Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Quatrième partie. L’engagement au second degré : réception, traduction, adaptation

La réception d’Émile Zola chez les anarchistes

Vittorio Frigerio

Texte intégral

  • 1 Interview publiée dans L’Événement, 1er mai 1894, reproduite dans Speirs Dorothy et Dolorès A. Sig (...)
  • 2 Duval Clément, Moi, Clément Duval, bagnard et anarchiste. (texte établi par Marianne Enckel). Les (...)

1« Les anarchistes en général ne lisent guère1 », a dit une fois Zola. Peut-être. Ou alors ils ne lisent que les bons passages. Clément Duval, le cambrioleur révolutionnaire, en sait assez sur lui pour s’exclamer, avec Claude Lantier, « Quels gredins que les honnêtes gens2 ! » Si les anarchistes ne lisent pas en général, et qu’ils ne lisent pas Zola en particulier, ce n’est pas la faute de leurs publications, qui le leur proposent régulièrement. Malgré cela, la première rencontre entre l’auteur et les révolutionnaires naît d’un malentendu. Elle est aussi représentative de ce que sera le rapport entre l’un des écrivains les plus célèbres, et l’un des mouvements politiques les plus controversés de l’époque.

2Le souvenir qui nous est resté de l’anarchie à la fin du siècle est surtout fait d’attentats sanglants, qui semblaient annoncer non seulement la fin d’un siècle mais celle d’un monde. On oublie trop souvent que ces actes démonstratifs ne sont que les manifestations les plus spectaculaires de tout un débat social, de l’affrontement entre une société ouverte aux dérives autoritaires et des réformateurs radicaux qui aspirent à un renouvellement total de l’existence. Le mouvement anarchiste nourrit en son sein une polémique continue sur ce que sera le monde après la révolution, que l’on estime prochaine. Ses publications font une grande part à tout ce qui est culturel. L’important n’est pas seulement d’améliorer les conditions d’existence des classes opprimées ; il s’agit d’instruire, de répandre la bonne parole à travers l’éducation et les arts.

3La littérature n’a nul droit à s’abstraire de la mêlée sociale. Les publications anarchistes, tout en privilégiant la sociologie, soulignent souvent l’importance de la création. Certaines feuilles (dont L’endehors de Zo d’Axa) sont plus littéraires que sociales, et de nombreuses revues littéraires prêchent l’anarchie ou, comme La Plume, sont en même temps des revues culturelles et militantes. Jean Grave, éditeur de La Révolte et par la suite des Temps nouveaux, les agrémente d’un long Supplément littéraire où il publie des extraits d’œuvres diverses. Mais La Révolte n’a pas le sou, et ces contributions ne sont généralement pas rétribuées. Grave demande à certains auteurs, perçus comme progressistes, l’autorisation de reproduire leurs œuvres. A d’autres, il ne demande rien. Certains de ces auteurs appartiennent à la Société des Gens de Lettres, dont Zola a été depuis peu élu président, qui apprécie peu l’attitude de Grave. D’où une lettre officielle, signée par Zola, enjoignant l’anarchiste de cesser le pillage des œuvres. Ou alors de payer à la Société les droits qu’elle exige, fort élevés pour un journal dont la survie financière est un miracle quotidien.

  • 3 Sans nom d’auteur. « Boutique de lettres ». La Révolte, n° 45, du 25 au 31 juillet 1891.

4L’année est 1891, et Zola est déjà un auteur connu. Les préoccupations sociales affichées par le naturalisme en font pour certains un « socialiste ». Mais la sèche missive de la Société suffit à faire déferler sur lui une vague de critiques cinglantes, qui montre en plein jour un ressentiment qui a dû croître pendant longtemps dans l’ombre. C’est l’occasion pour régler ses comptes avec l’auteur. André Girard s’attaque en premier lieu à « Mossieu Zola », qui voulait être chevalier de la Légion d’honneur, avait aspiré à la Présidence de la Société des Gens de Lettres par amour des honneurs, et voulait entrer à l’Académie. Sa faute serait d’autant plus injustifiable qu’il aurait lui-même accordé auparavant à La Révolte « pleine et entière permission de puiser dans ses œuvres3 ». Au-delà de Zola lui- même, la controverse éclaire le rapport ambigu des anarchistes à la place de la culture dans le processus révolutionnaire. Le mouvement est à la recherche d’un roman capable de donner corps à ses revendications. Que sera ce roman ?

  • 4 Sans nom d’auteur. « L’art ». La Révolte, supplément au numéro 28.Le supplément littéraire ne port (...)

Ce ne seront ni de tristes cantilènes, ni de mièvres gémissements, ni de débonnaires joies que l’on murmurera, la main sur le cœur, les yeux levés et larmoyants, mais de solennelles, de fières, de rudes, de frémissantes paroles où retentiront de hautaines volontés, s’annonceront des joies mâles, passeront majestueux et recueillis, les souvenirs des anciennes douleurs.4

5Le naturalisme pourrait bien remplir ce rôle. Plusieurs écrivains qui en sont proches sont des sympathisants. Mais les anarchistes ressentent une forte méfiance envers des écrivains « bourgeois », ignorants de la classe ouvrière. Attrait et rejet s’alternent, et l’écrivain qu’on voudrait attirer est comparé au marchand exploiteur contre lequel on se bat :

  • 5 Sans nom d’auteur, « Boutique de lettres », La Révolte, n° 45, du 25 au 31 juillet 1891.

La littérature des gens de lettres se débite à tant la ligne, tant la page, tant l’aune, comme du drap. Il n’est pas encore arrivé qu’on y cherche une idée. Il est vrai qu’il y en a si peu dans la marchandise qu’offre cette boutique...5

  • 6 Mirbeau, Octave, « A propos de la Société des Gens de Lettres », Article republié dans La Révolte, (...)

6La position de Zola est fausse. Octave Mirbeau se moque, dans un article publié dans L’Echo de Paris, de « la Société des Gens de Lettres, une société vraiment étrange et superlativement abusive, dont ce n’est pas une des moindres surprises [...] de voir M. Emile Zola présider sérieusement et sans dégoût à ses petites combinaisons commerciales, et, suprême patron, débiter, en gros et en détail, la littérature des gens de lettres comme des articles d’épicerie6 ». On s’arrangera sans perdre la face, et l’affaire sera peu à peu oubliée. Mais Zola n’oublie pas les mots caustiques dont il a été la cible. En 1894, lorsque Jean Grave est condamné à deux ans de prison pour son livre L’Anarchie et la société mourante, il refuse de signer une pétition en sa faveur. Sa justification est claire :

Je ne suis pas pour la violence. J’ai lu des extraits du livre de Grave [...], il y est exclusivement fait appel à la violence, je n’approuve pas ça du tout. Je n’ai pas à faire la propagande d’idées que je réprouve, étant, moi, un homme d’évolution et non de révolution.

7Et une petite flèche pour finir :

  • 7 Interview citée dans Grave Jean, Quarante ans de propagande anarchiste, Flammarion, Paris, 1973.

Et d’ailleurs Jean Grave n’est pas un écrivain, un des nôtres, c’est un politique, un militant. Que les politiques se débrouillent ! Je ne fais pas de politique, moi.7

8Ce sera là toujours, avec quelques variations, sa position chaque fois que l’argument est soulevé :

  • 8 Interview parue dans Le Figaro du 25 avril 1892, reproduite dans Speirs, op. cit., pp. 90-91.

[...] le grand reproche que nous pouvons faire aux théoriciens anarchistes, c’est de ne pas être des esprits scientifiques. Ils veulent impatiemment ce qu’ils désirent, comme des enfants, des femmes — des poètes [...]. Nous croyons, nous, à l’évolution ; eux croient à la possibilité de la réalisation immédiate.8

9Le bruit des bombes porte les gens à s’interroger sur la relation de cause à effet qui pourrait exister entre la littérature et l’action directe. Les dénégations de Zola, qui refuse tout lien, poussent Zo d’Axa à mettre « notre maître » face à ses contradictions. Le polémiste reprend d’abord des bribes d’une interview que Zola a accordée au Rappel, où l’écrivain affirme :

Ah ! il va bien Souvarine, depuis que je l’ai lancé dans le monde ! Mais je ne suis pas du tout effrayé de ces incidents isolés. Qui peut prévoir d’une façon précise l’effet d’une provocation sur un cerveau démoralisé par la misère, prédisposé par l’alcoolisme aux solutions simplistes !

10A l’interview réelle d’Axa fait suivre une interview fictive. Son Zola poursuit :

  • 9 D’Axa Zo, « M. Zola et la dynamite », L’Endehors, n° 47, 2e année, 27 mars 1892.

Quand on me relit, pourtant, il est bien naturel de concevoir que c’est moi l’initiateur des chambards. C’est mon cerveau qui a broyé la poudre dont se servent les anarchistes (sic). Mais vous savez, ma situation, les gendelettres, m’absorbent et quand même, — comprenez-moi bien, ce serait moi qui allumerais les mèches je devrais à Camille Doucet de ne pas le dire.9

  • 10 Interview accordée à L’Événement du 1er mai 1894, dans Speirs, op. cit., p. 136.

11Ailleurs, Zola affirmait : « Et puis, le jeune anarchiste eût-il lu Germinal avant ses crimes, et en eût-il emporté une impression trop profonde, que je me considérerais, quant à moi, comme tout à fait hors de cause10 ». Le naturalisme ne fait que décrire et l’auteur ne peut être assimilé à une cause simplement parce qu’il en parle. Mais cette position ne sera jamais entièrement acceptée. La différence entre la réalité et la fiction n’est pas aussi aisée à déterminer pour les lecteurs qu’elle ne l’est pour l’écrivain.

12Si Zola est homme d’évolution, il ne se limite pas cependant à l’attendre, mais se pose aussi des questions sur sa nature. Apparaît alors l’expression d’une convergence :

  • 11 L’Evénement, dans Speirs, op. cit., p. 136-137.

[...] il y a bien longtemps que j’ai le sentiment de ce mouvement lent mais continu qui nous traverse. Et ceux qui savent me lire en ont pu trouver l’impression dans toute mon œuvre, aussi bien dans le Bonheur des dames que dans Germinal. Appelez-le nihilisme, socialisme ou anarchie, il est indéniable ; c’est une évolution, qui s’opère et qui nous mènera Dieu sait où11 !

  • 12 Voir Faure Sébastien, Les Anarchistes et l’affaire Dreyfus, Présentation de Philippe Oriol, Éditio (...)
  • 13 « Purulences », Les Temps Nouveaux n° 39, du 22 au 28 janvier 1898.

13Faudrait-il en conclure que le but de l’écrivain et celui des révolutionnaires est le même, sauf que les uns y croient et l’autre pas ? De nombreux lecteurs anarchistes ont lu l’œuvre de Zola à peu près comme un plan d’action, décrivant un avenir prochain. Il est des moments où l’histoire s’accélère. L’affaire Dreyfus en est un. La France peut se croire au bord d’un abîme. L’attitude anarchiste fut d’abord ambiguë. La dénonciation initiale de Bernard Lazare n’emporte pas l’adhésion immédiate du mouvement. Certains ne comprennent pas pourquoi ils devraient défendre un capitaine, alors que tant des leurs pourrissent dans les bagnes12. L’entrée de Zola dans le débat est toutefois notée. Les premières réactions dans les feuilles libertaires donnent le ton. Son attitude est admirable car il s’engage en première personne, et qu’il « a eu le courage de se mettre, presque seul, en travers de ce débordement de boue ». Mais le romancier ne va pas jusqu’au bout, puisqu’en ce qui concerne l’armée, il « déclare professer le plus grand respect pour ce chancre purulent que son attitude aide à crever13 ».

14Dès lors, ce sera à qui saura lui faire comprendre l’insuffisance de son action, et convertir à la cause un homme qui irrite, mais que l’on sent proche de ses positions. Les révolutionnaires voient le bien que pourrait faire à la propagande l’apport d’un nom comme celui de Zola :

  • 14 Charles-Albert, « A M. Emile Zola », Les Temps Nouveaux n° 40, du 28 janvier au février 1898.

Nous avons rêvé, aussi, de l’aide que nous pourrait être le prestige des richesses intellectuelles, accumulées. Nous imaginons le grand savant, le grand artiste, le grand écrivain profitant de la foule déjà groupée autour de lui pour jeter des paroles de vérité sociale et de révolte. [...] Et justement parce que vous inaugurez, comme un excellent exemple, ce courageux usage de la notoriété, nous voudrions vous voir comprendre de la façon la plus large et remplir jusqu’au bout ce devoir social14.

  • 15 Girard André, « Mossieu Zola », La Révolte, Supplément littéraire au numéro 1, 1888 ( ?)
  • 16 Girard André, « La dernière idole », Les Temps Nouveaux, n° 43, du 19 au 25 février 1898.

15Cette transition, Zola refusera de l’accomplir. Malgré la virulence de ses critiques, il ne reniera jamais l’armée. Les anarchistes n’hésitent pas à tirer pour lui les conséquences de son geste. André Girard, au lieu de fustiger cette « pauvre intelligence », ce « pauvre cœur », ce « gros et gras parvenu15 », affirme : « Oui, l’acte de Zola a eu une portée énorme. Déjà d’autres idoles [...] s’en étaient allées à vau-l’eau. [...] Une seule restait, et non la moins tyrannique : l’Armée. Zola, qu’il l’ait voulu ou non, lui a porté un coup funeste16 ».

  • 17 D’Axa Zo, « Les moutons de Boisdeffre », La Feuille, 28 février 1898.

16Mais l’a-t-il voulu ou non ? « Objectivement » parlant le résultat ne fait guère de doute. Pour le dire avec Zo d’Axa : « La condamnation de Zola, accueillie par des hourras et des hurlements de lyncheurs, a rappelé le touchant accord des gens d’église et de caserne17 ». Mais le doute demeure que l’écrivain lui-même n’a pas compris les implications de son acte :

  • 18 Romero A, « Simples réflexions », Les Temps Nouveaux n° 51, du 16 au 22 avril 1898.

Zola lui-même [...] s’est défendu [...] d’avoir attaqué l’armée ; il a protesté de son respect, de sa tendresse pour elle ; n’empêche qu’il fut condamné à un an. pour lui apprendre sans doute que l’on ne doit pas faire les choses à demi.18

  • 19 Sur les réactions à la condamnation de Zola, voir Gérard de Lacaze-Duthiers, C’était en 1900, chap (...)

17Les anarchistes mènent un combat double : persuader le héros de l’histoire de se faire le héraut de la bonne cause, en combattant les préjugés en son propre cœur, et utiliser sa notoriété pour qu’elle se reflète sur le mouvement. Les critiques se font donc nuancées et il commence à se dessiner en filigrane l’image d’un Zola anarchiste qui s’ignore19.

18La libération de Dreyfus ne marque pas la fin de l’histoire. Sur sa lancée plusieurs appels retentissent pour libérer les camarades victimes des « lois scélérates ». A qui s’adresser, si ce n’est à l’homme du jour ? Mais il importe de le faire dans les formes, pour ne pas heurter les sensibilités des militants, peu disposés aux coalitions, même avec des alliés objectifs de naguère.

  • 20 Girault E., « Lettre ouverte à Emile Zola », L’Homme Libre, n° 8, du 15 septembre au 15 octobre 18 (...)

19L’offensive débute avec une lettre ouverte de E. Girault à Zola, dans L’Homme Libre. Le ton en est parfois admiratif. Girault évoque « cette lutte, que certains ont appelée titanesque, mais que nous avons trouvée, nous les anarchistes, très naturelle, tant elle ressemblait à notre apostolat20 ». Quelques menues différences mises à part, il n’y a nul doute que l’écrivain et les révolutionnaires pourront se rencontrer. Pourquoi cela ? Parce que « Souvarine et Guillaume Froment ont la rage au cœur et la colère au cerveau, et les anarchistes sont ces hommes vivants de vos romans de la haine puissante. » L’écrivain doit répondre à l’appel de ses personnages, ne pas trahir les idées de ceux qu’il a fait vivre. « Continuez donc votre œuvre, Zola ! Soyez avec nous un révolté, car cette Révolution, elle est proche, vous la pressentez mieux que n’importe qui. »

  • 21 « L’idée », L’Homme Libre, n° 9, du 15 octobre au 15 novembre 1898.
  • 22 Devaldès Manuel, « La réponse de Zola », L’Homme Libre, n° 9, du 15 octobre au 15 novembre 1898.

20Dans cette nouvelle bataille Zola est perçu comme « un homme libre de toute attache politique », un « révolté », un « sincère », une « nature généreuse21 ». Mais on ressent le besoin de le stimuler. C’est ce que fait Sébastien Faure en publiant en première page du Libertaire un « J’accuse » tel qu’on aurait souhaité que Zola l’écrive, attaquant les institutions. Est-ce le plaisir de s’entendre maintenant appeler « le maître écrivain de Germinal et de Paris22 » qui pousse Zola a écouter les requêtes qui lui sont faites ? Lors d’une visite de Manuel Devaldès, le romancier semble plus disposé à soutenir les revendications anarchistes :

  • 23 Ibid.

Je comprends, dit M. Zola [que la lutte continue après Dreyfus]. Et je commence par vous dire avant toute chose que je désire beaucoup — et le grand écrivain insiste — beaucoup agir en faveur de ces malheureux combattants dont le cas est certainement intéressant23.

21Zola n’oublie néanmoins pas de faire la différence entre le cas du capitaine, dans lequel la loi avait été violée, et celui des anarchistes, condamnés selon la loi. Il préférerait une amnistie générale. Mais il s’engage ouvertement en des termes qui montrent qu’il comprend toute la susceptibilité des gens à qui il s’adresse :

Si [l’amnistie] ne se réalisait pas, alors j’userais de tous les moyens en ma possession pour aider à leur libération sans toutefois employer ceux que les libertaires reprouvent, sans humilier l’Anarchie devant l’Autorité. [...] Enfin assurez les anarchistes qu’ils peuvent compter sur ma plume pour contribuer à rendre à la liberté ceux de leurs camarades qui souffrent dans les bagnes, — et qu’en cette circonstance je suis de cœur avec eux.

22Seuls certains des nombreux internés anarchistes purent faire retour en France, mais la disponibilité de Zola fit son effet dans les milieux révolutionnaires.

23Plus que dans ses actions, c’est dans ses livres que les anarchistes voient la confirmation de leurs théories. De toute la production zolienne, Germinal et Paris, avec des personnages anarchistes, attirent plus l’attention. Mais aussi Rome, Travail, et surtout Fécondité.

  • 24 Le Blond, Maurice, « Emile Zola devant les jeunes », La Plume, n° 212 à 217, février- mai 1898.
  • 25 Ibid.

24L’approche naturaliste, d’essence scientifique, plaît aux libertaires. Le vocabulaire zolien, aux tons parfois métaphysiques, proches du parler anarchiste, de même. Le fait que « [les] vices et [la] dégradation [de ses personnages soient] la conséquence de l’état actuel de la société24 » correspond aussi à la critique anarchiste, matérialiste et déterministe. Pour la première fois une théorie littéraire semble mener à des conséquences sociales. Les œuvres de Zola « passionnèrent autant qu’une affaire politique ou qu’un événement national. [...] Toutes les classes de la société ressentirent un choc et furent ébranlées25 ».

  • 26 Zola le définit ainsi dans L’Evénement, reproduit dans SPEIRS, p. 136.
  • 27 Le Blond, article cité.
  • 28 Madin A. « Un cinquantenaire. Germinal d’Emile Zola », Le Libertaire n° 437, 22 février 1935.

25Le premier choc ressenti par les anarchistes fut probablement celui de la reconnaissance. Souvarine a beau être un nihiliste, et un personnage « de troisième plan26 », il n’en est pas moins une silhouette mémorable qui montre le chemin de la destruction qui doit précéder la reconstruction de la société. « La rouge et tragique figure de Souvarine, parmi le chœur innombrable et tumultueux des travailleurs sacrés27 » n’a rien à voir avec l’image caricaturale qu’offrait la grande presse quand il était question d’anarchie. On peut imaginer le plaisir que dut susciter l’apparition de ce héros d’un genre nouveau, dans un livre qui est « un chef-d’œuvre littéraire et un document social complet », ayant « grandement contribué à éveiller la conscience de classe chez l’ouvrier28 ».

  • 29 Lantoine Albert, « Emile Zola devant les ‘cannibales’ », Humanité nouvelle, 1903.
  • 30 Lantoine Albert, « Chronique Littéraire », L’Humanité Nouvelle, 1898, vol. I.
  • 31 Lantoine Albert, « Emile Zola devant les ‘cannibales’ », Humanité nouvelle, 1903.

26A l’exception de Germinal, les exégètes anarchistes privilégient les Trois Villes et les Quatre Evangiles. « Le maître a fini dans l’apostolat29 », fait-on noter. La chose est loin de déplaire. paris, l’autre roman de Zola avec un personnage anarchiste, a droit à un accueil ardent. Il est vu comme un exemple frappant de la supériorité de la fiction sur la politique et de son pouvoir de convaincre par le sentiment, « Car cette œuvre, d’une portée plus considérable que tous les traités de socialisme, que toutes les déductions des philosophes, élargit le cœur à le briser30 ». La critique anarchiste revient sur le geste du dynamiteur du roman pour évoquer « [les] assassins très doux rêvant la floraison des âmes très pures sur les ruines amoncelées, voulant apporter la lumière dans l’éclat de leurs bombes ! » Peu importe que Zola, par la voix d’un autre personnage, condamne l’attentat. Cela montre simplement que la création est plus lucide que le créateur. Et le critique exhorte ses lecteurs : « Lisez ce livre qui fait comprendre le martyr prochain d’une sainte cause31 ».

27L’anticléricalisme de Rome semble une démonstration de l’identité de vues du romancier et des révolutionnaires. C’est un roman à thèse qui aurait pu avoir été écrit par le plus convaincu des camarades. L’évolution de Zola va dans le sens souhaité :

  • 32 « De Lourdes à Rome, par Emile Zola », Le Libertaire n° 27, 16-22 mai 1896, article non signé.

Le pas franchit (sic) de Lourdes à Rome est immense ; de tous ces mensonges qui constituent l’édifice du vieux Monde, branlant sur ses bases, une à une, les erreurs seront comprises et détruites ! Et toujours et partout l’idée libertaire apparaîtra résultante de toutes les vérités32.

28Avec Fécondité, Zola rentre dans un débat très vivace au sein du mouvement libertaire :

  • 33 Devaldès Manuel, « Fécondité et Stérilité », L’Homme Libre, n° 10, du 15 au 30 novembre 1898.

La fécondité et la stérilité trouvent également parmi [les penseurs] leurs partisans. Et le plus amusant est qu’en cette affaire, chacun prêche pour un saint qui se trouve être le même : la Révolution sociale.
Certains, parmi lesquels Zola, considèrent le fait de la fécondité comme une œuvre révolutionnaire et maints libertaires attribuent la même qualité à la stérilité33.

  • 34 Saint-Georges de Bouhélier, « Le Monde attend un Evangile », La Plume n° 253, 1er novembre 1899.

29Ce panthéisme vague qui n’est pas en contradiction avec des croyances matérialistes, fait que l’on voit le livre de Zola comme l’ébauche d’une nouvelle Bible laïque, « cette première page d’un évangile que tous nous attendons constamment et sans cesse, [...] tout à fait conforme aux grandes nécessités du monde, à la réalité des faits, aux besoins perpétuels, vrais et profonds de l’homme34 ».

  • 35 « Fécondité », Le Libertaire (hebdomadaire), 6e année, n° 12, du 21 au 27 janvier 1900. (signé L’H (...)

Et ce livre [...] n’exalte [...] que ce qui est magnifique, la bonne, la saine, la belle Nature, et elles sont humaines toutes ces pages qui crient ardemment : « Aux champs, les hommes des villes ! A la belle vie, les misérables, à la fécondité par les amples semailles et les larges récoltes ! », et c’est la vérité que Zola affirme en disant : « La terre produit à qui sait la prendre »35.

  • 36 Richard, L.-R, « L’école naturaliste », Humanité nouvelle, 1903.

30Comme le héros de Paris, les anarchistes croient comprendre que Zola « [...] devinait que la Science aurait pour apothéose l’âge d’or vainement promis par la religion, il pressentait qu’en vérité et en justice chacun aurait également droit à sa part de ce paradis qui n’aurait rien de chimérique étant terrestre36 ».

  • 37 Quillard Pierre, « Emile Zola », Les Temps Nouveaux n° 23, du 24 au 10 octobre 1902.
  • 38 Louis Pierard, « Zola et le travail » in Les Hommes du jour, Hors série n° 5, octobre 1911.

31La mort de Zola modifie ultérieurement l’attitude anarchiste, qui mettra dorénavant l’accent sur le côté positif de l’influence de Zola sur la vie de son temps. Le romancier est promu « ouvrier de lettres37 ». On souligne qu’il « était fier d’apparenter son effort continu, régulier, à celui du rude travailleur, du maçon ou du terrassier, qui, levé dès l’aube, accomplit, malgré toutes les misères, toutes les douleurs, toutes les exactions, sa tâche utile aux hommes, ses frères38 ». On insiste sur l’évolution de sa pensée :

  • 39 Quillard, article cité.

D’année en année, l’idée que Zola se faisait des choses et des hommes se modifia nécessairement. De plus en plus, il élimina du monde de la pensée l’idée d’autorité, pour n’accepter plus que les notions fournies par l’expérience scientifique [...]. De L’Assommoir à Germinal, la vision du monde ouvrier s’est transformée chez Zola : après les silhouettes amusantes de bambocheurs parisiens, [...] ce sont les foules dolentes et révoltées, la grande détresse de la mine, l’annonciation des temps nouveaux39.

32Peu importent les opinions effectives de l’écrivain. Il y a autre chose : la vérité transmise par les romans, que la mort permet d’identifier sans plus de doute. André Girard termine sa conversion personnelle :

  • 40 Girard André, « Devant un cercueil », Les Temps Nouveaux n° 24, du 1 au 17 octobre 1902.

[...] il fut vraiment un des nôtres. Non point qu’en ses œuvres il se soit efforcé de propager l’Anarchie et d’en hâter l’avènement, en en peignant spécialement la beauté ; même ses anarchistes sont quelque peu romanesques. Il fut des nôtres parce qu’il fut un sincère et un fervent de vérité. Sa scrupuleuse recherche du vrai, sa bonne foi consciencieuse firent de lui un des nôtres parce qu’elles l’amenèrent à agir en anarchiste.40

33Lors de l’enterrement de l’écrivain, les anarchistes sont présents en grand nombre. La récupération se fait de façon systématique. Les réserves de l’écrivain sont présentées comme une preuve ultérieure de la simple humanité de Zola, homme en quête de la vérité :

  • 41 Faure Elie, « La philosophie d’Emile Zola » in Les Hommes du jour, Hors série n° 5, octobre 1911.

Nous lui devons beaucoup. [...] il a, et le premier, attaqué de front la morale chrétienne, opposé le germe vivant à la plante desséchée, brandi la vie et la mort qui s’y mêle comme une arme de combat. Cette intelligence incomplète, ce philosophe manqué est une force naturelle qui a préparé nos instincts à accepter, à défendre et à vivre l’intelligence et la philosophie qui montent aujourd’hui comme une aube encore trouble pour éclairer notre marche en avant.41

  • 42 Ibidem.

34Dans cette marche, qui menait qui ? Pendant longtemps on a cru que c’étaient les anarchistes qui traînaient derrière eux un Zola réticent. Mais le contraire paraît aussi possible. Élie Faure évoque « les guerriers que nous étions et qui marchaient derrière lui avec la torche et le glaive42 ». C’est Lucien Descaves, grand naturaliste et grand anarchiste, qui propose une image de Zola telle que la propagande ne pourrait qu’en rêver.

Les anarchistes ont eu raison de suivre son convoi : leur place était là. L’auteur de Germinal, de Paris et de Travail, s’étant mis en route vers la Vérité et vers la Justice, était en marche vers eux. Pour répondre à ses avances et saluer son cercueil, ils n’ont eu qu’à parcourir la moitié du chemin.

  • 43 Descaves Lucien, « Emile Zola », Almanach de la Révolution, 1903.

35Il oppose « le Zola de 1894 » à celui de 1902 : de réfractaire aux idées anarchistes à possesseur d’une « conscience édifiée » ; de religieux à libre penseur ; d’auteur qui « n’eut pas laissé d’œuvre décisive » à l’auteur de Vérité ; de « soupirant évincé par l’Académie » à homme ayant « renoncé à cette ambition ridicule » ; d’officier de la Légion d’honneur à homme « indifférent aux honneurs militaires ».43 L’autre moitié du chemin est parcourue de façon posthume. Mort hésitant, Zola renaît révolutionnaire conscient, pour le plus grand bien de la doxa libertaire.

36Zola, en dépit de la tentative de Descaves, ne peut être tout simplement assimilé à la cause anarchiste. Plusieurs éléments concourent toutefois à faire en sorte que les anarchistes voient en lui une puissance dont l’influence auprès de l’opinion pourrait contribuer à une évolution sociale libertaire. L’engagement politique de Zola lors de l’affaire Dreyfus sert de déclencheur et porte à une révision des premiers jugements, peu flatteurs. Plus que cela, les thèmes traités dans son œuvre — l’alcoolisme, la prostitution, l’exploitation des travailleurs, l’importance du travail, la nature... — correspondent aux points centraux de la critique anarchiste. Les prétentions scientifiques du naturalisme plaisent à un mouvement qui se considère à la pointe du progrès. Le « misérabilisme » zolien est aussi proche d’une propagande qui représente volontiers le sort des pauvres en des tons larmoyants, empreints d’une esthétique feuilletonesque loin d’être absente chez Zola. Enfin, la présence de personnages anarchistes dans ses romans acquiert une valeur de légitimation aux yeux de militants conscients de l’importance de la littérature pour leur image.

37La mort de Zola, croient-ils, vient interrompre une évolution pré-ordonnée, qui aurait mené le romancier à se rapprocher des anarchistes au point de se confondre avec eux. Les premiers moments de cette « conversion » correspondent à l’éloignement de Zola du naturalisme strict et à l’irruption dans son œuvre du souffle de cette religion naturelle qui se dégage de ses derniers romans et de l’anticléricalisme des Trois villes. Messianisme social et culte de la nature sont également des points centraux de l’imaginaire anarchiste. Mais malgré la bonne volonté des journalistes libertaires il est trop tard pour que Zola devienne pour les anarchistes français ce que Tolstoï était pour leurs camarades russes : un grand écrivain universellement lu, capable de répercuter à tous les niveaux de la société un message radical de renouvellement social.

  • 44 Au cours de la conversation il me parla de ses prochains volumes, me disant que j’y verrais combie (...)

38Lors de sa dernière rencontre avec Jean Grave, les anciennes dissensions oubliées, Zola lui aurait parlé de ses prochains volumes, déclarant, selon celui- ci : « Vous verrez combien j’ai évolué44 ».

39Presque une promesse, sûrement un espoir, peut-être une illusion.

Notes

1 Interview publiée dans L’Événement, 1er mai 1894, reproduite dans Speirs Dorothy et Dolorès A. Signori, Entretiens avec Zola, Presses de l’Université d’Ottawa, Ottawa, 1990, p. 135-137.

2 Duval Clément, Moi, Clément Duval, bagnard et anarchiste. (texte établi par Marianne Enckel). Les Éditions Ouvrières. Paris, 1991, p. 42.

3 Sans nom d’auteur. « Boutique de lettres ». La Révolte, n° 45, du 25 au 31 juillet 1891.

4 Sans nom d’auteur. « L’art ». La Révolte, supplément au numéro 28.Le supplément littéraire ne porte pas de date. Il m’a été, dans certains cas, impossible de la déterminer, les collections disponibles réunissant souvent séparément le journal et le supplément.

5 Sans nom d’auteur, « Boutique de lettres », La Révolte, n° 45, du 25 au 31 juillet 1891.

6 Mirbeau, Octave, « A propos de la Société des Gens de Lettres », Article republié dans La Révolte, Supplément littéraire au numéro 49.

7 Interview citée dans Grave Jean, Quarante ans de propagande anarchiste, Flammarion, Paris, 1973.

8 Interview parue dans Le Figaro du 25 avril 1892, reproduite dans Speirs, op. cit., pp. 90-91.

9 D’Axa Zo, « M. Zola et la dynamite », L’Endehors, n° 47, 2e année, 27 mars 1892.

10 Interview accordée à L’Événement du 1er mai 1894, dans Speirs, op. cit., p. 136.

11 L’Evénement, dans Speirs, op. cit., p. 136-137.

12 Voir Faure Sébastien, Les Anarchistes et l’affaire Dreyfus, Présentation de Philippe Oriol, Éditions CNT, Paris, 2002.

13 « Purulences », Les Temps Nouveaux n° 39, du 22 au 28 janvier 1898.

14 Charles-Albert, « A M. Emile Zola », Les Temps Nouveaux n° 40, du 28 janvier au février 1898.

15 Girard André, « Mossieu Zola », La Révolte, Supplément littéraire au numéro 1, 1888 ( ?)

16 Girard André, « La dernière idole », Les Temps Nouveaux, n° 43, du 19 au 25 février 1898.

17 D’Axa Zo, « Les moutons de Boisdeffre », La Feuille, 28 février 1898.

18 Romero A, « Simples réflexions », Les Temps Nouveaux n° 51, du 16 au 22 avril 1898.

19 Sur les réactions à la condamnation de Zola, voir Gérard de Lacaze-Duthiers, C’était en 1900, chapitre X.

20 Girault E., « Lettre ouverte à Emile Zola », L’Homme Libre, n° 8, du 15 septembre au 15 octobre 1898.

21 « L’idée », L’Homme Libre, n° 9, du 15 octobre au 15 novembre 1898.

22 Devaldès Manuel, « La réponse de Zola », L’Homme Libre, n° 9, du 15 octobre au 15 novembre 1898.

23 Ibid.

24 Le Blond, Maurice, « Emile Zola devant les jeunes », La Plume, n° 212 à 217, février- mai 1898.

25 Ibid.

26 Zola le définit ainsi dans L’Evénement, reproduit dans SPEIRS, p. 136.

27 Le Blond, article cité.

28 Madin A. « Un cinquantenaire. Germinal d’Emile Zola », Le Libertaire n° 437, 22 février 1935.

29 Lantoine Albert, « Emile Zola devant les ‘cannibales’ », Humanité nouvelle, 1903.

30 Lantoine Albert, « Chronique Littéraire », L’Humanité Nouvelle, 1898, vol. I.

31 Lantoine Albert, « Emile Zola devant les ‘cannibales’ », Humanité nouvelle, 1903.

32 « De Lourdes à Rome, par Emile Zola », Le Libertaire n° 27, 16-22 mai 1896, article non signé.

33 Devaldès Manuel, « Fécondité et Stérilité », L’Homme Libre, n° 10, du 15 au 30 novembre 1898.

34 Saint-Georges de Bouhélier, « Le Monde attend un Evangile », La Plume n° 253, 1er novembre 1899.

35 « Fécondité », Le Libertaire (hebdomadaire), 6e année, n° 12, du 21 au 27 janvier 1900. (signé L’Homme)

36 Richard, L.-R, « L’école naturaliste », Humanité nouvelle, 1903.

37 Quillard Pierre, « Emile Zola », Les Temps Nouveaux n° 23, du 24 au 10 octobre 1902.

38 Louis Pierard, « Zola et le travail » in Les Hommes du jour, Hors série n° 5, octobre 1911.

39 Quillard, article cité.

40 Girard André, « Devant un cercueil », Les Temps Nouveaux n° 24, du 1 au 17 octobre 1902.

41 Faure Elie, « La philosophie d’Emile Zola » in Les Hommes du jour, Hors série n° 5, octobre 1911.

42 Ibidem.

43 Descaves Lucien, « Emile Zola », Almanach de la Révolution, 1903.

44 Au cours de la conversation il me parla de ses prochains volumes, me disant que j’y verrais combien il avait évolué (Grave, 370-1).

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540