Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge des romantiques

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

1. Le Moyen Âge mis en formes

Moyen Âge et roman historique

Texte intégral

1Le romantisme, fort de son nouveau rapport à l’histoire, que nous avons évoqué dans la première partie de ce travail, donne naissance à un nouveau genre romanesque : le roman historique. En effet, chacun s’accorde sur le fait que c’est avec Walter Scott que s’élabore réellement ce genre, appelé par la suite à une grande fortune. Bien entendu, avant le xixe siècle, l’histoire n’est pas exclue du roman ; cependant, son statut n’a rien de comparable avec ce qu’il devient dans le roman historique romantique. Prenons l’exemple du Château d’Otrante d’Horace Walpole, publié dans la deuxième moitié du xviiie siècle : si le cadre historique renvoie bien au Moyen Âge, la psychologie des personnages ne possède rien qui puisse nous faire plonger plus profondément dans cette période historique. Au contraire, avec Scott, les mœurs et les personnalités expriment la présence de l’histoire dans le roman.

2Au sein de ce genre nouveau, dont l’apogée se situe entre 1815 et 1830, c’est-à-dire en France dans les années de la Restauration, le Moyen Âge tient une place essentielle. Walter Scott, l’inventeur du genre, semble particulièrement fasciné par cette période qu’il connaît bien, pour en avoir recueilli avec ferveur les légendes, liées aux paysages de son Écosse natale. Ainsi, rappelons que deux de ses plus célèbres romans, Ivanhoé (1819) et Quentin Durward (1823) mettent en scène l’histoire du Moyen Âge. En outre, si l’on examine avec plus d’attention la production romanesque de Scott, il apparaît que l’histoire médiévale y tient une large place. Du Talisman (1825) au Comte Robert de Paris (1831), deux œuvres consacrées aux croisades, en passant par La jolie fille de Perth (1828) ou Anne de Geierstein (1829), qui s’intéressent aux xive et xve siècles, le Moyen Âge intervient de façon récurrente dans l’œuvre du romancier écossais. Non seulement celui-ci crée une esthétique nouvelle en introduisant, sous toutes ses formes, l’histoire dans le roman, mais il contribue également à un regain d’intérêt pour le Moyen Âge, un Moyen Âge qui restera longtemps marqué par les représentations scottiennes. C’est sans conteste Ivanhoé qui lance dans toute l’Europe une mode effrénée du roman historique à sujet médiéval. Les jeunes auteurs romantiques s’attachent sans retenue à imiter, de façon plus ou moins heureuse, les romans de Walter Scott. On assiste ainsi à une floraison de romans historiques inégalement réussis, dont certains sont aujourd’hui tombés dans un oubli total. Citons seulement quelques œuvres des plus grands auteurs romantiques. Alexandre Dumas participe activement à cette production romanesque, en abordant dans ses œuvres de nombreux sujets médiévaux : personnages historiques célèbres [Jehanne la Pucelle (1857), Charles le Téméraire (1857), Isabel de Bavière (1835), Chronique du roi Pépin (1842), Chronique de Charlemagne (1842)…], ou moins connus des historiens [La comtesse de Salisbury (1839), Le bâtard de Mauléon (1846-47)], légendaires [Robin Hoodle proscrit (posth. 1872)], ou imaginaires (Othon l’archer (1840)]. Cette simple énumération nous laisse déjà entrevoir la variété des époques et des sujets abordés. Le jeune Balzac, avant de se consacrer à l’étude des mœurs de ses contemporains, s’adonne un temps au roman historique : avec Agathise, roman de jeunesse inachevé, il évoque le temps du retour des croisades, en faisant référence de façon appuyée à Ivanhoé. Dans L’Excommunié, qui appartient à son projet d’Histoire de France pittoresque, il aborde le règne de Charles VI, comme Dumas dans Isabel de Bavière ; enfin, il publie deux nouvelles historiques, Les proscrits (1831) et Maître Cornélius (1831) qui projette un regard neuf sur le personnage de Louis XI. L’Allemand Tieck, avec son Sabbat des sorcières (Der Hexen-Sabbath, 1831), inspiré d’un procès en sorcellerie mené sous le règne de Philippe le Bon, participe aussi à la vogue du roman historique médiéval. Enfin, dépassant les normes et les limites du genre, Victor Hugo répond au Quentin Durward de Walter Scott par un roman à la fois historique, mythique et symbolique, Notre-Dame de Paris (1831). La voie ouverte par Walter Scott se trouve donc largement empruntée. Ce nouveau genre romanesque semble correspondre parfaitement au renouvellement esthétique attendu par la génération romantique. Nous avons évoqué précédemment le rôle essentiel de l’histoire dans la pensée romantique ; il nous reste à définir et à explorer l’esthétique romanesque nouvelle à laquelle elle donne lieu.

1. Le statut de l’histoire dans les romans

1.1. Histoire et roman : complémentarité ou concurrence ?

  • 1 Dumas, par exemple, s’inspire abondamment de L'Histoire de France de Michelet ; Scott, dans Anne d (...)

3Un problème se pose d’emblée au roman historique : comment peut-il trouver sa place face aux récits des historiens ? Le roman historique se contente-t-il d’ajouter une histoire fictive à une trame véridique ? Dans ce cas, comment lier les deux aspects ? Face à leurs sources historiques, constituées souvent des ouvrages des historiens contemporains (Michelet, Thierry, Barante…)1, les romanciers ont parfois du mal à trouver leur place. Pourtant, tous en sont convaincus, le roman historique représente autre chose qu’un récit d’historien, aussi « littéraire » soit-il.

  • 2 Alexandre Dumas, Préface de La comtesse de Salisbury, Paris, Dumont, 1839, t. 1, p. 5.

4Ainsi, dans la préface de La comtesse de Salisbury, Dumas développe une sorte de défense et illustration du roman historique, définissant les exigences qui doivent, selon lui, présider à sa réalisation. Après avoir rendu hommage, comme il se doit, à Walter Scott (« c’est que sous sa plume enfin hommes et choses reprennent vie et place à la date où ils ont existé, que le lecteur se trouve insensiblement transporté au milieu d’un monde complet […] »2), il tente de justifier l’existence du roman historique :

  • 3 Ibid., p. 14-15.

« […] après avoir étudié l’un après l’autre la chronique, l’histoire et le roman historique, après avoir bien reconnu que la chronique ne peut être considérée que comme source où l’on doit puiser, nous avons espéré qu’il restait une place à prendre entre ces hommes qui n’ont point assez d’imagination et ces hommes qui en ont trop ; nous nous sommes convaincus que les dates et les faits chronologiques ne manquaient d’intérêt que parce qu’aucune chaîne vitale ne les unissait entre eux, et que le cadavre de l’histoire ne nous paraissait si repoussant que parce que ceux qui l’avaient préparé avaient commencé par enlever les chairs nécessaires à la ressemblance, les muscles nécessaires au mouvement, enfin les organes nécessaires à la vie […]. »3

5Redonner vie et mouvement à l’histoire, tel est l’objectif que se fixent ceux qui abordent le genre difficile du roman historique. Pour cela, il faudra mettre en œuvre une histoire vécue de l’intérieur, ressentie et exprimée par des personnages bien vivants : face aux monuments figés de l’histoire, le roman historique affirme sa liberté absolue. Bien sûr, la matière historique lui impose certaines contraintes : il ne s’agit pas de modifier l’histoire, de déformer les faits, mais plutôt de les montrer à travers un point de vue inhabituel. Pour autant, le roman historique ne renonce pas à une vision globale et totalisante de l’événement historique, comme en témoignent encore ces propos de Dumas :

  • 4 Ibid., p. 16-17.

« Le seul moyen […] serait donc, selon nous, aussitôt qu’on a fait le choix d’une époque, de bien étudier les intérêts divers qui s’y agitent entre le peuple, la noblesse et la royauté ; de choisir parmi les personnages principaux de ces trois ordres ceux qui ont pris une part active aux événements accomplis pendant la durée de l’œuvre que l’on exécute ; de rechercher minutieusement quels étaient l’aspect, le caractère et le tempérament de ces personnages, afin qu’en les faisant vivre, parler et agir dans cette triple unité, on puisse développer chez eux les passions qui ont amené ces catastrophes désignées au catalogue des siècles par des dates et des faits auxquels on ne peut s’intéresser qu’en montrant la manière vitale dont ils ont pris place dans la chronologie. »4

  • 5 Walter Scott, Count Robert of Paris, in The Waverley Novels, t 46, Edinburg, Adam and Charles Blac (...)

6Cependant, malgré ces déclarations enthousiastes et l’affirmation d’une spécificité du roman historique par rapport à l’histoire, le rapport des romanciers à leurs sources, c’est-à-dire aux historiens, s’avère parfois problématique. Tout d’abord, tous prennent soin de les indiquer avec précision, comme si le premier contact avec le lecteur nécessitait une mise en confiance, passant par une caution « scientifique » extérieure. À grand renfort de préfaces ou d’avertissements, les romanciers s’empressent d’affirmer la vérité historique de leurs récits, en s’effaçant prudemment derrière les grands noms de l’histoire romantique. Ainsi, dans l’avertissement du Comte Robert de Paris, Walter Scott justifie l’exactitude des faits historiques racontés en renvoyant le lecteur à Gibbon (Histoire de la décadence et de la chute de l’empire romain) et à Mills (Histoire des croisades). Cette caution lui permet de réitérer avec insistance son souci constant de vérité : « This account of the Varangian Guard is strictly historical […] »5 Cependant, Scott affirme la liberté du romancier par rapport à l’historien. Ainsi, dans l’introduction au Talisman, tout en faisant référence à Mills, il marque sa spécificité d’auteur de fiction :

  • 6 W. Scott, The Talisman, in The Waverley Novels, t 38, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868, [1re(...)

« It maid be said, in general, that most of the incidents introduced in the following tale are fictitious ; and that reality, where it exists, is only retained in the characters of the piece. »6

7Il s’autorise ainsi à évoquer quelques épisodes fantaisistes de la vie d’un grand personnage historique, Richard Cœur de Lion. Scott, on le verra, excelle à mêler histoire et fiction, et à exprimer une vérité historique à travers une intrigue imaginaire. Dumas, à travers ses romans à sujets médiévaux, semble moins à l’aise dans cet exercice. Il utilise à l’envi le subterfuge du manuscrit inconnu, comme dans le premier chapitre du Bâtard de Mauléon, qui met en scène le chroniqueur Froissart, recueillant son récit de la bouche même du héros :

  • 7 A. Dumas, Le Bâtard de Mauléon, Paris, Cercle du Bibliophile, 1972, [1reéd. 1846], p. 46.

« Et le même soir, après souper, le Bâtard de Mauléon, tenant sa promesse, commença de raconter à messire Jehan Froissard l’histoire qu’on va lire et que nous avons tirée d’un manuscrit inédit, sans nous donner, selon notre habitude, d’autre peine que celle de mettre à la troisième personne une narration qui était écrite à la première. »7

  • 8 A. Dumas, Charles le Téméraire, Paris, Lévy, 1871, [1reéd. 1857], t. 1, p. 253. La citation exacte (...)
  • 9 Ibid., p. 134.

8Balzac a recours au même procédé en « traduisant » les Œuvres de l’abbé Savonati (Agathise et Falthurne), sous le masque de l’instituteur Matricante. Mais ce qui semble plus gênant, chez Dumas, reste sa difficulté à se détacher des récits historiques contemporains. On retrouve en effet dans ses romans à sujets médiévaux des passages entiers de l’Histoire de France de Michelet. C’est le cas, par exemple, de cette considération sur Liège au xve siècle, dans Charles le Téméraire : « On avait beau dire à Liège qu’elle était allemande, qu’elle faisait partie du cercle de Westphalie, que ses intérêts étaient au Nord et à l’Est, elle n’en voulait rien croire. »8 Cette soumission au texte de Michelet entrave obligatoirement la liberté du romancier, ce qu’il avoue d’ailleurs avec une pointe d’humour : « Jacques Cœur prêta de l’argent au dauphin ; notre grand historien Michelet croit que ce fut la cause de sa disgrâce ; Dieu nous garde d’être d’un autre avis que Michelet. »9 Il est clair que Dumas a du mal à se démarquer des historiens, aussi bien en ce qui concerne les sources que dans la forme même de son œuvre : des romans comme Isabel de Bavière, Charles le Téméraire ou Jehanne la Pucelle sont plus proches des récits historiques de Michelet ou Barante que des romans de Walter Scott. Définir avec précision le genre du roman historique, même pour ceux qui le pratiquent, semble presque une gageure. Pourtant, le genre existe et se distingue du récit d’historien, comme nous essaierons de le montrer à travers l’étude de la méthode scottienne.

1.2. La vérité romanesque

9Tout comme Dumas, Scott recherche parfois la caution d’historiens ; mais loin de s’effacer derrière eux, il ne les convoque bien souvent que pour justifier ses inventions romanesques. Ainsi, dans ivanhoé, à la suite de la scène dans laquelle Bracy veut, par le chantage et l’intimidation, obliger Rowena à céder à ses avances, le narrateur déclare :

  • 10 W. Scott, Ivanhoé, London, Penguin, 1984, [1re éd. 1819], trad. par A. Defauconpret, p. 241-242, « (...)

« And here we cannot but think it necessary to offer some better proof than the incident of an idle tale to vindicate the melancoly representation of manners which has been just laid before the reader. »10

10Il développe alors toute une justification historique à l’aide d’exemples et de documents :

  • 11 Ibid., p. 243, « Telle était la dissolution des mœurs au xiie siècle, ainsi que le montre la décla (...)

« Such and so licentious were the times, as announced by the public declaration of the assembled clergy, recorded by Eadmer ; and we need add nothing more to vindicate the probability of the scenes which we have detailed […]. »11

11On se trouve ici face à un condensé de la méthode scottienne : utiliser l’histoire non pour la réécrire mais pour créer de la fiction vraie, aux visées historiquement justes. Dans ses romans, il cherche constamment à intégrer de façon étroite l’histoire au roman. Ainsi, il évite les développements didactiques sur la situation historique, et choisit plutôt de faire ressentir au lecteur cette situation à travers des personnages, des événements ou des scènes typiques. Le premier chapitre d'Ivanhoé est à cet égard révélateur. En effet, après quelques considérations générales sur l’opposition entre Normands et Saxons dans l’Angleterre du xiie siècle, et sur l’oppression qui pèse sur les Saxons, on passe aussitôt à une scène particulière qui permet d’illustrer ce propos : Gurth et Wamba, les deux serfs saxons, incarnent clairement cette situation, par leur tenue vestimentaire et à travers leurs paroles :

  • 12 Ibid., p. 15, « À peine avons-nous droit à l’air que nous respirons […]. Ce qu’il y a de fin et de (...)

12« […] little is left to us but the air we breathe […]. The finest and the fattest is for their board […] and […] leaving few here who have either willor the power to protect the infortunate Saxon. »12

13De cette façon, le lecteur se trouve informé de la situation historique, tout en faisant connaissance avec les personnages de la fiction : les deux éléments constitutifs du roman historique se trouvent d’emblée mis en étroite relation. De la même façon, au chapitre 21, un dialogue entre Bracy et le Templier Bois-Guilbert joue le même double rôle. Ceux-ci évoquent leurs projets après l’enlèvement de la Saxonne Rowena et de la juive Rébecca. Au cours de ce dialogue, destiné à informer le lecteur de la suite des événements et du danger qui menace les deux héroïnes, est abordé le problème historique de la décadence de l’ordre du Temple. Ainsi, un dialogue nécessaire à l’action aborde un aspect historique, lui-même utile pour une meilleure compréhension de la fiction, puisque la dépravation des Templiers explique le comportement de Bois-Guilbert.

14Tout le roman peut se lire comme un témoignage sur l’antagonisme entre Normands et Saxons, qui caractérise le Moyen Âge anglais. Scott nous donne à voir quelques scènes symboliques, comme celle du banquet offert par le prince Jean à la suite du tournoi dans lequel triomphe le chevalier Déshérité, qui n’est autre qu’Ivanhoé. Au cours de ce repas dont Cédric et Athelstane, deux nobles Saxons, sont les hôtes, les conflits et les rancœurs qui séparent les deux peuples apparaissent à travers quelques détails. En effet, les vêtements et les manières des Saxons semblent ridicules aux convives normands, qui ne se font pas faute, du fait de leur supériorité, de le faire ressentir :

  • 13 Ibid., p. 158, « Avec une gravité sournoise, que des gestes moqueurs trahissaient de temps à autre (...)

« With sly gravity, interrupted only by private signs to each other, the Norman knights and nobles beheld the ruder demeanour of Athelstane and Cedric at a banquet to the form and fashion of which they were unaccustomed. »13

15Ainsi, cette scène haute en couleurs permet de révéler de façon vivante les oppositions entre Normands et Saxons, tout en faisant progresser l’action : le conflit qui oppose le prince Jean et ses partisans à Ivanhoé, dévoué au roi Richard, se précise de plus en plus.

  • 14 W. Scott, The Talisman, op. cit., p. 539, « Ici se termine notre histoire, les conditions auxquell (...)

16Avec Walter Scott, le roman historique trouve donc sa réalisation et sa justification ; il prend sa place entre les ouvrages historiques et les romans troubadours ou gothiques, dans lesquels l’histoire disparaissait presque totalement. Scott définit clairement ce rôle du roman historique en renvoyant le lecteur à l’histoire, à la fin du Talisman : « Our story closes here, as the terms on which Richard relinquished his conquests are to be found in every history of the period. »14 Le roman propose donc un récit en marge de l’histoire. Il s’autorise à révéler certains aspects ignorés des historiens, que lui seul peut faire revivre.

17À l’inverse, Dumas nous donne parfois l’exemple de ce qu’un roman historique ne doit pas être. En effet dans La comtesse de Salisbury, malgré les promesses de la préface, le lien entre les développements historiques et la fiction, c’est-à-dire essentiellement l’intrigue sentimentale entre le roi Édouard III et la comtesse de Salisbury, semble bien artificiel. Le personnage éponyme n’apparaît en fait que rarement dans le roman, et les passages qui lui sont consacrés ne font que se juxtaposer à la description des batailles et des manœuvres politiques qui opposent l’Angleterre et la France. À aucun moment le lecteur ne peut établir un lien entre la fiction, c’est-à-dire la vie privée du roi et son amour pour la comtesse, et l’histoire, purement événementielle, des traités et des batailles. L’histoire ne trouve donc pas de réelle place dans ce roman, contrairement à ce que l’on a pu constater chez Scott. Balzac, dans ses romans historiques, semble plus proche de la méthode scottienne. Il tente de lier au contexte historique les événements romanesques qu’il développe :

  • 15 Honoré de Balzac, L’Excommunié, in Œuvres diverses, Paris, Gallimard, 1990, p. 311.

« Ces éclaircissements sont nécessaires pour l’intelligence de ce qui va suivre car dans ces temps-là, les disputes religieuses avaient autant d’influence sur le sort des Français que les guerres cruelles […] »15

18Le récit de l’excommunication du jeune seigneur de Rochecorbon aura donc une valeur exemplaire, en illustrant cette conception générale des mœurs religieuses médiévales.

19L’enjeu essentiel du roman historique réside donc dans la manière d’intégrer l’histoire à la matière romanesque, de la mettre en forme en créant une poétique nouvelle.

1.3. Une poétique de l’histoire

20Il nous faut revenir à Walter Scott pour tenter de définir les lois générales qui président à l’élaboration du roman historique à sujet médiéval. Comment l’histoire devient-elle un élément romanesque, voire un moteur du récit fictionnel ?

21Georges Lukacs, dans Le roman historique, a parfaitement défini la spécificité de l’œuvre de Scott : la place périphérique accordée aux grands personnages historiques, et de façon corollaire, le choix de héros non historiques. Dans Ivanhoé, si les deux figures historiques antithétiques que sont Jean et Richard sont présentes, leur participation directe à l’intrigue reste limitée. Par exemple, ce sont les acolytes du prince Jean (Bracy, Front de Bœuf, Bois-Guilbert) qui organisent l’enlèvement de Rowena, épisode essentiel du roman, mais le prince lui-même n’y participe pas. De même, Richard n’intervient qu’à la fin du roman, et reste longtemps inconnu. Cette distance maintenue avec les personnages historiques permet à l’auteur une plus grande liberté. Il peut alors prêter à ses héros les actions et les sentiments les plus divers, et même leur faire jouer un rôle dans l’histoire : celle-ci ne pourra pas le contredire. À l’inverse, focaliser l’intrigue sur un grand personnage historique, en le transformant en héros de fiction ne peut qu’exposer à des difficultés et à des contraintes historiques. Ainsi, même si Le Talisman accorde une place importante à Richard Cœur de Lion, l’intrigue se trouve centrée sur le jeune chevalier écossais Kenneth, par les yeux duquel nous percevons tous les événements historiques. Dumas suit la même règle dans Le bâtard de Mauléon, qui met en scène ce chevalier inconnu, amené à côtoyer aux cours de ses aventures de grandes figures historiques comme Blanche de Bourbon, du Guesclin, Charles VI. On a vu que ses autres romans, trop limités à l’étude d’un grand personnage historique (Charles le Téméraire, Isabel de Bavière, Jeanne d’Arc) ne parvenaient pas à se dégager clairement du récit historique pur, et ne participaient donc pas du nouveau genre mis en place par Scott. Pourtant, cela ne signifie pas que dans le roman historique, l’histoire soit reléguée au second plan, derrière une intrigue romanesque considérée comme plus importante ; la réussite du genre tient précisément au fait que l’histoire elle-même se mêle à la fiction et devient partie prenante du récit romanesque.

22Il s’agit en effet de faire coïncider le conflit historique et le conflit privé, la quête personnelle et la participation au destin collectif, la crise sociale et celle des sentiments. C’est là que Lukács reconnaît le plus volontiers la réussite de Scott :

  • 16 Georges Lukacs, Le roman historique, Paris, Payot, 1965, p. 42.

« […] certaines crises dans les destinées individuelles d’une série d’êtres humains coïncident et s’entrelacent avec le contexte déterminant d’une crise historique. C’est précisément pour cette raison que sa manière de figurer la crise historique n’est jamais abstraite […] »16

23La quête personnelle d’Ivanhoé, chevalier saxon qui a fait allégeance au roi normand Richard, et qui convoite la main de la noble Saxonne Rowena, coïncide avec la nécessité historique d’un apaisement des relations entre Normands et Saxons, qui passe par la restauration du pouvoir de Richard et l’éviction de son frère Jean, qui a usurpé le trône. Tant que le conflit historique n’est pas réglé, Cédric, tuteur de Rowena, veut lui faire épouser Athelstane, Saxon d’un rang élevé, dans l’espoir de restaurer la grandeur de ce peuple face à l’arrogance des Normands. La fin du roman montre bien comment les deux fils de l’intrigue se rejoignent, puisque l’aboutissement de la quête amoureuse, c’est-à-dire le mariage d’Ivanhoé et de Rébecca symbolise l’apaisement de la crise historique :

  • 17 W. Scott, Ivanhoé, op. cit., p. 515, « Cela donna au mariage de deux individus la valeur d’un gage (...)

« […] that marked the marriage of two individuals as a pledge of the future peace and harmony betwixt two races, which, since that period, have been so completely mingled that the distinction has become wholly invisible. »17

24De la même façon, la rivalité amoureuse qui oppose Henry, bourgeois de Perth, et Conachar, chef de clan écossais, dans La Jolie Fille de Perth, se double d’une opposition ancestrale entre les villes des Lowlands et les peuples montagnards des Highlands. La fin du roman concentre cette opposition avec le combat en champ clos (motif typique des romans médiévaux) qui oppose les deux protagonistes.

25En règle générale, c’est l’histoire, en l’occurrence l’histoire médiévale, forte de sa richesse et de son étrangeté, qui permet le déploiement du romanesque. Le Moyen Âge, époque d’instabilité, de crises, de mœurs violentes, offre un terrain privilégié à ce qui constitue un élément essentiel du roman, c’est-à-dire l’aventure. L’heure n’est pas à l’introspection, à l’analyse psychologique, mais à la mise en forme des crises de l’histoire. L’aspect guerrier du Moyen Âge avec ses conquêtes et ses errances chevaleresques n’est pas étranger à la place importante qui lui est réservée dans le roman historique. De plus, le Moyen Âge qui intéresse les romanciers est un monde où tout est en train de se constituer : structures sociales, coutumes, pouvoir. Rien n’est encore clairement établi, et tout est susceptible de renversement et de bouleversement. En effet, c’est bien le contexte particulier des croisades qui permet au jeune noble écossais Kenneth de conquérir la main d’Edith Plantagenêt, au terme d’un duel judiciaire. Seul le Moyen Âge et ses mœurs chevaleresques offrent cette liberté d’aventures à la fois guerrières et amoureuses. De même, dans Le bâtard de Mauléon de Dumas, le héros subit sans cesse les vicissitudes de l’histoire, et se trouve entraîné dans les combats fratricides qui déchirent l’Espagne du xive siècle. Sa passion pour la jeune More Aïssa naît de cette situation, et les multiples difficultés et rebondissements qui caractérisent cette aventure amoureuse se trouvent étroitement liés aux événements historiques. La première de ces difficultés réside dans le fait qu’Aïssa appartient au clan ennemi, celui des Infidèles ; de plus, la situation de guerre oblige le chevalier Agénor de Mauléon à être souvent séparé de celle qu’il aime : lié à une situation historique violente, cet amour impossible ne peut que s’achever dans le sang :

  • 18 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 2, p. 401.

« Lorsque l’aube vint jeter sa blafarde lueur sur cette horrible scène, on eût pu voir le chevalier, pâle comme un spectre, appuyer ses lèvres sur les lèvres froides et violettes d’une tête coupée que le More lui avait jetée. »18

  • 19 H. de Balzac, Maître Cornélius, in La comédie humaine, t. 7, Paris, Seuil, 1965, [1re éd. 1831], p (...)
  • 20 Le terme est révélateur : on rejoint ici l’admiration pour la nouvelle esthétique, dont la théorie (...)
  • 21 Ibid., p. 112.

26Pour beaucoup d’auteurs, le Moyen Âge, son histoire et ses mœurs représentent un temps où l’aventure est encore possible, face à un présent bloqué, fermé au rêve et à l’héroïsme. Rappelons qu’après l’épopée napoléonnienne, la Restauration vient mettre un terme aux rêves de grandeur historique ; le politique succède à l’héroïque. Aussi, pour les romanciers, plonger dans l’histoire médiévale, c’est ouvrir la voie au romanesque. Ainsi, Balzac insiste sur le fait que l’aventure amoureuse dont il va être question n’est possible que parce qu’elle se situe au Moyen Âge : « L’amour était encore une religion, il avait encore son beau fanatisme, ses superstitions naïves, ses dévouements sublimes qui sympathisaient avec ceux du christianisme. »19 La répétition nostalgique de « encore » marque bien la conscience qu’a l’auteur de la rupture inéluctable entre le présent et ces temps romanesques, temps des sentiments « sublimes », comme le sont les cathédrales gothiques20. L’aventure naît donc essentiellement de l’esprit du temps, qui permet les sentiments exaltés et les actes héroïques ; ainsi, l’amant de la comtesse de Saint Vallier « […] se résolut à tout tenter, poussé par l’esprit chevaleresque et passionné de cette époque »21.

  • 22 Ludwig Tieck, Der Hexen-Sabbath in Schriften, t. 20, Berlin, Reimer, 1846, [1reéd. 1831], p. 212, (...)

27Dans un registre un peu différent, le roman de Tieck, Le sabbat des sorcières, illustre lui aussi cette idée. En effet, au début du roman, dont l’intrigue se déroule dans la deuxième moitié du xive siècle, ce qui frappe le plus le lecteur semble paradoxalement l’absence de dépaysement, de déplacement temporel. On se trouve au sein d’une société relativement moderne et policée, et qui en a d’ailleurs conscience. Ainsi, le vieux peintre Labitte apparaît comme un tenant du rationalisme lorsqu’il déclare : « […]es giebt gar kein Wunder ; alles, was geschieht, geschieht ganz natürlich […] »22 De même, Catherine, l’héroïne du roman, affirme que les temps obscurs et barbares appartiennent au passé : « Die Zeit ist so herangewachsen, dafi die

  • 23 Ibid., p. 231. « Les temps ont marché de telle sorte que maintenant, le clergé, et même le siège d (...)

28Geistlichkeit, und selbst Petri Stuhl, nur noch diejenigen schrecken, die sich wollen schrecken lassen. »23 Or, ce que les personnages oublient (et pour cause), mais que le lecteur sait fort bien, c’est que l’on se trouve encore au Moyen Âge, c’est-à-dire dans un temps où la superstition, l’intolérance, les peurs archaïques et leur cortège de violence et d’horreur peuvent resurgir à tout moment. C’est bien le Moyen Âge qui va permettre à l’intrigue romanesque de se développer, entraînant peu à peu les personnages dans un engrenage absurde de dénonciations et de chasse aux sorcières. Là encore, l’histoire est le moteur de l’aventure ou, pour employer une métaphore plus appropriée à ce texte, un véritable détonateur.

29Le roman historique représente donc une innovation romantique importante et l’histoire médiévale y tient une place essentielle. Loin d’être une simple toile de fond, elle s’insère pleinement dans le romanesque, créant ainsi une esthétique originale. Il nous reste maintenant à préciser quelles transformations subit le Moyen Âge en entrant dans le roman, et quelle image en est ainsi restituée au lecteur.

2. Les représentations romanesques du Moyen Âge

2.1. Un Moyen Âge stéréotypé ?

30La manière dont s’est constitué le genre du roman historique, à savoir l’influence déterminante de Walter Scott qui a poussé de nombreux auteurs romantiques à l’imitation, nous met déjà en garde contre un risque auquel il n’a pas toujours échappé, celui du cliché. En effet, une étude quantitative des romans historiques romantiques met facilement en évidence la présence d’un Moyen Âge fortement stéréotypé.

  • 24 Les Récits des temps mérovingiens de l’historien Thierry ne paraissent qu’en 1840.

31Tout d’abord, le choix des époques médiévales représentées demeure finalement limité. On peut considérer que deux grandes périodes intéressent au premier chef les romanciers : le xiie siècle, époque de la croisade à laquelle participe Richard Cœur de Lion, et les derniers siècles du Moyen Âge, les xive et xve siècles. Le Haut Moyen Âge semble les laisser indifférents, peut-être par manque d’informations historiques sur cette période plus obscure24. C’est ce que tendrait à nous faire penser l’examen des trois textes de Dumas consacrés à cette période : Aventures de Lydéric (censées se dérouler sous le règne de Clotaire, 511-561), Chronique du roi Pépin et Chronique de Charlemagne. En effet, il n’est pas possible de considérer ces trois récits comme appartenant au genre du roman historique. Le merveilleux et les légendes, omniprésents, les apparentent plutôt au conte de fée ou à l’imitation de romans de chevalerie ; l’histoire n’y tient aucune place, et cette époque n’a probablement séduit Dumas que parce qu’elle représente pour lui le temps, hors histoire, de la légende.

32La fin du xie siècle (Le comte Robert de Paris) et le règne du roi Richard (ivanhoé et Le Talisman) séduisent Walter Scott parce que ces époques lui permettent de développer deux motifs essentiels : celui des croisades et celui de l’opposition entre Saxons et Normands, motif éminemment national.

33Quant au xive siècle, il semble l’objet d’une attention plus sensible, avec La jolie Fille de Perth (Scott), La comtesse de Salisbury, Othon l’archer, Le bâtard de Mauléon, Isabel de Bavière (tous deux consacrés au règne de Charles VI), Jehanne la Pucelle (Dumas), L’Excommunié, Les Proscrits (Balzac). L’attirance pour ce siècle s’explique en partie par la fascination exercée par quelques grandes figures historiques, héroïques, comme Jeanne d’Arc, ou pathétiques, comme le roi fou Charles VI, figures qui condensent et fédèrent la plupart des images associées au Moyen Âge ; plus largement, le xive siècle offre l’image d’un Moyen Âge constitué, encore empreint d’un merveilleux dont, selon Michelet, Jeanne d’Arc serait le dernier représentant.

34Le xve siècle, lui, symbolise la fin du Moyen Âge et se trouve marqué par deux grandes figures historiques, Louis XI et Charles le Téméraire, évoqués dans la plupart de nos romans : Anne de Geierstein, qui relate le conflit entre les bourgeois suisses et Charles, Charles le Téméraire (Dumas), qui évoque la rivalité avec Louis XI, tout comme le grand roman de Scott, Quentin Durward, ainsi que Notre-Dame de Paris de Hugo. Le Sabbat des Sorcières de Tieck a pour cadre le règne de Philippe-le-Bon, mais la figure du dauphin, futur Louis XI, s’y trouve évoquée. Enfin, Maître Cornélius (Balzac) met également en scène Louis XI. Ce roi de la fin du Moyen Âge tient donc une place essentielle dans la production romanesque des années romantiques ; nous aurons l’occasion d’étudier plus en détail ses diverses représentations. On peut également déceler dans le choix privilégié que font les romanciers de cette période un goût pour les époques d’instabilité et de transition, dans lesquelles ils retrouvent une sorte de reflet de leur propre temps. Scott et Hugo, par exemple, soulignent fortement cette idée de transition dans leurs romans. Dès le début de Quentin Durward, le narrateur présente l’époque décrite comme une période de constitution et de préparation de la France moderne :

  • 25 W. Scott, Quentin Durward, Oxford, Oxford University Press, 1992, [1re éd. 1823], trad. par A. Def (...)

« The latter part of the fifteenth century prepared a train of future events that ended by raising France to that state of formidable power, which has ever since been, from time to time, the principal object of jealousy to the other European nations. »25

  • 26 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1980, [1reéd. 1831], p. 111.

35Ce qui se joue en cette fin du xve siècle est bien le passage d’une société encore féodale par certains aspects vers une nation unie et centralisée sous le gouvernement d’un roi. L’idée de transition est également exprimée de plusieurs manières dans Notre-Dame de Paris. Tout d’abord, la cathédrale apparaît comme un monument emblématique de l’époque puisque « C’est un édifice de la transition »26. De même, il est intéressant de constater qu’en réutilisant le personnage réel du poète Gringore (qu’il transforme en « Gringoire »), Hugo lui fait subir un déplacement chronologique d’une vingtaine d’années, de façon à le placer au tournant du siècle, lui qui annonce pourtant déjà la Renaissance.

36On remarque donc une certaine limitation chronologique dans l’évocation romanesque du Moyen Âge. Cependant, l’essentiel du processus qui conduit à figer en stéréotype le Moyen Âge des romans historiques ne se situe pas là.

  • 27 W. Scott, Anne of Geierstein, in The Waverley Novels, t 43, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868 (...)

37On constate que, quelles que soient les époques abordées, le Moyen Âge semble imposer un certain nombre de motifs obligés. Ainsi, presque tous les romans évoquent la chevalerie, thème considéré comme indissociable de l’époque médiévale, qu’il s’agisse du temps des croisades ou du règne du monarque bourgeois et moderne Louis XI. L’exemple de Walter Scott est particulièrement révélateur. En effet, tous ses romans médiévaux comportent au moins une scène de combat de chevaliers. Dans le cas des romans consacrés au règne de Richard, le roi chevalier, le motif prend une ampleur considérable : pensons à Ivanhoé, et aux cinq chapitres consacrés à la description du tournoi organisé par le prince Jean, au cours duquel ont lieu les exploits du Chevalier Déshérité, sans oublier la grande scène finale et la description du duel judiciaire opposant Ivanhoé à Bois-Guilbert, pour la défense de Rébecca, accusée de sorcellerie. Le duel judiciaire, ou jugement de Dieu, constitue un motif médiéval particulièrement prisé, car il mêle spectaculairement les aspects guerriers et religieux de la chevalerie. De la même façon, un duel judiciaire termine Le Talisman. Mais il est encore plus intéressant de constater que, même dans les romans dont l’intrigue se déroule à la fin du Moyen Âge, le motif chevaleresque est amplement développé. Ainsi, dans la Jolie Fille de Perth, on retrouve le motif du jugement de Dieu : pour découvrir le meurtrier du bonnetier Olivier, les citoyens de Perth ont recours à l’épreuve du « droit de cercueil » (si le meurtrier s’approche de la dépouille de sa victime, ses blessures se remettent à saigner). Si quelqu’un refuse de se soumettre à l’épreuve, il doit alors en passer par un duel judiciaire qui l’oppose au champion choisi par la veuve de la victime, en l’occurrence le forgeron Henry. On constate donc que, même en choisissant de décrire une ville bourgeoise du xive siècle, Scott sacrifie à son goût pour la thématique chevaleresque. L’examen d’Anne de Geierstein ne peut que conforter cette opinion puisque le roman s’ouvre sur ces mots : « The events are fixed, by historical date, to the middle of the fifteenth century, – that important period when chivalry still shone with a setting ray […] »27

38Dumas, admirateur de Walter Scott, contribue également à véhiculer ces clichés. Ainsi, dans Othon l’archer,

  • 28 A. Dumas, Othon l’archer, Paris, Dumont, 1840, p. 58.

« Le comte Karl était un de ces types de la vieille chevalerie qui commençaient déjà à disparaître au quinzième siècle et que Froissard décrit avec tout l’amour que porte l’antiquaire à un débris des temps passés. »28

39Ce roman contient également un épisode de duel judiciaire, destiné à dissiper une calomnie touchant la mère d’Othon. De la même façon, Isabel de Bavière comporte une inévitable description de tournoi, dont les détails sont soumis au lecteur sur une quarantaine de pages. Même Balzac sacrifie au rituel en évoquant avec nostalgie le déclin des mœurs chevaleresques à la fin du xive siècle :

  • 29 H. de Balzac, L’Excommunié, in Œuvres diverses, t. 2, Paris, Gallimard, 1990, p. 308-309.

« Ce fut cependant à cette époque qu’eurent lieu les cours d’amour car la chevalerie était encore en honneur, mais les mœurs relâchées et la licence extrême des manières et de la conversation déshonorèrent l’aimable commerce de l’amour. »29

40Il reprend donc le motif traditionnel de la courtoisie médiévale, ainsi que le mythe des cours d’amour.

41Le Moyen Âge se trouve parfois réduit à une couleur locale quelque peu superficielle. Ainsi, presque tous les romans comportent des passages quasi obligés sur l’obscurantisme et l’étrangeté des mœurs au regard du temps présent. C’est le cas par exemple dans Anne de Geierstein, où une légende prête à l’héroïne des origines diaboliques :

  • 30 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., p. 250, « L’attention d’Arthur Philipson avait été peu à p (...)

« Arthur Philipson ’s attention had been gradually and intensely attracted by a story, which was too much in unison with the received ideas of the age to be encountered by the unhesitating incredulity with which it must have been heard in later and more enlightened times. »30

  • 31 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 410, « Ô foi cruelle, qui défendait à ses dévots de compatir à des (...)
  • 32 Ibid., p. 420, « en ces temps d’ignorance et de superstition »
  • 33 Ibid., p. 50 et p. 295.

42Pensons également à de nombreuses scènes d’Ivanhoé mettant en évidence l’obscurantisme médiéval, la plus frappante demeurant celle du procès en sorcellerie intenté à la juive Rébecca. Ce procès se trouve placé sous le signe du fanatisme le plus extrême ; l’épigraphe annonce déjà le thème et la tonalité du chapitre : « Stern was the law which bade its vit’ries leave / At human woes with human hearts to grieve […] »31 Plus loin, on frôle le cliché avec une expression comme « in those ignorant and superstitious times »32 ; de même, l’expression « dark ages » (temps obscurs) revient de façon récurrente dans le roman33. De la même façon que la joute ou le duel judiciaire, la manifestation plus ou moins violente du fanatisme religieux et de la crédulité s’impose naturellement dans un roman qui se propose d’offrir une représentation du Moyen Âge. Dumas ne résiste pas non plus au désir de plonger le lecteur dans un univers de superstition et d’intolérance :

  • 34 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 1, p. 195.

« […] il fallait se défier sur la route.
D’abord des lépreux qui, disait-on, empoisonnaient les fontaines avec un mélange de cheveux graissés de têtes de couleuvres et de pattes de crapauds.
Puis, des Juifs alliés des lépreux, et généralement hommes ou choses, avec tout ce qui pouvait faire du tort ou du mal aux chrétiens. »34

  • 35 H. de Balzac, Maître Cornélius, op. cit., p. 105.
  • 36 H. de Balzac, Les Proscrits, Ibid., p. 274.

43Quant au roman de Balzac, L’Excommunié et à celui de Tieck, Le Sabbat des sorcières, ils illustrent directement par le thème abordé l’aspect fanatique et superstitieux du Moyen Âge. Balzac transforme en cliché le motif de la superstition médiévale ; il suffit de constater la fixité de la formulation dans Maître Cornélius (« […] à cette époque, un homme de guerre, et même un amoureux, tout tremblait au mot de magie »35), et dans Les Proscrits (« À cette époque, petits et grands, clercs et laïques, tout tremblait à la pensée d’un pouvoir surnaturel »36). Il s’agit là d’un topos inévitable, puisque c’est essentiellement cet aspect qui fascine les auteurs romantiques, et il tend à se figer dans des expressions convenues.

44On retrouve la même tendance au cliché dans l’évocation de l’exotisme oriental, notamment dans les récits consacrés aux croisades. Ainsi, l’Écossais Kenneth prête aux Sarrasins des pouvoirs maléfiques et considère le chevalier More qu’il rencontre comme le descendant de quelque esprit élémentaire :

  • 37 W. Scott, The Talisman, op. cit., p. 74, « Comme l’Écossais, dans la simplicité de son cœur, n’ava (...)

« As the single-hearted Scotsman had never for a moment doubted these gods of the ancient Gentiles to be acrually devils, so he now hesitated not to believe that the blasphemous hymn of the Saracen had raised up an infernal spirit. »37

45Scott s’attache également à montrer le contraste et l’incompréhension entre les deux civilisations, tout en insistant sur le raffinement et le développement de la société more, notamment à travers la figure du médecin qui sauve la vie du roi Richard. Dumas, lui, se limite à une vision plus stéréotypée de l’Orient. Il constate lui aussi la grandeur de la civilisation more, tout en montrant qu’elle ne peut être comprise des hommes du Moyen Âge :

  • 38 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 1, p. 73.

« C’était donc une magnifique vue que l’alcazar de Coïmbre, même pour nos ignorants et barbares aïeux, qui méprisaient à cette époque la civilisation arabe et italienne qui devait les enrichir plus tard. »38

  • 39 Ibid., t. 2, p. 19.
  • 40 Ibid., t. 1, p. 292.

46Ici, le topos d’un Moyen Âge barbare s’ajoute à la fascination romantique pour l’Orient. Mais le cliché se glisse surtout dans la représentation de la femme orientale : « Les femmes d’Orient se composent une vie de rêves perpétuels, mêlés d’actions énergiques qui sont les réveils ou les intermittences de leur voluptueux sommeil. »39 On retrouve ici le fantasme occidental qui prête à la femme d’Orient une indolence sensuelle ; de plus, dans le roman, la jeune More Aïssa est cachée aux regards, puisqu’elle ne voyage qu’enfermée dans une litière, ce qui contribue à aiguiser le désir d’Agénor, avatar de l’amoureux romantique fasciné par l’exotisme : « Agénor ne connaissait point encore cette ardente poésie de la passion orientale, et venait seulement de la comprendre en regardant le sourire d’Aïssa. »40 L’évocation de l’Orient tend donc à se figer en images conventionnelles.

47Cependant, il serait réducteur de ne voir dans ces divers romans historiques qu’une succession de lieux communs sur le Moyen Âge, conduisant à une représentation de l’époque dénuée de toute originalité et de toute profondeur historique. En effet, par bien des aspects, ils participent d’une nouvelle vision de l’histoire médiévale, en essayant de saisir l’esprit profond de ces temps éloignés.

2.2. Une histoire des mœurs

48Le roman historique inspiré de Scott se donne pour objectif de produire une représentation vivante de l’histoire. Ainsi, plutôt que de s’en tenir aux événements, dates et batailles, il s’attache à pénétrer les mentalités, les coutumes qui révèlent une autre forme de vérité historique. Certains romanciers n’hésitent pas non plus à subvertir et à dénoncer l’image figée du Moyen Âge que nous avons tenté de définir précédemment.

  • 41 G. Lukács, Le roman historique, op. cit., p. 35.

49Lukacs, à propos de l’œuvre de Scott, utilise le concept de « types historicosociaux », et il apprécie le fait que Scott donne à ces types « une incarnation humaine vivante »41. L’histoire prend donc la forme de personnages représentatifs de certaines grandes tendances historiques. Ainsi, si Cédric incarne la partie de la noblesse saxonne qui refuse tout compromis avec l’occupant normand, son fils Ivanhoé représente l’évolution de la société vers une fusion entre les deux peuples. De la même façon, Scott ne s’en tient pas à la représentation des classes les plus élevées ; les outlaws sont présents à travers le personnage légendaire de Locksley, le peuple se trouve incarné par les serfs Wamba et Gurth, sans oublier les parias de la société, magnifiquement représentés par le Juif Isaac et surtout par sa fille Rébecca. Cette diversité permet à l’auteur de mettre en scène de façon concrète les tensions, les alliances et les aspirations convergentes ou contradictoires des différentes composantes de ce monde anglais du xiie siècle. Il n’hésite pas non plus à faire incarner ces grands courants par des personnages historiques connus : si le prince Jean symbolise l’arrogance des vainqueurs normands, ainsi que la dépravation de leurs mœurs, son frère Richard représente l’avenir, puisqu’il respecte les Saxons et souhaite les intégrer pleinement à la nouvelle société en train de se construire. La victoire finale de Richard, comme le mariage d’Ivanhoé, sont les signes tangibles de cette évolution vers une unité nouvelle.

  • 42 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 72.
  • 43 Ibid., p. 99.

50Ce procédé est absent chez Dumas qui choisit plutôt de représenter l’histoire à travers de grands événements, ou par quelques traits de mœurs typiques. Il est en revanche présent dans le roman de Hugo, Notre-Dame de Paris, fortement inspiré des motifs et du contexte historique du Quentin Durward de Scott, mais aussi de ses structures. Le héros du roman de Scott, Quentin Durward, est un jeune Écossais poussé à s’engager involontairement dans le corps d’archers du roi Louis XI. Le choix de ce personnage permet à Scott de porter un regard naïf et étranger sur l’univers qu’il décrit, notamment sur les intrigues royales. Quentin Durward est tout à fait représentatif de ce que Lukacs dans Le roman historique a appelé le héros « moyen » chez Scott. En effet, n’ayant pas de personnalité marquée, il est amené à faire le lien entre les deux pôles antithétiques du récit, Louis XI et Charles le Téméraire. Dans le roman de Hugo, il est difficile de définir un héros ou même un personnage principal. Le récit tourne en réalité autour de quatre personnages : le prêtre Claude Frollo, le monstre Quasimodo, le soldat Phoebus de Châteaupers et le philosophe Gringoire. Tous les quatre gravitent de façon différente autour de la jeune bohémienne Esmeralda. Gringoire, dans sa façon d’être le jouet des événements, par son inaction et sa passivité, nous semble pouvoir être considéré comme une reprise dégradée du héros moyen ou passif de Scott. En effet, tout comme Quentin fait le lien entre les différentes tendances historiques représentées par les personnages, Gringoire est « incessamment suspendu entre les propensions humaines et les neutralisant l’une par l’autre »42. Hugo insiste sur cet aspect de son personnage dans l’épisode de la Cour des miracles : « En matière d’amour, comme en tout autre affaire, il était volontiers pour les temporisations et les moyens termes […] »43. On croirait ainsi retrouver le héros scottien tel que le conçoit Lukacs et dont Michel Crouzet donne la définition suivante :

  • 44 Michel Crouzet, Préface de W. Scott, Waverley, Rob-Roy, La fiancée de Lamermoor, Paris, Laffont, « (...)

« […] le héros de Scott choisit le non choix, ou la synthèse, ou la non division des valeurs, des hommes, de lui-même. À lui, comme à l’historien s’il est fidèle à sa fonction, de renouer les fils, de transcender les schismes. Le risque de ces héros « lieurs » que sont les amants scottiens est un certain effacement, cette humanité en demi-teinte défie l’inhumanité des fanatismes tranchés et des engagements tyranniques. »44

51De fait, tout comme Quentin ne choisit pas réellement entre Louis XI et Charles le Téméraire, Gringoire reste un intermédiaire indécis entre Esmeralda et Frollo, entre le peuple et le pouvoir. Hugo pousse même ce trait de caractère du personnage jusqu’à le faire hésiter lorsqu’il doit choisir de sauver Esmeralda ou sa chèvre :

  • 45 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 464.

« Il est certain que Gringoire était dans une cruelle perplexité. […]. Il se livrait dans ses pensées un violent combat, dans lequel, comme le Jupiter de l’Iliade, il pesait tour à tour l’Egyptienne et la chèvre […] »45

52Gringoire apparaît ainsi comme un double parodique du héros scottien. Si Scott utilise en effet ce type de héros pour mettre au jour des tensions historiques et montrer leur possible résolution, Hugo ne nous livre pas la même interprétation de l’histoire. Quentin Durward apparaît au début comme un personnage marginal : étranger, sans fortune et sans titre, même s’il est d’origine aristocratique. De même, dans Notre-Dame de Paris, les figures principales du roman sont des personnages marginaux et populaires : Gringoire, Quasimodo, Esmeralda. Or, si dans Quentin Durward le héros finit par trouver sa place dans la société en épousant Isabelle de Croye, il n’en est pas de même dans Notre-Dame de Paris où ne peut avoir lieu que la destruction finale des personnages, dont l’intégration au reste de la société est impossible. Cette différence de traitement permet de mettre en évidence deux conceptions de l’ordre social qui s’opposent : pour Scott, l’évolution et la résolution des crises peuvent se faire sans heurt, par le compromis ; pour Hugo, cette résolution progressive semble impossible. Cela nous permet de mettre en évidence le dépassement qu’effectue Hugo dans sa réécriture du roman de Scott, et comment il contribue à transformer la conception même du roman historique.

  • 46 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 34, « C’était une affaire d’importance, car une grande partie de l (...)
  • 47 Ibid., p. 50, « […] race qui, durant ces temps d’ignorance, était haïe du vulgaire crédule et supe (...)

53Les romanciers ne s’en tiennent pas à une histoire purement événementielle mais intègrent à leurs récits, comme les historiens contemporains, une représentation des mœurs médiévales. On trouve par exemple dans La Jolie Fille de Perth une description des rites funéraires pratiqués par un clan des Highlands, ainsi qu’une analyse psychologique et culturelle de la perception de la mort chez ces montagnards écossais. Scott n’hésite pas non plus à livrer au lecteur quelques renseignements d’ordre socio-économique à propos de la période historique qu’il aborde. Il justifie ainsi la colère de Cédric, inquiet pour son troupeau : « The matter was of consequence, for great part of the domestic wealth of the Saxon propritors consisted in numerous herds of swine […] »46 De même, un trait de mœurs médiévales, l’antisémitisme généralisé, se trouve représenté par la situation du Juif Isaac et de sa fille, persécutés tout au long du roman ; Scott s’attache à montrer « […] a race which, during those dark ages, was alike detested by the credulous and prejudiced vulgar, and persecuted by the greedy and rapacious nobility […] »47. Par-delà le cliché que nous avons déjà signalé, on retrouve ici un trait important des mentalités médiévales.

54Le roman de Dumas, La comtesse de Salisbury, s’ouvre sur un trait particulièrement pittoresque, dans le chapitre intitulé « le vœu du héron » ; la scène se déroule à la cour du roi Édouard III, auquel le comte Robert d’Artois fait servir un héron, symbole de lâcheté, lui signifiant ainsi son mépris, car Édouard ne cherche pas à reprendre ses terres de France. Édouard fait alors le vœu de ne pas connaître un instant de repos avant d’avoir conquis la France, tandis que la reine jure de n’accoucher qu’en terre de France, quitte à se donner la mort si cette terre n’est pas conquise. Ce type de vœu, comparable à ceux que s’imposent les chevaliers, nous plonge d’emblée dans un univers mental totalement autre, et typiquement médiéval. Plus loin, le narrateur rappelle un élément de psychologie médiévale, lié aux conditions d’existence, et qui se révèle dans la manière d’appréhender la mort :

  • 48 A. Dumas, La comtesse de Salisbury, op. cit., t. 2, p. 333.

« Le comte aimait son neveu comme il eût pu aimer son propre fils, mais le comte était, avant tout, un chevalier de son époque, un cœur du quatorzième siècle, un homme enfin qui, se mettant lui-même chaque jour en danger, regardait la mort comme un hôte auquel il faut ouvrir sa porte au premier coup qu’il y frappe. »48

55Dumas rapporte également une tradition pittoresque de l’époque médiévale, celle qui consiste à rassembler les rançons destinées à acheter la liberté des nobles chevaliers capturés par l’ennemi ; dans le cas qu’il évoque, celui de la rançon de du Guesclin, ce trait historique prend presque un aspect mythique, avec l’évocation de la Bretagne et de son peuple, fidèle et dévoué :

  • 49 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 2, p. 166.

« […] il est certain, comme le dit la légende, que les femmes de Bretagne filèrent plus activement leur quenouille pour la liberté de du Guesclin, qu’elles ne le faisaient pour nourrir leurs fils et vêtir leurs maris. »49

  • 50 H. de Balzac, L’Excommunié, op. cit., p. 326.

56Quant à Balzac dont le projet est d’écrire, rappelons-le, une Histoire de France pittoresque, il nous offre une description détaillée et empreinte de couleur locale d’une scène d’excommunication au Moyen Âge. Il va même jusqu’à traduire la sentence, prononcée en latin. Il s’agit pour lui d’illustrer le pouvoir de l’Église au Moyen Âge, ainsi que les abus perpétrés ; il incite d’ailleurs le lecteur à se replacer dans le contexte social et mental du temps : « […] dans cette époque les suites d’une excommunication étaient terribles. »50

57Les romanciers s’attachent donc à donner une image à la fois réelle et pittoresque du Moyen Âge, en mettant en évidence un univers mental fondamentalement différent de celui de leur époque. Le choix de personnages ou d’anecdotes typiques leur permet de mettre en œuvre de façon vivante et originale une véritable histoire des mœurs médiévales. Ils dépassent ainsi l’exotisme facile, la couleur locale superficielle qui tendrait à figer le Moyen Âge sous des images convenues et répétitives. Certains ne manquent pas d’ailleurs de remettre en cause les poncifs associés à la période médiévale.

  • 51 W. Scott, The Fair Maid of Perth, in The Waverley Novels, t 42, Edinburg, Adam and Charles Black, (...)

58Scott, tout en sacrifiant souvent au rituel de célébration de la chevalerie et des valeurs courtoises, s’attache parfois à en retourner l’image positive ; il montre ainsi l’influence néfaste des mœurs chevaleresque sur un bourgeois de Perth, Henry, dont les penchants violents et querelleurs répugnent à la douce Catherine. Celui-ci justifie de la sorte ses défauts : « Then there are the minstrels, with their romaunts and ballads, which place all a man's praise in receiving and repaying hard blows. »51 Ainsi défini, l’héroïsme chevaleresque perd une bonne part de sa puissance fascinatrice. De même, dans Ivanhoé, Scott développe par l’intermédiaire de Rébecca une critique de la chevalerie, dont la gloire n’est à ses yeux que vanité :

  • 52 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 318, « […] quel charme y a-t-il dans les rimes grossières d’un bar (...)

« […] is there such virtue in the rude rhymes of a wandering bard, that domestic love, kindly affection, peace and happiness, are so wildly bartered, to become the hero of those ballads which vagabond minstrels sing to drunken churls over their evening ale ? »52

59Là encore, on est loin de l’exaltation de l’univers chevaleresque et de la poésie des troubadours. L’univers chevaleresque se trouve même franchement ridiculisé dans certains passages de Quentin Durward, notamment à travers le personnage d’Hameline qui ne cesse de ressasser les souvenirs des tournois dont elle a été la reine, et va jusqu’à proférer des assertions ridicules pour déplorer la fin de la chevalerie :

  • 53 W. Scott, Quentin Durward, op. cit., p. 211, « J’aimerais mille fois mieux être battue deux fois p (...)

« A thousand times rather wouldI be beaten twice-a-day, by a husband whose arm was much feared by others as by me, than be the wife of a coward who dared neither to lift hand to his wife, nor to anyone else ! »53

  • 54 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 2, p. 183, « […] pendant le Moyen Âge, la constitution (...)

60Les valeurs chevaleresques apparaissent donc bien dégradées et ridiculisées dans la bouche de ce personnage. Contre le cliché, Scott tente de donner au lecteur une image plus réaliste et plus critique du Moyen Âge. De la même façon, il remet en cause la conception traditionnelle de la féodalité, considérée habituellement comme un système oppressif et injuste : « […] in all feudalized countries, that is to say, in almost Europe during the midlle ages, an ardent spirit of liberty pervaded the constitution. »54 Même s’il nuance ensuite son propos en précisant que cette liberté ne touche pas les classes les plus pauvres, Scott développe ici un point de vue historique nouveau.

61Balzac aborde également avec une distance humoristique la conception traditionnelle de la société féodale et de la chevalerie :

  • 55 H. de Balzac, Agathise in Œuvres diverses, t. 1, Paris, Gallimard, 1990, p. 666.

« […] en aucun temps la subordination ne fut mieux observée que dans les temps de la chevalerie, où tout était arrangé dans le meilleur ordre possible, excepté les larcins des brigands, la féodalité et les injustices des barons envers leurs sujets. Mais quel est l’ordre de choses qui n’a pas son vice sur la terre ? »55

62Comment mieux dire qu’il faut dépasser les clichés associés au Moyen Âge, qui n’est ni un ordre social idéal, ni un univers de barbarie et de violence ? Balzac s’inscrit donc en faux contre les représentations manichéennes trop répandues qui défigurent le Moyen Âge et le transforment en enjeu idéologique.

63Le roman historique romantique échappe donc partiellement au risque de la représentation « troubadour » du Moyen Âge. Au-delà des clichés, les auteurs cherchent à faire œuvre d’historiens en restituant une époque dans sa complexité, en évitant de lui appliquer des schémas immuables et des images figées. Ils développent également dans leurs œuvres une conception spécifiquement romanesque du personnage historique.

2.3. Une nouvelle vision du personnage historique

  • 56 H. de Balzac, Maître Cornélius, op. cit., p. 111.
  • 57 Ibid., p. 109.

64Il est essentiel de remarquer la spécificité du regard porté par nos romanciers sur les personnages historiques qu’ils mettent en scène. En effet, leur conception se distingue de celle des historiens principalement parce qu’ils s’attachent à montrer non seulement l’action publique de leurs personnages, mais également leur vie privée, notion très présente au xixe siècle. Chez Scott, le personnage historique se trouve représenté dans toute sa dimension humaine : loin d’être un monument, il offre au lecteur une représentation vivante de ses traits de caractère et de son existence quotidienne. C’est le cas de Richard, dont Scott nous peint un portrait intime et familier, aussi bien dans Le Talisman que dans Ivanhoé. Il apparaît comme un véritable colosse, batailleur, colérique et orgueilleux lors de son séjour en Terre Sainte. Sa force physique extraordinaire est également mise en valeur dans Ivanhoé qui nous présente un roi n’hésitant pas à se mêler à une bande d'outlaws et à partager leurs fêtes et leurs plaisanteries ; il se trouve même en contact avec un personnage légendaire, Robin Hood. On est donc loin d’une vision statique et respectueuse du personnage historique. L’accès à sa vie privée, à des épisodes hors histoire de son existence, permet au romancier d’en créer une nouvelle image. Balzac se propose de refaire un portrait de Louis XI dans Maître Cornélius, en réponse à celui qui apparaît dans Quentin Durward de Scott, et qu’il juge inexact. Pourtant, le roi qui apparaît dans son récit semble plutôt le fruit de l’imagination du romancier que le reflet du personnage connu des historiens. Il en fait l’ami de maître Cornélius, personnage mystérieux et inquiétant, qui semble droit sorti d’un roman gothique ; celui-ci vit « […] seul avec sa vieille sœur, qui passait pour sorcière. Un tailleur du voisinage prétendait l’avoir souvent vue, la nuit, attendant sur les toits l’heure d’aller au sabbat »56. Ce personnage étrange est pourtant l’ami et le protégé de Louis XI : « Rusés, défiants, avares ; également politiques, également instruits ; supérieurs tous deux à leur époque, tous deux se comprenaient à merveille […] »57 En reprenant quelques traits traditionnels prêtés à Louis XI, à savoir son avarice et son goût de se mêler à ses sujets, Balzac imagine une aventure étrange : maître Cornélius subit des vols mystérieux ; le roi décide alors de lui prêter main forte en passant une nuit à espionner sa maison et découvre que le voleur n’est autre que le propriétaire lui-même, victime de somnambulisme. Le mélange entre les hauts desseins politiques du roi et certains aspects presque grotesques de sa vie privée en font aux yeux de Balzac un personnage particulièrement intéressant, dont il nous livre une facette originale :

  • 58 Ibid., p. 118-119.

« Ainsi, cet esprit immense planait en aigle sur tout l’empire, et Louis XI joignait alors à toutes les précautions du roi les bizarreries naturelles aux hommes d’une haute portée. À aucune époque, cette grande figure n’a été ni plus poétique ni plus belle. Assemblage inouï de contrastes ! un grand pouvoir dans un corps débile, un esprit incrédule aux choses d’ici-bas, crédules aux pratiques religieuses […]. C’était le combat gigantesque et toujours magnifique de l’homme, dans la plus haute expression de ses forces, joutant contre la nature. »58

  • 59 A. Dumas, isabel de Bavière, Paris, Famot, 1979, t. 1, p. 213.

65Suivant le même principe, Dumas nous offre une vision assez touchante de Charles VI, victime de démence et progressivement abandonné de tous. À travers le regard du personnage d’Odette, jeune nonne dépêchée auprès du roi pour tenter de l’apaiser, Charles VI n’apparaît plus que comme un homme qui souffre. Sa chambre respire la tristesse et l’abandon, ce qui provoque la compassion d’Odette, tout comme son aspect physique pitoyable : « Il avait les cheveux hérissés, la figure pâle et couverte de sueur, les habits en lambeaux. »59 On pénètre de cette manière dans l’intimité du roi, grâce à cette incursion au cœur de sa folie, au-delà des épisodes historiques connus qui en furent la manifestation, comme la crise qui le pousse à se précipiter sur le duc d’Orléans pour le frapper de son épée, et qui révèle pour la première fois la maladie du roi.

66L’objectif du roman historique ne se limite pas non plus à une évocation, plus ou moins réaliste et pittoresque, de l’époque médiévale. Il ne s’agit pas seulement de dépayser le lecteur en le plongeant dans un univers inconnu, et de le divertir en lui contant une histoire du « bon vieux temps ». Beaucoup de romanciers proposent en effet une lecture interprétative du Moyen Âge qu’ils évoquent en relation avec le présent.

3. Moyen Âge et présent : la modernité du roman historique

3.1. Une interprétation de l’histoire

67Loin de s’effacer derrière son récit, le narrateur du roman historique est souvent amené à prendre position sur les événements qu’il décrit ; il propose ainsi sa propre lecture de l’histoire, qu’il soumet au lecteur, invité à partager son point de vue. Scott développe par exemple dans Ivanhoé une interprétation historique du règne de Richard :

  • 60 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 471-472, « Ce roi au cœur de lion réalisait en grande partie le ty (...)

« In the lion-hearted king, the brilliant, but useless, character of a knight of romance was in a great measure relised and revived ; and the personalglory which he acquired by his own deeds of arms was far more dear to his excited imagination than that which a course of policy and wisdom would have spread around his government. Accordingly, his reign was like the course of a brilliant and rapid meteor, which shoots along the face of heaven, shedding around an unnecessary and portentous light, which is instantly swallowed up by universal darkness ; his feats of chivalry furnishing themes for bards and minstrels, but affording none of those solid benefits to his country on which history loves to pause, and hold up as an example to posterity. »60

68Scott semble donc choisir ce personnage pour ses qualités romanesques, puisqu’il incarne le chevalier médiéval, héroïque et courtois, aux aventures nombreuses et hors du commun, mais il n’hésite pas à montrer son inutilité historique en le considérant à la lumière du présent de l’Angleterre : l’histoire, sévèrement, renvoie ce personnage à la littérature. Scott prend ainsi un peu de recul vis-à-vis de son récit et livre au lecteur le fruit de ses réflexions historiques. L’auteur semble ici se scinder en deux, portant sur Richard un double regard : celui du romancier, fasciné par le héros de roman de chevalerie qui a inspiré tant de « troubadours », et celui de l’historien, qui ne retient d’un personnage que sa valeur politique, sa réussite sociale et économique en tant que roi à la tête d’un pays. Le roman historique semble se nourrir de cette tension et de cette complémentarité entre l’aspect romanesque de l’histoire et les visées historiques du roman.

69Dumas pratique aussi une lecture personnelle de l’événement et du personnage historiques. Le chapitre d'Isabel de Bavière qui narre l’assassinat du duc de Bourgogne sur le pont de Montereau participe nettement de ce processus de projection sur l’événement et de réappropriation du fait historique. De fait, celui-ci se trouve annoncé et souligné lourdement, parce que le romancier s’autorise à le considérer avec le regard rétrospectif de l’historien :

  • 61 A. Dumas, isabel de Bavière, op. cit., t. 2, p. 251.

« Maintenant, il faut que nos lecteurs jettent un coup d’œil avec nous sur la position topographique de la ville de Montereau, afin que nous les fassions assister, autant qu’il est en notre pouvoir, à la scène qui va se passer sur ce pont, auquel Napoléon, en 1814, a rattaché un second souvenir historique. »61

70Tout en ravivant l’attention du lecteur par la mise en valeur du cadre d’une scène célèbre, le romancier insère celle-ci dans une vision globale de l’histoire, en la reliant à un passé proche. Il se fait ainsi lecteur de signes historiques qu’il interprète à sa façon. Le commentaire qui suit le récit du meurtre révèle ainsi une lecture providentialiste de l’histoire comme mise en œuvre d’une forme de justice immanente :

  • 62 Ibid., p. 264.

« Ainsi tomba, par trahison, le puissant duc de Bourgogne, surnommé Jean sans Peur. Douze ans auparavant, il avait aussi, par trahison, frappé le duc d’Orléans des mêmes coups dont il venait d’être atteint à son tour. »62

71Cette sorte de morale historique permet à Dumas de modifier la lecture de cet événement ; éthiquement condamnable, le meurtre trouve sa place dans une interprétation globale de l’histoire qui le transforme en acte constructif, essentiel pour le progrès historique :

  • 63 Ibid., p. 265-266.

« La hache de Tanneguy Duchâtel porta le premier coup à l’édifice féodal de la monarchie capétienne. […] le jour où il frappa le duc de Bourgogne à Montereau, […] il sauva la France. »63

72Le romancier romantique ne se contente donc pas de raconter des histoires « vraies », il revisite également l’histoire et la redessine à la lumière de ses convictions et de ses interrogations personnelles.

3.2. Théories historiques

  • 64 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 8, « Quatre générations n’avaient pas suffi à mêler le sang ennemi (...)
  • 65 Ibid, p. 515, « Ce ne fut néanmoins qu’à dater de l’an 1350, sous le règne d’Édouard III, que la l (...)
  • 66 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 2, p. 166, « Oui, les Suisses sont pour la Bourgogne et (...)

73Dans la plupart de ses romans, Scott s’attache à illustrer une théorie partagée par certains historiens comme Augustin Thierry, celle qui voit dans les crises et les mouvements de l’histoire le résultat d’un affrontement perpétuel entre deux races. Ivanhoé met en scène l’opposition entre la race des vainqueurs, les Normands, et celle des vaincus, les Saxons. Toutes les aventures racontées dans le roman naissent de cette tension, qui perdure à travers les siècles : « Fourgenerations had not sufficed to blend the hostile blood of the Normans and Anglo-Saxons […] »64 À la fin du roman, le narrateur intervient à nouveau pour établir une sorte de bilan sur le problème de cette rivalité entre les deux peuples, dont la fusion n’est pas encore achevée : « But it was not until the reign of Edward the Third that the mixed language, now termed English, was spoken at the court of London[…] »65 Ce système interprétatif se retrouve dans ses autres romans consacrés au Moyen Âge. Ainsi, dans La Jolie Fille de Perth, on assiste aux conflits qui opposent les bourgeois des villes d’Ecosser aux clans des montagnards, aux mœurs plus rudes et plus primitives. On rencontre le même phénomène dans Anne de Geierstein qui montre l’opposition du peuple suisse, indépendant et épris de liberté, à la sujétion imposée par la Bourgogne. Charles le Téméraire y déclare en effet : « The same unquiet, perfidious, and inveterate enemies that the Scots are to England, are the Swiss to Burgundy and to my allies. »66 Cette citation tout à fait apocryphe nous révèle non seulement la sympathie de Scott pour le peuple suisse, mais montre également qu’il applique un système universel de lecture de l’histoire, en retrouvant dans chaque conflit particulier des lois générales d’opposition entre races. Cette théorie trouve sa pleine réalisation dans Le comte Robert de Paris, qui met en scène plusieurs conflits entre peuples, présents à Constantinople : les Barbares, dont fait partie le héros varangien Hereward, sont méprisés par les Romains, plus raffinés. Cependant, Scott montre bien que dans le mouvement de l’histoire, c’est le peuple nouveau, encore grossier et primitif, qui est en train de prendre le pas sur les Romains et les Grecs en décadence. Cette rivalité est doublée par une autre, essentielle aux yeux de Scott, celle qui se trouve déjà évoquée dans Ivanhoé : Hereward, barbare anglo-saxon, ne peut cacher sa haine pour la race de l’envahisseur normand, en la personne du comte Robert, fils de Guillaume le Conquérant lui-même. Scott applique donc à ses récits une grille de lecture historique, fondée sur l’examen des rapports de force entre les différents peuples en présence.

74Au-delà de ces postulats théoriques, l’interprétation de l’histoire prend parfois une teinte morale et idéologique.

3.3. Moyen Âge et idéologie

75La plupart des romanciers concèdent au Moyen Âge une indéniable suprématie morale sur leur époque. Beaucoup d’entre eux s’adonnent à ce que le romantisme tend à transformer en lieu commun, à savoir la valorisation de tout ce qui relève du primitif, du sauvage, du naïf. Ainsi, Scott met bien en évidence la supériorité barbare du jeune Hereward, sincère dans ses émotions et dans ses sentiments, sur les artifices de la Cour de Constantinople. De même, face aux vertus guerrières mais civilisées du comte Robert, celles du jeune barbare semblent plus authentiques :

  • 67 W. Scott, Count Robert of Paris, op. cit., p. 387-388, « Les vertus du Varangien, simples et primi (...)

« The virtues of the Varangian were all of that natural and unrefined kind which nature herself dictates to a gallant man, to whom a total want of fear, and the most prompt alacrity to meet danger, had been attributes of a life-long standing. The count, on the other hand, had all that bravery, generosity, and love of adventure, which was possessed by the rude soldier, with the virtues, partly real, partly fantastic, which those of his rank and country acquired from the spirit of chivalry. »67

76De la même façon, le narrateur de la Jolie Fille de Perth, en évoquant les coutumes des clans écossais, admire leurs vertus barbares :

  • 68 W. Scott, The Fair Maid of Perth, op. cit., t. 1, p. 196, « […] tous les membres du clan de Quhele (...)

« […] the clan Quhele conducted themselves with that species of courteous reserve and attention to the wants of others, which is often found in primitive nations […]. »68

  • 69 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 1, p. 154, « simplicité droite et franche »
  • 70 Ibid., p. 107, « […] ils ont volontairement renoncé à tout ce qu’il y avait d’oppressif dans leur (...)

77Le Moyen Âge se trouve paré des qualités primitives qui le constituent en âge d’or, voire en idéal social. Si les Suisses du xve siècle sont dotés d’une « downright and blunt simplicity »69, ce trait de caractère est en harmonie avec leur organisation politique libérale : « […] they have voluntarily resigned the oppressive part of their feudal power […] »70 Le système suisse symbolise donc la liberté et la fraternité sociale, parce qu’en lui sont réunis deux aspects a priori incompatibles, la conservation de mœurs simples et traditionnelles et le progrès politique. En effet, Arnold Biedermann s’oppose à l’invasion de la culture allemande et s’attache à préserver les traditions suisses :

  • 71 Ibid., p. 94, « […] Nous avons été étourdis des sottises des ménestrels et des minnesanger, depuis (...)

« We have been deafened with the foolery of minstrels and strolling minne-singers, ever since the wandering knaves found there were pence to be gathered among us. A swiss maiden should only sing Albert Ischudi’s ballads, or the merry lay of the going out and return of the cows […] »71

  • 72 Ibid., p. 106, « […] des hommes libres foulent aux pieds aujourd’hui les ruines de ce château féod (...)

78Pourtant, ce conservatisme moral n’induit pas un immobilisme politique, puisque la Suisse apparaît comme le pays qui a le plus tôt renoncé à l’iniquité du système féodal, ce qu’évoque avec fierté le même personnage : « […] free men tread the ruins of their feudal castle, at the most distant sight of whose turrets serfs were formerly obliged to vail their bonnets […] »72 On se trouve bien là dans la construction d’un véritable mythe, à travers cette Suisse médiévale idéale, qui a su ne conserver que les aspects positifs du Moyen Âge.

79À l’inverse, Balzac s’amuse à subvertir dans Agathise le thème de l’âge d’or communément associé au Moyen Âge, considéré comme le temps primitif où l’homme était meilleur, plus naïf et plus proche de la nature :

  • 73 H. de Balzac, Agathise, op. cit., p. 632.

« Il fut ou il ne fut pas un temps où les humains vivaient heureux, tranquilles, vivant des productions de la nature telles qu’elle les leur offrait […]. On ne connaissait pas le fard, la soie ; les chaises, les voitures ; les auberges ; l’écriture, le papier, l’imprimerie, la chandelle, le savon, le linge. »73

80Balzac évoque de façon humoristique ce temps mythique qui semble surtout s’opposer au matérialisme du xixe siècle, et le sépare clairement de l’époque

  • 74 Ibid., p. 633.
  • 75 Ibid.

81médiévale représentée dans son roman : « Enfin si ce beau siècle avait existé du temps de Velnare, le noble cardinal, le beau Giovanni n’auraient point été jetés dans un cachot. »74 Le mythe d’un Moyen Âge idéal se trouve brutalement et ironiquement brisé par cette association. Mais Balzac n’hésite pas à le réutiliser un peu plus loin, pour justifier ses choix arbitraires de romancier : « […] mais comme il restait encore quelques traces de l’âge d’or chez de bonnes gens, Phénix, Elvire et leur suite furent recueillis chez le bon ermite où nous les avons laissés. »75 L’âge d’or devient donc un stratagème dont le romancier dispose à son gré pour les besoins de son histoire ; la légèreté dont use Balzac montre clairement la volonté d’échapper aux clichés médiévaux, de démythifier le Moyen Âge. Malgré la richesse des représentations associées au Moyen Âge romantique, celui-ci se trouve menacé par le stéréotype, et c’est ce que Balzac tente ici de montrer de manière humoristique. Il propose ici une dissociation du Moyen Âge et de l’encombrante image de l’âge d’or qui s’y attache, en montrant que chacun peut trouver cet âge d’or où il veut, et que le Moyen Âge ne constitue pas une époque intrinsèquement idéale.

82Le passé se trouve néanmoins souvent hissé bien au-dessus du présent, forcément décevant, et dont les auteurs romantiques se détournent pour explorer les arcanes d’un monde médiéval fascinant.

83Pourtant, l’histoire se révèle parfois un moyen pratique et efficace d’aborder les interrogations contemporaines ; comme les historiens de leur époque, les romanciers projettent volontiers sur le Moyen Âge leur lecture idéologique et politique du temps présent. À cet égard, le cas de Dumas apparaît comme exemplaire. Il évoque dans Charles le Téméraire l’épisode qui oppose le prince de Bourgogne aux bourgeois suisses, épisode qui constitue le centre du roman de Scott, Anne de Geierstein. Mais il suffit de comparer la manière dont les deux auteurs présentent les faits historiques pour comprendre à quel point Dumas pratique un gauchissement destiné à insérer ces événements dans une grille idéologique. Si Scott manifeste une sympathie évidente pour les Suisses, attachés à leur indépendance et victimes d’exactions de la part d’Hagenbach, gouverneur aux ordres de Charles de Bourgogne, il montre également leurs excès et leur responsabilité dans le conflit qui les oppose à celui-ci. À travers un personnage intermédiaire, le marchand anglais Philipson, en mission secrète auprès de Charles, il crée une figure modérée, conciliatrice, qui tente de réunir les deux camps antagonistes. Il n’y a pas trace de cette modération chez Dumas, dont les sentiments libéraux s’enflamment à l’évocation de la victoire des Suisses :

  • 76 A. Dumas, Charles le Téméraire, Paris, Lévy, 1871, [1re éd. 1857], t. 2, p. 223.

« […] le plus orgueilleux prince de la chrétienté s’était brisé contre d’humbles pâtres, contre de pauvres paysans. Il est vrai que ces paysans avaient à défendre des foyers qui leur appartenaient ; il est vrai qu’ils étaient libres ! »76

84Cet épisode historique devient ainsi l’emblème de la lutte éternelle pour la liberté, de la révolte des humbles contre les grands, du Tiers État contre les nobles.

85Balzac choisit de faire à travers ses récits historiques quelques incursions humoristiques dans le présent, en profitant pour livrer au lecteur quelques éléments de sa perception du monde contemporain. Dans Agathise, il se présente comme un instituteur, simple traducteur des œuvres d’un certain abbé Savonati, ayant un neveu dans le 14e régiment d’infanterie. Sous ce masque, il laisse transparaître une forme de médiévalisme légitimiste, dont il feint bien entendu de se défendre :

  • 77 H. de Balzac, Agathise, op. cit., p. 666.

« L’oncle du soldat du 14e régiment d’infanterie de nos invincibles armées de l’Italie, ayant à se concilier les bonnes grâces du ministre de la guerre pour procurer à son neveu une place de garçon de bureau au ministère, a dû passer sous silence ce morceau qui tendrait à faire du siècle de la féodalité un âge d’or, car ce ne serait pas en harmonie avec les opinions du ministre, et les envieux du traducteur de Savonati pourraient le dénoncer comme ultra […] »77

86Le Moyen Âge est donc intrinsèquement porteur de valeurs idéologiques qui réagissent sur le présent. Balzac dénonce ironiquement ce détournement politique d’un thème historique et littéraire, qui transforme une époque révolue en un brûlant sujet d’actualité : parler du Moyen Âge devient aussi compromettant qu’évoquer la Révolution, Napoléon ou le roi légitime. L’auteur refuse, malgré ses opinions politiques, d’adhérer pleinement à ce Moyen Âge « ultra ».

87Ce Moyen Âge royaliste se trouve souvent associé, dans l’imaginaire des romanciers, à un Moyen Âge catholique, qui subit des lectures diverses, à la lumière de l’histoire contemporaine. Il rejoint parfois l’image de l’âge d’or, temps d’une foi populaire naïve, sincère et spontanée, s’exprimant avec force dans toutes les circonstances de la vie. Dumas nous brosse par exemple le tableau d’une scène de rue particulièrement révélatrice, celle de l’entrée à Paris de la reine Isabel de Bavière :

  • 78 A. Dumas, Isabel de Bavière, op. cit., t. 1, p. 26.

« Tout le long de la route, la jeune reine avait été accueillie par les cris de “Noël !” qui remplaçaient alors ceux de “Vive le roi !” car, dans cette époque de croyance, le peuple n’avait point trouvé de mot qui exprimât mieux sa joie que celui qui rappelait le jour de la naissance du Christ. »78

88Il interprète ainsi dans le sens d’une mythification du Moyen Âge une exclamation de joie traditionnelle. De plus, on remarque une insistance suspecte sur le fait que ce cri de célébration est antérieur à celui qui proclame la grandeur du roi. Là encore, Dumas s’adonne à une lecture républicaine d’un fait de couleur locale médiévale : Moyen Âge catholique, certes, mais pas Moyen Âge royaliste.

89Chez Tieck, ce Moyen Âge catholique prend une figure terrifiante, celle de l’inquisition, des procès, des persécutions. L’auteur porte sur l’histoire un regard rationnel, et tente d’analyser le processus qui conduit progressivement une société à glisser dans l’horreur. Son analyse dépasse en fait le cadre strict du Moyen Âge, même si les thèmes de la sorcellerie et des pratiques diaboliques y sont traditionnellement associés. En effet, son récit est celui de la résurgence d’une barbarie oubliée au sein d’un monde apparemment serein, ordonné et régi par la raison. Les personnages considèrent que le Moyen Âge appartient déjà au passé :

  • 79 L. Tieck, Der Hexen-Sabbath, op. cit., p. 235, « Et pensez-vous, dit Catherine, que d’affreuses té (...)

« Und Ihr meint, sagte Catharine, jene schrekliche Finsterniß, der wilde Uberglaube, die Verfolgungen und Martern, wovon mir mit Grausen lesen, wenn mir die alten Chroniken aufschlagen, könnten niemals wiederkehren ? »79

90Progressivement, la violence cléricale se déchaîne, dévoilant des tensions sociales aussi représentatives du xviiie ou du xixe siècle que du Moyen Âge :

  • 80 Ibid., p. 357, « Les riches, les hommes de bon sens, la bourgeoisie, la jeunesse voyaient que tout (...)

« Die Reichern, die Verständigen, die Bürger und die Jugend sahen, daß plötzlich etwas als Ernst behandelt wurde, worüber sie wohl nur als über einen Gegenstand des Lachens gesprochen hatten. […] manche aus den ärmeren Staffen hatten ihrer Schadenfreude keine Hehl […]. Viele Priester gaben sich ein geheimnisvolles Unsehn […] »80

91On assiste ainsi au triomphe des forces rétrogrades sur les forces de progrès. La société déjà moderne qui s’était établie se trouve menacée par une poussée d’irrationnel, qui semble briser le mouvement logique de l’histoire, qui subit alors une relecture pessimiste. Pour Tieck, la fin du Moyen Âge n’implique pas la fin de la barbarie, mais suscite au contraire un mouvement qui se poursuivra dans les siècles suivants :

  • 81 Ibid., p. 458, « Et pourtant, cet absurde procès de sorcellerie ne fut que le premier grand procès (...)

« Und doch war dieser unsinnige Hexen-Prozeß nur der erste große in Europa, nach dessen Form bis 1700, […] so viele Unschuldige und Wahnsinnige dem Feuer geopfert wurden. »81

92Le récit de Tieck vise donc à illustrer les méfaits du fanatisme religieux, et à montrer que sa résurgence est toujours possible. L’histoire ne progresse pas de façon linéaire mais bégaie parfois, replongeant la pensée humaine dans la nuit médiévale. D’une conception assez classique du Moyen Âge, il tire une interprétation nouvelle qui oriente clairement la lecture du fait historique.

93Le Moyen Âge se trouve ainsi constamment informé, voire déformé, par des présupposés philosophiques ou idéologiques. Le choix de l’époque médiévale ne peut être neutre, et impose une interprétation, traditionnelle ou novatrice selon les cas. Chacun s’attache, en représentant le Moyen Âge, à prouver quelque chose : une théorie historique, une philosophie de l’histoire, une vision du monde contemporain. Le risque est alors grand de voir le Moyen Âge devenir le prétexte à des démonstrations idéologiques sans égard pour sa réalité historique et sa valeur intrinsèque. Le cliché menace là encore le Moyen Âge, en le transformant tantôt en arme républicaine, tantôt en emblème du légitimisme… On a pu voir que Balzac dénonçait avec ironie cette récupération partisane de l’époque médiévale. Celle-ci semble ainsi vouée aux images figées, aux stéréotypes aussi bien esthétiques qu’idéologiques.

94Faut-il donc abandonner le Moyen Âge, l’exclure du roman historique ? Il semble que ce choix s’impose à un certain nombre de romanciers.

3.4. La mort du roman historique « médiéval » ?

95Si la période romantique voit fleurir une impressionnante production de romans historiques évoquant le Moyen Âge, il semble que cet engouement soit de courte durée, et ne survive pas au romantisme. L’imitation systématique de Walter Scott a conduit à la création d’un Moyen Âge figé et conventionnel. L’innovation dans ce domaine semble désormais interdite.

96Dumas, avant de sacrifier lui-même à la mode du roman historique, rappelle à quels excès a mené l’enthousiasme généralisé pour le Moyen Âge scottien, entraînant une production romanesque de qualité médiocre :

  • 82 A. Dumas, préface de La comtesse de Salisbury, op. cit., p. 7-8.

« Aussitôt la foule se précipita sur le minerai, et pendant quelques années il y eut un grand gaspillage de pourpoints, de chaperons et de poulaines ; un grand bruit d’armures, de heaumes et de dagues ; une grande confusion entre la langue d’Oïl et la langue d’Oc ; enfin du creuset de nos alchimistes modernes sortirent Cinq-Mars et Notre-Dame de Paris, deux lingots pour un monceau de cendres. »82

  • 83 V. Hugo, « Sir Walter Scott. À propos de Quentin Durward » (juin 1823), in Littérature et Philosop (...)
  • 84 Ibid., p. 264.
  • 85 Ibid., p. 264.

97Après Scott, réussir une représentation originale du Moyen Âge dans le roman historique semble en effet difficile. Dumas lui-même n’y parvient pas, gêné à la fois par l’exemple de Scott et par les récits des historiens romantiques. Les deux seules œuvres qu’il exclut de la médiocrité générale confirment cette impression : Cinq-Mars de Vigny (1826) s’intéresse au règne de Louis XIII ; le seul Moyen Âge susceptible de rivaliser avec celui de Scott et de le renouveler se révèle être celui de Hugo, dans une œuvre qui dépasse largement les ambitions du roman historique. Le roman de Hugo, Notre-Dame de Paris, répond au Quentin Durward de l’auteur écossais. En juin 1823, peu après la publication de Quentin Durward, Victor Hugo salue cette œuvre nouvelle dans un article intitulé : « Sir Walter Scott. À propos de Quentin Durward ». Il relève notamment la fidélité historique du roman, surtout dans la vérité des personnages. Ainsi, Scott « ne force pas, ainsi que certains romanciers ignorants, les personnages des jours passés à s’enluminer de notre fard, à se frotter de notre vernis. »83. Cependant, pour Hugo, cette tentative demeure incomplète. Au roman « narratif », il faut désormais substituer le roman « dramatique », « dans lequel l’action se déroule en tableaux vrais et variés […] »84. Ainsi, on sent déjà que Hugo est prêt à relever le défi qu’il vient de lancer, en reprenant le sujet du roman de Walter Scott, mais avec la volonté d’en modifier radicalement la portée. Hugo avoue préférer « la vérité morale à la vérité historique »85. Est-ce à dire que le roman historique ne l’intéresse pas ? Pas exactement sans doute, mais il semble vouloir ici le dépasser en lui apportant une signification plus large qu’il nomme vérité morale. Ainsi, dans cet article, Hugo annonce déjà un programme littéraire qui aboutira à la publication de Notre-Dame de Paris :

  • 86 Ibid, p. 265.

« Après le roman pittoresque, mais prosaïque, de Walter Scott, il restera un autre roman à créer, plus beau et plus complet encore selon nous. C’est le roman à la fois drame et épopée, pittoresque, mais poétique, réel, mais idéal, vrai, mais grand, qui enchâssera Walter Scott dans Homère. »86

98Vaste programme que Hugo tente de réaliser dès 1830. Il semble donc prendre acte des limites du roman historique, guetté par la sclérose et le stéréotype ; pour survivre, le genre doit se transformer, et nous aurons l’occasion de voir au cours de ce travail que le roman de Hugo réalise pleinement cette transformation.

99Quant à Dumas, sa réussite sans égale dans le roman historique passe par le choix de périodes différentes. L’abandon du Moyen Âge et le choix du xviie siècle (Les trois Mousquetaires, 1844), du xvie(La Reine Margot, 1845) ou de l’époque contemporaine (Le comte de Monte-Cristo, 1845) détermine son immense succès dans le domaine du roman historique, comme s’il était désormais impossible d’y représenter le Moyen Âge après Scott. Le maître se montre lui-même agacé de l’engouement quelque peu factice pour le Moyen Âge qui s’empare de ses contemporains. Le narrateur d'Ivanhoé lance ainsi au passage :

  • 87 W. Scott, Ivanhoé, op. cit., p. 475, « Quant au reste de la vie de Robin Hood et à l’histoire du g (...)

« As for the rest of Robin Hood’s career, as well as the tale of his treacherous death, they are to be found in those black-letter garlands, once sold at the low and easy rate of one halfpenny – Now cheaply purchased at their weight in gold. »87

100Entre les « lingots » de Dumas et l’ » or » de Scott, on se trouve placé au cœur du problème de la valeur, marchande et littéraire, du Moyen Âge. Sa surévaluation momentanée ne peut conduire, à terme, qu’à une perte de valeur.

101Balzac ne prolonge pas non plus ses expériences médiévales et choisit d’écrire un épisode de la Révolution française avec Les Chouans, avant de se détourner du genre du roman historique ; désormais, il écrira l’histoire de son époque plutôt que de se tourner vers des périodes reculées. Là encore, il semble prendre acte de l’épuisement du « filon » historique et médiéval, pour reprendre la métaphore minière de Dumas. À l’inverse, le présent lui offre des possibilités d’exploration quasi infinies.

102Pour comprendre l’agacement qu’ont pu susciter les poncifs du roman historique à thématique médiévale, il suffit de lire la représentation qu’en donne Flaubert dans Madame Bovary :

  • 88 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Paris, Livre de Poche, 1983, [1re éd. 1857], p. 71.

« Avec Walter Scott, plus tard, elle s’éprit des choses historiques, rêva bahuts, salle des gardes et ménestrels. Elle aurait voulu vivre dans quelque vieux manoir, comme ces châtelaines au long corsage, qui, sous le trèfle des ogives, passaient leurs jours, le coude sur la pierre et le menton dans la main, à regarder venir du fond de la campagne un cavalier à plume blanche qui galope sur un cheval noir. […] Jeanne d’Arc, Héloïse, Agnès Sorel, la belle Ferronnière et Clémence Isaure, pour elle, se détachaient comme des comètes sur l’immensité ténébreuse de l’histoire, où saillissaient encore çà et là, […] saint Louis avec son chêne, Bayard mourant, quelques férocités de Louis XI […] »88

103Il semble difficile de dénoncer plus clairement l’abus des clichés, aussi bien dans la représentation idyllique d’un Moyen Âge courtois et chevaleresque que dans la réduction à des images d’Épinal des principaux personnages historiques.

  • 89 H. de Balzac, La duchesse de Langeais, in Histoire des Treize, Paris, Presses Pocket, 1992, p. 211

104Le Moyen Âge occupe donc une place tout à fait essentielle au sein du roman historique romantique. Il contribue en effet à la fois à sa création et à son développement, mais également à sa décadence, à cause de ses stéréotypes envahissants. Les auteurs romantiques sont victimes d’un étouffement médiéval, et tentent, chacun à leur façon, d’y échapper. Seul Scott, l’inventeur du genre, peut poursuivre sereinement sa production, gêné cependant par les imitateurs. Dumas s’échappe dans l’histoire moderne et contemporaine, dont il renouvelle la représentation romanesque, pendant que Balzac se fait historien du présent avec le projet de mettre en scène dans ses romans La Comédie humaine… Le Moyen Âge y apparaît d’ailleurs de façon résiduelle, à titre de décor comme dans Béatrix, ou sous forme de figure historique obsédante, tel Louis XI qui apparaît de manière inattendue dans La duchesse de Langeais : « […] Louis XVIII, éclairé par la révolution des Cent-Jours, comprit sa situation et son siècle, malgré son entourage, qui, néanmoins, triompha plus tard de ce Louis XI moins la hache […] »89 Ainsi, il semble bien difficile aux romantiques de se débarrasser du Moyen Âge, qui s’impose comme une référence obligée, dès lors qu’une analyse historique est nécessaire.

105Le roman historique contribue donc fortement à créer l’image d’un Moyen Âge romantique. Walter Scott joue un rôle essentiel dans ce processus, par sa connaissance intime de l’époque médiévale, mais surtout par son talent de romancier qui parvient à mettre l’histoire en récits, sans tomber ni dans l’imitation des historiens, ni dans les fantaisies du roman « troubadour ». Les imitations nombreuses, même si elles conduisent à une forme de sclérose du genre, attestent néanmoins son succès. Grâce au roman historique, un nouveau Moyen Âge romantique est né.

106Ce Moyen Âge se révèle finalement assez riche et complexe, plus dans la manière de traiter l’événement historique que dans le choix des époques. En effet, les romanciers se démarquent des historiens en représentant un Moyen Âge en action, centré autour d’une crise, d’un conflit qu’il s’agit de résoudre. Le talent de Scott se manifeste surtout dans sa capacité à mêler histoire et fiction, personnages historiques et héros imaginaires. L’image médiévale qui se dessine ne peut se résumer en quelques clichés, même si certains thèmes apparaissent comme des passages obligés, tels la chevalerie ou l’âge d’or. Mais ceux-ci se trouvent souvent renouvelés, actualisés par des romanciers qui ont conscience de la difficulté de la tâche.

107Le roman historique crée ainsi son propre Moyen Âge, différent de celui que nous avons pu repérer dans les contes, les ballades ou le drame romantique. L’histoire y tient une plus large place, car les romanciers revendiquent leur rôle d’historiens ; cependant, l’imagination et les projections personnelles des auteurs ne sont pas absentes, et chacun semble constituer son propre Moyen Âge, qu’il interprète à son gré. Par-delà les images convenues, le roman historique contribue de façon essentielle à alimenter l’imaginaire romantique du Moyen Âge.

Notes

1 Dumas, par exemple, s’inspire abondamment de L'Histoire de France de Michelet ; Scott, dans Anne de Geierstein puise dans L'histoire des ducs de Bourgogne de Barante, (1824-26).

2 Alexandre Dumas, Préface de La comtesse de Salisbury, Paris, Dumont, 1839, t. 1, p. 5.

3 Ibid., p. 14-15.

4 Ibid., p. 16-17.

5 Walter Scott, Count Robert of Paris, in The Waverley Novels, t 46, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868, [1re éd. 1831], trad. par A. Defauconpret, p. 54, « Les détails que nous venons de donner sur la garde varangienne sont strictement historiques […] ».

6 W. Scott, The Talisman, in The Waverley Novels, t 38, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868, [1re éd. 1825], trad. par A. Defauconpret, p. 13, « On peut dire que la plupart des incidents que renferme la nouvelle suivante sont imaginaires, et que la vérité, si tant est qu’on l’y trouve, se rencontre seulement dans le caractère des personnages. »

7 A. Dumas, Le Bâtard de Mauléon, Paris, Cercle du Bibliophile, 1972, [1reéd. 1846], p. 46.

8 A. Dumas, Charles le Téméraire, Paris, Lévy, 1871, [1reéd. 1857], t. 1, p. 253. La citation exacte de Michelet est : « On avait beau dire à Liège qu’elle était allemande et du cercle de Westphalie, elle n’en voulait rien croire. », Histoire de France, Livres I à XVII, Paris, Laffont, 1981, p. 928.

9 Ibid., p. 134.

10 W. Scott, Ivanhoé, London, Penguin, 1984, [1re éd. 1819], trad. par A. Defauconpret, p. 241-242, « Il nous paraît nécessaire de donner ici au lecteur de meilleures preuves que les incidents d’une histoire imaginaire, pour justifier à ses yeux l’affligeant tableau que nous venons d’exposer des mœurs de cette époque. »

11 Ibid., p. 243, « Telle était la dissolution des mœurs au xiie siècle, ainsi que le montre la déclaration publique du clergé anglais, rapportée dans la chronique d’Eadmer ; elle suffit, croyons-nous, à justifier la vraisemblance des scènes précédentes […] »

12 Ibid., p. 15, « À peine avons-nous droit à l’air que nous respirons […]. Ce qu’il y a de fin et de gras est pour la table de l’étranger […] et […] il ne reste ici personne qui ait le pouvoir de protéger le malheureux Saxon. »

13 Ibid., p. 158, « Avec une gravité sournoise, que des gestes moqueurs trahissaient de temps à autre, les chevaliers et les nobles normands examinaient comment Athelstane et Cédric se comportaient à un banquet dont l’ordonnance et l’étiquette leur étaient inconnues […] »

14 W. Scott, The Talisman, op. cit., p. 539, « Ici se termine notre histoire, les conditions auxquelles Richard évacua ses conquêtes pouvant se trouver dans toutes les chroniques de cette époque. »

15 Honoré de Balzac, L’Excommunié, in Œuvres diverses, Paris, Gallimard, 1990, p. 311.

16 Georges Lukacs, Le roman historique, Paris, Payot, 1965, p. 42.

17 W. Scott, Ivanhoé, op. cit., p. 515, « Cela donna au mariage de deux individus la valeur d’un gage de paix et d’harmonie entre les deux races, et depuis cette époque elles se sont fondues si complètement qu’il ne serait plus possible de les distinguer. »

18 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 2, p. 401.

19 H. de Balzac, Maître Cornélius, in La comédie humaine, t. 7, Paris, Seuil, 1965, [1re éd. 1831], p. 105.

20 Le terme est révélateur : on rejoint ici l’admiration pour la nouvelle esthétique, dont la théorie a été développée par Burke.

21 Ibid., p. 112.

22 Ludwig Tieck, Der Hexen-Sabbath in Schriften, t. 20, Berlin, Reimer, 1846, [1reéd. 1831], p. 212, « […] il n’y a point de miracles ; toutes les choses qui arrivent ont lieu tout à fait naturellement […] »

23 Ibid., p. 231. « Les temps ont marché de telle sorte que maintenant, le clergé, et même le siège de Saint-Pierre, n’effraient plus que ceux qui veulent bien se laisser effrayer. »

24 Les Récits des temps mérovingiens de l’historien Thierry ne paraissent qu’en 1840.

25 W. Scott, Quentin Durward, Oxford, Oxford University Press, 1992, [1re éd. 1823], trad. par A. Defauconpret, p. 39, « La fin du quinzième siècle prépara pour l’avenir une suite d’événements dont le résultat fut d’élever la France à cet état formidable de puissance qui depuis a toujours été le principal objet de jalousie des autres nations de l’Europe. »

26 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1980, [1reéd. 1831], p. 111.

27 W. Scott, Anne of Geierstein, in The Waverley Novels, t 43, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868, [1re éd. 1829], trad. par A. Defauconpret p. 21, « La date historique de ces événements nous reporte au milieu du xve siècle, époque importante où la chevalerie brillait encore d’un dernier rayon […] »

28 A. Dumas, Othon l’archer, Paris, Dumont, 1840, p. 58.

29 H. de Balzac, L’Excommunié, in Œuvres diverses, t. 2, Paris, Gallimard, 1990, p. 308-309.

30 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., p. 250, « L’attention d’Arthur Philipson avait été peu à peu complètement captivée par une histoire qui était trop d’accord avec les idées reçues dans ce siècle pour qu’on l’écoutât avec cette incrédulité qu’on y aurait opposée dans un temps plus moderne et plus éclairé. »

31 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 410, « Ô foi cruelle, qui défendait à ses dévots de compatir à des douleurs humaines avec des âmes humaines ! ».

32 Ibid., p. 420, « en ces temps d’ignorance et de superstition »

33 Ibid., p. 50 et p. 295.

34 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 1, p. 195.

35 H. de Balzac, Maître Cornélius, op. cit., p. 105.

36 H. de Balzac, Les Proscrits, Ibid., p. 274.

37 W. Scott, The Talisman, op. cit., p. 74, « Comme l’Écossais, dans la simplicité de son cœur, n’avait jamais douté que les dieux des anciens gentils ne fussent de véritables démons, il n’hésita pas à croire en ce moment que l’hymne blasphématoire du Sarrazin n’eût évoqué un esprit infernal. »

38 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 1, p. 73.

39 Ibid., t. 2, p. 19.

40 Ibid., t. 1, p. 292.

41 G. Lukács, Le roman historique, op. cit., p. 35.

42 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 72.

43 Ibid., p. 99.

44 Michel Crouzet, Préface de W. Scott, Waverley, Rob-Roy, La fiancée de Lamermoor, Paris, Laffont, « Bouquins », 1981, p. 30.

45 V. Hugo, Notre-Dame de Paris, op. cit., p. 464.

46 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 34, « C’était une affaire d’importance, car une grande partie de la richesse domestique des propriétaires saxons consistait en nombreux troupeaux de porcs […] »

47 Ibid., p. 50, « […] race qui, durant ces temps d’ignorance, était haïe du vulgaire crédule et superstitieux, persécutée par une noblesse avide et rapace […] »

48 A. Dumas, La comtesse de Salisbury, op. cit., t. 2, p. 333.

49 A. Dumas, Le bâtard de Mauléon, op. cit., t. 2, p. 166.

50 H. de Balzac, L’Excommunié, op. cit., p. 326.

51 W. Scott, The Fair Maid of Perth, in The Waverley Novels, t 42, Edinburg, Adam and Charles Black, 1868, [1re éd. 1828], trad. par A. Defauconpret, p. 124, « Il y a ensuite les ménestrels avec leurs romances et leurs ballades, qui font consister tout le mérite d’un homme à recevoir et à rendre de bons coups. »

52 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 318, « […] quel charme y a-t-il dans les rimes grossières d’un barde errant, pour qu’on troque si follement l’amour du foyer, les tendres sentiments, la paix et le bonheur contre l’espoir d’être un jour le héros d’une de ces complaintes, dont les ménestrels s’en vont régaler les ivrognes qui cuvent leur bière après souper ? »

53 W. Scott, Quentin Durward, op. cit., p. 211, « J’aimerais mille fois mieux être battue deux fois par jour par un noble chevalier dont le bras serait aussi redoutable aux autres qu’à moi-même, que d’avoir pour époux un lâche qui n’oserait lever la main sur sa femme ni sur personne. »

54 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 2, p. 183, « […] pendant le Moyen Âge, la constitution de tous les pays de féodalité, c’est-à-dire de presque toute l’Europe, respirait un ardent esprit de liberté. »

55 H. de Balzac, Agathise in Œuvres diverses, t. 1, Paris, Gallimard, 1990, p. 666.

56 H. de Balzac, Maître Cornélius, op. cit., p. 111.

57 Ibid., p. 109.

58 Ibid., p. 118-119.

59 A. Dumas, isabel de Bavière, Paris, Famot, 1979, t. 1, p. 213.

60 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 471-472, « Ce roi au cœur de lion réalisait en grande partie le type brillant, mais inutile, d’un chevalier de roman, et la gloire personnelle uniquement due à ses exploits flattait bien plus son imagination enthousiaste que celle dont une ferme et sage politique aurait illustré son nom. Qu’en advint-il ? Son règne fut semblable au cours d’un météore éblouissant et rapide, qui fend les plaines du ciel en répandant à flots une lumière sinistre et vaine, presque aussitôt engloutie dans la profondeur des ténèbres. Ses prouesses chevaleresques fournirent de nouveaux sujets aux ménestrels et aux troubadours, mais son pays n’en retira aucun de ces solides avantages dont l’histoire aime à se souvenir et qu’elle propose en exemple à la postérité. »

61 A. Dumas, isabel de Bavière, op. cit., t. 2, p. 251.

62 Ibid., p. 264.

63 Ibid., p. 265-266.

64 W. Scott, Ivanhoe, op. cit., p. 8, « Quatre générations n’avaient pas suffi à mêler le sang ennemi des Normands et des Saxons. »

65 Ibid, p. 515, « Ce ne fut néanmoins qu’à dater de l’an 1350, sous le règne d’Édouard III, que la langue mixte, appelée anglais aujourd’hui, commença d’être en usage à la cour […] »

66 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 2, p. 166, « Oui, les Suisses sont pour la Bourgogne et pour ses alliés des ennemis aussi remuants, aussi perfides, aussi invétérés que les Écossais le sont pour l’Angleterre. »

67 W. Scott, Count Robert of Paris, op. cit., p. 387-388, « Les vertus du Varangien, simples et primitives, étaient celles que la nature elle-même inspire à un homme brave qui, pendant toute sa vie, n’a jamais connu la crainte, et a toujours été prêt à braver tous les dangers. Le comte, de son côté, avait la bravoure, la générosité, l’enthousiasme du soldat, et les qualités, en partie réelles et en partie de convention, que les hommes de son rang et de son pays puisaient dans l’esprit de la chevalerie. »

68 W. Scott, The Fair Maid of Perth, op. cit., t. 1, p. 196, « […] tous les membres du clan de Quhele se comportèrent avec cette sorte de réserve polie, et cette attention aux besoins des autres, qu’on trouve souvent chez les nations primitives […] »

69 W. Scott, Anne of Geierstein, op. cit., t. 1, p. 154, « simplicité droite et franche »

70 Ibid., p. 107, « […] ils ont volontairement renoncé à tout ce qu’il y avait d’oppressif dans leur pouvoir féodal […] »

71 Ibid., p. 94, « […] Nous avons été étourdis des sottises des ménestrels et des minnesanger, depuis que ces vagabonds ont appris qu’ils pouvaient recueillir quelques sous parmi nous. Une fille de la Suisse ne doit chanter que les ballades d’Albert Ischudi, ou le joyeux lai de la sortie des vaches […] »

72 Ibid., p. 106, « […] des hommes libres foulent aux pieds aujourd’hui les ruines de ce château féodal, à la vue duquel les serfs étaient obligés d’ôter leurs bonnets […] »

73 H. de Balzac, Agathise, op. cit., p. 632.

74 Ibid., p. 633.

75 Ibid.

76 A. Dumas, Charles le Téméraire, Paris, Lévy, 1871, [1re éd. 1857], t. 2, p. 223.

77 H. de Balzac, Agathise, op. cit., p. 666.

78 A. Dumas, Isabel de Bavière, op. cit., t. 1, p. 26.

79 L. Tieck, Der Hexen-Sabbath, op. cit., p. 235, « Et pensez-vous, dit Catherine, que d’affreuses ténèbres, des superstitions barbares, ces persécutions et ces martyrs dont nous lisons la peinture avec effroi, lorsque nous parcourons les anciennes chroniques, puissent jamais revenir ? »

80 Ibid., p. 357, « Les riches, les hommes de bon sens, la bourgeoisie, la jeunesse voyaient que tout d’un coup, on prenait au sérieux des choses dont ils ne s’étaient entretenus que pour y chercher matière à plaisanterie., quelques personnes appartenant aux classes des pauvres ne faisaient nul mystère de leur joie maligne […]. Beaucoup de prêtres se donnaient un air mystérieux […] »

81 Ibid., p. 458, « Et pourtant, cet absurde procès de sorcellerie ne fut que le premier grand procès de cette espèce en Europe, et il servit de modèle à tant d’autres qui, jusqu’en 1700 […], livrèrent aux flammes tant d’innocents et de frénétiques. »

82 A. Dumas, préface de La comtesse de Salisbury, op. cit., p. 7-8.

83 V. Hugo, « Sir Walter Scott. À propos de Quentin Durward » (juin 1823), in Littérature et Philosophie mêlées, Paris, Hachette, 1894. t. 1, p. 262.

84 Ibid., p. 264.

85 Ibid., p. 264.

86 Ibid, p. 265.

87 W. Scott, Ivanhoé, op. cit., p. 475, « Quant au reste de la vie de Robin Hood et à l’histoire du guet-apens qui la termina, on la trouvera dans ces petits livres gothiques, vendus jadis un sou, et qu’aujourd’hui l’on croit avoir à bon marché en les payant au poids de l’or. »

88 Gustave Flaubert, Madame Bovary, Paris, Livre de Poche, 1983, [1re éd. 1857], p. 71.

89 H. de Balzac, La duchesse de Langeais, in Histoire des Treize, Paris, Presses Pocket, 1992, p. 211.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540