Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

3e partie. Transmission de la parole et génétique textuelle

Les fils de Gauvain et l’héritage du roman médiéval

Francis Gingras

Texte intégral

  • 1 Gaston Paris, « Les romans en vers du cycle de la Table Ronde », Histoire littéraire de la France, (...)
  • 2 Entre autres Keith Busby, Gauvain in Old French Literature, Amsterdam, Rodopi, 1980 ; Emmanuele Ba (...)
  • 3 Pierre Gallais, « Bleheri, la cour de Poitiers et la diffusion des récits arthuriens sur le contin (...)
  • 4 François Pirot, Recherches sur les connaissances littéraires des troubadours occitans et catalans (...)

1Décrire Gauvain en parangon de la chevalerie relève pratiquement du lieu commun de la critique arthurienne. Déjà dans le trentième volume de l’Histoire littéraire de la France, paru en 1888, Gaston Paris décrivait le neveu d’Arthur comme « le modèle accompli de toutes les perfections chevaleresques1 ». L’image reste vive, même si l’on a depuis dressé un tableau plus contrasté des heurs et des malheurs du personnage dans la tradition narrative médiévale2. Au reste, l’exemplarité de Gauvain permettrait d’expliquer la popularité du personnage dès le dernier quart du xie siècle, comme en témoignent la fréquence des prénoms Galvanus, Galganus et Gauvain dans l’onomastique du Poitou et de l’Anjou dès 10853 et les allusions à Gauvain dans des chansons de troubadours occitans et catalans antérieures à 11704.

2Vers cette époque, Chrétien de Troyes s’attaque à celui qu’il présentait encore comme « Gauvain le courtois » dans Érec et Énide et qui se trouve relégué au rang de faire-valoir plus ou moins glorieux dès le Chevalier au Lion. Alors même qu’il contribue largement à établir le nouveau canon romanesque, Chrétien de Troyes semble indiquer que la nouvelle génération de héros (dont Perceval est l’exemple parfait) se construit essentiellement par contraste avec les héros de la génération précédente dont Gauvain et Keu sont les meilleurs représentants.

  • 5 Renaud de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. Michèle Perret, trad. Michèle Perret et Isabelle Weil, Pari (...)

3La dynamique lancée par le maître champenois est encore sensible chez les romanciers qui lui succèdent immédiatement dans la dernière décennie du xiie siècle. Ces derniers semblent cependant pousser la logique un peu plus loin en donnant des fils à Gauvain, occasion pour eux de confronter littéralement les vertus respectives du père et de sa descendance. La même mécanique est développée parallèlement dans deux voies concurrentes : celle de la continuation, où le lignage de Gauvain s’inscrit dans le prolongement naturel du roman de Chrétien de Troyes, et celle de la confrontation, avec Renaut de Beaujeu qui se propose littéralement de rivaliser avec son illustre prédécesseur en proposant à son tour une œuvre si pérenne que mais ne faurra/tant con li siecles duerra5 (v. 3251-3252). Loin d’être éternelle, la popularité du roman arthurien en vers s’essouffle dès la deuxième moitié du xiiie siècle. Apparaît alors un nouveau fils de Gauvain, Biausdous, héros d’un texte davantage anti-romanesque que proprement romanesque puisqu’il sert littéralement de prétexte à l’insertion des œuvres complètes (essentiellement didactiques) de Robert de Blois. Là encore, l’héritage de Chrétien est mis à mal à travers les aventures d’un descendant d’Arthur, un nouveau petit-neveu qui a la fougue de son père et finira couronné novel roi (v. 4784), concurrençant ainsi son grand-oncle sur son propre terrain.

Lionel ou la fructification

  • 6 Ms. R (BnF fr. 1450), The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes : The Fir (...)
  • 7 P. Gallais, L’Imaginaire d’un romancier français de la fin du xiie siècle. Description raisonnée, (...)

4À première vue, il n’y a rien de plus normal que le Don Juan de la cour d’Arthur soit gratifié de quelques héritiers, fussent-ils illégitimes. Dans une interpolation de la Première Continuation, le principal intéressé confesse d’ailleurs avoir aimé plusieurs dames6 ; il n’est donc pas surprenant que ce grand amateur de femmes retrouve, précisément dans ce texte, un fils dont la conception est relatée deux fois plutôt qu’une : d’abord par le narrateur qui présente une demoiselle tout ce qu’il y a de plus consentante, puis par Gauvain lui-même quand, dans six manuscrits sur onze, il avoue avoir pris la jeune fille contre son gré. Il n’est pas question de rouvrir ici le débat sur la relation entre la version « flirt » et la version « viol », les arguments de Pierre Gallais et, plus récemment, de Colette Van Coolput me semblent avoir établi assez fermement l’antériorité de la version « flirt » sur la version « viol »7.

5Altérée ou non, la reprise du récit dénote l’importance du passage. Avatar du motif de la fée violée ou volonté délibérée de noircir l’image de Gauvain, la transformation du flirt en viol dans le récit intradiégétique témoigne du caractère hétérodoxe de cette conception (même fruit d’un « flirt », la grossesse de la Pucelle de Lis reste entachée d’illégitimité, ce qui conduisait Jean Frappier – de manière sans doute un peu anachronique – à voir dans la version « viol » une atténuation ( !) du sort que Gauvain avait fait subir à la pauvre fille-mère !). La « mouvance » entre les deux récits participe surtout d’une esthétique de la reprise et du déplacement où la variance donne à lire des glissements souvent révélateurs.

  • 8 « Qu’ele perdi non de pucele/S’a non amie et damoisele », v. 1703-1704.

6Ainsi à l’origine même du flirt, le bort d’oevre sarrasinoise (v. 1668), où la jeune fille avait reproduit à la perfection le portrait de Gauvain qui lui permet de reconnaître l’objet de son désir. Aussitôt après avoir constaté la similitude entre l’image et le chevalier, vers lui vient molt tost et l’embrace (v. 1687). La précitation de la jeune fille est alimentée par la fidélité de la réalité à son Gauvain fantasmé et par le talent d’une artiste aux origines douteuses (non seulement elle est présentée comme Sarrasine, mais son œuvre est aussi qualifiée de sarrasinoise). Plus heureuse qu’Emma Bovary, la Pucelle de Lis voit surgir devant elle, fidèle à son imagination, le chevalier dont elle a si souvent entendu si grans bien dire et conter (v. 1630). Le héros des contes passés et de l’œuvre brodée s’incarne, transformant au passage sa plus fervente admiratrice8, et rompt la stérilité autotélique du roman à travers la conception d’un fils capable de rivaliser en actions et en semblance avec l’héroïsme du père.

7La rupture avec le lignage est significative puisque dès sa sortie de la tente, Gauvain tue Norés de Lis, le père de la jeune fille outragée (ou honorée) par lui. Le combat qui conduit à la mort du patriarche de Lis se justifie à la fois par le dépucelage de la fille et par le meurtre d’un frère, Mélian de Lis, déjà rencontré dans le Conte du Graal. Cette histoire de faide chevaleresque se poursuit avec le fils de Norés, Bran de Lis, qui veut venger sa famille et poursuit Gauvain jusqu’à la cour d’Arthur. Le combat violent est interrompu par l’apparition de la Pucelle de Lis accompagnée de son fils qui interpose l’enfant entre les chevaliers et permet ainsi l’arrêt des hostilités. Le caractère profondément intertextuel de cet épisode est souligné par ce qui vient l’encadrer : d’un côté, la description de la tente où il rencontre la Pucelle de Lis, qui s’écrit très clairement en contrepoint de la description de la tente dans le Conte du Graal ; de l’autre, après la réconciliation de Gauvain avec le lignage de Lis, l’ekphrasis dans la chambre ornée de peintures qui représentent l’estoire de Troie et d’Ector/con Paris ravi bele Helaine(v. 5190-5191). Filiations littéraires et lignages romanesques se répondent ainsi et invitent à lire dans la Continuation la lignée problématique qui s’instaure entre auteurs vernaculaires.

  • 9 Alexandre Leupin, « Les enfants de la mimésis : différence et répétition dans la Première Continua (...)
  • 10 Ibid., p. 126.

8Alexandre Leupin a naguère souligné combien la question de la mimesis se trouvait au cœur de cette filiation difficile9. Si l’on peut retenir de son inspirante interprétation que la Première Continuation opère « une discrète subversion de la conception de la fiction10 », une importante – et ultime – mise en abyme de l’art mimétique ne l’a cependant pas retenu. En écho contrasté au portrait sarrasin de Gauvain la sculpture de la Sainte Face par Nicodème offre pourtant une image saisissante de la perfection mimétique :

Cil avoit taillié et portrait
Un volt, et tot autretel fait
Con nostre Sire au jor estoit
Que il en crois veü l’avoit,
Mais de ce sui fis et certains
Que Damedex i mist ses mains
Au figurer, si com on dit ;
Car nus hom puis un tel n’en vit,
Ne ne pot esre manovrés. (v. 7595-7603)

9Cette réussite proprement divine entraîne l’adhésion confiante et affirmée de l’auteur qui redouble ses assertions de certitude, faisant d’ailleurs entendre dans la foi qui l’anime (mais de ce suisfis et certains) l’homonymie d’une filiation revendiquée.

10La précision sur la sculpture de la Sainte Face vient après le passage de Gauvain au château du Graal et précède immédiatement les retrouvailles avec son fils. Ce point tournant du récit est l’occasion d’un premier retour en arrière sur la généalogie du Graal et d’une curieuse précision sur la transmission de l’objet, étrangement associée à une parenté linguistique :

Car pui sa mort [celle de Joseph d’Arimathie] n’en ot saisine
Nus hom del mont, de nul langage,
Se il ne fu del sien lignage. (v. 7666-7668)

11La filiation linguistique permet seule d’accéder à la conservation du Graal, sous-entendant qu’elle seule donne accès aux secrets qui l’entourent.

12Étranger à cette langue, Gauvain s’endort au moment d’entendre les grans merveilles du Graal (v. 7729-7730). Désespéré, il erre de par le monde, multipliant des faits d’arme devenus sans intérêt pour l’auteur de ce que l’on a appelé la Continuation-Gauvain. Le récit se détourne alors des aventures du neveu d’Arthur sous prétexte de revenir au droit conte :

Les batailles qu’il acieva
Ne les merveilles qu’il trova,
Ne vos puis ore pas retraire ;
Por itant m’en covient a taire,
C’au droit conte vel repairier. (v. 7789-7793)

13Or ce droit conte et la grant matiere qu’il importe de comprendre (v. 7803-7804) entraînent le narrateur de l’histoire du père vers celle du fils. Prétextant ne pas avoir le loisir de décrire par le menu les enfances, l’adoubement et les premiers exploits du fils de Gauvain, l’auteur consacre néanmoins les deux cent vingt vers suivants au récit des nicetés et des exploits du fils.

14Ce récit est présenté explicitement en opposition aux histoires de la génération précédente, non seulement celle de Gauvain, abandonné à son errance désespérée, mais aussi celle du roi Arthur et de l’oncle maternel, Bran de Lis :

Ne de la venue le roi
Ne m’orés ja parler par foi ;
Ne de monsignor Bran de Lis,
Qui de son neveu fu maris. (v. 7797-7800)

  • 11 A la fin vos vuel aprocier/Ceste oevre ne fas for tocier, v. 8021-8022. La fin est bien sûr davant (...)

15Fidèle à sa promesse – faite sur sa foi – de ne plus parler des pères, l’auteur présente sur le mode du résumé les enfances du fils pour mieux en venir à l’essentiel : la confrontation des deux générations11.

16Le combat qui oppose li pere et li fius cors a cors (v. 8068) est l’occasion de revenir sur le pouvoir de la ressemblance puisque c’est l’exceptionnelle similitude entre les deux hommes qui permettra de confirmer la filiation. Ainsi la demoiselle qui les fait désarmer s’exclame :

« Par foi, c’est verités,
C’ainc ne vi en tot mon vivant
Deus homes mais si d’un samblant. » (v. 8154-8156)

17Question de mimesis mais aussi de diegesis puisqu’à la confrontation des semblances succède le récit de Gauvain (Lors li conte con l’engenra, v. 8161), récit qui se termine d’ailleurs sur le meurtre du grand-père (Tote la verité li dist, /Et de son aiol qu’il ocist, v. 8163-8164). L’enchaînement narratif suscite alors un certain malaise puisque sans égard pour la révélation que le père est aussi parricide, l’auteur poursuit immédiatement en insistant sur la joie indescriptible qui envahit la famille à nouveau réunie :

Ne porroit pas estre contee
La grans joie ne devisee
Qui fu la nuit au pavellon. (v. 8165-8167)

18La famille du pavillon célèbre ses retrouvailles sans verser une seule larme sur la mort violente du patriarche. De manière significative, le père et le fils se sont d’ailleurs présentés sans se rattacher au nom du père, mettant plutôt en avant la relation avunculaire qui les définit initialement. À Gauvain qui lui demande son nom, le jeune Lionel répond qu’il ne le connaît pas et que tous les habitants du château de Lis l’appelaient le neveu son oncle (v. 8082-8096). Parallèlement, au moment de révéler son identité, le père se présente en relation au roi Arthur : Gavains sui, nel celerai plus/Mes oncles est li rois Artus (v. 8139-8140). Dans la Première Continuation, pour l’héritier autoproclamé de Chrétien de Troyes, la filiation est problématique : les pères sont là pour être dépassés, si ce n’est pour être tués.

Guinglain ou la dilapidation

  • 12 Rappelons ici l’épilogue où l’auteur conditionne la conclusion heureuse de son roman (les retrouva (...)

19Exact contemporain du premier continuateur, Renaut de Beaujeu propose avec Le Bel Inconnu un roman exclusivement centré sur les aventures d’un fils de Gauvain. L’aspect ludique, voire proprement parodique de ce roman, n’est plus à démontrer. Le texte s’écrit comme une démonstration de savoir-faire (Mais mostrervel que faire sai affirme l’auteur dès le prologue, v. 11) où l’auteur confirme sa maîtrise absolue de l’art du récit et du destin de ses personnages12. La vengeance ultime qu’il exerce contre son héros n’est que l’un des nombreux effets de mise à distance du récit par l’auteur ou par la voix narrative. À mille lieues d’une quête du Graal, les aventures de Guinglain sont essentiellement – et futilement – amoureuses. Le contrepoint à l’évolution religieuse, sinon mystique, de Perceval est particulièrement sensible dès lors que l’on retrouve dans le nom Guinglain, comme l’a proposé Jean-Claude Lozachmeur, le calque celte de Perce-val.

  • 13 E. Baummgartner, « Armoires et grimoires », Paragone letteratura, 41, 1990, p. 18-34.

20La grant clarté n’accompagne plus l’apparition du Graal, mais bien le surgissement d’une guivre aux lèvres pulpeuses et vermeilles (v. 3127-3134), apparition toute littéraire comme le suggère sa sortie hors d’une aumaire, l’endroit où l’on gardait les livres, comme le soulignait Emmanuèle Baumgartner13. L’aspect littéraire, et même proprement romanesque, de cette créature est renforcé dès lors qu’on apprend qu’elle a été transformée à l’aide d’un livre (v. 3341) et que l’enchanteur responsable de cette métamorphose a aussi transformé le domaine de la femme-serpent en Gaste Cité (v. 3390), écho évident à l’univers maternel du jeune Perceval. Le Bel Inconnu est ainsi confronté à la puissance des mirages livresques : dans cette salle, significativement gardée par des jongleurs enchantés (v. 2880-2918), il apprend le secret de ses origines. D’abord par une voix, surgie de nulle part, qui l’apostrophe comme le fius a mon signor Gavain (v. 3215), avant de lui révéler son nom en batestire (Guinglain) après avoir écorché au passage le pouvoir de nomination du roi Arthur qui mal [l] e nomma (v. 3231) en l’appelant le Bel Inconnu.

21Dans ce récit d’homme entre deux femmes, la véritable science du nom est d’ailleurs clairement du côté féminin. Le jeune homme en mal de père n’est – là encore, comme Perceval – d’abord désigné que par sa relation à sa mère :

« Que Biel Fil m’apieloit ma mere ;
Ne je ne soi se je oi pere. » (v. 117-118)

22L’absence du père dans l’attribution du nom est compensée temporairement par le roi Arthur qui se charge de qualifier le chevalier sans nom, tout en soulignant cependant la faille ontologique de l’enfant sans père :

« Et por ce qu’il ne se conuist,
Li Biaus Descouneüs ait non
Sil nonmeront tot mi baron. » (v. 130-132)

23La voix mystérieuse, qui prend le relais de la voix narrative, corrigera l’erreur du roi Arthur avant que Blonde Esmérée se charge elle-même de rappeler les origines de Guinglain au principal intéressé (v. 3361), puis à la cour d’Arthur où elle reprend à son compte le reproche de la voix mystérieuse sur la mauvaise nomination, l’étendant cette fois à l’ensemble des Bretons :

Mal l’apielerent li Breton :
Par droit non l’apielent Guinglain,
Si est fius mon signor Gavain,
Si l’ot de Blancemal la fee. (v. 5200-5203)

24Contre les mauvaises habitudes des (romans) bretons, la reine de Galles rétablit les faits et réclame que son héros lui soit rendu.

25Elle le récupérera au terme d’un tournoi où Guinglain s’illustre en surpassant tour à tour Érec, Yvain, Lancelot, Perceval, Gauvain, Keu, mais aussi Graëlent, Guingamor, Yder, le roi Marc, Tristan et même Floire, héros romanesque étranger au monde arthurien. Le triomphe du fils illégitime de Gauvain et de la fée Blanchemaille sur l’ensemble du personnel romanesque est le prélude au couronnement du héros, couronnement qui se fait explicitement à l’écart du royaume d’Arthur :

Li rois dist ses noces fera
Et son neveu coronnera.

Mais ne le veut Blonde Esmeree
Tant qu’ele soit en sa contree,
Que de la coronne son pere
Et de celi qui fu sa mere
I soient andoi coronné. (v. 6195-6201)

26Se rangeant au désir de sa belle, Guinglain accepte d’être couronné au Pays de Galles et le roman s’achève sur les célébrations du double couronnement à Snowdon, où toute la cour arthurienne s’est déplacée pour l’occasion. La translatio romanesque se poursuit, mais affecte cette fois le monde arthurien, révélant au passage que le renouvellement romanesque se fait toujours au prix du déplacement, voire du décalage.

Biausdous ou la répudiation

27Les deux voies contradictoires de la continuation, plus ou moins fidèle, et de l’appropriation, plus ou moins décalée, de l’héritage arthurien vont continuer d’alimenter la production des romanciers en vers pendant toute la première moitié du xiiie siècle. Les deux fils de Gauvain, apparus presque simultanément, proposent des visions contradictoires de l’art du roman médiéval. Malgré la tentative de les confondre par l’auteur de la Deuxième Continuation (où le surnom de Lionel est abandonné au profit de Guinglain), les deux héritiers sont inconciliables et la veine sérieuse des romans du Graal, qui repose largement sur la force de la filiation, ne peut se confondre avec la veine critique de nombre de romans en vers où les fils ont bien peu à voir avec les pères.

  • 14 Sur ce point, la coïncidence est frappante entre le roman de Guillaume le Clerc et celui de Cervan (...)

28Dans le manuscrit de Chantilly, Condé 472 (le seul à nous avoir transmis le Bel Inconnu ), les romans critiques abondent et Gauvain est d’ailleurs au cœur de cette remise en cause des conventions romanesques. Les deux romans qui entourent le Bel Inconnu, Hunbaut et la Vengeance Raguidel, sont particulièrement féroces pour le neveu d’Arthur. Le Fergus de Guillaume le Clerc, aussi copié dans le manuscrit de Chantilly, est explicite dans sa perspective critique sur l’héritage romanesque. Fils d’un vilain, le jeune Fergus est très nettement – et très intertextuellement – un nouvel avatar de Perceval qui, pour toute arme vermeille, doit cependant se contenter du haubert rouillé, abandonné dans un coin avec la génération précédente14.

29Pour un certain nombre de romanciers du début du xiiie siècle, réunis par le codex de Chantilly, les héros arthuriens sont fatigués, voire clairement empâtés et paresseux dans les Merveilles de Rigomer qui ouvrent ce même manuscrit. À l’heure où la plupart choisissent d’abandonner la forme du roman en vers, Robert de Blois donne un nouveau fils à Gauvain pour proposer une critique radicale de l’engouement frivole pour les romans arthuriens. Auteur d’une œuvre didactique considérable, le clerc de Blois entreprend vers 1250 son unique roman arthurien, qui met en scène Biausdous, le fils de Gauvain.

  • 15 John Howard Fox, Robert de Blois, son œuvre didactique et narrative : étude linguistique et littér (...)
  • 16 Gisèle Lemarque, Le Roman de Biausdous : a critical edition, thèse dactylographiée, University of (...)
  • 17 Lori Walters, « Manuscript Context of the Beaudous of Robert de Blois », Manuscripta 37, 1993, p. (...)
  • 18 L’idée que Robert de Blois ait pu superviser l’édition de ses œuvres est renforcée par l’étude sys (...)

30Conservé dans un manuscrit unique et amputé des dernières pages (BnF fr. 24301), il y sert de cadre à l’ensemble de l’œuvre du poète didactique qui profite des recommandations de la mère à son fils pour disserter sur les devoirs religieux et courtois du futur chevalier. Le discours de la mère s’ouvre avec les poèmes religieux de Robert de Blois, auxquels sont intégrés L’Enseignement des Princeset L’Honneur des Dames, suivis de son autre roman, Floris et Lyriopé, inséré entre un poème sur la création du monde et le Chastoiement des Dames, suivi encore d’une chanson d’amour composée par le romancier qui reprend alors seulement (quatre-vingt deux pages plus loin) la suite de son récit ! Alexandre Micha, John Howard Fox15, Gisèle Lemarque16 et Lori Walters17 se sont penchées sur ce manuscrit et ils en sont tous venus à la conclusion que le manuscrit BnF fr. 24301 serait la dernière édition des œuvres de Robert de Blois, opérée vraisemblablement sous la direction de l’auteur lui-même18.

  • 19 « Si sont en maintes cors oï/Volentiers et bien conjoï/Cil qui de lui sevent conter. /S’avons veü (...)

31Reconnaissant, dans son Enseignement des Princes, le prestige – et la prospérité – dont bénéficient les romanciers arthuriens19, Robert de Blois présente son Roman de Biausdous comme une œuvre (un novial dit)à vocation édifiante :

Car je wel por toz chastoier
Un novial dit encomencier.
Qu’il avient sovent c’om mesprent
Par faute de chastiement. (Biausdous, v. 209-212).

  • 20 Outre des références explicites à des héros antiques comme Hector (v. 1640) et Ajax (v. 1645) ou d (...)

32Cette troisième voie du roman est l’occasion d’un nombre impressionnant de jeux intertextuels où le clerc fait la preuve de sa culture romanesque alors même qu’il démonte les ressorts du genre en soulignant le caractère répétitif de cette écriture où s’accumulent des motifs qui restent, pour la plupart, étrangers à l’action20.

  • 21 Ce premier romanz d’un auteur alors plutôt habitué aux ouvrages didactiques offre une facture part (...)
  • 22 Por une letres bien ditier, / Por rimer, por versifier, / Se mestiers fu[s]t, por bien escrire / E (...)

33Plus encore, comme si la longue digression didactique ne suffisait pas, Robert de Blois interrompt encore le discours maternel pour y intégrer un exemplum ou, plus exactement, un contre-exemplum, avec le roman de Floris et Lyriopé21, histoire des parents de Narcisse chargée d’illustrer les dangers de l’orgueil. Dans ce portrait généalogique, Robert de Blois insiste dès la présentation des protagonistes sur les prédispositions littéraires du grand-père22, puis de la mère de Narcisse :

Mout sot d’eschaz, mot sot de taubles,
Lire romanz et conter faubles,
Chanter chançons, envoiseüres,
Totes les bones norritures
Que gentil fame savoir doit
Sot ele que riens n’i failloit. (Floris et Lyriopé, v. 265-270)

34Dans ce bricolage intertextuel, lire romanz et conter faubles semblent aller de pair. D’autant que, au cœur du récit, l’action romanesque (ou plus précisément, ce qui en est le moteur dans la tradition courtoise, la naissance du désir) est relancée par un livre, puisque c’est la lecture du romant de Pyrame et Thisbé qui permet à Floris d’obtenir de li tot son pansé (v. 1049).

35Avec le rôle central accordé à la lecture de Pyrame et Thisbé, Robert de Blois déchire un peu plus le tissu du roman en réussissant à introduire un conte (Pyrame et Thisbé)dans un conte (Floris et Lyriopé)dans un conte (Biausdous).Véritable pivot entre les deux parties du récit (puisque c’est cette nuit-là qu’est conçu le beau Narcisse), la mise en abyme du roman est l’occasion de revisiter le locus amœnus (la scène se passe dans un verger, en mai au tens serain, v. 962) dans un jeu de confusion des signes et des sexes (Floris est alors travesti en Floré) qui signale à la fois l’influence du romancier et les dangers de la lecture.

36Le caractère déceptif de l’expérience romanesque est évident par la facture même du Biausdous qui, tout en se présentant comme l’histoire du fils de Gauvain, n’est ni une continuation du roman inachevé de Chrétien, ni une réécriture de la même matière, mais bien un anti-Perceval. Outre les Biaus fils qui viennent ponctuer les œuvres intégrées, servant ainsi de soudure entre les textes didactiques, le contrepoint s’entend dans les détails du roman, comme la mère de Biausdous qui n’est pas Veuve Dame de la gaste forest soutaine, mais plutôt Riche Dame (v. 1253). À l’inverse de la mère de Perceval, qui souhaitait préserver son garçon de la chevalerie, celle de Biausdous entreprend elle-même d’adouber son fils avec trente-deux de ses compagnons (v. 729-730). L’essentiel du renversement se situe d’ailleurs dans la relation avec la mère puisque, comme la Veuve Dame, elle donne à son fils une série de conseils (qui tiennent quatre-vingt-deux pages, rappelons-le), mais cette fois pour le plus grand bénéfice du jeune homme qui dedens son cuer met en escrit/tout ce ke la mere li dit (v. 698-699), alors que, on s’en souvient, dans le Conte du Graal : Li vaslez antant mout petit/a ce que sa mere li dit (v. 487-488).

  • 23 Ausi com li feus ki cler art / Par nuit en chasse l’ocurté / Tant rent entor li grant clartei, / A (...)

37Robert poursuit ce renversement dans la deuxième partie du roman, celle qui vient clore le manuscrit après l’insertion des autres textes. Ainsi, une épée merveilleuse est, comme pour Perceval, un signe d’élection du héros mais, contrairement à l’épée aux estranges ranges appelée à être détruite, Honorée, l’épée que seul Biaudous réussit à tirer du fourreau, rend son porteur à jamais invincible. Après avoir gagné l’épée Honorée, le jeune homme doit conquérir le cœur de Beauté, jeune fille dont l’entrée en scène rejoue encore une fois l’entrée lumineuse du Graal23. Avec les noms du héros, de son épée et de sa Dame, le roman de Robert de Blois glisse insensiblement du côté de l’allégorie alors en vogue et très certainement l’une des principales voies de renouvellement du genre romanesque au xiiie siècle.

38Par ailleurs, le choix du nom de Beauté pour l’épouse du fils de Gauvain paraît particulièrement ironique quand on se souvient que, dans le roman de Gliglois, Beauté est précisément la seule femme qui ait jamais résisté aux charmes de Gauvain. Par ailleurs, le nom de la mère de Biausdous, Amie, outre sa valeur très générale qui convient bien à une conquête de Gauvain, fait aussi écho au surnom donné par le Lancelot en prose à la mère de Galaad (Amite). Car à travers son jeu subtil avec le roman arthurien, Robert de Blois propose de renouveler le genre, moins en faisant la promotion de la chevalerie celestielle que de ce que l’on pourrait appeler, en assumant l’oxymore, une chevalerie cléricale capable de mettre fin à un débat qui aurait trop duré entre clercs et chevaliers. Les romans de l’ancienne génération sont les résidus d’une chevalerie archaïque : voici venu le temps des fils, semble dire Robert de Blois.

39Car son roman est très clairement celui de la nouvelle génération puisque toute l’action est lancée par la nouvelle de la mort du père de Gauvain, qui parvient à la cour réunie, comme il se doit, un jour de Pentecôte (v. 341-362). Le roi Arthur fait aussitôt annoncer qu’à la Saint-Jean prochaine, Gauvain sera couronné roi d’Irlande. Dès qu’il apprend la nouvelle, le nice Biausdous informe sa mère de son désir de devenir chevalier et d’intégrer la Table Ronde. On l’a dit, la mère encourage la vocation de son fils qui finira par être couronné en même temps que son père. Robert de Blois s’amuse d’ailleurs de cette multiplication des rois en conclusion de son roman :

Et Gawains a tout atornei
Qu’encemble ceront coronei
Il et ses filz. Or sont il troi
Qu’a la cort seront novel roi ;
Et bien tost i sera li quars… (v. 4781-4785).

40Le règne d’Arthur se trouve ainsi dangereusement relativisé. La vieille génération n’a qu’à bien se tenir : le « nouveau dit » de Robert s’ouvre sur la mort du grand-père et s’achève sur le couronnement du petit-fils qui entraîne un curieux – mais nécessaire – renouvellement de la royauté arthurienne. Il fallait un novel roi (v. 4784) pour le novial dit (v. 210).

  • 24 Norris J. Lacy, Douglas Kelly et Keith Busby, The Legacy of Chrétien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, (...)

41À la fin du xiie siècle, les romanciers sont déjà aux prises avec le legs de Chrétien de Troyes pour calquer le titre d’un important ouvrage collectif paru à la fin des années 198024. Les attitudes à l’égard de cet héritage sont variées et le personnage de Gauvain est au cœur de cette constante réévaluation du patrimoine, ce que d’aucuns appelleraient un certain devoir d’inventaire… En donnant des fils à Gauvain, les romanciers se situent explicitement dans la lignée du roman arthurien et les aventures du descendant sont autant de prises de position à l’égard de l’héritage.

42Avec Lionel et la Première Continuation, la fructification de l’héritage passe par une réflexion sur la dynamique de la représentation romanesque, qui va de la broderie sarrasine à la sculpture inspirée. À l’image de l’entrelacs païen, le texte suit d’abord l’ordo artificialis ; après le passage de Gauvain au château du Graal et les retrouvailles du père et du fils, le romancier revendique désormais l’ordo naturalis :

Tot en ordre, par grant esgart,
Covient la cose deviser ;
Ja ne m’en orrois ains parler
S’en ordne non et a droit point,
Ensi con li contes s’ajoint. (v. 8306-8310)

  • 25 Michèle Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc », Bulletin bibliographique de la Société internatio (...)

43L’entreprise de continuation passait par une exploration – quelque peu échevelée – des problèmes de filiation (l’insertion de l’épisode de Caradoc va aussi dans ce sens25). Après avoir exploré une part importante des problèmes qui se posent au romancier continuateur, aussi bien dans l’ordre de la mimesis que dans celui de la diegesis, le roman peut se poursuivre comme une forme ouverte, perpétuellement animée par la dynamique de la quête.

44Le Guinglain de Renaut de Beaujeu, lui, dilapide impunément l’héritage du Graal, remplacé par une femme-serpent. Jusqu’à sa conclusion qui n’en est pas une, il prend à rebours la succession du maître champenois : là où la Dame était à l’origine du récit, elle en cause désormais la fin abrupte. Le Beaurepaire de Blanchefleur est remplacé par le malrepaire (v. 4114) de la pucelle aux Blanches Mains qui joue sans vergogne des illusions de l’amour, transformant l’entrée de la chambre en théâtre de chimères où se ridiculise un héros trop crédule. Le roman de Renaut est un jeu avec les conventions amoureuses et littéraires, point de rencontre et de fusion de toutes les fortunes, celle du roman et celle de la lyrique, avec un respect bien relatif pour le patrimoine familial.

45Le Biausdous de Robert de Blois va encore plus loin en répudiant littéralement la succession des romanciers arthuriens ; il propose un roman qui a toutes les apparences du genre mais qui fait littéralement imploser la forme. Le roman n’est plus – et au sens strict – qu’un faux pré-texte à la dissolution de l’aventure. En démontant la mécanique narrative pour en exposer crûment les ressorts, Robert de Blois témoigne d’une certaine lassitude des lettrés face au roman arthurien en vers au milieu du xiiie siècle. L’avenir de la narration en couplets d’octosyllabes passe désormais par le roman érudit et allégorique, ce qu’illustrera, un quart de siècle après lui, Jean de Meun, continuateur critique du premier Roman de la Rose.

  • 26 Sans compter les fruits de ses aventures de voyage qui essaiment partout en Europe, avec Wigalois, (...)

46Fidèle au moins à sa réputation de séducteur, Gauvain a ainsi donné au roman médiéval trois beaux garçons26 qui sont autant de témoins des possibilités d’un genre qui en est encore à constituer sa dot. À coté des splendeurs et misères qui marquent la fortune romanesque du neveu d’Arthur, les différents parcours des fils de Gauvain donnent à lire la liberté profonde d’un genre à l’égard de tout patrimoine. Bâtard conquérant, né de la rencontre furtive entre le vulgaire et le savant, le roman a une histoire qui est celle d’une généalogie impossible, toujours à réinventer.

Notes

1 Gaston Paris, « Les romans en vers du cycle de la Table Ronde », Histoire littéraire de la France, 30, 1888, p. 33.

2 Entre autres Keith Busby, Gauvain in Old French Literature, Amsterdam, Rodopi, 1980 ; Emmanuele Baumgartner, « Des femmes et des chiens », Le Rire au Moyen Age dans la litterature et les arts, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1990, p. 43-51 ; Laurence Harf-Lancner, « Gauvain l’assassin : la récurrence d’un schéma narratif dans le Tristan en prose », Tristan/Tristrant, Mélanges offerts à Danielle Buschinger, Greifswald, Reineke, 1996, p. 219-230 ; Francis Gingras, Érotisme et merveilles dans le récit français des xiie et xiiie siècles, Paris, Champion, 2002, p. 79-117.

3 Pierre Gallais, « Bleheri, la cour de Poitiers et la diffusion des récits arthuriens sur le continent », Actes du viie congrès national de littérature comparée, Paris, Didier, 1967, p. 47-79.

4 François Pirot, Recherches sur les connaissances littéraires des troubadours occitans et catalans des xiie et xiiie siècles, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras, 1972.

5 Renaud de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. Michèle Perret, trad. Michèle Perret et Isabelle Weil, Paris, Champion, 2003. Cf. Chrétien de Troyes, Érec et Énide, éd. Mario Roques, Paris, Champion, 1952 : l’estoire/qui toz jors mes iert en mimoire/tant con durra crestiantez, v. 23-25.

6 Ms. R (BnF fr. 1450), The Continuations of the Old French Perceval of Chrétien de Troyes : The First Continuation (redaction of manuscripts ALPRS), vol. 3, part. I, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1952, v. 583.

7 P. Gallais, L’Imaginaire d’un romancier français de la fin du xiie siècle. Description raisonnée, comparée et commentée de la Continuation-Gauvain, 4 vol., Amsterdam, Rodopi, 1988-1989. Colette Van Coolput, « Introduction », à sa traduction de la Première Continuation de Perceval, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 1993, p. 23-28.

8 « Qu’ele perdi non de pucele/S’a non amie et damoisele », v. 1703-1704.

9 Alexandre Leupin, « Les enfants de la mimésis : différence et répétition dans la Première Continuation du Perceval », Vox romanica, 38, 1979, p. 110-126.

10 Ibid., p. 126.

11 A la fin vos vuel aprocier/Ceste oevre ne fas for tocier, v. 8021-8022. La fin est bien sûr davantage le but que le véritable terme de cette continuation, laissée ouverte.

12 Rappelons ici l’épilogue où l’auteur conditionne la conclusion heureuse de son roman (les retrouvailles de Guinglain et de son amie) au bel samblant que devrait lui témoigner celle qu’il aime.

13 E. Baummgartner, « Armoires et grimoires », Paragone letteratura, 41, 1990, p. 18-34.

14 Sur ce point, la coïncidence est frappante entre le roman de Guillaume le Clerc et celui de Cervantès. Fergus, qui rêve de devenir chevalier, prend le haubert de ses ancêtres, rouillé comme le heaume qui lonc tans ot en sauf esté/que on ne l’avoit remüé (v. 545-546). De même, résolu à devenir chevalier, ce que Don Quichotte « fit en premier fut de nettoyer des armes qui avaient été à ses bisaïeux et qui, pleines de rouille et couvertes de moisissures, gisaient depuis des siècles, oubliées dans un coin » (trad. Jean Canavaggio et al., Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, p. 411-412).

15 John Howard Fox, Robert de Blois, son œuvre didactique et narrative : étude linguistique et littéraire, Paris, Nizet, 1950, p. 39.

16 Gisèle Lemarque, Le Roman de Biausdous : a critical edition, thèse dactylographiée, University of North Carolina at Chapel Hill, 1968, p. 32.

17 Lori Walters, « Manuscript Context of the Beaudous of Robert de Blois », Manuscripta 37, 1993, p. 188-190.

18 L’idée que Robert de Blois ait pu superviser l’édition de ses œuvres est renforcée par l’étude systématique qu’a menée Claudia Guggenbühl sur un autre manuscrit (le manuscrit 3516 de l’Arsenal) qui comporte aussi pratiquement toute l’œuvre didactique de Robert de Blois. Elle conclut que « les ajouts et les omissions ne sont pas dus à un copiste peu soucieux mais peuvent être interprétés, à partir d’une lecture continue du recueil entier, comme des interventions nécessitées par la conception globale du volume » et que « de nombreux indices suggèrent que Robert de Blois en personne pourrait avoir été responsable de ce plan » (Claudia Guggenbühl, Recherches sur la composition et la structure du ms. Arsenal 3516, Bâle, Francke, « Romanica Helvetica », 1998). Les conclusions au sujet de cet autre manuscrit s’ajoutent à ce que Paul Meyer avait noté de longue date à propos du manuscrit 5201 de l’Arsenal, autre recueil des œuvres complètes de notre auteur, privé simplement du Biausdous. Pour Meyer, il semblait qu’il s’agissait là d’une copie exécutée sous la supervision de Robert de Blois qui aurait « présenté son œuvre en deux ou même trois états très différents » (Paul Meyer, « Notice du Ms de l’Arsenal 5201 », dans Romania, 46, 1887, p. 27).

19 « Si sont en maintes cors oï/Volentiers et bien conjoï/Cil qui de lui sevent conter. /S’avons veü en pris monter/Aucuns de ces et en richesce/Qui sorent prisier sa prouesce. » (L’Enseignement des Princes, éd. J. H. Fox, dans Robert de Blois : son œuvre didactique et narrative, op. cit., v. 1177-1182).

20 Outre des références explicites à des héros antiques comme Hector (v. 1640) et Ajax (v. 1645) ou des comparaisons avec des personnages arthuriens comme Morgue la fée (v. 2420), Robert se permet aussi des allusions plus subtiles à des motifs popularisés par le roman, comme les chausses de Biausdous que la peau de salamandre rend ignifuges, à l’image de la tente d’Alexandre composée aussi de la peau de cette fiere beste (Alexandre de Paris, Roman d’Alexandre, éd. E. C. Armstrong et al., trad. et présentation L. Harf-Lancner, Paris, Le Livre de Poche, 1994, br. I, v. 1972) et des couvertures posées sur le lit de la fée Melior dans Partonopeus de Blois. De même, l’orgueilleuse demoiselle qui promet de se rendre aux requêtes d’amour de son chevalier, quand il aura conquis par les armes vingt chevaliers, évoque assez naturellement l’épisode de la Joie de la Cour dans Érec et Énide. On peut encore ajouter la fontaine près de laquelle Biausdous trouve les deux écus et les onguents que Biautés utilise pour le soigner (v. 2361-2364 et 2721-2723) qui rappellent étrangement le Chevalier au Lion.

21 Ce premier romanz d’un auteur alors plutôt habitué aux ouvrages didactiques offre une facture particulière, à mi-chemin entre la réécriture et la « translation » puisque le récit des amours compliquées de Floris et Lyriopé est dans sa première partie une adaptation libre de l’Alda, fabliau latin attribué à Guillaume de Blois, travail de réécriture d’une matière connue à laquelle Robert de Blois adjoint une « translation », généralement fidèle, du récit de Narcisse tiré des Métamorphoses d’Ovide (livre III). Aux yeux de Robert de Blois, le travail du romancier serait donc à la fois mise en forme ou « conjointure » d’une matière et translation plus ou moins respectueuse d’une « autorité » latine.

22 Por une letres bien ditier, / Por rimer, por versifier, / Se mestiers fu[s]t, por bien escrire / Et en perchemin et en cire, / Por une chançon controver, / Por envoisier, por bien chanter (Floris et Lyriopé, v. 123-126).

23 Ausi com li feus ki cler art / Par nuit en chasse l’ocurté / Tant rent entor li grant clartei, / Ausi fait cele, tant est bele ; / J’ai n’i covient autre chandel / Ou k’ele vient par nuit oscure, / Tant est sa biautez clere et pure. / Tantost com en la chambre entra, / De sa biautei l’enlumina / Si k’ele est tote resclarcie. / Troi cierge ne rendissent mie/Tel clartei, c’il fussent empris. (Biausdous, v. 2422-2433)

24 Norris J. Lacy, Douglas Kelly et Keith Busby, The Legacy of Chrétien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, 1987-1988.

25 Michèle Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, 40, 1988, p. 269-286.

26 Sans compter les fruits de ses aventures de voyage qui essaiment partout en Europe, avec Wigalois, Carduino et jusqu’en Angleterre avec Sir Gawain and the Green Knight.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540