Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dramaturgies de l'ombre

 | 
François Lecerce
, 
Françoise Lavocat

Brecht et Shakespeare : le spectre de Roma dans La Résistible ascension d’Arturo Ui

Daniel Mortier

Texte intégral

  • 1 Geist, dans le texte allemand.
  • 2 B. Brecht, La Résistible ascension d’Arturo Ui, trad. A. Jacob, Paris, L’Arche, 1983, p. 98 ; « in (...)
  • 3 P. 67 de la traduction française, dont nous reprenons aussi l’ordre et la numérotation des tableaux (...)

1Dans un tableau de La Résistible ascension d’Arturo Ui de Brecht, Arturo Ui est en présence du spectre1 de Roma, « un trou rouge au front2 ». C’est là une apparition qui peut sembler incongrue dans une pièce qui, par ailleurs, représente Hitler et ses comparses en gangsters, et la réalité économique allemande des années trente sous la forme d’un commerce de choux-fleurs ; le réalisme y est donc poussé jusqu’à la trivialité. En outre, l’identité de la victime venue troubler le sommeil de son meurtrier est déconcertante. on aurait en effet attendu la femme abattue au tableau 9, qui avait accusé Arturo Ui et s’était écriée : « Hé ! Au secours ! Pas un pour stopper cette peste3 ? », alors qu’il s’agit de Roma, l’ancien lieutenant du gangster, coupable d’avoir gardé une confiance aveugle en son chef, qui n’hésita pas à le sacrifier pour accéder au pouvoir.

  • 4 Voir P. Ivernel, « Quatre mises en scène d’Arturo Ui », in D. Bablet (dir.), Les Voies de la créati (...)

2Certains metteurs en scène ont d’ailleurs préféré supprimer cette scène du spectre. Ce fut, entre autres, le cas de Wekwerth au Berliner Ensemble en 1959, de Vilar au TNP en 1960 et de de Bosio au Teatro Stabile de Turin en 1964.

3On essaiera de comprendre cette gênante apparition spectrale dans une œuvre d’un auteur qui voulait s’adresser « aux enfants de l’ère scientifique ».

La parabole

4Écrite en collaboration avec Margaret Steffin et achevée en avril 1941, la pièce est désignée, dès le titre, comme une parabole, ce qui doit d’abord être expliqué. Comme dans toute parabole, un signifiant à figuration très concrète est mis au service d’un signifié plus difficile d’accès. Ainsi le signifié — l’ascension politique de Hitler, dont les textes projetés à la fin de chaque tableau rappellent les étapes — est exprimé par un signifiant qui est une histoire de banditisme : des racketteurs parviennent à se rendre indispensables aux hommes d’affaires et responsables politiques de Chicago. Et ce signifiant, Brecht a visiblement voulu qu’il ne parût pas arbitraire, mais au contraire « parlant », au public américain auquel il destinait sa pièce.

5D’une part en effet, l’intrigue faisant intervenir les gangsters emprunte beaucoup d’éléments à l’histoire de la mafia, et en particulier à celle d’Al Capone, auquel Arturo Ui doit son nom à consonance italienne : la vie dans de grands hôtels, le massacre de la Saint-Valentin (24 février 1929) ou les « cold meat parties » (gigantesques enterrements auxquels assistaient les meurtriers), par exemple. L’antisémitisme étant étranger à cette mafia de Chicago, il est du même coup absent dans la représentation des nazis arrivant au pouvoir, ce qui, logiquement, a provoqué certaines interrogations et même des critiques.

  • 5 Ibid., p. 9 : « ‘s ist, als ob die Nacht /Am hellen Mittag ausbräch ! », p. 10.
  • 6 Ibid., p. 36 ; « Aber sie werdens / Nicht wagen […] Nein, nein, sie werdens nicht wagen », p. 41.
  • 7 Voir Büchner, La Mort de Danton, éd. bilingue, trad. R. Thieberger, Paris, Aubier-Flammarion, 1972, (...)
  • 8 Goethe, Faust I, trad. H. Lichtenberger, Paris, Aubier, 1932, p. 102 sq.

6D’autre part, l’histoire des gangsters exhibe tout un intertexte théâtral. Le premier tableau évoque une situation de tragédie antique : « À croire que la nuit/ Est tombée en plein jour5 ! ». Hindsborough, au tableau 4, répète : « ne l’oseront pas […] Non, non, ils ne l’oseront pas !6 », comme le faisait Danton dans la pièce de Büchner7. À la fin du tableau 12, sont entremêlés les dialogues échangés les uns par Ui et Betty Dollfoot, les autres par Gobbola et Dollfoot, comme dans la scène célèbre de la première partie du Faust de Goethe, où passent et repassent alternativement devant nous les couples de Marguerite et Faust, d’une part, et de Marthe et Méphistophélès d’autre part8.

  • 9 Brecht, La Resistible ascension d’Arturo Ui, op. cit., p. 50 sq.
  • 10 Shakespeare, Richard III, I, ii.

7Cet intertexte théâtral, pour divers qu’il soit, est néanmoins majoritairement shakespearien. Le vers blanc ïambique utilisé par Brecht, qui pensait ainsi faciliter la traduction en anglais, est aussi celui de la traduction des œuvres de Shakespeare par les frères Schlegel (1797-1810). Au tableau 6, l’acteur donnant une leçon à Arturo Ui demande à celui-ci de réciter le discours de Marc Antoine dans Jules César de Shakespeare9. Au tableau 13, Arturo Ui ose proposer une alliance à la veuve de celui qu’il vient de faire tuer, Betty Dollfoot, comme l’avait fait Richard III à lady Ann10.

8On observera que les emprunts à l’histoire des gangsters de Chicago, comme les emprunts au répertoire théâtral, en particulier de Shakespeare, concernent plus des situations que des scénarios ou des actions. Au départ, Brecht s’est inspiré de Dan Dutch, plus que d’Al Capone. En tout cas, celui-ci ne s’est pas contenté du racket, et a prospéré aussi grâce à la prostitution et au trafic engendré par la prohibition. Et lors du massacre de la Saint-Valentin, il ne liquida pas des amis, mais une bande rivale, celle du fleuriste O’Banion et de son successeur Moran-les-Punaises.

  • 11 Armand Jacob, le traducteur français, marque cette différence en faisant prononcer à Arturo Ui la p (...)

9L’intertextualité théâtrale donne à voir les mêmes écarts d’actions et de paroles par rapport à des situations pourtant analogues. Les dirigeants du trust du chou- fleur envisagent vite une issue à la situation tragique, au premier tableau. Hindsborough, quand il est accusé, reste muet, contrairement au Danton de Büchner. Betty Dollfoot est une femme d’affaires avisée et, dans son dialogue avec Arturo Ui, elle ne fait pas preuve de la simplicité naïve qui était l’apanage de Marguerite devant Faust. Le discours de Marc Antoine dans la pièce de Shakespeare n’est pas tout à fait le même que celui que dit Arturo Ui11. Devant Betty Dollfoot, Arturo Ui n’use que d’arguments économiques, contrairement à Richard III dans la célèbre scène avec lady Ann, devenue une grande scène de séduction.

  • 12 Trad. fr., p. 51 ; « jedoch wahrt er im Grund seinen knappen und rauhen Ton », p. 59.

10Ainsi, Arturo Ui, s’il peut faire penser à Al Capone, ne peut être confondu avec lui. Imitant un acteur shakespearien, « il conserve malgré tout sa voix brève et rauque12 » ; et prononçant le discours de Marc Antoine, il n’en garde que cinq vers identiques et remplace systématiquement le mot « ambitieux » par le mot « tyrannique ». S’il ose proposer une alliance à la veuve d’une de ses victimes, comme Richard III, il n’est pas semblable à celui-ci, car il sait qu’il peut compter sur le réalisme économique de Betty Dollfoot. Celle-ci s’est promenée auparavant avec Arturo Ui comme le faisait Marguerite avec Faust, mais elle est tout le contraire de Marguerite. De même, Hindsborough se rassure d’abord en reprenant les paroles du Danton de Büchner, mais ensuite, contrairement à ce dernier, il ne fait pas face à ses accusateurs et préfère laisser faire les gangsters.

  • 13 Trad. fr., p. 7 ; « Die berühmtesten Heroen unserer Gangsterwelt », p. 7.

11En somme, la pièce de Brecht bénéficie d’un double habillage — celui des « illustres héros du monde des gangsters13 » et celui des grands héros du monde du théâtre — mais ces habits ne vont jamais aux personnages, qui ne parviennent pas vraiment à les porter. La parabole les disqualifie, en soulignant combien ils ne sont pas des héros.

Comparaison de spectres

  • 14 Trad. fr., p. 98 ; « wälzt sich in schweren Träumen », p. 114.

12Le spectre de Roma apparaît à Arturo Ui, alors que celui-ci, couché sur un lit, est « tourmenté par des cauchemars14 ». Contrairement donc au spectre du père de Hamlet, qui, à la faveur de la nuit, cherche à confier à son fils éveillé une mission de vengeance, il vient troubler le sommeil d’un meurtrier. On pense alors à Macbeth, qui raconte qu’après son premier double meurtre, il lui a semblé entendre une voix crier :

  • 15 « Still it cried “Sleep no more” to all the house, / Glamis hath murdered sleep, and therefore Cawd (...)

Ne dormez plus ! Glamis a tué le sommeil, donc Cawdor ne dormira plus, Macbeth ne dormira plus15 !

13Pourtant, les fantômes auxquels Macbeth est ensuite confronté n’ont pas grandchose à voir avec celui de Roma. C’est en effet d’abord celui de Banquo. Celui- ci, comme Roma, était un ami sacrifié à la conquête du pouvoir. Mais il apparaît au meurtrier en plein banquet, sans prononcer la moindre parole (III, IV). Il n’est donc plus question seulement de sommeil perturbé par des visions nocturnes, mais de comportement troublé par des visions diurnes.

  • 16 « For the blood-baltered Banquo smiles upon me, / And points at them for his », ibid., p. 686-687.

14À l’acte IV, d’autres spectres interviennent, ceux de la tête armée, de l’enfant ensanglanté et de l’enfant portant une branche. Mais ils ont été suscités par les sorcières à la demande de Macbeth, qui souhaite connaître son avenir. Il en est de même pour l’apparition muette des huit rois de la lignée de Banquo, suivis de ce dernier, « les cheveux poissés de sang, qui (lui) indique, / Avec un sourire, que ce sont les siens16 ». Ces fantômes-là ont été appelés grâce à la sorcellerie et ce ne sont pas des victimes venant harceler le meurtrier.

15En fait, c’est dans Richard III qu’apparaît un spectre comme celui de Roma, c’est-à-dire une victime venant troubler le sommeil de son meurtrier qui avait été son ami. Rappelons que Buckingham a d’abord été le fidèle allié de Gloster, qui lui disait :

  • 17 « My other self, my counsel’s consistory, / My oracle, my prophet, my dear cousin ! I, as a child, (...)

Mon autre moi-même, mon très cher conseil, mon oracle, mon prophète, mon cher cousin ! Je me laisserai guider par toi comme un enfant17.

16En bon comparse, il l’a ensuite supplié d’accepter la couronne après la petite « comédie de la pucelle ». Mais il s’est dérobé lorsque le nouveau roi lui a demandé de le débarrasser de la menace que constituaient pour lui les enfants d’Édouard encore en vie et il a été décapité sur l’ordre de Richard. Une nuit, à l’acte V, scène III, il vient reprocher à son meurtrier son ingratitude :

  • 18 « The first was I that helped thee to the crown ; / The last was I that felt thy tyranny : / O, in (...)

J’ai été le premier à te pousser vers la couronne ; j’ai été le dernier à ressentir ta tyrannie. Oh ! songe à Buckingham dans la bataille et meurs d’effroi à t’éprouver coupable. Poursuis, poursuis tes rêves de forfaits sanglants et de mort18

17comme Roma déclare à Arturo Ui :

  • 19 Trad. fr., p. 98 ; « Du schlugst dich selbst, als du mich schlugst, Arturo./Ich war dir zugetan, da (...)

Arthur, en me frappant tu t’es frappé toi-même.
J’avais de l’affection pour toi, quand tu n’étais
Qu’une ombre, rien de plus, dans quelque brasserie.
Moi, j’ai l’éternité avec ses courants d’air,
Tandis qu’avec les gros tu vas te mettre à table19.

18Dans l’un et l’autre cas, l’adjuvant vient troubler le repos du sujet, qui l’a sacrifié consciemment à la poursuite de son objectif. Et ce, à chaque fois, peu avant le dénouement de la pièce.

19« Comment ne point penser à Richard le Troisième ? », s’était écrié le boni- menteur au prologue de la pièce de Brecht. Le parallèle est en effet tentant. La noirceur des deux personnages le justifie. D’un côté, nous avons :

  • 20 Trad. fr., p. 8 ; « Arturo Ui ! Mit dem uns der Himmel züchtigte / Für alle unsre Sünden und Verbre (...)

Arturo Ui, fléau que le ciel en colère
Envoya nous punir de nos iniquités,
Nos crimes, nos erreurs et notre lâcheté20 !

20et de l’autre, Gloster, qui nous prévient :

  • 21 « And therefore, since I cannot prove a lover, / To entertain these fair well-spoken days, /I am de (...)

Eh bien, dès lors que je ne puis m’avérer un galant pour filer ces beaux jours boni- menteurs, je suis résolu de m’avérer un scélérat et d’exécrer leurs vaines amusettes21.

21Et, par ailleurs, ces deux criminels se sont lancés dans une conquête du pouvoir : pouvoir royal pour Gloster et racket sur la ville de Chicago pour Arturo Ui.

22Néanmoins, la scène du spectre dans la pièce de Brecht présente de notables différences par rapport à la scène III de l’acte V de Richard III. D’abord elles interviennent dans des contextes qui sont loin d’être identiques. Certes, les deux personnages ont obtenu le pouvoir convoité, puisque Gloster est roi depuis la scène II de l’acte IV et qu’au tableau 7, Clark est venu apporter au gangster le soutien public du trust des choux-fleurs.

  • 22 « Il y a le triple d’hommes dans nos rangs » ; « our battalia trebles that account », Richard III, (...)
  • 23 Cicero est la ville voisine. Tableau 13, p. 97. « Mein Plan ist eisern ! Schutz für Cicero », p. 11 (...)

23Mais entre-temps, Richard a appris que le comte de Richmond avait débarqué en Angleterre avec une puissante armée (IV, IV) ; et c’est cette armée qu’il doit affronter le lendemain, dans la plaine de Bosworth. De l’issue de la bataille imminente dépendra la poursuite de son règne. Et si le rapport de forces lui est favorable22, sa supériorité numérique risque fort de n’être qu’un leurre, car il redoute, à juste titre, des défections. Arturo Ui, quant à lui, n’a rien à redouter. Il a fait éliminer Dollfoot qui osait le critiquer dans son journal, et il a proposé à Betty Dollfoot de s’allier à lui dans sa nouvelle entreprise expansionniste : « Mon plan est tout fixé : protéger Cicero23 ».

  • 24 « Dis à ma garde de veiller » ; « Bid my guard watch », p. 296-297.
  • 25 Trad. fr., p. 98 ; « Auf Stühlen, die Revolver im Schloss », p. 114.

24Le décor de la scène de Brecht n’est pas seulement plus moderne que celui de la scène de Shakespeare. Il traduit la modification de contexte. Richard se trouve dans sa tente de campagne, et Arturo, plus banalement, dans sa chambre à coucher du Mammoth-Hôtel. Le premier vient de congédier les nobles qui lui sont fidèles et il est donc seul, même si une garde veille sur lui non loin de là24. Le second est en compagnie de ses gardes du corps, qui « sont assis sur des chaises, le revolver sur les genoux25 ».

25Brecht a par ailleurs considérablement réduit la scène de Shakespeare, et ce de deux manières. D’une part, en effet, les deux tentes de Richard et de Richmond sont plantées sur la scène ; une alternance de focalisations nous a d’abord permis de suivre les deux chefs réglant d’ultimes préparatifs, chacun de son côté. puis, un spectre apparaît entre les deux tentes et s’adresse tour à tour aux deux hommes qui s’y trouvent. Dans le tableau de Brecht, seule la chambre à coucher de Ui est représentée, et le spectre n’interpelle que ce dernier.

  • 26 Trad. fr., p. 98 ; « Weg blutige Schatten ! Habt Erbarmen ! Weg ! », p. 114.

26D’autre part, dans Richard III, ce sont en fait plusieurs spectres qui apparaissent successivement : ceux du prince Edouard, d’Henry VI, de Clarence, d’un groupe composé de Rivers, Grey et Vaughan, puis ceux encore de Hastings, des deux jeunes princes, de la reine Anne et de Buckingham. En tout pas moins de onze spectres, qui, à l’instar du premier, s’adressent tour à tour à Richard et à Richmond. Tous victimes de Richard, ils interviennent dans l’ordre qui a été celui des meurtres commis dans la pièce. Le sommeil d’Arturo Ui a été troublé, semble-t-il, aussi par plusieurs apparitions, puisqu’il s’écrie : « Partez, spectres sanglants ! Pitié pour moi ! Partez26 ! » Mais une seule d’entre elles, la dernière sans doute, est représentée. Comme on l’a vu, il s’agit d’un ancien lieutenant et il peut correspondre à Buckingham, qui est par ailleurs le dernier visiteur nocturne de Richard. Mais Roma n’ayant pas été, contrairement à celui-ci, la dernière victime d’Arturo Ui, on peut aussi penser qu’il reprend le rôle de Hastings, qui avait aidé Gloster à parvenir au trône.

  • 27 Les deux princes parlent d’une seule voix, mais Henry VI répète ses paroles.
  • 28 Rivers, Grey et Vaughan lui parlent en chœur.

27À cause de ces aménagements importants, le spectre de Roma s’adresse à son meurtrier plus longuement que ne le faisait chacun des spectres de la pièce de Shakespeare. Surtout, le discours tenu n’est pas le même. Richard doit entendre onze fois27 la même formule, à quelques variantes près : « Désespère et meurs ! », tandis que Richmond est apostrophé huit fois28, avec des énoncés différents.

  • 29 « Be cheerful, Richmond […] King Henry's issue, Richmond, comforts thee », Richard III, op. cit., p (...)
  • 30 « Thy adversary’s wife doth pray for thee », ibid., p. 304-305.
  • 31 « quick curses », ibid., p. 86-87.

28À Richmond, les spectres prodiguent des encouragements à la veille de la bataille. Ainsi le prince Edouard lui dit : « Prends courage, Richmond […] C’est le descendant du roi Henry, Richmond, qui t’encourage29 ». Certains font état de prières en sa faveur, comme Clarence ou la reine Anne. Cette dernière affirme en effet : « La femme de ton adversaire prie pour toi30 ». À Richard, ils lancent des malédictions, qui prolongent la série de celles proférées, au cours de la pièce, par des personnages encore en vie. Dès la scène III de l’acte I, la reine Marguerite, dans ses « malédictions ardentes31 », avait ainsi souhaité la mort de Henry VI, de son fils Édouard, de la reine Elisabeth, de Rivers, de Dorset, de Hastings et de Richard. Avant de mourir, Rivers s’était écrié, se souvenant des paroles de la reine Marguerite :

  • 32 « Then cursed she Richard, then cursed she Buckingham, / Then cursed she Hastings. O, remember, God (...)

Alors elle a maudit Richard, alors elle a maudit Buckingham, alors elle a maudit Hastings. O mon Dieu, souviens-toi d’exaucer la prière qu’elle a formée pour eux comme tu exauces celle qu’elle a formée pour nous32 !

29À son tour, ensuite, Hastings avait constaté :

  • 33 « O Margaret, Margaret, now thy heavy curse / Is lighted on poor Hastings' wretched head ! », ibid. (...)

O Marguerite, Marguerite, ta lourde malédiction s’est appesantie sur la tête infortunée du pauvre Hastings33 !

30Puis, la reine Elizabeth avait demandé à la reine Marguerite :

  • 34 « O thou well skilled in curses, stay awhile, /And teach me how to curse mine enemies ! », ibid., p (...)

O toi qui manies si savamment la malédiction, reste un instant encore pour m’apprendre à maudire mes ennemis34 !

31et la Duchesse avait dit à son fils Richard :

  • 35 « Therefore take with thee my most grievous curse, / Which, in the day of the battle, tire thee mor (...)

Emporte donc avec toi ma plus ruineuse malédiction, afin qu’au jour de la bataille tu en sois plus appesanti que de ton armure tout entière35 !

  • 36 Tableau 1, p. 17.
  • 37 Tableau 8g, p. 66.
  • 38 Tableau 9a, p. 66-67.
  • 39 Tableau 11, p. 83 ; « Ihr schmutzigen Ratten ! Ihr Verräter », p. 98.

32Cette chaîne de malédictions n’existe pas dans la pièce de Brecht. Sheet, quand il a compris qu’il serait sacrifié, s’est contenté de dire qu’il voudrait être fou36. Fisch, lorsqu’il est condamné, est trop drogué pour prononcer un mot compréhensible37. La femme couverte de sang a appelé au secours et à la résistance38. Roma a été abattu alors qu’il croyait encore en l’amitié de Ui. Avant d’être tué à son tour, Inna a seulement crié des injures : « Bande de rats puants ! Tas de traîtres39 ! » Le spectre de Roma ne vient donc pas maudire Arturo Ui, il vient plutôt prophétiser des jours difficiles pour lui :

  • 40 Tableau 14, p. 98-99 ; « ...werden alle dich / Verraten noch.[…] / Und gegen dich antreten, eine We (...)

…Et tous te trahiront.
[…]
Un peuple surgira,
Et tous ils marcheront contre toi, une armée
Sanglante, haine au cœur40

33C’est ce qu’avait fait aussi Hastings, chez Shakespeare, mais encore en vie et s’adressant à son pays et aux personnes présentes :

  • 41 « O bloody Richard ! miserable England ! I prophesy the fearfull’st time to thee / That ever wretch (...)

O sanguinaire Richard ! Misérable Angleterre ! Je te prédis les plus épouvantables temps qu’ait jamais vus génération infortunée. […] Ceux qui sourient de moi, la mort les guette41.

Une « interspectralité »

34De même qu’Arturo Ui à la fois ressemble à des gangsters et à des héros de Shakespeare et se distingue significativement d’eux, le spectre de Roma est semblable aux spectres de Richard III et il est différent d’eux. L’intertextualité ici est une véritable « interspectralité », non pas accessoire, mais essentielle. En d’autres termes, la perception de ce spectre brechtien ne peut être que contrastive.

  • 42 « I have not that alacrity of spirit /Nor cheer of mind that I wont to have », ibid. V, iii, p. 296 (...)
  • 43 « Have mercy, Jesu ! », ibid., p. 304-305.

35Les spectres de Richard III permettent d’abord de faire ressortir que celui de Roma a pour particularité de ne pas intervenir dans l’action. Pour Arturo Ui, la situation n’est pas celle d’une opposition forte qu’il faut affronter de manière imminente et le spectre de Roma ne se joint pas à des opposants vivants, ne fût-ce qu’en les encourageant et en maudissant le héros meurtrier. Quels sont d’ailleurs les effets de sa visite nocturne ? Arturo Ui se réveille et ordonne à ses gardes du corps de tirer sur le fantôme ; c’est bien sûr vain, mais la vision disparaît alors peu à peu et, surtout, il n’en est plus question, au tableau suivant, où Arturo Ui prend la parole devant les marchands de Chicago et de Cicero. L’écart est grand avec Richard III. Celui-ci, avant l’arrivée des spectres, s’était déjà déclaré plus faible que de coutume : « Je n’ai plus cette ardeur ni ce joyeux entrain que j’avais d’habitude42 ». Après les malédictions entendues, ce noir scélérat ostensiblement diabolique, pour la première fois, dans un monologue, s’écrie « Aie pitié, Jésus43 ! » ; il dit lutter contre une conscience morale et constate :

  • 44 « Perjury, perjury, in the higtist degree ; /All several sins, all used in each degree, / Throng to (...)

Le parjure, le parjure au plus haut degré ; le meurtre, l’implacable meurtre au plus fatal degré ; tous les péchés, et commis à tous les degrés, se pressent à la barre, criant tous : « Coupable ! Coupable ! ». C’est à désespérer44.

36si pendant la bataille sa bravoure est incontestable, c’est parce qu’il a réussi à surmonter l’ébranlement causé par les spectres. Entre-temps, en effet, à Ratcliffe, il a dit avoir « rêvé un effroyable rêve » et il a avoué :

  • 45 « Dreamed a fearful dream », « By the apostle Paul, shadows to-night / Have struck more terror to t (...)

Par l’apôtre Paul, les ombres, cette nuit, ont jeté plus de terreur dans l’âme de Richard que la substance de dix mille soldats armés à toute épreuve et conduits par ce bélître de Richmond45.

37Cet effet négatif est à la mesure de l’effet positif obtenu par les spectres sur Richmond :

  • 46 « The sweetest sleep and fairest-boding dreams / That ever ent’red in a drowsy head / Have I since (...)

Le plus suave dormir, les rêves les plus prometteurs qui aient jamais pénétré tête en sommeil m’ont visité, messieurs, depuis votre départ. Il m’a semblé que les âmes dont Richard a tué les corps s’en venaient à ma tente clamer victoire : j’ai l’âme toute joyeuse, je vous assure, au souvenir d’un si beau rêve46.

38D’autre part, le spectre de Roma, du point de vue idéologique, est plutôt singulier. En effet, il s’agit d’un personnage que nous avons vu au tableau 2 proposer à Arturo Ui de se lancer immédiatement dans le racket violent ; au tableau 3, il a menacé Hindsborough junior de « gaillards pas très compréhensifs » postés dans le couloir ; au tableau 7, c’est lui qui a donné à Gori l’ordre d’aller incendier les entrepôts ; au tableau 10, Gobbola lui a reproché d’avoir, avec ses hommes, ouvert le feu sur les camions d’un dirigeant du trust. Et, sous forme de spectre, il vient reprocher à Arturo Ui la trahison dont il a été victime :

  • 47 Trad. fr., p. 98 ; « Schlachte, lüg ! / Betrüg die Clarks und schlacht die Dullfeets hin — / Doch v (...)

Mens, tue !
Roule à ton gré les Clark, massacre les Dollfoot,
Mais pas les tiens.
[…]
Tu peux tout écraser sous tes pieds, mais n’écrase
Pas le pied qui te porte, infortuné47 !

39En admettant qu’il incarne la voix de la conscience, c’est d’une conscience très sélective qu’il s’agit : une conscience de gangster réduite à une exigence de fidélité mafieuse, qui n’est elle-même qu’un leurre, puisqu’au tableau 11, Roma a été tué alors qu’il se préparait à éliminer avec Arturo Ui leurs comparses Gori et Gobbola.

40Les spectres de Hastings et de Buckingham, dans la pièce de Shakespeare, incarnent aussi peu la conscience morale. Mais ils se gardent bien de reprocher seulement la trahison dont ils ont été victimes. Buckingham, par exemple, s’écrie :

  • 48 « Dream on, dream on, of blooody deeds and death : /Fainting, despair ; despairing, yield thy breat (...)

Poursuis, poursuis tes rêves de forfaits et de mort : défaille, jusqu’à désespérer, désespère à rendre le souffle48 !

41Et, surtout, Richard est aussi troublé par les spectres de victimes innocentes, en particulier ceux des deux jeunes princes qu’il a fait étouffer dans la Tour.

42Ainsi, le spectre de Roma appartient à un monde représenté, dans lequel les meurtriers sont poursuivis par le souvenir des crimes commis envers des traîtres et des meurtriers, et dans lequel le seul impératif chrétien : « Tu ne tueras point » ne se retourne pas contre ceux qui l’ont transgressé. Un monde qui, il faut le remarquer, n’ignore pas complètement la conscience morale, puisque Hindsborough, au tableau 9b, consigne ses aveux dans son testament. Mais un monde où, pour les uns, la culpabilité morale est de peu de poids quand des intérêts sont en jeu, et où, pour les autres, elle se limite à de pseudo-interdits de gangster et à des visions que l’on chasse à coups de revolver.

43Pour le spectateur, tout cela a des conséquences non négligeables. D’une part, en effet, dans ce monde-là, il ne peut trouver la satisfaction de voir les méchants se condamner eux-mêmes, ne fût-ce que fugitivement, comme le faisaient Richard III mais aussi Macbeth et Claudius. D’autre part, il ne peut attendre un dénouement, auquel le spectre aura donné par avance un caractère réparateur. Au tableau suivant, le dernier, ainsi, Arturo Ui non seulement ne sera pas éliminé, mais encore, grâce à la lâcheté des marchands, il assurera sa mainmise sur une autre ville. Le tableau avec le spectre de Roma n’a à aucun moment suggéré que l’ascension du gangster pourrait être arrêtée dans un avenir proche. Et si réparation doit être obtenue par les victimes, à en croire le fantôme, c’est dans un jour lointain et cela ressemble à un rêve, sinon à une vision du Jugement dernier.

  • 49 « A horse ! a horse ! my kingdom for a horse ! », ibid., p. 318-319.
  • 50 « Give me another horse ! », ibid., V, 3, p. 305.

44Richard, lui, est défait et tué dans la bataille de Bosworth. Les spectres, certes, n’y sont pas pour grand-chose, car le roi, on l’a vu, a surmonté son trouble. Mais, grâce à eux, on sait que la justice se trouve et se trouvera du côté de Richmond. Pendant les combats, il ne sera plus question d’eux, mais il sera d’autant plus difficile de les oublier, d’oublier leurs messages, que la célèbre réplique de Richard avant de mourir : « Un cheval ! Un cheval ! Mon royaume pour un cheval49 ! » sera un écho de l’ultime vision, non représentée, du cauchemar de Richard marqué par l’apparition des spectres. Il s’était en effet écrié à son réveil : « Qu’on me donne un autre cheval50 ! »

45On le sait, les spectres s’adressent au spectateur en même temps qu’aux personnages. Celui de Roma nous dit, paradoxalement, qu’il ne faut pas nous fier aux apparences. Certes, comme le remarque le Bonimenteur, Arturo Ui fait penser à Richard III et, en ce qui concerne l’ascension transposée de Hitler,

  • 51 Trad. fr., p. 8 ; « Seit den Zeiten der roten und weissen Rose / Sah man nicht mehr so grosse /Fulm (...)

Jamais, depuis le temps de Lancastre et Tudor,
Jamais on n’avait vu la même
Histoire de flamme et de mort51.

46Mais la pièce de Brecht fait surgir les personnages et même les spectres de Shakespeare comme des fantômes d’une autre époque ; une époque où les spectres pouvaient intervenir vraiment dans l’action théâtrale, où la conscience morale était censée toucher les Méchants les plus endurcis, et où l’Histoire, pensait-on, finissait par réparer ses propres horreurs, quand elle était représentée au théâtre. Une époque dont ils nous disent qu’elle est décidément révolue, malgré ses analogies apparentes avec celle des gangsters et des nazis.

47Concernant plus particulièrement le spectre de Roma, cela revient, si l’on simplifie les choses, à le mettre en scène pour signifier son inutilité, malgré les modifications qu’il présente par rapport aux spectres de Shakespeare. Supprimer cette scène, c’est éviter un détour, mais on ne saisit pas alors l’occasion que nous offre Brecht de souligner que notre vision de l’Histoire et du théâtre n’est plus celle des contemporains de Shakespeare.

Notes

1 Geist, dans le texte allemand.

2 B. Brecht, La Résistible ascension d’Arturo Ui, trad. A. Jacob, Paris, L’Arche, 1983, p. 98 ; « in der Stirn ein Schussloch » ; B. Brecht, Der aufhaltsame Aufstieg des Arturo Ui, Berlin, Suhrkamp Verlag, 144, 1975, p. 114. Nous nous référerons à ces deux éditions.

3 P. 67 de la traduction française, dont nous reprenons aussi l’ordre et la numérotation des tableaux. Dans l’édition allemande, il s’agit du tableau 17 et le personnage demande : « Wo seid ihr ? Helft ! Stoppt keiner diese Pest ? », p. 123.

4 Voir P. Ivernel, « Quatre mises en scène d’Arturo Ui », in D. Bablet (dir.), Les Voies de la création théâtrale, vol. 2, Paris, Éd. du CNRS, 1970, p. 53-109.

5 Ibid., p. 9 : « ‘s ist, als ob die Nacht /Am hellen Mittag ausbräch ! », p. 10.

6 Ibid., p. 36 ; « Aber sie werdens / Nicht wagen […] Nein, nein, sie werdens nicht wagen », p. 41.

7 Voir Büchner, La Mort de Danton, éd. bilingue, trad. R. Thieberger, Paris, Aubier-Flammarion, 1972, p. 96-97, 120-121, 134-135.

8 Goethe, Faust I, trad. H. Lichtenberger, Paris, Aubier, 1932, p. 102 sq.

9 Brecht, La Resistible ascension d’Arturo Ui, op. cit., p. 50 sq.

10 Shakespeare, Richard III, I, ii.

11 Armand Jacob, le traducteur français, marque cette différence en faisant prononcer à Arturo Ui la paraphrase du texte de Shakespeare qu’on trouve dans La Mort de César de Voltaire.

12 Trad. fr., p. 51 ; « jedoch wahrt er im Grund seinen knappen und rauhen Ton », p. 59.

13 Trad. fr., p. 7 ; « Die berühmtesten Heroen unserer Gangsterwelt », p. 7.

14 Trad. fr., p. 98 ; « wälzt sich in schweren Träumen », p. 114.

15 « Still it cried “Sleep no more” to all the house, / Glamis hath murdered sleep, and therefore Cawdor / Shall sleep no more. Macbeth shall sleep no more », W. Shakespeare, Macbeth, trad. J.-C. Sallé, Œuvres complètes, Tragédies II, M. Grivelet et G. Monsarrat (dir.), Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1995, p. 638-639.

16 « For the blood-baltered Banquo smiles upon me, / And points at them for his », ibid., p. 686-687.

17 « My other self, my counsel’s consistory, / My oracle, my prophet, my dear cousin ! I, as a child, will go by thy direction. », Richard III, op. cit., p. 140-141.

18 « The first was I that helped thee to the crown ; / The last was I that felt thy tyranny : / O, in the battle think on Buckingham, / And die in terror of thy guiltiness ! Dream on, dream on, of bloody deeds and death », Richard III, op. cit., p. 304-305.

19 Trad. fr., p. 98 ; « Du schlugst dich selbst, als du mich schlugst, Arturo./Ich war dir zugetan, da warst du nicht / Mehr als ein Schatten noch auf einem Bierhausflur. / Nun stehe ich in zugiger Ewigkeit / Und du gehst mit den grossen Herrn zu Tisch », p. 115.

20 Trad. fr., p. 8 ; « Arturo Ui ! Mit dem uns der Himmel züchtigte / Für alle unsre Sünden und Verbrechen / Gewalttaten Dummheiten und Schwächen ! », p. 8.

21 « And therefore, since I cannot prove a lover, / To entertain these fair well-spoken days, /I am determined to prove a villain / And hate the idle pleasures of these days », Richard III, op. cit., p. 40-43.

22 « Il y a le triple d’hommes dans nos rangs » ; « our battalia trebles that account », Richard III, op. cit., p. 290-291.

23 Cicero est la ville voisine. Tableau 13, p. 97. « Mein Plan ist eisern ! Schutz für Cicero », p. 114.

24 « Dis à ma garde de veiller » ; « Bid my guard watch », p. 296-297.

25 Trad. fr., p. 98 ; « Auf Stühlen, die Revolver im Schloss », p. 114.

26 Trad. fr., p. 98 ; « Weg blutige Schatten ! Habt Erbarmen ! Weg ! », p. 114.

27 Les deux princes parlent d’une seule voix, mais Henry VI répète ses paroles.

28 Rivers, Grey et Vaughan lui parlent en chœur.

29 « Be cheerful, Richmond […] King Henry's issue, Richmond, comforts thee », Richard III, op. cit., p. 300-301.

30 « Thy adversary’s wife doth pray for thee », ibid., p. 304-305.

31 « quick curses », ibid., p. 86-87.

32 « Then cursed she Richard, then cursed she Buckingham, / Then cursed she Hastings. O, remember, God, / To hear her prayer for them, as now for us ! », ibid., III, iv, p. 182-183.

33 « O Margaret, Margaret, now thy heavy curse / Is lighted on poor Hastings' wretched head ! », ibid., IV, iv, p. 190-191.

34 « O thou well skilled in curses, stay awhile, /And teach me how to curse mine enemies ! », ibid., p. 248-249.

35 « Therefore take with thee my most grievous curse, / Which, in the day of the battle, tire thee more / Than all the complete armour that thou wearst ! », ibid., p. 254-255.

36 Tableau 1, p. 17.

37 Tableau 8g, p. 66.

38 Tableau 9a, p. 66-67.

39 Tableau 11, p. 83 ; « Ihr schmutzigen Ratten ! Ihr Verräter », p. 98.

40 Tableau 14, p. 98-99 ; « ...werden alle dich / Verraten noch.[…] / Und gegen dich antreten, eine Welt / Blutend, doch hassvoll… », p. 115.

41 « O bloody Richard ! miserable England ! I prophesy the fearfull’st time to thee / That ever wretched age hath looked upon. […] They smile at me who shortly shall be dead », Richard III, III, iv, p. 190-191.

42 « I have not that alacrity of spirit /Nor cheer of mind that I wont to have », ibid. V, iii, p. 296-297.

43 « Have mercy, Jesu ! », ibid., p. 304-305.

44 « Perjury, perjury, in the higtist degree ; /All several sins, all used in each degree, / Throng to the bar, crying all “Guilty ! Guilty !” / I shall despair », ibid., p. 306-307.

45 « Dreamed a fearful dream », « By the apostle Paul, shadows to-night / Have struck more terror to the soul of Richard / Than can the substance of ten thousand soldiers / Armed in proof, and led by shallow Richmond », op. cit., p. 306-309.

46 « The sweetest sleep and fairest-boding dreams / That ever ent’red in a drowsy head / Have I since your departure had, my lords. / Methought their souls whose bodies Richard murdered / Came to my tent and cried victory : /I promise you my soul is very jocund / In the remembrance of so fair a dream », ibid., p. 308-309.

47 Trad. fr., p. 98 ; « Schlachte, lüg ! / Betrüg die Clarks und schlacht die Dullfeets hin — / Doch vor den Eigenen mach halt ! […] Stampf alles nieder mit den Füssen, doch / Stampf nicht die Füsse nieder, du Unseliger ! », p. 115.

48 « Dream on, dream on, of blooody deeds and death : /Fainting, despair ; despairing, yield thy breath ! », Richard III, p. 304-305.

49 « A horse ! a horse ! my kingdom for a horse ! », ibid., p. 318-319.

50 « Give me another horse ! », ibid., V, 3, p. 305.

51 Trad. fr., p. 8 ; « Seit den Zeiten der roten und weissen Rose / Sah man nicht mehr so grosse /Fulminante und blutige Schächterein ! », p. 8.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540