Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

3e partie. Transmission de la parole et génétique textuelle

Le Bon Chevalier sans Peur, Brunor, Dinadan et Drian : un lignage détonnant !

Barbara Wahlen

Texte intégral

  • 2 Le Roman de Tristan en prose, éd. par Renée L. Curtis, t., Leiden, E. J. Brill, 1976, § 637, p. 21 (...)
  • 3 Les éditions de référence sont : les trois tomes édités par Renée L. Curtis (t. 1, München, Max Hu (...)
  • 4 Nom que nous attribuons, à la suite du manuscrit British Museum, Add. 12228, à la première partie (...)

1À Arthur qui exige de lui, pour pouvoir l’adouber, de connaître ses origines, Brunor, le Vallet à la Cotte Maltaillée, rétorque, indigné : Coment ! sire, il m’est avis que vos me volez faire chevalier par linaige, et non mie par cortoisie qui soit en vos ne por bonté que vos esperez en moi2. S’il refuse de donner des détails sur sa naissance, le valet ne tarde pas, en tuant le lion échappé, à apporter aux yeux de tous la preuve éclatante de sa noblesse de cœur et de son mérite personnel. Tout au long du roman, le Tristan en prose3 restera avare en renseignements sur le lignage du bachelier : on apprendra seulement que son père a été tué dans cette fameuse cotte qu’il refuse obstinément d’enlever avant de l’avoir vengé et, bien plus tard, qu’il a un frère qui n’est autre que Dinadan, qui deviendra le fidèle compagnon de Tristan. Ce n’est qu’au fil des textes que le lignage s’étoffe et se précise. Quelques années après le Tristan en prose, l’auteur du Roman du roi Meliadus4 suit la ligne de l’ascendance prestigieuse de Tristan et de ses compagnons et crée ainsi un père à Dinadan et à Brunor ou, plutôt, il donne un nom et un passé à ce mystérieux père assassiné : il s’agit du Bon Chevalier sans Peur, roi d’Estrangorre, de son vrai nom Brunor le Noir. Puis, bien plus tard, au début du xve siècle, le roman d’Ysaÿe le Triste invente un fils à Dinadan, Drian, le frère de lait d’Ysaÿe, le fils de Tristan et Iseut.

  • 5 Cf. respectivement Emmanuèle Baumgartner, « Sur quelques constantes et variations de l’image de l’ (...)
  • 6 Cf., entre autres, les articles parus dans Cyclification : the development of narrative cycles in (...)
  • 7 Sur cette analogie, cf. le bel article d’E. Baumgartner, « Une structure arborescente : les proses (...)

2Racontant, respectivement, les aventures de la génération des pères et de celle des fils des chevaliers de la Table Ronde, le Roman du roi Meliadus et Ysaÿe le Triste revendiquent explicitement, dans leur prologue, leur filiation avec le Tristan en prose et annoncent leur volonté de combler ses lacunes, le premier en amont, le second en aval5. Les deux romans ménagent ainsi une continuité chronologique avec leur pré-texte, par le biais des prolepses pour le Roman du roi Meliadus, des analepses pour Ysaÿe le Triste, du retour des personnages, mais aussi et surtout par une écriture généalogique. Celle-ci représente en effet pour les continuateurs un procédé simple et commode pour inscrire leur récit puîné dans un univers diégétique déjà préformé et balisé, pour le renoveler, le saturer ou le prolonger6. Autrement dit, et pour filer la métaphore commune à la généalogie et au vocabulaire de la technique littéraire médiévalen7, le principe généalogique permet aux écrivains d’enter leur surgeon tardif sur un arbre à la ramée déjà bien touffue.

Les greffons : Brunor et Dinadan

3Dans le Roman du roi Meliadus, Tristan et Palamède ne sont encore que des enfants, quant à Dinadan et Brunor, ils n’interviennent pas directement dans la trame romanesque et restent cantonnés au discours proleptique ; dans Ysaÿe le Triste, Tristan meurt dans les premières pages du roman, quelques analepses évoqueront encore son souvenir ; quant à Dinadan il se distingue dans son rôle de père par son absence. Si les deux romanciers suppriment Tristan, Lancelot, Dinadan et Brunor comme personnages à part entière du récit, ils les réinstaurent comme modèles et types. Ils constituent l’étalon grâce auquel le lecteur pourra mesurer à leur juste valeur la prouesse et la renommée des nouveaux venus.

  • 8 Cf. Renée L. Curtis, « A Romance within a Romance : the place of the Roman du Vallet a la Cote Mal (...)
  • 9 E. Baumgartner, La Harpe et l’Épée. Tradition et renouvellement dans le Tristan en prose, Paris, S (...)
  • 10 Respectivement, Tristan en prose, I, 49-58 ; C. II, 660 ; C. II, 665 ; C. III, 674.

4Telle n’est pourtant pas la première impression qu’a le lecteur du Tristan en prose : Brunor et Dinadan y sont les représentants d’une chevalerie moyenne qui remplit scrupuleusement ses devoirs, qui fait preuve de vaillance, mais qui connaît également ses limites. Les deux frères, chacun à leur manière, introduisent une voix discordante dans le concert des voix arthuriennes. Dans La Harpe et l’Épée, Emmanuèle Baumgartner montre que l’insertion de l’histoire du Chevalier à la Cotte Maltaillée, roman dans le roman8, et le détournement des motifs traditionnels du Bel Inconnu et de la Demoiselle Médisante qu’il met en scène, induisent la remise en cause d’une des composantes fondamentales de l’idéologie chevaleresque et courtoise : le rôle du discours et du regard féminin sur la prouesse du chevalier9. Reste que, dans cette première partie du roman, les revers subis par le fougueux débutant sont plus nombreux que ses succès : Brunor se rêvait nouveau Lancelot, mais c’est bien ce dernier qui triomphe des aventures de Sorelois ; Bliobléris, Palamède, les chevaliers du Chastel Orgueilleus le désarçonnent sans trop de difficultés10.

  • 11 Cf. Tristan en prose, VII, 212.
  • 12 Cf. Janina P. Traxler, « An Analysis of Brunor in the Prose Tristan », Tristania XII (1986-1987), (...)

5Mais Brunor, c’est aussi le Chevalier à l’écu Vermeil, celui qui, à la fin du roman, parvient à concilier sa passion pour Yseut avec une loyauté à toute épreuve envers Tristan. Le discours féminin n’informe peut-être plus la prouesse du chevalier, mais c’est bien l’amour, un amour à sens unique, qui transforme le bel inconnu en héros et en modèle ! Si les autres protagonistes sont marqués par le pessimisme d’un amour mortifère, Brunor prône et incarne une conception sublime de la chevalerie et de l’amour de loin, car cet amour, qu’il sait sans espoir, loin de le consumer comme un Kaherdin, exalte sa prouesse et nourrit son talent poétique pour en faire un double de Tristan. N’est-il pas aussi celui qui revendique mieux que nul autre la sincérité de son chant, l’adéquation de la parole poétique et des sentiments, refusant de chanter les lais qu’il n’a pas composés et affirmant l’impossibilité de dire l’amour d’un autre11 ? La grandeur et l’originalité de Brunor est in fine de prôner et de mettre en œuvre résolument, et parfois avec obstination, une conception sublime de la chevalerie, de l’amour et de l’idéal poétique. Son comportement exemplaire dénonce en creux les manques de ses adversaires et de ses compagnons d’errance, en particulier de Tristan12.

  • 13 D’où l’abondante littérature qui lui est consacrée et qui témoigne de la fascination qu’exerce ce (...)
  • 14 Tristan en prose, IV, 153.
  • 15 Ibid., IV, 82.

6Dinadan, au contraire, se sert du registre comique pour stigmatiser les contradictions de ses compagnons et dénoncer l’amour mortifère qui les ronge. Personnage plus déroutant, qui cultive volontiers le paradoxe13, il est, selon sa formule devenue célèbre, uns cevaliers errans ki cascuns jour vois querant14 le sens du monde. Observateur lucide et sarcastique de la chevalerie, mais aussi admirateur de la prouesse de Tristan et de Lancelot, Dinadan dénonce l’illusion de la vaine gloire, la stérilité de ces combats qui tournent à vide, l’absurdité des coutumes qui font que les meilleurs chevaliers s’entretuent au lieu d’accomplir la mission qui leur incombe. De même, il proteste contre les ravages de l’amour-passion, qui exacerbe la jalousie, nourrit la violence et détruit les meilleurs chevaliers. À cet amour aliénant et mortifère, il oppose un amour insouciant et inconstant, un amour qui l’a toujours rendu rians, gais, envoisiés15. Mais tout ceci est bien connu et a fait couler beaucoup d’encre ! Le but de cette étude n’est pas de proposer une énième analyse de Dinadan dans le Tristan en prose, mais plutôt de s’intéresser à la fabrique du personnage.

  • 16 Cf. Pierre Legendre, L’ inestimable objet de la transmission. étude sur le principe généalogique e (...)
  • 17 Cf. Didier Lett, « “L’expression du visage paternel”. La ressemblance entre le père et le fils à l (...)

7La lignée prolonge et affilie, elle fonde et perpétue. Notre imaginaire se construit sur le fantasme d’une parfaite continuation de la figure paternelle dans le fils : tel père, tel fils ; le même succède au même16. La croyance en l’existence de ce déterminisme familial est profondément ancrée dans notre culture judéo-chrétienne17. Produire de la filiation en inventant un père ou un fils, c’est générer un autre à partir du même, c’est faire circuler les vertus et les défauts de l’un à l’autre. Il s’agit donc de mettre en lumière les jeux d’harmoniques et de dissonances qui ont présidé à l’invention de ces tard venus. Quelle est leur part d’emprunt et de recréation ? De quelle lecture de Dinadan ou de Brunor témoignent-ils ? Il s’agit aussi d’analyser les mutations de sens induites par ces transferts et de s’interroger sur les glissements idéologiques dont ils témoignent.

Du père au fils ou l’impossibilité de faire d’un bruhier un esprivier

  • 18 Cf. les éclairantes analyses de P. Victorin, op. cit., en part. p. 137-161.
  • 19 Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien. Étude et textes, Genève, Droz, 1996, p. 258.
  • 20 Cf. Jane H. M. Taylor (« The Fourteenth Century : Context, Text and Intertext », in Norris J. Lacy(...)
  • 21 Ce proverbe est d’origine biblique (Math. 7, 17-20) ; cf. aussi Proverbes français antérieurs au x (...)
  • 22 Ysaÿe le Triste, § 36.
  • 23 Car le lait, comme le sang, est un vecteur de ressemblance (physique ou morale) : cf. D. Lett, op. (...)
  • 24 Ysaÿe le Triste, § 36.

8C’est dans Ysaÿe le Triste que le décret du sang joue le rôle narratif et idéologique le plus important18. En tant qu’outil narratif de création romanesque, le lignage permet à l’auteur de briser « la géométrie du cycle19 », de faire sauter le verrou de la fin du monde arthurien, selon une écriture de type « extensionnel20 », tout en assurant la continuité chronologique et idéologique. De sy bon arbre ne peut issir mauvaise semenche21, s’exclame Arthur en apprenant que Tristan a peut-être un fils. Autrement dit, Tristan et Iseut ne peuvent donner naissance qu’à un très bon chevalier. Le lignage est, dans ce roman, une garantie de valeur et surtout de vertus. La naissance prédestine, elle exclut le hasard ! Or, il apparaît très vite que, pour l’auteur d’Ysaÿe le Triste, l’arbre qui a donné naissance à Drian ne possède que peu de vertus. Sa mère, Bise, est la fille d’ungs grans ribaux vilains22 et la nièce de l’ermite Sarban, à qui Iseut a confié son fils. Sarban l’a engagée comme nourrice d’Ysaÿe, mais chaque nuit les fées font vomir l’enfant de peur que les tares de la mère de Drian ne se transmettent au nourrisson23. Bise élève son fils seule, sans la présence du père dont elle brosse un portrait peu flatteur : elle l’accuse d’avoir oublié son fils, le traite de larron et proclame que si elle garde l’enfant, c’est pour l’amour de son oncle24, le Chevalier à la Cotte Maltaillée, car celui-ci est bien plus loyaux que Dinadan.

  • 25 Ysaÿe le Triste, § 218.
  • 26 Ibid., variante d’un proverbe attesté ; cf. Proverbes français, éd. cit., n° 965.
  • 27 Voici, par exemple, ce que Tronc dit à Bison qui, pour séduire Marte, a pris les armes d’Ysaÿe : B (...)
  • 28 Il n’intervient que dans une vingtaine de paragraphes dans un roman qui en compte plus de 600 ; cf (...)
  • 29 P. Victorin, op. cit., p. 149.
  • 30 Francesco Zambon, « Dinadan en Italie », Arthurian Literature, XIX, 2003, p. 153-163.

9Les lois du déterminisme familial, que le roman ne cesse de thématiser dans ses premières pages, et la présentation de la mère ne laissent guère planer de doutes sur le fruit des amours de Dinadan : fils d’un larron et petit-fils, par le lignage maternel, d’un ribaud, Drian ne peut faire qu’un piètre chevalier. Pire, tout au long de sa courte carrière chevaleresque, il multiplie les ruses pour éviter les combats. Passé maître dans la mauvaise foi, il joue à cache-cache avec ses adversaires, multipliant les stratégies dilatoires, fuyant à l’occasion. Autant d’épisodes cocasses qui, comme certaines aventures du nain Tronc, entraînent le récit sur les voies obliques du burlesque et du fabliau. S’il prend l’habit de convers, c’est parce qu’il ne peut endurer lez paines que chevaliers endurent25. Arguments parfaitement et strictement matérialistes qui témoignent d’un refus délibéré de vivre dangereusement et qui fait dire au nain Tronc que l’on ne feroit ja mais de bruhier esprivier26. Nature passe norreture ! La couardise, comme la prouesse et la traîtrise, sont bien dans Ysaÿe le Triste une affaire de lignage27. Drian est un personnage entièrement comique, sans grande influence sur la trame romanesque28, bien plus transparent que son père. Comme l’a montré Patricia Victorin, l’auteur fait du fils de Dinadan un double burlesque de son héros, ses aventures offrant un contrepoint comique aux exploits répétitifs d’Ysaÿe29. C’est sa couardise qui motive ses actions et s’il critique la chevalerie, c’est pour excuser ou dissimuler sa lâcheté. C’est sa couardise, et non sa foi, qui le mène à la vie monacale et à se retirer dans un ermitage, meilleur moyen d’éviter les combats et les railleries. Drian n’est qu’un avatar dégradé de son père, il incarne le degré zéro de la chevalerie. Implicitement se dégage une lecture caricaturale de Dinadan qui l’assimile au type littéraire du couard, lecture qui, si l’on en croit Francesco Zambon, rejoint celles des remanieurs italiens, en particulier dans la Tavola Ritonda, qui opèrent une « réduction comique » analogue30.

  • 31 Le personnage du Bon Chevalier sans Peur est un personnage récurrent dans les différentes versions (...)
  • 32 La Devise des armes des chevaliers de la table ronde…, éd. Benoist Rigaud, 1590, p. 144, réimpr. P (...)

10Tout autre est la lecture qui a présidé à la création du père de Dinadan, puisque le grand-père de ce couard invétéré de Drian n’est autre que le Bon Chevalier sans Peur31, dont on peut bien prendre [le] surnom pour significateur de grande seureté et hardiesse, car iamais n’eut paour ce bon Chevalier en toutes ses conquestes & beaux faicts32.

Des fils au père ou la filiation à rebours

  • 33 Nous citerons le texte d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 350, sur lequel s’appuie l’analyse de R (...)
  • 34 Tristan en prose, IV, 187-241.

11Dans le Roman du roi Meliadus33, le lignage fait couler ses vertus des fils aux pères. Meliadus est le prolongement rétroactif de Tristan, le roman le dote d’un parcours chevaleresque et des qualités poétiques dignes de son fils. Il le montre inventant le lai arthurien ; on le voit chanter son amour pour la femme d’un autre, l’enlever, puis être obligé de la restituer. Son combat contre le prince saxon Ariohan, apogée de sa carrière chevaleresque, réécrit et préfigure celui de Tristan contre Héliant34, lui aussi champion des Saxons, et met un terme provisoire à l’invasion des ennemis héréditaires d’Arthur. Si l’on accepte de jouer le jeu que nous propose le romancier et de considérer rétrospectivement Tristan à la lumière de son père, il faut bien le concéder, Tristan n’est le meilleur chevalier du monde que parce Meliadus était l’un des deux meilleurs chevaliers de son temps ! Et quoi de plus logique que le fils de l’inventeur du lai arthurien soit un poète et un harpeur accomplis. On retrouve là le principe de l’atavisme littéraire, doublé d’un processus de gradation : Tristan est et restera un meilleur chevalier que son père. Comme l’annonce une prolepse, Meliadus

  • 35 BN fr. 350, fol. 51d.

ne fu mie de toutes choses si acomplis com fu li fiex, che aloient recordant pour voir chil qui virent l’un et l’autre, mais sans faille che fu li plus biaux chevaliers qui en lonc tens fust el roialme de Logres35.

12L’auteur du Roman du roi Meliadus n’a de cesse de le répéter, la renommée des pères restera inférieure à celle des fils : Tristan dépassera Meliadus, Palamède supplantera Esclabor et Lancelot éclipsera Ban.

13Cette loi ne souffre qu’une exception, qui certes confirme la règle, mais cette exception est de taille ! En effet, le narrateur enchaîne : et se li dui fill au Bon Chevalier sens Poor eussent esté si bon chevalier d’armes com fu lor peres, bien eüssent avancier Tristran. Autrement dit, nous pouvons reconstruire le syllogisme suivant : Tristan est un meilleur chevalier que son père. Or, si Dinadan et Brunor avaient eu la prouesse de leur père, ils auraient été de meilleurs chevaliers que Tristan. Donc, leur père, le Bon Chevalier sans Peur est le meilleur chevalier, meilleur que ses fils, mais aussi meilleur que Meliadus et Tristan. Le narrateur ne dénigre pas pour autant les qualités des fils, au contraire. Ce qu’il retient de Dinadan, c’est sa sagacité et son amour pour Tristan, en prenant soin de préciser que, s’il ne fut aussi prodom com fu li peres, il fut cependant un des bons chevaliers. Mais il insiste surtout sur les qualités de son frère :

chil valut, cil fu bien des meillors del monde, cil resembla auques a son pere de sa proueche et de hardement. […]. Cil ama la roine de Cornouaille, madame Yselt, de tout son cuer. Cil trouva chant, chil trova notes, chil trova lays et sens et vers, chil trova bien et canta, et bien fu chevalier de proece. (BnF fr. 350, fol. 51d)

  • 36 Cf. R. Lathuillère, op. cit., p. 526. Le Roman du roi Meliadus ne donne pas le nom de baptême du B (...)
  • 37 De même que, dans le Lancelot-Graal, le port du nom et du surnom paternel valorise Bohort au détri (...)

14Le portrait de Brunor qui s’ébauche ainsi à travers cette prolepse correspond au Brunor de la fin du Tristan en prose, non plus le bachelier sympathique qui doit affronter les sarcasmes de la Demoiselle Médisante, mais le Brunor transfiguré par son amour pour Iseut, capable d’affronter avec succès les aventures les plus périlleuses et qui est passé maître dans l’art de jouer aux échecs et de composer des lais. Cette préférence pour Brunor est confirmée par le choix du nom de baptême du Bon Chevalier sans Peur, qui s’appelle « en son droit nom Brunor le Noir36 ». Le retour du nom propre vaut bien sûr comme un gage de continuité. Mais donner le même nom et le même surnom au père est aussi une façon de valoriser rétrospectivement Brunor au détriment de Dinadan37.

15La figure du Bon Chevalier sans Peur est introduite dans le roman par le biais d’un des nombreux récits métadiégétiques. Il s’agit d’une joute oratoire qui oppose Pharamond, le roi de Gaule, au Morholt d’Irlande. Pharamond commence ainsi son récit :

[…] en la Marche de Gaulle et de la Petite Bretaigne avoit un povre chevalier qui povres estoit de la richeté del monde, mais il estoit de si haute chevalerie et de grant hardement qu’il ne trovoit onques le cors d’un sueill chevalier qui l’osast atendre ne de jouste ne de bataille se ce n’estoit solement le cors le roi Melyadus de Loenoys. […] Et qu’en diroie ? Pour la haute chevalerie que nous saviom en lui et pour la grant merveille que nous li aviom ja veü feire par maintes fois, l’apelyom le Chevalier sens Poour. (BN fr. 350, fol. 20c)

  • 38 Jamais ne fist semblant paoureux et pource fut il surnommé sans paour (Devise des armes des cheval (...)

16Ce rapide portrait résume parfaitement les principales caractéristiques du personnage : le père de Dinadan et de Brunor se distingue essentiellement par sa perfection chevaleresque, constitutive de son être même et qui est inscrite dans ce surnom qui lui sert de nom et qui est le point d’ancrage de son renom : il est le bon chevalier qui jamais n’a peur38. Il est aussi et surtout celui qui s’est fait tout seul. Mieux encore que son fils, le Chevalier à la Cotte Maltaillée, il prouve que c’est la bonté de cor qui fait le chevalier et non le lignage car, comme l’écrira, quelques années plus tard, Jean de Meun :

  • 39 Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Armand Strubel, Paris, LGF, « Lettres Gothiques », 1992 (...)

Noblece vient de bon corage,
Car gentillece de lignage
N’est pas gentillece qui vaille39.

17Dans le Tristan en prose, Palamède, dans un passage souvent cité, déplore combien il est difficile de se faire respecter en tant que chevalier, lorsque l’on n’est pas issu d’un lignage prestigieux, lorsque l’on n’a pour soi que son seul mérite :

Je suis uns povres cevaliers de petite cevalerie, jou ne sui pas estrais de rois conme vous estes. [il s’adresse à Lancelot et à Tristan] Onques n’ot en moi jentillece, se d’aventure ne me vint. Je sui tous estrais de vilains et vous de rois. (Tristan en prose, VII, 144)

  • 40 Tristan en prose, VII, 144.
  • 41 Ludwig, XV. 6, fol. 2c.
  • 42 BnF fr. 350, fol. 43b. Les modestes origines du Bon Chevalier sans Peur et le don du royaume d’Est (...)
  • 43 Sur la dévalorisation du statut royal par rapport à la condition de chevalier dans le Tristan en p (...)

18Selon lui, Lancelot et Tristan, fils de rois, ont reçu à la naissance gentillece et prouesce, sens et valour et noblece40. Ils ne font que leur devoir en étant les meilleurs chevaliers et leur mérite est donc tout relatif. Pour le lecteur du Roman du roi Meliadus, ces propos du chevalier païen sont surprenants, puisque Esclabor, son père, est un gentil home paien, […] a merveille preu et fort41. Il semble que le prosateur ait choisi de transférer le motif de l’humble origine non pas sur le père de Palamède, mais bien sur le Bon Chevalier sans Peur, exploitant les remontrances de son fils à Arthur dans le Tristan en prose. Quoi qu’il en soit, son parcours est une réponse à cette proclamation de foi orgueilleuse, mais désabusée, de Palamède en la dignité de la chevalerie. Non seulement il s’est fait tout seul, comme le chevalier païen, mais sa supériorité aux armes, sa bravoure et sa loyauté à toute épreuve, ont été reconnues et enregistrées par la plus haute promotion sociale, puisque le roi Uterpendragon lui a fait don du royaume d’Estrangorre com il apartient a la hautece de sa chevalerie42. Qu’il n’ait jamais porté couronne et qu’Arthur décide de le couronner bien des années plus tard montre d’une part son peu de considération pour la royauté – la chevalerie est et reste, comme dans le Tristan en prose, la valeur célébrée43 – et de l’autre, l’admiration du roi Arthur, instance de sanction suprême, pour la chevalerie et pour notre personnage. À travers lui, le roman donne une représentation idéalisée du pouvoir d’intégration de la chevalerie et de la fonction égalisatrice de la prouesse, célébrant une éthique du mérite individuel qui conduit à la reconnaissance et à une égalité idéale. Il célèbre la prouesse pour la prouesse, une violence gratuite qui n’est mise au service d’aucune cause, si ce n’est celle de l’honneur personnel et de la quête du toujours provisoire titre de meilleur chevalier du monde. L’on pourrait multiplier les exemples, on se contentera d’un seul qui illustre parfaitement les techniques de filiation intertextuelle qui président à la fabrique du personnage et les mutations de sens induite par ces transferts.

Sur les traces de Lancelot à la Douloureuse Garde

  • 44 BnF fr. 350, fol. 43d.
  • 45 Cf. en particulier l’épisode de la Vergoigne Uter dans le Tristan en prose (I, 130-138) : dans les (...)
  • 46 Sur cet épisode, cf. Daniel Poirion, « La Douloureuse Garde », in Jean Dufournet, dir., Approches (...)

19Sur le chemin du tournoi du Pin du Géant, le Bon Chevalier et le Morholt arrivent devant un château très élevé, appelé la Dolerouse Garde, car a dolor i sont gardé tuit chil qui pris i sont44. Le Morholt explique la coutume vengeresse à son compagnon : trente ans plus tôt, Uter, le père d’Arthur, a tué son vassal, le seigneur du château. Pour se venger, ses enfants ont alors fortifié l’édifice et l’ont rempli de maléfices. L’analepse étiologique ancre le récit dans la pré-histoire arthurienne et tisse des liens intra-et intertextuels avec les autres mauvaises coutumes, initiées par le roi Uter45 et l’épisode fondateur du Lancelot en prose46.

  • 47 BnF fr. 350, fol. 44b et Lancelot en prose, éd. par Alexandre Micha, t. VII, Genève, Droz, 1980, X (...)
  • 48 Cette demoiselle lui demandera par un don contraignant la tête du premier défenseur et lui promett (...)
  • 49 Cf. Bénédicte Milland-Bove, Figures de l’aventure, figures du récit : les demoiselles dans les rom (...)

20Le régime de la réécriture ressortit tantôt de l’adéquation, tantôt de la surenchère. Le château est construit sur une haute roche au pied de laquelle couroit le Hombre, aigue grant et parfonde, et de l’autre part del chastel sourdoient plus de. XL. fontainnes47. Comme Lancelot, le Bon Chevalier rencontre une demoiselle éplorée dont l’ami vient d’être tué48. Son premier adversaire sort par la même poterne et lui demande de combattre au bas du tertre. En revanche, il n’y a plus deux, mais trois enceintes à franchir, chaque porte étant toujours gardée par dix chevaliers. La coutume elle-même est simplifiée, réduite à sa stricte composante chevaleresque : nulle évocation du cimetière ni des enchantements. Surtout l’aventure ne se déroule plus sous le regard féminin : Lancelot était guidé et quasiment manipulé par la demoiselle du Lac49, ce rôle est dévolu au Morholt. C’est le regard masculin du chevalier, compagnon d’armes ou adversaire qui, dans le Roman du roi Meliadus, informe et évalue la prouesse, qui en assure la renommée et la propage dans ces joutes oratoires, véritables jeux-partis, qui constituent une part essentielle du roman et dont l’enjeu est toujours le titre de meilleur chevalier du monde.

21Mais revenons à l’aventure. Le savoir intertextuel du lecteur, mobilisé par le toponyme, est conforté par la rumeur locale, rapportée par le Morholt :

  • 50 Cf. les paroles de l’ermite à Gauvain, dans le Lancelot en prose, qui utilise pratiquement les mêm (...)

Li anchien home l’aferment, que li fil au roi mort de dueill doit ceste aventure acomplir et enterra par forche d’armes dedens le chastel, mais devant que cil i entre n’i enterra nus. (BnF fr. 350, fol. 43d)50

22Cette parole ancestrale est accréditée un peu plus loin par une prédiction de Merlin, rapportée cette fois par le Bon Chevalier sans Peur :

  • 51 Correction d’après Ludwig XV. 6, fol. 66c, « conquis… Garde », omis (saut du même au même).

Celui jour meesmes, que le Chastel de la Dolerouse Garde sera [conquis par le cors d’un seul chevalier, sera Cornuaille aquitee dou servage d’Yrlande et la Doloreuse Garde] sera torné en servage par. I. suel home et Cornouaille mise en francise par un autre. (BnF fr. 47c)51

23Cette double prophétie, comme la présence du Morholt sur les lieux de l’aventure fondatrice du Lancelot en prose, permet de conjoindre les hypotextes et les destinées de leur héros éponyme, tout en prétendant les anticiper et les motiver. Le jeu intertextuel est, on le voit, exhibé et la réécriture se donne à voir comme telle. Aucun doute possible : l’aventure est destinée à Lancelot, l’échec est donc programmé. Mais celui-ci est relativisé et n’altère en rien le statut héroïque du Bon Chevalier sans Peur, bien au contraire !

  • 52 BnF fr. 350, fol. 46b.

24Un, deux, trois adversaires… le Bon Chevalier se débarrasse facilement de ses contradicteurs. Pourtant, l’inquiétude du Morholt grandit, non pas qu’il craigne que son compagnon soit tué ou emprisonné, mais bien parce qu’ils ont un tournoi « sur le feu ». Le Bon Chevalier triomphe du quatrième, du cinquième et ce n’est qu’après avoir coupé la tête du septième chevalier qu’il consent enfin à partir. Et s’il est blessé par les quolibets de la foule qui lui reproche son départ, les paroles du Morholt ont tôt fait de le rasséréner : Ne seriés vous plus honis, se vous n’estiés au tornoiement que vous n’estes de lour parole ?, lui demande celui-ci. Certes, fet li Bon Chevaliers, ge ne vaudroie en nule guise que ge au tornoiement ne fuisse52. Il ne voudrait en effet pour rien au monde manquer l’affrontement contre Meliadus, son rival de toujours.

25La réécriture est significative, elle accuse l’infléchissement de l’idéal chevaleresque et sa perte de sens. Lancelot est un libérateur et un civilisateur, mission soulignée dans l’épisode de la Douloureuse Garde par l’offrande des clés, déposées sur l’autel de la chapelle, et le changement de nom du château. Surtout, Lancelot refuse systématiquement la qualification superlative de « meilleur chevalier du monde », alors que cette dernière est devenue le véritable moteur des actions du Bon Chevalier sans Peur et de Meliadus. Autrement dit, si le romancier pose Lancelot en modèle, ce n’est que pour mieux s’en démarquer, tout comme lorsqu’il compare la rivalité de ses héros à celle de Tristan et de Palamède :

Ensint com ge vous di, avoient grant envie l’un de l’autre. Voirement, il n’orent si mortel envie come Palamedes et Tristran : chil se haïrent moult lonc tens por les amors ma dame Yseut ; chist autre dui se haïrent solement por chevalerie. (BnF fr. 350, fol. 52d)

26 L’envie et l’émulation ne portent plus que sur la seule chevalerie, la composante amoureuse est totalement évacuée.

  • 53 La réécriture de l’épisode du pèlerinage de Charlemagne, tiré cette fois du Tristan en prose, mont (...)

27Le Bon Chevalier incarne à la perfection cette nouvelle chevalerie, sans prétention « célestielle », dont la prouesse n’a pas besoin d’être exaltée par l’amour car elle est consubstantielle au chevalier : elle est sa raison d’être et la fin ultime de son action53. On observe, comme dans le Tristan en prose, la multiplication de joutes chevaleresques dont la seule fonction semble être l’étalonnage des forces : prouesses gratuites, aussi stériles que meurtrières. Sauf qu’il n’y a pas de Dinadan pour s’élever contre ces pratiques et dénoncer leur vacuité ! Bien au contraire, puisque le plus illustre représentant de cette chevalerie errante qui a perdu de vue sa mission première – la défense des faibles et des opprimés – n’est autre que son père.

  • 54 Cedric E. Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le ma (...)
  • 55 BnF fr. 12597, fol. 7v-8r ; BnF fr. 1437, fol 16r-18r.

28Dans son étude de l’évolution du roman arthurien en prose, Cedric Pickford consacre quelques pages à notre bon chevalier54. Celui-ci est en effet devenu un véritable modèle à la fin du Moyen Âge. La compilation des romans arthuriens, copiée par Micheau Gonnot pour Jacques d’Armagnac, offre un portrait minutieux et détaillé du père de Dinadan. Ce portrait, que l’on retrouve dans La Devise des armes des Chevaliers de la Table ronde55, est d’autant plus remarquable, qu’il représente par sa longueur un cas isolé dans le manuscrit. Le compilateur insiste sur ses prédispositions physiques à l’équitation et aux maniements des armes. Comme dans le Roman de Meliadus, tout son être est tourné vers la chevalerie :

  • 56 BnF fr. 112, II, fol. 182b/c, cité par C. E. Pickford, op. cit., p. 218.

Si seoit si bien a cheval, et portoit si coinctement ses armez que c’estoit deduit de le veoir. Ne dançoit ne ne chantoit point. Nulz instrumens ne luy plaisoit ; mieulx eust aimé ung tournoy que oyr tous les instrumens du monde. Chasser n’aloit il point, se moult peu non. Tout son cuer estoit aux armes. […] Amoreux ne fut il gueres, autant il aimoit il l’une comme l’autre ; il prenoit son aventure la ou il la povoit trouver. Moult disoit de belles paroles quant il voloit. Si estoit hardi, et entreprenant estoit sur touz les hommes du siecle56.

29Le Bon Chevalier ne goûte guère les divertissements courtois et dédaigne tout ce qui pourrait le détourner du métier des armes. Qu’on est loin de Tristan, de Lancelot ou même de Brunor ! Mais ce portrait correspond bien au personnage mis en scène par le Roman du roi Meliadus. Il permet de constater combien l’auteur s’est émancipé du récit tristanien, à quel point la branche s’est éloignée du tronc ! Le compilateur ajoute toutefois un détail de poids, un trait de caractère que l’on ne trouve pas dans le roman du xiiie siècle. Le Bon Chevalier était :

large et habandonné […], tout donnoit aux bons chevaliers, car il les aimoit si parfaictement qu’il ne se povoit sauler de les regarder. Moult aymoit Dieu, et oyeoit son service.

30Le Bon Chevalier, modèle de chevalerie du xve siècle, ajoute donc la piété à ses qualités intrinsèques. On assiste là à un infléchissement significatif qui témoigne d’un changement de mentalité caractéristique de la fin du Moyen Âge. Ce qui pousse Cedric Pickford à le comparer à un autre chevalier sans peur et sans reproche, nettement plus tardif : le bon chevalier Bayard ! Mais ceci est une autre histoire…

31Pour construire la figure du Bon Chevalier sans Peur, l’auteur du Roman du roi Meliadus a emprunté à Brunor la prouesse et l’obstination, à Dinadan la sagacité et un goût certain pour les amours volages, mais il a plus particulièrement puisé à deux autres modèles, puisque le rival de Meliadus est aussi et surtout une émulation des contradicteurs de Tristan, de Lancelot son rival en renommée et en postérité et de Palamède, son rival en amour et en chevalerie. Quant à Drian, l’ultime chaînon, il témoigne d’une lecture comique de la personnalité complexe et problématique de Dinadan, réduite à sa dimension la plus caricaturale pour en faire un personnage digne des meilleurs fabliaux.

32Le personnage se crée donc à partir de l’intertexte lignager ; se réalise aussi, d’une génération à l’autre, un réseau d’associations qui place le lecteur dans le terrain de la mémoire littéraire, lui permettant de relier une œuvre à l’autre en suivant les traces d’une généalogie. Le Bon Chevalier sans Peur, Brunor, Dinadan et Drian : il s’agit là d’un lignage atypique et détonnant. Ce lignage est certes artificiel, car reconstruit de toutes pièces à travers des textes qui sont séparés par plus de deux siècles. À aucun moment, il ne joue de rôle en tant que lignage et pour cause. Reste qu’il présente un panel de tout ce que peut offrir la chevalerie arthurienne ou presque : Drian, son degré zéro, un couard qui n’est même pas beau ; Brunor, vaillant chevalier courtois, dont l’amour exalte la prouesse et le chant ; le Bon Chevalier sans Peur et sans reproches, parfait de nature, chevalier mondain dans le Roman du roi Meliadus, devenu un modèle de piété et de vertu à la fin du Moyen Âge, et Dinadan… définitivement inclassable et rétif à toutes les étiquettes !

Notes

2 Le Roman de Tristan en prose, éd. par Renée L. Curtis, t., Leiden, E. J. Brill, 1976, § 637, p. 217.

3 Les éditions de référence sont : les trois tomes édités par Renée L. Curtis (t. 1, München, Max Hueber Verlag, 1963 ; t. 2, Leiden, E. J. Brill, 1976 ; t., Cambridge, D. S. Brewer, 1985), qui donnent le début du roman ; les neuf tomes édités sous la direction de Philippe Ménard (Genève, Droz, 1987 à 1997). Le tome est indiqué en chiffres romains, suivi du paragraphe ; la mention « C. » signale qu’il s’agit de l’édition Curtis.

4 Nom que nous attribuons, à la suite du manuscrit British Museum, Add. 12228, à la première partie de Guiron le Courtois, c’est-à-dire aux paragraphes 1 à 48/49 de l’analyse de Roger Lathuillère (Guiron le Courtois. étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966). Les manuscrits d’origine italienne (Londres, British Museum, Add. 12228, Malibu, J. Paul Getty Museum, Ludwig XV. 6 et Venise, Bibliothèque Saint-Marc, fr. XV) copient le Roman du roi Meliadus pour lui-même, indépendamment de toute visée cyclique. Pour les scribes-éditeurs de ces manuscrits, ce roman, dans lequel, précisons-le, le personnage de Guiron le Courtois n’apparaît pas, renvoyait donc bien à un tout cohérent et faisait sens en lui-même.

5 Cf. respectivement Emmanuèle Baumgartner, « Sur quelques constantes et variations de l’image de l’écrivain (xiie-xiiie siècle) », in Michel Zimmermann, dir., Auctor & Auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), Paris, École des Chartes, 2001, p. 398-400 et Patricia Victorin, Ysaïe le Triste. Une esthétique de la confluence : tours, tombeaux, vergers et fontaines, Paris, Champion, 2002, en part. p. 100-104.

6 Cf., entre autres, les articles parus dans Cyclification : the development of narrative cycles in the Chansons de geste and the Arthurian romances, ed. par Bart Besamusca, Amsterdam-Oxford, North-Holland, 1994 et dans Sara Sturm-Maddox & Donald Maddox, eds, Transtextualities : of Cycles and Cyclicity in Medieval French Literature, Binghamton, SUNY, 1996.

7 Sur cette analogie, cf. le bel article d’E. Baumgartner, « Une structure arborescente : les proses du Graal », Littérales 5, 1989, p. 49-58.

8 Cf. Renée L. Curtis, « A Romance within a Romance : the place of the Roman du Vallet a la Cote Maltailliee in the Prose Tristan », in Sally Burch North, ed., Studies in Medieval French Language presented to Brian Woledge in Honour of his 80th Birthday, Genève, Droz, 1988, p. 17-35.

9 E. Baumgartner, La Harpe et l’Épée. Tradition et renouvellement dans le Tristan en prose, Paris, SEDES, 1990, p. 149-153.

10 Respectivement, Tristan en prose, I, 49-58 ; C. II, 660 ; C. II, 665 ; C. III, 674.

11 Cf. Tristan en prose, VII, 212.

12 Cf. Janina P. Traxler, « An Analysis of Brunor in the Prose Tristan », Tristania XII (1986-1987), 3-13.

13 D’où l’abondante littérature qui lui est consacrée et qui témoigne de la fascination qu’exerce ce personnage. On consultera en particulier : Eugène Vinaver, « Un chevalier errant à la recherche du sens du monde : quelques remarques sur le caractère de Dinadan dans le Tristan en prose », in Mélanges de Linguistique romane et de Philologie médiévale offerts à Maurice Delbouille, t. II, Gembloux, Duculot, 1964, p. 677-686 ; Alfred Adler, « Dinadan, inquiétant ou rassurant ? (Encore quelques remarques à propos du rôle de ce chevalier arthurien dans la Seconde Version du Tristan en prose », in Mélanges offerts à Rita Lejeune, t. II, Gembloux, Duculot, 1969, p. 935-943 ; E. Baumgartner, Le Tristan prose. Essai d’interprétation d’un roman médiéval, Genève, Droz, 1975, p. 182-187 et 252-259 ; Jean-Charles Payen, « Le Tristan en prose, manuel de l’amitié : le cas Dinadan », in E. Ruhe et R. Schwaderer (ed.), Der altfranzösische Prosaroman. Funktion, Funktionswandel und Ideologie am Beispiel des Roman de Tristan en prose, München, Fink, 1979, p. 104-121 ; Keith Busby, « The Likes of Dinadan : The Role of the Misfit in Arthurian Literature », Neophilologus, 67, 1983, p. 161-174, ainsi que Anne Berthelot, « Dynadam, le chevalier non-conformiste », in Conformité et déviances au Moyen Âge. Actes du 2ecolloque international de Montpellier, Université Paul-Valéry (25-27 nov. 1993), Montpellier, CRISIMA, 1995, p. 33-41 et Bénédicte Milland-Bove, « “Nous chantons chansons diverses et si tirom diverses cordes” : l’esthétique de la dissonance dans le Tristan en prose », Cahiers de Recherche Médiévale, 5, 1998, p. 69-86.

14 Tristan en prose, IV, 153.

15 Ibid., IV, 82.

16 Cf. Pierre Legendre, L’ inestimable objet de la transmission. étude sur le principe généalogique en Occident, Paris, Fayard, 1985, p. 85.

17 Cf. Didier Lett, « “L’expression du visage paternel”. La ressemblance entre le père et le fils à la fin du Moyen Âge : un mode d’appropriation symbolique », CRM 4, 1997, p. 115-125.

18 Cf. les éclairantes analyses de P. Victorin, op. cit., en part. p. 137-161.

19 Richard Trachsler, Clôtures du cycle arthurien. Étude et textes, Genève, Droz, 1996, p. 258.

20 Cf. Jane H. M. Taylor (« The Fourteenth Century : Context, Text and Intertext », in Norris J. Lacy, ed., The Legacy of Chretien de Troyes, Amsterdam, Rodopi, 1987, vol. 1, p. 269 sq.) qui oppose le principe extensionnel (élargissement en amont ou en aval du cadre spatio-temporel) au principe contextuel, et cherche à en combler les interstices et les lacunes. Le Roman du roi Meliadus participe plutôt d’une écriture « contextuelle », puisque le récit des aventures des pères de Tristan et de Dinadan, de celles du Morholt et de Pharamond met à profit une ellipse du Tristan en prose (C. II, 244) et s’inscrit dans l’interstice qui sépare la naissance de Tristan du remariage de Meliadus avec la fille du roi Hoël.

21 Ce proverbe est d’origine biblique (Math. 7, 17-20) ; cf. aussi Proverbes français antérieurs au xve siècle, éd. par Joseph Morawski, Paris, Champion, 1925, n° 520, ainsi que les proverbes n° 799 et 1201.

22 Ysaÿe le Triste, § 36.

23 Car le lait, comme le sang, est un vecteur de ressemblance (physique ou morale) : cf. D. Lett, op. cit., p. 120-121. Sur les enjeux de cette intervention féerique, cf. P. Victorin, « La Reine Yseut et la Fée Morgue ou l’impossible maternité dans Ysaïe le Triste », Bien Dire et Bien Aprandre, 16, 1998, p. 261-275.

24 Ysaÿe le Triste, § 36.

25 Ysaÿe le Triste, § 218.

26 Ibid., variante d’un proverbe attesté ; cf. Proverbes français, éd. cit., n° 965.

27 Voici, par exemple, ce que Tronc dit à Bison qui, pour séduire Marte, a pris les armes d’Ysaÿe : Bien vous congnois, Bison, oncques ne fu personne de vostre parenté qui ne fu traittres (Ysaÿe le Triste, § 153).

28 Il n’intervient que dans une vingtaine de paragraphes dans un roman qui en compte plus de 600 ; cf. Ysaÿe le Triste, § 51, § 79-89, § 117-120, § 149, § 218, § 545.

29 P. Victorin, op. cit., p. 149.

30 Francesco Zambon, « Dinadan en Italie », Arthurian Literature, XIX, 2003, p. 153-163.

31 Le personnage du Bon Chevalier sans Peur est un personnage récurrent dans les différentes versions de Guiron le Courtois et de leurs continuations. En tant que tel, il est soumis aux transformations, aux modulations et aux réajustements induits par la technique du retour des personnages. L’étude de ces transformations nous apprendrait beaucoup sur l’évolution du roman et sur les techniques narratives mises en œuvre, mais elle dépasse largement le cadre de cette communication.

32 La Devise des armes des chevaliers de la table ronde…, éd. Benoist Rigaud, 1590, p. 144, réimpr. Phénix éditions, 2003.

33 Nous citerons le texte d’après le manuscrit Paris, BnF fr. 350, sur lequel s’appuie l’analyse de Roger Lathuillère. Ce codex étant acéphale, nous avons recours, pour le début du roman, au manuscrit Ludwig XV. 6, conservé au J. Paul Getty Museum à Malibu. Sur les indéniables qualités de ce dernier manuscrit, cf. Venceslas Bubenicek, « À propos des textes français copiés en Italie : le cas du roman de Guiron le Courtois », in Giovanni Ruffino, ed., Atti del XXI Congresso Internazionale di Linguistica e Filologia Romanza (Università di Palermo, 18-24 settembre 1995), Tübingen, Max Niemeyer, 1998, t. IV, p. 59-67.

34 Tristan en prose, IV, 187-241.

35 BN fr. 350, fol. 51d.

36 Cf. R. Lathuillère, op. cit., p. 526. Le Roman du roi Meliadus ne donne pas le nom de baptême du Bon Chevalier sans Peur. Seule la version particulière de Guiron le Courtois du manuscrit de l’Arsenal 3325 donne son vrai nom, nom qui sera repris dans le portrait du Bon Chevalier que l’on trouve dans la compilation de Micheau Gonnot (BnF fr. 112) et dans la biographie donnée par la Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (BnF fr. 12597 et fr. 1437).

37 De même que, dans le Lancelot-Graal, le port du nom et du surnom paternel valorise Bohort au détriment de son aîné, Lionel ; cf. Florence Nicolas-Plet, Les Noms propres dans le Tristan en prose, thèse, université Paris X, sous la direction de François Suard, dactyl., 1 vol., 2000, p. 351-352.

38 Jamais ne fist semblant paoureux et pource fut il surnommé sans paour (Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde, BnF fr. 12597, fol. 8).

39 Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. par Armand Strubel, Paris, LGF, « Lettres Gothiques », 1992, v. 18623-18625.

40 Tristan en prose, VII, 144.

41 Ludwig, XV. 6, fol. 2c.

42 BnF fr. 350, fol. 43b. Les modestes origines du Bon Chevalier sans Peur et le don du royaume d’Estrangorre constituent un véritable leitmotiv qui traverse le roman, cf. R. Lathuillère, op. cit., § 14, § 23, § 34 et § 39.

43 Sur la dévalorisation du statut royal par rapport à la condition de chevalier dans le Tristan en prose, cf. E. Baumgartner, « Rois et chevaliers : du Lancelot en prose au Tristan en prose », in Danielle Buschinger, dir., Tristan et Iseut, mythe européen et mondial, Göppingen, Kümmerle, 1987, p. 26 et Dominique Boutet, Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992, p. 40-42.

44 BnF fr. 350, fol. 43d.

45 Cf. en particulier l’épisode de la Vergoigne Uter dans le Tristan en prose (I, 130-138) : dans les deux cas, la faute d’Uter concerne un de ses hommes-liges, elle est monumentalisée par la construction d’un château quasiment inexpugnable et perpétuée par la génération suivante. Cet épisode entre également en résonance avec les autres coutumes malfaisantes du roman, initiées par le père d’Arthur ; cf., entre autres, les épisodes du passage périlleux établi par les fils du géant Brun et la coutume du château de Cuer de Pierre (R. Lathuillère, op. cit., § 18 et 28).

46 Sur cet épisode, cf. Daniel Poirion, « La Douloureuse Garde », in Jean Dufournet, dir., Approches du Lancelot en prose, Paris, Champion (« Unichamp »), 1984, p. 25-48 ; E. Baumgartner, « Gardes et Joyeuses Gardes », in D. Buschinger et Wolfgang Spiewok, Zum Traditionsverständnis in der mittelalterlichen Literatur : Funktion und Wertung, Greifswald, Reineke-Verlag, 1991, p. 37-48, réimpr. dans De l’histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 335-346 et « Lancelot et la Joyeuse Garde », in D. Buschinger et M. Zink, Lancelot – Lanzelet. Hier et aujourd’hui, éd. par, Greifswald, Reineke-Verlag, 1995, p. 7-14.

47 BnF fr. 350, fol. 44b et Lancelot en prose, éd. par Alexandre Micha, t. VII, Genève, Droz, 1980, XXIVa, 2.

48 Cette demoiselle lui demandera par un don contraignant la tête du premier défenseur et lui promettra un guerredon, rejouant ainsi non pas la scène de la Douloureuse Garde, mais celle du Chevalier de la Charrette.

49 Cf. Bénédicte Milland-Bove, Figures de l’aventure, figures du récit : les demoiselles dans les romans en prose duxiiiesiècle (Lancelot, La Queste du Saint Graal, La Mort le Roi Artu, Perlesvaus, Tristan), thèse de doctorat sous la direction d’E. Baumgartner, université Paris III, dactyl., 2001, p. 410-415 (édité sous le titre La demoiselle arthurienne, Paris, Champion, 2006).

50 Cf. les paroles de l’ermite à Gauvain, dans le Lancelot en prose, qui utilise pratiquement les mêmes mots : Bien sachiés, fait li hermites, que se tous li mondes i venoit, n’i enterroit il nus tant que uns i sera entrés et chil sera fiex au roi mort de duel, che dient li anchien (Lancelot en prose, XXVa, 5). La référence à Lancelot en tant que fils du roi mort de deuil est significative, puisque le narrateur a l’habitude de se référer plutôt au lignage maternel, plus noble, en utilisant la périphrase « fils de la reine aux grandes douleurs ».

51 Correction d’après Ludwig XV. 6, fol. 66c, « conquis… Garde », omis (saut du même au même).

52 BnF fr. 350, fol. 46b.

53 La réécriture de l’épisode du pèlerinage de Charlemagne, tiré cette fois du Tristan en prose, montre également de manière exemplaire l’infléchissement de l’idéal chevaleresque et la démythification de l’amour arthurien ; cf. Barbara Wahlen, « Nostalgies romaines : le parcours de la chevalerie dans le Roman du roy Meliadus, première partie de Guiron le Courtois », L’Immagine Riflessa, XV, 2006, p. 163-179.

54 Cedric E. Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, Paris, Nizet, 1960, p. 217-220.

55 BnF fr. 12597, fol. 7v-8r ; BnF fr. 1437, fol 16r-18r.

56 BnF fr. 112, II, fol. 182b/c, cité par C. E. Pickford, op. cit., p. 218.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540