Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dramaturgies de l'ombre

 | 
François Lecerce
, 
Françoise Lavocat

Des ombres panthéonisées ou de l’art de faire parler les morts au théâtre

Nathalie Rizzoni

Texte intégral

  • 1 Cette butée chronologique ne signifie pas pour autant que notre sujet s’épuise au-delà de 1850 : le (...)

1Les auteurs des pièces que nous mettrons en lumière — Brécourt, Voisenon, Taconet, le chevalier du Coudray, Moline, Plaisant de La Houssaye, Pompigny, Aude, etc. — sont aujourd’hui, à quelques exceptions près, des inconnus. Les théâtres sur lesquels la plupart de ces pièces ont été représentées — L’Ambigu Comique, la Gaîté, les Variétés Amusantes, le Théâtre des Délassements, le Théâtre des Grands Danseurs — sont de « petits » théâtres dont les répertoires ont généralement été négligés par les historiens. Pourtant les pièces qui nous intéressent ici, imprimées ou restées à l’état de manuscrits, ne manquent pas d’intérêt. Présentant la particularité de faire revenir sur scène l’ombre d’une ou plusieurs personne(s) célèbre(s) et décédée(s), elles forment une collection curieuse, cohérente malgré ses disparités, obéissant à des règles propres. Deux pièces portant le même titre et écrites pour célébrer le même homme posent les bornes chronologiques de notre ensemble : la petite comédie en un acte L’Ombre de Molière, de Brécourt, créée à l’Hôtel de Bourgogne en 1674 et l’intermède L’Ombre de Molière de Jules Barbier, créé le 15 janvier 1847 à la Comédie Française1. Considérée sur une durée de cent soixante-treize ans, cette pratique dramatique récurrente connaît une intensité particulière autour de la période révolutionnaire, entre la fin des années 1770 et le début du xixe siècle ; elle s’avère révélatrice d’une histoire de la littérature en cours de fabrication, aussi bien que reflet d’une société en pleine mutation.

  • 2 D’après quelques indications repérées dans le texte, on peut penser que ce prologue a été écrit apr (...)
  • 3 Le musicien Antonio sacchini est mort à Paris en 1786.

2Des marques de fabrique singulières nous ont permis de procéder à un premier repérage de ces pièces qui portent souvent des titres programmatiques, forgés tantôt sur le modèle « L’Ombre d’Untel », tantôt sur le modèle d’« Untel aux Champs-Elysées ». Après l’ombre « fondatrice » de Molière, on trouve pour le premier groupe L’Ombre d’Alard (1721) par Lesage et d’Orneval, L’Ombre de Dominique (s. d.) par un anonyme2, L’Ombre de Vadé (1757) par Taconet, L’Ombre de Piron (1773) par Gallois et Garnot, L’Ombre de Jean-Jacques Rousseau (1787) par Desriaux, L’Ombre de La Fontaine (1789) par Plancher de Valcourt, L’Ombre de Mirabeau (1791) par Dejaure et encore L’Ombre de Louis XVI (1799), L’Ombre de Nicolet (1837). À nombre à peu près égal, on relève pour le second groupe Corneille aux Champs- Elysées (1784) de Riouffe et Baron, Mirabeau aux Champs-Élysées (1791) d’Olympe de Gouges, Favart aux Champs-Élysées (1793) de Barret, Radet et Desfontaines, Molé aux Champs-Élysées (1803) de Perin et Pillon, Collin d’Harleville aux Champs- Élysées (1806) d’Aude neveu, Décourt et Defresnoy, et aussi Louis XV aux Champs- Élysées (1774), Sacchini aux Champs-Élysées (après 1783), Demoustier aux Champs- Élysées (1801), Benjamin Constant aux Champs-Élysées (1831)— Certains n’hésitent pas à redoubler leur effet d’annonce comme le chevalier du Coudray qui donne L’Ombre de Colardeau aux Champs-Élysées (1776), et Pierre-Louis Moline avec L’Ombre de Voltaire aux Champs-Élysées (1779). Cette tradition de « titrage » est si bien installée, et si bien décryptée par le public, que même des titres dépourvus de nom propre, comme L’Assemblée des ombres aux Champs-Élysées de Plaisant de la Houssaye (1780), Les Ombres anciennes et modernes ou Les Champs-Élysées de Pompigny (1783), Le Journaliste des ombres ou Momus aux Champs-Élysées (1790) et Le Message aux Champs-Élysées ou Les Fêtes de l’Art et de l’Amitié (1809) de Joseph Aude, laissent entendre au public que des figures célèbres de défunts y seront mises en scène. Il arrive aussi que des titres « masqués » jouent avec cette forme attendue, ainsi en va-t-il de Laujon de retour à l’Ancien Caveau, une pièce dans laquelle, outre l’ombre du dramaturge éponyme, apparaissent les ombres de Piron, Favart, Collé, Voisenon, Pannard, Vadé— Dans le cas de ce vaudeville créé en 1811, les auteurs ; qui se désignent eux-mêmes sous l’étiquette de « Convives du Nouveau Caveau », assimilent aux Champs-Elysées, dans un élan idyllique, le célèbre Caveau de Landelle en activité dans la première moitié du xviiie siècle, et dont ils cherchent vainement à ressusciter l’esprit.

3Presque toutes nos pièces s’inscrivent dans la lignée de L’Ombre de Molière de Brécourt et, comme cette comédie, trouvent leur source dans une longue tradition littéraire que l’on peut faire remonter à Homère (Chant XI de L’Odyssée) et à Aristophane (Les Grenouilles). Rappelons qu’Aristophane y met en scène une controverse épique opposant Euripide — qu’il haïssait et qui venait de mourir — à Eschyle, tous deux habitants du royaume de Pluton. On peut également rapprocher ces pièces des Dialogues des morts, qui font deviser aux Enfers des personnages tantôt mythologiques, tantôt historiques, sur la vanité des ambitions humaines. Inauguré par le sophiste Lucien de Samosate, ce genre aussi propice à l’exercice de l’esprit critique qu’au divertissement, a connu d’illustres imitateurs en Fontenelle et Fénelon dont les Dialogues des morts, respectivement publiés en 1683 et en 1712, sont régulièrement réédités au xviiie siècle.

  • 4 Quelques-unes des pièces qui ne se déroulent pas aux Champs-Elysées, L’Ombre de Dominique où « le t (...)

4Un grand nombre des œuvres de notre corpus se déroulent, on s’en doute, dans les Champs-Elysées4, la demeure des âmes justes, où les poètes, les guerriers et les rois mènent une vie douce et tranquille. Décrit par Homère et Virgile et bien d’autres après eux, ce site enchanteur au printemps perpétuel est profondément inscrit dans la mémoire collective. Nos dramaturges ne l’ignorent pas et font de ce lieu mythique le décor éminemment reconnaissable de leurs ouvrages. Dans L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées, une didascalie introductive précise que « le théâtre représente les Champs-Elysées et le rivage du fleuve Léthé dans l’éloignement. On voit sur le côté un banc de gazon entouré de myrtes et de rosiers ». Et pour qu’il ne subsiste pas le moindre doute sur l’endroit, l’auteur fait dire à l’ombre de Sapho s’adressant à Anacréon :

  • 5 Pour les deux citations, Moline, L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées, Paris, J.-Fr. Bastien, 177 (...)

cherchons ici la tranquillité qui règne sans cesse dans l’Elysée. Ce lieu champêtre qu’arrose le fleuve Léthé nous invite à goûter les douceurs du repos : asseyons-nous sous l’ombrage de ce myrte fleuri ; entrelacé de roses, il semble avoir été élevé par la nature pour servir de trône aux amants fortunés5.

  • 6 Plaisant de La Houssaye, LAssemblée des ombres aux Champs-Elysées, Genève et Paris, Vve Duchesne, 1 (...)

5Dans L’Assemblée des ombres aux Champs-Elysées, « prairies, bosquets enchantés, verdure éternelle de l’Elysée » sont exhortés à déployer leur magnificence pour préparer la réception de Jean-Jacques Rousseau6.

  • 7 Dans L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées de Moline (1779), L’Assemblée des ombres aux Champs- El (...)
  • 8 Dans Molé aux Champs-Elysées de Perin et Pillon sur une musique d’Alexandre Piccini (1803), Collin (...)
  • 9 Dans Molé aux Champs-Elysées de Perin et Pillon sur une musique d’Alexandre Piccini (1803), Collin (...)

6D’emblée présente grâce au décor, l’Antiquité s’affiche encore à travers une poignée de personnages mythologiques familiers : Pluton, qui règne en maître dans l’empire des morts et arbitre les différends ; Radamanthe et Minos, juges des Enfers ; Charon ou Caron, le batelier qui passe les morts d’une rive à l’autre du fleuve et assure généralement l’ouverture de la pièce. Le quatuor apparaît au complet dès 1674 dans L’Ombre de Molière de Brécourt et chacun de ses membres ressurgit de loin en loin7, parfois aux côtés de Momus8 ou de la Muse Thalie9, toujours avec une constante : plus aucune de ces figures infernales n’est redoutable puisque mourir revient à vivre un bonheur éternel. Une félicité nouvelle dont l’ombre de Jean-Jacques Rousseau s’émerveille de pièce en pièce :

  • 10 Le Panthéon français ou La Désertion des Champs-Elysées, BnF, manuscrit français, ff 9263, f. 341. (...)

sous ces berceaux riants, séjour paisible de l’innocence, j’oublie les jours tumultueux de mes adversités. Je n’ai vécu qu’après ma mort. Battu par la tempête, trahi, persécuté, j’ai trouvé ici-bas le port après l’orage10.

7L’arrivée au royaume des morts d’un nouveau venu particulièrement cher aux vivants — et bien évidemment apprécié du public — est un épisode de prédilection pour nos auteurs, dans le sillage de Brécourt dans L’Ombre de Molière : ce sont les entrées aux Champs-Elysées de Colardeau, Voltaire, Mirabeau, Favart, Molé, Laujon et Benjamin Constant qui servent d’embrayeur aux pièces qui les célèbrent respectivement en 1776, 1779, 1791, 1793, 1803 et en 1831.

8L’épisode des retrouvailles dans l’au-delà entre le défunt et ses proches, morts avant lui, donne lieu à des manifestations de joie divertissantes, comme dans Favart aux Champs-Elysées où l’on « voit Favart abordant au rivage dans la barque conduite par Charon. Tous vont à lui, les hommes l’enlèvent et l’apportent sur le devant du théâtre. Charon, appuyé sur son aviron, considère ce qui se passe » tandis que le chœur chante sur l’air « Allons, allons, gai » : « Quel ravissement !/ Quel doux moment / Pour la tendresse ! » Quelques scènes plus loin, le « nouveau débarqué » est aperçu par un confrère :

  • 11 Radet, Desfontaines, Barré, Favart aux Champs-Elysées, Paris, Brunet, 1793, citations respectivemen (...)

Marivaux, apercevant Favart
Eh ! c’est Favart !
Favart
Marivaux !… Mon cher Marivaux !
(Ils s’embrassent).
Marivaux
Mon vieux camarade. quelle agréable surprise !
Piron
C’est la surprise de l’amitié. Elle ne vaut pas La Surprise de l’amour11.

  • 12 Les Convives du Caveau Moderne, Laujon de retour à l’Ancien Caveau, Paris, Capelle et Renand, 1811, (...)

9Une tonalité très proche caractérise Laujon de retour à l’Ancien Caveau, où l’ombre de Madame Favart chante en apercevant Laujon, le camarade de son époux : « En dépit de la faux perfide / Quel air joyeux, quel air ouvert ! » et Laujon répond « s’essuyant les yeux : Mes amis ! j’ai pleuré de chagrin en quittant la terre, / Je pleure de joie en me trouvant au milieu de vous12 ! »

  • 13 Nous n’avons trouvé aucune trace de pièce marquant le centenaire de la mort de Racine. Est-ce parce (...)
  • 14 Voir André Tissier, Collin dHarkville, chantre de la vertu souriante (1755-1806), Paris, Librairie (...)
  • 15 Afin de commémorer le centenaire de la mort de Molière, les Comédiens Français créent le 17 février (...)

10Œuvres de circonstance, la plupart de ces festivités fictives aux Champs- Elysées suivent de près la mort réelle de celui qu’on honore ou, comme dans le cas de Molière en 1773 et de Corneille en 1784, en marquent le centenaire13. Colardeau disparaît en 1776, L’Ombre de Colardeau est publiée la même l’année ; Voltaire meurt en 1778, L’Ombre de Voltaire est publiée en 1779 ; Vadé s’éteint le 4 juillet 1757, l’opéra-comique L’Ombre de Vadé est joué à Lorient quatre mois plus tard ; Benjamin Constant aux Champs-Élysées est représentée un mois, jour pour jour, après la mort de l’écrivain (8 décembre 1830 / 8 janvier 1831) ; la comédie vaudeville Collin d’Harleville aux Champs-Élysées est jouée le 10 mars 1806 sur le Théâtre de la Rue de Thionville, soit quinze jours à peine après la disparition du dramaturge, devançant ainsi de plus d’un mois la création sur le Théâtre de l’impératrice (rue de Louvois) de la pièce de Rougemont et Pillon, La Comédie aux Champs-Élysées (16 avril 1806) qui se voulait aussi une apothéose du dramaturge14. Mais c’est Olympe de Gouges qui bat tous les records. Elle déclare avoir composé sa comédie Mirabeau aux Champs-Élysées en quatre heures et les Italiens la donnent dix jours après la disparition du grand tribun, le 12 avril 1791. Le dramaturge Dejaure, dont L’Ombre de Mirabeau ne sera jouée qu’à partir du 7 mai par les mêmes, perd alors tout le bénéfice de la nouveauté… Créées dans le feu de l’actualité, ces œuvres ont-elles connu des reprises ? À l’exception de L’Ombre de Molière de Grécourt, rejouée vingt fois à la Comédie Française de 1682 à 1698, aucune, à notre connaissance, n’a été remise au théâtre après sa création. Comme s’il était dans la nature de ces pièces d’être des célébrations ponctuelles et éphémères, même celles composées en hommage à Voltaire et à Rousseau ont été vouées à l’oubli. Molière est le seul écrivain que l’on commémore encore chaque année à la Comédie Française15.

  • 16 En 1790 l’État commande au peintre Le Barbier un tableau commémorant le dévouement patriotique et l (...)

11Le rapport que ces pièces entretiennent avec l’actualité ne se limite pas à la mort d’un nouvel arrivant. Nos auteurs, en effet, prennent soin de parsemer leurs textes de toutes sortes d’indices qui relient constamment la fiction à la réalité. Dans ce sens, le choix des ombres qui entourent le héros est déterminant : on retrouve ainsi en 1791 au côté de Mirabeau l’ombre de Franklin, auquel Mirabeau avait tenu à rendre un hommage solennel, un an auparavant, en associant l’Assemblée au deuil décrété par le Congrès américain, et l’ombre du lieutenant d’infanterie Desilles, jeune héros mort au combat qui devint le sujet d’une cause célèbre en 1791 à partir d’une campagne visant à le « panthéoniser »16. Autour de l’épicurien Favart, en 1793, gravitent bien entendu, dans un premier cercle d’intimes, les ombres de sa femme, la comédienne Mme Favart (qu’il nomme affectueusement « Justine ») et de l’abbé de Voisenon (que des rumeurs, d’ailleurs évoquées dans la pièce, soupçonnaient d’être à la fois le véritable auteur de quelques bons opéras-comiques attribués à Favart et l’amant de Justine) puis viennent, dans un cercle élargi, les confrères de Favart : Piron, Pannard, Vadé ou encore le comédien Carlin interprète d’Arlequin à la Comédie Italienne. Huit ans plus tard, la même compagnie, augmentée du poète Lattaignant et des actrices Mlle Arnoux et Mme Bellecourt, accueillera Laujon. Dans la pièce Moléaux Champs-Élysées (1803) le comédien Molé, qui a joui toute sa vie durant d’une popularité exceptionnelle à la Comédie Française, est entouré par les plus illustres membres de la troupe, décédés quelques années avant lui : Des Essarts, Préville, Bellecour, Gaussin, Dangeville, Joly. Trois ans plus tard, en 1806, dans la comédie-vaudeville Collin d’Harleville aux Champs-Élysées, ce sera au tour de l’ombre de Molé de recevoir le dramaturge dont il a interprété avec succès les premiers rôles dans L’Optimiste, Les Châteaux en Espagne, Le Vieux célibataire… Et quand Benjamin Constant débarque aux Champs-Élysées en 1831, c’est évidemment Madame de Staël qui, la première, se précipite dans ses bras.

  • 17 Dans L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées du Chevalier du Coudray, Paris, Le Jay et Ruault, 1776 (...)
  • 18 Dans L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées de Moline, op. cit., respectivement p. 7-8 et p. 35.
  • 19 Dans L’Ombre de Mirabeau de Dejaure, Paris, Cailleau et fils, 1791, p. 7.
  • 20 Dans Laujon de retour à l’Ancien Caveau, op. cit., p. 35.

12L’effet de réel est encore accentué par des touches biographiques précises, qui restent parfois au niveau de l’allusion tant elles passent pour connues du public. Colardeau expose « au patriote Du Belloy » les difficultés qu’il a rencontrées avant de mourir pour faire rejouer par les Comédiens Français sa tragédie Caliste qui n’a pas été reprise depuis sa création en 176017. L’ombre d’Homère déclame des vers de la Henriade, et ce sont véritablement les vers du marquis de Saint Marc, prononcés à la Comédie Française par Mme Vestris, à l’occasion du couronnement de Voltaire le 30 mars 1778, qui sont repris lorsque Apollon couronne le grand homme outre-tombe18. Rameau fait son entrée sur « l’Air des Sauvages », tiré de son opéra Les Indes Galantes dans L’Assemblée des ombres et, dans la même pièce, Rousseau reçoit le sceptre de l’immortalité sur la musique du Devin de village. Une didascalie de la comédie L’Ombre de Jean-Jacques Rousseau précise que le tombeau du philosophe « doit être tel qu’il existe à Ermenonville ». La famille Calas vient au-devant de Voltaire dans Le Journaliste des ombres et Lekain, dans la même pièce, apparaît en déclamant son rôle d’Orosmane, le héros de Zaïre qui lui valut les suffrages de Louis XV et son ordre de réception à la Comédie Française. Ailleurs, Mirabeau évoque ses années d’emprisonnement : le public sait que son père obtint régulièrement des lettres de cachet contre lui19. Voltaire, dans la deuxième scène de Collin d’Harleville aux Champs-Elysées, fait sa cour à Ninon de Lenclos qu’il a effectivement connue alors qu’il était enfant, son parrain l’abbé de Chateauneuf l’ayant amené chez la courtisane nonagénaire peu de temps avant sa mort. Mentionnons encore le court séjour de Laujon à l’Académie Française qui lui permet de payer avec un jeton son obole à Charon20. Plus gravement, dans Benjamin Constant aux Champs-Elysées, le même Charon se plaindra d’avoir trop travaillé depuis « les grands jours de juillet » et l’ombre de Madame de Staël racontera comment elle a laissé Manuel et Foy (deux hommes politiques décédés à l’époque) avec « les héros de juillet qui ne se lassent pas de redire les beaux faits des trois jours » : entendez des Trois Glorieuses (27, 28 et 29 juillet 1830), l’insurrection qui mit fin au règne de Charles X.

  • 21 Taconet, L’Ombre de Vadé, Nouveau choix de pièces, ou Théâtre comique de province, Amsterdam, Paris (...)
  • 22 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées, op. cit., p. 5.
  • 23 Aude neveu, Decour et Defresnoy, Collin d’Harleville aux Champs-Elysées, Paris, Maldan et Locar, 18 (...)

13Il ne faudrait pas omettre enfin un procédé qui revient régulièrement dans plusieurs de nos pièces, une sorte de « leitmotiv » qui consiste à demander au nouvel arrivant aux Champs-Elysées un récit détaillé de ce qui se passait sur la terre au moment où il l’a quittée. « Mais vous ne me dites rien des spectacles de là-bas » s’étonne l’ombre de Vadé auprès de Madame Saumon, Jérome, Nicaise et Fanchonette, les héros de ses pièces qui lui rendent visite chez Pluton en 175721. « Mais quelles nouvelles de là-haut ? Le Théâtre est-il couru ? la scène est-elle bien remplie ? parlez-moi un peu des poètes tragiques seulement » demande Racine à Colardeau en 177622. Dans Cadet Roussel aux Champs-Elysées, c’est La Fontaine qui s’enquiert auprès de Cadet Roussel de l’état du monde. Voltaire, en 1806, interroge son jeune confrère Collin d’Harleville sur la République des Lettres avant de prendre des nouvelles de la France, en repos depuis que les Français ont leur Empereur23. Lorsqu’elles portent sur les spectacles, ces questions suscitent un plaisant passage en revue de l’actualité dramatique, avec quelques pointes lancées contre les uns et de rapides éloges décernés aux autres. Lorsque ces questions touchent à l’actualité politique, les réponses peuvent passagèrement assombrir l’atmosphère ; ainsi en 1831 dans un échange entre l’auteur et acteur comique Picard et Benjamin Constant :

  • 24 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Elysées, Paris, Malaisie, 1830, p. 18.

Picard
Mon cher Benjamin, je vais vous paraître bien indiscret de vous accabler de questions avant de vous avoir donné le temps de respirer, comme on aurait dit sur terre.
Mais, ma foi, dans ce séjour, on n’a pas plus besoin de respirer que de se rafraîchir. satisfaites donc mon impatience en me donnant les nouvelles les plus récentes de Paris, de la banlieue, de l’état en général et en particulier. […]
Benjamin Constant
Oh ! je n’ai point de récit à vous faire. Que vous conterais-je ? des barricades, de l’atrocité des uns, l’héroïsme des autres, que vous ne sachiez déjà depuis longtemps24

  • 25 Radet, Desfontaines et Barré, Favart aux Champs-Elysées, op. cit., p. 17.
  • 26 Ibid., p. 18.

14Dans Favart aux Champs-Élysées la gravité de la situation politique est paradoxalement révélée par le silence éloquent du personnage principal. Quand Piron l’interroge : « Ah ! çà, mon cher Favart, nous sommes pressés de savoir des nouvelles… Comment va le monde ? », Favart réplique par un évasif « Ah ! ah !… »25 puis par des phrases nominales hexasyllabiques au rythme lancinant : « Non, Pannard, mon ami », « Peu, Vadé, mon ami », « Non, l’abbé, mon ami », « Rien, Piron, mon ami »26. Madame Favart met fin au supplice en reprochant à la compagnie de prendre son mari pour une gazette. Vadé insiste alors dans la langue poissarde qu’il mit à l’honneur dans ses œuvres : « J’srais pourtant ben curieux d’apprendre encore… ». Favart finit par lui déclarer avec lassitude :

  • 27 Ibid., p. 19.

Je ne sais rien, mon cher Vadé : depuis longtemps je vivais loin du monde, lisant un peu, pensant beaucoup, rimant encore quelquefois ; et tenez, mes amis, voici mes derniers vers :
Je suis vieux, je vis en hermite,
Dans la retraite que j’habite ;
Exempt de remords, de désir,
Je goute encor quelque plaisir :
Tranquille, en attendant mon terme,
Le corps usé, mais le cœur ferme,
Je jouis par le souvenir27.

15Cette scène déconcertante dans laquelle le héros ne se prête pas au jeu piquant des questions-réponses et se réfugie dans un mutisme inattendu pourrait avoir une explication : le 21 janvier 1793 Louis XVI est guillotiné place de la Révolution. Favart aux Champs-Elysées est représenté le 26 juin 1793 sur le Théâtre du Vaudeville. À peine cinq mois se sont écoulés entre cet événement historique capital et ce petit opéra-comique léger et sans prétention. Sachant par ailleurs que Favart jouissait, à la fin de sa vie, des faveurs de la Cour pour laquelle il organisa de nombreux spectacles, on comprend que les auteurs de la pièce, Radet, Desfontaines et Barré, aient préféré s’autocensurer sur cette tranche d’actualité brûlante.

  • 28 Le Fanatisme, la Vérité, l’immortalité et l’Amour dans L’Assemblée des ombres aux Champs-Elysées ; (...)
  • 29 Rousseau, à la fin de sa vie, avait renoncé à toute forme de luxe dans l’habillement et se singular (...)

16Quels effets peuvent avoir ces incursions de la réalité, anecdotiques ou plus sérieuses, dans le monde mythologique des Champs-Elysées ? Un effet gratifiant pour le spectateur qui déchiffre les allusions habilement placées ici et là (il saura notamment identifier, à partir d’attributs notoires, les personnages allégoriques qui peuplent ces pièces28) et qui prend plaisir à reconnaître, dans l’éparpillement, des éléments d’actualité ou des informations totalement intégrées à sa culture. À tel point que le dramaturge Pompigny fait le pari, en 1783, que les spectateurs des Variétés Amusantes identifieront Voltaire, sous le nom de « Premier philosophe », et Rousseau, sous le nom de « Second philosophe », dès la vue des costumes qu’ils portaient sur la fin de leurs jours, costumes respectivement endossés par les acteurs Volange et Beaulieu dans Les Ombres anciennes et modernes29.

  • 30 Le dramaturge Jean-Nicolas Bouilly obtint le plus vif succès avec ses pièces Jean-Jacques Rousseau (...)
  • 31 Voir le chapitre qu’Henri Welschinger consacre à la représentation dramatique des « célébrités » de (...)

17En cela, notre corpus se rapproche de la nuée de pièces, parfois écrites par les mêmes dramaturges et durant la même période, qui portent sur la scène des tranches de vie de célébrités qu’ils font revivre en situation « terrestre » : les hauts faits de rois de France, de figures historiques comme Jeanne d’Arc, ou de figures étrangères marquantes telles que Cromwell ou Pierre le Grand, forment un matériau de choix pour cette production qui se nourrit par ailleurs des frasques ou des épisodes pittoresques tirés des biographies de comédiens et d’écrivains, anciens ou à peine trépassés30. Sans omettre les héros que le théâtre révolutionnaire a mis sur les planches31.

18Le choix de mettre en scène des ombres plutôt que des personnages vivants n’est toutefois pas indifférent. Faire parler les morts dans leur dernière demeure ouvre des ressources dramaturgiques intéressantes à exploiter qui n’ont pas échappé à nos auteurs et que nous nous proposons d’examiner à présent.

  • 32 Nous remercions Tanguy L’Aminot de nous avoir fourni cette iconographie.
  • 33 Olympe de Gouges, Mirabeau aux Champs-Élysées, Paris, Garnéry, s. d., p. 5
  • 34 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Élysées, op. cit., p. 3.
  • 35 Dans LOmbre de Jean-Jacques Rousseau de Desriaux, « Le tombeau s’ouvre. On voit Rousseau sortir, au (...)

19En évoquant la décoration de verdure des Champs-Élysées, traversés par l’ondoyant Fleuve Léthé, nous avons déjà pointé un élément important de ces pièces qui, par leur sujet, se prêtent à des mises en scène spectaculaires, avec des décors recherchés jouant de la perspective : le Palais de Pluton, l’entrée des Enfers, la barque du nautonier attachée près du rivage, forment des tableaux qui enchantent les spectateurs à l’instar de l’iconographie de la même période, et l’on pense aux deux gravures de Moreau Le Jeune représentant l’Arrivée de Jean-Jacques Rousseau aux Champs-Elysées et Mirabeau aux Champs-Elysées32 (Illustrations 1 et 2). La musique qui retentit généralement en ces lieux contribue à la création d’une atmosphère fantastique : une « symphonie douce et voluptueuse » suit le lever de rideau dans Les Ombres anciennes et modernes ; « une musique douce et paisible, mêlée de quelques traits plaintifs » fait l’ouverture des deux pièces Mirabeau aux Champs- Elysées et L’Ombre de Mirabeau. Des effets spéciaux accentuent le parti pris merveilleux : Olympe de Gouges imagine « une espèce de nuage imitant une vapeur [qui] se dissipe insensiblement. Cette vapeur doit terminer la pièce à la fin du chœur33 » ; tandis que les auteurs de Benjamin Constant aux Champs-Élysées précisent qu’« au lever du rideau des nuages occupent toute la largeur du théâtre et se dissipent insensiblement en laissant voir les Champs-Elysées34 ». Les apparitions surnaturelles des ombres grâce à une machinerie scénique et des jeux de lumières complexes, que laissent deviner les didascalies35, les ballets dansés par des « troupes » d’ombres fantasmagoriques (comme la pantomime de la marche des ombres vêtues de blanc pour la cérémonie de réception de Cadet Roussel), les chants et les mouvements de foules du divertissement final, marquant aussi bien les apothéoses de Voltaire et de Rousseau que celles de Sacchini, Mirabeau ou Collin d’Harleville..., transforment ces pièces en véritables féeries, un genre dont le succès populaire ne se démentira pas tout au long du xixe siècle.

Illustration 1
D’après Moreau le Jeune, Arrivée de Jean-Jacques Rousseau aux Champs-Elysées
(Dessin gravé par Macret en 1782, vente Tajan du 20octobre 2000)

Illustration 2
D’après Moreau le Jeune, Mirabeau arrive aux Champs-Elysées
(On reconnaît Franklin,
Rousseau, Montesquieu, Voltaire, Fénelon et Mably)

20Demeure des âmes justes et des héros après leur mort dans la tradition mythologique, les Champs-Elysées accueillent les ombres de tous les temps, du moment qu’elles ont vécu vertueusement. La chronologie étant pulvérisée dans ce séjour enchanté, elle l’est aussi dans les pièces de nos dramaturges où toutes les ombres vivent, sans distinction, à l’époque où la pièce est écrite. En 1674, les ombres de Térence et de Plaute devisent le plus naturellement du monde avec celle de Molière ; en 1779, dans L’Ombre de Voltaire, l’infâme Zoïle, ce « poète satirique de l’Ancienne Grèce qui ne s’est fait une réputation qu’en déchirant les ouvrages immortels du divin Homère », est aux prises avec le philosophe de Ferney ; en 1790, dans Le Journaliste des ombres ou Momus aux Champs-Elysées, l’abbé de Saint- Pierre, décédé en 1743, assiste à l’émouvante scène des retrouvailles entre les membres de la famille Calas et l’ombre de Voltaire ; en 1791, dans Mirabeau aux Champs-Elysées, le législateur athénien Solon, mort en 558 av. J.-C., voisine avec le Cardinal d’Amboise, lui-même mort en 1510, et tous deux côtoient Montesquieu, Franklin et— Madame de Sévigné. On pourrait multiplier les exemples de ces rencontres anachroniques, dont Fontenelle a déjà exploité avec bonheur le principe, à la fin du xviie siècle. Au théâtre, le télescopage des époques favorise d’amusants mélanges de costumes (par exemple la toge de Solon, la fraise d’Henri IV et le somptueux manteau à fleurs de lys de Louis XIV, que rassemble Olympe de Gouges—) ; l’étrangeté de la pièce s’en trouve renforcée et ses chances d’intriguer le spectateur accrues.

  • 36 Chevalier du Coudray, LOmbre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., respectivement p. 16, 17 et (...)
  • 37 Dejaure, LOmbre de Mirabeau, op. cit., p. 29 et p. 30.

21Moins superficiellement, cette bigarrure chronologique offre au dramaturge deux atouts majeurs. Le premier est que les origines culturelles sensiblement différentes des protagonistes favorisent la confrontation d’idées sur la scène, voire un certain prosélytisme. Dans L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées, en 1776, Racine et Molière s’indignent de la limitation du nombre des théâtres à Paris — il faudra attendre le 13 janvier 1791 pour que la loi sur la liberté des théâtres soit promulguée — invoquant, quitte à embellir la réalité, la noble émulation qui prévalait en leur temps aussi bien entre les auteurs qu’entre les troupes : « ma Phèdre fut jouée par la Troupe du Marais et celle de l’ami Pradon sur le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne », rappelle Racine, oublieux ici des tensions rivales provoquées par les cabales de « l’ami » Pradon. « Au diable tous ces privilèges exclusifs, qui sont autant d’attentats faits à la Société civile », surenchérit Molière en apologiste étonnamment moderne de la libre entreprise et porte-parole prestigieux du chevalier du Coudray, ce dernier étant à la fois l’auteur de la pièce et l’auteur d’un Mémoire, évoqué dans celle-ci, démontrant « la nécessité d’établir un second Théâtre à Paris » et de favoriser « le retour de l’ancien Opéra Comique »36… Quelques scènes naïves assurent la promotion des principes pédagogiques de Rousseau, et notamment de l’allaitement du nourrisson par sa mère, dans L’Assemblée des ombres aux Champs-Elysées : tandis qu’une petite fille, qui n’a pas été confiée à des mains mercenaires, exprime avec effusion son attachement à sa génitrice, une mauvaise mère y renie son petit garçon trop attaché à sa nourrice. C’est un vibrant plaidoyer pour l’égalité des droits des femmes qu’Olympe de Gouges glisse avec art dans Mirabeau aux Champs-Élysées, alors que Dejaure propose une ode pédagogique à la monarchie tempérée dans L’Ombre de Mirabeau : à Brutus, qui ne connaît que la haine des rois et de la royauté, Mirabeau fait valoir que le monarque français s’est « sans efforts dépouillé de lui-même » d’un pouvoir trop extrême et que « le peuple est près du roi dans les nouveaux systèmes » (rappelons que nous sommes en 1791)37. On ne sait quelle efficacité cette propagande pouvait avoir sur le public ; il faut bien avouer qu’aujourd’hui elle prête plutôt à sourire.

  • 38 Ibid., scène III.
  • 39 Le Démosthène français, BnF, manuscrit, ff. 9267, f. 3 vo.
  • 40 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 5.

22L’autre atout important offert par le télescopage des époques au sein d’une même pièce est la validation du présent à laquelle les dramaturges se livrent en prenant pour caution de grandes personnalités du passé qui font l’unanimité. Expliquons-nous. Mettre en scène les ombres de Cicéron et de Démosthène s’inclinant devant le talent supérieur de Mirabeau lorsque celui-ci arrive aux Champs- Élysées38, c’est faire avaliser la politique et les actions de cette très récente figure nationale par deux ancêtres illustres, dont le jugement ne peut être qu’infaillible. Faire prononcer l’éloge de Mirabeau par l’ombre de Franklin, intarissable sur « les vastes connaissances, l’éloquence foudroyante, les répliques inattendues, énergiques, victorieuses » de ce Démosthène français, puis réitérer le dithyrambe par la bouche de Brutus et ensuite de Voltaire qui souhaite une gloire immortelle au « Premier Grand Homme de la France devenue libre », équivaut, de nouveau, à une consécration sans appel39. Il en va de même lorsque l’éminent Racine complimente Colardeau pour ses deux tragédies Astarbé et Caliste (« la seconde est supérieurement composée, belle poésie, pensées neuves et sublimes40 »). Ou lorsque Sophocle, Sapho, Anacréon et Homère remettent respectivement à « l’ombre sublime » de Voltaire le poignard de Melpomène, la ceinture de l’Amour, la lyre et la trompette qu’ils avaient eux-mêmes reçus des dieux. L’accueil ému et chaleureux que Molière et Racine réservent au comédien Molé qui les rejoint aux Champs- Elysées en 1803 participe de ce même processus de légitimation :

  • 41 Perin, Pillon, Piccinni, Molé aux Champs-Élysées, Paris, au Théâtre et chez les Marchands de Nouvea (...)

Molière
Voilà donc cet acteur qu’on me vanta toujours,
À qui mon Misanthrope a dû ses plus beaux jours.
[…]
Racine
J’eusse été trop heureux, si près de Champêlé
Sur la scène française on eût pu voir Molé41 !

  • 42 Aude neveu, Decour et Defresnoy, Collin dHarleville aux Champs-Élysées, op.cit., p. 15 et 19.

23Comment, enfin, passer sous silence l’apologie appuyée de « Napoléon Le Grand » dans Collin d’Harleville aux Champs-Elysées, comédie-vaudeville où l’ombre de Voltaire s’électrise au seul nom de ce héros national, « l’homme universel » qui lui fait regretter de ne plus être parmi les vivants pour composer « la Napoléïde »42.

24La conscience sociale du public se trouve raffermie à peu de frais. Qui, devant ces témoignages admiratifs du passé, aurait encore l’audace de douter du présent ? On était loin de subodorer alors le caractère éphémère de ces consécrations : Mirabeau, inhumé au Panthéon, en sera banni trois ans plus tard, le 21 septembre 1794, le jour où Marat, « l’ami du peuple », y sera lui-même accueilli pour peu de temps...

  • 43 Radet, Desfontaines et Barré, Favart aux Champs-Élysées, op. cit., p. 3.
  • 44 Op. cit., respectivement p. 4 et 10.
  • 45 Sacchini aux Champs-Élysées, s.d., BnF, manuscrit français, ff 9245, f. 503.

25Si nos pièces reproduisent fidèlement le cadre mythologique des fictions d’Aristophane et de Lucien, il convient de souligner qu’à de rares exceptions près — Cadet Roussel aux Champs-Elysées et surtout L’Ombre de Deschauffours que nous examinerons plus loin — elles ne conservent aucune trace de l’esprit satirique, du ton moqueur, voire impertinent, de ces aînés et de leurs émules. Une harmonie générale baigne nos terres élyséennes : point de conflits, point de violence dans ce séjour délicieux. « L’Amour et l’Amitié [sont] aux premières loges » dans le royaume de Pluton, la Discorde n’y entre pas, « même en payant », rappellent avec insistance les auteurs de Favart aux Champs-Elysées43. « La médisance est un plaisir inconnu dans ce monde-ci », surenchérit l’ombre de Voisenon, « Jamais de querelles / Point d’esprit discord / Ici même entr’elles, / Femmes sont d’accord44 », confirme Madame Favart. Dans la « pantomime dialoguée » Sacchini aux Champs- Elysées, Apollon assure au musicien virtuose, dont la réputation dans l’Europe entière a fait plus d’un jaloux, que « l’envie ne répandra plus son venin empoisonné sur [s]es jours45 ». C’est dire qu’un ancrage au pays des morts va permettre à nos dramaturges de réaliser sous les yeux d’un public médusé, et amusé, toutes les réconciliations qui se sont avérées impossibles au pays des vivants. Dans Molé aux Champs-Elysées, les muses Thalie et Melpomène mettent fin à leur sempiternelle rivalité pour rendre un hommage éclatant à l’acteur qui s’illustra aussi bien dans la comédie que dans la tragédie, et « puisque les grands hommes sont faits pour s’aimer et pour s’entendre », Piron se raccommode avec son ennemi de toujours, Voltaire, qu’il criblait sur terre d’épigrammes vengeresses :

  • 46 Perin, Pillon, Piccinni, Molé aux Champs-Élysées, op. cit., p. 14.

Oui, je me vois enfin forcé d’en convenir,
Après avoir passé sa vie à le haïr
Piron, qui l’aurait cru, rend justice à Voltaire !
Prenant dans l’Elysée un autre caractère,
Et réparant les torts que j’avais envers lui,
Je suis son partisan et son meilleur ami !
J’admire ses leçons, je me plais à les suivre ;
La mort, vous le voyez, a su m’apprendre à vivre46 !

  • 47 Rougemont et Pillon, La Comédie aux Champs-Élysées, Paris, Masson, 1806, p. 8.
  • 48 Plaisant de La Houssaye, L’Assemblée des ombres aux Champs-Élysées, op. cit., p. 23.

26Trois ans plus tard, dans La Comédie aux Champs-Elysées, Piron explique doctement aux ombres de Térence, d’Aristophane, de La Fontaine et de Goldoni que « la franchise et l’aménité / Pour vivre chez les morts ont déserté la terre. / Avec Voltaire enfin je ne suis plus en guerre / Lui-même avec plaisir il embrasse Fréron, / Et Racine en ces lieux est loué par Pradon47 ! ». Lulli et Rameau laissent derrière eux la bataille des lullistes et des ramistes, qui avait sévi durant la décennie 1730-1740, pour tomber d’accord dans L’Assemblée des ombres sur le nouveau goût musical, qu’ils jugent tous les deux détestable : la mode fait cracher leurs poumons aux chanteurs et veut que l’on soit « déchiré partout48 ».

  • 49 Aude, Le Journaliste des ombres ou Momus aux Champs-Élysées, Paris, Gueffier, 1790, p. 29.

27Mais c’est le motif de la réconciliation entre Voltaire et Rousseau qui est le plus fréquemment illustré dans notre ensemble de pièces. Les esprits du siècle ont-ils été déroutés par l’incompréhension persistante entre les deux philosophes au point de souhaiter aussi vivement leur union de pensée dans un au-delà fantasmatique ? Toujours est-il que nos deux ombres, après s’être querellées comme à l’accoutumée, font une première fois la paix en 1783 sous le regard bienveillant d’Émilie dans Les Ombres anciennes et modernes. Dans Le Journaliste des ombres, en 1790, « l’année heureuse » du consensus en faveur d’une monarchie constitutionnelle, l’ombre de Voltaire assure à l’ombre de Rousseau que Le Contrat social est le fondement de l’ère nouvelle qui commence pour les Français. Et l’on observe dans la septième scène un Voltaire tout pénétré de la générosité de Rousseau ; et un Rousseau qui avoue en retour à Voltaire combien il l’a toujours admiré. Resté seul, Voltaire déclare encore : « Il est, il fut pendant sa glorieuse vie / Modeste comme le génie. / Simple et pur comme la vertu49 ».

28En 1791 encore, leur entente spectaculaire fait l’ouverture du Mirabeau aux Champs-Elysées d’Olympe de Gouges dont nous rapportons quelques savoureuses répliques :

  • 50 Olympe de Gouges, Mirabeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 5-6.

Voltaire
Je te dis encore, Montesquieu, les temps sont changés. Les siècles de l’ignorance ont disparu. La lumière s’est répandue sur toute la terre ; tes principes sur les gouvernements ne sont plus de saison ; partout l’homme reconnaît les lois de la nature, partout sa douce morale se fait sentir dans les cœurs. Jean-Jacques a déployé, mieux que nous, cette loi divine.
Jean-Jacques
Voltaire, ne m’envie point cet avantage : tu as posé les premières bases de tout ce qui s’est opéré de grand et d’utile en France.
Voltaire
Nous fumes ennemis sur la terre, quand nos véritables principes devaient nous rapprocher, quand nous tendions tous deux au même but : mais la gloire, la jalousie, je n’en fus pas exempt. Ah ! combien de fois tu m’as fait trembler. (àpart) Le bourreau ! Il brûlait le papier avec sa plume de feu50.

29N’est-ce pas la volonté de sceller solennellement cette entente imaginaire entre les deux précurseurs des idéaux révolutionnaires qui a conduit à placer dans la crypte du Panthéon le tombeau du « philosophe de la nature » face à celui du « prince de l’esprit » ?

  • 51 Dominique Quéro, Momus philosophe. Recherches sur une figure littéraire du xviiiesiècle, Paris, Hon (...)

30Tout est donc possible, et en particulier la réconciliation des irréductibles, dans ce pays de cocagne paisible, image inversée d’une France qui est, elle, régulièrement secouée par des séismes politiques imprévisibles. La pièce « héroï-nationale » Le Journaliste des ombres ou Momus aux champs-Élysées de Joseph Aude, sur laquelle s’est arrêté Dominique Quéro dans sa monographie sur Momus51, est à ce titre exemplaire. Jouée par les Comédiens Français, le 14 juillet 1790, à l’occasion de la Fête de la Fédération, un an après la prise de la Bastille, elle offre une représentation symbolique forte de cette volonté d’union nationale ; union ardemment souhaitée mais combien fragile !

  • 52 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 17.
  • 53 Aude, Le Message aux Champs-Élysées ou La Fête des arts et de l’amitié, Paris, Mlle Hénée et Perlet (...)

31Une autre caractéristique de nos espaces élyséens utopiques est l’égalité de toutes les ombres qui les peuplent : « ici, nous sommes tous égaux » proclame Du Belloy52, l’auteur du Siège de Calais si souvent raillé par Voltaire « là-haut » ; « Ce n’est qu’ici que peut régner l’égalité », affirme l’ombre de Piron en 1809 dans Le Message aux Champs-Élysées53. une égalité que l’on retrouve vigoureusement revendiquée à plusieurs reprises par le passeur Charon dans Benjamin Constant aux Champs-Élysées. Dès la première scène, Charon au milieu des ombres chante le couplet suivant, sur l’air très significatif « Du nouveau et de l’ancien régime » :

  • 54 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Élysées, op. cit., p. 4.

ici pas plus d’petits que d’grands
Roi, même Emp’reur lorsqu’on arrive
À la porte on laisse ses rangs,
C’est l’égalité primitive54.

32Dans la scène suivante, il chante sur l’air « Des ostrogots » :

  • 55 Ibid., p. 6.

Blancs, noirs, policés ou sauvages,
D’Paris, d’Péquin, du Sénégal,
Quelque soit vot’cult’, vos usages,
Si vous faites le bien c’est égal :
Ici, pour vous Dieu met la nappe,
Mais si vous fait’s le mal morbleu,
Vous seriez cardinal ou pape
Qu’faudrait tout d’même rôtir un peu55.

  • 56 Ibid., p. 4.

33Outre « l’égalité primitive », une « liberté tout entière, liberté sans restriction » règne dans le séjour des justes. « Ce n’est pas comme là-haut sur terre », dit encore Charon, « où la plupart des gouvernants la trouvent si précieuse, la liberté, qu’ils la gardent pour eux ou qu’ils ne la donnent aux pauvres peuples qu’avec des bâillons et des menotes56 ». Replacée dans le contexte historique de l’année 1831, alors que la liberté de la presse est totalement supprimée, la réplique de Charon prend tout son sens, un sens qui, bien entendu, n’échappait pas au public.

  • 57 Dans Les Ombres anciennes et modernes (1783).
  • 58 Dans Le Journaliste des ombres (1790).
  • 59 Dans L’Ombre de Mirabeau et certainement dans Mirabeau aux champs-Élysées, ces deux pièces étant in (...)
  • 60 Dans Cadet Roussel aux Champs-Élysées (1801).
  • 61 Dans Molé aux Champs-Élysées (1803).
  • 62 Dans Collin dHarleville aux Champs-Élysées (1806).

34Nous avons pointé les principaux enjeux dramaturgiques et idéologiques de cette famille de pièces qui faisaient le pari d’intéresser le spectateur en l’entraînant au royaume de Pluton. Loin d’être terrifiantes, perturbatrices ou problématiques, les ombres que nous y avons croisées étaient familières et chères au public d’une époque. Foncièrement humaines (sensibles au plaisir comme aux honneurs !), plus bavardes qu’agissantes, elles ne sont jamais mises dans des situations tragiques ou grotesques. Entourées de personnages allégoriques et mythologiques, elles poussent à l’extrême les limites de la convention dramatique. Et le public se prêtait volontiers au jeu de ces réincarnations ; il ne se lassait pas de se retrouver en compagnie de l’ombre de Voltaire sous les traits successifs du célèbre acteur Volange57, de Molé58, de Chenard59, de Véniard60, de Melcourt61 et de Firmin l’aîné62, au long d’une vingtaine d’années.

  • 63 Titre du chapitre consacré au personnage par Maurice Lever dans son essai Les Bûchers de Sodome (Pa (...)
  • 64 L’Ombre de Deschauffours, Bnf, manuscrit français, NAF 1562, microfilm 5662, f. 76 et 75 v°. Claude (...)

35Les règles tacites de ces éloges dramatiques sont élémentaires et d’une candeur déconcertante. Pourtant « le genre » ne semble pas avoir suscité la satire, tant la volonté d’adhérer à la vision du monde réconfortante qu’il proposait devait être forte. Une pièce, L’Ombre de Deschauffours, datée de 1739, fait néanmoins exception. L’Ombre de Deschauffours est une parodie lugubre qui s’emploie à pervertir le modèle de l’éloge que Voisenon venait justement, en cette année 1739, de servir par deux fois à la Comédie Française à travers L’Ombre de Molière et Le Retour de L’Ombre de Molière. En hissant « l’infâme Deschauffours63 » — brûlé vif en place de grève, le 24 mai 1726, pour crime de sodomie, et accessoirement convaincu de rapts, assassinats, trafic d’enfants et pédophilie — au rang des héros talentueux du royaume, l’auteur transmue de façon provocante l’indignation des Français en admiration universelle. Ce n’est pas aux Champs-Elysées, mais en Enfer que la comédie (telle est effectivement la désignation générique de la pièce) se déroule, mettant en scène Deschauffours et les ombres de MM. de Brancas, de Guiche, de Bouillon, de La Trémoille, de l’archevêque de Rouen de Tressan, etc., illustres clients présumés du commerce de « jolis garçons » auquel Deschauffours devait sa fortune. L’intrigue comporte une scène de réconciliation (entre le criminel et l’ombre de Ravot d’Ombreval, lieutenant général de police qui le persécutait sur terre), des allusions à l’actualité de l’époque (l’enrichissement éphémère de d’Ombreval dans l’affaire des blés, l’emprisonnement à Bicêtre puis l’exil des jeunes prostitués…), et jusqu’à la promesse d’un bonheur éternel (« Nous sommes fort en liberté ici de nous bien réjouir » ; « ici on ne craint rien, tout est abandonné tant pour les exécutions que pour les sentiments »64). La subversion est si parfaite que même un débat d’idées trouve place dans cette pièce où les personnages examinent, non sans crudité, les mérites respectifs des pratiques sexuelles des « conistes » et des « bougres » L’Ombre de Deschauffours, dont la noirceur renvoie à la vision de l’Enfer de Dante dans La Divine comédie, a-t-elle été écrite pour une scène privée ? Quoi qu’il en soit, le texte est resté longtemps consigné dans « l’Enfer » de la Bibliothèque nationale de France.

36Notre approche de l’ensemble des pièces de cette étude ne saurait avoir la « fraîcheur » avec laquelle les spectateurs contemporains les ont accueillies. Mais nous pouvons les considérer comme autant de pierres ayant contribué à l’édification d’un panthéon insolite, qui nous offre un point de vue singulier sur le paysage artistique et social d’une époque.

  • 65 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des Grands Hommes, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 66 Son ombre apparaît dans L’Ombre de Molière de Brécourt (1674), L’Ombre de Molière et Le Retour de l (...)
  • 67 Dans Collin d’Harleville aux Champs-Elysées (1806), La Comédie aux Champs Elysées (1806), Le Messag (...)
  • 68 Parfaict, Mémoires pour servir à l’histoire des spectacles de la Foire, Paris, Briasson, 1743, t. 1 (...)

37Une des fonctions de ce monument rejoint le culte des Grands Hommes que Jean-Claude Bonnet analyse depuis plusieurs années à travers le Panthéon français65. Les « Grands Hommes » de nos pièces appartiennent à un nombre très limité de catégories. Les écrivains et les hommes politiques en constituent les deux plus importantes. Parmi les écrivains, Molière reçoit l’hommage le plus appuyé66, suivi de près par. Collin d’Harleville67 ; sur un pied d’égalité viennent ensuite, dans l’ordre de création des pièces, Vadé, Piron, Colardeau, Corneille, La Fontaine, Favart, Beaumarchais, Demoustier, Laujon, Benjamin Constant ainsi qu’Ésope et Taconet… Voltaire et Rousseau incarnent la philosophie des Lumières et à part eux, aucun des éminents encyclopédistes ne surgit dans notre corpus. on trouve donc dans ce pêle-mêle des noms illustres et familiers, emblématiques de la culture nationale, d’autres qui ont été relégués par l’histoire littéraire au rayon des « mineurs », puis ceux qui ont sombré dans l’oubli. Mirabeau se détache nettement des personnalités politiques épisodiquement honorées dans ces textes (Louis XV, Louis XVI, le Maréchal de Richelieu…). On remarque encore que des musiciens (Lully, Rameau, sacchini, Boieldieu) reçoivent les honneurs de la scène en cette époque de prodigieuse fécondité pour l’opéra-comique et le vaudeville ; de même que des comédiens, auxquels la Révolution a reconnu le statut de citoyen : Dominique (le célèbre Arlequin de l’ancienne troupe italienne) est fêté par les siens dès le début du xviiie siècle et Molé le sera au début du xixe. Enfin, deux entrepreneurs de spectacle trouvent leur place dans ce mausolée bizarre : Alard, un des trois fondateurs de l’opéra-comique à la fin du xviie siècle, « le plus habile sauteur et le plus grand pantomime de son temps68 » et Jean-Baptiste Nicolet, montreur de marionnettes et fondateur, vers 1760, du premier théâtre sur le Boulevard du Temple. Nos dramaturges, on le voit, n’ont pas oublié les leurs.

38il faut voir, dans ces célébrations de personnalités dont la postérité n’a pas toujours retenu le nom, des témoignages édifiants d’amitié ou d’admiration, des tentatives nostalgiques de renouer avec un passé réconfortant, ou encore des manifestes opportunistes à peine voilés. À moins qu’il ne s’agisse plus profondément, pour les auteurs souvent obscurs de ces pièces, de se ménager une place dans la mémoire des générations futures, en prenant pour pâture des héros historiques ou culturels. À la manière de ces guerriers primitifs qui mangeaient un morceau de leur ancêtre pour hériter de ses qualités exceptionnelles.

Récapitulatif chronologique des pièces repérées

1674

L’Ombre de Molière

Brécourt

1721

L’Ombre d’Alard

Lesage, d’Orneval

1739

L’Ombre de Molière

Voisenon

1739

Le Retour de l’Ombre de Molière

Voisenon

1739

L’Ombre de Deschauffours

Anonyme

1757

L’Ombre de Vadé

Taconet

1773

L’Assemblée et l’Apothéose de Molière

Abbé de Schosne

1773

L’Ombre de Piron

Gallois, Garnot

1774

Louis XV aux Champs-Elysées

Frédéric II, roi de Prusse

1774

Dialogue entre Lully, Rameau, Orphée dans les Champs-Elysées

Marmontel

[1776]

L’Ombre de Taconet

Beaunoir

1776

L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées

Chevalier du Coudray

1779

L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées

Moline

1780

L’Assemblée des Ombres aux Champs-Elysées

Plaisant de la Houssaye

1783

Les Ombres anciennes et modernes ou Les Champs-Elysées

Pompigny

1784

Corneille aux Champs-Elysées

Riouffe

1785

L’Ombre de Taconet ou les Marionnettes de Staton

Destival de Braban

1787

L’Ombre de Jean-Jacques Rousseau

[Desriaux]

1787

L’Ombre de Rubens au Salon

[Lenoir ?]

1788

Le Maréchal de Richelieu aux Champs-Elysées

Anonyme

1789

L’Ombre de La Fontaine

Plancher de Valcourt

1790

Le Journaliste des Ombres ou Momus aux Champs-Elysées

Aude

1790

L’ombre de Joseph II

Anonyme

1791

Mirabeau aux Champs-Elysées

Olympe de Gouges

1791

L’Arrivée et le couronnement de Mirabeau aux Champs-Elysées

Anonyme

1791

L’Ombre de Mirabeau

Dejaure

1793

Favart aux Champs-Elysées

Barret, Radet, Desfontaines

[1793]

L’Arrivée de Louis XVI aux Champs-Elysées

Anonyme

[1799]

L’Ombre de Louis XVI

Anonyme

1799

L’Arrivée de Beaumarchais aux Champs-Elysées

Anonyme ?

1801

Cadet Roussel aux Champs-Elysées

Aude

1801

Demoustier aux Champs-Elysées

Anonyme ?

1803

Molé aux Champs-Elysées

Perin, Pillon, (Alexandre) Piccinni

1806

La Comédie aux Champs-Elysées

Rougemont, Pillon

1806

Collin dHarleville aux Champs-Elysées

Aude neveu, Décour, Defresnoy

1809

Le Message aux Champs-Elysées

Aude

1811

Laujon de retour à l’Ancien Caveau

Convives du Caveau Moderne

1831

Benjamin Constant aux Champs-Elysées

Antier, Lautin, Monnais

1834

Boieldieu aux Champs-Elysées et son apothéose

Sewrin

1837

L’Ombre de Nicolet

Desnoyer, Labie

1847

L’Ombre de Molière

Barbier

Sans date

L’Ombre d’Esope

Pannard

Sans date

L’Ombre de Dominique

Anonyme

Sans date

Sacchini aux Champs-Elysées [après 1786]

Anonyme

Sans date

Le Démosthène français ou L’Arrivée de Mirabeau aux Champs-Elysées

Anonyme

Sans date

Le Panthéon français ou La Désertion des Champs-Elysées

Anonyme

Notes

1 Cette butée chronologique ne signifie pas pour autant que notre sujet s’épuise au-delà de 1850 : le sixième tableau de l’opéra-comique Le Carnaval des revues de Ludovic Halévy, Eugène Grangé et Philippe Gille met encore en scène en 1860 les ombres de Gluck, Mozart, Grétry et Weber jouant aux dominos aux Champs-Élysées en attendant de récolter leurs droits d’auteur. Nous remercions Jean-Claude Yon, auteur d’une monographie sur Jacques Offenbach (Paris, Gallimard, 2000, « NRF Biographies ») pour ce rappel bienvenu.

2 D’après quelques indications repérées dans le texte, on peut penser que ce prologue a été écrit après 1716, date de la formation à Paris de la nouvelle troupe de comédiens italiens désignés nominalement ici (Lelio, silvia, Flaminia, Mario, Violetta, etc.) et avant 1718, date à partir de laquelle les italiens représenteront des comédies entièrement en français : « Parlez français et l’on vous ira voir » leur suggère en effet l’Ombre de Dominique, l’Arlequin fameux de l’ancien Théâtre italien, que les comédiens invoquent pour renouer avec le succès et avec un public qui déserte leur théâtre au profit des scènes foraines (BnF, manuscrit français, ff 9294, f. 182).

3 Le musicien Antonio sacchini est mort à Paris en 1786.

4 Quelques-unes des pièces qui ne se déroulent pas aux Champs-Elysées, L’Ombre de Dominique où « le théâtre représentera un paysage très agréable au fond duquel sera un tombeau magnifique » (BnF, manuscrit français, ff 9294, f. 180), L’Ombre de Molière et Le Retour de l’Ombre de Molière de Voisenon (1739) situées l’une sur le théâtre même, et l’autre sur le Mont Parnasse, L’Ombre de Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville et plus précisément au second acte sur « l’île au milieu de laquelle s’élève le tombeau de Jean-Jacques » (par Desriaux, à Londres et à Paris, chez les Marchands de Nouveautés, 1787, p. 20), L’Ombre de Louis XVI dont la scène est « au Directoire dans la salle consacrée aux séances secrètes » (par un anonyme, s. l., s. n, [1799]) et L’Ombre de Nicolet, qui se passe dans le bureau du nouveau directeur du Théâtre de la Gaîté (1837) présentent la particularité de ne mettre en scène qu’une seule ombre, celle annoncée dans le titre, qui surgit au milieu de personnages « vivants » ou de personnages allégoriques, ou bien se contente de se faire entendre d’eux.

5 Pour les deux citations, Moline, L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées, Paris, J.-Fr. Bastien, 1779, p. [5] et 12.

6 Plaisant de La Houssaye, LAssemblée des ombres aux Champs-Elysées, Genève et Paris, Vve Duchesne, 1780, p. 6.

7 Dans L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées de Moline (1779), L’Assemblée des ombres aux Champs- Elysées de Plaisant de La Houssaye (1780), Le Panthéon français ou La Désertion des Champs-Elysées [après 1791], Le Message aux Champs-Elysées de Aude (1809), etc.

8 Dans Molé aux Champs-Elysées de Perin et Pillon sur une musique d’Alexandre Piccini (1803), Collin d’Harleville aux Champs-Elysées d’Aude neveu, Décour et Defresnoy (1806), La Comédie aux Champs-Elysées de Rougemont et Pillon (1806)…

9 Dans Molé aux Champs-Elysées de Perin et Pillon sur une musique d’Alexandre Piccini (1803), Collin d’Harleville aux Champs-Elysées d’Aude neveu, Décour et Defresnoy (1806), La Comédie aux Champs-Elysées de Rougemont et Pillon (1806)…

10 Le Panthéon français ou La Désertion des Champs-Elysées, BnF, manuscrit français, ff 9263, f. 341. Plus loin dans la pièce, l’ombre de Rousseau refusera avec une véhémence comique de suivre le Génie de la France qui l’invite à revenir sur la terre : « Qui ! moi retourner sur la terre. Croyez-vous donc que j’aie oublié les persécutions dont je fus si longtemps la victime ? » (f. 344).

11 Radet, Desfontaines, Barré, Favart aux Champs-Elysées, Paris, Brunet, 1793, citations respectivement p. 16 et 35.

12 Les Convives du Caveau Moderne, Laujon de retour à l’Ancien Caveau, Paris, Capelle et Renand, 1811, p. 34 pour les deux citations.

13 Nous n’avons trouvé aucune trace de pièce marquant le centenaire de la mort de Racine. Est-ce parce qu’en 1799, sous le Directoire, il aurait été mal venu de célébrer l’historiographe de Louis XIV ?

14 Voir André Tissier, Collin dHarkville, chantre de la vertu souriante (1755-1806), Paris, Librairie Nizet, p. 398 et 399.

15 Afin de commémorer le centenaire de la mort de Molière, les Comédiens Français créent le 17 février 1773 L’Assemblée, avec l’apothéose de Molière, comédie en un acte de Le Beau de Schosne. L’Ombre du poète y surgissait brièvement au milieu de la troupe, au complet pour l’occasion, avant de s’évanouir et de laisser place à la statue de Molière autour de laquelle étaient enchaînés Tartufe, Pourceaugnac, Madame Jourdain, Scapin, la Comtesse d’Escarbagnas, etc. Dans une autre comédie créée par la troupe pour le centenaire (le 18 février 1773, la pièce est appelée La Centenaire de Molière), le dramaturge Artaud mettait en scène Momus et Thalie donnant audience aux personnages les plus populaires de Molière (Tartufe, Harpagon, Monsieur Jourdain, etc.). L’une comme l’autre de ces pièces s’inspirent pour une large part de la comédie de Brécourt… (Voir les deux notices de Sylvie Chevalley dans la revue de la Comédie Française, n° 16, février 1973, p. 19-20 et n° 17, mars 1973, p. 18). On peut également consulter sur le sujet les travaux de John Iverson et en particulier « The First French Literary Centenary : National Sentiment and the Molière Celebration of 1773 », Studies in Eighteenth- Century Culture, edited by Ourida Mostefai and Catherine Ingrassia, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, p. 145-168. Depuis 1821, date de la découverte de l’acte de baptême de Molière par Beffara, c’est la naissance du dramaturge qui est célébrée.

16 En 1790 l’État commande au peintre Le Barbier un tableau commémorant le dévouement patriotique et le courage du jeune homme (voir l’article de Ugo Van de Sandt, « La peinture : situation et enjeux », dans La Carmagnole des muses, sous la dir. de Jean-Claude Bonnet, Paris, A. Colin, 1988, p. 345). Desilles apparaît à la fois dans la comédie d’Olympe de Gouges et dans Le Panthéon français ou La Désertion des Champs-Elysées d’un anonyme. Dans cette pièce, le Génie de la France outrage Desilles en lui refusant l’entrée au Panthéon. Mirabeau prend la défense de celui qui s’est immolé pour sa patrie, tandis que Voltaire jure qu’aucune des ombres illustres des Champs-Élysées n’ira habiter au Panthéon si l’accès en est fermé à l’ombre magnanime de Desilles (Voir le manuscrit de la pièce à la BnF, ff9263, f. 346-347).

17 Dans L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées du Chevalier du Coudray, Paris, Le Jay et Ruault, 1776, p. 3.

18 Dans L’Ombre de Voltaire aux Champs-Elysées de Moline, op. cit., respectivement p. 7-8 et p. 35.

19 Dans L’Ombre de Mirabeau de Dejaure, Paris, Cailleau et fils, 1791, p. 7.

20 Dans Laujon de retour à l’Ancien Caveau, op. cit., p. 35.

21 Taconet, L’Ombre de Vadé, Nouveau choix de pièces, ou Théâtre comique de province, Amsterdam, Paris, Cuissart, 1758, p. 24. En faisant apparaître les personnages les plus célèbres des pièces de Vadé, Taconet reprend à son compte (ou bien cite) le procédé mis en œuvre par Brécourt dans L’Ombre de Molière où Nicole, Pourceaugnac, Madame Jourdain dialoguent avec leur inventeur dans des scènes épisodiques.

22 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Elysées, op. cit., p. 5.

23 Aude neveu, Decour et Defresnoy, Collin d’Harleville aux Champs-Elysées, Paris, Maldan et Locar, 1806, p. 13 et p. 15.

24 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Elysées, Paris, Malaisie, 1830, p. 18.

25 Radet, Desfontaines et Barré, Favart aux Champs-Elysées, op. cit., p. 17.

26 Ibid., p. 18.

27 Ibid., p. 19.

28 Le Fanatisme, la Vérité, l’immortalité et l’Amour dans L’Assemblée des ombres aux Champs-Elysées ; le Temps, la Mort dans Sacchini aux Champs-Elysées ; le Destin dans Mirabeau aux Champs-Elysées ; le Génie de la France, la Gloire, la Renommée dans Le Panthéon français ; la Renommée encore dans Molé aux Champs-Elysées…

29 Rousseau, à la fin de sa vie, avait renoncé à toute forme de luxe dans l’habillement et se singularisait par une apparence austère que le dramaturge a sans doute outrée sur la scène. Voir l’article d’Hervé Guénot que nous a signalé Tanguy L’Aminot, « Jean-Jacques : Crispin ? Diogène ? Socrate ? la représentation théâtrale de Rousseau », dans Etudes Jean-Jacques Rousseau, tome premier, 1987, p. 93-124.

30 Le dramaturge Jean-Nicolas Bouilly obtint le plus vif succès avec ses pièces Jean-Jacques Rousseau à ses derniers moments (1791), René Descartes (1796), L’Abbé de l’Epée (1800)… et le Théâtre du Vaudeville, inauguré en 1792, fut particulièrement friand de ces productions. Citons pour exemple Piron avec ses amis de Deschamps (1792), Le Souper de Molière de Cadet de Gassicourt (1795), Charles-Rivière Dufresny ou Le Mariage impromptu de Deschamps encore (1798), L’Abbé Pellegrin ou La Manufacture de vers de Tournay et Andras (1800), Pannard clerc de procureur de Boutard, Fontenille, Desfourgeret (1801), Favart à Bruxelles par de Ferriere (1811), René Lesage ou Voilà bien Turcaret de Joseph Pain, etc.

31 Voir le chapitre qu’Henri Welschinger consacre à la représentation dramatique des « célébrités » de la Révolution : Bara, Beaurepaire, Charlotte Corday, Dumouriez, Marat, Mirabeau, Robespierre, Target, Viala, etc., dans Le Théâtre de la Révolution, 1789-1799, Paris, Charavay, 1880.

32 Nous remercions Tanguy L’Aminot de nous avoir fourni cette iconographie.

33 Olympe de Gouges, Mirabeau aux Champs-Élysées, Paris, Garnéry, s. d., p. 5

34 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Élysées, op. cit., p. 3.

35 Dans LOmbre de Jean-Jacques Rousseau de Desriaux, « Le tombeau s’ouvre. On voit Rousseau sortir, au milieu des rayons d’une vive clarté, répandue dans son monument ; il est vêtu d’une longue robe, bleue céleste, serrée par une large ceinture blanche : sa tête est nue, et ses cheveux flottent sur ses épaules. » (Op. cit., Londres, Paris, chez les Marchands de Nouveautés, 1787, p. 20).

36 Chevalier du Coudray, LOmbre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., respectivement p. 16, 17 et 18.

37 Dejaure, LOmbre de Mirabeau, op. cit., p. 29 et p. 30.

38 Ibid., scène III.

39 Le Démosthène français, BnF, manuscrit, ff. 9267, f. 3 vo.

40 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 5.

41 Perin, Pillon, Piccinni, Molé aux Champs-Élysées, Paris, au Théâtre et chez les Marchands de Nouveauté, 1803, p. 12.

42 Aude neveu, Decour et Defresnoy, Collin dHarleville aux Champs-Élysées, op.cit., p. 15 et 19.

43 Radet, Desfontaines et Barré, Favart aux Champs-Élysées, op. cit., p. 3.

44 Op. cit., respectivement p. 4 et 10.

45 Sacchini aux Champs-Élysées, s.d., BnF, manuscrit français, ff 9245, f. 503.

46 Perin, Pillon, Piccinni, Molé aux Champs-Élysées, op. cit., p. 14.

47 Rougemont et Pillon, La Comédie aux Champs-Élysées, Paris, Masson, 1806, p. 8.

48 Plaisant de La Houssaye, L’Assemblée des ombres aux Champs-Élysées, op. cit., p. 23.

49 Aude, Le Journaliste des ombres ou Momus aux Champs-Élysées, Paris, Gueffier, 1790, p. 29.

50 Olympe de Gouges, Mirabeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 5-6.

51 Dominique Quéro, Momus philosophe. Recherches sur une figure littéraire du xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 1985, p. 442-445.

52 Chevalier du Coudray, L’Ombre de Colardeau aux Champs-Élysées, op. cit., p. 17.

53 Aude, Le Message aux Champs-Élysées ou La Fête des arts et de l’amitié, Paris, Mlle Hénée et Perlet, 1809, p. 18.

54 Benjamin, Lottin, Damazin, Benjamin Constant aux Champs-Élysées, op. cit., p. 4.

55 Ibid., p. 6.

56 Ibid., p. 4.

57 Dans Les Ombres anciennes et modernes (1783).

58 Dans Le Journaliste des ombres (1790).

59 Dans L’Ombre de Mirabeau et certainement dans Mirabeau aux champs-Élysées, ces deux pièces étant interprétées par la même troupe des Comédiens Italiens en 1791.

60 Dans Cadet Roussel aux Champs-Élysées (1801).

61 Dans Molé aux Champs-Élysées (1803).

62 Dans Collin dHarleville aux Champs-Élysées (1806).

63 Titre du chapitre consacré au personnage par Maurice Lever dans son essai Les Bûchers de Sodome (Paris, Fayard, 1985), référence que nous devons à Dominique Quéro.

64 L’Ombre de Deschauffours, Bnf, manuscrit français, NAF 1562, microfilm 5662, f. 76 et 75 v°. Claude Courouve en a donné une édition critique avec des extraits d’archives de police dans un ouvrage intitulé Les Gens de la manchette dans la collection « Archives des homosexualités » (Paris, C. Courouve, 1978).

65 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des Grands Hommes, Paris, Fayard, 1998 ; sous la direction de Jean-Claude Bonnet, La Mort de Marat, Paris, Flammarion, 1986 ; La Carmagnole des muses. L’homme de lettres et l’artiste dans la Révolution, Paris, Armand Colin, 1988.

66 Son ombre apparaît dans L’Ombre de Molière de Brécourt (1674), L’Ombre de Molière et Le Retour de l’Ombre de Molière de Voisenon (1739), LAssemblée de Le Beau de Schosne (1773), L’Ombre de Molière de Jules Barbier (1847).

67 Dans Collin d’Harleville aux Champs-Elysées (1806), La Comédie aux Champs Elysées (1806), Le Message aux Champs-Elysées ou La Fête des Arts et de lAmitié (1809).

68 Parfaict, Mémoires pour servir à l’histoire des spectacles de la Foire, Paris, Briasson, 1743, t. 1, p. 4.

Table des illustrations

Légende Illustration 1D’après Moreau le Jeune, Arrivée de Jean-Jacques Rousseau aux Champs-Elysées(Dessin gravé par Macret en 1782, vente Tajan du 20octobre 2000)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Légende Illustration 2D’après Moreau le Jeune, Mirabeau arrive aux Champs-Elysées (On reconnaît Franklin, Rousseau, Montesquieu, Voltaire, Fénelon et Mably)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 518k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540