Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

3e partie. Transmission de la parole et génétique textuelle

Les liens de parenté dans le Conte del Graal de Chrétien de Troyes et son adaptation allemande, le Parzival de Wolfram von Eschenbach

Danielle Buschinger

Texte intégral

  • 1 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, traduction inédite et présentation de Jean Dufo (...)
  • 2 À ce propos, voir en particulier le chapitre « Genealogie, Verwandtschaft und epische Totalität », (...)

1Il est connu que Wolfram von Eschenbach tisse dans son Parzival un réseau très dense de liens de parenté entre tous les personnages de son roman. Je vais essayer de montrer Wolfram à l’œuvre à partir de son modèle le Conte del Graal de Chrétien de Troyes en comparant les deux textes1, sur nouveaux frais, c’est-à-dire sans prendre en considération la littérature secondaire2. Je commence par le lignage d’Artus, puis verrai le Graal.

Le lignage d’Artus

  • 3 Voir D. Buschinger, « Le mythe de l’Au-Delà celtique dans le Conte del Graal de Chrétien de Troyes (...)
  • 4 Jean Fourquet, « Le rapport entre l’œuvre et la source chez Chrétien de Troyes et le problème des (...)

2Chrétien, certes, fait de brèves allusions aux liens de parenté de certains de ses personnages. Je vais donner quelques exemples. Uterpendragon est le père d’Arthur. Bien plus loin dans le récit (8733), on apprend que la mère d’Artus, qui est l’épouse d’Uterpandragon (cela, Chrétien ne le dit pas), une reine, du nom d’Ygerne, réside dans le château de la Roche de Champguin, qu’elle a fait bâtir et qui, d’après mon hypothèse3, est situé au pays des morts, dans l’Au-delà, dans l’Autre monde de la mythologie celtique ; avec la reine habitent sa fille, mère de Gauvain, et la fille de celle-ci, Clarissant, sœur de Gauvain (7528 sq. et 8733 sq.). Les trois femmes sont de toute évidence des mortes car, eussent-elles été vivantes, Artus et sa cour se seraient mis à leur recherche. Sans doute la sœur de Gauvain aura été mise au monde au château de la Roche de Champguin ; comme l’écrit ironiquement Jean Fourquet, « c’est une fille posthume au sens inverse du sens ordinaire4 ». Quand Arnive regarde le beau couple que forment Gauvain et Clarissant, elle dit : Et pleüst Dieu que il l’eüst espousee… (9047-59). Comme Gauvain n’a pas révélé aux deux femmes dans quel degré de parenté il se trouve par rapport à elles, sa grand-mère a l’intention de le marier avec sa propre sœur, et la mère de Gauvain ne recule pas devant l’inceste (9060-9064). Artus, à son tour, est l’oncle de Gauvain. Gauvain est le fils aîné du roi Lot. Agravain l’Orgueilleux est le second des fils de Lot, Gaheriet et Guerehet sont les noms des deux suivants (8135-8142). Parmi les autres personnages du monde arthurien, mais n’appartenant pas au lignage d’Artus, citons encore le roi Urien qui a, quant à lui, deux fils Yvain et Yvain le Bâtard. Girflet est fils de Do. Blanchefleur, que Perceval libère d’un prétendant importun, Clamadeu des Iles, est la nièce de Gornemont de Gort. Ce dernier est le gentilhomme qui a fait au héros son éducation chevaleresque. On apprend que Blanchefleur a un second oncle qui n’est pas nommé.

3Cependant, Chrétien procède de façon impressionniste. Jamais, en effet, il ne fait de système parental. Il donne les renseignements au fur et à mesure que se déroule son récit. Comment Wolfram a-t-il traité ce problème ? Je vais tracer les grandes lignes de la généalogie qu’il a construite.

  • 5 Sans doute, la Galles du Nord.

4Il garde les linéaments du récit de Chrétien, mais il introduit d’un côté des modifications et additions, de l’autre des précisions. Il modifie fondamentalement le « premier vers », c’est-à-dire l’histoire des parents de Parzival : il ajoute l’épisode où le père du héros, Gahmuret, refusant la moitié de l’héritage paternel proposée par son aîné, Galoès, part à l’aventure en Orient et conquiert une épouse, la belle Mauresse Belakane, qui lui donne un fils, Feirefiz. Dans la lettre qu’il écrit à son épouse au moment de la quitter, tout en sachant qu’elle attend un enfant, il lui explique sa généalogie (§ 56). Gandin, père de Gahmuret, est le grand-père de Feirefiz. Son arrière-grand-père, Addant, et Utepandragun, père d’Artus, sont fils de deux frères, Lazalies et Brickus, qui ont pour père Mazadan : ils sont donc cousins germains. Gandin et Artus sont cousins issus de germains. Gahmuret est en conséquence parent proche d’Artus. Il rentre en Occident et épouse Herzeloyde, reine de Galles et de Norgals5, qui lui donne un fils Parzival. De la sorte, les deux fils de Gahmuret, Feirefiz et Parzival, sont issus du même lignage qu’Artus.

  • 6 D. Buschinger, « Le mythe de l’Au-Delà celtique… » et « Le motif de l’inceste dans le Conte del Gr (...)

5J’ai montré ailleurs6 que Wolfram efface ce qui reste dans l’œuvre de Chrétien du mythe de l’Au-delà celtique de même que le caractère endogamique des aventures de Gauvain ; il n’évoque jamais non plus le problème de l’inceste, qui l’aura choqué. Il ajoute en outre quelques précisions. C’est ainsi que dans le livre II de son œuvre, au cours du tournoi auquel participe Gahmuret et à l’issue duquel il conquiert Herzeloyde, il est dit qu’Utepandragon est encore vivant, et que sa femme, la mère d’Artus, est partie avec un clerc averti des choses de la magie, et qu’Artus s’est mis à sa recherche : cela exclut que nous ayons affaire, comme dans le texte français, à des mortes. Le poète allemand précise que le roi Lot, père de Gawan, à ce moment trop jeune pour participer au tournoi (dans l’arbre généalogique, Gawan est au même niveau que Gahmuret ; ils ont donc le même âge), est l’époux de la fille d’Utepandragun.

6Le Chevalier Vermeil, qui a nom Ither de Gaheviez, est le fils de la tante d’Artus (§ 145) – ailleurs il est dit qu’il est le neveu de Gahmuret (§ 498) – ; Ither est donc un parent de Parzival. En le tuant, Parzival enfreint une loi de famille, de clan, et commet une grave faute qui, chez Wolfram, est l’une de celles qui, comme le lui dit au livre IX son oncle Trevrizent (§ 475), causent son silence lors de sa première visite au château du Graal :

« Tu es du même lignage qu’Ither ; tu as méprisé les liens du sang ! Dieu n’a pas oublié ton forfait, et il te demandera peut-être encore des comptes. […] C’est avec douleur que je dois te dire que tu as commis deux graves péchés : tu as tué Ither et tu dois également déplorer la mort de ta mère. » (499, 13-22)

7Par cette addition, Wolfram tente d’expliquer la faute de Parzival. En effet, le poète allemand aime trop son héros pour le rendre, comme chez Chrétien, directement responsable de la mort de sa mère : en partant, il voit sa mère tomber et ne retourne pas sur ses pas pour lui porter secours ; c’est ce péché qui lui a tranché la langue (6409), lui explique son oncle l’ermite. Wolfram supprime les deux vers où il est dit que Parzival a vu tomber sa mère : « Quand le jeune homme se fut éloigné à un jet d’une petite pierre, il regarda derrière lui et vit sa mère qui était tombée à l’entrée du pont-levis : elle gisait évanouie, comme si elle était tombée morte. Mais lui cingla de sa baguette la croupe de son cheval. » (ch. 620 sq.) ; « la gente dame, de fausseté tout exempte, s’effondra sur le sol ; le chagrin la blessa si fort qu’elle ne put échapper à la mort. […] Le beau jouvenceau partit pour la forêt de Briziljan… » (W. 128, 20 sq.). C’est ainsi que le héros est moins coupable que Perceval. Le poète allemand, qui voulait faire de son héros un modèle à suivre, ne pouvait donner une aussi grave faute à son héros bien-aimé. Il ne pouvait pas, dès le début, le présenter sous un jour aussi défavorable. C’est pourquoi il efface le péché de Parzival. Mais par là tombait l’enseignement religieux de Chrétien : celui qui est en état de péché commet des péchés, – dans le Perceval le silence au Château du Graal –, enseignement qui n’intéressait peut-être pas Wolfram. Néanmoins, le reste du récit est mal motivé, et il doit imaginer toutes sortes de choses pour expliquer le silence de Parzival au Château du Graal. C’est ainsi que Wolfram lui impute le meurtre d’Ither le Chevalier Vermeil, son cousin. Mais cela, Parzival l’ignorait, si bien qu’on ne peut interpréter le fait qu’il n’a pas posé la question que comme une dure épreuve à laquelle l’a soumis Dieu pour éprouver sa noble nature. Ensuite, un Vendredi saint, Parzival prendra sur lui la responsabilité des fautes qu’il a commises à son insu et qui entachaient l’image qu’on avait de lui dans la société chevaleresque. Dieu n’a plus qu’à lui manifester Sa grâce et Parzival sera appelé au Graal dont il sera le roi.

  • 7 Cf. J. Fourquet, « L’Ancien et le Nouveau Titurel », in J. Fourquet, Recueil d’Études…, op. cit., (...)

8Il y a bien d’autres exemples qui montrent l’effort de Wolfram pour tisser entre tous ses personnages des liens de parenté. Comme chez Chrétien, Condwiramurs (qui correspond à la Blanchefleur du poète français) est la nièce de Gurnemanz (Gornemont de Gort) ; elle a encore deux oncles (chez Chrétien un seul) : Kyot de Catalogne et Manpfilyot (186, 21-22). Le père de Condwiramurs est Tempenteire (194, 18) ; celui-ci est aussi, selon le premier fragment d’une œuvre inachevée de Wolfram, Titurel, qui complète la généalogie construite par Wolfram7, l’oncle de la cousine de Parzival, Sigune, par l’intermédiaire de son frère Kyot de Catalogne qui a épousé Schoysiane, sœur de Herzeloyde et fille de Frimutel, membre de la famille du Graal. Ainsi, Condwiramurs, épouse de Parzival, futur roi du Graal, est elle aussi indirectement apparentée au monde du Graal : elle est la nièce par mariage de Schoysane. Ceci la prédispose en quelque sorte à la royauté du Graal.

Le Graal

9Les seuls détails précis que donne Chrétien de Troyes dans le Conte del Graal sur les liens de parenté concernent l’entourage de Perceval : la jeune fille qui fait deviner son nom au héros est sa cousine germaine (vers 3600) ; Wolfram fera l’anagramme de « cousine » et appellera le personnage « Sigune ». C’est l’ermite qui révèle ces liens à Perceval : l’ermite est le frère de celui à qui on fait le service du Graal ; la sœur de celui-ci et la sienne, c’est-à-dire la sœur de l’ermite, est la mère de Perceval – donc l’ermite, le roi auquel on fait le service du Graal et la mère de Perceval sont frères et sœur. Le riche Pêcheur, quant à lui, est le fils du roi qui se fait servir par le Graal (vers 6415 sq.) ; en conséquence le riche Pêcheur est le cousin de Perceval et l’ermite est l’oncle du héros, comme celui-ci le déduit lui-même (6434 sq.).

  • 8 Cf. D. Buschinger, « Liens de parenté et structures du pouvoir dans le Parzival de Wolfram von Esc (...)
  • 9 M. -Th. Brouland, « Royauté sacrée et noces de souveraineté dans la tradition celtique irlandaise, (...)

10Wolfram va réorganiser la famille et préciser tous les liens de parenté en son sein. La cousine, Sigune, révèle au jeune homme que sa mère à lui est la sœur de sa mère à elle, donc ils sont cousins (§ 140). Mais, chez Wolfram comme chez Chrétien, c’est l’ermite, nommé Trevrizent dans le roman allemand, qui, dans le livre IX, explique à Parzival la généalogie du Graal (§ 474 sq.). Le premier roi du Graal est Titurel qui « fut le premier à recevoir, avec la bannière du Graal, la mission de protéger le Graal » (§ 501). Titurel est le beau vieillard que Parzival, lors de sa première visite au Graal, a aperçu, couché sur un lit de sangles, dans la chambre voisine de la grande salle du château (§ 240). Titurel, malgré son grand âge et sa maladie incurable, est toujours en vie car il a constamment le Graal devant les yeux (§ 501) ; seuls ses cheveux sont devenus gris. Titurel correspond au roi auquel on fait le service du Graal dans le Conte del Graal, ce saint homme (6420) qui, depuis quinze ans est resté sans sortir de la chambre où Perceval a vu entrer le Graal, et il est si esperitaus (6426) qu’il est maintenu en vie, non par le Graal comme chez Wolfram, mais par une hostie qu’on lui apporte dans le Graal (6422/23). Il est intéressant de voir que Wolfram a d’un côté fait de la mère de Perceval et de l’ermite qui, chez Chrétien, sont la sœur et le frère du « saint homme », les enfants d’un personnage que Wolfram a ajouté, en sautant une génération et en en ajoutant une autre : c’est celle de Frimutel, le seul représentant de cette génération mentionné par Wolfram, qui n’a pas son équivalent dans le roman français. D’un autre côté, Titurel a, de son vivant, légué le blason du Graal à son fils Frimutel. Celui-ci a eu cinq enfants : Herzeloyde, la mère de Parzival, Schoysiane, la mère de Sigune, Repanse de Schoye, la porteuse du Graal, Trevrizent l’ermite, et enfin Anfortas, l’aîné qui, à la mort de son père Frimutel, lors d’un combat singulier (§ 474), est devenu roi du Graal. Wolfram a fait de la demoiselle qui tient le Graal (3220/21) un membre de la famille du Graal, c’est-à-dire qu’il lui donne un statut plus noble. Ainsi, si, comme dans le roman de Chrétien de Troyes, Parzival est le neveu de l’ermite, il n’est plus le cousin du « riche Pêcheur » mais son neveu, comme il est le neveu de l’ermite et de la porteuse du Graal. Le plus important est cependant que, par sa mère, il descende directement de Titurel qui est son arrière-grand-père. De la sorte, on peut penser que c’est pour faire du héros le descendant direct du premier roi du Graal que Wolfram a modifié – et complété – la généalogie de la famille du héros et, entre autres additions, ajouté le stade intermédiaire de Frimutel. En effet, si au début de la dynastie il y avait transmission du pouvoir par voie patrilinéaire (Titurel, Frimutel, Anfortas), Parzival est héritier par sa mère Herzeloyde du royaume du Graal ; de fait, Cundrie dit : « C’est au fils de Herzeloyde que je m’adresse. […] On a lu sur la pierre que tu es appelé à devenir le maître du Graal » (§ 781). Et dès qu’il est arrivé au Graal, il est « aussitôt proclamé roi et seigneur du Graal » (§ 796). La transmission patrilinéaire de la royauté du Graal qui était sans doute une nécessité de la narration (on ne pouvait concevoir une reine du Graal) laisse la place à la transmission matrilinéaire8. De même que, dans la tradition celtique irlandaise, la souveraineté est « conférée (à l’homme) par une Femme (ban) d’essence féerique, la Déesse de Souveraineté, incarnation vivante du Pouvoir Royal9 », de même Parzival devient roi du Graal par sa mère, Herzeloyde. Et l’on comprend aussi pourquoi Wolfram a fait de Repanse de Schoye un membre de la famille du Graal. Cundrie, qui saluait Feirefiz en même temps que Parzival (§ 781), annonçait qu’un seul homme pouvait accompagner Parzival au Graal, et le héros de choisir Feirefiz. Le demi-frère de Parzival tombe amoureux de la porteuse du Graal qu’il épouse après s’être fait baptiser : de leur union naîtra un fils, Jean, le futur Prêtre Jean, qui par sa mère appartient à la famille du Graal et qui est le seul dans le roman à créer de par ses propres forces un royaume, en Orient, en Inde, qui sera le pendant oriental du monde du Graal (§ 822-823). L’arrière-petit-fils et l’arrière-arrière du premier roi du Graal deviennent donc par la voie matrilinéaire les rois de deux royaumes d’exception, de deux communautés au service de Dieu, qui sont corollaires l’un de l’autre dans la construction des quatre mondes de Wolfram von Eschenbach, les deux mondes chevaleresques et profanes, le monde arthurien et le monde oriental, et au-dessus d’eux le monde du Graal et le monde de l’Inde du Prêtre Jean. Et en toute logique, c’est lui qui, par voie matrilinéaire, devrait assurer la succession du Graal, après l’échec de Loherangrin. Mais cela Wolfram ne le dit pas. Ce sont des repères que le texte ne donne pas mais que nous devons tout de même chercher. Dans cette hypothèse, on pourrait imaginer que le fils de Feirefiz, le Prêtre Jean, ferait la synthèse entre les deux royaumes au service de Dieu, celui du Graal et celui de l’Inde. Le Prêtre Jean, arrière-arrière-petit fils du premier roi du Graal par sa mère, Repanse de Schoye qui était porteuse du Graal, aurait renouvelé le monde du Graal en y englobant son pendant, l’Inde orientale, où le Moyen Âge, par tradition, plaçait le Paradis Terrestre. Par là, Wolfram serait parvenu à la création d’un super-monde du Graal.

11On a vu que tous les personnages du roman sont parents :

  • Parzival est issu par son père du monde arthurien, par sa mère du monde du Graal : il appartient donc aux deux familles ;
  • Feirefiz quant à lui est par sa mère Belakane l’héritier du monde des païens et par son père celui du monde arthurien ; par son mariage avec Repanse de Schoye, issue de la famille du Graal, il intègre l’Orient au monde du Graal ;
  • et leur fils commun, le Prêtre Jean, qui fondera plus tard une communauté orientale au service de Dieu, pendant oriental du monde du Graal, participera des trois mondes, du monde du Graal, du monde arthurien, et enfin du monde oriental des païens ;
  • enfin, Wolfram rattache à son Parzival, en épilogue, la légende du Chevalier au Cygne qui était déjà liée à la famille de Godefroy de Bouillon, l’un des chefs de la Première croisade (en 1096) et premier roi de Jérusalem. Loherangrin, l’un des fils jumeaux de Parzival et de Condwiramurs, celui qui a été appelé à Munsalvaesche par Dieu, est envoyé par le Graal en Brabant où il doit venir au secours d’une princesse harcelée par des prétendants éconduits. Conduit à Anvers par un cygne, il restaure l’ordre et la justice et épouse la princesse, après lui avoir fait jurer que jamais elle ne demanderait qui il est, et il devient prince de Brabant.

12Ils ont ensemble de beaux enfants mais un jour, il doit la quitter car elle lui a posé la question interdite, violant ainsi son serment. Cet épisode est intéressant dans la mesure où il montre comment Parzival, par son fils Loherangrin qui, avec son frère Kardeiz, destiné à hériter du royaume temporel de sa mère, représente la cinquième génération, devient l’ancêtre des rois chrétiens de Jérusalem.

13Bref, les personnages de Wolfram représentent toute l’humanité, la totalité du monde alors connu, englobant l’Orient et l’Occident, si bien que l’on peut penser que le poète allemand a eu le dessein de créer une véritable cosmologie, une sorte d’histoire universelle.

Notes

1 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, traduction inédite et présentation de Jean Dufournet, Paris 1997 ; Wolfram von Eschenbach, Parzival, traduction française du texte intégral par Danielle Buschinger, Jean-Marc Pastré et Wolfgang Spiewok, Amiens, Presses du Centre d’Études Médiévales de l’Université de Picardie-Jules Verne. Médiévales, 4, 2000.

2 À ce propos, voir en particulier le chapitre « Genealogie, Verwandtschaft und epische Totalität », dans Elisabeth Schmid, Studien zum Problem der epischen Totalität in Wolframs ‚ Parzival, Erlangen, 1976, p. 95-110.

3 Voir D. Buschinger, « Le mythe de l’Au-Delà celtique dans le Conte del Graal de Chrétien de Troyes et le Parzival de Wolfram von Eschenbach », in D. Buschinger, Parzival, Arthur et le Graal, Amiens, Presses du Centre d’Études Médiévales de l’Université de Picardie-Jules Verne, Médiévales, 18, 2001, p. 71 sq.

4 Jean Fourquet, « Le rapport entre l’œuvre et la source chez Chrétien de Troyes et le problème des sources bretonnes », in J. Fourquet, Recueil d’Études réunies par Danielle Buschinger et Jean-Paul Vernon, Amiens, 1979, p. 56.

5 Sans doute, la Galles du Nord.

6 D. Buschinger, « Le mythe de l’Au-Delà celtique… » et « Le motif de l’inceste dans le Conte del Graal de Chrétien de Troyes et le Parzival de Wolfram von Eschenbach », in D. Buschinger, Parzival, Arthur et le Graal…, op. cit., p. 77-84.

7 Cf. J. Fourquet, « L’Ancien et le Nouveau Titurel », in J. Fourquet, Recueil d’Études…, op. cit., p. 212-244.

8 Cf. D. Buschinger, « Liens de parenté et structures du pouvoir dans le Parzival de Wolfram von Eschenbach. Une ébauche », dans Pouvoir, liens de parenté et structures épiques, Actes du deuxième colloque international du REARE, Amiens (17-19 Septembre 2002), publiés par les soins de D. Buschinger, Amiens, Presses du Centre d’études médiévales de l’université de Picardie-Jules Verne, Médiévales, 28, 2003, p. 20-24.

9 M. -Th. Brouland, « Royauté sacrée et noces de souveraineté dans la tradition celtique irlandaise, et leur résonance dans les œuvres arthuriennes », à paraître dans Études Médiévales.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540