Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement littéraire

 | 
Emmanuel Bouju

Deuxième partie. Littérature et politique

Écriture politique et écriture des corps dans le roman sous la Révolution française

Huguette Krief

Texte intégral

  • 1 Pierre Ronzeaud, « Présentation : Le corps métaphorique », Le Corps au xviie siècle, éd. Ronald W. (...)
  • 2 Voir Georges May, « Diderot et l’allégorie », Oxford, Voltaire Foundation, STVE, 1972, Vol. LXXXIX (...)
  • 3 Mirabeau, Discours, Paris, éd. F. Furet, co11. Fo1io, 1973, p.173.

1« En matière d’écriture du politique », il est convenu de « pense(r) l’abstraction par la métaphore1 », ce principe de représentation que relève Pierre Ronzeaud dans la littérature classique se pérennise durant toute la Révolution. Alors que Diderot condamnait le recours à l’allégorie, car il la considérait comme une création stérile des esprits faibles2, la littérature romanesque favorise sous la Révolution un discours métaphorique permettant à la fois de traduire de manière pédagogique les enjeux théoriques du pouvoir et d’entrevoir l’impensable, l’inconnu d’une Histoire en train de se jouer dans une actualité mouvementée. Grâce à son fonctionnement analogique, l’allégorie s’engage et apparaît comme un moyen de penser l’avenir, puisqu’elle permet de relier des éléments a priori hétérogènes. Dans cette mesure, la sortie de l’univers ordonné de l’Ancien Régime conduit Mirabeau à s’interroger sur la trajectoire idéale de la Révolution et sur l’ajustement qu’il y aurait à faire entre le mode ancien et des comportements politiques justes : la continuité de l’état en particulier peut-elle se perpétuer sans l’image du corps royal, dans laquelle les Français s’étaient reconnus jusque là ? « Nous ne sommes point des sauvages, arrivant sur les bords de l’Orénoque pour former une société. Nous sommes une nation vieille, sans doute trop vieille pour notre époque. Nous avons un gouvernement préexistant, un roi préexistant, des préjugés préexistants3 ».

  • 4 Ernst Hartwig Kantorowicz, Les deux Corps du roi : Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, (...)
  • 5 La paix de l’état, selon saint Augustin, « c’est entre tous les citoyens la concorde et l’ordre de (...)
  • 6 Voir Antoine de Baecque, Le Corpus de l’histoire. Métaphores et politiques (1770-1800), Paris, Cal (...)
  • 7 Anne Deneys-Tunney, dans son ouvrage Ecritures du corps. De Descartes à Laclos, reconnaît que la l (...)

2La Révolution française conserve en effet un système herméneutique de représentations politiques, hérité à la fois d’une épistémè classique et d’une tradition médiévale de la figuration du pouvoir royal qu’ont dégagée les travaux d’Ernst Kantorowicz4. Inscrite dans une philosophie naturelle ou une philosophie politique, la réflexion sur le souverain relève de la nécessité d’ordonner la vie des groupements humains, soit en fonction d’un plan divin, soit par référence à la Nature. Or, la paix de l’Etat en ce début de Révolution française se conçoit difficilement comme l’acceptation d’un ordre hiérarchisé voulu par Dieu5. La personne royale a cessé d’être charismatique et la pyramide sociale dont la hiérarchie devait se fonder sur des exigences morales et religieuses, se trouve renvoyée au néant par une campagne virulente de pamphlets et d’écrits licencieux. L’ouvrage désormais classique d’Antoine de Baecque place le discrédit de la dignité royale dans la « défaite du corps du roi6 », l’impuissance d’un corps dont la fonction première était de procréer dans une monarchie héréditaire. Des vers grivois et des chansons obscènes dégradent l’image du corps du souverain, représentant par essence un principe politique immuable, non soumis au changement et à la mort. A juste titre, l’historien propose de lire le moment révolutionnaire au travers des métaphores du corps, mises en place dans le discours politique ou présentées dans des gravures polémiques. Cette recherche a prouvé que la désacralisation du pouvoir royal entraîne la modification du réseau métaphorique qui se met ainsi au service de la Révolution combattante. A consulter la production romanesque de cette période, l’indécision de Louis XVI, entre un absolutisme et un esprit de réforme, paraît plonger la France littéraire dans un affrontement de thèses politiques adverses. Le roman n’échappe pas à cet engagement, lorsqu’il propose le récit des événements révolutionnaires. Au moment critique où le monde monarchique de l’Ancien Régime n’est plus ressenti comme un référentiel adéquat, les métaphores du corps participeraient-elles à la redéfinition et à la réorganisation de l’espace politique sous la Révolution, constituant par-là même un système de signes dont Anne Deneys-Tunney a analysé les caractéristiques pour la littérature et la philosophie des Lumières7 ?

Spéculation politique et corps métaphorique

  • 8 On peut en voir l’origine dans la Politique d’Aristote : Aristote, Métaphysique, Paris, Vrin, 2000 (...)
  • 9 Réimpression de l’Ancien Moniteur, TI, p.1.
  • 10 A partir d’un verset de l’Ecclésiaste 1, 7 où il est dit que les fleuves retournent au lieu dont i (...)
  • 11 Jean Deprun rappelle que l’inconstance de l’homme l’entraîne à céder à la nouveauté, même si elle (...)

3L’image du « corps politique » établit un parallèle entre la composition biologique du corps et l’organisation de la Cité, comme elle suppose l’idée d’harmonie de l’ensemble et d’ordre par le rapport de chaque partie au tout, ce qui n’est pas nouveau dans le débat politique8. Dans son allocution à l’ouverture des Etats Généraux le 5 mai 1789, Louis XVI fonde son analyse critique de la situation sur un refus de toute division du pouvoir. Il accuse les aventuriers de la politique d’ourdir un plan contre l’ordre établi : « Une inquiétude générale, un désir exagéré d’innovation se sont emparés des esprits et finiraient par égarer totalement les opinions, si on ne se hâtait de les fixer par une réunion d’avis sages et modérés9 ». L’inconstance de la nature humaine et la curiosité sont invoquées pour tenter d’expliquer les agitations populaires. Les symptômes d’une crise politique majeure échappent au roi qui fonde son espoir sur l’amour de l’ordre, un trait naturel du cœur humain, une sorte d’inclination au souverain bien, très proche de l’« inquietum est cor nostrum » de saint Augustin10. L'Essai sur les mœurs avait montré que l’amour de l’ordre s’appliquant au champ clos de l’histoire évite aux peuples et aux gouvernements de tomber dans le chaos11 :

  • 12 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. Pomeau, Paris, Bordas, 1990, T. II, chapitre CXCVII, p. 808.

Au milieu de ces saccagements et de ces destructions que nous observons dans l’espace de neuf cents années, nous voyons un amour de l’ordre qui anime en secret le genre humain et qui a prévenu sa ruine totale : c’est lui qui a formé le code des nations, c’est par lui qu’on révère la loi et les ministres de la loi dans le Tonkin et dans l’île de Formose, comme à Rome12.

  • 13 Hobbes définit l’Etat, par le relais d’une métaphore mécanique, celle d’un automate, sorte de Lévi (...)
  • 14 Thomas Hobbes, Corps politique ou les élémens de la loy morale et civile avec des réflections sur (...)

4Cette méditation de Voltaire expliquait la voie empruntée par l’homme en quête de sécurité. L’argumentation de Louis XVI semble donc trouver sa source autant dans la littérature des Lumières que dans l’analyse proposée par Hobbes, selon laquelle le souverain apparaît comme l’élément fondateur de la viabilité du corps politique13, qui s’opposerait au désordre du retour à l’état de nature. Dans l’ouvrage que Hobbes consacre au « Corps politique », il rappelle à ce propos que la création d’un pouvoir souverain repose sur une institutionnalisation de la crainte : « A peine voudront-ils demeurer en paix entre eux-mêmes, s’il n’y a quelque crainte commune à tous qui les empêche de tomber dans ce désordre14 ». Or, la peur du chaos agitée par Louis XVI ne peut contenir le mouvement de fond engagé par les révolutionnaires. La mise en question du pouvoir royal dans le débat public de 1789 se prolonge dans le domaine de la littérature romanesque par une polémique autour de la métaphore organiciste du pouvoir royal, érigée sous l’Ancien Régime en modèle de rationalité. Le Dernier cri du monstre, vieux conte indien par Bodard de Tezay, publié en 1789, et l'Histoire véritable de Gingigolo, roi de Mano-Emugi, un anonyme édité à la même période, s’interrogent sur l’organisation de l’actuel pouvoir politique ; mais l’un attire l’attention sur les vices du système présent, tandis que l’autre affirme ses craintes de voir l’harmonie de l’ensemble détruite par la modification d’une de ses parties.

  • 15 « Je sais bien que l’on peut objecter à ceci, l’expérience qu’on a de certains animaux, lesquels q (...)
  • 16 Bodard de Tezay, Le Dernier Cri du monstre, vieux conte indien, juillet 1789, p.13.

5Dans la perspective de convier les membres de la Nation à bâtir un ordre politique différent, Bodard de Tezay déplore tout d’abord l’état désastreux du corps de l’Etat en ces jours de convocation des Etats généraux. La figure de la monarchie y fait l’objet d’un questionnement critique, mais la Révolution donne, sous la pression des événements, une consistance nouvelle à une série de questions depuis longtemps formulée dans la littérature des Lumières. En particulier la cohésion du corps social apparaît nécessairement liée, selon Bodard de Tezay, à la présence d’une autorité à laquelle tous les membres doivent être subordonnés. L’analogie hobbesienne de la cohésion de l’essaim, assurée par la présence d’une reine des abeilles15, permettait d’illustrer que la concorde naturelle, « ouvrage de Dieu » selon l’auteur du Corps politique, dépend chez les hommes uniquement des engagements contractés les uns envers les autres. Suivant cette logique, Bodard de Tezay pose que la majesté d’un monarque ne se tire pas de fastes vains, mais qu’elle se forge dans les rapports étroits, entretenus avec ses sujets : « Ce n’est ni la vaste étendue des possessions, ni la force des armes, ni la pompe de la cour brillante, ni les trésors accumulés qui font la gloire des princes, mais le bonheur & les bénédictions des peuples16 ». Pour illustrer sa thèse, l’auteur du conte oppose aux despotes honnis qui ont marqué l’histoire des Gallins le sultan Civis-King, une illustration du roi-citoyen faite pour séduire les patriotes de 1789. Si le discours romanesque évoque la métaphore du roi-tête du corps politique, ce sera uniquement pour la ranger parmi les visions passéistes de l’Etat. En revanche, Le Dernier cri du monstre fait apparaître l’état monarchique sous les traits saisissants d’un géant à l’agonie. La régénération du moribond ne semble pas possible, s’inquiètent les deux héros du conte, le preux Sanelor (duc d’Orléans) et le sultan Civis-King (Louis XVI), appelés à son chevet. Le corps monstrueux est décrit dans un langage qui mêle, de façon burlesque, diagnostic politique et médical :

Après avoir erré pendant trois jours dans d’épaisses ténèbres, ils parvinrent enfin au redoutable sanctuaire de la vérité, dont si peu de mortels osent approcher [...]. Mais quel horrible aspect frappe aussitôt leur vue ! Un énorme géant, couché sur des carreaux, paraît près d’expirer. Les ombres de la mort l’environnent, et de fréquentes convulsions annoncent sa destruction prochaine. Voyez et jugez, reprend la voix mystérieuse : cet être respire encore ; mais le glaive de l’ange noir menace de le frapper. La main du temps la pesé sur lui, et les années ont altéré sa constitution ? Voyez tous ses membres décharnés ? Cette tête colossale en attirant à elle les sucs nourriciers, les a privés de leur substance, tous les vaisseaux sont obstrués, et le corps entier est frappé de paralysie. S’il n’est régénéré, il mourra.

  • 17 Consulter A. Katzenellenbogen, Allegories of vertues and Vices in medieva/ Art from early christia (...)
  • 18 Fabienne Pomel dans Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, analyse la mixi (...)

6Le corps symbolique de l’état s’incarne au sens littéral du terme dans un corps mortel. La paralysie des membres marque la mutation monstrueuse d’un Etat livré aux intérêts particuliers des seuls privilégiés. Le corps du géant perd toutes ses fonctions vitales, comme le corps métaphorique sa cohésion. La pantomime du corps mourant vise à dénoncer les dysfonctionnements politiques qui s’exercent au sein des Etats généraux. Une voix démonique mystérieuse se fait Révélation : cette Parole révolutionnaire stigmatise les travers des Gallins, leur manque de patriotisme et la dégradation de leurs mœurs politiques. « On ne peut être heureux quand on rapporte tout à soi-même et à son intérêt particulier », dicte la voix tonnante, « il faut contribuer au bien-être d’autrui, pour avoir des droits au sien propre, car les hommes ne sont pas nés seulement pour eux-mêmes, mais pour leur patrie ». La corruption qui atteint le corps de l’état est liée de façon indissociable aux privilèges. Pour l’évoquer, Bodard de Tezay compare l’Ancien Régime à un arbre d’airain, véritable monstre doué de parole, planté par le génie du Mal dans un passé fort lointain. Cette métaphore de l’arbre est d’autant plus intéressante qu’elle est empruntée à l’univers religieux. En effet, le Moyen Age avait eu recours à des modèles arborescents pour symboliser la filiation des vices et des vertus17, représentation à laquelle pouvait se mêler l’arbre de Jessé, rappel généalogique de la lignée des Rois jusqu’à Marie et au Christ18Toutefois Bodard de Tézay n’introduit pas, dans la série d’éléments cités, un ordre qui permettrait de les hiérarchiser, comme les séries fixées par la théologie tels les trois temps de la pénitence, les douze articles de la foi ou les sept vices et vertus. L’effet cumulatif de leur présentation montre plus le poids des privilèges de l’Ancien Régime, qu’un ordre hiérarchique, porteur de signification :

Il était couvert de caractères hiéroglyphiques et de divers emblèmes, On y remarquait des chaînes, des cordons, des bonnets de bramâmes, des épées, des poignards, des parchemins roulés, des sceptres et des couronnes : tous ces objets paraissaient tenir les uns aux autres, On y voyait gravés sur son écorce des mots cabalistiques, tels que constitution, privilèges, noblesse, ancienneté, droit, religion, puissance et en caractères imperceptibles, erreurs, abus, préjugés.

7L’airain, cette matière fabuleuse qui évoque les sabots des taureaux du roi Aétès qu’affrontent Jason et les Argonautes, explique la monstruosité de l’arbre. Le caractère contre-nature qu’il suppose traduit bien l’impossibilité de réformer l’ordre ancien : « On avait tenté, mais inutilement, d’y substituer d’autres, tels que raison, justice, égalité, bonheur : l’airain dont l’écorce était formée repoussait le burin le mieux trempé ». Le monstre menace le nouvel ordre social que la Révolution tente de mettre sur pied. Le combat contre les forces du chaos sert ici de révélateur politique : en effet, le chevalier qui prouve son courage en supprimant l’arbre maléfique est Sanelor, incarnation anagrammatique du duc d’Orléans. Or, vaincre le monstre et la peur qu’il inspire est une action qui appelle dans la tradition médiévale une récompense, celle de la souveraineté. Cette prouesse est destinée à légitimer la place politique que devrait occuper dans la nouvelle société Philippe d’Orléans, héros de la Révolution, ce que paraît vouloir démontrer in fine Bodard de Tezay.

  • 19 Aristote, De Generatione animalium, IV, 4.
  • 20 Reinmarvon Zweiter, Die Gedichte (vers 1235), éd. A. Roethe, Leipzig, 1887, cité par Claude Lecout (...)
  • 21 Claude Lecouteux fait état d’un monstre à la tête de mouton, symbole de la félonie, dans un poème (...)

8Transposé tout entier dans la sphère du merveilleux oriental, le corps de l’Etat se prête à de nombreuses métamorphoses qui traduisent l’effroi suscité par la succession incontrôlable des événements et au travers desquelles se laissent lire en filigrane certaines thèses politiques. L’Histoire véritable de Gingigolo, roi de Mano- Emugi, anonyme de 1789, tente de prouver que les transformations monstrueuses du corps d’état royal, initiées par la Révolution, sont autant d’écarts contraires à la nature monarchique du système. Les déviations imaginées dans ce conte s’accordent avec le dire d’Aristote, selon lequel « le monstre est un être défectueux19 ». Le cours naturel des choses auquel se réfère la définition aristotélicienne est susceptible de fournir une argumentation aux défenseurs du système ancien. En effet, toute métamorphose du corps royal devient une déviation du principe téléologique. L’être royal dont chaque détail morphologique est porteur de sens ne peut, sous peine d’inversion à l’ordre régulier de la nature, s’écarter du type générique. Dans l'Histoire véritable de Gingigolo, roi de Mano-Emugi, le bon Azariel, réminiscence des génies qui hantent les contes de Voltaire, s’avise de changer la tête du roi à la demande du Premier ministre. Le monstre fabriqué est un être hybride, affublé d’une tête de mouton. Le nouveau corps devrait répondre, selon le diagnostic financier des ministres, aux besoins de popularité du roi et à la nécessité de remplir les caisses de l’état. La monstruosité de ce personnage composite recouvre en réalité une tare politique, puisque l’exercice du pouvoir royal est incompatible avec les qualités du mouton. Une des clés de ce monstre allégorique pourrait être trouvée dans la tradition médiévale européenne. Le précieux texte de Reimar de Zweter20, dont Claude Lecouteux propose la lecture, offre le portrait d’un curieux personnage aux yeux d’autruche, au col de grue, aux oreilles de porc, au cœur de lion et aux pattes d’ours. Ce principe de recourir à la monstruosité pour peindre une perfection paradoxale ouvre la voie à toute une littérature critique qui investit chaque détail morphologique de traits accusateurs. La tête de mouton, symbole de fausseté quand elle s’accompagne de la poitrine d’un renard ou d’un corps de loup21, illustre dans l'Histoire de Gingigolo, le danger de démagogie qui guette un pouvoir monarchique. La monarchie constitutionnelle que prétendent fonder les esprits réformateurs de la Révolution est vouée à l’échec : en effet aucune autorité ne peut se construire sur la fusion monstrueuse d’une tête animale débonnaire et de membres qui représenteraient la nation assemblée.

9Le récit facétieux de la refonte de la monarchie rebondit avec une nouvelle métaphore organiciste : le grand Dadas, ministre que son titre honorifique ridicule rapprocherait plutôt des grands dadais de l’historiette ou du proverbe, recourt à l’Ange Azariel pour doter le roi d’une excroissance à cinq têtes. Cette idée, pour le moins aussi lumineuse que la précédente, transforme le roi en un de ces monstres étranges qui peuplent l’Orient lointain et fabuleux depuis l’antiquité. Variante comique de l’Hydre de Lerne que tua Hercule, ce nouveau corps d’état illustre ouvre la voie des Enfers politiques :

  • 22 Histoire véritable de Gingigolo, roi de Mano-Emugi, s.l., 1789, p. 18.

Il est inutile de rendre compte des contradictions multipliées que les cinq têtes occasionnèrent pendant les huit jours qu’elles restèrent sur le col de sa majesté ; quand l’une voulait dormir toutes les autres chantaient et celle qui éternuait, éclaboussait la figure de ses voisines et était exposée à leurs morsures22.

  • 23 L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien est l’encyclopédie d’où sont tirés tous les monstres curieu (...)
  • 24 Lambert de Saint-Omer, De Creaturis diversis, Manuscrit de Gand, voir à ce propos, Claude Lecouteu (...)
  • 25 Saint Augustin, De Civitate Dei, XXI, 8, op. cit., t. 3, p. 243.

10Fondement de l’absolutisme bourbon, l’image du roi-tête, « caput » de l’organisation politique de l’état français, se décompose en se démultipliant. Malgré le caractère ludique d’un tel conte, l’enjeu politique demeure crucial, puisque la métaphore du roi-tête plaçait le roi au commandement du royaume. Montrer le désordre qui règne dans un corps monstrueux à cinq têtes souligne l’interdépendance nécessaire des organes du corps royal. Seule, la volonté du roi pourrait jouer un rôle de régulateur dans cet ensemble chaotique et demeurer l’élément de stabilité et de continuité du pouvoir. Au moment de la discussion sur les ordres, de telles métaphores traduisent les conflits qui s’annoncent sur la hiérarchisation des pouvoirs et leur localisation. Au vu d’un tel dysfonctionnement, la fable se poursuit. De façon curieuse, l’autorité « capitale » de Gingigolo disparaît de nouveau au profit de la création monstrueuse d’un Acéphale. Le caractère parodique d’une telle représentation s’agrémente de réminiscences exotiques empruntées à la tradition antique23. Le Blemmien dont Lambert de Saint-Omer atteste l’existence en Libye encore en 11224, porte ses yeux et sa bouche dans la poitrine ou ses yeux sur les épaules. Mais dans la version orientale qui en est proposée sous la Révolution, l’Acéphale royal est un simulacre muet et aveugle, tout juste bon à signer les décrets sans les lire et à ne pas écouter « les vaines réclamations » du peuple. L’avilissement corporel du roi, réalisé par une décapitation combien prophétique, entraîne la déchéance de l’état, car le principe vivifiant qui anime le corps-état du roi est coupé. Il entre dans la démonstration politique de l’Histoire de Gingigolo d’affirmer que les révolutionnaires ont permis la création de tels monstres par leur présomption et leur révolte contre l’ordre naturel établi. Les métamorphoses du corps-état royal sont le révélateur des erreurs et des illusions que porte en elle la Révolution. Cette tératologie d’un nouveau genre s’appuie sur la foi politique de l’auteur qui dicte la conclusion du conte : l’intervention d’Azariel remet finalement « tout comme avant » pour le plus grand bonheur du peuple. La monstruosité doit s’effacer devant l’« ordo » décidé par le créateur et la tradition. La définition que saint Augustin propose des monstres éclaire la portée des métamorphoses dans ce conte : « On les appelle monstres, du verbe monstro ‘montrer’ parce qu’ils présagent quelque chose, et ‘signes’ et prodiges’, d’après portendo et porro dico, parce qu’ils annoncent et présagent ce qui va survenir »25. Le Gingigolo monstrueux est bien un « portentum », signe précurseur de sombres mutations politiques qui suscitent l’inquiétude de l’auteur. La lecture de chacun des traits métaphoriques devient le support d’une interrogation politique sur le corps de l’état. Creusets des rêves d’avenir d’une Nation qui définit les contours de son nouveau pouvoir, les métaphores corporelles servent ici d’arguments aux esprits inquiets pour mettre en garde contre les désordres populaires et contre le « locus terribilis » qu’est la Révolution.

Allégories et lecture engagée de l’histoire

  • 26 Antoine de Baecque fait, à juste titre, la distinction entre deux « catégories métaphoriques » : l (...)
  • 27 Louis-Antoine de Caraccioli, La Petite Lutèce devenue grande fille, ouvrage où l’on voit ses avent (...)

11De spéculatif au cœur d’une réflexion sur l’Etat, le corps est aussi figuratif, véritable signe assurant une lecture du monde et de l’Histoire en cours. Toutefois, l’heureux équilibre qui régnait dans la littérature des Lumières entre la réflexion politique et la fiction romanesque n’existe plus, car les factions politiques figent leurs thèses avec une égale conviction. L’effritement du monde de l’Ancien Régime coïncide avec un moment où l’individu disparaît comme valeur et où le citoyen devient le centre de référence d’une construction de la société. Dès lors, au sein de la littérature des premières années révolutionnaires, la passion politique infléchit le discours : les polémiques lexicographiques témoignent du désir de « faire voir », de montrer derrière le mot l’image. Le discours romanesque entre dans le domaine de l’optique, il prétend refléter le réel et rendre visibles les enjeux historiques. Toute une mise en scène donne alors au symbolique le pas sur l’apparent chaos historique. Dans le roman de Louis-Antoine de Caraccioli, La petite Lutèce devenue grande fille, ouvrage où l’on voit ses aventures et ses révolutions, depuis son origine jusqu’au 14 juillet 1790, l’époque de sa majorité et le jour du pacte fédératif, publié en 1790, l’allégorie participe à la narration de l’Histoire26. Lutèce est à la fois héroïne et narratrice : « Je ne puis exprimer quelle était ma joie, confie- t-elle, lorsque j’entendais les coups de marteau qui démolissaient ce lieu d’hor- reur[.] Le mot Bastille était toute la science, toute la force des ministres27 ». Le récit donne l’illusion d’une représentation ordonnée qui transmet la geste héroïque du peuple insurrectionnel de Paris, animé d’une force et d’un patriotisme prodigieux.

  • 28 Père Lamy, La Rhétorique ou l’art de parler, Livre II, chap. 7, Paris, A. Pralard, 1688, p. 106.
  • 29 Tel le despotisme sous l’apparence d’un monstre apocalyptique, « dévorant et piétinant tout ce qu’ (...)
  • 30 Pierre-Victor Malouet (baron de), Voyage et Conspiration de deux inconnues, histoire véritable exr (...)
  • 31 Champigny, La Cour ou la Nation ou les deux Sœurs, parabole tirée de l’évangile du jour, 1790.
  • 32 François-Félix Nogaret, Le Miroir des événements actuels ou la plus belle au plus offrant, histoir (...)

12L’harmonie entre l’apparence et l’être est pleinement établie dans l’allégorie, car le corps métaphorique est vidé de toute individualité : il incarne à lui seul une valeur morale ou politique. Le père Lamy avait bien indiqué que le fonctionnement de l’allégorie donnait au langage l’illusion de sa matérialité : « Quand on appelle un grand Capitaine un foudre de guerre, l’image du foudre représente sensiblement la force avec laquelle ce Capitaine subjugue des Provinces entières, la vitesse de ses conquêtes, & le bruit de sa réputation & de ses armes. Les hommes pour l’ordinaire ne sont capables de comprendre que les choses qui entrent dans l’esprit par les sens.28 » Comme le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité de Rousseau qui, au milieu d’une multiplicité de personnages, faisait surgir des allégories, emblèmes des passions et des haines sociales29, l’imaginaire révolutionnaire modèle des créatures dont les expressions du visage et les attitudes du corps permettent de rendre visible ce qui est signifié politiquement : la Raison qui, dans le roman contre-révolutionnaire de Mallet du Pan, voyage et conspiration de deux inconnues, histoire véritable extraite de tous les mémoires authentique de ce temps (1792), a l’apparence d’une belle femme digne « dont les textes sont liberté, moralité, vertu, justice30 », est une allégorie aussi séduisante que la Nation, qui est au centre de deux fictions révolutionnaires, La cour ou la Nation ou les deux Sœurs (1790)31 par Champigny et Le Miroir des événements actuels ou la plus belle au plus offrant (1790)32, par François-Félix Nogaret. Les textes romanesques engagés s’accommodent d’une description très normative des mots, des choses, des êtres et enregistrent les stéréotypes qui sont utilisés par les différents partis politiques Il est frappant de voir le lexique moral des vices utilisé pour dénigrer la Contre-révolution dans la représentation allégorique qui en est proposée par un roman anonyme de 1790, La Pariséide ou les amours d’un jeune patriote et d’une belle aristocrate :

  • 33 La Pariséide ou les amours d’un jeune patriote et d’une belle aristocrate, poème héroi-comi- polit (...)

L’on vit entrer dans une des salles de l’Abbaye de Montmartre, le superbe Orgueil et l’adroite Politique, suivis de la Noblesse, leur fille chérie. Après eux venait à pas lents la lourde Stupidité à qui l’Esclavage offrait le bras, ils précédaient l’Ignorance et le Préjugé, qui s’applaudissaient d’avoir donné le jour à l’Eglise, à leur suite marchaient la basse Flatterie, accoutumée à vivre dans le Palais des rois, la Tyrannie qui porte un sceptre de fer, et enfin la Vengeance qui se nourrit de sang et de carnage. Tous prennent place, et tous se lèvent, quand la Rage qui était le Cerbère de cette Assemblée, leur annonce les Aristocrates de Versailles33.

  • 34 voyage du Diable et de la Folie ou causes des révolutions de France, Braband (sic), Liège et autre (...)

13Dans cette phase de polémique intense, située entre 1789 à 1792, l’écriture romanesque tombe dans la caricature, comme s’il lui fallait amplifier systématiquement la pensée politique. Depuis le Traité des passions de Descartes, la physiognomonie accordait aux mouvements des corps une valeur de signe, permettant de connaître la vraie nature de l’être. Sous la décennie révolutionnaire, la réduction de l’être à sa charge expressive ou d’un concept à une figure mène à la formation d’une syntaxe grotesque où se combinent toutes variétés d’allégories avec des personnages historiques. Le tressaillement de joie de la Discorde, qui est l’alliée du prince de Lambesc dont elle assemble les dragons du Royal-Allemand, est l’annonce voluptueuse d’un carnage violemment dénoncé par La Pariséide. A l’opposé de l’échiquier politique, le voyage du Diable et de la Folie ou causes des révolutions de France, Braband (sic), Liège et autres, publié en 1793, dénonce les dérives d’une révolution initiée au nom de la liberté, qui verse « une nation réputée pour sa douceur et son urbanité » dans la Terreur, faisant d’elle « un peuple de cannibales que l’Europe étonnée nomme avec horreur34 ». Chaque mise en scène est la tentative d’ordonner l’Histoire et d’en expliquer les causes. Toutefois, les écrits allégoriques se raréfient sous la Terreur, comme si l’extrême métaphorisation ne parvenait plus à retranscrire la discordance du réel.

Réaction et corps royal sublimé

  • 35 Sur la difficulté d’imposer le symbolisme et l’utopie de l’unité en l’an II, voir Bronislaw Backzo (...)
  • 36 A ce propos, Eric Méchoulan voit une dissymétrie entre le Moyen Âge et les Temps Modernes, selon q (...)
  • 37 Daniel Arasse, La Guillotine et l’Imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1993, p.64.
  • 38 Ch.B. Lebastier, Dorbeuil et Céliane de Valran, leurs amours et leurs malheurs pendant la tyrannie (...)
  • 39 Antoine de Rosny, Les Infortunes de Mr de la Galetierre pendant le régime décemviral, contenant se (...)
  • 40 Le même argument se retrouve dans le pamphlet anti-révolutionnaire que La Harpe publie an VII inti (...)
  • 41 Jean-Baptiste Régnault-Warin, Le Cimetière de la Madeleine, Paris, Lejeune, 1800, T1, p. 104.

14Après la chute de Robespierre, l’Etat thermidorien dépassé par l’horreur des exécutions et des crimes commis sous la Terreur ne peut plus gommer les affections du moi face à l’intérêt général35. Le discours jacobin semble n’avoir pas réussi à fondre les individus dans une même nation. Dans la littérature36 s’instaure un retour à l’individualité, ce que confirme Daniel Arasse : « La ‘commotion’ de la Terreur, où les Moi meurent en série, avec l’uniformité des ‘épis de blé’ trouve peut-être aussi un remède dans cette affirmation exaltée du Moi37 ». Le discours romanesque ne trouve pas aisément sa voie dans le domaine politique : l’universel comme l’ensemble des valeurs révolutionnaires ne fait plus recette face au disparate des expériences vécues sous la Terreur, emprisonnement, persécutions, émigration, suicide. De plus, la littérature thermidorienne souffre de l’abîme qui semble s’être creusé entre le discours politique et les faits, entre l’apparence et l’être. Dorbeuil, héros d’un roman de Lebastier publié en l’an III, dénonce le vocabulaire révolutionnaire qu’il présente comme la source d’une mystification politique : « Vous savez qu’alors les mots suspects, maximum et réquisition étaient des talismans commodes pour incarcérer, massacrer et voler les propriétés ; le tout au nom de la loi38 ». Rosny dans les Infortunes de Mr. de la Galetierre pendant le régime décemviral (1797)39, accuse les dirigeants révolutionnaires d’avoir trahi des mots « respectables » en y insufflant d’autres significations40. Le propos ne vise plus comme auparavant à une transformation du faire du lecteur, il devient un témoignage destiné à en modifier le savoir. L’omniprésence du vocabulaire de la vision dans les préfaces signale le projet de dévoilement des romans thermidoriens. Dans une sorte de cauchemar halluciné, les destins individuels sous la Terreur sont symbolisés par des corps décapités, des corps mutilés ou en décomposition. Tenté par les séductions sombres du gothique anglais, le roman propose des variantes de la vertu persécutée où les jacobins tiennent lieu de bourreaux sanguinaires et de roués. Regnault-Warin cède à la frénésie ambiante en introduisant dans son roman, Les Prisonniers du Temple (1800), de véritables scènes d’horreur41 ». Au sortir de la Terreur, la littérature romanesque s’avoue incapable d’unifier sa lecture des corps, aucune métaphore du corps politique ne donnerait à croire que l’Etat peut être sauvé. Sa déchéance permet difficilement d’entrevoir une recherche thérapeutique appropriée.

  • 42 Sur l’exploitation de ce thème, l’ouvrage de Victor Brombert pourrait être consulté : La Prison ro (...)
  • 43 François de Grenaille, L’Honneste mariage, Paris, T. Quinet, 1640.
  • 44 Jean-Baptiste Régnault-Warin, Le Cimetière de la Madeleine, op. cit., T3, p. 87.

15Le succès que l’opposition royaliste fait au roman de Regnault-Warin Le Cimetière de la Madeleine en 1800, laisserait penser que l’idéal royal réapparaît comme une solution politique aux maux dont souffre la France. Or, le romancier saisit Louis XVI au moment où déchu de ses fonctions et enfermé à la Conciergerie, il est coupé de sa relation avec ses sujets. Sa royauté disparaît théoriquement avec les signes de son pouvoir, puisque la république l’en a dépouillé. La substitution du corps d’état-royal au corps privé semble trouver un point d’articulation intéressant dans l’œuvre de Régnault-Warin. En effet, la théorie du double corps du roi avait établi traditionnellement que le corps privé du roi pouvait mourir et que le corps politique de la royauté se perpétuait dans l’héritier du trône : l’expression « le roi est mort, vive le roi » symbolise cette permanence de l’Etat au travers du corps du roi. Le propos de Régnault-Warin est différent, il ne s’agit pas tant d’arrimer une allégorie politique, de désincarner le roi pour spéculer sur une figuration possible du pouvoir que de peindre un homme, de faire revivre un corps dont la chair est marquée par le supplice. Dans son propos liminaire, Regnault-Warin affirme vouloir « tracer les malheurs d’un homme qui fut roi ». Ce déplacement du corps d’état royal à l’expression d’un homme miné par des angoisses dans un espace carcéral est inédit, il annonce le culte des grands prisonniers de l’Histoire et de leur légende, qui s’affirmera à l’époque romantique42. Le moi triomphe dans un récit où le roi ne prétend pas renvoyer à chacun l’image brillante d’un roi-soleil versaillais ni affermir la conviction d’appartenir à la même communauté politique. L’homme blessé dont Régnault- Warin retranscrit les prétendues confidences, n’est pas une parfaite mécanique royale, digne des automates mis à la mode au xviiie siècle. Il est l’expression d’une âme singulière, d’un roi réel au destin tragique. Ce héros émouvant dans son humanité, ses doutes et ses regrets, enflamme les espoirs d’une restauration au sein de l’opposition royaliste. En effet, pour respecter les nécessités de l’histoire, Régnault-Warin clôt le sort tragique du roi par le témoignage poignant de Monsieur de Fermont sur l’exécution de Louis XVI. Choisir comme point d’orgue le supplice du roi mène insensiblement le romancier à réinvestir le corps royal d’une dimension théologique dont s’empare aussitôt son public. L’alliance du « rex » et du « sacerdos » se trouve incarnée dans le martyre du Louis XVI, comme elle a pu culminer dans la figure du Christ. La définition des monarques tirée d’un texte de 1640, L'Honneste mariage, de M de Grenaille, en est l’illustration : « on les appelle ‘les monarques’ des images du Roy des Rois, pour montrer qu’en agissant tousjours comme luy, ils doivent en pâtir comme il a fait dans le monde. Nos Rois très-Chrestiens n’auraient pas pris leur nom de Jesus Christ s’ils n’en doivent pas en porter les marques43 ». Le corps de Louis XVI est régénéré par la claustration et par le supplice. Au pied de l’échafaud, le roi invoque la figure du Christ et pardonne à ses bourreaux : « Je désire que mon sang soit utile aux Français et qu’il apaise la colère de Dieu44 ». La prison s’impose dans ce roman comme le lieu d’une révélation ; le corps d’Etat du roi qui disparaît au profit d’un prisonnier à la recherche d’une vérité intime, trouve sa vérité dernière dans l’alliance avec le Corps du Christ. Cette ultime métamorphose du corps d’état royal sublimé et sanctifié vaut au roman d’être saisi et à Regnault-Warin d’être jeté en prison.

***

  • 45 Antoine de Baecque fait une précieuse distinction entre deux sortes de légitimations symboliques : (...)
  • 46 De façon parallèle, Ewa Lajer-Bucharth a insisté sur la transparence du corps féminin et son aptit (...)

16Les représentations métaphoriques de l’Etat45 qui s’affrontent pendant la décennie révolutionnaire, ressortissent tant au « se raconter » qu’au « se connaître ». Elles aident autant à mieux penser le pouvoir politique qu’à dénoncer l’adversaire. De ce fait, il importe aux romanciers d’évoquer la Révolution pour lui donner un sens, pour l’interpréter quitte à la reconstruire. La fable allégorique dont ils usent ne prétend pas se substituer au récit historique, mais elle a pour fonction de faire l’économie des petits faits, d’amplifier et de donner du relief à une peinture de la Révolution dont la mémoire nationale veut garder l’image exemplaire. Dans l’usage des allégories sous la Révolution, il apparaît que le corps métapho- rique46 permet de mieux imaginer le monde politique, de représenter l’organisation du pouvoir et sa hiérarchisation. Le corps d’état royal, globalement rejeté comme l’héritage d’un passé monarchique, reprend du sens dans les controverses politiques engagées dans la littérature romanesque des années 1789-1792. Les métamorphoses auxquelles il est soumis se fondent sur un merveilleux oriental servant à la fois de distance herméneutique et de perspective critique. Le corps monstrueux et ses transformations constituent un jeu où l’organisation du pouvoir est menée sur le plan de la conjecture, et où la métaphore semble pouvoir mener au vrai. Emporté par les passions politiques, le discours romanesque ne s’interroge plus sur le recours métaphorique et son pouvoir d’imposer un ordre symbolique. Sous la Révolution française, l’imaginaire du corps est indissociable d’un contexte politique et éthique engagé. Les métaphores organicistes ont un pouvoir émotionnel dont usent les romanciers pour créer une tension dans leur langage et soulever les enthousiasmes ou susciter les peurs. Leur présence témoigne, dans cette période de crise politique, d’une volonté de concilier l’affirmation de l’unité et de l’existence de la Nation française avec l’expérience individuelle, souvent partielle et chaotique, qu’ont les citoyens de l’Histoire.

Notes

1 Pierre Ronzeaud, « Présentation : Le corps métaphorique », Le Corps au xviie siècle, éd. Ronald W. Tobin, Papers on French Seventeenth Century Literature, Paris, Seattle, Tübingen, Biblio 17, 1995, p. 341.

2 Voir Georges May, « Diderot et l’allégorie », Oxford, Voltaire Foundation, STVE, 1972, Vol. LXXXIX, p. 1049.

3 Mirabeau, Discours, Paris, éd. F. Furet, co11. Fo1io, 1973, p.173.

4 Ernst Hartwig Kantorowicz, Les deux Corps du roi : Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. Jean-Philippe Genet et Nicole Genet, Paris, Gallimard, 1989.

5 La paix de l’état, selon saint Augustin, « c’est entre tous les citoyens la concorde et l’ordre de l’autorité et de la soumission », De Civitate Dei, Livre XIX, 13, trad. Louis Moreau et Jean-Claude Eslin, Paris, Seuil, 1994, t.3, p.121.

6 Voir Antoine de Baecque, Le Corpus de l’histoire. Métaphores et politiques (1770-1800), Paris, Calman-Lévy, p. 993, chap. 1 « La défaite du corps du roi. Essai sur l’impuissance de Louis XVI », p. 45-98.

7 Anne Deneys-Tunney, dans son ouvrage Ecritures du corps. De Descartes à Laclos, reconnaît que la littérature romanesque et la philosophie du xviiie siècle ont fait « du corps comme système de signes, un des fondements de la narration et de son herméneutique ». Paris, PUF, 1992, p. 42.

8 On peut en voir l’origine dans la Politique d’Aristote : Aristote, Métaphysique, Paris, Vrin, 2000, t.1, p.213-214.

9 Réimpression de l’Ancien Moniteur, TI, p.1.

10 A partir d’un verset de l’Ecclésiaste 1, 7 où il est dit que les fleuves retournent au lieu dont ils sont issus, saint Augustin file une métaphore sur l’ardent amour qui pousse son âme à rejoindre Dieu : « O Dieu, vous avez créé mon cœur pour vous, et jamais il n’aura de repos qu’il ne soit en vous ». Confessions, l. 3, chap. VI, Paris, Gallimard, La Pléiade, p. 459-500. L’Augustinus, de Malebranche explique l’inquiétude par un trait ontologique de l’âme humaine, « l’âme est inquiétée par les désirs comme par les mouvements ; et les plaisirs sont comme les termes de ces mouvements, où elle repose. C’est ce qui explique sa perpétuelle inquiétude tant quelle est en dehors de Dieu, cherchant partout son plaisir et sa joie et ne trouvant absolument que Dieu qui puisse remplir cette vaste capacité », « De Statu naturae lapsae », II, 25.

11 Jean Deprun rappelle que l’inconstance de l’homme l’entraîne à céder à la nouveauté, même si elle est source de troubles et de révolutions. Dans la conception que se fait Voltaire de l’Histoire, il semble que l’influence de Malebranche est déterminante, en particulier De la recherche de la Vérité (1674-1675) qui ramènerait l’histoire humaine à une suite « d‘essais et d’erreurs ». Sur ce point, voir Jean Deprun. La philosophie de l’inquiétude en France au xviiie siècle, Paris, Vrin, 1979, p. 111-112.

12 Voltaire, Essai sur les mœurs, éd. Pomeau, Paris, Bordas, 1990, T. II, chapitre CXCVII, p. 808.

13 Hobbes définit l’Etat, par le relais d’une métaphore mécanique, celle d’un automate, sorte de Léviathan monstrueux dont les rouages sont les hommes. Le discours scientifique renouvelait dans ce contexte la métaphore du corps, assignée à la représentation politique du pouvoir. De ce fait, Patrick Tort semble identifier dans la systématique hobbesienne non une simple métaphore, mais bien une véritable « physique du corps politique », Patrick Tort, Physique de l’Etat. Examen du corps politique de Hobbes, Paris, Vrin, 1978, p. 58.

14 Thomas Hobbes, Corps politique ou les élémens de la loy morale et civile avec des réflections sur la loy de nature, sur les sermens, les pactes et les diverses sortes de gouvernemens, leurs chan- gemens et leurs révolutions, traduction de Samuel de Sorbière (1652), ouvrage réédité par les Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1977, Chap. VI, p. 49.

15 « Je sais bien que l’on peut objecter à ceci, l’expérience qu’on a de certains animaux, lesquels quoique privés de la raison, ne laissent pas néanmoins de vivre dans une tranquillité et bonne intelligence, et garder un si bon ordre parmi eux, que l’on ne voit jamais arriver entre eux aucun désordre, ni tumulte. Ce qui se peut voir dans les abeilles, que l’on compte pour ce sujet parmi les animaux, politiques et sociables. Qu’est-ce qui empêche donc que les hommes qui prenaient toutes les commodités qui viennent de la concorde, ne la puissent continuer entre eux, sans y être contraints par quelque puissance supérieure, aussi bien que les abeilles le font ? » Thomas Hobbes, corps politique, éd. cit., p 49.

16 Bodard de Tezay, Le Dernier Cri du monstre, vieux conte indien, juillet 1789, p.13.

17 Consulter A. Katzenellenbogen, Allegories of vertues and Vices in medieva/ Art from early christian times to the thirteenth century, Londres, The Warburg Institute, 1939, reprint Nendeln, Lichtenstein, 1968.

18 Fabienne Pomel dans Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, analyse la mixité des modèles arborescents, entre représentation généalogique et spéculation théologique. Le cas d’un arbre de Jessé, illustration du Speculum Virginium de Conrad de Hirsau, retient son attention, car d’une tête du Christ, placée au sommet de l’arbre, partaient de façon symbolique les sept branches représentant les différentes vertus. Paris, Champion, note 49, p. 475.

19 Aristote, De Generatione animalium, IV, 4.

20 Reinmarvon Zweiter, Die Gedichte (vers 1235), éd. A. Roethe, Leipzig, 1887, cité par Claude Lecouteux, Les Monstres dans la pensée médiévale européenne, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 3e éd, 1999, p.171.

21 Claude Lecouteux fait état d’un monstre à la tête de mouton, symbole de la félonie, dans un poème du Wilder Alexander : « [le félon]chante comme une sirène, a la couleur du paon et la vivacité du lièvre, une tête de mouton et la poitrine d’un renard », Les Monstres dans la pensée médiévale européenne, op. cit., p. 173.

22 Histoire véritable de Gingigolo, roi de Mano-Emugi, s.l., 1789, p. 18.

23 L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien est l’encyclopédie d’où sont tirés tous les monstres curieux et exotiques de la littérature médiévale. Les collections de choses mémorables de Caius Julius Solinus, polygraphe du iiie siècle pourraient être une source indirecte, selon Claude Lecouteux, Les Monstres dans la pensée médiévale européenne, op. cit., p. 28.

24 Lambert de Saint-Omer, De Creaturis diversis, Manuscrit de Gand, voir à ce propos, Claude Lecouteux, op. cit, p.84.

25 Saint Augustin, De Civitate Dei, XXI, 8, op. cit., t. 3, p. 243.

26 Antoine de Baecque fait, à juste titre, la distinction entre deux « catégories métaphoriques » : la métaphore qui est une forme narrative de l’histoire et la métaphore qui est un mode de connaissance de l’histoire, l’une permettrait de « se raconter », l’autre serait la forme du « se connaître ». Le Corps de l’histoire, op. cit., p. 16- 17.

27 Louis-Antoine de Caraccioli, La Petite Lutèce devenue grande fille, ouvrage où l’on voit ses aventures et ses révolutions, depuis son origine jusqu’au 14 juillet 1790, l’époque de sa majorité et le jour du pacte fédératif, Paris, chez Cuchet, 1790, T. 2, p. 208.

28 Père Lamy, La Rhétorique ou l’art de parler, Livre II, chap. 7, Paris, A. Pralard, 1688, p. 106.

29 Tel le despotisme sous l’apparence d’un monstre apocalyptique, « dévorant et piétinant tout ce qu’il y a de sain dans la société ». J.-J. Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, dans Oeuvres complètes, Paris, NRF-La Pléiade, 1964, T. 3, p. 190-91

30 Pierre-Victor Malouet (baron de), Voyage et Conspiration de deux inconnues, histoire véritable exraite de tous les mémoires authentiques de ce temps-ci, 1792. Selon une note à la main de M. Guérard, il s’agirait d’un ouvrage de Mallet du Pan.

31 Champigny, La Cour ou la Nation ou les deux Sœurs, parabole tirée de l’évangile du jour, 1790.

32 François-Félix Nogaret, Le Miroir des événements actuels ou la plus belle au plus offrant, histoire à deux visages, Paris, au Palais-Royal, l’an de notre salut 1790 et la deuxième de la liberté, 1790.

33 La Pariséide ou les amours d’un jeune patriote et d’une belle aristocrate, poème héroi-comi- politique, en prose nationale, Paris, Maradan, 1790, p. 34.

34 voyage du Diable et de la Folie ou causes des révolutions de France, Braband (sic), Liège et autres, imprimé dans la lune, mai 1793, l’an quatrième du règne des cannibales & se trouve chez la plupart des libraires en Europe, p. 6.

35 Sur la difficulté d’imposer le symbolisme et l’utopie de l’unité en l’an II, voir Bronislaw Backzo, Comment sortir de la Terreur, Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, NRF- Essais, 1989.

36 A ce propos, Eric Méchoulan voit une dissymétrie entre le Moyen Âge et les Temps Modernes, selon que le corps se conçoit comme « ouvert » dans un premier temps, et qu’il « se clôt spatialement sur lui-même » dans un second temps. Le Corps imprimé, Essai sur le silence en littérature, Montréal, Les Editions Balzac, 1999, p. 15.

37 Daniel Arasse, La Guillotine et l’Imaginaire de la Terreur, Paris, Flammarion, 1993, p.64.

38 Ch.B. Lebastier, Dorbeuil et Céliane de Valran, leurs amours et leurs malheurs pendant la tyrannie de Robespierre, Paris, Lebastier frères, Brunet, An III, T. II, p. 91.

39 Antoine de Rosny, Les Infortunes de Mr de la Galetierre pendant le régime décemviral, contenant ses persécutions, sa fuite sous Robespierre, son naufrage et son séjour dans une île déserte, suivis de son retour en France, Paris, imprimerie de Conort, 1797, l’an V.

40 Le même argument se retrouve dans le pamphlet anti-révolutionnaire que La Harpe publie an VII intitulé De la guerre déclarée par nos derniers tyrans à la Raison, à la Morale, aux Lettres et aux Arts. Il précise : « Ces mots sacramentels dans tout le système légal » ont été « progressivement détournés et conduits enfin dans une application journalière jusqu’à un sens opposé », Paris, an VIII, p. 18.

41 Jean-Baptiste Régnault-Warin, Le Cimetière de la Madeleine, Paris, Lejeune, 1800, T1, p. 104.

42 Sur l’exploitation de ce thème, l’ouvrage de Victor Brombert pourrait être consulté : La Prison romantique, Essai sur l’imaginaire, Paris, Corti, 1975.

43 François de Grenaille, L’Honneste mariage, Paris, T. Quinet, 1640.

44 Jean-Baptiste Régnault-Warin, Le Cimetière de la Madeleine, op. cit., T3, p. 87.

45 Antoine de Baecque fait une précieuse distinction entre deux sortes de légitimations symboliques : il propose de voir d’une part le récit symbolique, c’est à dire la gloire d’un homme dont on raconte l’histoire par un jeu d’allégories et d’autre part la gloire symbolique d’un principe, permettant de façonner une figure incarnant le régime en place. « Les Dames de la République. Images allégoriques féminines pendant la Révolution », dans Les Femmes et la Révolution française, L’individuel et le social, Apparitions et représentations, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1990, p. 192.

46 De façon parallèle, Ewa Lajer-Bucharth a insisté sur la transparence du corps féminin et son aptitude à « renvoyer sans médiation à une idée ». Le corps métaphorique féminin s’est trouvé très vite investi des valeurs révolutionnaires, car la rhétorique politique lui a fait jouer « de rôle d’un bouclier qui [.] protège du chaos », « La Rhétorique du corps féminin sous le Directoire : la cas d’Anne-Françoise Elisabeth Lange en Danaë » dans Les Femmes et la Révolution française, L’individuel et le social, Apparitions et représentations, op. cit., p. 225. Ce mode d’énonciation allégorique repose sur la même valeur d’analogie qui asseoit la vision mécaniste de l’Etat.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540