Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le superflu

 | 
Gaïd Girard

III. Du corps humain au corps social : une économie du superflu

L’impérieuse nécessité du superflu à Bath au xviiie siècle

Annick Cossic

Texte intégral

  • 1 Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Paris, Gallimard, Le Livre de Poche, 1964, [1857], « Spleen (...)
  • 2 John Wood (il s’agit du père) indique dans An Essay towards a Description of Bath, Bath, Kingsmead (...)

1Dans son poème « L’Invitation au Voyage », Baudelaire écrivit en 1857 : « Là, tout n’est qu’ordre et beauté,/luxe, calme et volupté1. » Cette description d’un éden en partie exotique illustre, si l’on fait abstraction du « calme, » certaines des motivations secrètes ou avouées des visiteurs qui séjournèrent à Bath tout au long du dix-huitième siècle. Cette ville de marché dont les sources chaudes étaient connues depuis l’époque de la colonisation romaine se métamorphosa, en grande partie grâce à l’architecte John Wood, sous le règne des rois Georges, en cité palladienne qui tentait de réaliser en son sein la synthèse du luxe et de l’ordre2.

  • 3 Le chiffre de 3000 est un maximum obtenu par extrapolation à partir de la « Hearth Tax », comme l’i (...)
  • 4 Ces chiffres sont donnés par Suzy Halimi dans son article, « La Querelle du Luxe au xviiie siècle » (...)
  • 5 Cette évidence est confirmée par Thorstein Veblen dans son ouvrage, Théorie de la Classe de Loisir, (...)

2La transformation radicale de la cité thermale dont la population fut en un siècle multipliée par dix, passant de 3000 habitants à 300003, se produisit dans un double contexte de prospérité nationale et d’urbanisation. Le volume annuel des échanges extérieurs qui était en moyenne de 9 millions de livres au début du siècle s’éleva à 39 millions dans les années 17904 ; l’effet conjugué de victoires militaires se soldant par des traités commerciaux avantageux pour l’Angleterre comme le Traité de Methuen en 1703 et de l’expansion coloniale entraîna une surabondance de liquidités favorable au développement du loisir et de la consommation ostentatoires. L’argent, traditionnellement considéré comme le nerf de la guerre, devint en temps de paix l’aiguillon du luxe dont les manifestations furent essentiellement urbaines5.

  • 6 Les bains de Bath avaient appartenu à une confrérie de moines jusqu’à la Réforme, laquelle entraîna (...)

3Le séjour à Bath, désormais incontournable pour une fraction grandissante de la population, – faut-il rappeler que le dix-huitième siècle a été surnommé « the age of watering places » ou « siècle des villes d’eaux ? » – scella l’alliance de la thérapie et du divertissement, détrônant de la sorte le couple traditionnel thérapie et religion, puisque le médecin et le prêtre, dans bien des civilisations et souvent par le passé, n’avaient été qu’une seule et même personne6.

4Cette alliance thérapie et divertissement prit dans la première des spas anglaises la forme de noces païennes célébrant l’union du nécessaire avec le superflu. Ce dernier, qui se confond avec le luxe défini par Voltaire dans le Dictionnaire Philosophique comme « tout ce qui est au-delà du nécessaire, les superfluités dont un petit nombre d’individus seulement peuvent jouir, » devint très rapidement le moteur même de l’économie bathonienne, ce qui ne manqua pas d’avoir des conséquences sociales et morales considérables.

Les noces païennes du nécessaire et du superflu

  • 7 Voir les travaux de Roger Roll dans The Hospital of the Nation : The Story of Spa Medicine and the (...)

5Le séjour à Bath se structura très rapidement autour de deux axes principaux, la thérapie et le divertissement. Les vertus curatives des sources chaudes avaient été démontrées par un certain nombre de traités publiés au dix-septième siècle par des médecins, tel celui du docteur Venner, The Baths of Bath (1628) ou, au début du dix-huitième siècle, du docteur Thomas Guidott, qui, dans son ouvrage An Apology for the Bath (1705), tenta de prouver les vertus des bains chauds. La plupart des médecins, très souvent installés à Bath, s’efforcèrent de rendre nécessaire la cure à la fois interne et externe, jugée indispensable pour guérir ou améliorer la goutte ainsi qu’un certain nombre de maladies digestives, dermatologiques ou articulaires, de troubles de la motricité, ou de la sexualité7. L’efficacité des eaux était, en vertu d’un consensus qui ne dura que jusqu’au milieu du siècle, attribuée à la présence de soufre dans leur composition. Le malade qui se rendait à Bath nourrissait l’espoir d’une guérison quasi totale de ses maux, espoir qu’il faut rattacher au culte sacré de l’eau aux vertus purificatrices. Si le caractère nécessaire de la cure se voulait indispensable, le divertissement fut à l’origine quelque peu superflu, une « cerise sur le gâteau, » comme en témoigne la pauvreté de l’infrastructure qui lui était consacrée jusqu’à la fin du xviie siècle.

Thomas Rowlandson, « The Gourmet’s Dinner », The Comforts of Bath (1798)

  • 8 George Cheyne, An Essay on the True Nature and Due Method of Treating the Gout, 1720, p. 2-7.
  • 9 George Cheyne, An Essay of Health and Long Life, 1725, p. 29.
  • 10 Roy Porter, Bodies Politic : Disease, Death and Doctors in Britain, 1650-1900, London, Reaktion Boo (...)

6Une caricature de Rowlandson, « The Gourmet’s Dinner » qui appartient à la série ironiquement intitulée The Comforts of Bath (1798) permet de brosser un portrait-robot du curiste ici manifestement affligé de la goutte. Celle-ci peut se définir comme l’archétype de la maladie liée à l’excès ; elle devint véritablement endémique après la signature du traité de Methuen qui favorisa la consommation de porto. Le docteur Cheyne, iatrophysicien écossais qui s’installa par la suite à Bath, dans son Essay on the true Nature and due Method of Treating the Gout (1720) définit en ces termes l’origine de la goutte : « [the cause of the ] gout in the first person [lies in an ] abundance of tartarous, urinous or other salts, introduc’d into the blood by the food8 », ce qui incrimine très clairement le régime alimentaire, caractérisé par l’abondance. Cheyne persiste et signe dans un ouvrage ultérieur faisant de l’excès le principal responsable des maladies chroniques : « most chronical diseases come from repletion9 » ; il avait d’ailleurs souffert d’obésité alors qu’il vivait à Londres10 et n’avait pu retrouver une taille normale qu’à la suite d’un régime alimentaire équilibré. Le luxe est ici clairement désigné comme étant le principal coupable : « it is only the Rich, the Lazy and the Voluptuous who suffer most by the gout : (I mean acquir’d gouts and those hereditary ones enrag’d by Luxury) », il nuit à la santé dont seule une vie de tempérance est la garantie ; accusé de bien des maux, il est la principale cause de l’insomnie.

  • 11 G. Cheyne, An Essay on the true Nature, op. cit., p. 26.
  • 12 Ibid., p. 26-36.

7L’excès étant par sa nature redondant, toute la stratégie thérapeutique des méde consistera à prescrire des purges ou des émétiques visant à débarrasser l’organisme de son trop plein, de ses superfluités. Cheyne recommande le recours à des émétiques et à des purges « mercuriels » afin de fluidifier les humeurs11 et pré l’observation d’un régime qu’on ne peut pas qualifier de strictement végétarien, mais qui est essentiellement caractérisé par la tempérance12. L’eau de Bath, par son ingestion et par son absorption à travers les pores de la peau, joue le rôle d’un solvant de ces sels qui se sont fixés sur l’organisme et l’ont rendu malade.

  • 13 George Cheyne, The English Malady : or, a Treatise of Nervous Diseases of all Kinds, as Spleen, Vap (...)

8Le superflu est donc incriminé et son existence même est une des raisons d’être du séjour thermal qui, sur le plan thérapeutique, a alors pour objet de l’éliminer. Paradoxalement, les mêmes médecins qui en dénoncent les effets pervers lui reconnaissent des vertus psychologiques. Alors que par le passé, la cure se limitait à la balnéothérapie, le divertissement, qui était alors superflu, va très vite, au dix-huitième siècle, lui être intégré et devenir nécessaire. Le bal, qualifié par Veblen de « divertissement somptueux » (52), fut un des temps forts du séjour : se donnant deux fois par semaine dans les salles d’Assemblée, il obéissait à un rituel très rigide sous la responsabilité du maître de Cérémonies, en l’occurrence jusqu’au milieu du siècle, le célèbre Beau Nash qui mourut en 1761. Le faste de la salle, la beauté des toilettes, à défaut de celle des personnes dont bon nombre souffraient d’affections quelque peu invalidantes, tout contribuait à faire de l’occasion un moment inoubliable, comme en témoignent la correspondance de l’époque ou de célèbres épisodes romanesques : faut-il citer la lettre de Lydia Melford dans The Expedition of Humphry Clinker (1771) de Smollett, le récit de Roderick dans Roderick Random (1748) de Smollett également, ou celui de Catherine Morland dans Northanger Abbey (1818) de Jane Austen ? Si le bal pouvait s’avérer un exercice périlleux pour des malades souffrant de la goutte qui, souvent, en étaient réduits au rôle non moins divertissant de spectateurs, en revanche, le jeu était plus accessible aux hommes comme aux femmes : on s’y adonnait d’ailleurs de jour et de nuit. Il se développa à Bath, avec, à l’origine, la caution des médecins qui y voyaient un remède efficace à la mélancolie : Cheyne préconise l’usage de ce qu’il appelle « innocent entertaining amusement » comme antidote aux maladies nerveuses13.

9Par le biais du divertissement, la thérapie se réapproprie le superflu qui, devenant tentaculaire, va bientôt l’étouffer. En effet, en raison des retombées économiques du développement de l’axe thermal, de véritables réseaux vont se mettre en place réunissant en leur sein médecins de Londres, médecins de Bath, apothicaires et infirmiers qui, étant de mèche, se mettaient d’accord, tels des oiseaux de proie, pour dépecer le malade tant soit peu argenté. On assiste alors à une véritable dérive les conduisant à prescrire force médicaments inutiles et donc superflus, ce qui était quelque peu en contradiction avec la thèse selon laquelle les seules vertus de l’eau de Bath suffisaient à la guérison du malade. Ce déferlement de médicaments est le signe de la naissance d’une véritable « drug culture » qui assujettissait davantage le patient au prescripteur.

  • 14 John Wood, Essay, p. 259 : le Cross Bath est fréquenté par des gens de qualité qui s’y baignent par (...)
  • 15 Roy Porter & G. S. Rousseau, Gout, the Patrician Malady, New Haven & London, Yale University Press, (...)

10Le succès de la « reine des villes d’eaux » réside bien dans ce paradoxe d’un superflu rendu nécessaire. La rigueur de la cure est adoucie par la réintroduction du plaisir, du principe de plaisir dans le divertissement, mais aussi dans la thérapie, puisque l’architecte John Wood, par exemple, fait allusion à la volupté du bain14 : il paraît ici opportun de rappeler l’existence de deux mots latins, luxus qui signifie « sensualité, pompe, splendeur » et luxuria ou « excès, abondance ». Il n’y a là rien de bien surprenant, dans la mesure où le voyage à Bath est une quête de mieux-être, dont le but essentiel est la réparation du corps malade. Les autorités municipales, en l’occurrence la Corporation, vont très rapidement s’attacher à promouvoir une image « haut de gamme » de leur cité en favorisant le développement d’un commerce de luxe, répondant aux attentes d’une clientèle, dite de « qualité », au sein de laquelle, dans un premier temps, c’est-à-dire jusqu’au milieu du siècle, l’aristocratie et la gentry constituaient l’élément dominant. La goutte, dont souffraient beaucoup de visiteurs, était une maladie quasi honorifique, patricienne, que l’on pouvait fièrement arborer, parce que considérée par certains théoriciens comme héréditaire – il y eut une querelle de la goutte qui opposa les tenants de l’hérédité à ceux qui, à l’instar de William Cadogan, y voyaient uniquement une maladie acquise – et donc comme marqueur social15.

Le superflu, moteur de l’économie

  • 16 Voir l’article de Paulette Carrive, « Mandeville, le mercantilisme et le capitalisme » dans Actes d (...)
  • 17 Voir du même auteur, « La Psychiatrie de Mandeville », Science, Raison, Progrès aux xviieet xviiie (...)

11Les noces païennes du nécessaire et du superflu se déroulèrent sur fond de querelle idéologique qui secoua la nation tout entière. La théorie « mandevillienne » exposée dans un poème suivi de remarques en prose intitulé The Fable of the Bees : or, Private Vices, Publick Benefits (1714) fut violemment contestée et Mandeville dut répondre d’accusations proférées à son encontre par le Grand Jury du Middlesex ; dans cette fable où il démontre l’utilité économique du luxe et du vice, il se fait le défenseur de ce que l’on a appelé la « Jérusalem pécheresse » et rejette le modèle spartiate16, reprenant d’ailleurs à son compte la réflexion de La Fontaine dans une de ses fables, « Je ne sais d’homme nécessaire/Que celui dont le luxe épand beaucoup de bien » (Fables VIII, 19) ; Mandeville connaissait cette œuvre pour l’avoir traduite. Il n’est peut-être pas anodin qu’il fût « médecin psychiatre », auteur d’un traité sur les passions hypochondriaques et hystériques, A Treatise of the Hypochondriack and Hysterick Passions (1711)17. Dans le camp « mandevillien », l’on trouve Voltaire en France qui écrivit dans son poème Le Mondain (1736) : « J’aime le luxe et même la mollesse,/Tous les plaisirs, les arts de toute espèce./La propreté, le goût, les ornemens :/Tout honnête homme a de tels sentimens ; » il conclut d’ailleurs, « le paradis terrestre est où je suis ».

  • 18 Emma Renaud fait allusion au « style de vie dissolu » et à « l’extravagance de la Cour de Charles I (...)
  • 19 Les effets nocifs de la criminalité se firent également sentir à Bath : voir article d’Annick Cossi (...)
  • 20 L’expression fut utilisée par Charles Wesley : voir Robert Southey, The Life of Wesley and the Rise (...)

12En revanche, dans le camp des détracteurs du luxe qui, banni lors de la période républicaine (1650-1659), avait été réhabilité à la Restauration18, se rassemblent ceux qui, comme Sir John Fielding, tentent d’endiguer une criminalité en forte augmentation dont ils rendent le luxe en partie responsable19, – parmi les maux qu’il juge être à l’origine de la criminalité, Sir John Fielding place le luxe en première position, devant l’alcoolisme et le jeu – et, plus généralement, les partisans d’une frugalité « horacienne » qui regardent avec nostalgie vers un idéal de vertu antique : je n’en citerai que quelques-uns, Pope dans The Epistle to Bathurst (Epistle III. To Allen, Lord Bathurst : Of the Use of Riches, 1732) où l’or est condamné sans appel : « Trade it may help, society extend ;/But lures the Pyrate, and corrupts the Friend » (23), ou encore Thomson dans Spring (1728) des Seasons ainsi qu’Anstey dans The New Bath Guide (1766) ou dans Speculation (1780) plaident en faveur d’une société plus morale ; ce débat éthique eut une résonance religieuse puisque les Méthodistes tentèrent de s’implanter à Bath qu’ils surnommaient « quartier général de Satan », ou « Satan’s headquarters20 ». Cette nostalgie de la Rome antique et républicaine est caractéristique de ce qui est communément appelé « the civic humanist position », position établissant un lien nécessaire entre la liberté politique et la propriété foncière, elle-même considérée comme étant à l’origine du pouvoir économique du citoyen vertueux. Au propriétaire indépendant sont opposés le rentier et le spéculateur véreux.

13Si le superflu doit s’afficher tout autant que procurer du plaisir à celui qui en jouit, étant essentiellement du domaine du paraître – Diderot indique dans l’Encyclopédie, « [il faut] paraître riche, sans un immense superflu, chaque condition se croit misérable » (article Luxe) – il est normal qu’à Bath il ait permis un véritable boom du commerce de détail ainsi que de la décoration intérieure et extérieure. Il est par essence théâtral, or toute l’architecture bathonienne avec pour réalisations phares Queen Square (1728-1736) ou le Circus (1754), les North and South Parades (1740 et 1743) ou encore le Royal Crescent (1767-1775) tend à sociabiliser les êtres de façon harmonieuse, d’où l’importance des lieux de rencontre comme les Parades ou les jardins publics comme les Spring Gardens, mais aussi comme les Assembly Rooms. S’il faut donc déambuler et se faire voir, il faut être bien mis et accomplir un certain nombre de rites en matière vestimentaire : Mandeville, dans sa Remarque M, fait observer, « […] in great commercial cities […] people gain public esteem by their clothes and other accoutrements of wealth, not as what they are, but what they appear to be ».

  • 21 J. Wood, Essay, op. cit., p. 419.
  • 22 Ibid., p. 436.
  • 23 Ibid.

14Bath, en ce domaine, « surfa » en quelque sorte sur une tradition bien établie : ville de marché pendant de nombreux siècles, l’industrie textile avait été longtemps sa principale source de revenu et avait favorisé l’installation d’artisans spécialisés dans la confection dont certains étaient regroupés en « companies of artificers21 » : tailleurs, chausseurs, chapeliers, couturières, corsetiers et modistes qui travaillaient sur commande ou réalisaient des articles de prêt à porter. La richesse de la passementerie témoigne du caractère superflu de certains vête : c’est ainsi que le commerce de la dentelle connut un essor considérable et la dentelle de Bath ou « Bath lace » devint célèbre dans tout le Royaume ; le terme est cependant impropre, car elle n’était pas fabriquée à Bath, où elle était commercialisée22. Les motifs étaient conçus localement, mais la fabrication se faisait essentiellement dans quatre villes du comté voisin du Devon. Wood montre clairement l’interdépendance des différentes branches de l’industrie de l’habillement : « By this lace the milliners business is not a little enhanced ; suits of wedding cloaths for the ladies being constantly making in the shops of the city ; and matrons themselves preferring those shops to the shops of almost any other place for their head attire23. »

Occupation des habitants de Bath au xviiie siècle

Occupation des habitants de Bath au xviiie siècle

Source : Bath Corporation, d’après Sylvia McIntyre, « Bath : the rise of a resort town, 1600-1800 », Country Towns in Pre-Industrial England, Peter Clark (ed.), Leicester, Leicester University Press, 1981.

Source : R. Cruttwell, The Stranger’s Assistant and Guide to Bath, 1773 ; The New Bath Guide, 1790, 1800, dans Sylvia McIntyre, op. cit.,p. 216.

  • 24 Josiah Wedgwood, The Selected Letters of Josiah Wedgwood, A. Finer and G. Savage (ed.), London, Cor (...)

15L’archétype même de l’objet superflu à Bath fut sans nul doute le colifichet ou « toy » vendu dans des « toy shops » définies comme étant des « fancy gift shops » ou boutiques de souvenirs. La vente de ces colifichets était d’ailleurs souvent associée à celle des bijoux ou de la porcelaine ; s’il faut en croire le célèbre potier Josiah Wedgwood, ces boutiques étaient plus impressionnantes par leur richesse et leur originalité que celles de Londres24. Les publicités parues dans les journaux permettent de se faire une idée précise de la nature et de la variété des articles en vente : ainsi, dans une de ces toy shops, « Moore’s Universal Toy Shop » située au cœur de Bath, dans Orange Grove, l’on vendait des éventails, des petites boîtes, des peignes, des ciseaux ou du parfum.

  • 25 C’est ainsi que dans les Penrose Letters, le révérend Penrose écrit à propos de Mrs Penrose et de s (...)

16Les deux autres axes principaux du commerce ou de l’artisanat de luxe, qui ne seront pas étudiés ici mais qui doivent être mentionnés, furent la décoration intérieure – souvent très riche – des nouvelles constructions dont la fonction première était résidentielle et les boutiques d’alimentation spécialisées dans ce que Veblen appelle joliment, les « superfluités de bouche » (49) : les visiteurs sont unanimes dans leur éloge de l’abondance et de la qualité des denrées alimentaires qui leur étaient proposées25.

  • 26 Il convient cependant de rester prudent, car ces statistiques ne sont pas fiables à 100 %, certains (...)
  • 27 Ces renseignements sont tirés d’un dossier de la Bath Central Library intitulé : « Evill Family, Si (...)

17L’examen d’un tableau récapitulatif indiquant la répartition des habitants par secteur d’activité entre 1706 et 1790 permet de tirer un certain nombre de conclusions. Il apparaît donc que le nombre de personnes travaillant dans le secteur de l’habillement et de la chaussure, majoritaire au début du siècle, fut par la suite en diminution constante, avec une petite amélioration en 1790, tandis que le secteur du bâtiment fut en progression jusqu’en 1770 avant de connaître une forte baisse ; le nombre des travailleurs du secteur artisanal fut, dans la seconde moitié du siècle, en augmentation, celui des travailleurs du secteur alimentaire, après avoir connu une petite baisse, fut en progression spectaculaire de même que le nombre de ceux travaillant dans le secteur libéral, c’est-à-dire essentiellement médical, ceci expliquant peut-être cela. Ces statistiques ont été établies à partir des archives de la Bath Corporation. Le Bailey’s Bath Directory de 1784 permet de chiffrer le nombre de commerces spécialisés dans les produits de luxe : l’on trouve 39 personnes propriétaires d’une boutique de confection, 3 bijoutiers-horlogers, 1 propriétaire d’une « toy shop, » 3 orfèvres, 1 parfumeur, 6 tapissiers, 1 ébéniste, 32 commerçants et artisans travaillant dans l’alimentation (il est impossible de distinguer entre fabricants et commerçants). Les données de 1800 obtenues à partir du Robbin’s Bath Directory montrent une progression du nombre de toy shops (9), de bijouteries (5) et d’horlogeries (14), d’orfèvres (9) de parfumeurs (8) et d’ébénistes (7), ce qui tendrait à démontrer que les commerces de luxe sont en augmentation26. Il serait intéressant d’examiner l’expansion de l’un de ces commerces, mais l’on dispose de peu de chiffres, sauf pour une famille d’orfèvres, la famille Evill, qui, après avoir diversifié ses activités, ne quitta Bath pour Londres qu’en 1834 : les marchandises vendues dans leur magasin provenaient des ateliers de Londres, Birmingham et Sheffield27.

  • 28 Voir l’étude d’Annick Cossic dans Bath auxviiiesiècle : les fastes d’une cité palladienne, Rennes, (...)

18Plus généralement, un certain nombre de conditions furent réunies sur place qui permirent la prospérité de ces commerces de luxe : l’implantation de banques locales – la première fut fondée en 1768 et cinq autres s’installèrent à Bath entre 1775 et 1790 –, la beauté des boutiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et le rôle non négligeable de la publicité faite dans les journaux28, par le bouche à oreille et grâce, pour un petit nombre de commerçants, au parrainage de la famille royale : c’est ainsi que certains pouvaient s’honorer du titre de « Her Royal Highness’s Silk-Mercer in Bath » et utiliser les armoiries de la famille royale ; ce fut en particulier le cas de William Evill précédemment nommé.

Les implications sociologiques du culte du superflu

19« Bath [was] a valley of pleasure, yet a sink of iniquity » : c’est en ces termes que Ned Ward définissait la ville, dès le début du siècle, dans un récit de voyage de 1700 intitulé A Step to the Bath. With a Character of the Place. La valeur emblématique du superflu ne pouvait que favoriser le développement de la consommation et du loisir ostentatoires.

  • 29 Roland Barthes, Système de la Mode, Paris, Le Seuil, 1967, p. 282.

20L’étude des comportements des visiteurs, grâce à la lecture de l’abondante correspondance qu’ils nous ont laissée, des œuvres satiriques comme The New Bath Guide d’Anstey (1766) ou The Expedition of Humphry Clinker de Smollett (1771) qui présentent un miroir déformé de la réalité, des journaux, ou grâce à l’examen des caricatures de Rowlandson en particulier, démontre la mise en place d’une nouvelle société, dite « commercial society », orientée vers la consommation d’objets symboliques, parce que participant activement à la construction d’une image valorisante de soi-même. L’achat change de nature pour un nombre croissant de Britanniques : il n’est plus dicté par la nécessité, mais par le plaisir. Si le shopping occupe une place de plus en plus importante dans l’emploi du temps du curiste et de ses accompagnateurs, c’est que, comme l’indique Roland Barthes, il procure « la joie d’une suractivité parfaitement oisive29 ».

  • 30 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 56.
  • 31 Ibid., p. 57.
  • 32 Elizabeth Kowaleski-Wallace, Consuming Subjects : Women, Shopping, and Business in the Eighteenth C (...)

21La femme se retrouve ici en position de supériorité en raison de la consub qui l’unit au superflu : « consommatrice rituelle des biens que le mari produit30 » ou, d’ailleurs, s’il appartient à l’aristocratie, ne produit pas mais dont il jouit, elle est, en elle-même, signe extérieur de richesse et, en raison de sa fonction de représentation, se doit de consommer sans modération des articles de luxe. Cette tâche lui est ici dévolue, « déléguée31 » selon les termes de Veblen, soit parce que son mari est absent, soit parce qu’elle l’accompagne alors qu’une crise de goutte le cloue à l’intérieur. Quelle qu’en soit la raison, elle échappe partiellement à son contrôle ou à celui du père ou du frère ; il y a donc « consommation par personne interposée, » sans que cela entraîne une perte de l’autorité masculine. La frivolité féminine s’épanouit donc à Bath32, mais il serait injuste de ne pas mentionner la frivolité masculine, puisque les hommes passaient un temps considérable à leur toilette, deux heures en moyenne par jour et faisaient également des emplettes, en particulier d’ordre alimentaire, comme en témoigne la caricature de Rowlandson, « The Fish Market » tirée de The Comforts of Bath (1798).

Thomas Rowlandson, « The Fish Market », The Comforts of Bath, 1798

  • 33 Bernard Mandeville, The Fable of the Bees, London, Penguin, 1970, [1714], p. 209.

22Le culte du superflu, s’il était ainsi dans bien des cas « délégué » à la femme qui n’en avait pas l’exclusivité, – Voltaire fait référence au « mondain » et non à la mondaine – avait pour conséquence inéluctable d’en exclure le plus grand nombre ; le superflu est par nature élitiste : trop répandu, il s’apparente au nécessaire et devient horriblement banal. Mandeville, en bon mercantiliste, reconnaît la nécessité de la pauvreté : les pauvres doivent avoir de l’argent en quantité modé, suffisamment pour ne pas mourir de faim, insuffisamment pour avoir des raisons de travailler. La répartition des tâches est ainsi clairement indiquée : aux riches la consommation et le loisir ostentatoires, aux pauvres la fabrication des objets nécessaires et superflus. Avec beaucoup de mercantilistes, Mandeville considère que les pauvres sont le terreau qui permet la richesse des nations : « The quantity of circulating coin in a country ought always to be proportion’d to the number of hands that are employ’d ; and the wages of labourers to the price of provisions. From whence it is demonstrable, that whatever procures plenty makes labourers cheap, where the poor are well managed ; who as they ought to be kept from starving, so they should receive nothing worth saving33. »

  • 34 E. Gibbon, Histoire du Déclin et de la Chute de l’Empire Romain, éd. abrégée et présentée par D. M. (...)
  • 35 Voir article d’Annick Cossic, « L’Utopie Palladienne à l’Épreuve du Crime », Les Cahiers du Ceima, (...)

23Si Mandeville se fait l’apôtre du luxe et de l’inégalité, Charles Hall, médecin du Devon, en dénonce les effets pervers dans The Effects of Civilization (1805), y voyant la cause de la dégradation des conditions de vie des pauvres. Ceux-ci étaient attirés à Bath par la nécessité de trouver un emploi ; beaucoup travaillaient comme modistes, domestiques, coursiers ou guides des baigneurs, porteurs de chaises, ouvriers du bâtiment. Tous ces petits métiers démontrent l’existence d’un « trickledown effect », corroborant la thèse de Mandeville selon laquelle les pauvres vivaient mieux que les riches auparavant : « the very poor/Lived better than the rich before » (68), ainsi que celle d’Edward Gibbon, dans The History of the Decline and Fall of the Roman Empire (vol. I, 1776), pour qui le luxe est un correcteur des inégalités34. Cependant, beaucoup de ces emplois étaient précaires, saisonniers, et, pour les plus pauvres des femmes, le spectre de la prostitution n’était guère éloigné. Le luxe attirait également à Bath toute une nuée de criminels dont le plus célèbre fut John Poulter35, receleurs, bandits de grand chemin, vagabonds. La malhonnêteté prenait des formes parfois plus subtiles, et une piètre redistribution des revenus s’opérait bien souvent de la bourse du maître vers celle du domestique, comme en témoigne un pamphlet anonyme intitulé The Art of Thriving at Bath : Or, A Display of Poundage (après 1737) qui dénonce les pratiques frauduleuses des com : ceux-ci versaient très souvent une commission occulte aux domestiques en falsifiant la note, pratique dite du « double poundage ».

  • 36 L’effet Veblen est un effet de snobisme : les prix montant, la demande augmente également.

24Dans un tel contexte, les prix ne cessaient de monter, selon un effet connu des économistes sous le nom d’« effet Veblen36 », ce qui, dans Humphry Clinker, est noté avec humour par Matt Bramble qui constate que bien des familles issues de la gentry ne peuvent plus se permettre de vivre à Bath et se verront forcées d’émigrer de plus en plus loin, au-delà des frontières du pays. Le caractère inégalitaire de cette société se refléta dans l’importance grandissante accordée à la « bonne adresse », ce qui impliqua une transcription topographique des inégalités sociales. La bonne adresse pouvait changer avec le temps, comme cela se produisit à Avon Street, à l’origine destinée à être une rue résidentielle, mais qui devint rapidement le cœur du quartier populaire et industriel (où se trouvaient les brasseries, les fabriques de verre, de savon, ou les ferronneries) qui devait être caché aux visiteurs, lesquels cherchaient de plus en plus à jouir d’un beau point de vue, comme celui offert par le Royal Crescent : « the higher you go, the dearer » s’exclama Lady Nelson en 1797.

  • 37 L’on trouve ici une application des idées de Goldsmith dans The Citizen of the World ; Or Letters f (...)
  • 38 Voir Philip Ayres, Classical Culture and the Idea of Rome in Eighteenth-Century England, Cambridge, (...)

25Si le culte du superflu peut être accusé de creuser le fossé séparant les riches des pauvres et d’accentuer les inégalités, les acteurs de son développement à Bath cherchèrent pourtant d’abord et avant tout à promouvoir l’avènement d’une société harmonieuse37. L’on ne prendra ici comme exemple que l’œuvre de l’architecte John Wood qui explicita ses intentions dans son Essay towards a Description of Bath (1765) ; son plan de développement de la cité avait pour objectif principal d’en faire un lieu de rencontre et de vie de citoyens vertueux vivant en bonne harmonie sociale. Je n’insisterai pas sur ses principaux chefs-d’œuvre, mais ferai simplement observer que Queen Square comme le King’s Circusont une fonction à la fois résidentielle et de rassemblement ; le cercle du Circus pouvant s’interpréter comme un symbole de perfection, tandis que l’association des trois ordres dorique, ionique et corinthien est un rappel de la trinité chrétienne. Wood en permettant aux « classes bourgeoises supérieures » d’accéder au luxe jusque-là réservé aux palais princiers rapproche les « middling orders » de l’aristocratie, rapprochement rendu possible par la taille de la ville, plus petite que Londres, et sa fonction première de cité thermale où le séjour des visiteurs ne peut qu’être limité dans le temps, ce qui ôte tout caractère irréversible à la cohabitation de groupes sociaux initialement différents. Dans sa vision de la cité, Wood tente de briser l’alliance traditionnelle campagne-vertu et de la remplacer par celle moderne, malgré des références à la cité antique, de ville et de vertu, ce qui s’apparente à une réhabilitation du citoyen38.

  • 39 The Art of Thriving at Bath, p. 3-7.
  • 40 Le révérend Penrose se plaint d’un va-et-vient incessant de visiteurs (27).

26Une fois édifié le théâtre de l’harmonie sociale, il restait à codifier les rapports sociaux en les rendant plus fluides. Le superflu joua le rôle d’un catalyseur, la rigueur de la nécessité étant alors supplantée par la douceur, que d’aucuns appelèrent mollesse, du raffinement : « Luxury and effeminacy supplanted the honest blunt roughness of the old English39. » Cette fluidification des rapports sociaux fut orchestrée par Beau Nash, auteur d’un code de conduite dont les règles étaient affichées dans la Pump Room, ou Buvette. Celles-ci proscrivaient le port du tablier, jugé trop négligé, des bottes et la pratique du duel. À la violence de l’action de l’ancien code chevaleresque est substitué le raffinement de la toilette, du verbe, de la conversation, des visites de politesse, à l’arrivée et au départ des visiteurs, ainsi qu’au cours du séjour, les « tea visits » se multipliant40.

  • 41 B. Mandeville, The Fable of the Bees, op. cit., p. 137.
  • 42 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 62.
  • 43 Ibid., p. 56.
  • 44 Le nombre de visiteurs qui était de 400 en 1760 passa à 4300 en 1794. Les personnes dites de « qual (...)
  • 45 Voir Halimi p. 41 qui souligne le lien entre les arts mécaniques et les arts libéraux.
  • 46 Voir l’analyse que fait Veblen de la bienveillance, Veblen, p. 34.
  • 47 Trevor Fawcett, Bath Georgian Warehouses (« Pamphlet for the Museum of Costume »), p. 37.

27On assiste donc à un indéniable embourgeoisement de la société, annonciateur de la société victorienne. Le superflu permet de dépasser la dichotomie noble – ignoble que l’on retrouve dans l’opposition travail – loisir ; en effet, la mobilité de la frontière séparant le nécessaire du superflu favorise la mobilité sociale. Mandeville avait d’ailleurs noté au début du siècle : « […] If once we depart from calling every thing luxury that is not absolutely necessary to keep a man alive, […] then there is no luxury at all ; for if the wants of men are innumerable, then what ought to supply them has no bounds ; what is call’d superfluous to some degree of people will be thought requisite to those of higher quality41. » Le superflu se démocratise, perd de son caractère aristocratique, alors qu’il a été défini, par Veblen en particulier, comme étant à l’opposé de « l’instinct artisan42 ». La notion de « quality43 » englobait à l’origine un nombre restreint de personnes, à savoir, les membres de la gentry et de l’aristocratie ; mais au cours du siècle, la fréquentation de Bath augmentant considérablement44, les « middling orders », après les avoir imités selon le principe d’un mimétisme social, finirent par les supplanter. Si l’art peut être considéré comme l’avatar le plus sophistiqué du superflu45, il n’est pas innocent de constater qu’à Bath il occupa une place importante dans la vie sociale et que ses nouveaux mécènes ne furent pas issus de l’aristocratie, mais de la bourgeoisie industrielle et commerçante, à l’instar de Ralph Allen, archétype du mécène bourgeois qui, dans sa villa de Prior Park, recevait des artistes aussi célèbres que Pope et à qui fut accolé l’épithète de « benevolent man », la bienveillance étant une qualité éminemment significative de ce nouveau climat, certes utopique, d’harmonie sociale46. La démocratisation du superflu se refléta également dans l’apparition d’entrepôts ou « ware-houses » dont le stock provenait des ateliers de Spitalfields près de Londres ; les prix pratiqués y étaient notablement plus bas, car les marchandises y étaient vendues à prix coûtant. L’objet superflu, comme la dentelle, y occupait une place de choix, mais l’aspect dépouillé de l’infrastructure permettait de rendre la mode accessible à un plus grand nombre d’acheteurs47.

  • 48 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 62.
  • 49 E. J. Hundert (ed.), The Fable of the Bees and Other Writings, by Bernard Mandeville, Indianapolis, (...)

28L’introduction du superflu au cœur même d’une nécessaire thérapie changea radicalement l’orientation économique de la ville de Bath et rendit caduque le dicton selon lequel, « the people of Bath earn their bread by their water ». La nécessité thermale fut ainsi remplacée par une débauche de superfluités de toutes sortes, débauche, à la Restauration, réservée essentiellement à l’aristocratie, mais qui désormais affectait une proportion grandissante, toutefois encore minoritaire, de la population. Le culte hédoniste du superflu s’inscrivait dans un contexte de quête du bonheur, de recherche du plaisir des sens à laquelle n’échappaient pas les représentants officiels de l’Église anglicane et a fortiori leurs fidèles. La remarque de Veblen qui, décrivant la société de loisir, fait observer que « l’estime va aux dissipations48 » s’applique parfaitement à la société bathonienne qui fit de la ville le royaume de la tentation, y compris amoureuse, puisque Bath fut aussi un marché du mariage et autres liaisons dangereuses. Cette modernité commerciale rendit caduque la nostalgie d’une vertu antique ainsi que « l’aura du saint chrétien ou du preux guerrier49 ». Le culte païen de l’excès, même s’il était contenu par une utopie palladienne mettant l’accent sur l’harmonie et la fluidité des rapports sociaux et combattu par le prosélytisme du méthodisme, ne tarda pas à conduire à des dérives inégalitaires qui, à la fin du siècle et avec en toile de fond les révolutions française et américaine, se traduisirent par une radicalisation des mouve protestataires entraînant à leur tour une répression sans pitié, appelée « Bath’s reign of Terror » ; cette dernière souligne avec force les limites du pouvoir de socialisation du superflu qui ne pouvait véritablement s’épanouir que dans un cadre urbain.

Notes

1 Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Paris, Gallimard, Le Livre de Poche, 1964, [1857], « Spleen et Idéal », LIII, 66.

2 John Wood (il s’agit du père) indique dans An Essay towards a Description of Bath, Bath, Kingsmead Reprints, 1969, [1765], p. 347, qu’il voulut faire de Queen Square, commencé en 1728, l’une de ses toutes premières réalisations, un endroit bien ordonné ou « well-regulated place ».

3 Le chiffre de 3000 est un maximum obtenu par extrapolation à partir de la « Hearth Tax », comme l’indique Sylvia McIntyre dans « Bath : the rise of a resort town, 1660-1800 », Country Towns in Pre-Industrial England, Peter Clark (ed.), Leicester, Leicester University Press, 1981, p. 203.

4 Ces chiffres sont donnés par Suzy Halimi dans son article, « La Querelle du Luxe au xviiie siècle », Élégance et Raffinement en Angleterre auxviiiesiècle, Trema, 1980, p. 29.

5 Cette évidence est confirmée par Thorstein Veblen dans son ouvrage, Théorie de la Classe de Loisir, Paris, Gallimard, 1970, [1899], p. 59 : « La consommation ostentatoire prend une plus large part du revenu en milieu urbain qu’en milieu rural, et la requiert plus impérieusement. »

6 Les bains de Bath avaient appartenu à une confrérie de moines jusqu’à la Réforme, laquelle entraîna la dissolution des monastères qui rompit ainsi l’alliance sacrée religion – thérapie.

7 Voir les travaux de Roger Roll dans The Hospital of the Nation : The Story of Spa Medicine and the Mineral Water Hospital at Bath, Bath, Bird Publications, 1988, p. 76. Roger Roll, à partir de statistique, tente de déterminer le taux de réussite du traitement thermal et l’efficacité des eaux.

8 George Cheyne, An Essay on the True Nature and Due Method of Treating the Gout, 1720, p. 2-7.

9 George Cheyne, An Essay of Health and Long Life, 1725, p. 29.

10 Roy Porter, Bodies Politic : Disease, Death and Doctors in Britain, 1650-1900, London, Reaktion Books, 2001, p. 84.

11 G. Cheyne, An Essay on the true Nature, op. cit., p. 26.

12 Ibid., p. 26-36.

13 George Cheyne, The English Malady : or, a Treatise of Nervous Diseases of all Kinds, as Spleen, Vapours, Lowness of Spirits, Hypochondriacal, and Hysterical Distempers, etc., 1733, p. 181. Voir aussi The New Bath Guide or Useful Pocket Companion, 1766 et le poème qui y était inséré, « An Easy Cure ; or a Prescription for an Invalid when at Bath. »

14 John Wood, Essay, p. 259 : le Cross Bath est fréquenté par des gens de qualité qui s’y baignent par plaisir ainsi que dans le Queen’s Bath.

15 Roy Porter & G. S. Rousseau, Gout, the Patrician Malady, New Haven & London, Yale University Press, 1998. Voir également, William Cadogan, Dissertation on the Gout, 1771.

16 Voir l’article de Paulette Carrive, « Mandeville, le mercantilisme et le capitalisme » dans Actes du Colloque Tenu à Paris les 24 et 25 octobre 1980 : Argent et Valeurs dans le Monde Anglo-Américain auxxviieetxviiiesiècles, Paris, Société d’Études Anglo-Américaines des xviie et xviiie siècles, 1980), p. 117.

17 Voir du même auteur, « La Psychiatrie de Mandeville », Science, Raison, Progrès aux xviieet xviiie siècles dans le Monde Anglo-Américain, Paris, Publications du Conseil Scientifique de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1977, p. 87-99. Mandeville fut psychiatre de formation, comme d’autres économistes tels William Petty ou Quesnay.

18 Emma Renaud fait allusion au « style de vie dissolu » et à « l’extravagance de la Cour de Charles II », L’Angleterre au xviie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 46.

19 Les effets nocifs de la criminalité se firent également sentir à Bath : voir article d’Annick Cossic « L’utopie palladienne à l’épreuve du crime », Les Cahiers du Ceima n° 2, juin 2003, p. 19-34. Sir John Fielding est l’auteur d’une enquête sur l’augmentation du nombre de voleurs intitulée, An Inquiry into the Causes of the Late Increase of Robbers, 1751, Ed. Thomas Roscoe.

20 L’expression fut utilisée par Charles Wesley : voir Robert Southey, The Life of Wesley and the Rise and Progress of Methodism, Oxford, OUP, 1925, 1, p. 324.

21 J. Wood, Essay, op. cit., p. 419.

22 Ibid., p. 436.

23 Ibid.

24 Josiah Wedgwood, The Selected Letters of Josiah Wedgwood, A. Finer and G. Savage (ed.), London, Cory, Adams & Mackay, 1965, « Josiah Wedgwood to Thomas Bentley », Bath 6 June 1772.

25 C’est ainsi que dans les Penrose Letters, le révérend Penrose écrit à propos de Mrs Penrose et de sa fille : « they are charmed with the plenty of, and the richness of the provisions » : John Penrose, Letters from Bath 1766-1767, Brigitte Mitchell & Hubert Penrose (ed.), Gloucester, Sutton, 1983, p. 73.

26 Il convient cependant de rester prudent, car ces statistiques ne sont pas fiables à 100 %, certains commerçants n’ayant peut-être pas été répertoriés dans le Bath Directory de Bailey de 1784.

27 Ces renseignements sont tirés d’un dossier de la Bath Central Library intitulé : « Evill Family, Silversmiths, Clippings File » (Local Index).

28 Voir l’étude d’Annick Cossic dans Bath auxviiiesiècle : les fastes d’une cité palladienne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 112. Deux banques bathoniennes firent faillite lors du krach de 1793.

29 Roland Barthes, Système de la Mode, Paris, Le Seuil, 1967, p. 282.

30 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 56.

31 Ibid., p. 57.

32 Elizabeth Kowaleski-Wallace, Consuming Subjects : Women, Shopping, and Business in the Eighteenth Century, New York, Columbia University Press, 1997, passim : l’auteur y analyse l’intériorisation du rituel de l’achat.

33 Bernard Mandeville, The Fable of the Bees, London, Penguin, 1970, [1714], p. 209.

34 E. Gibbon, Histoire du Déclin et de la Chute de l’Empire Romain, éd. abrégée et présentée par D. M. Low, Paris, Robert Laffont, Le Club français du Livre, 1970, [1776], p. 35 : « […] dans l’état actuel et imparfait de la société, le luxe, quoique né du vice et de la folie, paraît être le seul moyen capable de corriger la distribution inégale de la propriété. »

35 Voir article d’Annick Cossic, « L’Utopie Palladienne à l’Épreuve du Crime », Les Cahiers du Ceima, n° 2, 2003, p. 19-34.

36 L’effet Veblen est un effet de snobisme : les prix montant, la demande augmente également.

37 L’on trouve ici une application des idées de Goldsmith dans The Citizen of the World ; Or Letters from a Chinese Philosopher Residing in London to his Friends in the East (1760-1761), 1762, pour qui le « luxe rend les rapports sociaux plus harmonieux ».

38 Voir Philip Ayres, Classical Culture and the Idea of Rome in Eighteenth-Century England, Cambridge, CUP, 1997, p. 115 : « The English neo-Palladians saw themselves working within the tradition of Vitruvius and hence within the Classical tradition. »

39 The Art of Thriving at Bath, p. 3-7.

40 Le révérend Penrose se plaint d’un va-et-vient incessant de visiteurs (27).

41 B. Mandeville, The Fable of the Bees, op. cit., p. 137.

42 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 62.

43 Ibid., p. 56.

44 Le nombre de visiteurs qui était de 400 en 1760 passa à 4300 en 1794. Les personnes dites de « qualité » étaient au nombre de 148 en 1765 : ces chiffres sont donnés par R. S. Neale dans son ouvrage, Bath 1680-1850 : A Social History or a Valley of Pleasure, yet a Sink of Iniquity, London, Routledge & Kegan Paul, 1981, p. 41.

45 Voir Halimi p. 41 qui souligne le lien entre les arts mécaniques et les arts libéraux.

46 Voir l’analyse que fait Veblen de la bienveillance, Veblen, p. 34.

47 Trevor Fawcett, Bath Georgian Warehouses (« Pamphlet for the Museum of Costume »), p. 37.

48 T. Veblen, Théorie de la Classe de Loisir, op. cit., p. 62.

49 E. J. Hundert (ed.), The Fable of the Bees and Other Writings, by Bernard Mandeville, Indianapolis, Hackett Publishing Company Inc., 1997, [1714], p. XXII.

Table des illustrations

Légende Thomas Rowlandson, « The Gourmet’s Dinner », The Comforts of Bath (1798)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Occupation des habitants de Bath au xviiie siècle
Légende Source : Bath Corporation, d’après Sylvia McIntyre, « Bath : the rise of a resort town, 1600-1800 », Country Towns in Pre-Industrial England, Peter Clark (ed.), Leicester, Leicester University Press, 1981.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Source : R. Cruttwell, The Stranger’s Assistant and Guide to Bath, 1773 ; The New Bath Guide, 1790, 1800, dans Sylvia McIntyre, op. cit.,p. 216.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Thomas Rowlandson, « The Fish Market », The Comforts of Bath, 1798
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 803k

Auteur

Université de Bretagne Occidentale – Brest

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540