Version classiqueVersion mobile

Le théâtre polémique français (1450-1550)

 | 
Marie Bouhaïk-Gironès
, 
Katell Lavéant
, 
Jelle Koopmans

Pronostications joyeuses et théâtre polémique : une rencontre paradoxale

Franck Manuel

Texte intégral

1Parler des Pronostications Joyeuses dans un colloque sur le théâtre polémique ne va pas de soi, car la Pronostication Joyeuse n’appartient pas de façon évidente au théâtre ; quant à sa dimension polémique, elle est, elle aussi, plus difficile à cerner qu’il n’y paraît. Par ailleurs, le caractère mouvant de cette tradition rend toute généralisation, toute systématisation, bref, toute théorisation très difficile. Cet article se trouve de fait légèrement en marge de la question posée. Nous savons cependant que la marge, concernant la période qui nous occupe, offre souvent un point de vue éclairant, sur les textes ou sur la société. J’ai donc tenté d’informer la question du théâtre polémique par la coulisse, en abordant notamment la question de l’imprimé. La Pronostication Joyeuse se présente comme une étape intermédiaire entre des formes théâtrales jouées, représentées devant un public (quelle que soit la forme que prenne cette représentation) et un théâtre imprimé voué à la lecture (personnelle ou à voix haute), à la déclamation dans un cadre plus étroit que la trop fameuse place publique. Il convient de présenter tout d’abord le genre des Pronostications Joyeuses en contexte, c’est-à-dire au regard du théâtre, puis de poser la question de la polémique anti-astrologique et de ses rapports avec le medium choisi par la Pronostication Joyeuse, c’est-à-dire l’imprimé. J’aborderai pour terminer, et ce de façon plus conjecturale, l’existence d’une polémique plus directement religieuse qui animerait les auteurs de Pronostications Joyeuses et permettrait de résoudre certains paradoxes.

Pronostication Joyeuse et théâtre

  • 1 M.-A. Screech (éd.), François Rabelais, Pantagruéline prognostication, Genève, 1974.
  • 2 J.-C. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie, essai sur quelques genres dramatiques de l (...)
  • 3 J. Koopmans, « Rabelais et la tradition des pronostications s, Editer et traduire Rabelais à trave (...)
  • 4 C’est ce que démontrent H. Van Kampen et H. Pleij pour les Pronostications néerlandaises (H. Van K (...)

2Tout le monde connaît la Pantagruéline prognostication1, ce peut-être trop illustre ambassadeur des Pronostications Joyeuses. Et il ne viendrait, bien sûr, à l’idée de personne de parler de théâtre concernant ce texte, du moins tel qu’il nous est parvenu. Depuis les travaux de Jean-Claude Aubailly2 et ceux de Jelle Koopmans3, on connaît un peu mieux ce curieux groupe de petits textes qui parodient les prédictions astrologiques pour l’année. Mais les Pronostications Joyeuses de Jean Molinet ne sont pas vouées à la représentation théâtrale, et les tentatives d’Aubailly pour démontrer que cette tradition passe progressivement du statut de texte imprimé à celui de monologue dramatique, malgré l’intérêt évident et immense de ses travaux, ne convainquent pas vraiment. Il semble en effet que le mouvement soit exactement inverse4.

3Quoi qu’il en soit, nous ne possédons à ce jour aucun témoin extérieur de cette tradition. Il n’est nulle part question à ma connaissance, ni dans les archives, ni chez les chroniqueurs, ni chez les auteurs, ni d’ailleurs chez les astrologues eux-mêmes, d’un acteur jouant le rôle d’un astrologue afin de s’en moquer. Les Pronostications Joyeuses sont à elles-mêmes leur propre témoin. Il faut donc nous contenter des informations qu’elles nous offrent.

  • 5 Pronostico nuovo de misser Zambon de val Brombana puplicat per misser Venturi del misser lo Zacagn (...)
  • 6 Voir l’édition moderne de J. Koopmans, « La Pronostication des cons sauvages », art. cit.

4Une observation minutieuse de l’ensemble des textes, sur l’ensemble du territoire européen, montre que seules quelques Pronostications Joyeuses pourraient ressortir en apparence à l’univers du théâtre. L’italienne Pronostication de Misser Zambon5, qui date des environs de 1500, commence par ces vers : « Silentio spettator/de za e de la » ; la Pronostication des cons saulvaiges6 (1512) débute elle aussi par une adresse au public propre au théâtre :

Or faictes paix taisez vous là
Et croyez ce que m’orrez dire
Autant deçà comme delà
Pas ne suis venu pour vous nuire
Mais affin de vous introduire.

  • 7 La prenostication de maistre Albert Songecreux bisscain, [Paris ? 1526 ?], Chantilly, Bibliothèque (...)
  • 8 Pronostication nouvelle composée par troys ou quatre à Nantes sur une escabelle en l’année qu'on d (...)

5L’exemplaire Chantilly de la Pronostication d’Albert Songecreux7 porte un ex-folio manuscrit indiquant « Proclamatum mense decembri 1527 » : le texte a donc été proclamé (rappelons que Songecreux est le nom de scène de l’acteur Jean Lespine de Pont-Allais) ; la Pronostication par trois ou quatre à Nantes sur une escabelle8 comporte des parties apparemment chantées. C’est ce que semblent indiquer les vers 151-156 :

Le moys de May jolys et gay
Vous fera aller au vergay
L’on dancera
En l’ombre on plantera le may
Les faulcons seront sans esmay
Sol ré fa la.

  • 9 A new, and merrie Prognostication ; Devised, After the finest fashion. Made and written for this p (...)
  • 10 Prenostication nouvelle, A. de Montaiglon et J. de Rothschild, Recueil de poésies françoises, vol. (...)
  • 11 Une belle et merveilleuse pronostication, Anvers, 1560, H. van Kampen, H. Pleij et al. (éd.), Het (...)

6Le rythme des tercets ici, ainsi que la présence des notes de musique, donnent à penser qu’il s’agit d’une chanson. Le titre, par ailleurs, fait allusion à plusieurs acteurs (à trois ou quatre) et donne ce qui ressemble à une indication scénique : « sur une escabelle ». On imagine volontiers les quatre acteurs ou sots perchés sur une échelle afin de s’approcher du ciel qu’ils observent et déclamer à tour de rôle le texte de la Pronostication. La beaucoup plus tardive New and merry prognostication9 de 1623, met elle aussi en scène quatre personnages, docteur Whoball, Spendall, Dews-Ace et Will Sommer (ce dernier étant le nom du fou d’Henry VIII) : s’agit-il de quatre rôles tenus par des acteurs ? Tubal Holopherne10 commence par « Mais veuillez vostre oreille estandre/A ce que pronostiqueray », ce qui semble indiquer une lecture à haute voix devant un public. Certaines pronostications néerlandaises, comme celle d’Ulenspieghel11, semblent se composer de dialogues entre un acteur et sa marotte. Il y a donc, dans tous ces textes, des indices d’oralité qui peuvent faire songer à une déclamation. Mais le fait qu’un texte soit déclamé suffit-il pour parler de théâtre ? En réalité, seule la Pronostication à trois ou quatre fournit une indication scénique signalant une possible dramatisation. Pour les autres textes, affirmer qu’il s’agit de théâtre serait particulièrement téméraire.

  • 12 A. de Montaiglon et J. de Rothschild, « La grand, et vraye pronostication generale pour tous clima (...)

7Néanmoins, si l’on ne peut en aucun cas affirmer que les Pronostications ont été jouées, on peut observer de façon évidente que les textes empruntent au théâtre nombre de leurs composantes. Le comique, volontiers carnavalesque, s’apparente nettement à celui des sotties et des farces. On trouve d’ailleurs un assez grand nombre de jeux communs. Ainsi, chez Haly Habenragel12, de la mention de la fête de Sainct Trotet, qui renvoie à l’envie qu’ont les femmes d’aller trotter :

Mais on verra, trop mieulx que l’evangile,
A tous garder la feste sainct panssart,
De sainct trotet, et de saincte babille,
Desquelz viendra maint passe temps à part.

  • 13 E. Droz et M. Roques (éd.), La farce du pauvre Jouhan, Genève-Paris, 1959.

8Le même saint Trottet se trouve dans la Farce du pouvre Jouhan à quatre personnaiges13 écrite avant 1488, dans laquelle un sot parlant de la femme du pauvre Jean déclare :

Elle a ung langaige asseuré,
Elle scet fournir du babin.
Et Dieu, mon sieur saint Voisin
Et saint Trotet, ses deux sains Pierres,
Sa [savent] où s’en vont noz commeres
Au pardon ou pelerinage.

  • 14 A. Tissier (éd.), Farces du Moyen Age, Paris, 1984, p. 430.

9De même, toujours chez Habenragel, la déploration que l’on trouve aux vers 71-72 (« Car de long temps regne la variation/De ce mond cy, et de pis en pis tire ») et au vers 75 (« Veu que le mond de jour en jour empire ») rappelle nettement l’esprit et la lettre de la Farce nouvelle moralisée des gens nouveaux qui mengent le monde et le logent de mal en pire14. Chez Tubal Holopherne, l’acteur procède à ce qu’il convient d’appeler une inversion du monde à l’envers dans les vers 305-308 :

Administrateurs de justice
Ceste année ont presume
Maintiendront bonne ordre et police
Qui sera contre leur coustume.

10Dans ce quatrain, ceux qui sont censés rendre justice ne le font pas dans le présent (c’est, paradoxalement, le monde à l’endroit), dans l’avenir, ils le feront, ce qui paraît extraordinaire à l’acteur (c’est le monde à l’envers) : l’inversion carnavalesque permet donc ici non pas d’instaurer le désordre, mais de rétablir l’ordre de manière utopique, utopique puisque cet ordre est renvoyé dans un futur plus qu’incertain, étant donné la qualité joyeuse du pronostiqueur. Or, on trouve un procédé identique dans la Farce nouvelle moralisée des gens nouveaulx. Ainsi, aux vers 44-47 de cette farce, on lit :

Faisons advocatz aumosniers [charitables],
Et qu’ilz ne prennent nulz deniers,
Et sur la peine d’estre faulx :
Ainsi serons-nous gens nouveaulx.

  • 15 Idem, p. 220.

11On consultera avec profit pour un plus grand nombre d’exemples les vers 44-71 de cette farce, vers qui reposent intégralement sur ce procédé fréquemment utilisé dans la Pronostication Joyeuse. Chez Tubal Holopherne toujours, on trouve un remède appelé « huyle de rains », à prendre sensu sexuali : « Pour leur tenir leurs membres sains/Par mon createur je ne scay/Rien meilleur que huyle de rains. » On trouve cette même expression dans la farce Jenin, fils de rien15 et, qui plus est, dans la bouche d’un devin : « Et si luy froteray les reins/D’huylle si bonne et si utille/Qu’elle portera filz ou fille » (vv. 267-269).

12Les exemples pourraient être multipliés à plaisir, qui montrent que farces, sotties et Pronostications Joyeuses participent souvent d’un même esprit, d’un même univers verbal, d’une rhétorique commune.

  • 16 J. Koopmans (éd.), Recueil général des sermons joyeux français (xve-xvie siècles), 1987, p. 363.
  • 17 Idem, p. 189.

13On peut aussi signaler la parenté avec le Sermon Joyeux, genre voué, qu’on veuille bien le considérer comme du théâtre ou non, sans conteste à la déclamation en public. Ainsi, l’expression planter le may, que l’on trouve chez Tubal Holopherne, et que nous avons déjà vue dans la Pronostication à trois ou quatre, qui joue sur l’équivoque entre l’arbre planté le 1er mai devant la porte d’une jeune fille que l’on courtise et un sens plus sexuel, se retrouve dans le Sermon joyeux des maux de mariage16 (vv. 37-38) : « Qant vient le premier jour de mays/A son huys fault planter le may. » La critique des prédicateurs, que l’on trouve chez Holopherne aux vv. 145-146 (« Prescheurs nous donneront pastures/Celestes qui leur est egrun »), se rencontre dans deux sermons joyeux. Tout d’abord, dans le Sermon d’un cardier de mouton17 (vv. 65-68) :

Un tas de petis preschoteurs !
De myauleurs ! De pyolars
Qui contrefont des papelars
fin qu’on leur donne à souper !

  • 18 Id., p. 303.

14Dans le Sermon joyeux des Frappe-Culs18 ensuite (vv. 41-44) :

Bonnes gens, vous debvez sçavoir
Que je ne suis point ung abuseur
Comme sont ces aultres prescheurs
Qui vous portent ces mariolles.

  • 19 Id., p. 491.
  • 20 J. Nève (éd.), Sermons choisis de MichelMenot (1508-1518), Paris, 1924, [1912], LI.

15On trouve encore Saint Trotet [dont j’ai déjà parlé] dans le Sermon joyeux de saint Velu19 (v. 53), ou encore, fait plus surprenant et qui indique un autre rapprochement qu’il serait trop long d’aborder ici, dans la bouche du prédicateur Michel Menot20.

  • 21 J. Koopmans (éd.), op. cit, p. 375.
  • 22 Idem, p. 403.
  • 23 Id., p. 423.
  • 24 « Farce nouvelle à six personnages », Paris, ca. 1540, dans G. Cohen (éd.), Recueil de farces fran (...)

16Il serait possible de citer bien d’autres exemples, comme le jeu de mots sur les soucis et les pensées, fleurs et sentiments, que l’on retrouve chez Holopherne, chez Habenragel, chez Tyburce Dyariferos (mais aussi, plus tard, chez Rabelais) et dans le Sermon joyeux des maux de mariage, ou la critique récurrente du mariage qui renvoie à la tradition charivarique et que l’on trouve dans le Sermon joyeux de ménage21, le Sermon joyeux des maux de mariage, le Sermon pour une nopce22, le Sermon joyeux de saint Ongnon23, mais aussi dans la Farce nouvelle à six personnages du recueil Cohen24.

17Je citerai simplement pour finir les vers suivants que l’on trouve au début de la Pronostication de Tubal Holopherne :

Les aucuns astrologues
Eurent coustume anciennement
Commencer par divers prologues
J’entens proceder autrement
Car le monde ayme briefveté
Court sermon et longue disnée
Et pour ce suis en tallenté
D’en dire à deux coups ma havée

  • 25 Émile Picot (éd.), « Sottie de l’astrologue », dans Recueil général des sotties, Paris, 1902, p. 1 (...)
  • 26 Veterator und Advocatus, zwei pariser studentenkomödien aus den jahren 1512 und 1532, in lateinisc (...)

18Une même volonté de faire bref, dans le cadre d’un dîner, comme ici, est fréquemment alléguée dans les sermons joyeux. Cette parenté, ainsi que l’intertitre « L’acteur » qui figure au départ de ces vers, pourrait donner à penser que la Pronostication Joyeuse d’Holopherne était bel et bien vouée à une représentation, ou pour le moins une déclamation, pendant un banquet, comme c’était apparemment le cas pour les monologues joyeux autres que les Pronostications. Il faut pour finir mentionner la célèbre Sottie de l’astrologue25 dont a parlé dans ce même colloque Marie Bouhaïk, qui emprunte très nettement à la tradition des Pronostications Joyeuses et la pièce allemande en latin Advocatus26, qui comporte à l’Acte II scène II une pronostication joyeuse dialoguée.

19Cependant, une fois encore, à l’exception de ces deux dernières pièces dont la théâtralité ne fait aucun doute, et qui ne sont, d’ailleurs, pas des Pronostications Joyeuses, rien n’indique de façon définitive que les Pronostications Joyeuses dont il vient d’être question aient véritablement été représentées. Les parentés sont évidentes, mais, si la Pronostication Joyeuse de Tubal Holopherne emprunte au Sermon Joyeux le cadre du festin, il peut aussi s’agir simplement d’une imitation dans l’écrit des procédés phatiques de la représentation.

  • 27 Je cite ce dernier texte d’après les traductions que Jelle Koopmans a eu l’immense gentillesse d’e (...)

20Tout le problème réside dans le fait qu’on ne trouve aucun témoin attestant clairement que ces textes aient été déclamés devant un public par un acteur déguisé en astrologue (le déguisement signalant un jeu d’acteur qui suffirait à prouver la dramatisation du texte). Les seuls témoins que nous possédions sont imprimés, et, si l’on admet que ces textes ont été représentés, force est de constater que l’imprimé les a marqués, les a modifiés. Ainsi, beaucoup de textes font état de leur caractère écrit tout en jouant de la pragmatique théâtrale. Tubal Holopherne, qui, nous venons de le voir, est à bien des égards proche de l’univers de la farce, de la sottie ou du Sermon Joyeux, écrit : « Pour la coustume entretenir/J’ay redigé deux motz en brief/Des choses du temps advenir » ; de même, Ulenspieghel, qui offre des jeux dialogués, commence par un court prologue indiquant « Achetez, lisez, riez et comprenez/C’est moins de trente cents florins27. » Par ailleurs, la plupart des Pronostications Joyeuses comporte, à l’instar de leur modèle, des intertitres thématiques, qui seraient bien peu naturels dans une déclamation.

21Dans la Condamnation de Banquet, Nicolas de la Chesnaye explique que vers la fin du xve siècle, le goût du public le porte à voir des pièces, mais aussi à les lire :

  • 28 J. Koopmans et P. Verhuyck (éd.), Nicolas de la Chesnaye, La condamnation de Banquet, Genève, 1991 (...)

« Et pour ce que telles œuvres que nous appelons jeux ou moralitez ne sont tousjours facilles à jouer ou publicquement representer au simple peuple, et aussi que plusieurs ayment autant en avoir ou ouyr la lecture comme veoir la representacion, j’ay voulu ordonner cest opuscule en telle façon qu’il soit propre à demonstrer à tous visiblement par personnages, gestes et parolles sur eschaffault ou aultrement, et pareillement qui se puisse lyre particulierement ou solitairement par maniere d’estude, de passe temps ou bonne doctrine28. »

22Cette remarque, qui concerne essentiellement les moralités, permettrait néanmoins d’expliquer l’impression des farces, sotties, monologues dramatiques tout le long du xvie siècle. Or, si le théâtre se déverse dans l’imprimé, on peut aisément imaginer que le texte imprimé se mette à emprunter la pragmatique du théâtre. Ce pourrait bien être le cas de nos Pronostications Joyeuses. Certaines ont probablement été déclamées devant un public, mais une bonne part représente, une étape transitoire, un hybride de théâtre et de texte voué à une lecture plus ou moins personnelle. C’est ce caractère intermédiaire qu’illustrent fort bien les bois gravés que l’on trouve sur la plupart des impressions. Ces derniers représentent en effet le plus souvent un sot portant la sphère des astrologues ou montrant le ciel étoilé, ce qui illustre ainsi le lien qui unit le texte imprimé à l’univers de la sottie, et donc au théâtre comique et satirique.

23On retiendra donc comme Pronostications Joyeuses d’inspiration plus ou moins théâtrale, pour les seules impressions françaises, celles d’Albert Songecreux, de Tubal Holopherne, d’Haly Habenragel, la Pronostication des cons saulvaiges, la Pronostication à trois ou quatre à Nantes sur une escabelle. Pour les autres Pronostications Joyeuses, leur appartenance au monde du théâtre est plus que douteuse, et pour une bonne part, leur caractère proprement écrit ne fait aucun doute. La plupart sont en prose et ne comportent aucune trace d’une quelconque communication avec un public. Enfin, il convient de préciser que, si l’on tente de suivre l’évolution chronologique, il semble bien que les textes les plus proches d’une forme théâtrale soient aussi les plus anciens (malgré de rares exceptions). Ce qui contredit donc, comme je l’ai dit au début de cette communication, l’hypothèse de Jean-Claude Aubailly. Maintenant, pourquoi ce prologue et coup d’essai ? Pourquoi, dans un colloque sur le théâtre polémique, employer la première partie de ma communication à démontrer que les textes que je présente ne sont pas tout à fait du théâtre ? C’est que, selon moi, seul ce statut intermédiaire peut permettre d’expliquer le caractère particulier de la polémique qui se fait jour à travers les Pronostications Joyeuses, ainsi que le caractère profondément paradoxal de cette dernière au regard du théâtre.

La polémique anti-astrologique

  • 29 Pic de la Mirandole, Disputationes adversus astrologiam divinatricem, Bologne, 1496.
  • 30 « Prognostication generale, pour quatre cens quatre vingt dixneuf ans, calculée sur Paris et autre (...)

24Le théâtre polémique porte généralement sur des enjeux locaux, des conflits ancrés au plus près de la situation de communication où les pièces sont jouées. Or, ce qui agite les pronostiqueurs joyeux, cette polémique anti-astrologique qui fait rage notamment depuis les attaques portées par Pic de la Mirandole29, n’est nullement lié à une situation de communication particulière, une ville en particulier, un corps de métier nettement circonscrit. Ainsi, la Pronostication à trois ou quatre qui s’affiche comme nantaise ne comporte aucune allusion spécialement locale. Il en va de même pour la Pronostication générale30 qui est pourtant « calculée sur la ville de Paris ». L’inscription est d’ailleurs tellement peu locale que certaines impressions possèdent des adresses fantaisistes. Ainsi, la Pronostication d’Haly Habenragel est vendue « à Callicuth : cheux lo Seignour de Senegua, à l’enseigne dalz Canibales ». La polémique est globale, donc. C’est ce qui explique sans doute, entre autres raisons, que le genre ait pu se propager à travers toute l’Europe, de l’Allemagne au Portugal.

25Les Pronostications Joyeuses attaquent les auteurs de pronostications, courtes prédictions astrologiques pour l’année, concernant à peu près tous les domaines de la vie humaine, de la plus quotidienne réalité, climat, cherté des aliments, maladies, à des considérations parfois plus éloignées du commun, guerres entre différentes nations, grands de ce monde, etc. Ces pronostiqueurs sont accusés d’offenser Dieu en tant qu’ils fouillent son cabinet secret, d’offenser l’homme en tant qu’ils limitent son libre-arbitre et enfin d’offenser la raison en tant que leur science n’est basée que sur des conjectures et des associations fortuites : bref, ce sont des blasphémateurs et des charlatans. On peut citer pour exemple ces vers de Tubal Holopherne (vv. 25-34) :

Je laisse rabi Mesué
Albumazar et telz docteurs
Car au temps du preux Josué
Le soleil les rendit menteurs
Ceux qui cuyde par leur science
Tousjours à juger vray ilz sont deceuz
Car la divine providence
Du haultain juge est par-dessus
Sur les faitz dieu entreprendre
Ne pretens bien m’en garderay

  • 31 M. Huchon (éd.), Rabelais, Œuvres complètes, Paris, 1994, p. 43, note 1.
  • 32 La Faculté a pu se montrer parfois opposée à l’usage médical de l’astrologie : sur ce point, on co (...)

26On relèvera au passage l’allusion à l’épisode de Josué (Josué, I, 10, 12-13) au cours duquel ce dernier ordonne au soleil de s’arrêter sur Gabaon afin que le peuple puisse se venger de ses ennemis, ordre que Yahvé exécute. Cet épisode prouve que la volonté divine surpasse les lois de l’astronomie, voilà pourquoi le soleil rend les « docteurs » menteurs. Ce n’est donc pas seulement l’astrologie judiciaire qui est visée ici, mais l’astronomie, en tant que science outrecuidante et profane, qui prétend s’élever au-dessus de la providence divine, comme le montrent les vers 29-32. L’acteur, quant à lui, se garde bien de commettre le même péché d’orgueil et s’empresse de se distinguer des astrologues arabes dans les deux derniers vers. Son pseudonyme seul a déjà valeur de critique. On retrouve Tubal Holopherne au chapitre XIIII du Gargantua, « grand docteur sophiste », premier précepteur du géant. Mireille Huchon signale dans son édition du texte que Tubal en hébreu signifie confusion et Holopherne persécuteur de l’Église31. Dans le livre de Judith en effet, Holopherne est le général en chef des armées de Nabuchodonosor, et son second. Cruel, colérique, orgueilleux et entêté (il refuse d’entendre les sages conseils d’Achior), sa mission est d’imposer Nabuchodonosor comme seul Dieu, et d’exterminer ainsi tous les dieux indigènes (et principalement Yahvé), c’est en cela qu’il symbolisera par la suite le persécuteur de l’Église. On voit que les connotations inhérentes au nom du personnage pronostiqueur sont négatives et qu’elles prennent une tournure religieuse. L’astrologue est ennemi de l’Église. Cette position des Pronostications Joyeuses à l’égard de l’astrologie est bien dans l’air du temps. Néanmoins, les Pronostications Joyeuses se révèlent particulièrement radicales. L’Église, tout comme l’Université, condamne l’astrologie judiciaire (c’est-à-dire prédictive) dans ce qu’elle a de plus populaire, mais elle tolère sans problème [ou presque32] l’usage médical ou météorologique de l’étude des astres. Les Pronostications Joyeuses rejettent l’astrologie judiciaire en bloc, sous tous ses aspects.

  • 33 A mery prognostication, s.l.n.d., [Londres, William Middleton, 1544], Henry E. Huntigton Library, (...)

27Il semblera, je pense, évident à tout le monde que le support imprimé se prête mieux à une polémique visant le public le plus large. Les Pronostications Joyeuses se répandent dans toute l’Europe non pas par la tradition orale, mais par le biais de l’imprimé, comme en atteste la circulation des bois gravés d’un pays à l’autre : ainsi, la Mery Prognostication33 de 1544 porte au titre le même bois gravé que la Pantagruéline Prognostication. L’intérêt ici est que l’imprimé choisit la pragmatique et l’univers du théâtre pour sa guerre anti-astrologique, comme si le théâtre, et plus particulièrement le théâtre comique, constituait par sa rhétorique l’instrument polémique par excellence et l’imprimé son meilleur médium. Au théâtre, la Pronostication Joyeuse emprunte sa captatio benevolentiae, l’illusion d’une communication immédiate, mais surtout le registre comique et satirique qui sert parfaitement la polémique. Dans l’écrit, elle puise cette capacité à toucher un public vaste, à mener une polémique non plus locale, mais globale. Seule la combinaison de ces deux univers distincts donnerait donc à la Pronostication Joyeuse les moyens de sa polémique. Conclusion bien séduisante, mais qui ne concerne qu’une petite partie de la totalité des textes. Si l’on prend en compte la tradition dans son ensemble, les choses sont en réalité beaucoup plus complexes que cela.

  • 34 T. Peach (éd.), « Bonaventure des Périers, La Prognostication des Prognostications (1537) », Bibli (...)

28En effet, à y regarder de plus près, les attaques portées contre les astrologues se limitent à quelques vers dans la plupart des Pronostications Joyeuses tirant vers le théâtre. À l’inverse, un Rabelais ou un des Périers34, dont les Pronostications Joyeuses semblent clairement vouées au seul imprimé, se montrent beaucoup plus virulents à l’encontre des astrologues. Il suffit de comparer la Pronostication de Songecreux, d’inspiration théâtrale, et la Pronostication générale, qui ne comporte aucune parenté avec le théâtre. Chez Songecreux, on ne trouve que quelques vers :

La science de astronomie
On voit en maintz lieux contempner
De plusieurs asnes qui n’ont mye
Sens assez pour eulx gouverner.

29On conviendra que c’est une critique plutôt lapidaire et discrète. Dans la Pronostication générale, l’attaque est bien plus développée et argumentée :

Touteffois, si est la facon
A mon advis trop glorieuse,
Et la matiere fort fascheuse
De vouloir sur Dieu entreprendre.
Penseriez vous qu’on peust comprendre
Par folles imaginatives,
D’estoilles courantes et restives
Les secretz du grand gouverneur ?
Et je vous supply, quel honneur
Luy faict on, de vouloir escripre
Ce qu’aultre que luy ne peult dire ?
[…] Parquoy gentilz astrologeurs,
Subtilz, plaisans epilogueurs,
Si n’avez autre chose à vivre,
Je vous pry cachez vostre livre,
Car je doubte qu’il ne vault rien.

30La critique s’étend dans son intégralité sur trente vers. En ce cas, si l’on admet que le théâtre est la forme polémique par excellence, comment expliquer cette contradiction flagrante que constituent les Pronostications Joyeuses, à savoir que plus les textes empruntent à l’univers du théâtre, plus leur dimension polémique est faible ? L’hypothèse d’une utilisation dans l’imprimé de la pragmatique théâtrale à des fins polémiques ne tient pas, à moins qu’il ne faille chercher dans ces textes une polémique autre qu’astrologique.

Les polémiques des Pronostications Joyeuses

31Il faut avant tout insister sur le fait que, dans les Pronostications Joyeuses d’inspiration théâtrale, la polémique anti-astrologique passe par l’implicite, contrairement aux autres textes où la critique des astrologues est explicite et argumentée. C’est la dérision qui discrédite l’astrologue, la caricature, le « rôle » tenu par l’acteur. Se donnant à voir comme un véritable astrologue, l’acteur discrédite ces derniers par le procédé constant de l’auto-dévaluation. Il n’a de cesse de clamer son incompétence. Le texte joue donc de la double énonciation propre au théâtre. Il y a deux personnes en une, sur scène ou sur la page : le personnage est à la fois un astrologue et un acteur qui discrédite cet astrologue.

  • 35 Farce nouvelle de maistre Jehan Jenin composée de la comette de Flandres et des songes de sa mere (...)

32Mais par-dessus tout, il me semble qu’il ne faut pas, dans ces textes d’inspiration théâtrale, prendre l’attaque anti-astrologique trop au sérieux. Le personnage de l’astrologue est davantage un « type » comique qu’une véritable cible. Type emprunté peut-être à la fameuse Sottie de l’astrologue, qui serait en ce cas bien antérieure à la date avancée par Picot, mais aussi à certaines farces mettant en scène un personnage de devin, comme Jenin, fils de rien ou Jehan Jenin vray prophete35. Le caractère universaliste des pronostications qui servent de modèle aux Pronostications Joyeuses, pronostications qui abordent les principaux éléments de la vie sociale, offre un support de choix à une satire globale et dévastatrice qui dépasse de loin le personnage de l’astrologue. Elle devient notamment dans la plupart des cas le support d’un discours réformateur, d’une réforme sociale tout autant que religieuse, de nature toute évangélique, dans un premier temps, volontiers protestante, dans un second temps.

33Critique du culte des saints, de la vente des indulgences, du cumul et de la vente des bénéfices, de la vénalité des dignitaires de l’Église Romaine Catholique, mais aussi remise en cause des privilèges de toute une frange de la société, clercs et officiers notamment, aux dépens du Commun Populaire, des guerres (d’Italie surtout) qui vident les caisses de l’État et les bourses du pauvre peuple, autant d’attaques qui, mêlées à une satire plus conventionnelle (anti-féminine et antimonacale) et à des ressorts comiques bien connus (le bas cher à Bakhtine), enflent le flot intarissable du pronostiqueur joyeux. Or, et c’est là que les choses rentrent dans l’ordre, ce sont surtout les textes que nous dirons d’inspiration théâtrale qui véhiculent cette dimension satirique. Plus les textes sont orientés vers l’écrit, plus ils se révèlent simplement comiques ou anti-astrologiques. Ainsi, pour ne citer qu’un exemple, la liste serait trop longue, Tubal Holopherne s’élève contre la vente des indulgences, s’inscrivant bien en cela dans la pensée évangélique, voire protestante (rappelons les 95 thèses de Luther contre les indulgences publiées le 31 octobre 1517 à Wittenberg) :

Il appartient narrer le cas
Du saint pere et des beaulx dons
Envoyons luy force ducatz
Il nous fournira de pardons
Du legat ne des cardinaulx
Se doit bien garder de mesdire
S’ilz happent ducatz et royaulx
C’est pour le plomb et pour la cire.

  • 36 Il existe une traduction française : Luther, Propos de Table, Gap, trad. L. Sauzin, 2001. Sur l’ho (...)

34Le plomb désigne habituellement le « sceau que la chancellerie pontificale attache aux bulles », mais ici, le plomb et la cire font allusion aux sceaux qui recouvraient les indulgences. Cette critique d’une relation mercantile à la divinité se retrouve dans un grand nombre de Pronostications Joyeuses, comme la Pronostication à trois ou quatre, ou encore chez Haly Habenragel (v. 150 : « Pour l’or on vend le plomb et cire à Romme »). La parenté de la pensée de Luther avec la Pronostication Joyeuse se retrouve aussi dans l’utilisation commune de l’exemple de Josué : l’épisode de la prière qui suspend les lois astronomiques est mentionné chez Tubal Holopherne et dans les Propos de table (Tischreden)36.

  • 37 C. Ginzburg, Il nicodenismo, simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del’500, Turin, 19 (...)
  • 38 Cf. Weimar Ausgabe, VII, p. 204.
  • 39 O. Brunfels, Almanach ewig werend, teutzch und christlich Practick, Strasbourg, 1526.
  • 40 E.L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change : Communications and Cultural Transforma (...)
  • 41 J. Beck, Théâtre et propagande aux débuts de la Réforme : six pièces polémiques du Recueil La Vall (...)

35Les Pronostications Joyeuses, ou en tout cas certaines d’entre elles, avancent donc masquées. La polémique anti-astrologique n’est qu’un paravent qui cache une polémique autre, celle d’une vision du monde contre une autre, une vision réformatrice, évangélique d’abord puis proche du protestantisme, même si guère ouvertement protestante (on pense aux nicomédites étudiés par Carlo Ginzburg37). Rappelons que Luther lui-même, dans un commentaire au décalogue qu’il publie en 1520, insérait parmi les violateurs du premier commandement les mages, les nécromanciens et les astrologues38. L’hostilité de Luther à cette période contre les astrologues est bien connue. Le parangon de cette polémique religieuse est sans conteste Otto Brunfels et son Almanach39, mais on est, avec cette parodie de pronostication, loin du théâtre et ce serait un autre sujet. Elizabeth Eisenstein a montré combien l’imprimé a servi la propagande protestante40. Jonathan Beck a, quant à lui, étudié le théâtre polémique protestant41. L’étude des Pronostications Joyeuses ouvre une voie médiante, celle d’une polémique religieuse et sociale qui, diffusée par le moyen de l’imprimé, exploite les potentialités critiques du théâtre, ses jeux de double-langage, sa dimension parodique et la mise en avant d’un porte-parole comique et forcément attrayant : l’astrologue.

36La rencontre entre Pronostications Joyeuses et théâtre polémique éclaire finalement davantage qu’il n’y paraît le théâtre polémique de la fin du Moyen Âge et c’est ce sur quoi je voudrais insister pour finir. Elle montre en effet qu’il existe pour la période qui nous concerne une sorte de conscience générique. Imiter le théâtre dit « populaire », farce ou sottie, pour une forme vouée à la lecture personnelle, c’est donner à son texte les possibilités d’une certaine tournure polémique, user d’une pragmatique efficace dans le domaine du combat d’idées, que ce soit contre la légitimité de l’astrologie judiciaire ou, comme j’ai tenté de l’expliquer trop brièvement, pour propager les idées d’une réforme religieuse et sociale sentie comme nécessité. Si le théâtre polémique qui nous occupe ici tend à disparaître au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, la Pronostication Joyeuse constitue alors peut-être une étape de transition vers un autre statut donné au texte littéraire, et surtout au théâtre.

Notes

1 M.-A. Screech (éd.), François Rabelais, Pantagruéline prognostication, Genève, 1974.

2 J.-C. Aubailly, Le monologue, le dialogue et la sottie, essai sur quelques genres dramatiques de la fin du moyen âge et du début du xv siècle, Paris, 1976, p. 78-93.

3 J. Koopmans, « Rabelais et la tradition des pronostications s, Editer et traduire Rabelais à travers les âges, PJ. Smith (dir.), Amsterdam, 1997 ; J. Koopmans et P. Verhuyck (éd.), Jean Molinet, Les pronostications joyeuses, Genève, 1998 ; J. Koopmans, « La Pronostication des cons sauvages, monologue parodique de 1527 », Le Moyen Français, 24-25, 1990, p. 107-129.

4 C’est ce que démontrent H. Van Kampen et H. Pleij pour les Pronostications néerlandaises (H. Van Kampen, H. Pleij et al. (éd.), Het zal koud zijn int water als het vriest. Zestiende-eeuwse parodieën op gedrukte jaarsvoorspellingen, La Haye, 1980), S. Pfister pour les Pronostications allemandes (Parodien astrologisch-prophetischen Schrifttums 1470-1590, Textform, Entstehung etc., Valentin Körner, Baden-Baden, 1990) et mes propres recherches sur le corpus français ; Voir Franck Manuel, L’âne astrologue, les Pronostications Joyeuses en Europe (1476-1623), thèse de doctorat, dir. N. Dauvois, Université Toulouse-Mirail, 2006.

5 Pronostico nuovo de misser Zambon de val Brombana puplicat per misser Venturi del misser lo Zacagni de val pelosa doctus plusquam dicit, [Venise ? 1540 ?] Il existe un exemplaire unique à la bibliothèque de l’Université de Chicago (côte : PQ 4561.P8 1540).

6 Voir l’édition moderne de J. Koopmans, « La Pronostication des cons sauvages », art. cit.

7 La prenostication de maistre Albert Songecreux bisscain, [Paris ? 1526 ?], Chantilly, Bibliothèque du Musée de Condé (côte : III F. 55). Ce texte a été édité par A. de Montaiglon et J. de Rothschild, Recueil de poésies françoises des xve et xvie siècles, morales, facétieuses, historiques, Paris, 1855-1878, vol. XII, p. 172.

8 Pronostication nouvelle composée par troys ou quatre à Nantes sur une escabelle en l’année qu'on dit et appelle pour l’an Mil cinq cens trente quatre, [Nantes ? 1533], BnF, Fonds Rothschild, Cat IV n° 2853 (IV-8-76).

9 A new, and merrie Prognostication ; Devised, After the finest fashion. Made and written for this present yeare, By foure witty Doctors as shall appeare Spendall, Whoball, and Doctor Dews-ace, With them Will Sommer takes his place, They have consulted all in deede, To solace them, that this shall reede, Londres, 1623, British Library, (côte : c.39c.45).

10 Prenostication nouvelle, A. de Montaiglon et J. de Rothschild, Recueil de poésies françoises, vol. XII, p. 148.

11 Une belle et merveilleuse pronostication, Anvers, 1560, H. van Kampen, H. Pleij et al. (éd.), Het zal koud zijn int water als het vriest…

12 A. de Montaiglon et J. de Rothschild, « La grand, et vraye pronostication generale pour tous climatz, et nations […] », Recueil de poésies françoises, vol. VI, p. 5.

13 E. Droz et M. Roques (éd.), La farce du pauvre Jouhan, Genève-Paris, 1959.

14 A. Tissier (éd.), Farces du Moyen Age, Paris, 1984, p. 430.

15 Idem, p. 220.

16 J. Koopmans (éd.), Recueil général des sermons joyeux français (xve-xvie siècles), 1987, p. 363.

17 Idem, p. 189.

18 Id., p. 303.

19 Id., p. 491.

20 J. Nève (éd.), Sermons choisis de MichelMenot (1508-1518), Paris, 1924, [1912], LI.

21 J. Koopmans (éd.), op. cit, p. 375.

22 Idem, p. 403.

23 Id., p. 423.

24 « Farce nouvelle à six personnages », Paris, ca. 1540, dans G. Cohen (éd.), Recueil de farces françaises inédites du xve siècle, Cambridge, 1949.

25 Émile Picot (éd.), « Sottie de l’astrologue », dans Recueil général des sotties, Paris, 1902, p. 195 sqq.

26 Veterator und Advocatus, zwei pariser studentenkomödien aus den jahren 1512 und 1532, in lateinische litteraturdenkmaler des xv. undxvi. jahrhunderts, Berlin, 1901, vol. 15.

27 Je cite ce dernier texte d’après les traductions que Jelle Koopmans a eu l’immense gentillesse d’effectuer pour moi.

28 J. Koopmans et P. Verhuyck (éd.), Nicolas de la Chesnaye, La condamnation de Banquet, Genève, 1991, p. 63.

29 Pic de la Mirandole, Disputationes adversus astrologiam divinatricem, Bologne, 1496.

30 « Prognostication generale, pour quatre cens quatre vingt dixneuf ans, calculée sur Paris et autres lieux de mesme longitude », Paris, 1561, A. de Montaiglon et J. de Rothschild (éd.), Recueil de poésies françoises, vol. VIII, p. 36.

31 M. Huchon (éd.), Rabelais, Œuvres complètes, Paris, 1994, p. 43, note 1.

32 La Faculté a pu se montrer parfois opposée à l’usage médical de l’astrologie : sur ce point, on consultera avec profit J. Dupèbe (éd.), Michel Servet, Discussion apologétique pour l’astrologie, Genève, 2004.

33 A mery prognostication, s.l.n.d., [Londres, William Middleton, 1544], Henry E. Huntigton Library, San Marino, California (56465).

34 T. Peach (éd.), « Bonaventure des Périers, La Prognostication des Prognostications (1537) », Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, Genève, 52, 1990, p. 109-124.

35 Farce nouvelle de maistre Jehan Jenin composée de la comette de Flandres et des songes de sa mere vary [sic pour vray] prophete, Le Recueil Trepperel, Genève, 1966.

36 Il existe une traduction française : Luther, Propos de Table, Gap, trad. L. Sauzin, 2001. Sur l’hostilité de Luther à l’égard de l’astrologie, cf. A. Warburg, « Divinazione antica pagana in testi ed immagini dell’età di Luthero » (1920) dans La rinascita del paganesimo antico, contributi alla storia della cultura, Florence, G. Bing (éd.), trad. E. Cantimori, 1966, p. 311-390 (éd. originale : Heidnish-antike Weissagung in Wort und Bild zu Luthers Zeiten (Gesammelte Schriften herausgegeben von der Bibliothek Warburg, t. II), Leipzig-Berlin, 1932).

37 C. Ginzburg, Il nicodenismo, simulazione e dissimulazione religiosa nell’Europa del’500, Turin, 1970.

38 Cf. Weimar Ausgabe, VII, p. 204.

39 O. Brunfels, Almanach ewig werend, teutzch und christlich Practick, Strasbourg, 1526.

40 E.L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change : Communications and Cultural Transformations in Early-Modern Europe, Cambridge, 1979.

41 J. Beck, Théâtre et propagande aux débuts de la Réforme : six pièces polémiques du Recueil La Vallière, Genève-Paris, 1986.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search