Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge des romantiques

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

2. Le Moyen Âge personnifié

Jeanne d’Arc

Texte intégral

1Malgré les nombreuses informations historiques dont on dispose à son sujet, Jeanne d’Arc reste un personnage médiéval atypique et mystérieux. En effet, si son action est bien connue grâce aux comptes rendus de ses deux procès, celle-ci reste difficilement compréhensible. Comment expliquer qu’une jeune paysanne de Domrémy, ne sachant ni lire ni écrire, parvienne à prendre la tête d’une armée, à faire lever le siège d’Orléans et à permettre le sacre du roi Charles VII à Reims ? De plus, les tentatives d’explications rationnelles se heurtent au problème des « voix » entendues par Jeanne, par lesquelles Dieu lui aurait ordonné d’aller combattre les Anglais et de délivrer la France. Aux commencements de son action, elle se heurte à l’hostilité générale, la plupart de ses proches la tenant pour l’une de ces illuminées plus ou moins simulatrices, qui peuplent l’univers du xve siècle. Son obstination à accomplir sa mission et ses succès militaires transforment le regard que l’on porte sur elle ; les Français croient à son inspiration divine, tandis que les Anglais dénoncent son prétendu pacte diabolique, cherchant ainsi à discréditer Charles VII, dont les victoires seraient souillées par une telle alliance. Mais les défaites qui suivent le sacre du roi jettent le doute sur la légitimité de Jeanne : arrêtée, elle est livrée aux Anglais qui laissent au tribunal ecclésiastique le soin de la faire condamner. Un procès est ainsi intenté à Jeanne, procès conduit, sous l’égide des Anglais, par l’Inquisition : elle est accusée de sorcellerie et d’hérésie. Les « voix » sont au cœur de l’accusation ; elles apparaissent comme un mensonge ou, pire, comme une manifestation diabolique. En outre, Jeanne porte des vêtements d’homme et refuse de se soumettre à l’Église militante, prétendant n’obéir qu’aux ordres directs du Seigneur. Après la gloire vient donc le temps de la souffrance et du martyre : Jeanne, hérétique et relapse, est brûlée à Rouen le 30 mai 1431. Alors qu’au temps de ses victoires, nombreux semblaient ceux qui la considéraient comme inspirée par le ciel, la fin de sa vie est surtout marquée par l’abandon. Pourtant, en 1456, un nouveau procès établit l’innocence de Jeanne et annule la sentence qui l’a conduite au bûcher.

  • 1 On pense bien sûr à La Pucelle d’Orléans de Voltaire (1755).

2Après sa mort, elle demeure dans les mémoires et joue un rôle plus ou moins important selon les époques. La monarchie l’utilise pour mettre en évidence la préférence divine pour la France dans le conflit qui l’oppose aux Anglais. Jusqu’au début du xixe siècle, Jeanne tombe quelque peu dans l’oubli, ou si l’on s’y intéresse, c’est pour la ridiculiser1. Le caractère inspiré et merveilleux de son entreprise rencontre le scepticisme des siècles classiques, et surtout des esprits rationnels du xviiie siècle. C’est avec le romantisme qu’on assiste à un regain d’intérêt pour ce personnage, qui semble cristalliser un certain nombre d’éléments au centre des préoccupations de l’époque.

1. Une redécouverte romantique

1.1. Un sujet privilégié

  • 2 I. Rakner, Joan of Arc in History, Legend and Literature, Oslo, Bergen, Tromsö, Universitetsforlag (...)
  • 3 Jeanne d’Arc sera publiée à part en 1853, ce qui témoigne du succès particulier que connaît cette (...)

3La fin du xviiie siècle et le début du xixe sont marqués par une abondante production d’œuvres littéraires centrées sur le personnage de Jeanne d’Arc. Paradoxalement, le premier à constituer Jeanne en héroïne positive est un Anglais, Southey, dans son poème épique Joan of Arc (1796). On ne peut s’empêcher de voir une forme de provocation dans cette glorification d’un personnage célèbre par son combat contre les Anglais, et que ceux-ci tenaient jusqu’alors pour une folle ou pour une sorcière, incarnation suprême de l’ennemi héréditaire, la France. À sa suite, l’Irlandais John Burk publie un drame, Joan D’Arc (1798), emblème de son aversion d’Irlandais pour l’oppression anglaise. À cette époque, la France semble d’ailleurs se désintéresser de son héroïne, et laisse à ses voisins le soin de cette redécouverte. C’est en effet avec Schiller que la bergère de Domrémy acquiert une dimension littéraire essentielle et prend place dans le romantisme naissant. La Pucelle d’Orléans (1801), tragédie romantique, connaît un réel succès et provoque un grand nombre d’imitations plus ou moins réussies. La France d’après la Révolution cherche dans son histoire nationale les fondements de son identité. La Restauration, en particulier, apparaît comme une période faste pour Jeanne d’Arc : les travaux historiques qui portent sur son personnage et sur son rôle dans l’histoire se multiplient, tandis que les dramaturges s’emparent du personnage, entraînés par l’exemple de Schiller. J. Avril compose ainsi en 1814 Le triomphe des Lis, Jeanne d’Arc ou la Pucelle d’Orléans, pièce médiocre qui ne sera pas représentée. À l’inverse, la Jeanne d’Arc à Rouen d’Avrigny (1819) et la Jeanne d’Arc de Soumet (1825) connaissent un grand succès. Plus largement, les scènes de la première moitié du xixe siècle s’ouvrent à Jeanne d’Arc. I. Rakner recense en effet 21 pièces consacrées au personnage en France entre celle de Schiller (1801) et la Jeanne d’Arc au bûcher d’A. Dumas (1846)2. Mais Jeanne ne se contente pas d’investir la scène : Le Brun de Charmettes publie en 1817 une Histoire de Jeanne d’Arc destinée selon lui à restaurer l’image de l’héroïne, malmenée par les siècles précédents. En 1819, son épopée L’Orléanide vient compléter cette entreprise, et associe à l’histoire de Jeanne d’Arc un certain nombre d’éléments merveilleux, tels que nymphes, sorcières, sylphes, gnomes… Jeanne apparaît déjà comme une figure fédératrice qui permet de mêler la féerie au merveilleux chrétien. En 1818, C. Delavigne célèbre l’œuvre de cette héroïne nationale dans les Messéniennes. La fin de la Restauration ne marque pas le déclin de l’intérêt porté au personnage, bien au contraire, puisque l’année 1843 voit la naissance de l’œuvre romantique majeure consacrée à Jeanne d’Arc, à savoir le tome V de l’Histoire de France de Michelet, qui allie la démarche historique à une mise en récit proche de l’épopée, dans laquelle l’auteur manifeste sans restriction son enthousiasme face à ce personnage historique et poétique. En 1842, Dumas, fervent admirateur de Michelet, publie à sa suite une biographie romancée de Jehanne la Pucelle.

4Il convient également d’évoquer les représentations picturales de Jeanne d’Arc à l’époque romantique, qui contribuent à modifier l’image traditionnelle de la Pucelle. En effet, les représentations antérieures de Jeanne d’Arc la présentaient généralement comme une amazone à cheval et en armes. La peinture troubadour s’intéresse au personnage, en témoigne par exemple le tableau de Fleury Richard, L’ermitage de Vaucouleurs. Le choix d’un cadre gothique permet de créer une atmosphère de pénombre, qui rend discrète la présence de Jeanne. Agenouillée, elle consulte l’ermite sur sa mission. De même, le tableau célèbre de Delaroche, Jeanne d’Arc malade est interrogée dans sa prison par le cardinal de Winchester (1824), introduit une innovation en présentant Jeanne dans sa fragilité de femme victime d’un appareil judiciaire et ecclésiastique oppressif. S’inspirant de Lebrun de Charmette, il souhaite présenter Jeanne dans sa simplicité de paysanne et dans sa dimension humaine. Ici, la foi profonde de Jeanne est également mise en évidence, puisqu’elle tourne son regard vers le ciel, afin d’y puiser la consolation et la force de résister à ses persécuteurs. La représentation de Jeanne d’Arc par Michelet nous semble rejoindre celle de Delaroche, notamment dans la manière de constituer Jeanne en emblème de l’humanité souffrante et en figure de la Passion. En 1831, E. Deveria choisit de peindre La mort de Jeanne d’Arc ; elle se trouve au centre du tableau, entourée par les flammes et par ses bourreaux, vêtue d’une robe blanche et le regard tourné vers le ciel. Là encore, le peintre a voulu insister sur la dimension religieuse de Jeanne, sainte et martyre. Dans ces deux tableaux, Jeanne échappe à la réalité et à ses oppresseurs en se tournant vers Dieu. Le tableau de H. Bruyères, Jeanne d’Arc, introduite auprès de Charles VII, reconnaît le roi parmi la foule et lui révèle sa mission (1834), s’intéresse à un épisode important de l’histoire de Jeanne puisque c’est celui où elle est confrontée au monde de la cour, qui lui tend un piège afin de savoir si elle est réellement inspirée par Dieu. Jeanne sort victorieuse de l’épreuve, et regarde le souverain en pointant son doigt vers le ciel, ce qui suggère l’irruption du sacré et du surnaturel dans la vie mondaine de la cour. Mais le peintre a pris soin de la faire apparaître dans la simplicité d’une robe de paysanne, non en armes. Là encore, à travers l’héroïne historique, c’est la femme qui intéresse l’artiste. En revanche, la Jeanne d’Arc au sacre de Reims (Ingres, 1854) nous présente une Jeanne plus officielle, puisqu’elle apparaît au moment où a lieu l’accomplissement de sa mission. Christian Amalvi rappelle l’extraordinaire fortune de cette image de Jeanne d’Arc tout au long du xixe siècle :

  • 4 C. Amalvi, Le goût du Moyen Âge, op. cit., p. 109.

« […] reproduit dans les manuels scolaires, les livres de lecture et de prix, les images pieuses des missels, il représente mieux que d’autres médiocres réalisations l’idée religieuse que les contemporains de Mgr Dupanloup se faisaient de la mission de Jeanne. Son succès fut tel qu’on en retrouve l’écho – Jeanne debout nu-tête, en armure, tenant son étendard dans une attitude recueillie – jusque dans les statues qui ornent les fontaines publiques de petits villages de la France profonde. Sans compter toutes les statues de plâtre destinées aux églises paroissiales ou aux collèges religieux. »4

5On constate donc la diffusion progressive, à partie de l’époque romantique, de toute une imagerie associée à la personne de Jeanne. Nous reviendrons sur les enjeux politiques d’une telle diffusion ; ici, il est clair que le tableau d’Ingres flatte les tenants (catholiques) de la thèse selon laquelle Jeanne, après le sacre, aurait outrepassé sa mission, d’où l’abandon de Dieu et du roi.

6Ces œuvres diverses et nombreuses contribuent donc à mettre en place une représentation romantique de Jeanne, opposée à celle des siècles précédents.

1.2. Une perspective nouvelle

7Le xviiie siècle s’était illustré non par un oubli total de Jeanne d’Arc, mais par le scepticisme et la dérision à l’égard de ce personnage qui aux yeux des philosophes des Lumières, incarnait l’irrationalité du Moyen Âge. Au début du xixe siècle, tous les auteurs qui s’emparent de cette figure historique ont en tête La Pucelle d’Orléans de Voltaire (1755), poème héroï-comique dans lequel la chaste bergère se trouve dépeinte sous les traits d’une servante d’auberge qui a bien du mal à résister aux tentations mettant en péril sa virginité et par là le salut de la France… Esprit de son temps, Voltaire ne peut que ridiculiser le soi-disant miracle et l’intervention divine dans les affaires terrestres. Dans cette œuvre, Voltaire montre que l’histoire de Jeanne d’Arc est née uniquement du désir des vassaux de Charles VII de l’arracher à Agnès Sorel. Saint Denis, descendu du ciel tout exprès, leur propose une solution :

  • 5 Voltaire, La Pucelle d’Orléans, Genève, Théodore Besterman, 1970, [1re éd. 1755], p. 274.

« Or si Charlot veut pour une catin
Perdre la France et l’honneur avec elle
J’ai résolu pour changer son destin
De me servir des mains d’une pucelle. »5

8Il parcourt alors le royaume de France à la recherche de la perle rare, susceptible de sauver la France. Après quelques péripéties, il rencontre enfin Jeanne, servante dans un cabaret. Montée sur un âne, Jeanne se rend auprès du roi. Le dialogue entre les deux personnages permet de mesurer la portée subversive de l’œuvre, ainsi que l’humour, pas toujours raffiné, de Voltaire :

  • 6 Ibid., p. 294.

« Jeanne, écoutez, Jeanne, êtes-vous pucelle ?
Jeanne lui dit : ô grand sire, ordonnez
Que médecins, lunettes sur le nez,
Matrones, clercs, pédants, apothicaires
Viennent sonder ces féminins mystères,
Et si quelqu’un se connaît à cela,
Qu’il trousse Jeanne, et qu’il regarde là.
À sa réponse et sage et mesurée,
Le roi vit bien qu’elle était inspirée. »6

9Voltaire s’emploie donc à subvertir les principaux éléments qui fondent la légende de Jeanne d’Arc : sa virginité et son inspiration divine. L’esprit des Lumières ne peut que condamner ou railler ce qui s’apparente pour lui à des superstitions ridicules. Voltaire explique d’ailleurs les victoires de Jeanne par les craintes superstitieuses qu’elle engendre :

  • 7 Ibid., p. 321.

« Le vieil instinct qui fait croire aux prodiges,
L’esprit d’erreur, le trouble, les vertiges,
La froide crainte et les illusions
Ont fait tourner la tête des Bretons. »7

10Jeanne incarne ainsi pour Voltaire le Moyen Âge qu’il combat, avec son irrationnel, sa violence et ses superstitions. Il réitère d’ailleurs sa position dans l'Essai sur les mœurs, au chapitre consacré à la Pucelle, en analysant à la lumière de la raison le phénomène Jeanne d’Arc :

  • 8 Voltaire, Essais sur les mœurs, in Jeanne la Pucelle, une héroïne européenne, Lyon, Horvath, 1994, (...)

« Il fallut bientôt recourir à un expédient plus étrange, à un miracle. Un gentilhomme des frontières de Lorraine, nommé Baudricourt, crut trouver dans une jeune servante d’un cabaret de Vaucouleurs un personnage propre à jouer le rôle de guerrière et d’inspirée. »8

11L’exécution de Jeanne d’Arc donne également à Voltaire l’occasion de dénoncer le fanatisme et la barbarie de l’époque médiévale, principales cibles de son combat philosophique.

12Face à une telle caricature, les romantiques se sentent investis d’une mission de réhabilitation visant à souligner au contraire l’authenticité de l’inspiration divine de Jeanne et la valeur de son combat. Tous condamnent sans appel le sacrilège commis par Voltaire, même ceux qui n’admettent pas la possibilité d’une intervention divine dans cet épisode. Gerd Krumeich, dans son étude sur Jeanne d’Arc à travers l’histoire, prend acte du phénomène de réaction à l’œuvre de Voltaire, qui entraîne un regain d’intérêt pour le personnage de Jeanne :

  • 9 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, A. Michel, 1993.

« […] au cours des décennies qui suivirent la parution de La Pucelle, toute une série de travaux virent le jour, dont le but était de « venger » l’insulte faite à Jeanne d’Arc. »9

13Lamartine résume bien la position romantique à l’égard de Voltaire :

  • 10 Alphonse de Lamartine, Vies de quelques hommes illustres in Œuvres complètes, t. 35, Paris, 1863, (...)

« L’historien sérieux ne se pose seulement pas ces questions et ces doutes. S’il réprouve le sarcasme, cette impiété contre l’admiration, dont un grand homme a profané son génie en cherchant à profaner cette pauvre martyre de la patrie, il n’introduit pas dans l’histoire les puérilités de l’imagination populaire. Le miracle de l’héroïsme est toujours plus grand que celui de la légende. »10

14Le temps de la dérision voltairienne à l’égard de Jeanne d’Arc semble donc révolu. Mais comment expliquer un tel renversement ?

1.3. Une héroïne romantique ?

15Tout d’abord, le regain d’intérêt pour le Moyen Âge dans son ensemble explique en partie le nouveau regard porté sur l’héroïne médiévale. En effet, celle-ci rappelle, par le mélange d’héroïsme guerrier et de foi naïve, les principales valeurs qui poussent les romantiques à se tourner vers les temps chevaleresques. Mais Jeanne représente plus qu’un chevalier particulièrement inspiré ; elle est avant tout une femme, et une femme du peuple. Image de la faiblesse et de l’ignorance, n’ayant aucun rôle social, elle se dresse soudain pour prendre part aux plus hautes destinées de son pays, côtoie le roi et les plus grands, tour à tour honorée comme une libératrice et conspuée comme une criminelle, elle occupe une place sans commune mesure avec ses origines. Le surgissement inattendu d’une personnalité que rien ne prédisposait à un tel rôle ne peut que fasciner une époque qui se tourne de plus en plus vers l’individu pour en affirmer l’inaltérable valeur. En outre, l’aspect mystérieux de cette apparition, le merveilleux qui se mêle à ses actes et à ses paroles incitent les romantiques à lui donner une place de choix dans la littérature, une littérature ouverte à l’irrationnel et à l’ailleurs. Malgré les valeurs nationales dont elle est porteuse, Jeanne d’Arc est avant tout une figure fascinante par son destin exceptionnel, et qui semble résonner avec force au sein de la sensibilité romantique.

2. Une héroïne médiévale

16Paradoxalement, à travers une personnalité et une action hors du commun, Jeanne d’Arc incarne pour les romantiques l’ensemble des valeurs et des images qui les poussent à se tourner vers le Moyen Âge. L’aspect merveilleux, le rôle de la foi, le procès en sorcellerie : tous ces éléments entraînent le personnage historique vers le domaine de la légende, et le constituent en figure poétique privilégiée.

2.1. Le traitement du merveilleux

  • 11 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 37, « […] fort merveilleux et étrange ! »
  • 12 Ibid., p. 38, « jeune fille merveilleuse »
  • 13 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, Paris, Magen et Comon, 1842, p. 25.
  • 14 Ibid., p. 98.

17Suivant leur interprétation du destin de Jeanne, les auteurs opèrent diversement l’insertion du surnaturel dans leurs œuvres. Certains, comme Schiller ou Dumas, choisissent une acceptation totale du merveilleux associé à Jeanne, notamment à travers ses voix, ses prédictions et sa mort. Schiller l’utilise comme un élément de sa dramaturgie, et n’hésite pas à faire intervenir Dieu sur scène. La première évocation de Jeanne à la Cour du roi est immédiatement placée sous le signe de la merveille (« Wunder »), à laquelle le roi fait écho : « […] höchst wunderbar und seltsam ! »11. De même, lorsque Jeanne parvient à la Cour, elle est désignée par l’expression « wunderbares Mädchen »12, appellation dont elle se montre rapidement digne : non seulement elle reconnaît le Dauphin parmi la foule, mais elle peut lui révéler le contenu de ses propres prières ; elle manifeste également ses dons divinatoires en prédisant la mort du comte de Salisbury. Le surnaturel est ainsi pleinement assumé ; Dieu révèle sa présence à la fin de la pièce sous la forme d’un arc-en-ciel, signifiant de la sorte qu’il n’a cessé d’intervenir au cours du drame. Dumas semble pousser encore plus loin le rôle du merveilleux dans son récit. Loin de se contenter des éléments mystérieux qui entourent traditionnellement le personnage de Jeanne (ses visions, la reconnaissance du roi, la prédiction de la mort d’un soldat, les manifestations surnaturelles lors de sa mort), il transforme la chronique historique en une légende dorée laissant une large place à la fantaisie. Ainsi, la naissance de Jeanne, auréolée de mystère, annonce déjà un récit hagiographique : « […] vers minuit une étoile sembla se détacher du ciel, et […] s’abattit sur la maison de Jacques d’Arc. »13 De même, lors de sa première rencontre avec le roi, Jeanne se fait reconnaître grâce à l’apparition d’un ange qui lui offre une couronne céleste. Enfin, la mort de l’héroïne provoque un autre miracle : son cœur est retrouvé intact parmi les cendres du bûcher. Le merveilleux chrétien investit donc la légende racontée par Dumas, et se mêle aux éléments proprement historiques. L’auteur manifeste pourtant un souci d’authenticité, en insérant par exemple des documents qu’il affirme copier « textuellement sur un manuscrit contemporain et avec la langue et l’orthographe de l’époque »14. Le merveilleux semble occuper une fonction essentiellement ornementale, destinée à plonger le lecteur dans un univers médiéval étrange, dans lequel le surnaturel appartient à la vie quotidienne. Jeanne d’Arc n’échappe pas aux clichés sur les temps obscurs et irrationnels du Moyen Âge ; son destin peut en effet se lire comme une illustration parfaite de ce poncif qui encombre les représentations romantiques de l’époque médiévale. Ainsi, Michelet et Dumas rappellent l’interprétation merveilleuse de la vie de Jeanne, dont la destinée se trouve écrite avant même son apparition, sous la forme d’une prophétie de Merlin :

  • 15 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 743.

« Si, comme tout le monde disait, la perte du royaume était l’œuvre d’une femme, d’une mère dénaturée, le salut pouvait bien venir d’une fille. C’est justement ce qu’annonçait une prophétie de Merlin. »15

18Jeanne d’Arc s’inscrit donc tout naturellement dans la lignée des figures merveilleuses qui peuplent le Moyen Âge, et qui plongent leurs racines dans des croyances anciennes issues du paganisme. Schiller utilise la référence à cette prédiction dans une tout autre perspective : elle lui sert à mettre en évidence l’aveuglement du roi, convaincu que le salut lui sera apporté par sa maîtresse Agnès Sorel :

  • 16 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 26, « Une femme, m’annonça cette nonne, me fer (...)

« Ein Weib, verhiess die Nonne, würde mich
Zum Sieger machen über alle Feinde
Und meiner Väter Krone mir erkämpfen.
Fern sucht’ ich sie im Feindeslager auf,
Das Herz der Mutter hofft’ ich zu versöhnen –
[…] Durch meiner Agnes Liebe werd’ ich siegen ! »16

19Cette évocation permet à Schiller d’insister sur l’absence de perspicacité de Charles VII, corrigeant une mauvaise interprétation par une autre ; sur le plan dramaturgique, elle annonce l’arrivée de Jeanne à la Cour et prépare l’acceptation du caractère surnaturel de sa mission. De plus, ce rappel est l’occasion d’un éclaircissement de la situation historique, à propos notamment du conflit qui oppose le futur roi à sa mère, Isabeau de Bavière, qui soutient les Anglais.

  • 17 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 25.

20Dumas rappelle les termes mêmes de la prophétie : « […] trois courtisanes ont perdu la France, une vierge la sauvera. »17 Cette formulation met l’accent sur un autre aspect du personnage de Jeanne, constitutif d’un merveilleux auquel se mêlent les valeurs et les représentations chrétiennes : sa virginité. Celle-ci joue un rôle essentiel aux yeux des contemporains de Jeanne, rôle que ne manquent pas de rappeler les différents auteurs. Le pouvoir surnaturel de Jeanne semble étroitement associé à sa virginité, Voltaire s’était d’ailleurs appuyé sur cette tradition pour proposer une représentation grotesque de l’héroïne, sans cesse menacée par les tentations de la chair. Schiller fonde également sur cet aspect une part essentielle de sa lecture du destin de Jeanne, en faisant intervenir dans ses visions la Vierge Marie. Celle-ci lui révèle l’enjeu représenté par la défense de sa pureté :

  • 18 Ibid., p. 41, « Une vierge pure accomplit tout ce qui est beau sur terre, si elle résiste à l’amou (...)

« Eine reine Jungfrau
Vollbringt jedwedes Herrliche auf Erden,
Wenn sie der ird’schen Liebe widersteht.
Sieh mich an ! Eine keusche Magd wie du
Hab’ich den Herrn, den göttlichen, geboren.
Und göttlich bin ich selbst. »18

21Le lien entre la virginité de Jeanne et son pouvoir divin se trouve clairement établi ; Schiller exploite cet élément qui devient un moteur essentiel de l’action dramatique. En effet, il prête à Jeanne un amour terrestre pour Lionel, un chevalier anglais, qui marque un renversement de sa destinée : les défaites succèdent aux victoires, le déshonneur à la gloire. Jeanne, rongée par la culpabilité, se sent abandonnée de Dieu et des hommes. Cette interprétation très personnelle de Schiller n’est pas partagée par les autres auteurs, qui se contentent de rappeler la valeur extrême accordée à la virginité de Jeanne. Dans l’univers médiéval, elle constitue une preuve de l’absence d’intervention du diable. Michelet rappelle ainsi l’examen que subit l’héroïne, soulignant par là la manière paradoxalement matérielle de faire face à des interrogations d’ordre spirituel : il s’agit là d’une des ambiguïtés majeures du Moyen Âge. Celui-ci exprime une sorte de conception matérielle de l’esprit. La sainteté se lit dans le corps, pas dans les actes ; la pureté de l’âme ne peut s’authentifier que par la pureté du corps. On peut penser que cette conception « primitive » du monde ne manque pas de séduire les romantiques.

  • 19 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 748.

« Le démon ne pouvait faire pacte avec une vierge ; il fallait donc bien s’assurer si elle était vierge en effet. Ainsi la science poussée à bout, ne pouvant ou ne voulant point s’expliquer sur la distinction délicate des bonnes ou des mauvaises révélations, s’en remettait humblement des choses spirituelles au corps, et faisait dépendre du féminin mystère cette grave question de l’esprit. »19

22Michelet rappelle la position des Anglais, qui considèrent, d’une façon tout aussi matérielle, que Jeanne tient son pouvoir et ses victoires militaires de sa virginité ; la solution apparaît alors avec une clarté évidente :

  • 20 Ibid, p. 784.

« On conclut que c’était cette virginité qui faisait sa force, sa puissance ; la lui ravir, c’était la désarmer, rompre le charme, la faire descendre au niveau des autres femmes. »20

  • 21 Ibid., p. 740.

23Le surnaturel, la superstition, les croyances traditionnelles associées à une interprétation littérale et matérielle de la doctrine chrétienne, entourent donc le personnage de Jeanne, personnage par là même éminemment médiéval ; malgré son destin apparemment peu ordinaire, elle est essentiellement une femme de son temps. Michelet souligne cet aspect en remettant à leur juste place les diverses manifestations surnaturelles associées au personnage : « L’originalité de la Pucelle […] ne fut pas non plus dans ses visions. Qui n’en avait au Moyen Âge ? »21 Là encore, Jeanne d’Arc est simplement une figure de son temps, un temps qui intègre sans difficulté le surnaturel. Mais plus profondément, le destin unique de Jeanne révèle selon Michelet l’intervention de Dieu ; c’est d’ailleurs cette lecture mystique qui oriente la construction de son récit en une sorte de drame de la Passion :

  • 22 Ibid., p. 730.

« […] il fallait que Notre-Seigneur se laissât condamner et brûler, comme diable par le Diable. Les choses doivent aller jusque-là […] Alors chacun reprendra son rôle naturel ; le drame sera complet, le mystère consommé. »22

  • 23 La place du merveilleux dans les œuvres oriente bien souvent l’interprétation idéologique que l’on (...)

24Envoyée de Dieu, Jeanne revit la Passion du Christ jusqu’au sacrifice suprême, pour le salut de la France. À l’inverse, Soumet dans sa tragédie (1825) laïcise totalement l’histoire de Jeanne d’Arc. Sa pièce ne commence qu’au moment du procès, ce qui lui évite d’avoir à examiner l’aspect mystérieux, sinon merveilleux, de son action militaire. Les voix ne sont évoquées que comme un moyen de pression utilisé contre l’héroïne ; les juges, par ruse, ont convaincu son père de témoigner contre elle en révélant son soi-disant commerce avec le diable. De même, Dieu semble totalement absent de la scène, puisqu’il ne répond pas aux appels qui lui sont lancés : le duc de Bourgogne a recours au jugement de Dieu pour prouver l’innocence de Jeanne, mais le combat lui est défavorable. Dieu disparaît donc de cette histoire à la signification purement laïque et patriotique23.

25Quel que soit le rôle accordé au merveilleux, nié, suggéré ou abondamment exploité, les faits historiques incontestables comme le rôle de la foi dans l’action de l’héroïne et celui du fanatisme religieux dans sa mort, permettent aux écrivains de mettre en place la représentation d’un univers antithétique, partagé non seulement entre Français et Anglais, entre faibles et puissants, mais plus profondément entre Dieu et le Diable.

2.2. Jeanne, incarnation d’un univers antithétique

26Dans le monde médiéval tel que le représentent les écrivains romantiques, le surnaturel ne surprend pas ; il fait partie de l’existence quotidienne. Cependant, il ne laisse pas de fasciner ou d’inquiéter, suivant l’origine qu’on lui prête : divine ou diabolique. Le parcours de Jeanne ne cesse de témoigner de cette ambivalence possible du surnaturel, et c’est cette double interprétation qui scelle son destin tragique. La plupart des auteurs soulignent les interprétations divergentes des visions de Jeanne. Ainsi, la pièce de Schiller s’ouvre sur les interrogations de son père qui soupçonne quelque sorcellerie :

  • 24 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 6, « Je la vois méditer des heures entières as (...)

« Ich sehe sie zu ganze Stunden sinnend
Dort unter dem Druidenbaume sitzen,
Den alle glückliche Geschöpfe fliehn.
Denn nichtgeheur ist’s hier : ein böses Wesen
Hat seinen Wohnsitz unter diesem Baum
Schon seit der alten grauen Heidenzeit. »24

  • 25 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 765.

27Le doute portant sur l’origine des visions surnaturelles de Jeanne se trouve renforcé par ses origines populaires. En effet, dans la population paysanne, une sorte de syncrétisme mêle la religion catholique à des traditions héritées du paganisme, tel cet arbre des druides évoqué par le père. C’est d’ailleurs ce père qui accuse ensuite publiquement sa fille de s’être fait l’auxiliaire du diable, motif que reprend Soumet en l’atténuant : le témoignage écrit du père lui a été extorqué. Ces exemples indiquent bien le type de pensée binaire prêté ici aux hommes du Moyen Âge : tout ce qui sort de l’ordinaire ne peut s’expliquer que par l’intervention de Dieu ou, plus souvent, de Satan. On passe facilement de l’un à l’autre, une croyance irrationnelle en chassant une autre, avec la même brutalité que la première était apparue. Jeanne, adorée du peuple comme une sainte, se trouve tout à coup rejetée comme sorcière et abandonnée de tous. Michelet résume bien ce partage du monde entre Dieu et Diable, et la nécessité de classer les faits dans l’une ou l’autre de ces catégories : « Dans les idées du temps, il n’y avait pas de milieu. »25 Dumas évoque, à l’instar de Michelet, l’ambivalence des croyances médiévales, et n’échappe pas au stéréotype dans sa représentation des temps irrationnels qu’incarnent à ses yeux les temps médiévaux :

  • 26 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 110.

« […] on était encore dans une époque de foi et de superstition, où l’on croyait facilement aux choses extraordinaires, soit qu’elles vinssent de Dieu, soit qu’elles vinssent de Satan […] »26

28L’excès, le fanatisme, les mouvements populaires irrationnels : Jeanne s’inscrit parfaitement dans cet univers médiéval proche du cliché que nous proposent souvent les romantiques. Cette absence de modération et de réflexion constitue le Moyen Âge en époque d’excès et de violence ; les deux extrêmes ne sont jamais loin l’un de l’autre, comme le constate Michelet lorsqu’il décrit l’enthousiasme populaire déclenché par les actions miraculeuses de la Pucelle :

  • 27 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 751.

« Le peuple était hors de lui ; il n’avait plus peur de rien ; il était ivre de religion et de guerre, dans un de ces formidables accès de fanatisme où les hommes peuvent tout faire et tout croire, où ils ne sont guère moins terribles aux amis qu’aux ennemis. »27

29L’action de Jeanne elle-même peut donc être perçue de manière ambivalente, parce qu’elle s’appuie sur la foi et sur l’exaltation religieuse, toujours susceptibles de dérive et de retournement violent. De plus, elle incarne l’union de deux principes a priori incompatibles : religion et guerre, dont l’association provoque l’ivresse que déplore Michelet. Certes, l’univers médiéval ne manque pas de faits illustrant cette association contre-nature : les Croisades constituent un exemple évident de ce phénomène. Cependant, il ne s’agit pas là de combattre des Infidèles au nom de la foi, mais de défendre un territoire national contre l’envahisseur, objectif assez laïc, si l’on excepte le fait que le roi frustré de ses droits est sacré, et tient son pouvoir de droit divin. La contradiction n’échappe pas aux écrivains romantiques, conciliant difficilement l’image de la vierge guerrière (figure bien plus païenne que chrétienne, amazone tout droit sortie de l’Antiquité), et celle de la sainte inspirée par Dieu. La Jeanne d’Arc de Schiller est à cet égard intéressante. En effet, revêtue de son casque et de son armure, elle évoque une Athéna terrible et sans pitié. La scène qui l’oppose à Montgomery souligne l’identification totale de Jeanne avec sa mission, qui la transforme en guerrière inhumaine, ce qu’un dialogue entre les deux personnages exprime explicitement :

  • 28 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 61, « Montgomery : […] Oh ! je t’implore par l (...)

« Montgomery : O bei des Milde deines zärtlichen Geschlechts
Fleh’ ich dich an : Erbarme meiner Jugend dich !
Johanna : Nicht mein Geschlecht beschwöre ! Nenne mich nicht Weib.
Gleichwie die körperlosen Geister, die nicht frei ’n
Auf ird’sche Weise, schliess ich mich an kein Geschlecht
Der Menschen an, und dieser Panzer deckt kein Herz. »28

30Ainsi amputée de toute sensibilité, Jeanne apparaît comme une sorte de monstre, simple instrument de guerre entre les mains de Dieu ; son retour à l’humanité, à travers l’amour pour Lionel, provoque d’ailleurs son abandon. Paradoxalement, l’esprit divin étouffe en elle les sentiments humains prescrits par la religion : amour, compassion, refus de la violence et du meurtre. C. Delavigne, célébrant dans la quatrième Messénienne la libératrice de la France, retient la même image :

  • 29 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, Paris, Ladvocat, 1824, [1re éd. 1818], p. 52.

« L’ange exterminateur bénit ton étendard ;
Il mit dans tes accents un son mâle et terrible […] »29

31Cette héroïne froide et virile s’oppose totalement à la Jeanne de Michelet, qui conserve sa nature féminine, ce qui ne va pas sans contradiction avec le caractère guerrier de sa mission. Pourtant, Michelet cherche à prouver que sa spécificité et la réussite de sa mission tiennent précisément à son identité de femme :

  • 30 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 731.

« Et qu’on ne s’étonne pas si le peuple apparut ici en une femme, si de la patience et des douces vertus, une femme passa aux vertus viriles, à celles de la guerre, si la sainte se fit soldat. Elle a dit elle-même le secret de cette transformation, c’est un secret de femme ; la pitié qu’il y avait au royaume de France !… »30

32Cette pitié qui manque précisément au personnage de Schiller, Michelet en fait le moteur principal de son action. Il montre, contrairement à Schiller, que Jeanne souffre de son implication dans des combats violents, et se refuse en général à tuer l’ennemi ; la souffrance des soldats, fussent-ils anglais, lui arrache des larmes. À l’inverse, la Jeanne de Schiller obéit à des ordres vengeurs qui lui ordonnent de tuer tous les Anglais qu’elle combat. De même, si le personnage de Schiller perd le soutien de Dieu à partir du moment où elle s’abandonne à des sentiments humains, le processus s’inverse chez Michelet :

  • 31 Ibid., p. 760.

« Elle disait à son départ qu’elle ne voulait se servir de son épée pour tuer personne. […] Chef de soldats indisciplinables, sans cesse affligée, blessée de leurs désordres, elle devenait rude et colérique […]. Elle était surtout impitoyable pour les femmes de mauvaise vie qu’ils traînaient après eux. Un jour, elle frappa de l’épée de sainte Catherine, du plat de l’épée seulement, une de ces malheureuses. Mais la virginale épée ne soutint pas le contact ; elle se brisa, et ne se laissa reforger jamais. »31

33Ainsi, la sainteté de Jeanne et la pureté de sa mission se trouvent contaminées par le contact profane avec le monde de la guerre, tout comme son épée perd son pouvoir en frappant une prostituée, dans une scène hautement symbolique. C’est finalement la même évolution que souligne Schiller, même si elle semble opposée. L’amour humain représente pour Jeanne une forme de déchéance par rapport à son statut surnaturel et proprement sur-humain ; la contamination par le monde profane passe par l’amour. Chez Michelet, la sainteté se mesure au contraire à l’aune des vertus humaines et surtout féminines, que Jeanne perd peu à peu au contact du monde viril de la guerre. Ces deux mises en formes du personnage de Jeanne nous montrent déjà à quel point les interprétations de sa mission peuvent diverger, et servir d’emblème à des valeurs extrêmement différentes. On a pu voir combien Jeanne d’Arc tend à symboliser son temps, c’est-à-dire un Moyen Âge historique et merveilleux, matériel et spirituel, saint et héroïque ; cependant, les auteurs romantiques font subir au personnage de Jeanne une relecture qui contribue à l’arracher à la contingence historique pour la transformer en mythe.

3. Jeanne d’Arc mythifiée

34Jeanne est sans doute l’un des personnages médiévaux qui suscite le plus d’interprétations anachroniques, et qui continue, des siècles après sa mort, à susciter les passions. On peut mettre en évidence trois formes de mythification du personnage qui permettent de mesurer l’enjeu que représente aux yeux des romantiques l’appropriation de cette héroïne médiévale.

3.1. Le mythe chrétien

  • 32 Jacques Le Goff, « Jeanne d’Arc », Encyclopædia universalis, t. 12, p. 1039.

35L’inscription de Jeanne d’Arc dans une lecture chrétienne peut apparaître comme une évidence à nos yeux : ne fut-elle pas béatifiée (1909), puis canonisée (1920) par l’Église ? Ses voix et la réussite de ses projets militaires ne doivent-ils pas se lire comme l’indice d’une élection divine ? Enfin, son martyre ne l’inscrit-il pas, à coup sûr, dans la lignée des défenseurs de la foi, dans la tradition des premiers chrétiens ? Pourtant, les historiens nous rappellent que cette image de Jeanne est fondamentalement anachronique, et qu’elle est le fruit d’une élaboration progressive, mise en place tout d’abord par les romantiques. J. Le Goff rappelle ainsi quelques faits : « Jeanne d’Arc, au xve siècle, ne pouvait apparaître comme une sainte à personne et l’idée n’a effleuré aucun de ses plus chauds partisans […] »32 Il faut donc garder à l’esprit cette réalité pour comprendre la transformation que font subir au personnage les mises en formes romantiques.

  • 33 Pierre Albouy, Mythes et mythologies dans la littérature française, Paris, A. Colin, 1969.
  • 34 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 725.
  • 35 Ibid., p. 730.
  • 36 Ibid., p. 748.
  • 37 Ibid., p. 760.

36Schiller, en effet, ne se contente pas d’une exploitation dramaturgique du merveilleux chrétien, propre à éveiller l’intérêt du spectateur, invité à dépasser le modèle classique. Le drame de Jeanne d’Arc apparaît bien comme un drame chrétien, dans lequel l’héroïne se trouve successivement élue, déchue et rédimée. Les actes I et II marquent une courbe ascendante pour Jeanne : victoires militaires, honneurs, accomplissement parfait de sa mission. Le troisième acte sera celui de la déchéance progressive : un mystérieux chevalier noir lui transmet un avertissement, lui demandant de s’arrêter puisque sa mission, couronner le roi, est accomplie. Plus tard, à la fin de l’acte, elle découvre son amour pour l’Anglais Lionel, signe inéluctable de sa chute. Le quatrième acte met en scène cette déchéance, en montrant l’abandon de Jeanne, sa souffrance et sa culpabilité. Le cinquième sera celui de l’expiation : par son humilité et sa résignation, Jeanne obtient le secours de Dieu. Sa mort, accompagnée d’un miracle, fait éclater son innocence et sa sainteté aux yeux de tous. La doctrine chrétienne de la faute et de la rédemption informe donc la tragédie romantique de Schiller, qui rejoint ici le genre médiéval du mystère ou du miracle. Schiller n’hésite pas à modifier fortement la réalité historique pour intégrer le personnage de Jeanne dans cette grille interprétative. En effet, elle ne meurt pas sur le bûcher mais sur le champ de bataille, se sacrifiant délibérément pour donner la victoire au camp français. Son expiation est donc totale, et volontaire. En mourant, elle sauve la vie du roi et retrouve la paix avec Dieu. La forme théâtrale se prête particulièrement bien à cette schématisation du destin de Jeanne d’Arc, en mettant l’accent sur les différentes phases de sa mission et de son rapport à Dieu. Cependant, c’est, de façon inattendue, l’historien Michelet qui semble porter le plus loin la lecture chrétienne de la vie de Jeanne d’Arc. Pierre Albouy montre bien comment la structure du récit transforme l’histoire en mythe chrétien, faisant succéder clairement différentes étapes : révélation (forêt), action (Orléans), honneur (Reims), tribulation (Paris et Compiègne), passion (Rouen)33. Les similitudes avec la vie du Christ font de ce récit une véritable Imitation. Les premières pages du volume V de l'Histoire de France évoquent « l’imitation de Jésus-Christ, le plus beau livre chrétien après l’Évangile […] »34. La vie de Jeanne d’Arc apparaît comme la dernière réalisation médiévale de la passion du Christ. Comme le Christ se sacrifie pour sauver le monde, la Pucelle délivre la France et doit subir jusqu’au bout sa passion : reniée par ses amis, humiliée, traitée en criminelle, elle doit aller jusqu’au martyre pour faire éclater au grand jour l’origine divine de son action. Michelet ne laisse planer aucun doute sur sa lecture chrétienne de ce qui devient un mythe de Jeanne d’Arc : « L’Imitation de Jésus-Christ, sa passion reproduite dans la Pucelle, telle fut la rédemption de la France. »35 Sur bien des points, le comportement de Jeanne rappelle celui du Christ ; ainsi, sommée, au même titre que Jésus en son temps, de faire la preuve de ses origines divines en faisant intervenir Dieu, elle répond : « Je ne suis pas venue à Poitiers pour faire des signes ou des miracles […] »36, réitérant ainsi le refus du Christ. Cette lecture chrétienne permet à Michelet de donner sens à la condamnation de Jeanne d’Arc, transfigurée en martyre de la foi. Le bûcher s’avère en effet nécessaire en tant que réalisation ultime de la sainteté de Jeanne : « Si elle n’eût pas eu l’épreuve et la purification suprême, il serait resté sur cette sainte figure des ombres douteuses parmi les rayons. »37 La vie de Jeanne révèle ainsi une élévation progressive, faite d’épreuves surmontées jusqu’à l’apothéose dans la mort. L’incompréhension qui entoure sa mission au début et les accusations de sorcellerie ne constituent que des difficultés minimes à côté de celles, beaucoup plus pernicieuses, qui l’attendent par la suite. Comme le Christ, Jeanne est soumise à la tentation du pouvoir :

  • 38 Ibid., p. 761.

« Ce n’est pas impunément qu’on devient tout à coup riche, noble, honoré […]. Mais le plus grand péril pour la sainte, c’était la sainteté même, les respects du peuple, ses adorations. »38

37L’histoire de Jeanne d’Arc dépasse donc largement le statut de récit historique. Témoignage d’une expérience spirituelle et morale, elle nous place au cœur des luttes et des déchirements intérieurs d’une femme s’acheminant vers la sainteté. Cependant cette mythification de Jeanne en Vierge rédemptrice n’exclut pas d’autres interprétations plus laïques, qui se superposent à celle-ci. Jeanne devient, chez les romantiques, un véritable mythe national.

3.2. Mythe national

38Au cours de son destin à l’époque romantique, Jeanne d’Arc apparaît très vite comme un enjeu national majeur. Dans un souci de légitimité et d’unité nationale, Napoléon 1er se montre favorable au culte de Jeanne d’Arc. Il répond positivement à la demande de la ville d’Orléans qui souhaitait remplacer le monument détruit pendant la Révolution :

  • 39 Cité par G. Krumeich, op. cit., p. 40.

« L’illustre Jeanne d’Arc a prouvé qu’il n’est pas de miracle que le génie français ne puisse opérer lorsque l’indépendance nationale est menacée. Unie, la nation française n’a jamais été vaincue, mais nos voisins, abusant de la franchise et de la loyauté de notre caractère, semèrent constamment parmi nous les dissensions d’où naquirent les calamités de l’époque où vécut l’héroïne française et tous les désastres que rappelle notre histoire. »39

  • 40 Cité par Régine Pernoud, Préface de G. Krumeich, op. cit., p. 11.
  • 41 Jeanne d’Arc d’après les actes du procès et les chroniques contemporaines.

39On perçoit bien comment Jeanne d’Arc se trouve ici érigée en emblème de la patrie. Objet d’admiration et de fierté, son exemple doit prouver aux Français que la situation de leur pays, pour critique qu’elle soit, n’est pas désespérée, et qu’un élan d’héroïsme patriotique peut le sauver, comme ce fut le cas dans l’histoire. Napoléon, habile rhéteur politique, trouve en Jeanne un instrument de propagande nationaliste extrêmement efficace. Plus tard, en 1840, au moment où la Société de l’histoire de France décide de confier à Quicherat la publication des pièces des deux procès de Jeanne, le rapporteur précise : « Il paraîtrait convenable que la France ne se laissât point enlever l’honneur d’une publication qui intéresse à un si haut degré l’Histoire nationale. »40 La France se trouvait de fait déjà mortifiée par la publication en 1834 de Die Geschichte der Jungfrau von Orléans nach den Prozessakten und Gleichzeitigen Croniken41, par l’historien allemand Guido Görres.

40L’époque romantique projette donc sur le personnage de Jeanne certains des enjeux patriotiques contemporains. Il convient cependant de rappeler quelques évidences historiques, afin de mesurer l’ampleur de la mythification opérée par les romantiques. En effet, la constitution de Jeanne en héroïne nationale relève, au même titre que sa sanctification, de l’anachronisme :

  • 42 J. Le Goff, « Jeanne d’Arc », op. cit., p. 1039.

« S’il est vrai que Jeanne a été animée par un sentiment « national » et a suscité des passions « nationales » en son temps, elle n’a ni créé ni même cristallisé ce sentiment qui existait en France bien auparavant, notamment dans les milieux populaires ; la nature du « nationalisme » du xve siècle est différente de celle du nationalisme moderne et contemporain. »42

41La constitution de ce mythe national s’avère particulièrement apparente chez Schiller. En effet, Jeanne combat contre les Anglais au nom de l’intégrité de la France ; elle lutte contre les divisions entre « Français », notion bien anachronique au xve siècle. Le discours qu’elle tient au duc de Bourgogne, allié des Anglais, révèle cette déformation de l’histoire :

  • 43 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 66, « Duc, que veux-tu faire ? Où est l’ennemi (...)

« Was willst du tun, Burgund ? Wer ist der Feind,
Den deine Blicke mordbegierig suchen ?
Dieser edle Prinz ist Frankreichs Sohn wie du,
Dieser Tapfer ist dein Waffenfreund und Landsmann.
Ich selbst bin deines Vaterlandes Tochter. »43

  • 44 Schiller et Soumet introduisent ici un anachronisme, puisque le duc de Bourgogne ne se rallie au r (...)
  • 45 Alexandre Soumet, Jeanne d’Arc, paris, Lévy, 1846, [1re éd. 1825], p. 42.
  • 46 Ibid., p. 4.

42Les notions de patrie et d’unité de la France apparaissent comme des idées largement postérieures au xve siècle ; la Bourgogne, par exemple, y constitue l’élément central d’un État plus puissant que le royaume de France. Schiller projette ainsi sur la figure de Jeanne d’Arc un nationalisme du xixe siècle particulièrement prégnant en Allemagne, qui cherche à constituer son unité face à l’envahisseur français. Si le nationalisme incarné par Jeanne est aisément transposable à l’étranger, il s’applique d’autant plus facilement à la France. Soumet reprend ainsi à Schiller la scène opposant Jeanne au duc de Bourgogne, à la fin de laquelle celui-ci change de camp44, convaincu par les arguments patriotiques de Jeanne, qui fait endosser aux Anglais la complète responsabilité de la guerre. La question que pose l’héroïne au duc avant de le quitter se trouve lourdement chargée de symbole : « Es-tu Français ? »45 Cette réécriture de l’histoire révèle clairement les valeurs que le dramaturge romantique cherche à faire assumer au personnage, qui apparaît ici comme une Jeanne essentiellement laïque, poussée à l’action et au sacrifice suprême uniquement par amour pour la patrie : « Ma vie est d’un instant, la France est immortelle. »46

43Pour Michelet également, Jeanne représente une figure de la nation, une nation en devenir qui prend forme progressivement. À la fin du livre consacré à Jeanne d’Arc, l’auteur prend acte de cette transformation opérée par l’héroïne. Son action apparaît à la fois comme révélateur et comme moteur d’une réalité jusque-là ignorée et méprisée, celle du peuple français. Le peuple, notion chère à Michelet, voilà ce que symbolise suprêmement cette humble bergère devenue tout à coup sauveur de la France en péril :

  • 47 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 791.

« La Vierge secourable des batailles que les chevaliers attendaient d’en haut, elle fut ici-bas. Et qui ? c’est la merveille. Dans ce qu’on méprisait, dans ce qui semblait le plus humble, dans une enfant, dans la simple fille des campagnes, du pauvre peuple de France. Cette dernière figure du passé fut aussi la première du temps qui commençait. En elle apparurent à la fois la Vierge. et déjà la Patrie. »47

44Mêlant inspiration chrétienne et nationale, mysticisme et patriotisme, Michelet exalte à travers cette figure le peuple de France dans la lente conquête de son identité et de sa dignité. Héroïne chrétienne, nationale et populaire, Jeanne d’Arc devient l’emblème d’une France unie et forte, constituée de l’ensemble de ses membres. Ainsi incarnée, la France selon Michelet se trouve dotée d’une personnalité féminine qui en fonde l’identité :

  • 48 Ibid., p. 791-792.

« Le sauveur de la France devait être une femme. La France était femme elle-même. Elle en avait la mobilité, mais aussi l’aimable douceur, la pitié facile et charmante, l’excellence au moins du premier mouvement. Lors même qu’elle se complaisait aux vaines élégances et aux raffinements extérieurs, elle restait au fond plus près de la nature. »48

  • 49 J. Michelet, Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard, 1974, Introduction p. 41.

45Ainsi, si la France engendre Jeanne d’Arc, celle-ci prête aussi à sa patrie quelques-unes de ses caractéristiques fondamentales. Plus qu’un emblème, Jeanne représente une France vivante, incarnée en une femme et active. Par son implication et son sacrifice, Jeanne donne vie à la nation ; s’immolant pour elle, elle lui permet de renaître de ses cendres (au sens le plus littéral du terme) pour croître et se développer par ses propres forces. Michelet s’adresse ainsi solennellement au lecteur à la fin de l’introduction : « Souvenons-nous toujours, Français, que la Patrie chez nous est née du cœur d’une femme, de sa tendresse et de ses larmes, du sang qu’elle a donné pour nous. »49 Nouveau Messie, la Pucelle, par le don de sa vie, semble fonder une nouvelle religion : celle du peuple et de la nation. Ce mysticisme national informe d’ailleurs l’ensemble de l’œuvre historique de Michelet, qui traque dans l’histoire les signes prophétiques de la mise en place de l’idée de nation. Gerd Krumeich montre combien cette association de Jeanne aux valeurs nationales et populaires est représentative de l’ensemble de la pensée romantique :

  • 50 G. Krumeich, op. cit., p. 18.

« La Jeanne de Michelet n’est en fait que le couronnement des efforts de toute une génération d’historiens libéraux et républicains d’inspiration romantique, qui, d’Augustin Thierry à Henri Martin, avaient voulu raconter l’histoire de cette simple fille du peuple qui, par son action et ses souffrances, aurait donné naissance au patriotisme français. »50

46Chez les auteurs français, l’histoire de Jeanne d’Arc ravive également un aspect corollaire du nationalisme, c’est-à-dire le rejet de l’étranger, en l’occurrence des Anglais. Ainsi, l’historien Barante, dans un pamphlet intitulé « Jacques Bonhomme » (1835), évoque l’aspect populaire et patriote de Jeanne en ces termes :

  • 51 Prosper de Barante, Jacques Bonhomme, cité par G. Krumeich, op. cit., p. 58.

« Bonhomme et sa bourgeoise famille étaient de bons et vrais français, détestant à mort l’Anglais et le Bourguignon, les exterminant tant qu’ils pouvaient, grands amis du roi français, quand même il n’était que roi de Bourges ; combattant vaillamment sous la bannière des bons et loyaux gentilshommes, les Lahire et les Xaintrailles. Jeanne d’Arc, la Pucelle d’Orléans, était cousine de Jacques Bonhomme. »51

  • 52 Ibid., p. 783.

47Jeanne incarne le peuple de France, spontanément patriote, soutenant la monarchie en danger mieux que le roi lui-même. De plus, l’anglophobie traditionnelle, ravivée au xixe siècle par les guerres révolutionnaires et napoléoniennes, trouve dans cet épisode symbolique de l’histoire des arguments supplémentaires. En effet, outre le crime d’avoir envahi la France, les Anglais doivent aussi assumer l’exécution sur le bûcher sinon d’une sainte, tout au moins d’une innocente. Michelet voit dans cet acte non un crime typiquement médiéval, mais une conséquence du caractère anglais, permanent à travers l’histoire : « Ce grand peuple anglais, parmi tant de bonnes et solides qualités, a un vice qui gâte ces qualités mêmes. Ce vice immense, profond, c’est l’orgueil. »52 Ainsi, si les Anglais condamnent Jeanne d’Arc, c’est à cause de l’humiliation militaire qu’elle leur a fait subir. Aveuglés de la sorte, ils ne peuvent alors reconnaître sa sainteté. L’explication psychologique et historique est sans doute recevable ; il est néanmoins clair qu’elle semble dictée à l’historien par le désir de faire la leçon à ce peuple longtemps ennemi, en lui renvoyant ses crimes passés. Cela étant, Michelet ne pousse pas la mauvaise foi jusqu’à nier le rôle des Français, et notamment de l’Église, dans cette condamnation. Delavigne, dans la cinquième Messénienne décrivant la mort de Jeanne d’Arc, stigmatise également au passage la vilenie des Anglais :

  • 53 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, op. cit., p. 60-61.

« La joie éclate sur leurs traits,
Sans doute l’honneur les enflamme ;
Ils vont pour un assaut former leurs rangs épais :
Non, ces guerriers sont des Anglais,
Qui vont voir mourir une femme. »53

  • 54 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 730.

48Cette diabolisation des juges anglais, associant sadisme et lâcheté en s’en prenant à une jeune fille innocente et sans défense, rejoint celle que met en place Michelet dans son récit, même s’il vise plus spécifiquement l’Église : « […] Satan autorisé, décent, respectable, Satan riche, gras dans son trône d’évêque, dogmatisant, jugeant et réformant les saints. »54

  • 55 A. Dumas, Jehanne la pucelle, op. cit., p. 144-145.

49Mais chez Delavigne comme chez Michelet, la condamnation ne se limite pas aux Anglais, puisque celui-ci s’en prend ensuite au roi de France. Le patriotisme s’exprime avec une spontanéité confondante chez Dumas, s’impliquant encore avec enthousiasme dans ces combats d’un autre temps : « Dieu se déclarait visiblement pour nous. »55

50Selon les auteurs, ce nationalisme peut prendre diverses colorations idéologiques, suivant les rapports prêtés à la Pucelle avec la monarchie. Là encore, projection sur le Moyen Âge de préoccupations actuelles et déformation de l’histoire dominent ; le processus de mythification passe inévitablement par des distorsions plus ou moins conscientes.

3.3. Mythe révolutionnaire ?

51Le point nodal de l’interprétation idéologique de Jeanne d’Arc semble être celui du rôle joué par la monarchie dans cet épisode historique. En effet, l’idée de constituer une héroïne chrétienne inspirée par la foi et par sa volonté de rétablir sur le trône le roi légitime en emblème de la République, du peuple, voire de la Révolution, ne constitue pas le moindre des paradoxes romantiques.

52Chez Schiller, le nationalisme de Jeanne reste étroitement associé aux deux piliers de l’ordre établi, la religion et la royauté :

  • 56 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 14, « Nous n’aurions plus de rois indigènes, p (...)

« Wir sollen keine eigne Könige
Mehr haben, keinen eingebornen Herrn –
Der König, der nie stirbt, soll aus der Welt
Verschwinden – der den heil’gen Pflug beschützt,
Der die Trift beschützt und fruchtbar macht die Erde
Der die Leibeignen in die Freiheit führt […]
Der dem Schwachen beisteht und den Bösen schreckt […] »56

53Loin de se poser en figure révolutionnaire, Jeanne d’Arc développe ici une vision idyllique de la royauté médiévale, fondée sur l’harmonie des rapports sociaux et sur le rôle sacré du roi. Celui-ci n’apparaît pas comme un tyran mais au contraire comme le garant des libertés de tous, essentiellement des plus faibles. Le rétablissement de cet ordre menacé par l’envahisseur, tel est le motif sacré qui anime le courage de Jeanne, révoltée à l’idée qu’une rupture puisse se produire dans cette continuité séculaire instituée par Dieu. Certes, Schiller n’hésite pas à montrer la faiblesse du roi Charles VII, se résignant presque à l’abdication de son pouvoir, cependant ses motivations restent nobles ; il refuse par exemple de sacrifier son peuple dans une guerre sanglante :

  • 57 Ibid., p. 31, « Dois-je, comme cette mère dénaturée, laisser partager mon enfant par l’épée ? Non, (...)

« Soll ich gleich jener unnatürlichen Mutter
Mein Kind zerteilen lassen mit dem Schwert ?
Nein, dass es lebe, will ich ihm entsagen. »57

54La référence biblique donne aux paroles du roi la grandeur qui sied à un monarque, alors même qu’il semble abandonner son rôle de père de la nation pour se constituer en figure maternelle et protectrice. De même, si Charles VII doute, comme tous les autres, de la sainteté de Jeanne au moment crucial du sacre, il retrouve toute sa confiance à la fin de la pièce, et l’assiste dans sa mort, déplorant même que celle-ci soit le prix de sa propre vie. On ne peut donc découvrir dans l’œuvre de Schiller une remise en question de la royauté légitime. Cependant, le rôle historique de Charles VII semble beaucoup plus ambigu, ce que ne manquent pas de souligner certains écrivains romantiques, pour qui le récit des actes de la Pucelle est l’occasion d’un réquisitoire contre la monarchie.

  • 58 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. III.
  • 59 Ibid., p. VII.

55Dumas se montre à cet égard particulièrement explicite ; empruntant à Michelet l’image de l’Imitation, il lui donne une signification nettement antimonarchiste : « Jeanne d’Arc est le Christ de la France ; elle a racheté les crimes de la monarchie, comme Jésus a racheté les péchés du monde. »58 Le parallèle établit clairement cette récupération républicaine d’un personnage médiéval qui, rappelons-le, sacrifie sa vie pour sauver la monarchie légitime menacée. Le paradoxe n’est qu’apparent, puisque les romantiques posent Jeanne en victime expiatoire, sacrifiée tel le Christ par ceux-là mêmes qu’elle venait sauver. Le rôle de l’Inquisition dans sa condamnation se trouve en effet fortement souligné. Quant à celui du roi, il se trouve généralement stigmatisé par les auteurs qui condamnent son ingratitude : « […] Charles, dont elle avait sauvé le royaume, ne fit pas un pas, pas une démarche, pas un mouvement pour la sauver. »59 Victime d’un système auquel elle voue une dévotion sans limite, Jeanne incarne le peuple royaliste, victime de dirigeants qui ne sont pas dignes de son dévouement. Delavigne va plus loin dans cette dénonciation, en peignant dans son poème le tableau d’une royauté décadente et sans morale, en totale opposition avec la vertu (au sens à la fois viril et féminin) qui caractérise Jeanne :

  • 60 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, op. cit., p. 63.

« Que faisait-il ce roi ? Plongé dans la mollesse,
Tandis que le malheur réclamait son appui,
L’ingrat, il oubliait, aux pieds d’une maîtresse,
La vierge qui mourait pour lui. »60

  • 61 A. de Lamartine, Vies de quelques hommes illustres, op. cit. p. 165.
  • 62 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 231.

56Jeanne, héroïne populaire, dépasse ainsi en grandeur le roi. Son amour pour sa patrie la hisse au-dessus des figures nationales légitimes, qui ne se montrent pas dignes de leur fonction. Dumas va même plus loin en rendant le roi directement responsable de la faillite de sa mission. Les historiens et les écrivains s’interrogent effectivement sur le sens à donner aux échecs qui suivent le sacre du roi à Reims. Après des victoires éclatantes, Jeanne subit des revers militaires et semble ainsi perdre le soutien de Dieu. Certains voient là le signe d’une faute de la Pucelle, entraînant un châtiment divin : elle aurait outrepassé sa mission, qui était de délivrer Orléans et de faire sacrer le roi. C’est ce que souligne explicitement Lamartine, en mettant en valeur l’aveuglement de Jeanne après le sacre : « Elle pressait le roi d’attaquer Paris, prenant son désir pour une lumière, et son impatience pour une inspiration. »61 À l’inverse, Dumas montre bien que Jeanne a parfaitement conscience du caractère limité de sa mission. Après le sacre, elle demande au roi l’autorisation de se retirer, mais celui-ci refuse. Elle cède, mais se contente alors de suivre sans imposer ses avis, car elle ne se sent plus inspirée par Dieu. Lorsqu’elle brise son épée, elle déclare : « […] c’est le dernier avertissement de Dieu qui me dit que je dois me retirer. »62 Mais à nouveau, le roi ne la prend pas au sérieux et l’oblige à rester. Jeanne se trouve ainsi lavée de toute responsabilité dans les événements qui suivent le sacre ; seul le roi, par une légèreté coupable, qui sera aggravée par son abandon final, doit répondre des échecs français.

57On retrouve le même esprit, poussé à l’extrême, dans l’œuvre de Southey qui crée une Jeanne d’Arc explicitement révolutionnaire, et résolument anachronique. Il choisit d’achever son poème sur le sacre de Charles VII, évitant ainsi d’évoquer le martyre et la chute. Pour lui, Jeanne incarne un idéal de liberté : elle dénonce les injustices sociales et condamne l’oppression. La monarchie se trouve directement mise en cause, ainsi que l’Église, toutes deux corrompues et ennemies des libertés. Le personnage de Théodore déclare ainsi :

  • 63 R. Southey, Joan of Arc, cité par Raimond, J., Robert Southey. L’homme et son temps. L’œuvre. Le r (...)

« These men are they who in the name of CHRIST
Did heap up wealth, and arrogatingpower,
Did make men bow the knee, and call themselves
Most Reverend Graces and Right Reverend Lords. »63

  • 64 I. Rakner, Joan of Arc in History, Legend and Literature, op. cit., p. 93, « Il est évident que Je (...)

58Southey reprend ainsi à son compte l’anticléricalisme de la Révolution française ; son enthousiasme pour les idées révolutionnaires l’incite à faire le choix d’une héroïne pourtant issue d’un pays ennemi de sa propre patrie. Jeanne ici n’est qu’un prétexte à un exposé des principes mis en œuvre par la Révolution ; la réalité du personnage historique se trouve totalement évacuée. Il en est de même dans le drame de John Burk, qui voit en Jeanne une héroïne essentiellement anti-anglaise, pouvant servir sa cause politique d’Irlandais en révolte contre la domination étrangère. L’aspect historique de Jeanne préoccupe donc peu l’auteur : seul compte le message idéologique. I. Rakner écrit ainsi à propos de son œuvre : « It will be evident that Joan and Chastel, the principal characters in this drama, have been given eighteenth-century idiosyncrasies and are oddly out of place in a medieval environment. »64 Ces deux œuvres fortement teintées d’idéologie semblent ainsi écraser le personnage historique sous des considérations politiques anachroniques, et ne permettent pas au lecteur de se créer une représentation cohérente et intéressante de Jeanne d’Arc. Cependant, même si la constitution de l’héroïne française en emblème de la Révolution semble difficilement justifiable, ce choix n’en reste pas moins révélateur des projections qui encombrent l’image de Jeanne à l’aube du romantisme.

59Cette vision d’une Jeanne d’Arc révolutionnaire se retrouve d’ailleurs exposée de manière explicite chez les historiens romantiques. Michelet nous offre un exemple particulièrement révélateur de cette relecture de l’histoire de Jeanne d’Arc à la lumière de la Révolution. Il compare en effet dans son Histoire de la Révolution les combats de la Pucelle à ceux du peuple de 1789 :

  • 65 J. Michelet, Histoire de la Révolution, cité par G. Krumeich, op. cit., p. 37.

« À des siècles de distance, les Parisiens qui assaillent la Bastille retrouvent la témérité des soldats de la Pucelle. Une idée se leva sur Paris avec le jour, et tous virent la même lumière. Une lumière dans les esprits et dans chaque Cœur, une voix : Va, et tu prendras la Bastille. »65

  • 66 Ibid., p. 275.

60Jeanne et les révolutionnaires apparaissent tous deux comme des instruments de la Providence. Également inspirés, ils sont poussés à l’héroïsme par une puissance, un esprit qui semble souffler dans le sens de l’histoire. De même, pour Michelet, « Jeanne est une sœur de Danton ! »66

61Le traitement littéraire du personnage de Jeanne d’Arc à l’époque romantique semble ainsi exemplaire. L’histoire, le théâtre et la poésie s’emparent brusquement de cette héroïne et tendent ainsi un miroir à leur époque. La fascination pour l’histoire de la Pucelle d’Orléans dépasse largement ce que peut avoir de superficiel l’engouement romantique pour le Moyen Âge. Certes, les aspects chevaleresques et merveilleux d’une telle aventure ne sont pas étrangers à l’attraction qu’exerce Jeanne sur les auteurs et sur leur public. Mais l’essentiel se joue ailleurs, dans les représentations fantasmatiques que semble engendrer le souvenir de cette jeune fille autour de laquelle les passions se déchaînent. La particularité romantique réside dans la réhabilitation de ce personnage, oublié ou méprisé lors des siècles précédents ; il est bien évident que Jeanne doit aux romantiques sa légende et sa fortune à venir. On assiste à une rencontre singulière et quelque peu miraculeuse, celle d’une chronique médiévale et d’une création romantique. Les romantiques donnent naissance à une Jeanne de chair et de sang, à partir des quelques vestiges que leur laisse l’historiographie du xve siècle ; cette Jeanne sera avant tout romantique, c’est-à-dire qu’elle incarnera les représentations et les idéaux véhiculés par le courant romantique, que les écrivains s’efforcent d’extraire de l’époque médiévale. Par-delà le phénomène de mode et d’inévitable imitation, chacun s’efforçant de créer sa Jeanne d’Arc, sorte d’essai obligé donnant accès au « label » romantique, le personnage s’enrichit au fil des œuvres. Nous pouvons ainsi tenter de dresser le portrait de Jeanne d’Arc non telle qu’elle fut, mais telle que l’ont rêvée les romantiques, avant que d’autres ne s’approprient son personnage. Héroïque et mystique, Vierge et figure christique, honorée et martyre, elle offre une image de l’idéal ; dès lors, tout dépend de ce que la sensibilité romantique veut y lire : chrétien pour les uns, royaliste, républicain… cet idéal difficile à saisir enveloppe la figure médiévale de Jeanne, dont la réalité s’estompe progressivement. La vérité historique souffre assurément de cette surenchère des images romantiques ; mais le mythe s’enrichit de ce palimpseste qui recouvre progressivement le personnage. Jeanne incarne ainsi métonymiquement un Moyen Âge « romanticisé », dont elle constitue un avatar particulièrement réussi.

Notes

1 On pense bien sûr à La Pucelle d’Orléans de Voltaire (1755).

2 I. Rakner, Joan of Arc in History, Legend and Literature, Oslo, Bergen, Tromsö, Universitetsforlaget, 1971.

3 Jeanne d’Arc sera publiée à part en 1853, ce qui témoigne du succès particulier que connaît cette partie de l’histoire médiévale.

4 C. Amalvi, Le goût du Moyen Âge, op. cit., p. 109.

5 Voltaire, La Pucelle d’Orléans, Genève, Théodore Besterman, 1970, [1re éd. 1755], p. 274.

6 Ibid., p. 294.

7 Ibid., p. 321.

8 Voltaire, Essais sur les mœurs, in Jeanne la Pucelle, une héroïne européenne, Lyon, Horvath, 1994, p. 81.

9 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, A. Michel, 1993.

10 Alphonse de Lamartine, Vies de quelques hommes illustres in Œuvres complètes, t. 35, Paris, 1863, p. 124.

11 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 37, « […] fort merveilleux et étrange ! »

12 Ibid., p. 38, « jeune fille merveilleuse »

13 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, Paris, Magen et Comon, 1842, p. 25.

14 Ibid., p. 98.

15 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 743.

16 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 26, « Une femme, m’annonça cette nonne, me ferait triompher de tous mes ennemis et me conquerrait la couronne de mes ancêtres. Je la cherchais au loin dans le camp de l’ennemi, j’espérais me concilier le cœur de ma mère […] c’est par l’amour de mon Agnès que je vais remporter la victoire. »

17 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 25.

18 Ibid., p. 41, « Une vierge pure accomplit tout ce qui est beau sur terre, si elle résiste à l’amour terrestre. Regarde-moi. Chaste fille comme toi, j’ai enfanté le divin seigneur et je suis moi-même divine. »

19 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 748.

20 Ibid, p. 784.

21 Ibid., p. 740.

22 Ibid., p. 730.

23 La place du merveilleux dans les œuvres oriente bien souvent l’interprétation idéologique que l’on peut en proposer, et que nous examinerons plus loin.

24 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 6, « Je la vois méditer des heures entières assise là-bas, sous l’arbre des druides que fuient tous les êtres heureux. Car il n’y fait pas bon : quelque esprit méchant siège sous cet arbre déjà depuis l’antiquité païenne grisonnante. »

25 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 765.

26 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 110.

27 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 751.

28 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 61, « Montgomery : […] Oh ! je t’implore par la bonté de ton tendre sexe, aie pitié de ma jeunesse ! / Jeanne : N’invoque pas mon sexe ! Ne m’appelle pas femme ! Comme les esprits immatériels qui ne convolent pas à la manière terrestre, je ne me rattache à aucun sexe humain, et cette cuirasse ne recouvre pas de cœur. »

29 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, Paris, Ladvocat, 1824, [1re éd. 1818], p. 52.

30 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 731.

31 Ibid., p. 760.

32 Jacques Le Goff, « Jeanne d’Arc », Encyclopædia universalis, t. 12, p. 1039.

33 Pierre Albouy, Mythes et mythologies dans la littérature française, Paris, A. Colin, 1969.

34 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 725.

35 Ibid., p. 730.

36 Ibid., p. 748.

37 Ibid., p. 760.

38 Ibid., p. 761.

39 Cité par G. Krumeich, op. cit., p. 40.

40 Cité par Régine Pernoud, Préface de G. Krumeich, op. cit., p. 11.

41 Jeanne d’Arc d’après les actes du procès et les chroniques contemporaines.

42 J. Le Goff, « Jeanne d’Arc », op. cit., p. 1039.

43 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 66, « Duc, que veux-tu faire ? Où est l’ennemi que cherche ton regard avide de meurtre ? Ce noble prince est fils de France comme toi, ce vaillant est ton compagnon d’armes et ton compatriote. Je suis moi-même une fille de ta patrie. »

44 Schiller et Soumet introduisent ici un anachronisme, puisque le duc de Bourgogne ne se rallie au roi de France qu’après la mort de Jeanne d’Arc. Ce déplacement leur permet d’accorder un rôle essentiel à la Pucelle dans la restauration de l’unité nationale.

45 Alexandre Soumet, Jeanne d’Arc, paris, Lévy, 1846, [1re éd. 1825], p. 42.

46 Ibid., p. 4.

47 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 791.

48 Ibid., p. 791-792.

49 J. Michelet, Jeanne d’Arc, Paris, Gallimard, 1974, Introduction p. 41.

50 G. Krumeich, op. cit., p. 18.

51 Prosper de Barante, Jacques Bonhomme, cité par G. Krumeich, op. cit., p. 58.

52 Ibid., p. 783.

53 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, op. cit., p. 60-61.

54 J. Michelet, Histoire de France, livres I à XVII, op. cit., p. 730.

55 A. Dumas, Jehanne la pucelle, op. cit., p. 144-145.

56 F. von Schiller, La Pucelle d’Orléans, op. cit., p. 14, « Nous n’aurions plus de rois indigènes, plus de seigneur chez nous. Le roi, qui jamais ne meurt, devrait disparaître de ce monde. celui qui protège la charrue sainte, celui qui protège le pré et rend la terre fertile, celui qui conduit les serfs à la liberté […] celui qui aide le faible et terrifie le méchant […] »

57 Ibid., p. 31, « Dois-je, comme cette mère dénaturée, laisser partager mon enfant par l’épée ? Non, pour qu’il vive, je veux renoncer à lui. »

58 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. III.

59 Ibid., p. VII.

60 C. Delavigne, Messéniennes et poésies diverses, op. cit., p. 63.

61 A. de Lamartine, Vies de quelques hommes illustres, op. cit. p. 165.

62 A. Dumas, Jehanne la Pucelle, op. cit., p. 231.

63 R. Southey, Joan of Arc, cité par Raimond, J., Robert Southey. L’homme et son temps. L’œuvre. Le rôle., Paris, Didier, 1968, p. 34, « Ces hommes sont ceux qui au nom du CHRIST amassent des richesses et s’arrogent des pouvoirs, font s’agenouiller les hommes et se nomment eux-mêmes monseigneur révérendissime et très révérend seigneur. » (ma traduction)

64 I. Rakner, Joan of Arc in History, Legend and Literature, op. cit., p. 93, « Il est évident que Jeanne et Chastel, les principaux personnages du drame, sont dotés d’idiosyncrasies du xviiie siècle et sont singulièrement dépaysés dans un environnement médiéval. » (ma traduction).

65 J. Michelet, Histoire de la Révolution, cité par G. Krumeich, op. cit., p. 37.

66 Ibid., p. 275.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540