sa vulgarisation et garante, en conséquence, de sa pragmatisation sociale. Ainsi, s’il peut procéder d’une impulsion individuelle, l’engagement reste un fait d’essence collective.

25Dès lors, référant à l’écho social de l’engagement auctorial, écho perceptible par le truchement de la pragmatique, la dynamique externe de notre corpus contribue à la promotion de l’acte de réception en acte d’engagement (socialement) contractuel du lecteur avec l’écrivain, ou à sa suite. La pragmatique élargit la problématique de l’engagement au système littéraire tout entier dans son fonctionnement synchronique et diachronique. Dans la perspective synchronique, le fonctionnement de ce système consiste en échanges idéologiques entre l’horizon mental de la société occidentale d’une part, et ceux, d’autre part, de Conrad, Gide, Céline et Greene. A travers les événements socio-historiques conditionnant les deux types d’horizon, la société inspire des idées à ces auteurs qui les lui restituent après les avoir sublimées en idéaux aux fins d’une meilleure visibilité sociale. Contrairement au reste de la société, et grâce à leur capacité, propre aux démiurges, de prendre du recul par rapport aux choses, ces auteurs perçoivent les travers de l’univers idéologique social et s’érigent contre ceux-ci en leur substituant des valeurs plus sûres. Derrière le grand mensonge qu’est la civilisation et dont certaines manifestations sont le credo léopoldien, le système colonial et la Grande Guerre, se trouve la vérité qu’est le malaise freudien dont il faut prendre conscience et qu’il faut sublimer en s’étendant sur le divan primitif africain.

  • 3 Une grande partie du dernier appendice de l’œuvre est consacrée à cet émoi qui n’a pas épargné la (...)

26Un message d’une telle puissance épistémologique ne peut passer qu’en adhérant à l’écran de réception social, ne serait-ce que de biais. La thématique de surface s’articule sur le mensonge de la civilisation et se laisse véhiculer par un genre littéraire très en vogue, à savoir la relation de voyage aux colonies. Et, subrepticement, l’idéologie auctoriale s’insinue progressivement dans les esprits et les remodèle. La mesure de cette prégnance de l’engagement sur l’écran social peut être prise à travers des faits tels que la publication, pour la première fois, de Cœur des ténèbres en épisodes, comme en urgence, dans le Blackwood’s Magazine de Londres, de février à mars 1899, et le grand émoi3 suscité en France par les révélations de Gide sur les exactions coloniales en Afrique équatoriale française. Reçu en temps relativement réel et par le truchement d’institutions sociales d’importance, l’engagement de ces deux auteurs montre sa grande envergure qualitative et quantitative.

27La perspective diachronique du fonctionnement du système littéraire révèle sa transformation dans un temps dont la périodisation comporte, grosso modo, les époques avant-gardiste, moderne et post-moderne. On peut postuler que notre série d’œuvres est avant-gardiste dans la mesure où elle littérarise l’épistémologie frobéniusienne qui lui est contemporaine. D’où d’ailleurs les analogies de ces œuvres avec les comptes-rendus d’enquête anthropologique.

28Marqué par les deux dernières guerres mondiales, pour ne citer que ces deux événements majeurs du xxe siècle, le modernisme s’approprie le système littéraire avant-gardiste et le soumet à une translation d’une certaine importance. La défiance introspective de soi et la quête des origines aboutissent à une profonde inquiétude spirituelle ou existentielle, voire à une révolte iconoclaste ou nihiliste. Cela s’exprime, non plus dans la relation de voyage, mais très idoinement dans la nouvelle, l’essai, le roman et la poésie, presque tous comportant une veine philosophique évidente. Le modernisme consacre donc, au plan pragmatique, la transtextualité et l’intertextualité du système littéraire, même si l’intermédialité post-moderne s’est déjà annoncée avec le cinéma dont l’importance croissante encourage la transposition d’œuvres littéraires à l’écran et, par ricochet, sur la scène théâtrale. Ainsi, « trans-texte » ou « transforme » de celui d’avant-garde, l’engagement moderniste pérennise ce dernier en l’amplifiant ou l’accentuant par contextualisation.

  • 4 Meyers Jeffrey, « Conrad’s influence on modern writers », in Twentieth Century Literature, été 199 (...)
  • 5 Szczepanski, Jan, « The Conrad of My Generation »(1957), in Najder, Conrad under Familial Eyes, ci (...)
  • 6 Meyers Jeffrey, Ibidem.

29Par son ampleur, l’influence de nos auteurs sur leurs épigones modernes en témoigne. Parlant de cette ampleur dans le cas spécifique de Conrad et de ses œuvres en général, Jeffrey Meyers estime avec justesse qu’« une étude minutieuse de l’influence de Joseph Conrad nécessiterait un livre entier4 ». Dans le catalogue sommaire qu’il dresse pêle-mêle de cette influence, il y a une récurrence notable de Cœur des ténèbres comme hypotexte de moult auteurs de diverses nationalités, y compris ceux du tiers-monde. Qui plus est, « les œuvres de Conrad ont eu une influence sur les chefs des résistances polonaise et française, et il est révélateur que le plus important mouvement politique de la Pologne des temps modernes s’appelle Solidarité. Selon le critique polonais Najder, « dans son pays d’origine [Conrad] devint [...] une des principales autorités morales des jeunes membres de la résistance polonaise ». [Et selon] Jan Szczepanski5, « pour nous, Conrad était plus d’actualité que jamais avant. Ses ouvrages devinrent un ensemble de recettes pratiques pour des gens livrant bataille isolément dans l’obscurité6. »

30Ainsi, le modernisme fait plus qu’intertextualiser, transtextualiser ou trans-littérariser l’engagement idéologique conradien, il le transforme en réalité concrète parce que modifiant les comportements individuels et sociaux en fonction de lui et suivant des enjeux d’importance. Cet engagement est donc tel qu’il induit, modernisme aidant, la transformation du système littéraire d’avant-garde en système praxéologique. D’où son envergure.

  • 7 Cette page est sous-titrée « Adaptations théâtrales ».

31Sans peut-être générer de manière aussi évidente une praxis utilitaire au quotidien, la modernisation de l’engagement célinien n’en aboutit pas moins à sa transtextualité ou à sa translittérarité artistiques. Une page du « web » intitulée Céline au théâtre7 dresse une liste des adaptations scéniques de cet auteur dans diverses villes occidentales de 1936 à 1999, adaptations dont celles de Voyage au bout de la nuit sont de loin les plus nombreuses. La première adaptation de cette œuvre a lieu en 1968, la seconde en 1975, et les autres au moins une fois par an de 1981 à 1996, sauf en 1988, 1992 et 1993. Par ailleurs le célèbre dessinateur Jacques Tardi a publié aux éditions Futuropolis Gallimard, des versions illustrées d’œuvres céliniennes dont Voyage au bout de la nuit en 1988. Le modernisme donne donc à voir la révolte engagée de Céline. N’est-ce pas là aussi un donné à vivre, ne serait-ce que pour sa fonction cathartique ?

32Il n’y a pas de modernisation de Voyage au Congo et Journey without maps, tout au moins en apparence. En fait ces deux textes inaugurent déjà la modernité de leur système littéraire avec leur « hypo-intertextualisation » de Cœur des ténèbres qui, de manière souterraine, les entraîne en conséquence dans ses transformations modernes. Cette inauguration est d’autant plus vraie que Gide et Greene défictionnalisent l’œuvre de Conrad en la soumettant à l’épreuve des faits.

  • 8 Film de Francis Coppola sorti en 1979. Palme d’or au Festival de Cannes de cette année, ce film re (...)
  • 9 Tervonen Taina. « Aux origines du génocide », in Agricultures 20 (cf. Internet).

33Le postmodernisme marque comme une explosion, non pas destructrice mais « baroquisante » d’un système littéraire arrivé à saturation. Intertextualité, transtextualité et hypotextualité sont poussées à l’extrême limite dans l’intermédiatisation tous azimuts, le recyclage et l’hybridation des motifs d’un engagement souvent reçu et vécu en interactivité. Et les circonstances socio-historiques ne manquent pas pour entretenir cet état de choses. Les guerres du Viêt-Nam, d’Irak et d’autres ainsi que les génocides actuels prennent le témoin des grands conflits passés du xxe siècle et de la Shoah pour exprimer la pérennité du malaise freudien dans la culture. Cœur des ténèbres est adapté au cinéma, et même mis en musique et chanté. Le film Apocalypse Now8 en est une transposition diégétique et idéologique à la guerre du Viêt-Nam. Un autre exemple de recyclage de l’œuvre littéraire est Exterminez toutes ces brutes de l’écrivain suédois Sven Lindqvist : bien qu’ayant été profondément marqué par Cœur des ténèbres, cet auteur ne reprend pas tout à fait cette œuvre, mais se contente, en partant symboliquement des propos de Kurtz, de réfléchir sur le phénomène du génocide dont l’ampleur et la récurrence modernes restent sans précédents. En effet, « Récit de voyage et essai, Exterminez toutes ces brutes mélange rêves, souvenirs, documents historiques et anecdotes [...]. [Lindqvist] sillonne le Sahara, ordinateur portable sous le bras, et explore les origines du génocide dans des documents emmagasinés dans une pile de disquettes9. »

  • 10 Le Matricule des Anges, magazine indépendant de littérature, n° 34, avril-mai 2001 (cf. Internet).

34Ce même phénomène de recyclage littéraire se retrouve chez l’écrivain canadien Timothy Findley, mais il se double ici de celui de l’hybridation comme dans Le Chasseur de Têtes. Dans le numéro 34 du Matricule des anges10, Benoît Broyart parle du « singulier recyclage de personnages littéraires » auquel est « convié » le lecteur dans cette œuvre. Ce que confirme l’auteur dans une interview accordée à ce magazine par le biais de ce commentateur :

Dans [...] Le Chasseur de Têtes, j’utilise un certain nombre de personnages littéraires, comme Kurtz, Emma Bovary ou Anna Karénine. Conrad, Flaubert et Tolstoï ont écrit ces chefs-d’œuvre et nous devrions y prêter plus d’attention. Pourtant, nous continuons d’exploiter les gens comme il est écrit dans Au Cœur des Ténèbres. Et les femmes qui ressemblent à Emma Bovary refusent de comprendre que la vie n’est pas une affaire de surface. Ce n’est pas uniquement une histoire d’amour ou une affaire d’argent. Ces grands personnages ne sont pas assez pris en considération. Les gens lisent puis disent : « c’est merveilleux, que vais-je lire maintenant ? ». Comme si c’était juste de bons livres, mais ce sont de grands livres. Ils forment une partie de l’univers, de l’humanité, de chacun d’entre nous.

35Ces propos de Findley ont une résonance épistémologique. A travers les phénomènes de réception qui lui sont spécifiques, le postmodernisme intègre l’engagement littéraire individuel dans une dynamique générale, favorisant ainsi l’insertion d’œuvres dignes de ce nom dans la liste plutôt sélective de la littérature universelle et la dilution de notre système littéraire dans un unique méga-système. Que certaines œuvres conservent leur brillance dans un tel système est un indice de la puissance de leur engagement.

36Ainsi perçu, le postmodernisme ne peut que créer une atmosphère propice à la réception engagée interactive. N’étant plus le privilège d’un seul médium, ni la propriété exclusive d’un seul auteur, l’œuvre se transforme à un rythme tel qu’elle requiert désormais l’espace d’un supermédium pour être reçue et assimilée en temps réel. En l’état actuel des choses, il n’existe pas meilleur médium qu’Internet pour cela. Des sites et des pages de celui-ci sont consacrés aux auteurs et même à des œuvres précises de manière à permettre des échanges de commentaires et autres critiques sur ceux-là et celles-ci en continu. Conrad, Gide, Céline et Greene bénéficient largement de ces facilités.

37En définitive, les études de réception donnent effectivement du relief à des phénomènes intrinsèquement littéraires dont beaucoup passent souvent inaperçus quand ils ne sont pas sciemment relégués à la périphérie de l’exégèse littéraire, mais qui peuvent éclairer la représentation de la littérature d’un jour nouveau s’ils sont pris en considération un tant soit peu. Ces phénomènes relèvent de la modalisation d’un engagement littéraire qu’ils révèlent comme étant en réalité une réception engagée, c’est-à-dire un recevoir et un donner. Ce qui est mis en gage, c’est à la fois l’hypotexte et l’auteur lui-même, c’est-à-dire l’acquis culturel et le démiurge, aux fins de la production d’un hypertexte comme bénéfice de la mise en gage, bénéfice engrangé dans l’intérêt de tous et de chacun avec l’assentiment de lecteurs sous contrat tacite avec le démiurge. Par le jeu de l’intermédia- lité, voire de la transmédialité, ce bénéficie peut devenir une rente à vie accordée à l’auteur et aux autres par la totalité des institutions et des instances sociales. Dès lors, la littérature n’est pas « que littérature », mais engagement au sens fort, que l’on retrouve chez Sartre, de ce terme. Elle se veut une praxis transcendan- tale, à l’instar du Verbe génésiaque. Au commencement de la société était donc la littérature.

Notes

1 Toutes les références aux œuvres de notre corpus se rapportent aux éditions suivantes : Edition Bilingue, Librairie Générale Française (1985) pour Heart of Darkness ; Gallimard (1981) pour Voyage au Congo ; Gallimard (1989) pour Voyage au bout de la nuit ; Penguin (1980) pour Journey without maps. Par ailleurs c’est nous qui traduisons les extraits de cette dernière œuvre.

2 C’est en ces termes que Bardamu désigne l’Europe en proie à la première Guerre Mondiale.

3 Une grande partie du dernier appendice de l’œuvre est consacrée à cet émoi qui n’a pas épargné la classe politique française. Ce qui a entraîné la prise de décisions allant dans le sens de la réforme du système colonial dans certains de ses aspects. L’extrait ci-après permet d’en juger : « Dans la séance du 23 novembre 1927, M. Fontanier, député du Cantal, occupa longuement la chambre du scandaleux régime des Grandes concessions. A défaut de rapports administratifs, toujours confidentiels, c’est à mes renseignements qu’il dut se reporter. M. Léon Perrier, Ministre des Colonies, lui répondit. Lorsque, à mon retour du Congo, j’allai remettre à M. Léon Perrier le rapport que je lui devais, je remportai l’impression la plus réconfortante de l’entretien qu’il me permit d’avoir avec lui. D’autre part l’envoi d’une commission d’enquête, aussitôt qu’il fut avisé de l’inquiétante mortalité parmi les indigènes réquisitionnés pour le chemin de fer de Brazzaville à Pointe-Noire, témoignait d’un zèle humanitaire efficace et qui ne se payait pas de mots. Les déclarations qu’il fit en ce jour à la chambre contiennent mieux que des promesses ; elles annoncent comme déjà prises les mesures les mieux propres à nous rassurer. » (p. 485).

4 Meyers Jeffrey, « Conrad’s influence on modern writers », in Twentieth Century Literature, été 1990, vol. 36, N° 2. (cf. Internet). Nous traduisons de l’anglais.

5 Szczepanski, Jan, « The Conrad of My Generation »(1957), in Najder, Conrad under Familial Eyes, cité in Meyers J., op. cit.

6 Meyers Jeffrey, Ibidem.

7 Cette page est sous-titrée « Adaptations théâtrales ».

8 Film de Francis Coppola sorti en 1979. Palme d’or au Festival de Cannes de cette année, ce film reste l’adaptation la plus populaire de Cœur des ténèbres. Les autres adaptations connues sont : Au cœur des ténèbres, téléfilm américain de Nicolas Roeg, 1994 ; Au Cœur de la tourmente, film britannique de Beeban Kidron, 1998.

9 Tervonen Taina. « Aux origines du génocide », in Agricultures 20 (cf. Internet).

10 Le Matricule des Anges, magazine indépendant de littérature, n° 34, avril-mai 2001 (cf. Internet).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540