Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Troisième partie. Lieux textuels de l’engagement

L’esthétique romanesque des Travailleurs de la mer de Victor Hugo

S’engager « chemin faisant »

Judith Wulf

Texte intégral

1Célèbre pour ses prises de position contre la peine de mort, la misère et l’oppression ainsi que pour ses réflexions sur la république, Victor Hugo apparaît comme le modèle de l’écrivain romantique français, engagé aussi bien dans les faits que dans les mots, mêlant de manière explicite les prises de position politiques et esthétiques. Pourtant, loin de former un ensemble évident, l’appellation synthétique d’« écrivain engagé » ne va pas de soi chez cet auteur. En effet, d’un côté il écrit Le Dernier jour d’un condamné, dont le but affirmé est de lutter contre la peine de mort, ou Les Misérables qui transposent à de nombreuses reprises dans le récit des actes d’engagement concrets auxquels l’auteur a pris part, et de l’autre il récuse explicitement, pour l’œuvre littéraire, la possibilité d’être conditionnée à toute forme d’engagement :

  • 1 Littérature et philosophie mêlées, Victor Hugo, Œuvres complètes, « Bouquins », Robert Laffont, vo (...)

Si quelque œuvre d’art a eu le malheur de faire cause commune avec les vérités politiques, et de se mêler à elles dans le combat, tant pis pour l’œuvre, après la victoire elle sera hors de service, rejetée comme le reste, et ira se rouiller dans le tas1.

  • 2 Evénement qui apparaît dans Les Misérables.
  • 3 Ce récit, qui apparaît comme l’origine des Misérables, s’appuie sur une histoire vraie et révèle l (...)

2Voici ce qu’écrit Hugo en ouverture d’une publication rédigée en partie pendant la répression de l’insurrection républicaine de 1832 et qui paraît la même année que Claude Gueux3. Loin d’aller de soi, l’articulation de l’engagement, forcément contingent et personnel, avec l’œuvre d’art, dont le « créateur dramatique » doit viser le « général et [l’] universel » pose donc problème. Hugo tente alors de résoudre cette contradiction dans la métaphore « chemin faisant » :

  • 4 Littérature et philosophie mêlées, volume Critique, p. 58.

Il faut après tout, que l’art soit son propre but à lui-même, et qu’il enseigne, qu’il moralise, qu’il civilise et qu’il édifie chemin faisant, mais sans se détourner et tout en allant devant lui.4.

  • 5 S’articulant, parfois de manière problématique, avec celle des années 1823-1827 qui sert de cadre (...)

3Synthétisé de manière métaphorique dans le texte liminaire de Littérature et Philosophie mêlées, le problème se reposera de manière beaucoup plus concrète lors de l’exil, lorsque Hugo, proscrit à Guernesey par le régime de Napoléon III, rédige Les Travailleurs de la mer. Roman consacré à « l’anankè des choses » et à « l’anankè du cœur humain » comme l’annonce la préface, Les Travailleurs de la mer ont pour sujet la nécessité, en d’autres termes ce sur quoi l’homme n’a pas de prise et au regard de quoi la notion d’engagement n’a donc tout simplement pas de sens. Enfin un vrai roman, pourrait-on dire, qui mêle l’histoire d’un amour impossible aux récits de combats héroïques. On est loin pourtant du dispositif énonciatif attendu de ce type de récit qui veut que la diégèse soit coupée du cadre de l’écriture : tonalité ironique, référence à l’actualité des années 1864-66 contemporaine de la rédaction5, modalisations diverses, autant d’indices qui s’opposent à l’idée d’une énonciation distanciée. Partant du constat de ce mouvement paradoxal qui consiste à refuser de thématiser l’engagement tout en se plaçant dans un cadre énonciatif impliqué, nous chercherons à comprendre comment ces deux faits, apparemment contradictoires, peuvent s’articuler pour donner une réalisation textuelle concrète au principe que suggérait l’expression métaphorique « chemin faisant ». A travers l’étude de cette articulation problématique, on cherchera à mieux comprendre comment le texte de Hugo parvient à penser un engagement qui, tout en étant textuel, reste un acte.

4S’ouvrant sur l’anecdote d’un nom tracé dans un éphémère support neigeux et se fermant sur la disparition de son propriétaire, englouti dans l’espace maritime, Les Travailleurs de la mer se placent sous le signe de la disparition. Qu’il soit auteur d’un acte ou identifié par un nom, héros ou individu, le sujet semble être condamné à s’effacer. En cela Les Travailleurs de la mer s’inscrivent bien dans la logique énonciative de l’exil qui trouve sa formulation inaugurale dans la célèbre injonction de la Préface des Contemplations, « Ce livre doit être lu comme on lirait le livre d’un mort ». Poursuivant cette voie, la dédicace des Travailleurs de la mer s’écrit depuis le « tombeau probable » de son auteur et n’est pas datée, réaffirmant par ce geste symbolique le caractère inactuel de son énonciation.

  • 6 Comme le signalait le titre qui fut conservé jusqu’à la veille de la signature du contrat d’éditio (...)
  • 7 Comme le souligne D. Charles (« Hugo et la référence à l’actualité », <grouphugo.dir.jussieu.fr>, p. 3)
  • 8 Comme le suggère la préface qui, renonçant au mot de travail avancé à six reprises dans un projet (...)

5Aucun engagement factuel ne semble par ailleurs thématisé, dans ce roman consacré à « l’abîme6 ». Publié un an avant le livre I du Capital de Marx et l’ouverture de l’Exposition universelle de Paris qui comportait une section consacrée à l’histoire du Travail7, Les Travailleurs de la mer semblent opter pour une orientation plus métaphysique que politique. Même lorsque le terme de « travailleurs » — dont la forme pourrait suggérer une suite aux Misérables — remplace dans le titre celui d’abîme, la perspective est toujours celle du mystère des éléments8.

6Apparent recul, donc, par rapport aux romans précédents qui cherchaient à donner une voix aux victimes de l’oppression sociale pour mieux lutter contre celle-ci : on ne voit pas ce qui pourrait constituer un engagement dans ce monde où la difficulté vient d’une nécessité contre laquelle on ne peut rien, nécessité physique des éléments, qui nourrit l’intrigue, ou nécessité intime du cœur, qui décide du dénouement.

  • 9 « L’Archipel de la manche », Hugo, Œuvres complètes, Roman III, « Bouquins », Robert Laffont, p. 4 (...)
  • 10 « l'ouest dévasté » constitué par les « les criques d’échouage, les barques rapiécées, les jachère (...)

7D’un point de vue énonciatif, cela se traduit par une coupure marquée entre l’histoire qui est racontée et la situation d’écriture du roman. De même que l’absence de date de la dédicace insiste sur le caractère inactuel de l’écriture, le cadre de l’histoire est un non-lieu, une « utopie » pour reprendre le titre titre de l’un des premiers chapitres. Pas d’occasion, par ailleurs, de thématiser des motifs d’engagement dans cette « terre fertile, grasse, forte » où l’agriculture est « servie par une voirie fort bien entendue et un excellent réseau de circulation [qui] vivifie toute l’île9 ». A l’image de la présentation que le narrateur fait de Guernesey dans ce chapitre préliminaire, l’accent est mis sur l’opulence de l’île, réduisant à quelques lignes, sous forme d’allusions présentées de manière secondaire, la mention de son côté « terrible10 ».

8Quant aux éléments qui, dans les romans précédents, dénonçaient une situation indigne, ils semblent prendre dans Les Travailleurs de la mer une tout autre portée : si les enfants sont « à demi-nus », c’est parce que le climat est celui d’une « quasi-Méditerranée » (8) ; s’il est question de la prison, c’est pour souligner qu’elle est souvent vide (13) ; comme Jean Valjean, Gilliatt est un héros solitaire. Mais l’isolement du premier le conduira en marge de la société, tandis que celui de Gilliatt le fait participer de manière plus profonde à l’identité de l’île définie avant tout comme isolement (19). De même, Déruchette possède la même insouciance que Fantine, mais ce qui est source de déchéance pour l’une est qualifiée de « gracieuse paresse » pour l’autre (78).

  • 11 « Il arriva à l’auteur de ce livre de faire un jour un barbarisme anglais, alors qu’il ne sait pas (...)

9Malgré l’absence de thématisation de tout ce qui pourrait toucher à l’engagement, la rupture entre le cadre diégétique et la situation d’énonciation est loin d’être aussi marquée qu’on pourrait s’y attendre. On remarque en effet que si le principe d’inactuel prévaut dans la mise en place du récit, l’actualité n’est pas tout à fait absente du roman. Il s’agit tout d’abord de l’actualité de l’auteur qui se laisse en effet entrevoir ça et là sous forme d’allusions discrètes, comme lorsqu’il fait mention de son statut d’exilé. Des anecdotes renvoyant à son statut d’énonciateur11 brouillent également la neutralité narrative tout en soulignant le statut textuel de cette instance. Ce n’est pas tant l’événement factuel qui vaut ici que la posture littéraire ; aussi Hugo ne sort-il du cadre du roman que pour s’insérer dans un réseau intertextuel grâce à des allusions aux Chansons des rues et des bois — dont la rédaction se mêle au chantier des Travailleurs de la mer — ainsi qu’au Rhin, qui cache derrière la légèreté d’un récit de voyage des réflexions historiques et politiques.

  • 12 Auteur de trois livres sur la polygamie des indigènes, l’Enfer et l’authenticité du Pentateuque, p (...)

10L’actualité extratextuelle n’est pas non plus tout à fait absente du roman. Cependant, il faut préciser qu’elle se manifeste sur un mode allusif, discret, ce qui lui confère une portée aléatoire. Si l’on prend pour exemple l’allusion à la révocation de l’évêque sud-africain Colenso en 18612, on remarque que le traitement de la référence en dit plus que son contenu. Associé à l’expression « à l’heure où nous sommes » qui ouvre le paragraphe (16), elle peut servir, pour le lecteur qui possède un savoir encyclopédique suffisant, de repérage de la situation d’énonciation. Mais perdue dans le flot très dense d’informations diverses qui constitue ces pages elle sera plus probablement négligée. En revanche, son insertion dans une anecdote lui donne une autre portée :

Une femme du très grand monde, à Londres, est célèbre pour le don qu’elle a de se trouver mal dans les maisons où il y a un exemplaire du livre de Colenso. Elle entre et s’écrie : « Ce livre est ici ! » et elle s’évanouit.

  • 13 Le Dernier Jour d’un condamné, « Une comédie à propos d’une tragédie », Œuvres complètes, Roman I, (...)

11On pense ici à tous les personnages de haut rang choqué par tel ou tel roman de Hugo, à l’image du personnage de madame de Blinval dans la préface dialoguée du Dernier Jour d’un condamné qui y voit « un livre abominable, un livre qui donne le cauchemar, un livre qui rend malade13 ». Dans cet exemple, l’actualité semble donc moins viser à pointer directement un événement qui pourrait prêter à polémique et à propos duquel on pourrait éventuellement prendre parti que de mettre en scène, de manière indirecte, les conditions d’énonciation propres au livre engagé.

  • 14 Référence à la campagne en faveur de l’érection d’une statue de Dupin dans la Nièvre qui aboutira (...)
  • 15 Référence à la lenteur de la procédure en réhabilitation de Lesurques dans l’affaire du courrier d (...)
  • 16 Allusion à la découverte, par Boucher de Perthes en 1863, d’une mâchoire d’homme de l’époque terti (...)
  • 17 Allusion à l’abolition partielle de la loi Le Chapelier, en mai 1864.
  • 18 Destinés d’abord à s’intercaler dans le roman, cet ensemble devint de plus en plus autonome au poi (...)

12Jamais centrale ni même structurante, l’actualité des années de rédaction et de publication du roman est présentée de manière plus ou moins implicite et occupe souvent dans la page une place qui la rend encore plus discrète. On peut citer au gré des descriptions de l’île : « Shakespeare attend toujours sa statue (...) il paraît que M. Dupin va avoir la sienne en France (29)14 » ; « (...) en France, on guillotinait Lesurque, innocent15 » (29) ; « Les hommes insulaires étaient probablement de ces hommes primitifs dont le type se retrouve au Moulin-Quignon16 » (17) ; « Voulez-vous vous associer publiquement ? Associez-vous17 » (31), autant de petites allusions noyées dans un flux descriptif constitué de fragments hétérogènes. Si l’on ajoute le fait que nombre de ces références sont intégrées non pas au roman à proprement parler mais à cet ensemble au statut douteux que constitue L’Archipel de la manche18, on sent que tout semble fait pour réduire au maximum la réflexion dont elles pourraient faire l’objet. Impossible de les apprécier séparément, leur seul mode d’existence étant qu’elles fonctionnent comme une sorte de flux secondaire qui coule discrètement derrière la description principale. La question est alors celle du statut de ces unités d’actualité. Trop ténues, elles ne peuvent constituer de véritables faits d’actualité. Elles se signalent pourtant comme autant de traits caractéristiques dont la propriété principale est d’influer sur la lecture. Or, qu’il ne s’agisse pas d’un fait mais d’une reconstruction interprétative ne les disqualifie pour autant comme acte. Prises sous cet angle, ces allusions possèdent une tout autre portée, souterraine, qui informe la lecture en l’orientant ou plutôt en la désorientant de manière d’autant plus efficace qu’elle est non contraignante.

13La première conséquence de ce statut particulier est de créer des effets de structure concurrents à l’axe principal du récit. Contrairement aux romans précédents, la référence au germe factuel d’engagement ne se manifeste pas dans une digression, plus circonstanciée, mais dans des îlots d’actualité qui opèrent sans transition par rapport à la description romanesque. Le rapport entre fait extratextuel et discours littéraire fonctionne ainsi à l’inverse de celui qu’on peut trouver dans un régime dit de littérature à thèse. L’allusion est là pour les besoins du discours narratif ; sa valeur est purement contextuelle et sa lisibilité hors description n’est qu’incidente. C’est ainsi d’une allusion à l’autre et non dans chacune prise indépendamment, que circule le sens. C’est que leur effectivité suppose un procès immanent à l’énoncé littéraire qui fixe les modalités d’une portée dans la capacité de ces fragments à s’articuler en un paradigme avec d’autres structures romanesques. Pas de dualité du texte et de l’actualité, du récit et de l’idée, de l’écriture et du fait d’engagement comme dans la littérature de l’engagement. Le texte se pense ici comme une totalité qui se retrouve jusque dans la diffraction de l’allusion et permet au sens de circuler et surtout de se fondre dans le contexte dans lequel il s’insère.

14Ce type d’articulation complexe se retrouve, avec encore plus de force, dans la manière dont se manifestent les îlots d’énonciation impliquée. Nombreux sont en effet les passages qui, apparemment neutres, manifestent en fait une forte prise en charge du narrateur. La peinture de la vie que mènent Gilliatt et sa mère est à ce titre significative. Pas de description misérabiliste visant au pathétique : elle achète une maison certes effrayante mais qui se calme dès qu’elle s’y installe. Elle possède « une bonne vache à beurre jaune » et vend « jusqu’à douze boisseaux de patates ». Si la maison est chétivement réparée, il n’y pleut « que par les très gros temps ». Certains détails, pourtant, vont dans un sens différent. C’est le cas de la phrase « c’était des gens que rien ne prouvait ». Sous son aspect « banal » détachant un commentaire adjacent, la notation, isolée par son statut de ligne paragraphe, est en fait extrêmement importante et porte une forte émotion. Il n’y a pas interruption de la description principale mais mise à distance d’un énoncé qui n’est pourtant pas de moindre importance, comme en témoigne son lien avec ce qui qui le précède et le suit. Porteur d’un énoncé apparemment secondaire, le paragraphe modalise en fait la difficulté du narrateur à prendre en charge certains types d’énoncé, soulignant que, derrière la distance apparente, c’est le processus même d’implication qui est visé. Ce processus se poursuit dans le paragraphe suivant : l’emploi de l’interrogative « D’où viennent ces inconnus ? » détonne dans une séquence essentiellement descriptive. Impossible en effet dans ce contexte d’interpréter cette modalité comme un véritable acte de questionner. Un peu à la manière du point d’exclamation, elle exprime en fait l’émotion du narrateur. Employés au détour d’un énoncé qui présentait jusqu’à lors tous les signes de la neutralité, ces modalisateurs conduisent finalement le narrateur à s’exprimer, de manière tout à fait exceptionnelle, à la première personne, comme pour mieux signaler qu’il s’est impliqué malgré lui.

15Il faut ajouter à cela le traitement qui est fait du détail. Certains passages, souvent anachroniques au regard du déroulement diégétique, mêlent portée symbolique et description d’éléments triviaux. C’est le cas de la scène qui raconte l’enfance de Rantaine. Aux éléments symptomatiques de la misère s’ajoute la mention, « sur une commode d’acajou [de] deux tasses en porcelaine fleurie ». Si on le considère sous l’angle de l’aspect, comme un élément banal parmi d’autres destiné à produire un effet de réel des plus communs, on peut considérer que ce détail contribue à une énonciation distanciée. Mais si on l’envisage sous l’angle d’un acte de banalisation de la scène, on découvre que sa portée est tout autre. Non seulement ce procédé permet, en enracinant la scène dans un vécu concret et quotidien, de lui conférer une dimension pathétique, mais il conduit également à envisager la situation générale sous le cas particulier. Portant non seulement sur le contenu mais sur l’acte lui- même de description, la banalisation conduit le lecteur à réfléchir à son implication.

16Car plus que le narrateur, c’est le lecteur qui semble concerné par l’énonciation impliquée. Nombreuses sont ainsi les injonctions qui s’adressent à celui-ci. « cheminez », « marchez, méditez, oubliez (...) lisez », autant d’invitation à s’engager, y compris physiquement, dans la description. D’autres procédés sont plus complexes. Prenons par exemple le cas de l’anecdote de la femme « du très grand monde » qui s’écrie, « ce livre est ici » et s’évanouit. L’utilisation d’italique réservée au syntagme ce livre est ici, l’isole dans le récit de l’anecdote et lui donne un statut particulier. En partie coupés du contexte les déictiques deviennent ambigus : si le lecteur les interprète comme devant être rapporté à la parole du personnage, il les ressent également par rapport à sa propre situation, concluant implicitement que le livre en question est aussi celui qu’il a sous les yeux et que l’enjeu de ces lignes est beaucoup moins anecdotique qu’il n’y paraît.

  • 19 William Shakespeare, volume Critique, p. 399.

17Pas plus que le texte liminaire de Littérature et philosophie mêlées n’était un manifeste poétique de l’art pour l’art, Les Travailleurs de la mer ne peuvent passer pour une expérience de désengagement de l’écriture. En témoignent des formules du type « L’art pour l’art peut être beau, mais l’art pour le progrès est plus beau encore19 » qu’on trouve dans William Shakespeare, ouvrage de philosophie et de critique littéraire dont le chantier croise celui des Travailleurs de la mer. Toujours cette synthèse délicate de ce qui n’est « pas dans le drame mais dans le sujet » pour reprendre une l’expression de Hugo à propos de L’Archipel de la Manche, expression qui fait écho à la question posée par la métaphore « chemin faisant » du texte de 1834. Mais si la question n’a rien d’inédit, elle trouve dans Les Travailleurs de la mer une portée nouvelle en se manifestant non plus dans une image mais dans l’écriture romanesque elle-même.

  • 20 « Par hasard ou exprès, elle avait été lancée un 14 juillet. Ce jour-là, Lethierry, debout sur le (...)
  • 21 Le rapport de Lethierry au progrès incarné dans la Durande tient plus de la foi que de la rational (...)

18Ce que nous enseignent Les Travailleurs de la mer, c’est d’abord que l’engagement n’a pas besoin d’être localisé pour avoir une existence dans le texte. Ou plutôt qu’il est possible de concevoir que l’engagement n’existe pas hors du contenu textuel sans pour autant se confondre avec lui. Le roman inaugure en effet un autre type de rapport, qui permet non pas d’exprimer l’engagement dans un contenu de signification mais de lui préserver une existence comme événement et comme acte. Par ce mode particulier de traitement du texte, Hugo cherche à rendre compte d’un processus irréductible à un fait individuel ou à un mot précis, à un raisonnement délimité ou à des concepts universels et généraux : ni objet, ni mot, ni représentation, l’engagement dans les romans de Victor Hugo se manifeste de manière indirecte et repose sur des éléments implicites. Certaines associations symboliques sont ainsi fondées sur la mise en place d’un sens implicite, qui fait l’objet d’un agencement sans pour autant être énoncé. Ainsi en est-il du caractère révolutionnaire de la Durande : suggéré au détour du portrait du bateau à vapeur20, il semble être infirmé au croisement d’une autre séquence descriptive21. Aucun contenu de pensée déjà constitué n’est ici fixé ; mais la circulation du sens informe de manière libre l’interprétation. On comprend alors que l’engagement littéraire n’est pas immanent au texte comme message mais à la situation d’énonciation dans laquelle le lecteur joue un rôle essentiel.

  • 22 Par exemple, à propos de Mess Lethierry : « En présence des dogmes les plus graves, son irréligion (...)
  • 23 Voir note 21.
  • 24 Y compris dans un cadre énonciatif ironique.

19C’est que le principal combat présent dans Les Travailleurs de la mer est le combat contre le dogme, comme en témoigne la spécificité de traitement dont celui-ci fait l’objet. Contrairement aux autres motifs d’engagement qui ne peuvent être circonscrits de manière positive dans un segment précis, c’est le seul, en effet, à faire l’objet d’un traitement textuel local sous forme d’antiphrases présentes non seulement dans L’Archipel de la Manche mais également dans le roman lui-même22. Si c’est l’obscurantisme de l’Eglise et son opposition au progrès qui sont ainsi directement critiqués, on comprend qu’il sont également emblématiques de n’importe quelle posture dogmatique23, y compris celle qui guette le livre engagé. Avec Les Travailleurs de la mer, Hugo se démarque très clairement d’une conception ancillaire de l’articulation entre littérature et engagement. Car, s’il apparaît comme motif identifiable, l’engagement risque de fonctionner comme une directive24. Pour pallier cette difficulté, Hugo privilégie un fonctionnement macrocontextuel de l’engagement. Dans cette perspective, il n’y a plus à proprement parler de faits d’engagement ni même de traits d’engagement mais des interprétants d’engagement qui ne se signalent pas d’emblée. N’apparaissant pas littéralement, ils ne possèdent d’existence que dans la lecture ; aussi l’énoncé romanesque conserve-t-il cohérence et cohésion même s’ils ne sont pas identifiés comme tels. De ce fait ils se démarquent bien de l’instruction qui a pour but d’être exécutée.

  • 25 « Gilliatt voyait les pas que faisait son travail et ne voyait que cela. C’était le misérable sans (...)

20Ces unités d’interprétation, qui sont en fait des unités esthétiques, se présentent donc de manière tout à fait différentes des unités que peuvent constituer le mot ou la phrase. Ces interprétants d’engagement fonctionnent selon différents modes qui leur permettent d’opérer sans pour autant être localisés dans un segment précis, ce qui les distingue des unités d’engagement explicites de la littérature dite « engagée ». Ils ressortissent tout d’abord au cadre perceptif général et fonctionnent en réseau. Si l’on prend l’exemple de Gilliatt, trois isotopies principales sont associées à ce personnage sans que leur articulation ne soit explicitée. Largement présente, l’isotopie du travail confirme son rôle de personnage principal. Moins soulignée, celle de solitude prépare l’issue dramatique du roman. Quant à celle de la misère, sa discrétion est inversement proportionnelle à sa portée, en raison des questions qu’elle pose. Et toutes les trois ont pour horizon le dispositif dogmatique dont ce personnage est la première victime. Gilliatt est ainsi, selon les termes du texte, « le misérable sans le savoir25 », expression qui apparaît comme un paradigme interprétatif. Est-ce à dire que le travail n’est qu’un nouvel avatar de la série de la misère, voire que la condition des travailleurs est pire que celle des misérables qui sont conscients de leur sort ? c’est une hypothèse que n’explicite jamais le texte mais à laquelle peut conduire l’effort d’articulation des séries et l’effet que produit leur agencement dans ce personnage.

21L’art est du côté de l’universel et l’engagement du côté du contingent, telle était la contradiction que mettait en avant le texte liminaire de Littérature et philosophie mêlées, tentant de la résoudre dans la métaphore « chemin faisant ». Cette contradiction de l’engagement en régime littéraire trouve dans Les Travailleurs de la mer une tentative pour échapper aux oppositions classiques de général et du particulier, du personnel et du valable pour tous. Ce que nous dit Hugo, mais aussi ce qu’il comprend avec Les Travailleurs de la mer, c’est que si la morale et l’idéologie ont vocation à se figer, ce n’est pas le cas de l’engagement comme interprétant éthique qui se manifeste dans une situation d’énonciation singulière. C’est pourquoi l’ambition d’exprimer dans une fable intéressante une vérité utile, stratégie qui opère encore dans Les Misérables pour rendre compte d’un engagement et le communiquer à son lecteur, n’est plus de mise dans Les Travailleurs de la mer. Désormais Hugo n’est plus dans le plaidoyer, l’engagement thématisé, dans l’argumentation qui vise à convaincre d’une thèse ; il expérimente un nouveau type d’ancrage, qui tient plus de l’actualisation romanesque que de la référence à l’actualité. Loin d’apparaître comme un mode de conditionnement externe de l’œuvre littéraire, l’engagement prend alors sa source en elle. C’est un véritable rapport organique qui s’instaure ainsi entre ces deux régimes. Le fait d’engagement, cet extérieur du texte, prend alors une valeur et une signification qui ne sont pas tant doctrinaires que proprement romanesques. De la sorte le récit invente un procès qui existe non seulement comme théorie de sa propre pratique mais comme mise en acte. Car tel est bien le sens radical d’un engagement compris comme esthéthique ; il se manifeste comme geste et non comme représentation, comme procès et non comme aspect, comme coopération et non comme instruction. A ce titre, et Hugo en est conscient, ce dispositif est ambigu. Incontournable pour penser un engagement littéraire comme littéraire, il comporte certains risques, celui de ne jamais être lu comme tel mais surtout celui, s’il n’est pas maîtrisé, d’impliquer un lecteur endoctriné au lieu d’un lecteur lui-même créateur d’engagement. Ni concept, ni universel, ni invariant, l’interprétant d’engagement tire sa signification mais surtout sa portée du régime dans lequel ils s’insère, c’est-à-dire du courant interprétatif qu’il a croisé. C’est ce qui fait le risque, mais aussi la promesse d’un véritable événement singulier.

Notes

1 Littérature et philosophie mêlées, Victor Hugo, Œuvres complètes, « Bouquins », Robert Laffont, volume Critique, p. 58, « But de cette publication » texte de 1834, destiné en partie à répondre au débat qui agite la presse sérieuse depuis 1830 : « Sous le nom “d’art social”, on réclamait de la part des écrivains et des artistes un message pour la société en proie au doute et l’on reprochait à Hugo et à ceux qui l’écoutaient de sacrifier ce message à une préoccupation exclusive de la forme. » (A. R. W. James, Notice, p. 727-728).

2 Evénement qui apparaît dans Les Misérables.

3 Ce récit, qui apparaît comme l’origine des Misérables, s’appuie sur une histoire vraie et révèle le monde des prisons, de la justice, du travail et de l’assistance avant la réforme pénitentiaire et pénale et avant la loi Guizot sur l’enseignement primaire.

4 Littérature et philosophie mêlées, volume Critique, p. 58.

5 S’articulant, parfois de manière problématique, avec celle des années 1823-1827 qui sert de cadre au récit. Sur ce point, voir l’étude de D. Charles « Hugo et la référence à l’actualité », < grouphugo.dir.jussieu.fr>.

6 Comme le signalait le titre qui fut conservé jusqu’à la veille de la signature du contrat d’édition.

7 Comme le souligne D. Charles (« Hugo et la référence à l’actualité », <grouphugo.dir.jussieu.fr>, p. 3)

8 Comme le suggère la préface qui, renonçant au mot de travail avancé à six reprises dans un projet antérieur, lui préfère une isotopie de la nature et écarte l’interprétation économique ou sociale au profit d’une image poétique.

9 « L’Archipel de la manche », Hugo, Œuvres complètes, Roman III, « Bouquins », Robert Laffont, p. 4-5. La numérotation entre parenthèses renvoie à cette édition.

10 « l'ouest dévasté » constitué par les « les criques d’échouage, les barques rapiécées, les jachères, les landes, les masure (...) et le grand aspect de la pauvreté sévère » (5).

11 « Il arriva à l’auteur de ce livre de faire un jour un barbarisme anglais, alors qu’il ne sait pas l’anglais (...) il écrivit bug-pipe au lieu de bag-pipe (...) Nombre de journaux firent sur ce scandale leur premier-Londres. » (20)

12 Auteur de trois livres sur la polygamie des indigènes, l’Enfer et l’authenticité du Pentateuque, parus entre 1860 et 1861.

13 Le Dernier Jour d’un condamné, « Une comédie à propos d’une tragédie », Œuvres complètes, Roman I, « Bouquins » Robert Laffont, p. 421.

14 Référence à la campagne en faveur de l’érection d’une statue de Dupin dans la Nièvre qui aboutira en 1869.

15 Référence à la lenteur de la procédure en réhabilitation de Lesurques dans l’affaire du courrier de Lyon, qui échouera définitivement la même année.

16 Allusion à la découverte, par Boucher de Perthes en 1863, d’une mâchoire d’homme de l’époque tertiaire dans une carrière de la Somme, dont les conséquences avaient été tirées dans ses publications de 1864.

17 Allusion à l’abolition partielle de la loi Le Chapelier, en mai 1864.

18 Destinés d’abord à s’intercaler dans le roman, cet ensemble devint de plus en plus autonome au point de constituer une monographie préliminaire qui ne figura pas dans la première édition des Travailleurs de la mer.

19 William Shakespeare, volume Critique, p. 399.

20 « Par hasard ou exprès, elle avait été lancée un 14 juillet. Ce jour-là, Lethierry, debout sur le pont entre les deux tambours, regarda fixement la mer et lui cria : — C’est ton tour ! les parisiens ont pris la Bastille ; maintenant nous te prenons, toi ! » (p. 86).

21 Le rapport de Lethierry au progrès incarné dans la Durande tient plus de la foi que de la rationalité : « C’est un peu comme cela que le dogme ressemble à la vérité, et l’idole à Dieu. » (94)

22 Par exemple, à propos de Mess Lethierry : « En présence des dogmes les plus graves, son irréligion éclatait presque sans retenue. Un hasard l’ayant conduit à un sermon sur l’enfer du révérend Jaquemin Hérode, sermon magnifique rempli d’un bout à l’autre de textes sacrés prouvant les peines éternelles, les supplices, les tourments, les damnations, les châtiments inexorables, les brûlements sans fin, les malédictions inextinguibles, les colères de la toute-puissance, les fureurs célestes, les vengeances divines, choses incontestables, on l’entendit, en sortant avec un des fidèles, dire doucement : — voyez-vous, moi, j’ ai une drôle d’idée. Je m’imagine que Dieu est bon. » (97)

23 Voir note 21.

24 Y compris dans un cadre énonciatif ironique.

25 « Gilliatt voyait les pas que faisait son travail et ne voyait que cela. C’était le misérable sans le savoir ». (236)

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540