Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Moyen Âge des romantiques

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Préface

Gwenhaël Ponnau

Texte intégral

1Ce livre est l’aboutissement parfaitement réussi d’un beau pari. Étudier les images du Moyen Âge dans la littérature romantique n’était pas, on le reconnaîtra sans difficulté, une petite entreprise. Cette entreprise exigeait tout à la fois de vastes connaissances et une grande rigueur intellectuelle. De vastes connaissances : dans le domaine historique tout d’abord puisqu’il s’agissait d’étudier les représentations nécessairement imaginaires qu’une époque extraordinairement mouvante, l’époque romantique, s’est forgées d’une autre ère, l’ère médiévale qui a exercé sur des écrivains aussi considérables que Goethe et Hugo, Scott et Schiller, Brentano et Nerval, une étonnante fascination. Cette connaissance du contexte historique dans lequel s’inscrit le romantisme visitant, ou plus exactement sans doute, revisitant à son tour le Moyen Âge était indispensable. À bien y regarder, les recherches menées dans ce sens par Isabelle Durand-Le Guern relevaient de ce que l’on pourrait presque appeler de l’historiographie comparée.

2À cette connaissance et de l’histoire du Moyen Âge et de l’histoire du romantisme et aussi et surtout du Moyen Âge relu ou plutôt revu par les écrivains et les artistes romantiques devait nécessairement s’allier une excellente connaissance, une connaissance de première main, des œuvres retenues et convoquées au cours de cette enquête. Avec patience et persévérance, l’auteur de ce livre, alliant avec bonheur l’historiographie et la littérature comparée, a lu nombre de textes dans leur langue d’origine. Prenant appui sur cette connaissance qui lui permet d’aller à la source des œuvres qu’elle étudie, Isabelle Durand-Le Guern fait preuve d’une rigueur intellectuelle qui lui permet d’interroger avec bonheur le Moyen Âge romantique tel qu’il apparaît à travers les contes, les ballades, et aussi les pièces de théâtre et les romans composés par des auteurs désireux de mettre en forme non seulement les images d’une époque à la fois éloignée et retrouvée, mais aussi les formes – poétiques, narratives ou théâtrales – qui, aux yeux des écrivains romantiques, entrent pleinement en symbiose avec l’objet de la représentation.

3Cette démonstration exigeait de la part de l’auteur de cette ample recherche une extrême rigueur. Cette rigueur se manifeste, éclairante et convaincante, dans les superbes analyses qu’Isabelle Durand-Le Guern consacre à ce Moyen Âge imaginaire, à ce Moyen Âge mythifié et reconstruit que ce livre patiemment étudie.

4Et c’est ainsi que se trouvent mises en évidence la construction, la mythification, la représentation d’un Moyen Age romantique qui peut à bon droit apparaître comme le produit et le reflet des interrogations que les écrivains convoqués dans cette belle étude portent sur leur époque.

5Le Moyen Age mythifié des romantiques dirait donc moins le Moyen Age authentique (mais comme on sait, ce genre d’authenticité sème le doute) qu’un Moyen Age rêvé, réhabilité, peut-être, et en tout cas, revisité et presque revécu, (re)mis en œuvre(s).

6Ce sont ces œuvres, ces remises en cause, ce travail de représentation et de mythification que la comparatiste qu’est Isabelle Durand-Le Guern dans ce beau livre étudie. C’est dire que si le pari était, à l’origine, superbement risqué, il a été non moins superbement tenu.

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540