Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre polémique français (1450-1550)

 | 
Marie Bouhaïk-Gironès
, 
Katell Lavéant
, 
Jelle Koopmans

Politique et polémique dans deux moralités du Puy de Rouen

Denis Hüe

Texte intégral

  • 1 On pourra sur ce point renvoyer à mon La Poésie Palinodique à Rouen, 1486-1550, Paris, 2002, spéci (...)

1Politique et polémique ont toujours été liées dans les controverses qui ont accompagné l’émergence de la dévotion à l’Immaculée Conception. On sait qu’une des premières initiatives de Lanfranc, évêque de Canterbury après la conquête de l’Angleterre par Guillaume, avait été de supprimer cette fête comme trop insulaire et peu fondée sur une théologie officielle et internationale qu’il entendait incarner. On sait que d’heureuses circonstances ont permis de la rétablir, pour le plus grand bien des médiévistes qui, quelques siècles plus tard, ont été amenés à travailler sur cet étrange sujet1.

2Lorsque la dévotion, devenue « Fête aux Normands » par l’ancrage identitaire d’une telle ferveur, a suscité des controverses théologiques, c’est une sorte de scission naturelle qui s’est opérée, opposant les Dominicains – fatalement thomistes et par conséquent convaincus que Marie avait été conçue dans le péché, et « sitôt après », cito dit le texte latin, purifiée – et les Franciscains, moins rigoureux mais plus enclins à l’effusion, pour qui le réceptacle parfait destiné à accueillir le Christ incarné ne pouvait qu’être absolument pur. On le sait, cette controverse ne concernait pas que des positions théologiques ; tout au long des xiiie et xive siècles, l’enjeu est aussi celui d’une primauté idéologique : saint Thomas représentera la doctrine officielle de l’Église ; mais sur ce point, les Dominicains seront obligés de faire des concessions, et au cours du xive siècle, Landulphe Carraciolo rappelle que tout étudiant entrant en Sorbonne devait faire le serment de défendre le privilège marial.

3Lorsque l’on compose, dans l’entourage du roi Charles V, le Songe du Vergier, on n’hésite pas à mettre en branle, pour conclure cet ouvrage essentiellement politique pourtant, une controverse théologique – car « si le Jacobin dit noir, le Cordelier dira blanc » : affaire d’état, affaire de foi, je ne sais ; néanmoins, la cour de France conclura au privilège marial et battra en brèche les prétentions dominicaines.

4Ce conflit se poursuivra lors du Concile de Bâle, où de nombreux théologiens affûteront leurs armes et multiplieront les arguments pour prouver ou contrer ce que les évêques réunis considéreront comme un dogme. Plus d’un siècle après, lors du Concile de Trente et quand s’élabore le catéchisme qui gouvernera la foi catholique pendant plusieurs siècles, les prélats rassemblés reçoivent des consignes très strictes sur la question, et on leur explique – ce sont alors des juristes plus que des théologiens qui siègent – que des maladresses sur le sujet seraient susceptibles de provoquer un nouveau schisme – ce dont personne n’avait besoin. Le catéchisme tridentin aboutira donc à une formulation bien neutre, dois-je dire bien normande, qui revient à souligner qu’il n’est nullement question de Marie lorsque l’on évoque le péché originel – et, même,que ne pas l’évoquer ne saurait laisser supposer qu’elle puisse en être entachée…

5C’est au début du xixe siècle, lorsque Catherine Labouré a ses visions de la rue du Bac, à Paris, que les Dominicains demandent au Saint-Siège de modifier la lettre de la liturgie qu’ils suivaient pour célébrer la fête de la Conception de Marie, et proposent d’ajouter l’adjectif immaculata. En 1854 est fulminé le dogme, qui suscite à nouveau une polémique amusée des anticléricaux s’interrogeant sur sa nécessité et sur les preuves matérielles d’une telle affirmation : ils ignoraient pour la plupart que la hache de guerre qu’ils découvraient lorsqu’on l’enterrait avait ébranlé la chrétienté quelques siècles plus tôt.

6On pourrait détailler l’histoire de cette dévotion, fertile en rebondissements et en invectives où ne brillent pas toujours la modération ni la charité chrétienne. Ce qui m’intéressera aujourd’hui, c’est plutôt de voir comment, au travers de deux pièces rouennaises, se joue une telle controverse ; ce ne sont pas tant d’ailleurs les stricts enjeux théologiques qui m’intéresseront que la façon dont soudain ils se mettent à résonner d’échos plus contemporains, de notations plus locales, d’une polémique moins convenue.

7Reprenons les choses à leur commencement. La confrérie de l’Immaculée Conception est fondée à Rouen au cours du xiie siècle, et peut prétendre – les autres confréries de la ville ne manqueraient pas de lui contester ce titre si cela était possible – à la plus grande ancienneté. À cette antique origine, s’ajoutera en i486 le désir de rehausser le prestige de la confrérie par un Puy, un concours de poésie à l’image de ce qui se fait déjà au xve siècle dans de nombreuses autres villes, Dieppe, Amiens et Abbeville par exemple. Le Puy de Rouen, peut-être par la richesse de ses prix, peut-être aussi par quelques heureuses dispositions dans l’organisation du concours, deviendra la plus importante manifestation de son type, ce qui lui vaudra d’être, on le sait, épinglée par du Bellay. C’est en i486 qu’est fondé le Puy de la Conception, et le concours de chants royaux, ballades et rondeaux s’étoffera pour intégrer, parallèlement aux autres épisodes qui rythment son déroulement, messes et banquets, quelques représentations dramatiques.

  • 2 Moralité de la dame à l’agneau et de la dame à Vaspic,, ms B.M. Rouen, Y 18, f. 88v-105 ; Le Trio (...)

8On n’en connaît pas exactement le nombre, et seulement trois pièces nous sont conservées, chacune dans un manuscrit unique, deux à Rouen et une à Paris2. Jean-Baptiste le Chandelier, dans un texte latin qui décrit le somptueux banquet qu’il a donné à la suite du concours l’année où il avait le titre de Prince, évoque une représentation théâtrale, qui laisse penser que d’autres ont eu lieu. Mais on a par ailleurs des attestations de Puys d’amour ou de risaies, de compétitions poétiques plus relâchées et allègres, qui se sont aussi déroulées à l’issue du banquet ; il n’est donc pas acquis que tous les banquets de la confrérie se soient terminés par une représentation théâtrale, mais ce dut être bien plus fréquent que ce que nous conservent les traces.

  • 3 Nom donné aux personnes qui assistaient au Puy ès qualités : on considère qu’étaient juges-nés le (...)

9On sait par ailleurs combien la ville de Rouen – comme à vrai dire toutes les villes de relative importance – était attachée aux activités théâtrales, qu’il s’agisse des mystères ou des farces. Il n’y a rien donc d’étonnant à ce que ces représentations, même si elles avaient une indiscutable dimension festive, aient été oubliées aussitôt qu’effectuées, ou simplement conservées dans une mémoire locale. Il ne peut s’agir, pour des raisons économiques, d’une représentation à grand spectacle : c’est le Puy lui-même qui est une manifestation populaire, où la presse est suffisante pour que l’on quitte l’église de Saint-Jean-sur-Renelle, dès 1511, pour l’église des Carmes, parce qu’elle est plus spacieuse – la salle capitulaire du couvent des Carmes sera capable d’accueillir, à la fin du xvie siècle, les membres du Parlement de Rouen lorsque des travaux ont lieu dans leurs propres locaux. Le banquet et les festivités qui suivent, offerts par le prince, restent destinés à un public plus restreint. On sait qu’en 1533, ils ont lieu à la Barge, une auberge bien connue : cela suppose une salle assez grande pour accueillir entre 60 et 100 personnes et peut-être davantage, puisque l’on peut penser qu’aux membres du jury à proprement parler, prince du Puy et juges-nés3 s’ajoutaient les membres de la confrérie en moyenne une bonne trentaine, d’après ce que nous indique le registre des cotisations de la deuxième moitié du siècle, qui est conservé à la Bibliothèque Municipale de Rouen – et bien sûr les poètes. Installer dans la salle des tables en nombre suffisant devait limiter d’autant l’aire de jeu, sans doute une estrade, sur laquelle devaient se regrouper non seulement les acteurs, mais sans doute aussi les musiciens : presque à chaque fois les spectacles mentionnent des chants, que l’on imagine mal sans un accompagnement musical minimal. Ces indications, si elles n’ont pas un caractère assuré de régularité, peuvent cependant nous informer de ce que pouvaient être en général les conditions matérielles de la représentation.

10Public de bourgeois et de clercs, de lettrés en tous cas, capable d’apprécier une allusion poétique ou une prouesse rhétorique, plus que le petit peuple des savetiers. Public formé aux arts libéraux, public habitué à participer aux assemblées de la ville ou du Parlement – nombreux sont les membres de cette dernière institution qui participent au Puy de Rouen. Public pour qui, en même temps, les revendications identitaires ne sont pas un simple mot.

  • 4 G. Tasserie, Le triomphe des Normands, suivi de La Dame à l’agneau de G. Thibault, éd. P. Le Verdi (...)
  • 5 La chose a-t-elle été préméditée, ou le poète a-t-il composé en quelques jours sa moralité ? Cela (...)
  • 6 Nous rencontrons encore presque quotidiennement ce blason, qui figure sur les capots des Alfa Romé (...)

11Les deux pièces sur lesquelles je vais m’attarder aujourd’hui ont été publiées, au début du siècle dernier, par Paul Le Verdier, à la Société des Bibliophiles Normands4 ; ces textes peu accessibles ont été mis en ligne sur le site des médiévistes de Rennes, et je vais les aborder, non selon un ordre chronologique, mais selon l’intérêt croissant de leur dispositif théâtral et polémique. Le plus simple de ces textes et le mieux connu, la Moralité de la Dame à l’aigneau et de la dame à l’aspic, a été composé par Guillaume Thibault, sans doute l’année même où il a reçu le prix pour sa ballade sur le même sujet, en 15205. On y voit opposées deux dames portant pour « armarie » l’une l’agneau, l’autre l’aspic : la dame portant le Christ pour emblème, contre celle qui s’affiche clairement diabolique. Mais on doit discerner, au-delà de ces attributs évidemment théologiques, des résonances plus actuelles et plus immédiates, où l’agneau est celui qui figure sur les armes de la ville de Rouen, qui participe à la victoire contre le duché de Milan, au blason figurant un « enfant issant d’une guivre6 ». Nous nous trouvons dans le moment où on peut penser à une installation durable de l’influence française au-delà des Alpes, et la victoire sur les Visconti peut être interprétée dans une perspective théologique. J’ai déjà mentionné ce point ailleurs. Il est plus intéressant peut-être de rappeler que les personnages qui accompagnent ces deux dames, Noble ceur Loyal et Ceur Félon, sont des émanations du Champion des Dames de Martin le Franc, et que le poète s’inscrit non seulement dans une tradition théologique et héraldique, mais aussi dans la tradition du poème allégorique et de la controverse à la louange ou au vitupère des dames.

12L’intrigue en est fort simple, et nous présente tout d’abord les deux dames en train de s’invectiver :

La dame a l’aspic
16 Regardés la dame cy belle
Qui contrefaict l’agne qui belle,
Cuydant faire faict et deffaict.
La dame a laigneau.
Si belle suys que ordre angelicque
20 M’adore comme une relicque,
M’apelant dame par raison.
La dame a l’aspic.
Fusses vous cent foys plus relique,
Si avez le chemyn oblique
24 Passé, goustant de ma poison.
La dame a l’aigneau.
O perverse et orde vipere,
Ainsy t’aprint ton propre père
Depuys qu’il eust Adam deceu.
La dame a l’aspic.
28 Sais tu pas bien le vitupere
Qu’encourt, en son grant impropere,
L’homme d’homme et femme conceu ?
La dame a l’aigneau.
Ouy bien, mais Dieu m’a preeslue.
La dame a l’aspic.
32 Comment ?
La dame a l’aigneau.
Ainsy.
La dame a l’aspic.
Tu es pollue.
La dame a l’aigneau.
C’est mal parlé.
La dame a l’aspic.
Et qui es tu ?
La dame a l’aigneau.
Dieu pour sa mere me salue.
La dame a l’aspic.
Neantmoins tu es dissolue.
La dame a l’aigneau.
36 Non suys.
La dame a l’aspic.
Quoy ?
La dame a l’aigneau.
Dieu est ma vertu [f. 95].

13La construction en sixains, de type aabccb, donne à l’échange une grande vivacité et en même temps permet de structurer aisément le dialogue par des balises mnémotechniques, des jeux de symétrie extrêmement réguliers. Il est à la fois aisé à apprendre et aisé à jouer, tout comme le seront, dans un second temps, et avec des jeux de symétrie comparables à celui du dialogue des femmes, les invectives qu’échangeront les champions. Ils sont prêts à en venir aux mains après avoir rappelé, assez vite, les positions des uns et des autres, lorsque les dames déplaceront le conflit :

La dame a l’aspic.
Ha ! Noble Ceur, Noble Ceur, mue
84Ton propos ; il n’est pas saison.
Noble ceur.
Or paix ! Que ame ne se remue ;
Je le tiendray comme ung oison.
La dame a l’aigneau [f. 97]
Non feras, car meux blason ;
88L’en doibt tout different debastre,
Puys, s’on ne vient a la raison,
On peult a bon droict se combastre.
La dame a l’aspic.
Si vous nous voullés doncques bastre
92 Par raison, j’auray intention.
Ceur félon.
Il ne faut que ung mot pour l’abastre,
Sceust il cent foys plus que Platon.

14C’est l’occasion d’un nouveau débat, qui permet de reprendre, avec un peu plus de sérénité, non seulement les arguments habituels pour et contre le privilège marial, mais aussi les exemples traditionnels, les « figures ». Les personnages vont ainsi « prouver » le statut de Marie par des allusions aux arts libéraux :

Noble ceur.
Si hault est des sainctes la saincte
132 Que geometrye y pert ses pas,
La mesurant.
Ceur félon.
Le peult n’on pas ?
Noble ceur.
Non, sa grace est immensurable.

15Vaincus évidemment, les opposants à Marie évoqueront, en vain, d’autres disciplines du savoir, comme la médecine :

La dame a l’aspic.
Mais fondons nous en medecine.
Noble ceur.
158 Comment donc, tu as la courson ?
La dame a l’aspic.
160 Non, mais de tousjours je crachys.

  • 7 Voir Ézéchiel 9, 4 : « senem, adolescentulum et virginem, parvulum et mulieres interficite usque a (...)

16La « courson » dont il est question ici est bien un flux de ventre, que n’attestent pas tous les dictionnaires. Noble ceur est toujours victorieux, même si ses arguments relèvent de l’invective ou du bas corporel, comme dans le dernier exemple. Mais des arts libéraux à la médecine, le débat quitte la théorie pour la pratique et finira par évoquer la vie rouennaise et l’institution du Puy, dont les membres ont le front signé du Thau qui marque les justes7.

17Il ne reste plus qu’à achever le débat par la bataille, et même si le texte qui nous a concerné est bref (trois vers), on peut penser que cette empoignade pouvait constituer un moment fort de la représentation, une étape spectaculaire : le goût intemporel pour les scènes de combat devait ici constituer un exutoire d’autant mieux venu que les controverses théologiques n’avaient rien d’inattendu. La longueur relative des étapes préliminaires, la dimension formelle de l’apostrophe qui demande ce que « proteste » Ceur Félon – ce qu’il affirme avec force sous serment – tout cela nous rapproche d’une sorte de combat judiciaire, d’ordalie qui ne peut être jouée à moitié. C’est donc, autant que possible, une cascade qui nous est montrée, un combat réglé et destiné non pas à créer un quelconque suspense, mais à mettre en valeur la force des assaillants et la légitimité de la victoire.

  • 8 Arch. Seine Inférieure, G, 2942 (cité dans P. Le Verdier, Le triomphe des Normands, p xxiv).
  • 9 Voir à ce propos mon article « La Vierge et la science », Par les mots et les textes, Mélanges… C. (...)

18Cette pièce, à quatre personnages seulement, porte à mon sens la marque du milieu et des préoccupations de Guillaume Thibault. La seule indication biographique que nous ayons à son propos nous le présente comme pédagogue à la cathédrale : « Item a Magistro Guillermo Thibault preceptorie choristarum in grammaticalibus, pro uno anno, x l.8 » ; sa charge de précepteur de grammaire (ce qui va de l’enseignement de la lecture à celui du latin) auprès des jeunes gens de la maîtrise éclaire, me semble-t-il, le choix du sujet de sa pièce et la répartition des personnages : de jeunes enfants impubères pourront sans difficulté jouer les rôles féminins, comme dans toutes les représentations du temps ; mais de plus, les plus remuants du groupe pourront mimer la bataille avec entrain. Le sujet, convenu mais prêtant à des développements gestuels et à des mimiques expressives, la brièveté relative du texte, moins de 400 vers, soit environ une demi-heure de jeu, tout invite à penser à une représentation effectuée par de jeunes gens, ceux-là mêmes qui participeront au Puy dans l’épreuve d’épigramme latine quelques années après. L’évocation théologique est toujours minimale, comme s’il n’était pas possible d’évoquer des notions trop complexes : on pourra par exemple comparer l’évocation des arts libéraux, en quelques vers, à celle qu’organisera la moralité à personnages de Jacques Le Lieur, composée une vingtaine d’années plus tard, où l’ensemble de la pièce est consacré à l’exaltation de la dimension mariale du savoir – au point que l’on peut se demander si une telle approche n’a pas constitué une sorte de spécificité de l’enseignement et de la pensée rouennaise, pour qu’on la retrouve aussi régulièrement9. On peut penser, enfin, qu’après cette révision de l’ensemble du programme marial dispensé dans l’enseignement de la maîtrise, qu’après la mise en œuvre de la dimension rhétorique que suppose toute représentation théâtrale – l’elocutio fait aussi partie de la formation – le chant lui-même pouvait intervenir : les quatre personnages peuvent ainsi, les jeunes comme les pubères, assurer les quatre voix que l’on peut attendre d’un motet au début du xvie siècle, et la Dame à l’Aigneau met tous les acteurs en abîme dans l’oraison qui précède le combat.

Prince des cieulx, donnes grace a foyson
360 A mes servantz de faire garnyson
De hymmes et vers contre l’orde sangsue,
Et puys me veoir au celeste orizon
Du pur aigneau pure mere conceue.

19Le spectacle est donc complet, à la fois rhétorique, musical, et visuel avec le combat qui le conclut. La polémique ici reste, pour le plus souvent, du registre de l’invective, de l’opposition radicale et sans nuance des personnages. Le combat constitue l’aboutissement spectaculaire de la moralité, pièce qui a pour mission d’illustrer la victoire à la fois de la dévotion mariale et de la couronne de France, en jouant sur les deux niveaux : Ceur Felon est bien une figure du duché de Milan, vaincu et ramené à la raison – la victoire prend ainsi la dimension d’une fantaisie de triomphe, mais on sait que la réalité sera plus rétive à l’évidence de la dévotion mariale.

20Ce que nous apprend cette moralité est cependant révélateur des procédés de fabrication d’une moralité rouennaise ; il est d’abord question de montrer le privilège marial ; mais il est bien davantage question de le démontrer, et de le faire triompher sur ses détracteurs. Il est ensuite nécessaire de le raccrocher à Rouen et au Puy, la ville et sa confrérie se pensant clairement comme une sorte d’institution militante, voire un ordre militaire : la notion d’athlète du Puy, utilisée par Nicolas de Coquainvilliers en 1524, la graphie champ royal qui renvoie plus à une compétition en champ clos qu’à un travail mélodique, tout cela le montre : les poètes rouennais sont des milites Mariae, à l’image du miles Christi paulinien. Il est nécessaire enfin d’inscrire la moralité dans le fil d’une œuvre déjà connue et reconnue, qui constitue une sorte de patrimoine culturel commun : ici, on a souligné l’importance du Champion des Dames, édité dès le début du siècle, et qui montre avec d’autres exemples, s’il en était besoin, à quel point Guillaume Thibault cherche à s’inscrire dans une continuité textuelle. On va voir, avec la moralité de Guillaume Tasserie, comment les choses peuvent s’organiser, dans une perspective différente, mais avec d’autres moyens et d’autres ambitions.

  • 10 Voir P. Le Verdier, Mystère de l’Incarnation et de la Nativité NS, Rouen, 1884, t. I, p. liv.
  • 11 P. Le Verdier, Le Triomphe des Normands, p. xx.

21La pièce de Tasserie n’est pas datée, et on admet communément qu’elle soit de la fin du xve siècle, sans doute de 1499. On ne sait pas grand chose de ce personnage, qui paraît cependant faire partie des familles importantes dans la vie rouennaise entre 1450 et 1550 : on voit souvent apparaître un Joseph Tasserie dans les délibérations municipales au milieu du xvie siècle ; un François Tasserie participe au Puy de la conception et remporte même le prix en 1496 et 1506, et l’on connaît un Pierre Tasserie auteur du Monologue du pèlerin passant, en 1509. Guillaume Tasserie, est pour lui l’auteur de chants royaux présentés aux palinods de Rouen en 1490, 1492, 1493, 1495, 1496 et 1498, lauréat en 1490, et prince du Puy en 1499. Il s’agit certainement d’une des grandes figures de la ville, puisque la confrérie et le Puy figuraient en bonne place dans le cursus honorum rouennais. C’est, de plus, un poète assez important pour que ses œuvres, qui ne sont pas exclusivement palinodiques, puissent figurer dans d’autres manuscrits que les traditionnelles anthologies rouennaises : on voit en effet sa production figurer dans des recueils de rondeaux comme le ms BnF fr 1722, qui avait appartenu à Marguerite de Navarre, et ses Heures de la Conception se retrouvent dans de nombreux recueils de prières, qui ne sont pas tous rouennais, comme le manuscrit de la Bibl. Sainte-Geneviève 2734. Enfin, nous savons que Guillaume Tasserie s’est abondamment investi dans les activités théâtrales de la ville, puisque nous le voyons, en 1491 et en 1492, participer activement à l’organisation du Mystère de la Passion qui devait être représenté pour l’entrée du roi de France et dont la venue, annulée, avait contraint à reporter l’année suivante la représentation dramatique10. On verra, enfin, un descendant de cette famille, Joseph Tasserie, convoqué pour préparer la fameuse entrée royale de 1550, celle qui aboutira à la célèbre fête brésilienne pendant laquelle la cour de France découvrira de vrais sauvages brésiliens, ceux-là même dont Montaigne parlera plus tard. À la fin du xve siècle, « concourant en même temps devant les juges des palinods, Guillaume et François, ou montés sur scène, Guillaume et Pierre ; je ne crois pas m’aventurer beaucoup en disant que les poètes rouennais François, Pierre et Guillaume sont de même sang et famille11 ».

22Cette rapide présentation de ce que l’on sait de Guillaume Tasserie est révélatrice cependant de l’ambition que l’on peut voir dans sa moralité Le Triomphe aux Normands. Tout d’abord, il s’agit d’une œuvre de plus grande ampleur, puisqu’elle s’étend sur plus de 1700 vers : cela représente au moins deux heures de spectacle, avec peut-être en plus les intermèdes instrumentaux qu’impliquent les didascalies du texte. De plus, les personnages sont assez nombreux : Guillaume de Normandie, quatre chevaliers qui l’accompagnent, et ensuite les témoins au nombre de cinq : Figure, Autorité d’Écriture, Raison, Exemple, et Le Commun Peuple de Normandie ; le personnage de Sarquis, qui sera bientôt flanqué de Sathan et Machomet, le roi Salomon : ce ne sont donc pas moins de quatorze personnages qui interviennent, ayant chacun quelque chose à dire : les moins importants sont les chevaliers, dont on remarquera qu’ils parlent presque toujours dans des formes strophiques régulières : ils interviennent certes dans un rondeau (v. 51 sq.), mais aussi dans une suite de quatre septains à construction anaphorique (v. 114 sq.), dans des quatrains de pentasyllabes (v. 205 sq.), puis des cinquains anaphoriques (v. 268 sq.), un rondeau (v. 1573 sq.) et enfin un chant auquel participent non seulement Guillaume, mais bien sûr tous les chevaliers (v. 1664 sq.). Quelques répliques isolées les montrent moins comme des protagonistes que comme une sorte de chœur constitué. On se retrouve ainsi avec l’effectif habituel d’une moralité, qui se ramène à une dizaine de personnages et quelques figurants ou musiciens, ce que l’on a par exemple dans la moralité à dix de Jacques Le Lieur, où quelques musiciens sont enclos « ainsi que pepins en pomme ».

23Il n’empêche, on se trouve ici face à un dispositif de type professionnel, qui marque sa différence avec la moralité de Guillaume Thibault. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une personne qui a, moins de dix ans plus tôt, su gérer la représentation d’un mystère – et ceci sans préjudice d’autres activités probables, puisque l’on imagine mal la ville de Rouen confier à un néophyte la part la plus spectaculaire d’une entrée royale – ait pu conserver des liens suffisants avec le monde du spectacle pour organiser une représentation importante. Deux ou trois lieux scéniques très probablement, la cour de Guillaume, celle de Salomon, puisqu’on décrit en détail son trône v. 291, le gouffre enfin où s’enfoncent Sarquis et Machomet à la suite de Sathan, dans une didascalie qui ne laisse pas de doute sur un effet scénique, qu’il s’agisse d’un rideau derrière lequel se dissimulent les acteurs ou d’un artifice théâtral plus élaboré, avec trappe et fumerolles.

24De fait, un tel dispositif scénique porte à penser que ce n’est pas une salle privée, celle de l’auberge de la Barge par exemple, qui a pu autoriser un tel spectacle ; il la faut plus grande et éventuellement munie d’estrades, pour permettre aux acteurs un déplacement, ou pour autoriser des changements de décor effectifs ; l’hiver en revanche, l’heure fatalement tardive interdit une représentation en plein air : on peut imaginer que d’autres salles – je pense à un jeu de paume, par exemple – ont pu être mises à contribution pour mettre en place une telle représentation.

25Par ailleurs, un simple jeu de rideaux peut permettre dans un premier temps de voiler le trône de Salomon, vers lequel se dirigeraient ensuite les acteurs, et de dissimuler le premier lieu scénique, transformé ensuite en porte d’enfer.

26L’intrigue de cette moralité est simple, et prend mieux en compte les compétences et des acteurs et du public – on peut imaginer que le public de 1499, probablement plus restreint et composé de notables locaux et d’édiles était mieux à même de prendre en compte la dimension théologique et identitaire d’une telle célébration.

27Le duc Guillaume ouvre la séance par une ballade hétérométrique en invitant tout un chacun à célébrer l’Immaculée Conception de Marie, qui a lieu « ce sacré jour ». Les festivités du Puy avaient habituellement lieu le dimanche qui suivait la fête de la Conception ; il se trouve qu’en 1499, le 8 décembre tombe un dimanche, et qu’il y a une parfaite coïncidence entre la fête calendaire et la célébration du Puy, ce que souligne le duc. Tous les chevaliers chantent à sa suite, dans un rondeau qui exalte Marie « Fleur de suavité ». Un bref récit de Guillaume rappelle le miracle d’Helsin, miracle fondateur en Angleterre et en Normandie, de la dévotion à l’Immaculée Conception : peu après la conquête de l’Angleterre, l’abbé de Ramsay, envoyé en ambassade au Danemark, est pris dans une tempête en mer, jusqu’à ce qu’un évêque paraisse, marchant sur les flots, qui lui promet le salut s’il s’engage à célébrer la fête mariale, remplaçant simplement dans la liturgie de la Nativité de la Vierge, le mot Nativitas par le mot Conceptio. Après le chant des ménestrels, intervient le personnage de Sarquis, qui va être l’opposant exemplaire, et invectiver le duc comme les chevaliers pour contester leur dévotion.

28Le discours de Sarquis est à la fois assuré et méprisant :

180 Fester une conception
Vicieuse ! mais par quelz termes ?
Riens ; ce n’est que deception :
Vous en parlez comme clerc d’armes.
Sont ilz asseurez ! sont ilz fermes !
185 Mais regardez, quelz damoiseaulx !
Hee ! meslez vous de voz alarmes.
Au mau gibet ! quelz sotz nouveaulx !
Parlez de voz chiens et oyseaulx,
De voz pas et de voz tournoys,
190 De voz bardes et de voz chevaulx,
De voz campanes et harnois.
Que gaignez vous pas ung tournoys
De faire fester la commune ?
Mais vous amez voz esbanoys
Et mieulx troys festes que une jeune.

29On retrouve dans ces vers une série d’allusions à divers proverbes populaires : le public doit à coup sûr accrocher à des clins d’œil comme « troys festes que une jeune » (ce dernier mot prononcé [y] comme le prouve la rime avec commune) qui renvoie à « entre troys vertes une meure », le caractère épicène du mot jeûne facilitant cette approximation. On discerne aussi le proverbe rituel « de chiens, de jeux, d’armes, d’amour… ». Bref, les damoiseaux parlent de théologie comme « clerc d’armes », et sont à la fois incompétents et inexpérimentés. Un peu plus tard, Sarquis répondra au duc qui le défie « avec noblesse » :

Faulx arrien, plain de detraction,
Je te combas dessus ceste querelle :
230 Vela mon gant, pour approbation
Que je soustien ma dame toute belle.

Sarquis [f. 118]

Ho ! sans ferir ! o ! a Dieu nous command.
Il veult tuer Karesme, le hardi !
Monstr’il point bien courage de Normand !
235 Desment il ? Tost ! Est il bien estourdi
De combattre !

30Tuer Karesme, c’est bien « venger Fourré », rodomontade inutile ! Sarquis outrepasse son rôle et, se mêle de parler d’armes comme le ferait un clerc, de façon incompétente ; mais davantage, le voici qui utilise l’expression « courage de Normand », locution manifestement bien péjorative. La dévotion à l’Immaculée Conception devient ainsi une « affaire d’état », en ce qu’elle est attaquée dans sa normandité : normandité que soulignait la figure fondatrice de Guillaume, que rappelait évidemment le miracle d’Helsin. D’ici lundi, c’est-à-dire dans la soirée, Sarquis s’engage à prouver à Guillaume qu’il a tort, et à celui-ci, qui lui demande de choisir son arbitre, il répond :

Transportons nous par devers Salomon,
Juge equitable et roy Jherosolime ; (v.250-251)

31Voici que le procès est lancé. La figure de Salomon, je l’ai dit ailleurs, est une figure emblématique du Puy, pour diverses raisons : il est une sorte de fondateur de l’encyclopédie, et sa compétence est universelle ; il est le poète auteur du Cantique des cantiques dont de nombreux versets ont nourri l’imaginaire conceptionniste ; c’est lui aussi qui, dans le Livre de la Sagesse, rappelle qu’elle a été conçue avant tous les siècles. On le voit, Salomon est bien au centre de tout un dispositif, au sein duquel on a tendance à perdre de vue deux éléments qui le caractérisent pourtant en général : il est roi – le roi exemplaire, plus encore que David – et il est juge.

32On devine que ces deux attributs seront perçus par les membres d’une confrérie qui élit son prince, par ceux aussi qui, membres pour une bonne part du Parlement de la ville, sont attentifs à cette figure de souverain juge. Salomon est donc présent non seulement comme une sorte de référent mythique, mais bien aussi comme une figure présente, presque tangible de ce que peut être aux yeux de cette bourgeoisie rouennaise une sagesse politique.

33Bien sûr, un tel juge est partial, et à vrai dire personne ne s’en soucie : la représentation du procès relève bien davantage du rituel, et il importe que ce qui devait être dit fût dit. Le déplacement, je l’ai dit plus haut, est sans doute effectif ou implique tout au moins un changement de décor : « Prince, venez, je sçay ou il se tient » indique Sarquis.

34La description du trône de Salomon montrera assez la dimension que veut lui donner Tasserie, et l’implicite répartition des rôles : le roi des rois ne peut expliciter le sens de son trône, il est relayé par Guillaume lui-même, qui va détailler de façon très méthodique chacun des éléments qui le caractérisent :

Le premier chevalier
Veez qu’il a, par sa science,
Pour son tribunal fait construire
Ceste chaire de blanc yvire
Ornee d’or pur richement,
295 Et eslevee haultement
De six degrez, puis le coupeau
Arrondi magnifique et beau ;
Et, pour mieulx la gorgiaser,
Douze lions a fait poser
300 Au pied dont elle est soustenue.
Le duc

Or soit de par nous retenue
Ceste figure pour la dame
Toute belle de corps et de ame
Et comme yvire blanc tres pure,
305 Enrichie pour ornature
D’or fin, qui signifie, apprez,
Charité dessus six degrez,
De vertus et douze lions,
C’est a dire par milions
310 D’honneurs et de prerogatives ;
Qui sont choses demonstratives
Que se Dieu a fait un chef d’œuvre
[v°] Pour se seoir, car le coupeau coeuvre
Tout le tour et l’embassement :
315 Et ce figure proprement
Que alpha et o, le hault monarche,
Ainsi que sa selle et son arche,
A couvert de grace planiere.
Ceste chaire, en telle manière
320 Que de maulvais air ou bruyne,
Pluyve ou quelque vielle ruyne
Jamais ne sçauroit estre atainte.

  • 12 C’est la mere Dieu glorieuse/L’emperiere des cielz precieuse/Roine des anges benedictz… (v. 399-40 (...)

35L’argumentaire de Guillaume est simple, racontant comment, alors qu’il louait avec les Normands la toute belle, Sarquis est venu rompre leurs chants : après une énumération historique qui rassemble David et Bethsabée, Pyrame et Thisbé, Samson et Dalila, la conclusion est simple : « Se tant nobles cueurs ont pris paine/Pour aimer dames d’amour vaine/Lubrique, folle et vicieuse » (v. 393-395), pourquoi n’en ferions-nous pas autant pour Marie ? Cette suite de noms propres, qui rappelle les litanies12, a la particularité d’être en octosyllabes, familière et proche de la ferveur populaire.

36Sarquis, au contraire, développera en décasyllabes ses arguments, se distinguant par sa forme plus soutenue des propos des laïcs, considérés avec quelque condescendance : Guillaume « s’il avoit veu/Aussi avant peult estre que j’ay leu/ De ce concept parleroit aultrement » : le duc de Normandie, instaurateur à la suite d’un miracle d’une dévotion fédératrice de toute sa province, voit mise en cause sa compétence religieuse. Mieux, Marie, qui n’est qu’une femme comme les autres, se trouve située « En paradis, non pas si hault que Dieu/Entre les sainctz aultres tout simplement. » C’est donc le principe même de l’hyperdulie qui est mis en question, et Marie, « reine des cieux et princesse des anges » comme le dira plus tard André de la Vigne, est assurément conçue de semence virile. Il est aisé alors d’énumérer tous les théologiens qui rappellent l’universalité du péché originel, à commencer par saint Paul, suivi des Psaumes, d’Isaïe, de saint Augustin. La réponse ne se fait pas attendre, et Guillaume saura reprendre chacune de ces autorités pour montrer que la Vierge est toujours épargnée par le jugement des pères, comme le dit expressément saint Augustin :

Oengin dur,
Gros asne, qu’esse qu’il y a ?
Sainct Augustin specifia
Que quand on parle de peché
515 Il n’y a d’elle rien touché,
Car elle est plena gratia.

37Mieux, l’affirmation comme quoi la Vierge ne serait que l’égale des saints est pulvérisée par une seule question : « Où as tu trouvé ce passage ? » (v. 520). Sarquis est en mauvaise posture et s’obstine cependant, ramenant le privilège marial à celui de Jérémie ou de Jean-Baptiste, à une bénédiction in utero antérieure à la naissance certes, mais postérieure à la conception : position inacceptable évidemment, et qui se conclura par un appel à témoin. Les cinq que convoque Guillaume vont permettre d’explorer l’ensemble de l’argumentaire théologique : Figure, Auctorité d’Escripture, Raison, Exemple délivreront tous les enseignements traditionnels, ceux qui fondent une lex credendi ; la figure du Commun Peuple de Normandie, elle, saura justifier, par sa simple ferveur, la lex orandi qui finira par l’emporter sur les autres arguments.

38Le discours de Figure est nourri de références très disparates, bibliques pour certaines, et pour d’autres reprises d’une relecture orientée de certains épisodes mythologiques. En fait, toutes les références – songe d’Astyage, récit de la table d’or – proviennent du Speculum Humanae Salvationis, qui constitue une sorte de réservoir des images mariales, réservoir que la littérature exploitera autant que l’iconographie : c’est là un des enseignements originaux de cette moralité, qui confirme ce que laissaient supposer déjà des éléments du Ms Douce 252 de la Bodleian Library qu’avait étudié Katell Lavéant il y a quelques années dans le cadre d’un mémoire de maîtrise resté inédit. Je reviendrai sur ce point dans un autre travail. Divers éléments originaux s’ajoutent à cette énumération, comme par exemple la liste des textes sibyllins, qui est absente des énumérations traditionnelles, et coïncide avec la popularisation de ces figures – que l’on retrouvera, par exemple, sur le portail de la Cathédrale d’Aix en Provence ou, plus près de nous, sur les portes nord de l’église Saint-Maclou de Rouen. Raison, plus avare en références, les agencera cependant de façon à ce que la ballade qu’elle prononce ait pour refrain « Et par consequent toute belle » : c’est la logique, la rigueur argumentative qui priment ici, et c’est là peut-être que nous nous rapprochons le plus du discours théologique. Trois raisons sont invoquées pour conclure, raison de maternité, de sainteté, de divinité, et cela dans une construction anaphorique des strophes qui souligne encore la force du refrain.

39Il est certain que Salomon n’essaie pas d’instruire de façon contradictoire, et accueille les témoignages à la suite, comme autant de déclarations qu’il n’est pas nécessaire de reprendre. C’est que chacun des discours est cohérent, autonome, et trouve sa dynamique propre dans une organisation sérielle – on a vu les suites de sibylles, on vient de voir le système d’anaphores et de refrains du propos suivant. Ce qui permet à Salomon, avec la brutalité que peut avoir celui qui guide les débats, de passer d’un témoin à l’autre sans transition :

Il suffit. C’est assez dit d’elle. (à Exemple)
Vostre nom ? Il le convient dire. (v.1027-1028)

40Exemple énumérera un certain nombre des miracles qui se retrouvent dans tous les textes conceptionnistes, et que conservent certaines versions de la Légende dorée. Il n’est plus question d’argumenter pour, mais bien plutôt, après une série d’exemples édifiants, de montrer le danger qu’il y a à refuser de fêter la Conception de Marie. Exemple ne se prive pas de rappeler comment Alexandre de Hales tombait malade chaque fois qu’il s’apprêtait à prêcher contre le privilège marial, puis raconte l’histoire de ce prédicateur toulousain qui disait « du mal » de Marie, et qu’un loup emporta dans sa gueule. Nous nous retrouvons dans une situation traditionnelle, où la dévotion à un saint finit par n’être pas seulement bénéfique : ignorer ou mépriser le saint peut entraîner de graves conséquences. L’argumentaire se déplace et annonce d’une certaine façon le châtiment qui attend Sarquis.

41Le personnage suivant sera celui du Commun Peuple de Normandie, que la didascalie nous présente paradoxalement comme Commun Peuple de Basse Normandie : le bas-Normand que je suis perçoit une forme de condescendance du duc (pourtant né à Falaise) et de l’assistance à l’égard de cette figure populaire, patoisante, et bien évidemment comique. Mais il y a d’autres points, comme la fondation, par Louis XI, d’une abbaye royale près d’un village qui portera bientôt le nom de Passais La Conception de Notre Dame (abrégé aujourd’hui en Passais la Conception) : certes, la dévotion mariale de l’universelle aragne permettait surtout d’instaurer opportunément un observatoire royal au plein milieu des terres du turbulent Jean II, duc d’Alençon ; il n’empêche, c’est en basse Normandie que la toponymie peut attester d’une dévotion conceptionniste, et l’on acceptera d’autant plus volontiers les protestations d’une figure populaire :

Se je le crey, se je le crey !
Bé, a quey me le demand’ous ?
1140 N’est che le meien le plus doulx,
Et n’est che la douche puchelle
Qui de sa tres digne mamelle
A alecté che noble Rey ?

42Mais d’autres éléments interviennent, qui montrent que même le commun peuple sait à quel point Marie est importante pour la région ; c’est là en fait que nous quittons la controverse théologique pour une dimension plus politique, et plus polémique peut-être. En effet, après s’être indigné de ce qu’on lui pose même la question, le personnage se met « [s]on huvel bas, a deux genoux », et prononce sa « creance » – créance redoutablement informée, puisqu’on pourrait y lire en filigrane les discours de François de Mayronnes et la réponse à Thomas d’Aquin – qu’il conclut pas ces mots :

En despict des fauix envyeuix.
N’es che merveille qu’en tous lieux
1180 La feste ès Normans est nommee ?
Ossy est elle bien aymée.
Apprez Dieu, ch’est nostre credenche,
Nostre esper, nostre confidenche.
N’es che quel que chose qu’on die,
1185 Sen douaire que Normendie ?
Sen benest fieulx ly a donné
Che bon peis et abandonné
Pour partage, pour appennage,
Bé, n’es che son propre eritage ?
1190 M’erme ! ossy on ne l’y het peint.

43Marie est donc patronne des Normands, la province est son apanage. Pour qui se rappelle que les Corneille en leur temps participeront au Puy de Rouen, le dernier vers me semble une annonce évidente d’un des plus célèbres du Cid « va, je ne te hais point ».

44C’est là sans doute que l’on peut prendre en compte la dimension politique d’une telle moralité : le personnage du Commun Peuple ne redouble pas, il complète la figure tutélaire de Guillaume : si la dévotion conceptionniste émane bien sûr d’une volonté du pouvoir – reconnaissance par la Normandie d’une dévotion originellement anglaise et par là même unification sous une même ferveur des deux parties du domaine normand – elle ne s’en montre pas moins, par le personnage simple et comique qui s’exprime ici, une vraie fête populaire. Sans âge, sans région à proprement parler – et d’autant plus que les traits dialectaux qui sont censés le figurer relèvent plus du picard que du gallo, du nord de la province que du sud – notre Peuple Commun souligne la dimension collective de la foi normande, et la consécration de sa province.

Nous ly devons fey et promesse,
[v°] Honneur, gloire, devotion,
1205 Cantique, genuflection,
Tribut, veu, reverence, hommage,
Peage, service et dixmage.
N’es che nostre escu, nostre garde,
Nostre secours, nostre avant garde,
121 Contre les ennemys d’enfer.

45Une telle insistance sur les tributs que l’on rend à la Vierge, ceux de la dévotion et ceux, métaphoriques, de « Peage, service et dixmage » justifient comme rétroactivement la pression fiscale exercée sur la population : en fait, l’argent donné l’est sous l’égide de la Vierge, et l’on sait qu’il sera employé à ce que la Province, sous son influence, soit protégée.

  • 13 Voir E. Duprat, « Les diables disent la vérité ! Le dire-vrai des personnages de diables dans quel (...)

46Deux témoins interviendront ensuite, figures grinçantes et satiriques : Machomet et Satan. Ces adversaires n’en sont pas, puisqu’ils sont sommés de dire la vérité, et qu’ils s’y soumettront, malgré eux : on le sait, lorsqu’ils sont convoqués dans un tribunal céleste, les diables disent toujours vrai13. Ce qui me retiendra ici, c’est qu’en dehors de cette figure topique de la moralité ou du mystère, l’ennemi le plus récent de la ville de Rouen, celui qui l’a assiégée et occupée avec la plus grande brutalité, l’Anglais, est lui aussi conceptionniste : tout se passe comme si, dans une sorte d’imaginaire normand, les figures diaboliques, sans recouvrir exactement celles de l’ennemi, les recouvraient au moins partiellement. On le sait, de surcroît, le Coran parle en termes élogieux de Marie.

47Mentionnons cependant la façon dont se présentera Satan devant le tribunal :

1345... Qui es tu, ainsy detestable ?
Sathan.
Je suys Sathan, ung povre diable,
Le plus meschant et myserable
Qui jamays fut creé ne faict,
Chenu, hideux et non papable,
1350 Tant viel comme il est vraysemblable.

48Sathan, figure méprisée, va jouer sur divers éléments pour être à la fois comique et inquiétant ; on peut imaginer bien sûr un vêtement « idoine », qui joue sur la tradition iconographique ; ce qui est plus intéressant peut-être, c’est le passage constant de termes amusants à des termes inquiétants. Il est un « povre diable, miserable », mais il est aussi « méchant » – même si ce terme peut aussi bien signifier chétif que cruel. Son âge qui invite à le respecter le rend en même temps suspect – pensons, à l’autre bout de la littérature médiévale, à Baligant plus vieux qu’Homère et Virgile. Il est enfin « non papable », et même si ce mot semble imposé par le système de rimes, la contrainte est assez souple pour que ce soit intentionnellement et non en dernière extrémité que le poète l’ait choisi. Satan apparaît ainsi, exemplairement, comme un antipape, partageant avec lui l’âge et peut-être la laideur, mais distinct de lui par l’élection (divine ou du conclave). Rappelons-nous que les représentations traditionnelles de Dieu le Père, au début du xvie siècle, sont justement celles d’un vieillard à la barbe blanche, portant une tiare pontificale : si le Pape est l’équivalent de Dieu, le diable se représente presque immédiatement comme un « antipape ». En même temps, on devine que l’entourage pontifical n’est peut-être pas autant inspiré du Saint-Esprit qu’il le pourrait, à preuve justement le fait que la dévotion à la Conception de Marie ne s’étend pas sur l’ensemble de la Chrétienté. « Il y a du Dominicain là dessous. »

49L’arrêt prononcé par Salomon ne présentera pas de grande surprise, mais il jouera sur plusieurs éléments, énoncé tout d’abord de façon très formelle – et rappelons-nous que le public est formé aux subtilités du droit – pour rappeler la dimension théologique dans une synthèse assez brève (un peu moins de 20 vers), et prononçer ensuite une sentence de bannissement à l’attention de Sarquis ; il dit enfin pour dire enfin :

Et vous, tres hault et magnifique,
Preux duc, en signe de victore,
Et perpetuelle memoire,
1540 Comme il affiert a tel seigneur,
Vous livrons la palme d’honneur ;
Mesmes, pour juste recompence,
En signe de bonne deffence,
Ainsi que poete lauré,
1545 Serez humblement decoré,
Le chef tres noblement couvert
Du chapeau de pur laurier vert.
Si festivez devotement
Ceste feste annuellement…

50On le voit, le Duc est lauré ainsi qu’un poète, à condition de s’engager à célébrer annuellement le Puy :

Si festivez devotement
Ceste feste annuellement
1550 Tant en science de musique
Comme en celle de rethorique,
Par espigrammes, champs roiaulx,
Balades, virelaiz, rondeaulx,
Par oraisons et par chançons
1555 Et aultres diverses façons
En langue latine ou vulgaire
Ainsi qu’il vous plaira de faire.[f. 140]
Plus declairons en toute terre,
S’il eschet que soiez en guerre,
1560 Que vous puissez prendre sans blasme
Pour le cry commun Nostre Dame !
Mesmes publiquement nommer,
Intituler et renommer
La Feste aux Normans cestuy jour
1565 Que vous festerez en amour,
Gardant vostre possession.

51La boucle est ainsi bouclée, puisque tous les éléments se rejoignent, et il ne reste plus aux Normands qu’à rendre une action de grâce au roi Salomon, pendant que déçu, berné, Sarquis banni n’a plus qu’à s’engouffrer dans l’enfer, à l’appel de Satan et de Mahomet, qui lui annoncent les plus grandes douleurs, en compagnie des grands hérétiques. Il n’y a plus qu’à terminer le mystère par une chanson, comme il avait commencé, soit avec le chant des chevaliers, qui a déjà une dimension strophique assez complexe pour laisser penser à une mise en musique, soit un peu plus tard, comme le dit le Duc, par le chant « où il y a Tota pulchra es, amica mea ». On peut penser, enfin que du chant profane à l’antienne sacrée, on passe d’un morceau de virtuosité vocale à un chant liturgique connu de tous et entonné par le public.

52La célébration du Puy, par la grâce de l’arrêt de Salomon, devient ainsi une activité proprement royale, participant de la grandeur de Guillaume le Conquérant ; le prince du Puy reçoit comme un écho du prestige du fondateur de la dévotion mariale et de l’identité normande : par son initiative, il contribue à maintenir la cohérence politique, économique, idéologique de sa province. La chose n’est pas si fausse, puisque l’on verra, tout au long du xvie siècle, toute la Normandie participer à la compétition, et les poètes viendront d’Eu aussi bien que de Valognes et peut-être Alençon pour louer Marie. Mieux, la Vierge devient un labarum tel que l’on peut invoquer son nom comme cri de ralliement dans les batailles, et c’est Salomon lui-même qui légitime l’intitulé de Fête aux Normands, dont le Prince du Puy, ordonnateur essentiel, devient en quelque sorte le garant et la caution.

53Les combats, les joutes oratoires que l’on vient d’examiner ici n’ont certes que l’apparence de la polémique – comme peut-être d’ailleurs toute activité théâtrale : si sur scène on se moque de quelques-uns, il est bien probable qu’ils ne seront pas dans la salle, et que c’est in absentia qu’ils sont satirisés. La polémique théâtrale a quelque chose de la capoeira, en ce qu’elle est plus symbolique, chorégraphique et rituelle que proprement, immédiatement agressive. Mais mimer cette agressivité permet en même temps de la canaliser ; il n’y est pas tant au bout du compte question d’invectiver les absents que de constituer une identité du groupe face à celui qui sera l’envahisseur, le contradicteur, l’autre dans son étrangeté. Ce qui pourra nous retenir ici, c’est sans doute que la dimension théologique d’une telle polémique – qui nous paraît aujourd’hui bien limitée – a permis de susciter des réactions identitaires fortes, et que l’unanimité a pu se faire autour d’un pouvoir ducal, d’une identité régionale, mais aussi d’une vision du monde qui toutes participaient d’une même dévotion mariale. L’identité normande n’est dès lors plus liée au sol, au sang ou à une parlure, mais à une dévotion qui donne un sens au monde.

54La musique, les arts sont annoncés, et il est déjà bien question ici, un peu à la façon des académies savantes des xviie et xviiie siècles, de participer au développement des arts et au raffinement de la ville en rivalisant avec l’art de cour – c’est la vocation déjà des concours urbains du xiiie siècle.

55Le prince du Puy, émanation de Guillaume, légitimé par Salomon, a donc une stature dont Tasserie, prince du Puy cette année là, profite pleinement, mettant en scène, de façon métaphorique, son triomphe et sa légitimation. C’est principalement la Normandie qui triomphe ici, et peut-être bien davantage encore, Rouen, siège d’un Parlement parmi les plus anciens et les plus prestigieux, et la figure de la justice y est idéalement incarnée, comme seront plus tard représentées les victoires sur la guivre milanaise par l’agneau rouennais. En un temps où la translatio fidei a une place prépondérante dans le système idéologique, la place de la cité devient essentielle : Les privilèges de la confrérie, en 1511, donneront symboliquement à la cité les mêmes statuts que Rome elle-même. Il y a fort à parier que dans la figure du roi Salomon, son rôle essentiel est bien d’être « Roi Hierosolyme » : non pas roi d’Israël, mais bien roi d’une cité qui ressemble étrangement à Rouen, cité bénie, cité des justes, et comme le dira plus tard Jacques Le Lieur, « saincte cité contre Satan fermée ».

Notes

1 On pourra sur ce point renvoyer à mon La Poésie Palinodique à Rouen, 1486-1550, Paris, 2002, spécialement aux pages 37-134.

2 Moralité de la dame à l’agneau et de la dame à Vaspic,, ms B.M. Rouen, Y 18, f. 88v-105 ; Le Triomphe des Normands de G. Tasserie, ms BnF fr. 24315, f. 114-142 ; Moralité à dix personnages, attribuable à J. Le Lieur, ms B.M. Rouen Y 17, f. 188-202. Les deux premiers textes sont disponibles en ligne sur le site du CETM : [http://www.uhb.fr/alc/medieval/], et rapidement présentées dans ma Poésie palinodique, p. 397-405, et « De la Disputatio à l’Effusio », L’économie du dialogue dans l’ancien théâtre, éd. J.-P Bordier, Paris, 1999, p. 69-87, ainsi que « L’estrade, la Vierge et le Podium », Maistre Pierre Pathelin, Lectures et contextes, éd. D. Hüe et D. Smith, Rennes, 2001, p. 141-158 ; sur le dernier, outre l’analyse que je lui consacre dans ma Poésie palinodique, p. 405-416, on pourra consulter l’article de J. E. Moore, « La Morale de Sapience et la question de l’Immaculée Conception », Première poésie française de la Renaissance. Autour des Puys poétiques normands, éd. J.-C. Arnould et T. Mantovani, Paris, 2003, p. 37-50.

3 Nom donné aux personnes qui assistaient au Puy ès qualités : on considère qu’étaient juges-nés le curé de Saint-Jean, le prieur, le curé et peut-être les professeurs de Saint-Lô, le prieur des Carmes. La liste s’allonge avec le temps.

4 G. Tasserie, Le triomphe des Normands, suivi de La Dame à l’agneau de G. Thibault, éd. P. Le Verdier, Rouen, 1908.

5 La chose a-t-elle été préméditée, ou le poète a-t-il composé en quelques jours sa moralité ? Cela expliquerait à la fois sa brièveté et la simplicité de son dispositif scénique. Il est possible en quelques jours d’apprendre un rôle, et il n’est pas assuré que le banquet suivît immédiatement la proclamation des résultats : on sait que les épigrammes latines étaient entendues le lundi, et il est concevable que le banquet réunissant la confrérie et les poètes eût lieu le dimanche suivant.

6 Nous rencontrons encore presque quotidiennement ce blason, qui figure sur les capots des Alfa Roméo.

7 Voir Ézéchiel 9, 4 : « senem, adolescentulum et virginem, parvulum et mulieres interficite usque ad internecionem : omnem autem super quem videritis thau, ne occidatis : et a sanctuario meo incipite. Cœperunt ergo a viris senioribus, qui erant ante faciem domus ». Le tau sur le front est la marque des élus, et aussi un des attributs de saint Antoine ; en 1497, Symon de Blarru, commandeur de saint-Antoine à Rouen, offrira en prix supplémentaire une croix potencée – en forme de Tau, au vainqueur de la palme.

8 Arch. Seine Inférieure, G, 2942 (cité dans P. Le Verdier, Le triomphe des Normands, p xxiv).

9 Voir à ce propos mon article « La Vierge et la science », Par les mots et les textes, Mélanges… C. Thomasset, éd. D. James-Raoul et O. Soutet, Paris, 2005, p. 431-450

10 Voir P. Le Verdier, Mystère de l’Incarnation et de la Nativité NS, Rouen, 1884, t. I, p. liv.

11 P. Le Verdier, Le Triomphe des Normands, p. xx.

12 C’est la mere Dieu glorieuse/L’emperiere des cielz precieuse/Roine des anges benedictz… (v. 399-401).

13 Voir E. Duprat, « Les diables disent la vérité ! Le dire-vrai des personnages de diables dans quelques mystères hagiographiques français », Mainte Belle oeuvre faicte, Mélanges… G. A. Runnalls, éd. D. Hüe, M. Longtin et L. Muir, 2005, p. 157-174.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540