Version classiqueVersion mobile

Baudelaire, poète comique

 | 
Alain Vaillant

Orientations bibliographiques

Texte intégral

  • 1 On a cependant déjà signalé dans le prologue les essais majeurs sur Baudelaire : voir supra, p. 25, (...)

1La bibliographie baudelairienne est si immense qu’il est impossible de pré en donner une idée, même approximative. Proposer par défaut une sélection choisie de publications serait ici inutile1. Une telle liste n’ajouterait rien à celle qu’on trouve, à peu près identique, dans tous les livres sur Baudelaire ; elle courrait en revanche le double risque de paraître à la fois banale et forcément injuste ; enfin, elle ne reflèterait pas la perspective particulière qui a guidé cet ouvrage, où les rencontres accidentelles ont été plus importantes que les inspirations directes.

  • 2 Œuvres complètes, C. Pichois éd., t., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975-1976.
  • 3 Charles Baudelaire, L’Atelier de Baudelaire : « Les Fleurs du Mal ». Édition diplomatique, C. Picho (...)
  • 4 Claude Pichois et Jean Ziegler, Baudelaire, Paris, Julliard, 1987.
  • 5 Charles Baudelaire, Correspondance, C. Pichois éd., avec la collaboration de J. Siegler, 2 t., Pari (...)
  • 6 Walter B. Bandy et Claude Pichois, Baudelaire devant ses contemporains, Paris, Klincksieck, 1995.
  • 7 A. E. Carter, Baudelaire et la critique française (1868-1917), Columbia, University of South Caroli (...)
  • 8 Steve Murphy, Logiques du dernier Baudelaire. Lectures du « Spleen de Paris », Paris, Champion, 200 (...)
  • 9 Steve Murphy (dir.), Lectures de Baudelaire. « Les Fleurs du Mal », Rennes, Presses uni de Rennes [ (...)

2Cependant, cette étude n’aurait pu exister sans le travail fondamental et irremplaçable qu’a inlassablement accompli Claude Pichois – et, d’abord, sans sa très sûre et très pertinente édition des Œuvres complètes, dans la « Bibliothèque de la Pléiade2 » : on la complètera, pour Les Fleurs du Mal, avec la monumentale édition diplomatique publiée en 2005 aux éditions Champion, toujours sous la responsabilité de Claude Pichois3, auquel on doit encore la biographie la plus auto de Baudelaire4, l’édition de la Correspondance5 et une anthologie précieuse de témoignages de contemporains6, prolongée, pour les textes publiés après la mort du poète, par l’anthologie d’A. E. Carter7. À propos du Spleen de Paris, on trouvera l’analyse à la fois la plus récente et la plus complète sous la signature de Steve Murphy8, auquel on doit aussi, en quelques pages brèves mais suggestives, l’une des meilleures introductions aux Fleurs du Mal9.

  • 10 Walter Benjamin, Charles Baudelaire, Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, Paris, Payot, 1990 (...)
  • 11 Georges Blin, Le Sadisme de Baudelaire, Paris, Corti, 1948.
  • 12 Jean-Pierre Richard, Poésie et profondeur, Paris, Seuil, 1955.
  • 13 Graham Robb, La Poésie de Baudelaire et la poésie française (1838-1852), Paris, Aubier, 1993.
  • 14 Ross Chambers, Mélancolie et opposition. Les débuts du modernisme en France, Paris, Corti, 1987.
  • 15 Dolf Oehler, Le Spleen contre l’oubli. Juin 1848, Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Paris, Payot (...)
  • 16 Richard Burton, Baudelaire in 1859. A Study in the Sources of Poetic Creativity, Cambridge, Cambrid (...)
  • 17 Pierre Laforgue, Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830-1860), Saint-Denis, Presses un (...)

3Par ailleurs, trois grands ouvrages classiques restent d’indispensables initiations à la poétique de Baudelaire : ceux de Walter Benjamin10, de Georges Blin11 et de Jean-Pierre Richard12. Tous trois, quoique chacun avec sa visée propre, ont marqué de façon décisive la réception du poète maudit. Dans la perspective historique et dix-neuviémiste qui est la nôtre, il faut aussi mentionner l’apport essentiel de quatre chercheurs étrangers : Graham Robb13 pour le Baudelaire de la jeunesse louis-philipparde, Ross Chambers14, Dolf Oehler15 et Richard Burton16 pour la dimension politique de l’œuvre, notamment à partir de 1848 – qu’on complètera avec les analyses suggestives de Pierre Laforgue17.

  • 18 Michele Hannoosh, Baudelaire and Caricature. From the Comic to an Art of Modernity, University Park (...)
  • 19 John MacInnes, The Comical as Textual Practice in Les Fleurs du Mal, Gainesville, Uni of Florida Pr (...)
  • 20 Ainslie McLees, Baudelaire’s « Argot Plastique » : Poetic Caricature and Modernism, Athens, Univers (...)
  • 21 Judd David Hubert, L’Esthétique des « Fleurs du Mal » : essai sur l’ambiguïté poétique, Genève, Pie (...)

4C’est encore à la critique anglo-saxonne, dont la méconnaissance en France révèle, mieux que ne le ferait de longues gloses, la malédiction qui pèse sur toute réflexion se donnant pour objet le rire littéraire, qu’on doit des contributions majeures à l’étude du comique baudelairien : en particulier celles de Michèle Hannoosh18, de John MacInnes19 et d’Ainslie McLees20. Enfin, on ne saurait terminer cette vue très cavalière de la tradition critique sans mentionner l’ouvrage de Judd Hubert, assez ancien et à peu près oublié – qui pourtant, sous la notion fondamentale d’« ambiguïté », avait eu l’intuition, dès 1953, de la singulière « esthétique » des Fleurs du Mal21.

Notes

1 On a cependant déjà signalé dans le prologue les essais majeurs sur Baudelaire : voir supra, p. 25, n. 1.

2 Œuvres complètes, C. Pichois éd., t., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1975-1976.

3 Charles Baudelaire, L’Atelier de Baudelaire : « Les Fleurs du Mal ». Édition diplomatique, C. Pichois et J. Dupont éd., 4 vol., Paris, Champion, 2005.

4 Claude Pichois et Jean Ziegler, Baudelaire, Paris, Julliard, 1987.

5 Charles Baudelaire, Correspondance, C. Pichois éd., avec la collaboration de J. Siegler, 2 t., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973.

6 Walter B. Bandy et Claude Pichois, Baudelaire devant ses contemporains, Paris, Klincksieck, 1995.

7 A. E. Carter, Baudelaire et la critique française (1868-1917), Columbia, University of South Carolina Press, 1963.

8 Steve Murphy, Logiques du dernier Baudelaire. Lectures du « Spleen de Paris », Paris, Champion, 2003.

9 Steve Murphy (dir.), Lectures de Baudelaire. « Les Fleurs du Mal », Rennes, Presses uni de Rennes [voir en particulier « Au lecteur (bribes de problématiques en guise d’introduction) », p. 9-32].

10 Walter Benjamin, Charles Baudelaire, Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, Paris, Payot, 1990 (1re éd : 1979).

11 Georges Blin, Le Sadisme de Baudelaire, Paris, Corti, 1948.

12 Jean-Pierre Richard, Poésie et profondeur, Paris, Seuil, 1955.

13 Graham Robb, La Poésie de Baudelaire et la poésie française (1838-1852), Paris, Aubier, 1993.

14 Ross Chambers, Mélancolie et opposition. Les débuts du modernisme en France, Paris, Corti, 1987.

15 Dolf Oehler, Le Spleen contre l’oubli. Juin 1848, Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Paris, Payot, 1996.

16 Richard Burton, Baudelaire in 1859. A Study in the Sources of Poetic Creativity, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 ; Baudelaire and the Second Republic, Oxford, Clarendon Press, 1991.

17 Pierre Laforgue, Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830-1860), Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2001 ; Ut pictura poesis. Baudelaire, la peinture et le romantisme, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000.

18 Michele Hannoosh, Baudelaire and Caricature. From the Comic to an Art of Modernity, University Park, Pennsylvania State University Press, 1992.

19 John MacInnes, The Comical as Textual Practice in Les Fleurs du Mal, Gainesville, Uni of Florida Press, 1988.

20 Ainslie McLees, Baudelaire’s « Argot Plastique » : Poetic Caricature and Modernism, Athens, University of Georgia Press, 1989.

21 Judd David Hubert, L’Esthétique des « Fleurs du Mal » : essai sur l’ambiguïté poétique, Genève, Pierre Cailler, 1953.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search