Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

3e partie. Transmission de la parole et génétique textuelle

Filiations improbables du cycle troyen-breton en Islande

Hélène Tétrel

Texte intégral

  • 1 Voir ainsi l’étude très détaillée de Andreas Heusler, « Die gelehrte Urgeschichte im altisländisch (...)
  • 2 C’est en réalité à partir d’une zone géographique assez variable (« Troie », « Asie », « Thrace ») (...)

1Dès le début du xxe siècle, de nombreuses études se sont intéressées aux stratégies originaires et dynastiques de la Scandinavie médiévale1. Ces études examinent l’apparition, le développement et la transmission du modèle généalogique depuis l’un des tout premiers témoignages de l’activité historiographique de l’île, le Livre des Islandais (Íslendingabók), qu’Ari le Savant rédigea probablement aux alentours de 1130. La plupart de ces documents, d’époques et de natures diverses, reposent – plus ou moins précisément – sur l’hypothèse troyenne, celle-là même qui servit à fabriquer l’origine des peuples européens depuis Frédégaire2, et qui fut ensuite importée dans la sphère bretonne grâce au large succès des récits, combinés ou non, du Pseudo-Darès et de Geoffroy de Monmouth.

2Une question délicate reste néanmoins posée : à quelle date ce mythe des origines communes est-il parvenu en Islande ? Faut-il supposer une influence précoce du cycle troyen-breton ou bien ce dernier est-il intervenu plus tard, à l’époque où les récits originaires étaient déjà en grande partie constitués ? Ce problème, qu’on n’aura pas l’ambition de résoudre ici, se pose néanmoins en arrière-plan de l’étude de la compilation qui conserve précisément la version norroise du cycle troyen-breton, le Livre de Haukr.

  • 3 Renseignements pris auprès de Stefán Karlsson, « Hauksbók i kulturhistorisk perspektiv », interven (...)
  • 4 Hauksbók, (abrégé Hb), édité par Eirikur Jónsson et Finnur Jónsson, Copenhague, 1892 à 1896.
  • 5 Hb, p. 504.
  • 6 Voir Hb, introduction de Finnur Jónsson, p. CXXXIII. Cet appendice est constitué d’une double géné (...)

3Ce codex a été composé au début du xive siècle par un historiographe qui n’a pas travaillé seul ; d’autre part l’ensemble a pu être rédigé en plusieurs étapes. On est sûr, par exemple, que la traduction combinée du De Excidio Trojae (Saga des Troyens) et de l’Historia Regum Britanniae (Saga des Bretons), est de la main de Haukr. Certains textes ont été soit délégués par Haukr lui-même, soit réunis à d’autres époques3. Par la suite, la compilation a été reconstituée (enregistrée sous les trois cotes AM 371, AM 544, et 675 4to) et réorganisée selon un ordre qui n’est peut-être pas l’ordre d’origine. L’analyse paléographique tend à montrer que les textes du cycle troyen-breton attribués à Haukr sont rattachés à un ensemble distinct d’une autre série qui pourtant relève partiellement du même propos, les paragraphes que l’éditeur a rangés sous l’appellation « description du monde et écrits théologiques4 ». À leur tour, ces deux textes semblent ne rien avoir de commun avec le tableau généalogique Ættar Talan (« décompte des générations5 ») qui a peut-être été ultérieurement ajouté par un clerc désireux de mettre en avant la lignée de Haukr Erlendsson6.

4Le tableau historique qui se livre ainsi fragmentairement dans Hauksbók nous permet d’entrevoir un système qui combine plusieurs types de sources. Des sources reçues sans doute à des époques différentes et qui répondaient peut-être à des objectifs différents. Cependant, même à considérer Hauksbók comme un assemblage instable, on doit remarquer le rôle capital que joue le cycle troyen-breton dans cette encyclopédie. La double hypothèse de la migration des Ases vers le Nord et de l’origine troyenne était connue depuis longtemps en Islande ; elle avait d’ailleurs été vulgarisée par Snorri Sturluson dans l’Histoire des Rois de Norvège. Mais ce qui est propre à cette compilation est la présence simultanée des généalogies nordiques et des généalogies bretonnes. Ce voisinage est significatif : il suggère aux lecteurs la parenté originelle des peuples, tout en posant le problème d’une possible – lointaine – parenté textuelle.

  • 7 Jean-Claude Carrière, « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et (...)

5Pour reconstituer la chronologie de cet exposé généalogique à partir des fragments historiques de Hauksbók, on peut dans un premier temps placer les paragraphes d’inspiration vétérotestamentaire sur la dispersion des hommes après le péché. Ces lignes s’inspirent, en dernière instance, des grandes chroniques universelles de l’Antiquité tardive. Un second ensemble relie ensuite les lignées royales et familiales de Suède, de Norvège, du Danemark et de l’Islande aux origines adamiques, en passant par l’Asie Mineure. Ces paragraphes, qui supposent une migration européenne Sud-Nord, sont probablement inspirés des textes utilisés par Snorri un siècle plus tôt. C’est à ce point précis que grâce à un « quadrillage horizontal7 » implicite, le codex de Haukr, dans son état final, suggère le rapprochement lignager entre Bretons et Scandinaves.

  • 8 Les feuillets 1 à 21 du manuscrit AM 544 ne sont pas de sa main (S. Karlsson, « Aldur Hauksbókar » (...)

6Les auteurs qui ont composé le codex de Haukr ont eu le souci de dérouler la lignée des peuples du Nord non seulement, comme l’avait fait Snorri dans l’Histoire des Rois de Norvège, depuis l’origine des grandes dynasties nordiques en Asie Mineure, mais encore dans le plan général de l’histoire de l’humanité. C’est en tout cas ce dont témoignent les extraits rassemblés par Finnur Jónsson dans la série de paragraphes baptisée par lui « Heimslysing og Helgifræđi »(« description du monde et science théologique »). Ces feuillets (1 à 14) sont contenus dans la partie AM 544 4to du codex qui n’est pas de la main de Haukr8.

  • 9 Pour l’identification des sources voir Hb, introduction de Finnur Jónsson p. XIII. Étymologies, li (...)

7Dans l’ensemble, la source de ces paragraphes est à chercher dans les Étymologies d’Isidore de Séville, par l’intermédiaire (du moins partiellement) d’Honorius Augustodunensis (De Imagine Mundi).Le passage s’ouvre sur une description des sources, cours d’eau et principaux fleuves du monde, à laquelle fait suite un petit paragraphe nommé « Prologus », consacré aux historiens antiques, inspiré d’Isidore9 :

Þat er sagt at Moyses toeki þat rađ fystr. at skrifa a bokum at burđ tiđenda þeira er verit hafa fyrr i heiminum. oc vm þat er guđ skop þenna heim. […] oc hafa þar eftir mynt þeir er helgar boekr hafa gort siđan. En þau tiđendi er eigi fylgir nytsemi. oc er þo frođleikr i oc gaman. at vita. þa gerđi sa mađr er sagt er at Darius frigius het. hann sagđe sogu fra sameign Girkia oc Troea manna. oc ritađe viđar laufe. En ecki hafđe þat fyr gort verit. at skrifa tiđendi þau er gorđst hofđu. oc skylldi þo þat eitt rita er mađr hefđi sett eđa hann metti muna.

Il est dit que Moïse fut le premier à consigner dans des livres les tout premiers événements qui survinrent dans le monde et la manière dont Dieu créa ce monde. […] Et c’est d’après son modèle qu’on écrivit ensuite les livres sacrés. Mais il y a aussi des événements qui ne sont pas très utiles à connaître, grâce auxquels pourtant on peut s’instruire et se divertir. C’est le cas concernant cet homme nommé Darius Frigius, qui raconta la guerre entre Grecs et Troyens et la rapporta par écrit. Auparavant, il n’était jamais arrivé qu’un homme raconte les événements qui s’étaient produits, et seul pouvait être écrit ce qu’on avait vu ou qu’on se rappelait.

  • 10 P. L. 82, col 123 : « De Primis auctoribus historiarum ». « Historiam autem primus apud nos Moyses (...)

8Les lignes qui suivent dissocient nettement deux catégories d’historiens : ceux qui, comme Darès, ont raconté ce dont ils ont été témoins, et ceux qui, comme Hérodote et Phérécide (cités plus loin), ont composé leurs ouvrages sans avoir été témoins des événements. La célèbre distinction, que font déjà les auteurs antiques, accompagne tout particulièrement la réception médiévale du De Excidio Trojae, comme on le sait. Elle n’est pas mentionnée dans le texte d’Isidore dont s’inspire le texte norrois10.

  • 11 Honorius, De Imagine Mundi, Livre I ; Hb p. 154. Voir les remarques de F. Jónsson, Hb, introductio (...)

9Le texte qui fait suite à ce « prologue » est d’un grand intérêt pour la question des origines. Il s’agit d’une « image du monde » qui est peut-être adaptée d’Honorius, lequel s’appuie partiellement sur Isidore. Entièrement réorienté d’après l’Histoire Sainte, le tableau parcourt les continents en suivant de loin son modèle latin11 : l’Inde, le royaume des Parthes et d’Assur, la Mésopotamie, l’Arabie et « le mont Sinai où Moïse reçut les lois de Dieu », les pays du Proche et du Moyen-Orient, tous plus ou moins mis en relation avec les épisodes de la vie de Jésus ; en s’orientant au Nord-Est on décrit ensuite la Bactriane, l’Albanie, puis à côté de l’Arménie et de la Cappadoce, on entre en Asie : Asia land (c’est-à-dire l’Asie Mineure, si l’on suit, comme le rédacteur norrois, le chapitre XX du De Imagine Mundi ), avec Éphèse,

  • 12 Hb, p. 154-155.
  • 13 À cet endroit, le rédacteur norrois ne suit pas fidèlement Honorius, chez qui le chapitre consacré (...)

10Nicée et enfin la Phrygie : Frigia, où se trouve la ville de Troie12. Le texte résume ici à grands traits le conflit troyen, avant d’évoquer entre autres la Cilicie, Tarse, « la ville de Paul » (Cf. De Im. Mundi, cap. XXI), puis la « Grande Asie » : micla Asia qui est constituée de « toutes les terres qui sont situées entre cet endroit [la Grèce] et l’Inde », région dans laquelle se situe en particulier « la Grande Suède13 ». Le tableau de cette partie du monde est l’occasion pour notre adaptateur d’insérer un paragraphe intéressant, qui souligne la connexion à la fois géographique et cette fois, généalogique, entre l’Asie et la Scandinavie :

A tracia bygđi fyst Tiras sonr Iafeths Noasonar. fra honum er komen þiođ su er Tyrkir heita. þat er oc mioc margra manna mal at þui er fornar bœkr visa til at af þui lande bygđist Suiþiođ. en Noregr af Suiđiođ. en Island af Noregi. en Grœnland af Islande.

  • 14 Hb, p. 155.

La Thrace fut en premier peuplée par Tiras fils de Japhet fils de Noé. De lui descend ce peuple qu’on appelle les Turcs, et c’est là ce que dit la rumeur, car selon les livres anciens, de ce pays est originaire la Suède, puis la Norvège de la Suède, l’Islande de la Norvège et le Groenland de l’Islande14.

  • 15 Art. cité, p. 112.
  • 16 Tiras, fils de Japhet (Genèse, 10) que la tradition chrétienne de l’antiquité tardive présente com (...)
  • 17 MGH t. II, op. cit., p. 46.

11Selon Andreas Heusler15, le rapprochement Thrace-Tiras puis Thrace-Turquie est le résultat de la combinaison d’éléments anciens que le rédacteur norrois a sans doute trouvés chez Ari et dans le livre XIV des Étymologies16. Comme on le sait, les Turcs sont aussi, avec les Francs et les Macédoniens, l’une des branches européennes décrites dans la chronique de Frédégaire17 :

Tercia ex eadem origine gentem Torcorum fuisse fama confirmat, ut, cum Franci Asiam pervacantis pluribus proeliis transissent, ingredientis Eurupam, super litore Danuviae fluminis inter Ocianum et Traciam una ex eis ibidem pars resedit.

La rumeur confirme que la nation des Turcs fut tirée de cette même troisième souche, quand, au moment où les Francs traversèrent l’Asie en se dipersant dans de nombreux combats, et progressant à travers l’Europe, une partie d’entre eux s’installa ici-même, sur la rive du Danube, entre l’Océan et la Thrace.

12La noble antiquité des peuples scandinaves se trouve ainsi, grâce à ces chapitres, consolidée en plusieurs points : replacés dans le décompte universel des générations depuis Adam, ils sont aussi placés au même rang que les nations européennes, Francs et Bretons avant tout. En aval de cette suite « Thrace-Turquie-Grande Suède », la suite « Suède-Norvège-Islande-Groenland » dont parle le rédacteur peut être mise en rapport avec les pièces d’histoire nordique que l’on trouve dans le codex de Haukr : le Livre de la colonisation (Landnámabók) parle du peuplement de l’Islande par les colons norvégiens, la Saga d’Erik le Rouge raconte comment l’Islandais Eirikur a découvert le Groenland. Quant au lien existant entre dynasties suédoises et dynasties norvégiennes, il est à déduire de la tradition antérieure à Haukr, dont Snorri a exploité l’essentiel dans la Saga des Ynglingar qui ouvre l’Histoire des Rois de Norvège. Haukr et ses assistants connaissaient nécessairement ces chapitres :

Le pays situé à l’est du Tanakvisl en Asie était appelé Asaland ou Asaheim, tandis que la capitale de ce pays portait le nom d’Asgard. Dans cette ville résidait un chef qui s’appelait Odin. (Saga des Ynglingar, chapitre 2)

  • 18 Histoire des Rois de Norvège, par Snorri Sturluson, première partie, traduction, introduction et n (...)

C’est à Saeming [fils d’Odin] que le duc Hakon le Puissant [de Norvège] faisait remonter son lignage paternel. À cette Suède ils donnèrent le nom de Mannheim [« pays des hommes »], et à la Grande-Suède celui de Godheim [« pays des dieux »], pays au sujet duquel ils racontèrent de nombreuses histoires. (chapitre 8)18

  • 19 Hb, p. CXVIII sq. ; Homilies of Aelfric. A Supplementary Collection, ed. J. C. Pope, Early English (...)

13La seconde partie des chapitres contenus dans les feuillets 1 à 14 du manuscrit AM 544 4to est d’inspiration théologique. Ce texte est vraisemblablement l’adaptation indirecte du De Correctione Rusticorum de Martin de Braga, par l’intermédiaire d’une homélie d’Aelfric nommée De Falsis Diis19. Indirectement pourtant, cet appendice « théologique » rejoint une perspective historique. Après avoir exposé les origines de l’humanité depuis Adam, il dispose l’histoire en plusieurs phases à partir de la Chute : la dispersion, la naissance des principaux cultes élémentaires et astraux, la différenciation des langues, puis l’apparition des cultes païens suscités par des hommes ayant réussi à tromper leurs contemporains (grâce à l’aide du diable). Le texte ne pratique pas le décompte en années d’Abraham et, sur le plan vertical, il ne compte pas les générations. Ce qui l’intéresse ce sont les motifs qu’il a pu, par ailleurs, retenir (indirectement) des histoires universelles ayant puisé dans le Protreptique de Clément d’Alexandrie, les Institutions Divines de Lactance ou la Préparation Évangélique d’Eusèbe. Il partage l’interprétation évhémériste avec ces trois grandes histoires du paganisme qui ont largement contribué à la répandre dans l’histoire chrétienne ; comme elles, il met en place une articulation essentielle entre histoire et religion, sachant qu’à tout moment la première peut l’emporter sur la seconde.

  • 20 Homilies of Aelfric, op. cit., p. 682 ; au v. 135 est mentionné Mercurius, dont on précise au vers (...)
  • 21 MGH, Scr. Rer. Langobardicarum et Italicarum, saec. VI-IX, Paulus Diaconus, Historia Langobardorum(...)

14En outre, l’évhémérisme se double dans le sermon norrois d’un recours systé aux syncrétismes : Jupiter y est nommé Thor, Mercure y est nommé Odin. On trouve ces associations dans le modèle anglo-saxon20, mais également chez les chroniqueurs dont l’écho a pu se faire sentir en Islande. L’équivalence Mercure-Odin rappelle en effet celle qui se trouve chez Paul Diacre dans le premier livre de son Histoire des Lombards21, sachant qu’Odin est aussi, dans les généalogies nordiques comme dans les généalogies anglo-saxonnes, un des ancêtres les plus fréquemment représentés. On rapporte dans les premiers chapitres de la Saga des Ynglingar que l’Ase Odin possédait de nombreux domaines en Tyrkland, au sud de la Grande-Suède, et que de là il se dirigea vers le Nord-Est (un territoire qu’on peut approximativement situer dans la Russie actuelle) puis vers la Saxe, où il laissa une troupe de ses hommes avant de poursuivre vers le Nord, et de s’installer dans l’île de Fionie (dans la ville qui porte son nom, Odense). Il finit par s’établir en Suède et se fit construire un temple près du lac Mälar.

15On l’aura compris, la présence de ce texte religieux dans Hauksbók n’est pas totalement étrangère au propos historiographique. Derrière la condamnation du paganisme, qui s’exprime aussi fortement en norrois que dans le double modèle (latin et anglo-saxon), c’est au fond, encore une fois, l’origine des Ases qui est illustrée. À travers l’histoire de leur migration et de leur filiation, à travers l’histoire de leur supercherie, c’est aussi, en arrière-plan, leur parenté avec les autres peuples qui est réaffirmée. Or de tous ces peuples, le plus prestigieux reste le peuple breton.

  • 22 Hb, p. 238.

16Le cycle qu’on pourrait appeler « troyen-breton » est constitué, dans le codex de Haukr comme dans sa version concurrente, de l’adaptation successive du De Excidio Trojae et de l’Historia Regum Britanniae. Chacune des deux sagas présente une version plus courte dans Hauksbók que dans l’autre version, par ailleurs inégalement conservée (entre autres dans le manuscrit AM 573 4to, « S »). Ces deux sagas ont été manifestement conçues comme un ensemble dans l’esprit des rédacteurs ; c’est du moins ce que signale la dernière phrase de la Saga des Troyens22 :

Ok er nv yfir farit sa sogv er agiætvz hefir verit i verolldvnni i heiđni at allra manna virđingv þeira er vitrir erv ok flestar frasagnir erv kvnnar en her eftir hefir sogv fra Enea ok þeim er Bretland bygđv.

Et ici se termine cette histoire qui fut la plus célèbre dans l’histoire des temps païens, comme le rapportent ceux qui ont été témoins et ceux qui connaissent ces récits. À présent commence l’histoire d’Enea et de ceux qui bâtirent la Bretagne.

17La phrase s’achève de façon légèrement différente dans la version S :

[…] fra Enea oc hans ætt monnum. Turno oc Bruto oc Arturo oc odrum þeim er bygdu Bretland.

[…] d’Enéa et des hommes de sa famille : Turnus, Brutus, Arturus et tous ceux qui bâtirent la Bretagne.

18Bien que les deux sagas soient séparées par deux feuillets dans Hauksbók, il faut les interpréter en continuité : cet ensemble est construit comme un tableau historique depuis les temps mythiques jusqu’à la dernière génération des rois bretons.

  • 23 Il faut bien entendu garder en tête que le De Excidio Trojae était fréquemment interpolé de nombre (...)

19L’originalité du manuscrit de Haukr réside pourtant dans un prologue évhémériste ajouté au De Excidio Trojae et dont on ignore à ce jour la provenance. En amont de la guerre de Troie, Haukr explore en effet la génération des dieux païens, en commençant par Saturne, et progresse jusqu’aux événements qui annoncent l’épisode troyen23. Conformément à l’usage, le texte prend soin, dès la première phrase, de placer l’épisode sur une ligne parallèle à l’histoire biblique :

  • 24 Trójumanna Saga, éd. J. Louis-Jensen, op. cit., p. 3.

A dogvm Josve er hofđingi var a Iorsala landi yfir Gyþinga lyđ eftir Moyises at til skipan sialfs gvđs var sa mađr vpp foeddr i ey þeiri j Iorsala hafi er Krit heitir er Satvrnvs var kallađr en ver kollvm Frey 24.

  • 25 Littéralement « mer de Jérusalem ».

Aux temps de Josu, qui, selon la volonté de Dieu, devint le dirigeant du peuple juif après la mort de Moïse, naquit sur une île nommée Kreta, dans la mer Méditerranée25, un homme du nom de Saturne.

20Un autre indice chronologique, au cours de la seconde génération, maintient le principe d’une histoire synchronique :

  • 26 Trójumanna Saga, p. 5.

Salomon h (et) sa konvngvr er iafnađist viđ Ivpiter 26.

Il y avait un roi du nom de Salomon, qui était égal à Jupiter par la naissance.

  • 27 C’est le modèle historique adopté par Diodore de Sicile. Dans son prologue au livre IV de la Bibli (...)

21Ces deux indices (le second introduit un bref récit d’hostilités) permettent à l’historiographe de remplir deux conditions essentielles à la mise en place du cadre historique. La première, la datation relative depuis les origines adamiques, exclut d’emblée la possibilité d’une frontière entre mythe et histoire27. La seconde, l’affirmation de l’antériorité – et donc de la prévalence – du peuple juif sur tous les autres, replace l’histoire païenne dans le droit chemin de l’historiographie chrétienne.

22Ce récit est de toute évidence copié d’après un ou plusieurs textes mythographiques de l’Antiquité tardive, à moins qu’il n’ait été constitué à partir de commentaires retrouvés par l’adaptateur dans son modèle, interpolé, du De Excidio Trojae. Voici son contenu : Saturne, homme habile et puissant né en Crète réussit un jour à produire de l’or en grande quantité. Il gagna de ce fait la faveur de ses contemporains, prit le commandement de l’île, et étendit enfin son hégémonie sur la terre entière en se faisant passer pour un dieu grâce à ses largesses ; enfin adoré comme un dieu, il légua son pouvoir à ses fils.

  • 28 Un paragraphe assez long exploite le thème de la trinité, évoquant la division de l’empire en troi (...)

23On le voit, ce récit combine deux des arguments principaux de l’évhémérisme dans les écrits patristiques : l’évergétisme (Saturne étant à la fois puissant et généreux, il rallie les hommes à sa cause par ses bienfaits) et la théorie de la ruse (c’est par magie que Saturne réussit à produire son or). Par la suite, Saturne « Freyr » divise le pouvoir entre ses trois fils Jupiter, Neptune et Pluton28. Jupiter, appelé « Thor » en norrois, entre en rébellion contre son père et le détrône. Il étend alors son pouvoir de telle façon que son renom dépasse peu à peu celui de son père. Après le récit de ses conquêtes féminines, parmi lesquelles on reconnaît les récits mythographiques célèbres au Moyen Âge, on arrive progressivement à l’époque de l’expédition des Argonautes à laquelle participa « Erkules, fils de Thor de Crète (Krita-Þór) », et par laquelle commence le récit de la première « guerre de Troie » et le rapt d’Hésione.

  • 29 Diodore distingue nettement deux Jupiter, l’un, fils de Saturne roi de Sicile, et l’autre, frère d (...)
  • 30 Cicéron, De Natura Deorum, l. III, § xxi. Mentionnant le « Thor » troyen du prologue de l’Edda de (...)

24Plusieurs points retiendront ici l’attention : en premier lieu l’usage des syncrétismes, par lesquels on désigne autrement, dans la littérature norroise, des personnages historiques. En l’occurrence, le substitut nordique de Jupiter, « Thor de Crète », pourrait signifier, comme dans la tradition antique, qu’il y a eu plusieurs dieux portant ce nom29. Si l’on suit l’équivalence proposée par Haukr pour les noms de dieux, on pourrait aisément reconnaître derrière le « Thor de Crète » le même « Krita-Þór » que celui dont il est question dans le poème anglo-saxon d’Aelfric, c’est-à-dire, chez les mythographes30, l’un des trois « Jupiter », plus ou moins confondu avec celui dont parle Evhémère dans son Inscription Sacrée. Seconde observation : le raccord avec le récit de Darès (lequel est présenté dans la compilation comme l’historien par excellence) et l’utilisation des synchronismes semblent orienter le récit vers un texte historique : ce n’est donc pas, à proprement parler, un travail de mythographe.

  • 31 Que faire de la division de l’univers (ciel, mer et enfers) entre les trois fils de Saturne ? Ou d (...)

25On remarque pourtant que l’attitude adoptée vis-à-vis des mythes païens n’est ni directement généalogique ni vraiment polémique. Ce récit est aussi rempli d’invraisemblances et n’a pas choisi d’interpréter rationnellement tous les épisodes qu’il rapporte31. Aussi peut-on hésiter à mettre ces pages en relation avec les feuillets « théologiques » inspirés d’Aelfric ou encore avec les autres relevés généalogiques conservés dans le codex. Toutefois, s’il s’agit bien là d’une préhistoire du peuple et des dynasties royales de Bretagne, la préhistoire des peuples de Scandinavie n’a rien à lui envier. L’une et l’autre sont pleinement ancrées dans le mythe.

26Enfin, si l’origine des peuples européens est placée autour de l’épisode troyen, en revanche la géographie de ces origines reste très floue. On se souvient que dans les paragraphes encyclopédiques et théologiques du manuscrit AM 544, on assurait le lien entre la Turquie, la Thrace, la Suède et les autres pays du Nord. La suite s’articulait ainsi : Noé père de Japhet père de Tiras fondateur du peuple turc, lequel était à l’origine des peuples scandinaves. En aval, la généalogie des Ynglingar d’après Snorri faisait du dieu Odin un des principaux rois de la Turquie, celui qui dirigea la grande migration vers la Suède. Mais si c’est à Troie qu’il faut aller chercher les premières traces de la connexion bretonne-scandinave, les textes qu’on a survolés jusqu’à présent sont alors singulièrement imprécis.

  • 32 Hb, p. 504.

27Parmi les autres documents historiques, Finnur Jónsson enregistre encore dans les appendices du codex un autre document généalogique citant des noms identiques. Dans l’Aettartala (« décompte des générations32 ») centré sur la personne de Haukr et celle de sa femme, les noms relevés depuis Adam sont destinés à être utilisés comme caution pour les grandes familles du Nord. Or, non seulement la géographie n’y est pas plus précise que dans le prologue de la Saga des Troyens, mais encore, il y a quelques divergences non négligeables : après Japhet, nous dit le texte, la partie occidentale du monde fut gouvernée par Iavan, père de Zekun, père de Ciprus, père de Crétus, père de Chélius, père de Saturnus de Crète, père de Jupiter. Saturne et Jupiter de Crète y sont présentés comme les ancêtres de Priam et Hector (par l’intermédiaire de Dardanus, ce qui constitue, à tout prendre, une leçon plus familière). Et c’est seulement deux générations plus loin qu’on rencontre le nom de « Þór » (Thor). À partir de Priam, on décroche en effet de la filiation paternelle et l’on introduit le nom attendu :

Munon eđur Menon hiet kongur i Troio, hann átte Tróan dottur Priami høfuđskongs, þeira son var Tror er vier kollum Þór.

Un roi de Troie s’appelait Munon ou Menon, il reçut en mariage Troan la fille de Priam le grand roi ; leur fils fut appelé Tror, mais nous l’appelons Thor.

  • 33 Ce décompte présente des analogies évidentes avec le prologue évhémériste de l’Edda en Prose.
  • 34 Voir à ce sujet l’article de A. G. Van Hamel, « The Old Norse Version of the Historia Regum Britan (...)
  • 35 K. Sisam, art. cité, p. 309.

28La fille de Priam, « Troan » – à d’autres endroits de Hauksbók elle est identifiée avec Cassandre – épouse un certain Munon ou Menon (qui dans la légende est un allié de Priam), et leur fils s’appelle Tror, « que nous appelons Thor33 ». De toute évidence, ce « Thor » n’est pas le même que le Thor de Crète dont il a été question plus haut. La suite de la descendance s’établit de Tror/Thor jusqu’à Voden/Odin, en passant par Seskef, et rejoint à ce stade les noms qu’on dérive de généalogies anglo-saxonnes34. La paternité de Woden/Odin dans les lignées anglo-saxonnes est par ailleurs suffisamment connue au Moyen Âge pour qu’il soit inutile de postuler l’influence du sermon d’Aelfric, De Falsis Diis, sur le travail de Haukr (rappelons que les paragraphes traduisant le sermon ne sont pas de Haukr). Kenneth Sisam souligne d’ailleurs que les listes généalogiques de Bède et de l’Historia Britonum placent Voden au sommet de la liste, sans ascendants. C’est à partir d’eux qu’Odin, devenu figure légitime, se verra peu à peu attribuer de prestigieuses ascendances35. C’est d’un assemblage similaire que procède le prologue de la Saga des Troyens dans le codex de Haukr.

29Imprégné des théories évhéméristes, notre texte offre ainsi, sous couvert d’introduire le récit de la destruction de Troie, des points communs avec les grandes constructions originaires scandinaves. Au fond, l’histoire de la branche nordique (c’est-à-dire, en substance, une saga équivalente à l’Histoire des Rois de Norvège de Snorri) se laisse entendre en marge de l’histoire des rois bretons, même si elle ne figure pas dans la compilation de Haukr. Elle en est comme le parallèle implicite.

  • 36 Voir par exemple dans le roman d’Enéas, éd. J. J. Salverda de Grave, t. 2, Paris, Champion, 1983, (...)

30À titre d’indice, on s’arrêtera en dernier lieu sur l’usage des synchronismes qui, dans la Saga des Bretons, mettent explicitement ou implicitement en regard les règnes norvégien et breton. Ainsi lorsque, dans le récit du conflit initial entre les hommes d’Énée et ceux du roi Latinus, Pallas est tué par Turnus : ce célèbre épisode, on le sait, est accompagné traditionnellement de la longue description du tombeau de Pallas36. Le texte précise qu’il fut redécouvert

[…] a dogvm Sigvrđar konvngs Jorsala fara ok þers keisara dogvm er Heinrekr het annar

  • 37 Hb., p. 237 ; sauf erreur, Sigurd Jorsalfar régna sur la Norvège dans les premières décennies du x (...)

[…] aux temps du roi Sigurd Jorsalfar et de ce roi qui s’appelait Henri le second37.

31Cette datation en « années norvégiennes » est bien entendu propre à la rédaction norroise.

  • 38 Article cité. Van Hamel suppose des emprunts à des chroniqueurs comme Henri de Huntingdon, concern (...)

32La Saga des Bretons offre enfin une intéressante variante au texte de Geoffroy tel qu’on peut le lire dans les éditions actuelles. Ces variantes ont été étudiées particulièrement par Van Hamel38, qui défend l’hypothèse selon laquelle c’est probablement en croisant Geoffroy avec des sources anglo-saxonnes qu’on a constitué la version norroise. L’une des divergences au moins peut, elle aussi, être tenue pour une invention du rédacteur norrois. Après le dernier nom royal figurant dans l’arbre généalogique qui clôt la Saga des Bretons, on peut lire :

Eftir hann Ađalstein gođi xi. ar ok xx. ok vi. vikur ok þria daga. hann fostradi Hakon svn Haralz konvngs harfagra.

Et après lui [Iatvardr] régna Ađalstein le Bon, pendant onze ans, vingt semaines et six jours. Il éleva comme son fils adoptif Hakon, le fils de Harald à la Belle Chevelure.

33Dans la théorie de la grande migration, rappelons-le, les Norvégiens, descendants des Ases, sont apparentés aux Bretons au même titre que les Saxons. On se souviendra en effet que les Saxons, d’après Snorri, sont les descendants de cette partie de la troupe d’Odin restée en Germanie continentale. Et c’est ainsi que les rois de Norvège entrent dans le cercle très fermé – ou très ouvert, c’est selon – des parentés européennes.

34Ce tour d’horizon des généalogies proposées par le codex de Haukr peut nous amener à formuler deux conclusions. La première concerne la filiation textuelle : même s’ils ne sont pas exactement contemporains, les textes de Hauksbók qui traitent des origines se renvoient les uns aux autres, et ont peut-être vu leurs sources s’interpénétrer. On perçoit en effet des similitudes et des complémentarités entre les paragraphes thématiquement excentrés, comme l’adaptation du De Falsis Diis, et les sagas qui, autour de la Saga des Bretons, ont dû figurer dès la première heure dans le codex.

35La seconde hypothèse est une conséquence de la première et concerne la réception du cycle troyen-breton en Islande. On pourrait en effet conclure de ce rapide aperçu que sa présence dans la compilation n’est pas seulement due à la popularité du Pseudo-Darès et de la chronique galfrédienne. Elle semble répondre au contraire à un propos historiographique beaucoup plus réfléchi et peut-être plus ancien, que le souci de traduire la « matière de Bretagne ».

Notes

1 Voir ainsi l’étude très détaillée de Andreas Heusler, « Die gelehrte Urgeschichte im altisländischen Schrifttum », 1909, rééditée dans Kleine Schriften II, Berlin, 1969, p. 80 à 160, étude qui s’attache à reconstruire le modèle commun des généalogies islandaises depuis les premiers documents. On peut également consulter l’étude, portant elle aussi sur un corpus large, de Anthony Faulkes, « Descent from the gods », Medieval Scandinavia, 11, 1978-79, p. 92 à 125. D’autres études, portant plus préci sur Snorri Sturluson, s’arrêtent sur la question de l’origine troyenne et de l’évhémérisme dans le prologue de l’Edda en Prose, comme celles de Anker Teilgård Laugesen, « Snorres opfattelse af Aserne », Archiv för Nordisk Filologi, 56, 1942, p. 301-315 ; Walter Baetke, Die Götterlehre der Snorra-Edda, Akademie-Verlag Berlin, 1950 ; Anne Holtsmark, Studier i Snorres Mytologi, Oslo Universitetsforlaget, 1964, et bien d’autres encore qu’il est impossible de relever exhaustivement.

2 C’est en réalité à partir d’une zone géographique assez variable (« Troie », « Asie », « Thrace ») que s’établit cette origine. Il y a sans doute un amalgame de plusieurs théories originaires dans les textes islandais.

3 Renseignements pris auprès de Stefán Karlsson, « Hauksbók i kulturhistorisk perspektiv », intervention non publiée pour la conférence de Reykholt « Matematikundervisningens rolle og placering i nordisk demokratisk kultur », août 1994 ; du même auteur, « Aldur Hauksbókar » (« l’Âge de Hauksbók »), 1964, réimprimé dans Stafkrókar, Stofnun Arna Magnússonar, Reykjavík, 2000, p. 303 à 309.

4 Hauksbók, (abrégé Hb), édité par Eirikur Jónsson et Finnur Jónsson, Copenhague, 1892 à 1896.

5 Hb, p. 504.

6 Voir Hb, introduction de Finnur Jónsson, p. CXXXIII. Cet appendice est constitué d’une double généalogie réalisée à partir des différents documents accessibles en Islande vers le xive siècle : la généalogie de Haukr et celle de sa femme, depuis les temps adamiques.

7 Jean-Claude Carrière, « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et historicisation des mythes », Généalogies Mythiques, actes du viiie colloque de Paris X Nanterre, éd. par D. Anger et S. Saïd, Paris, 1958, p. 49.

8 Les feuillets 1 à 21 du manuscrit AM 544 ne sont pas de sa main (S. Karlsson, « Aldur Hauksbókar », art. cité, p. 304).

9 Pour l’identification des sources voir Hb, introduction de Finnur Jónsson p. XIII. Étymologies, livre I, ch. XLII, P. L. 82, 122-123.

10 P. L. 82, col 123 : « De Primis auctoribus historiarum ». « Historiam autem primus apud nos Moyses de initio mundi conscripsit. Apud gentiles vero primus Dares Prygius de Graecis et Trojanis historiam edidit, quam in foliis palmarum ab eo conscriptam esse ferunt. Post Daretem autem in Graecia Herodotus primus historicus habitus est. Post quem Pherecydes claruit iis temporibus quibus Esdras legem scripsit. » Le texte norrois évoque également Hérodote et Phérécyde, noms qu’il a sans doute tirés d’Isidore ; les commentaires sur la nature de leur activité ne figurent pas chez Isidore ; le passage n’a pas de correspondant dans le De Imagine Mundi, sauf erreur, ce qui prouve, soit que le rédacteur norrois suivait les deux concurremment, soit qu’il travaillait sur un modèle qui combinait les deux sources, soit encore qu’il a enrichi son modèle de commentaires propres. Les trois solutions ne sont bien entendu pas exclusives les unes des autres.

11 Honorius, De Imagine Mundi, Livre I ; Hb p. 154. Voir les remarques de F. Jónsson, Hb, introduction, p. CXVI. Finnur Jónsson n’insiste peut-être pas assez sur le fait que le texte norrois est différent du texte latin : la rédaction norroise est très fortement résumée à certains endroits (le chapitre XI, col. 122-123, par exemple, ou encore la liste des animaux merveilleux, chapitre XII-XIII, col. 123). Elle ajoute (ou comprend) également, pour chaque région du monde, une phrase relative à son évangélisation. Concernant par exemple l’Inde : « a þetta Indialand for Bartholomeus postole » (« c’est dans ce pays, Indialand, que se rendit l’apôtre Bartholomeus ») ; concernant l’Assyrie et la Perse (« Assiria » et « Persidia ») : « þessi lond cristnade Tomas postole » (« ces pays furent chris par Thomas l’apôtre ») ; concernant les régions qui correspondent à notre Proche-Orient (« Serkland »), où sont détaillées toutes les étapes de l’apôtre Pierre. La question se pose de savoir si réellement ces paragraphes ont été augmentés par le rédacteur lui-même, ou bien s’ils ont connu une source intermédiaire.

12 Hb, p. 154-155.

13 À cet endroit, le rédacteur norrois ne suit pas fidèlement Honorius, chez qui le chapitre consacré à la Grèce se trouve placé après celui qui est consacré à la « Germanie ». Concernant le tableau des terres septentrionales, il ne le suit même plus du tout. Honorius parle de la « Scythie inférieure » où se trouvent « Alania », « Dacia » et « Gothia », de la « Germanie Supérieure » dans laquelle il place entre autres les terres germaniques et la France Orientale, et la « Germanie Inférieure », avec les deux régions « Dania » et « Norvegia ». Le rédacteur norrois quitte ici sa source et rejoint la toponymie de Snorri : l’expression « magna Scythia » (« Svíþjód hin mikla », « la Grande Suède ») sert à établir le lien entre l’Asie et les terres du nord ; voir à ce sujet entre autres A. Heusler, art. cité p. 113 sq.

14 Hb, p. 155.

15 Art. cité, p. 112.

16 Tiras, fils de Japhet (Genèse, 10) que la tradition chrétienne de l’antiquité tardive présente comme l’ancêtre des peuples d’Occident, est l’aïeul des « Thraces » dans le livre XIV des Étymologies (PL 82, col. 505) et dans l’Imago Mundi (De Im. M. livre I, ch. XXVI, PL 172, col 128 ; Pour Augustus cependant, la Thrace est « a Tras filio Japheths dicta ») ; dans le premier livre de la chronique de Frédégaire (Monvmenta Germaniae Historica, Scr. Rer. Merov. t. II, éd. Bruno Krusch, p. 21), la leçon est la même, ainsi que dans l’Historia Britonum, (Faral, La légende Arthurienne, vol. III, « documents », texte harléien, chapitre 18, p. 17).

17 MGH t. II, op. cit., p. 46.

18 Histoire des Rois de Norvège, par Snorri Sturluson, première partie, traduction, introduction et notes par F-X Dillmann, Paris, Aube des Peuples, 2000, p. 56 et p. 63.

19 Hb, p. CXVIII sq. ; Homilies of Aelfric. A Supplementary Collection, ed. J. C. Pope, Early English Texts Society, 1967 ; Caspari, Martin von Bracara’s Schrift De Correctione Rusticorum, Christiania 1883, p. CXXII ; concernant cette discussion, je me permets de renvoyer à mon article « L’utilisation et l’interprétation des mythes païens par les écrivains islandais du Moyen Âge », à paraître dans les actes du colloque de Brest « Vérité poétique, Vérité politique » (septembre 2005). Les deux contributions se veulent complémentaires.

20 Homilies of Aelfric, op. cit., p. 682 ; au v. 135 est mentionné Mercurius, dont on précise au vers 140 qu’il est appelé Odin en « langue danoise » (« Óđon geháten ođrum naman on Denisc »). L’influence probable de Bede, et, à travers lui, de l’Historia Britonnum, sur les ouvrages historiographiques islandais pourrait à elle seule justifier la familiarité islandaise avec ce syncrétisme. Odin est en effet traditionnellement placé au sommet de toutes les généalogies anglo-saxonnes.

21 MGH, Scr. Rer. Langobardicarum et Italicarum, saec. VI-IX, Paulus Diaconus, Historia Langobardorum (éd. L. Bethmann et G. Waitz), lib. I, c. 9 : « Wotan sane, quem adiecta littera Godan dixerunt, ipse est qui apud Romanos Mercurius dicitur et ab universis Germaniae gentibus ut deus adoratur ; qui non circa haec tempora, sed longe anterius, nec in Germania, sed in Graecia fuisse perhibitur » ; référence identifiée par mes prédécesseurs. Voir à ce sujet A. Heusler, art. cité, p. 148.

22 Hb, p. 238.

23 Il faut bien entendu garder en tête que le De Excidio Trojae était fréquemment interpolé de nombreux autres récits « troyens » (Dictys, l’Iliade Latine, commentaires serviens ou réminiscences ovidiennes). Sur la nature des interpolations qu’ont connues les versions norroises de l’Histoire de la Destruction de Troie, voir les études de Jonna Louis-Jensen en introduction des deux volumes de son édition de la Saga des Troyens, Trójumanna Saga, Copenhague, 1963, vol I, et 1981, vol. II. En l’occurrence, on ne sait pas si Haukr a lui-même interpolé le texte « troyen » et si oui, à partir de quel moment. Le texte de Darès s’ouvre, rappelons-le, sur l’épisode des Argonautes, l’Éphéméride sur la réunion des rois de Grèce en Crète (Récits Inédits sur la Guerre de Troie, traduits et commentés par G. Fry, Paris, Belles-Lettres, Roue à Livres, 1998, réédition 2004).

24 Trójumanna Saga, éd. J. Louis-Jensen, op. cit., p. 3.

25 Littéralement « mer de Jérusalem ».

26 Trójumanna Saga, p. 5.

27 C’est le modèle historique adopté par Diodore de Sicile. Dans son prologue au livre IV de la Bibliothèque Historique, Diodore défend le choix de rapporter l’histoire des « héros », « demi-dieux » et « hommes de bien » antérieurs à l’époque, traditionnellement initiale chez les historiens grecs, des Héraclides. Selon lui en effet, la postérité de ces figures s’explique par la reconnaissance des hommes pour leurs bienfaits. (Bibliothèque Historique de Diodore de Sicile, livre IV, XLII, éd. Ferdinand Hoefer, Paris, 1846). Ce point de vue, si Haukr l’a trouvé résumé dans une de ses lectures patristiques, est compatible avec un évhémérisme étendu à une plus vaste période ; il expliquerait aussi pourquoi le motif des bienfaits de Jupiter est développé avec tant d’insistance.

28 Un paragraphe assez long exploite le thème de la trinité, évoquant la division de l’empire en trois (le ciel revient à Jupiter-Thor, la terre à Neptun et les enfers à Pluto) : chacun des fils possède un attribut rappelant cette trinité, thème dont il est précisé que Saturne avait remarqué l’efficacité sur ses contemporains.

29 Diodore distingue nettement deux Jupiter, l’un, fils de Saturne roi de Sicile, et l’autre, frère d’Uranus et roi de Crète (Bibliothèque Historique de Diodore de Sicile, op. cit. livre V, XLII). Il semblerait que l’histoire de « Krita-Þór » ait emprunté des éléments aux deux Jupiter : fils de Saturne roi de Crète, il affronte les fils de Titan et les précipite dans le mont Etna.

30 Cicéron, De Natura Deorum, l. III, § xxi. Mentionnant le « Thor » troyen du prologue de l’Edda de Snorri, Anthony Faulkes considère que cette leçon est déroutante : son association avec les figures troyennes génère une incohérence, si on considère que, dans les généalogies traditionnelles, Thor est postérieur à Odin (art. cité, p. 101). Si l’on appliquait ces remarques au prologue de Haukr, on pourrait, au contraire, y voir un moyen de rétablir le motif de la pluralité des figures, sachant que le Sicilien et le Crétois étaient déjà, par ailleurs, fondus en un seul.

31 Que faire de la division de l’univers (ciel, mer et enfers) entre les trois fils de Saturne ? Ou de leurs attributs (le trident, la foudre aux trois éclairs, le chien à trois têtes…) ?

32 Hb, p. 504.

33 Ce décompte présente des analogies évidentes avec le prologue évhémériste de l’Edda en Prose.

34 Voir à ce sujet l’article de A. G. Van Hamel, « The Old Norse Version of the Historia Regum Britanniae and the Text of Geoffroy of Monmouth », Études Celtiques, I, 1936 (Van Hamel travaille essentiellement à partir du texte Hb de la Saga des Bretons), Kenneth Sisam, « Anglo-Saxon Royal Genealogies », dans Proceedings of the British Academy, 1953, p. 287-348, ainsi que l’article cité de A. Faulkes.

35 K. Sisam, art. cité, p. 309.

36 Voir par exemple dans le roman d’Enéas, éd. J. J. Salverda de Grave, t. 2, Paris, Champion, 1983, v. 6400 sq.

37 Hb., p. 237 ; sauf erreur, Sigurd Jorsalfar régna sur la Norvège dans les premières décennies du xiie siècle, il n’est donc pas exactement contemporain du Plantagenêt. Il s’agit soit d’une erreur de quelques décennies, soit d’une référence à un autre Henri.

38 Article cité. Van Hamel suppose des emprunts à des chroniqueurs comme Henri de Huntingdon, concernant la fin de la Saga des Bretons, qui poursuit les listes royales bretonnes par la liste des rois saxons.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540