Version classiqueVersion mobile

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

2e partie. Le lignage et sa représentation : entre histoire, mythes et mentalités

Lignage et virginité

Antoinette Saly

Texte intégral

  • 1 G. Paris, « Étude sur les romans de la Table Ronde », Romania, XII, 1883, p. 499 et 515 et W. Foer (...)

1Il fut un temps où nos auteurs du Moyen Âge ignoraient toujours ce dont ils parlaient. Ce n’était que bévues, désordre et confusions. Un Chrétien de Troyes se permettait de farcir d’une aventure de Perceval celles de Gauvain ou de faire débouler sans crier gare dans la cour d’Arthur un Lancelot venu on ne sait d’où. Et Gaston Paris de lui faire la leçon, lui proposant pour la Charrette l’exemple de Thomas Malory, tandis que Wendelin Foerster, tel un Meistersinger, en comptait les fautes avec délectation1.

  • 2 Le roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, Paris, CFMA, 1927 ; A. Lawton, Joseph of Arimath (...)

2Que n’auraient-ils dit du Joseph de Robert de Boron2 ? Ce texte, en effet, entre autres contradictions, nous en réserve une de taille : le futur détenteur du Graal y est annoncé, et par le Christ lui-même, comme devant être le fils de cet Alain qui seul parmi ses frères renonce délibérément à prendre femme, renoncement qui dans l’hagiographie marque d’ordinaire le premier pas dans la vie religieuse.

3Regardons le texte de plus près : Bron, le Roi Pêcheur, beau-frère de Joseph d’Arimathie, vient de marier onze de ses fils. Reste Alain qui, dit-il :

avant escorchier
Se leiroit et tout destrenchier
Que femme espousast ne preïst :
N’en vieut nule.

4À son père tout étonné qui l’interroge (Fius, pour quoi ne prenez/Femme, si cum feire devez, /Ausi cumme vo frere unt feit ?),sa réponse est catégorique : En mon aé femme n’arai/Ne ja femme n’espouserai (v. 2959-2970).

  • 3 Sur les invraisemblances temporelles chez Robert de Boron, voir Jeannine Horowitz, « Temps et hist (...)

5Une centaine de vers plus loin, au vers 3091, une voix, celle du Christ, se fait entendre, révélant à Joseph que le futur gardien du Graal doit être son neveu Alain qui aura pour mission de le transmettre à un fils prédestiné : Di li que de lui doit issir/Un oir malle, qui doit venir ;/Ce veissel ara a garder (v. 3091-3093). Ainsi s’instaure la tradition d’un Perceval fils d’Alain et petit-fils du Roi Pêcheur, qui sera celle du Didot Perceval et, non sans notables modifications, celle du Perlesvaus.L’anachronisme mainte fois souligné d’un Perceval proche parent de Joseph d’Arimathie sera même la base de ce dernier roman qui fera du roi Arthur en lutte contre le paganisme et l’Ancienne Loi un instrument de la christianisation. Ne pensons plus alors à Geoffroy de Monmouth, nous voilà dans un monde tout différent, non plus au vie siècle, mais au premier, peu après la Crucifixion3.

6Ce point une fois relevé, revenons-en à l’autre bizarrerie : Perceval, fils d’Alain le Vierge. Bévue du poète ? Lacune du récit ? Ne s’agirait-il pas de tout autre chose ? On a tout invoqué, sans tenir compte d’autres exemples comparables épars dans notre littérature, le plus remarquable se trouvant dans la Continuation du Perceval par Gerbert.

7Dans la Quatrième Continuation, comme chez Wolfram von Eschenbach, qui d’ailleurs a peut-être connu l’œuvre de Gerbert, Perceval épouse Blanchefleur. Reportons-nous à l’étrange récit de leur nuit de noces. Cette nuit-là, il convient de le souligner, a été précédée d’une autre qui s’est soldée par un « assag ». On connaît par la lyrique d’oc cette pratique du rituel amoureux tenue pour une épreuve d’amor coraus et qui consiste à coucher ensemble nus sans que rien ne se passe. Le continuateur reprend sans doute ici, en plus audacieux, la fameuse visite nocturne de Blanchefleur à Perceval chez Chrétien. Mais lors de la seconde nuit, celle des noces, rien ne se passera non plus. A peine les évêques se sont-ils retirés de la chambre nuptiale dûment bénie que les jeunes époux tiennent un étrange discours sur la supériorité de la virginité, qu’il décide de garder.

  • 4 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. I et t. II, éd. M. Williams, Paris, Champion (...)

8Au matin, une voix céleste instruit Perceval des fins du mariage relatif à la procréation et lui prédit une illustre descendance méritée par sa maîtrise des sens. Voilà qui est révélateur : un beau lignage est donné à qui bride les désirs de la concupiscence et soumet à la raison les choses de la génération. C’est bien ainsi que Thomas d’Aquin définira la vertu de chasteté. Perceval et Blanchefleur seront les ancêtres du Chevalier au Cygne, de Godefroid de Bouillon et des conquérants de Jérusalem. Ce que nous lisons également chez Wolfram4.

9C’est bien cette prestigieuse descendance qui est ici partout en vue. Providentiellement et a priori contre toute vraisemblance, c’est pour elle que le couple pour l’instant reste vierge. Les conquérants de Jérusalem en descendront comme Perceval d’Alain, le fils « innuptus »du Roi Pêcheur chez Robert. Tout le récit débouche sur leur lointaine annonciation.

  • 5 Continuation, éd. cit., v. 1334-1601, 386-672, 1622-2417, 7140-7526, 6799-6955.

10Dans cet épisode, de plus, comme ailleurs dans sa Continuation, Gerbert s’adresse à la jeunesse en moraliste pour la mettre en garde contre l’ardeur des sens, comme auparavant contre l’homosexualité, la nymphomanie, les relations prénuptiales ou le rapt. L’épisode s’inscrit dans un ensemble caractéristique dominé par le souci de la morale sexuelle. Après les lamentables histoires d’une Ysmène et d’un Faradien, d’une Rohais et d’un Dragonel, celle de Perceval et de Blanchefleur fait figure de modèle, modèle d’une pureté ouverte sur un avenir fécond5.

11Le rapprochement entre virginité et fécondité lignagère semble curieusement corroboré par un épisode de la Queste del Saint Graal. Il s’agit d’une aventure de Boort. Celui-ci se trouve en songe dans une sorte de chapelle. Il voit un homme assis sur un trône ; à sa gauche un morceau de bois vermoulu, à sa droite deux fleurs de lis dont l’une s’attaque aux blancs pétales de l’autre. Mais l’homme les sépare, et bientôt de chacune sortent des arbres couverts de fruits. Et l’homme s’adresse à lui :

Boorz, ne seroit il fox qui ces flors lairoit perir por cest fu porri secorre ? […] Or te garde que tu ne lesses pas ces flors perir por le fust porri secorre, car se trop grant ardor les sorprent elle porront tost perir.

12Deux jours après, il rencontre en forêt son frère Lyonel en fâcheuse posture. Il s’apprête à le soucourir quant il aperçoit un chevalier qui emporte une demoiselle. Celle-ci supplie Boort de la sauver du déhonneur. Boort hésite entre deux devoirs pour choisir finalement d’empêcher le rapt. Plus tard, de la bouche d’un « blanc moine », il apprendra la signification du songe et de l’aventure : le bois vermoulu, c’est Lyonel, pécheur endurci ; les deux fleurs de lis, ce sont le chevalier et la demoiselle appelés à engendrer un magnifique lignage :

Ce que tu veoies que des flors issoit fuelles et fruit senefie que dou chevalier istra encore lignage grant dont il i avra de preudomes et de verais chevaliers, que l’en doit tenir a fruit ; et aussi istra de la demoiselle […]. Et ce rescousistes vos.

  • 6 La Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, CFMA, p. 171-187.

13C’est ce lignage que Boort a sauvé en secourant une virginité en péril. On s’attendrait, vu le contexte du roman, à une exaltation de la virginité en tant que valeur religieuse : il n’en est rien. Nous nous trouvons, en fait, devant tout autre chose : le salut d’un lignage à venir, la préservation d’une fécondité future ; interprétation d’autant plus remarquable qu’elle est inattendue6.

  • 7 Sur le rapport des deux récits, voit J. Marx, Nouvelles recherches sur la littérature arthurienne, (...)

14La même aventure est racontée de Boort dans la Continuation de Manessier. Mais là le récit se réduit à un exploit chevaleresque parmi d’autres : Boort, après une courte hésitation, choisit la rescousse de la pucelle, tue ses agresseurs et la ramène à son manoir. Quel que soit le rapport entre les deux textes, on voit à quelle fin et dans quelle intention la Queste développe cet épisode brutal, en faisant le sauvetage d’une double virginité à visée lignagère7.

  • 8 Cette évolution, il convient de le souligner, reflète celle d’une époque qui a vu s’élaborer une t (...)

15Le rapport virginité-fécondité, remarquons-le, se retrouve ailleurs dans la Queste, dans la singulière histoire de l’Arbre de Vie. Adam et Eve sont vierges et ne songent qu’à le rester quand Dieu Lui-même leur enjoint de s’accoupler. Alors le rameau planté par Eve, tout blanc en signe de sa virginité, se met à verdoyer en produisant fleurs et fruits et la verdor qu’il prist et la flor et li fruiz fu senefiance de la semence qui desoz lui avoit esté semee (p. 216). Nous ne sommes pas loin de Gerbert. Le lignage humain, comme celui de Perceval, ne doit pas naître des désirs de la chair, mais de la volonté du Créateur. Notons dans les deux cas la même répulsion pour l’acte sexuel qui par la suite se trouvera sacralisé. On passe de la peur du péché à une obéissance à la loi divine, le lignage sortant de cette sacralisation8.

16Un autre exemple du motif se rencontrera dans l’Estoire del Saint Graal cyclique, où le second fils de Joseph d’Arimathie et de son épouse Eliap, né en terre étrangère, Galaad de Galafort, futur roi de Hocelice, sera conçu à la demande expresse de Dieu. C’était au Moyen Âge une ferme croyance que la maîtrise des sens profitait à la descendance et que l’intempérance lui nuisait (on la rendait même responsable de certaines tares). Mais dans nos textes, il ne s’agit pas seulement de tempérance, il s’agit de virginité. Faudrait-il invoquer la virginité chrétienne ? Mais nulle part, ni dans la première épître de saint Paul aux Corinthiens, ni dans les innombrables De Virginitate patristiques elle ne se présente comme ici.

17La virginité chrétienne est une consécration absolue à Dieu établissant – en ce qui concerne les femmes du moins – une relation sponsale avec le Christ. Féconde sur le plan spirituel, elle est nécessairement stérile sur le plan humain. Lorsque saint Paul déclare que la femme n’est sauvée que par la maternité ou par la virginité, il n’établit entre elles aucun rapport. Si l’hagiographie abonde en exemples de couples vierges, tels Elzéar et Delphine de Sabran, d’ailleurs contemporains de nos auteurs, c’est pour vivre en religion dans le monde, par goût de l’ascèse, non par souci de lignage.

  • 9 The Elucidation. A Prologue to the Conte del Graal, éd. A. W. Thompson, New York, Publications of (...)

18Il nous faut donc chercher ailleurs. Or le rapport entre virginité-fécondité se retrouve, sous un aspect un peu différent, dans des récits nettement mythiques. Je n’en avancerai que deux exemples qui me semblent caractéristiques : celui de l’Elucidation et celui du roman occitan de Jaufré9. L’Elucidation, ce pseudo-prologue du Perceval, nous raconte comment le viol des demoiselles des puits par le roi Amangon et ses chevaliers fait du plantureux Pays de Logres une gaste terre : Li roiaume si agasti/K’ains puis n’i ot arbre fueilli. /Li pré et les flors essecierent/Et les aiges apeticierent. La conséquence directe du phénomène est la disparition du château du Graal dont seule la redécouverte ramènerait la prospérité, une fois la génération issue du viol éliminée par les chevaliers d’Arthur. Ce texte, qui relie expressément la stérilité au viol et explique par là les vicissitudes du Roi Pêcheur et de son royaume, présente un intérêt pour notre propos dans la mesure où à la première équation virginité = fécondité, il ajoute la corollaire viol = stérilité. La perte de virginités vue comme responsable de la détresse du monde du Graal et de sa disparition apporte à la légende un élément nouveau qui est loin d’être négligeable.

19Tel se présente explicitement l’épisode de la fontaine dans le roman de Jaufré.Lorsque Jaufré arrive à la fontaine, il a déjà deux rescousses de viol à son actif. Passant devant une prairie verdoyante, auprès d’une belle source, il entend des cris : c’est une pucelle qui réclame du secours pour sa dame en train de se noyer. Il accourt, se penche sur la fontaine, quand la pucelle traîtreusement le fait basculer, et avec la dame l’entraîne sous l’eau. Ils parviennent dans une contrée merveilleuse mais ravagée par la guerre. La dame lui révèle alors la raison de ses singuliers agissements : ses terres et surtout sa vertu sont menacées par le monstrueux géant Félon d’Albarua. Jaufré l’en délivrera et lorsque, après ses noces avec son épouse la belle Brunissen, il repassera près de la fontaine, en sortiront soudain des chariots de victuailles devant une table de festin dressée pour eux dans la prairie.

20La sauvegarde de la virginité amène l’abondance alors que toute atteinte à la virginité la détruit : d’un côté Amangon, de l’autre Jaufré. Y aurait-il donc un rapport entre le Graal nourricier et la virginité de sa porteuse et de son quêteur ?

21Si chez Gerbert la virginité d’un Perceval prépare un lignage à venir, pour Galaad ou Perlesvaus elle représente une exigence qu’impose l’histoire d’un vénérable lignage issu d’un Roi Pêcheur ou d’un Nicodème, apparenté à Joseph d’Arimathie, remontant même à David dans le cas de Galaad, et destiné à prendre fin avec eux. Il ne s’agit plus de le perpétuer, mais de l’éteindre en beauté une fois sa mission providentielle accomplie, en prenant la même place que le Christ au sommet de l’arbre de Jessé. Là encore, en un sens, cette virginité concerne le lignage tout en donnant à de jeunes chevaliers célibataires et souvent destinés à le rester des exemples de chasteté.

22Il importe donc ici de bien distinguer deux conceptions différentes sinon opposées de la virginité. Dans un conte féerique, ces éléments primitifs sont aisément repérables, mais il n’en est pas de même ailleurs où ils se trouvent amalgamés à un contexte chrétien : Perceval et Blanchefleur redoutent le péché de luxure, le songe de Boort est interprété par un « blanc moine », le Christ en personne prédit la paternité d’Alain. Si nos textes à l’envi exaltent la virginité en tant que pureté absolue du corps et du cœur, si les sœurs de nos héros, celle de Perceval dans la Queste ou Dandrane, celle de Perlesvaus, représentent des figures, assez rares dans cette littérature, de vierges consacrées, reste que cette virginité revêt çà et là un sens inattendu. Aussi pourrait-il être intéressant de tenter un rapprochement avec certains aspects des civilisations et des mythologies classiques.

  • 10 A. Roussel, Le Râmâyana de Vâlmiki, trad. 3 vol., Paris, 1903. Sur l’ascèse royale, voir D. Dubuis (...)

23Car enfin, Hestia-Vesta, déesse du foyer, elle-même vierge, est servie à Rome par des prêtresses vouées à la virginité ; Athéna, déesse de la cité et des familles qui la forment, est la Parthenos, la vierge par excellence ; Artémis-Diane, la divine chasseresse, qui assure la reproduction du gibier et veille sur les portées, est une vierge farouche, et le sanctuaire d’Ephèse la représentait avec d’innombrables mamelles. Allons plus loin encore : pourquoi Rama, suprême image indo-européenne de la royauté, se voit-il imposer une période d’ascèse en forêt, tout en restant, les cheveux tressés en signe de continence, en compagnie de son épouse Sita, le « Sillon », qui personnifie la terre féconde10 ?

24Tout se passe donc comme si, en domaine indo-européen, la virginité ou l’ascétisme royal se trouvaient paradoxalement liés à la fécondité, celle de la nature, des animaux et des hommes, des familles et des cités. Bien des recherches seraient à approfondir dans ce domaine. Chez nos auteurs, ne parlons donc pas trop légèrement de bévues ou d’incohérences, ni surtout, comme on l’a souvent fait pour Gerbert, de ridicule, mais de précieux témoignages d’un trait de mentalité archaïque bien attesté ailleurs. Ces prétendues contradictions présentent au contraire un rare intérêt dans la mesure où elles semblent ressortir à un imaginaire préchrétien qu’on ne s’attendrait pas à y rencontrer.

Notes

1 G. Paris, « Étude sur les romans de la Table Ronde », Romania, XII, 1883, p. 499 et 515 et W. Foerster, Karrenter, Einleitung, p. LXXXIII.

2 Le roman de l’Estoire dou Graal, éd. W. A. Nitze, Paris, CFMA, 1927 ; A. Lawton, Joseph of Arimathea, A critical Edition, New York, Garland, 1983.

3 Sur les invraisemblances temporelles chez Robert de Boron, voir Jeannine Horowitz, « Temps et histoire et temps légendaire chez Robert de Boron », Temps et Histoire dans le roman arthurien, Études recueillies par J. -Cl. Faucon, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, 1999, p. 113-122. Dans le Haut Livre, Perlesvaus devient le petit-neveu de Joseph d’Arimathie par sa mère, mais son père, Alain le Gros, est petit-fils de Nicodème. Voir A. Saly, « L’anachronisme et la question juive dans le roman de Perlesvaus », ibid., p. 171-177.

4 Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, t. I et t. II, éd. M. Williams, Paris, Champion, CFMA, 1922 et 1925 et t. III, éd. M. Oswald, Paris, Champion, CFMA, 1975. Sur la question, voir A. Saly, « Tristan devant la morale chez Gerbert de Montreuil », Tristan-Tristant, Mélange en l’honneur de Danielle Buschinger, Greifswald, Reineke-Verlag, 1996, p. 469-480 et Mythes et dogmes, Orléans, Praadigme, 1999, p. 131-42.

5 Continuation, éd. cit., v. 1334-1601, 386-672, 1622-2417, 7140-7526, 6799-6955.

6 La Queste del Saint Graal, éd. A. Pauphilet, Paris, Champion, CFMA, p. 171-187.

7 Sur le rapport des deux récits, voit J. Marx, Nouvelles recherches sur la littérature arthurienne, Paris, Klinsieck, 1965, p. 248-250. L’auteur conclut à l’indépendance des deux textes.

8 Cette évolution, il convient de le souligner, reflète celle d’une époque qui a vu s’élaborer une théologie du mariage. Voir en particulier Dom Jean Leclercq, Le mariage vu par les moines du xiie siècle, Paris, Cerf, 1983, excellent ouvrage qui dissipe nombre de préjugés sur l’amour médiéval.

9 The Elucidation. A Prologue to the Conte del Graal, éd. A. W. Thompson, New York, Publications of the Institute of French Studies, 1931, v. 95-98 ; Les troubadours. Jaufré, Flamenca, Barlaam et Josaphat, éd. R. Lavaud et R. Nelli, Paris, Desclee de Brouwer, 1960, v. 8358-10691.

10 A. Roussel, Le Râmâyana de Vâlmiki, trad. 3 vol., Paris, 1903. Sur l’ascèse royale, voir D. Dubuisson, La légende royale dans l’Inde ancienne. Râmâ et le Râmâyana, Paris, Economica, 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search