Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

Repères bibliographiques

Texte intégral

Histoire et mentalités : le lignage au Moyen Âge

Aurell, M., La noblesse en Occident. ve-xve siècle, Paris, Armand Colin, 1996.

Barthélémy D., « La théorie féodale à l’épreuve de l’anthropologie (note critique) », Annales Histoire Sciences Sociales, 2, 1977, p. 321-341.

Beaune C., La naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

—, « L’utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », Lectures médiévales de Virgile, actes du colloque organisé par l’École Française de Rome (25-28 octobre 1982), Rome, 1985, p. 331-355.

Bloch R. H., Etymologies and Genealogies : A Literary Anthropology of the French Middle Ages, University Press of Chicago, 1983 ; trad. Étymologie et généalogie : une anthropologie littéraire du Moyen-Âge français, Paris, Le Seuil, 1989.

—, « Genelogy as a Medieval Mental Structure and Textual Form », La Littérature historiographique des origines à 1500, Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, Heidelberg, Carl Winter Universistätsverlag, 1986, p. 135-156.

Bossuat A., « Les Origines troyennes : leur rôle dans la littérature historique au xve siècle », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 187-197.

Carron R., Enfant et parenté dans la France médiévale, Genève, Droz, 1989.

Duby G., La société chevaleresque. Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, 1979, rééd. Paris, Flammarion, 1988.

—, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux xie et xiie siècles », La société chevaleresque. Hommes et structures, p. 143-166.

—, « Remarques sur la littérature généalogique en France aux xie et xiie siècles », La société chevaleresque. Hommes et structures, p. 167-180.

& Le Goff J., dir., Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome, École française de Rome, 1977.

Dufournet J., Joris A. & Toubert P., dir., Femmes : mariages, lignages xiie-xive siècles, Bruxelles, De Boeck Université, 1992.

Flori J., L’essor de la chevalerie, Genève, Droz, 1986.

Gaudemet J., Les communautés familiales, Paris, 1963.

Guenée B., « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au Moyen Âge », Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 341-368.

Guerreau-Jalabert A., « La désignation des relations et des groupes de parenté en latin médiéval », Bulletin Du Cange, 46-47, 1988, p. 65-108.

—, « Sur les structures de parenté dans l’Europe médiévale », Annales ESC, 1981, p. 1028-1049.

Heers J., Le clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, 1974.

Histoire de la vie privée, Ariès Ph. & Duby G., dir., Paris, Le Seuil, 1985.

Medieval Family Roles, Inyre Cathy (ed.), New York, Garland, 1996.

Spiegel G., « Genealogy : Form and Function in Medieval Historiography », The Past as Text, p. 99-110.

Représentations du lignage dans les arts figurés

Corblet J., « Étude iconographique sur l’Arbre de Jessé », Revue de l’art chrétien, 4, 1860, p. 49-59.

Jonhson J., « The Tress of Jesse Window of Chartres : Laudes Regiae », Speculum, 36, 1961, p. 1-22.

Guerreau-Jalabert A., « L’arbre de Jessé et l’ordre chrétien de la parenté », Iogna-Prat D. et al., dir., Marie : le culte de la Vierge dans la société médiévale, Paris, Beauchesne, 1996, p. 137-170.

Klapisch-Zuber Ch., « La genèse de l’arbre généalogique », Pastoureau M., dir., L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 1993, p. 41-81.

—, L’ombre des ancêtres : Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.

Lett D., « L’homme, la famille, la parenté », Dalarun J., dir., Le Moyen Âge en lumière, Paris, Fayard, 2002, p. 107-136.

Levi-Strauss Cl., Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton, 1949.

La représentation du lignage dans la littérature médiévale

Archibald E., « Arthur and Mordred : Variations on an Incest Theme », Arthurian Literature, 8, 1989, p. 1-27.

—, « Incest in Medieval Literature and Society », Forum for Modern Language Studies, 25, 1989, p. 1-15.

Bezzola R. R., « Les neveux », Mélanges Jean Frappier, Genève, Droz, 1970, p. 84-114.

Boutet D. & Strubel A., Littérature, politique et société dans la France du Moyen Âge, Paris, PUF, 1979.

Boutet D., Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

—, « Bâtardise et sexualité dans l’image littéraire de la royauté (xiie-xiiie siècles), Dufournet J., Joris A. & Toubert P., dir., Femmes : mariages, lignagesxiie-xivesiècles, Bruxelles, De Boeck Université, 1992, p. 55-68.

Bruckner M. T., « Rewriting Chrétien’s Conte du Graal : Mothers and Sons :

Questions, Contradictions and Connections », Kelly D. (ed.), The MedievalOpus : Imitation, Rewriting and Transmission in the French Tradition, Amsterdam, Rodopi, 1996, p. 213-244.

Enfances arthuriennes, actes du colloque de Rennes (2003), textes réunis par Denis Hüe et Christine Ferlampin-Acher, Orléans, Paradigme, 2006.

Gouttebroze J. G., « Famille et structure de parenté dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », Europe, octobre 1982, n° 642, p. 77-95.

Haugeard Ph., Du Roman de Thèbes à Renaut de Montauban. Une genèse sociale des représentations familiales, Paris, PUF, 2002.

Huchet J. -C., « Du père en littérature », Scheidegger J., dir., Le Moyen Âge dans la modernité : Mélanges offerts à Roger Dragonetti, Paris, Champion, 1996, p. 281-298.

—, Littérature médiévale et psychanalyse. Pour une clinique littéraire, Paris, PUF, 1990.

—, Les relations de parenté dans le monde médiéval, Senefiance, 26, CUER MA, Aix-en-Provence, 1989.

Ion D., « Remarques sur les relations de parenté dans Garin le Lorrain et Gerbert de Metz », L’épopée : mythes, histoire, société, études réunies par J. P. Martin et F. Suard, Littérales, 19, 1996, p. 133-150.

Labbé, A., « Renaut et ses frères : une complicité du sourire », Mélanges Philippe Ménard, Paris, Champion, 1998, vol. 2, p. 769-781.

Sinclair F., Milk and Blood : Gender and Genealogy in the Chanson de geste, New York, Peter Lang, 2003.

Translatio :de la traduction à la récriture, le texte et son lignage

Buridant Cl., « Translatio medievalis : Théorie et pratique de la traduction médié », Travaux de linguistique et de littérature, 21, 1983, p. 81-136.

Besamusca B. (ed.), Cyclification : the development of narrative cycles in the Chansons de geste and the Arthurian romances, Amsterdam Oxford, North-Holland, 1994.

Freeman M. A., The Poetics of Translatio studii and conjointure, Lexington, French Forum, 1979.

Jongkees A. G., « Translatio studii : les avatars d’un thème médiéval », Miscellanea Mediaevalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningen, Wolters, 1967, p. 41-52.

Kelly D., « Translatio studii : Translatio, Adaptation and Allegory in Medieval French Literature », Philological Quaterly, 57, 1978, p. 287-310.

Krämer U., Translatio imperii et studii, Bonn, Romanistischer Verlag, 1996.

Lyons F., « Interprétations critiques au xxe siècle du prologue de Cliges : la trans studii selon les historiens, les philosophes et les philologues », Œuvres et critiques, 5, 1980-1981, p. 39-44.

Maddox D., « Generic Intertextuality in Arthurian Literature », Text and Intertext, p. 3-24.

Text and Intertext, éd. Norris Lacy, New York, Garland, 1996.

The Medieval Opus : Imitation, Rewriting and Transmission in the French Tradition, Kelly D. (ed.), Amsterdam, Rodopi, 1996.

Poirion D., Résurgences. Mythe et littérature à l’âge du symbole (xiie siècle),Paris, PUF, 1986.

Taylor J., « The Fourteenth Century : Context, Text and Intertext », Lacy N. J. (ed.), The Legacy of Chretien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, 1987, vol. I, p. 269 sq.

Transtextualities : of Cycles and Cyclicity in Medieval French Literature, Sturm-Maddox S. & Maddox D. (eds.), Bonghamton, SUNY, 1996.

Stahuljak Z., Bloodless Genealogies of the French Middle Ages, Translatio, Kinship and Metaphor, University Press of Florida, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540