Version classiqueVersion mobile

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

2e partie. Le lignage et sa représentation : entre histoire, mythes et mentalités

Les généalogies arthuriennes des rois d’Angleterre au xve siècle

Catherine Daniel

Texte intégral

  • 1 La guerre de Cent Ans débute en 1337 et se termine en 1453, soit deux ans avant le début de la gue (...)

1Les généalogies arthuriennes des rois d’Angleterre se construisent dans le contexte de la guerre des Deux-Roses opposant deux maisons, celle d’York et celle de Lancastre. À ce conflit vient s’ajouter la rivalité pluriséculaire avec les rois de France, exacerbée par la guerre de Cent Ans1. Ces généalogies constituent surtout un moyen de justifier leur volonté de dominer l’île de Bretagne de façon indiscutable. Il s’agit de l’aboutissement d’une propagande remontant au xiie siècle, qui vise à faire d’Arthur le prédécesseur légal des rois d’Angleterre. Il n’était absolument pas question, chez les Plantagenêts avant Édouard IV, d’essayer de se trouver des ancêtres Bretons. Le seul moyen de justifier leur légitimité par le sang était de se relier aux Saxons, notamment Édouard le Confesseur et Alfred le Grand.

2Même Édouard Ier, dont l’obsession pour Arthur a marqué son époque, n’a jamais pu prétendre qu’il était son descendant. Ce n’était pas les liens du sang qui réunissaient les monarques d’Angleterre à leurs prédécesseurs bretons, mais bien le titre de roi de l’île de Bretagne, même si l’Angleterre n’était plus qu’une partie de l’île dont il fallait à tout prix refaire l’union. Jusqu’au xve siècle, les souverains d’Angleterre sont dans l’incapacité de se relier directement aux rois bretons. Cependant, dès qu’ils seront en mesure de faire valoir une ascendance bretonne par l’intermédiaire de la branche galloise de leur généalogie, ils n’hésiteront pas.

3Comment les rois d’Angleterre sont-ils parvenus à être considérés comme les héritiers des rois bretons en ligne directe ? Quelle place a pu prendre ce nouveau droit du sang dans la conquête du pouvoir jusqu’à l’avènement de la dynastie Tudor, reconnue sans peine comme étant de souche bretonne et louée par les bardes gallois ?

  • 2 O. de la Borderie, « Les généalogies des rois d’Angleterre sur rouleaux manuscrits (milieu xiiie s (...)
  • 3 F. Liebermann, Uber die Leges Anglorum, Saeculo XIII ineunte Londonis collectae, Halle, Max Niemey (...)
  • 4 Pierre de Langtoft, Le règne d’Édouard Ier, éd. J. -C. Thiolier, Paris, CELIMA, 1989, p. 446-448 ; (...)
  • 5 Annales Waverlaia, Annales Monastici, II, éd. H. R. Luard, Londres, Longman, 1865 (Rolls Series 36 (...)

4Les généalogies des rois d’Angleterre sont particulièrement nombreuses dès le xiiie et le xive siècle, notamment lors des règnes d’Édouard Ier, d’Édouard II et d’Édouard III. Elles sont rédigées sur rouleau de parchemin, support traditionnel des archives royales2. Cependant, aucune de ces nombreuses généalogies ne cherche à montrer la continuité héréditaire entre les rois d’Angleterre et les rois de Bretagne. Celles qui remontent aux Bretons, voire aux Troyens, se contentent d’une juxtaposition des généalogies. Le prestige vient seulement du fait que les Bretons furent les prédécesseurs des rois d’Angleterre. Le principe est officialisé grâce à une réflexion sur les droits de la couronne, jugés inaliénables dès le xiiie siècle3, et qui donnent donc aux rois d’Angleterre, en théorie, les mêmes droits que ceux d’Arthur en matière de souveraineté sur les territoires. Édouard Ier n’a nullement la nécessité d’invoquer des liens du sang pour se maintenir sur le trône d’Angleterre, mais il a besoin de ses prédécesseurs arthuriens et troyens pour étendre son autorité aux royaumes voisins. C’est sur les droits d’Arthur et des fils de Brutus qu’il fonde ses prétentions sur l’Écosse4. Les ruptures dynastiques ne changent rien à ces droits et l’absence de filiation n’est pas mise en lumière par ses opposants. De plus, Édouard Ier choisit la force pour mettre un terme à l’indépendance du pays de Galles, et prend possession de la relique de la couronne du roi mythique5. Mais s’il parvint à incarner un nouvel Arthur, Édouard ne prétendit jamais être son descendant.

  • 6 Owen Glendower.

5Une fois les terres des Gallois conquises par l’Angleterre, il devint peu à peu plus facile aux grandes familles princières galloises de se mêler aux puissants d’Angleterre. Dès les temps du roi Jean, Llewelyn ap Iorwerth, dit Llewelyn le Grand, avait déjà épousé Jeanne, une fille illégitime du roi, pour sceller une alliance. Mais leur fils Dafydd fut vite évincé par Gruffydd, un fils illégitime de Llewelyn le Grand qui, lui, était un Gallois de pure souche. Ce dernier sera le père de Llewelyn ap Gruffydd dont la défaite entraînera la fin de l’indépendance des Gallois. Cependant, les révoltes menées au nom de l’espoir breton sauront encore se réveiller, celle menée par Owain Glyn Dwr6 en étant le meilleur exemple. Anéantir l’espoir breton n’était possible qu’en donnant l’illusion de sa concrétisation, avec l’accession au pouvoir d’un roi d’origine bretonne.

  • 7 Dictionary of national Biography, éd. L. Stephen et S. Lee, 63 vol., Londres, Smith Elder and Co, (...)
  • 8 Les plus célèbres sont : celle organisée par Roger II Mortimer à Kenilworth en 1279, à laquelle es (...)
  • 9 Dictionary of national Biography, op. cit, et Oxford Dictionary of national Biography, op cit., à (...)

6Les premiers puissants en mesure d’attester de racines arthuriennes furent les Mortimer7, famille d’origine normande proche des monarques d’Angleterre depuis les temps de Guillaume le Conquérant. Les Mortimer étaient de puissants seigneurs des Marches galloises. Ils comprirent assez tôt l’importance de la légende arthurienne pour asseoir leur autorité. La volonté d’utiliser le prestige arthurien est manifeste chez les Mortimer qui organisent des tables rondes grandioses8. Barons de Wigmore, puis Earls de la Marche galloise, leurs territoires leur donnèrent les moyens de se rattacher à la lignée d’Arthur. Ainsi, vers 1230, Ralph Mortimer épousa Gwladys, fille du prince gallois Llewelyn le Grand. Il est difficile de dire si Gwladys est la fille de Jeanne et de Llewelyn9. C’est fort probable, mais plusieurs généalogies d’Édouard IV préfèrent y voir la fille que le prince gallois aurait eue avec une compatriote.

  • 10 M. E. Giffin, « Cadwallader, Arthur and Brutus in the Wigmore manuscript », Speculum, vol. 16, 194 (...)

7Les Mortimer furent toujours en relation plus au moins étroite avec le pouvoir royal. Roger de Mortimer IV, premier comte de la Marche, est le plus célèbre de cette famille, puisqu’il fut à l’origine de la déposition d’Édouard II. Édouard III le fit emprisonner lorsqu’il vint au pouvoir, mais Roger V de Mortimer, petit-fils du comte félon, retrouva grâce aux yeux du roi. Puis les Mortimer contractèrent de nouvelles alliances matrimoniales avec les princes gallois dont Owain Glyn Dwr qui donna sa fille en mariage à Edmond de Mortimer, qui prit alors le parti de se retourner contre le roi Henri IV. Sous Richard II, Roger VI de Mortimer, IVe comte de la Marche, est toujours au service du souverain. Plus que jamais les Mortimer sont proches d’accéder au pouvoir, cette fois de façon légitime et officielle10.

  • 11 Si l’on tient compte de la naissance de William, son deuxième fils, qui mourut dans sa première an (...)

8En effet, porteur d’un sang royal mythique, Roger de Mortimer est reconnu comme héritier par Richard II et déclaré comme tel par le Parlement en 1385. Il décède en 1398 et le pouvoir passe entre les mains des lancastriens. La maison de Lancastre est issue de la descendance de Jean de Gand, quatrième fils d’Édouard III11. Or, Roger de Mortimer ne fondait pas ses prétentions uniquement sur son sang arthurien, mais invoquait aussi son sang plantagenêt. Sa mère, Philippa, était la fille de Lionel d’Anvers, le troisième fils d’Édouard III.

  • 12 M. E. Giffin, art. cité, p. 109-120.
  • 13 Folios 51v, 52r.

9Le manuscrit dit de Wigmore12, appartenant à l’université de Chicago, a été réalisé dans le contexte des prétentions des Mortimer au trône d’Angleterre à la fin xive siècle. Les Mortimer portaient le titre de baron de Wigmore, ville proche de la frontière avec le pays de Galles. Ce manuscrit contient un Brut, une généalogie des rois d’Angleterre et une généalogie des Mortimer. Les ancêtres Brutus, Arthur et Cadwallader, sont mis en évidence et apparaissent dans des enluminures sur deux folios13. La lignée de Gwladys permet de remonter à Rhodri Mawr, qui régna au ixe siècle sur une grande partie du pays de Galles, puis à Cadwallader au viie siècle. Il suffisait donc aux rois d’Angleterre, de relier les grands princes gallois au dernier roi des Bretons, pour se constituer une généalogie aussi solide que celle des rois de France, et remonter aux Troyens. À partir de ce moment-là, les rois bretons peuvent donc être les ancêtres d’un futur candidat au trône d’Angleterre.

  • 14 S. Anglo, Spectacle, pageantry and early Tudor policy, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 45, et B (...)

10Édouard IV va prouver son ascendance arthurienne en se rattachant aux Mortimer14. L’initiative des Mortimer eut donc des conséquences décisives sur la propagande royale. Toutes les généalogies d’Édouard IV remontant à Arthur et à Brutus font référence à l’union de Gwladys avec Ralph de Mortimer. Édouard IV est en effet le petit-fils d’Anne de Mortimer et d’un descendant d’Edmond de Langley, le cinquième fils d’Édouard III. Il est l’héritier des Mortimer. Mais il descend aussi de Lionel, troisième fils d’Édouard III, ce qui lui donne le droit de prétendre à la couronne.

11Il faut replacer les généalogies arthuriennes d’Édouard IV dans le contexte particulier de la guerre des Deux-Roses. À l’heure où les premières généalogies royales se rattachent directement à Arthur et à Cadwallader, une guerre civile oppose en Angleterre les partisans de la maison de Lancastre à ceux de la maison d’York, maisons toutes deux issues des fils d’Édouard III. La déposition de Richard II par son cousin Henri, de la maison de Lancastre, est contestée par les yorkistes. La maison de Lancastre perd son prestige avec les défaites d’Henri VI en France. En 1461, après plusieurs années de lutte menée par son père, Richard d’York, Édouard IV monte sur le trône d’Angleterre et la maison d’York remplace celle de Lancastre. Les généalogies fleurissent lors de cette période.

  • 15 S. Anglo, « The British History in early Tudor Propaganda », Bulletin of the John Rylands Library, (...)
  • 16 Woden est aussi connu sous le nom de Wotan chez les Germains.
  • 17 S. Anglo, art. cité, p. 41-42. Mss B M. Add. 21.058, BM Add. 18.002, BM Harleian Rolls T. 12, BM S (...)

12Henri VI doit se contenter d’une juxtaposition de généalogies des rois bretons à côté de celles des rois d’Angleterre, remontant aux Saxons et aux Normands. L’historien Sydney Anglo mentionne une dizaine de généalogies de ce type. Si Henri VI ne peut se rattacher à la lignée des rois bretons, il peut cependant se prétendre héritier de Woden, comme en témoignent plusieurs de ses généalogies conservées à la British Library et au College of Arms15. Woden, ancien dieu germanique16 à l’origine de la lignée saxonne, est comparable à Brutus. Il était parfois considéré comme le contemporain d’Arthur dans les généalogies d’Henri VI17. Cependant, aux yeux de la France, Woden est un barbare. Il ternit l’étoffe d’Henri VI auprès de nombre de Gallois qui ne manquèrent pas d’assurer leur soutien aux yorkistes, ne serait-ce que pour venger l’honneur d’Owain Glyn Dwr dont la révolte échoua face au premier roi lancastrien, Henri IV. Mais les faits furent plus complexes, puisqu’un Gallois, Owen Tudor, s’était rangé du côté des lancastriens, divisant le pays de Galles dans cette guerre civile.

  • 18 C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres, Paris, Fayard, 2000, p. 192-193.
  • 19 Le débat des hérauts d’armes de France et d’Angleterre, suivi de The debate between the Heralds of (...)

13Par ailleurs, aux xive et xve siècles, la monarchie de France affirme se rattacher aux Troyens. Le but est de se déclarer nation fondatrice de l’Europe. Le conflit généalogique s’est exacerbé sous les Valois18. La France rejette les arguments anglais s’appuyant sur le prestige de leurs prédécesseurs. Seuls les Bretons sont dignes du monde antique. Les Plantagenêts sont vus comme les descendants de ceux qui ont massacré les Bretons. Le Débat des hérauts d’Armes de France et d’Angleterre est un exemple de l’exposé des arguments de la France19. L’œuvre clame que les Anglais n’avaient aucun lien avec la lignée du Troyen Brutus. Ils ne sont que des usurpateurs, des mécènes barbares ayant profité des divisions du peuple breton pour lui arracher ses terres :

  • 20 A. Bossuat, « Les origines troyennes : leur rôle dans la littérature historique au xve siècle », A (...)

Or Voyons, Dame prudence, dont sont sailliz les Anglois et pourquoy ladicte ysle, qui lors se appeloit Bretaigne, s’appelle a present Angleterre. Et vous trouverés, s’il vous plaist l’enquerir, qu’ilz sont sailliz du pays de Saxonne, qui est une contrée en Allamaingne. Et est bien vray que, pour une division qui fut entre les Brutz, les ditz Saxons furent mandez pour venir guerroier en Bretaigne, et y firent de bien grans guerres ; puis par aucuns soubtilz moyens, se voulurent attribuer a eulx appartenir le royaume20.

14Cette œuvre est, sur ce point, représentative de l’état d’esprit des propagandistes de la dynastie royale en France, décidés à prouver les origines barbares des Anglais.

15Il devenait donc urgent pour Édouard IV, qui réclamait toujours le trône de France, de prouver qu’il était bien un roi issu de la lignée des Bretons. Son règne vient renouer avec celui de Cadwallader, après une longue éclipse prophétisée par Merlin. Arthur n’est alors plus le prédécesseur ; il est enfin l’ancêtre des rois d’Angleterre.

  • 21 S. Anglo, art. cité, p. 43-44.
  • 22 Jonathan Hugues, Arthurian myths and alchemy : the kingship of Edward IV, Stroud, Sutton, 2002.

16Les généalogies d’Édouard IV montrant une ascendance bretonne sont relativement nombreuses. Sydney Anglo en a répertorié quinze au College of Arms et à la British Library21. Il en existe aussi, entre autres, à la Bodleian Library à Oxford. Jonathan Hugues en a étudié plusieurs, dont celles appartenant aux manuscrits BL Cotton Vespasian E VII et Bodley 623, contenant aussi, entre autres, une compilation de prophéties yorkistes. L’historien analyse par ailleurs la généalogie du manuscrit Ashmole Roll 26, ainsi que celle du manuscrit BL Add 18268 qu’il nomme « Généalogie du dragon rouge22 ». Cette dernière rappelle la prophétie selon laquelle l’île de Bretagne retrouva son nom avec la venue du dragon rouge, qui renouera avec le règne de Cadwallader, et n’hésite pas à mettre en cause les Normands, au même titre que les Saxons.

  • 23 Pour ce cas BM Egerton 1076, « Roger Mortimer that weddede the heyre of Brutus ».
  • 24 Exemples : BM Add 18268, College of Arms MS. Box 21, N° 2 verso, College of Arms MS. Box 28, n° 2 (...)
  • 25 College of Arms, ms Box 28, n° 2, recto.

17Ces généalogies remontent à Cadwallader, Arthur et Brutus, ou bien, dans certains cas, signalent simplement que les Mortimer sont les héritiers des Bretons23. Toutes s’appuient sur l’union de Gwladys et de Ralph de Mortimer. Elles font souvent référence à la prophétie de l’ange à Cadwallader24 issue de l’Histoire des rois de Bretagne de Geoffroy de Monmouth, expliquant qu’un roi viendra restaurer le pouvoir breton dans des temps lointains. Cette prophétie est une sorte de reformulation de l’espoir breton qui anime les Gallois, mais aussi les Écossais, leurs alliés contre l’Angleterre. Édouard Ier l’avait déjà récupérée à son profit, mais cette fois les liens du sang viennent s’ajouter à l’influence de la prophétie. Ces généalogies montrent qu’Édouard est le monarque de droit d’Angleterre. Lui seul peut se prétendre héritier de Brutus et rivaliser avec la France. Les lancastriens sont des usurpateurs. Ainsi, une généalogie bretonne d’Édouard IV explique comment Richard II a été injustement déposé par Henri IV, premier roi lancastrien, et présente Richard d’York et Édouard comme les héritiers légaux de Brutus25.

  • 26 Free Library of Philadelphia, [en ligne], « The Edward IV Roll », Free Library of Philadelphia, <h (...)

18La Free Library of Philadelphia26 a numérisé un rouleau portant une généalogie d’Édouard IV dans laquelle on retrouve Cadwallader, Arthur et Brutus. Le manuscrit date de 1461, année où Édouard accède au pouvoir. C’est un rouleau de huit pieds de long qui débute avec la Création (Ill. 1). Il a été commandité par le roi.

19Le rouleau présente les origines des lignées des rois bretons, saxons et français, qu’il distingue respectivement par les couleurs verte, jaune et bleue (Ill. 2). Brutus est à l’origine de la lignée bretonne, alors que Woden est l’ancêtre fondateur de la lignée saxonne et Pharamond celui de la lignée française. Les rois de Bretagne successifs suivent scrupuleusement la liste de Geoffroy de Monmouth. Leur nombre est tel qu’ils figurent sur deux colonnes.

20Arthur (Ill. 3) et Cadwallader (Ill. 4) apparaissent très nettement, toujours dans la succession indiquée par Geoffroy de Monmouth. La rencontre des mythiques souverains bretons avec la lignée des rois d’Angleterre se fera grâce au mariage de Ralph de Mortimer avec Gwladys (Ill. 5), fille de Llewelyn et sœur de Gruffydd, le fils aîné illégitime du prince. L’auteur de la généalogie voit donc en Gwladys une Galloise de pure souche. À partir du mariage de Ralph avec Gwladys, les Mortimer représentent les Bretons et prennent le relais des princes gallois. La couleur rouge de la lignée des Normands est alors entourée par la couleur verte des Bretons. Lorsque Philippa, fille de Lionel d’Anvers, épousera Edmond de Mortimer (Ill. 6), leur fils Roger VI de Mortimer pourra prétendre au trône d’Angleterre.

  • 27 British Library ms Add 18 268.
  • 28 College of Arms, ms Box n° 10. À l’endroit où la lignée des princes gallois prend la suite de la l (...)

21C’est le sang breton, et non pas le sang gallois, qui est mis en avant par les propagandistes d’Édouard IV. Le dragon rouge et le dragon blanc figurant de chaque côté du nom de Roger de Mortimer (Ill. 5), prouvent que cette union annonce le retour d’un pouvoir breton à la tête de l’île de Bretagne. Ces deux dragons, dont le combat est le plus fort symbole de la lutte entre Saxons et Bretons dans les prophéties de Merlin de Geoffroy de Monmouth, se retrouvent à plusieurs reprises dans d’autres généalogies d’Édouard IV. Ils représentent aussi la lutte entre lancastriens et yorkistes, ces derniers étant assimilés au dragon rouge. Ainsi la « Généalogie du dragon rouge » qualifie Édouard de triomphant dragon rouge breton27. Une autre généalogie signale clairement que l’animal symbolise le Breton opprimé par le dragon blanc saxon28.

  • 29 Entre autres, British Library, ms Egerton 1076, College of Arms, ms Box 28 n° 2, British Library, (...)

22L’image des dragons est d’autant plus opportune que la constitution des généalogies va de pair avec les prophéties. La construction de l’ascendance bretonne du roi est indissociable des collections de textes prophétiques rassemblés pour glorifier le retour du roi annoncé par Merlin ou par l’ange à Cadwallader. Les plus connues sont les deux collections de prophéties déjà citées des manuscrits BL Cotton Vespasian E VII et Bodley 623, attribuées à Merlin, mais aussi à la Sibylle ou à Joachim de Flore. Elles intègrent également des généalogies d’Édouard IV ou de Richard d’York remontant aux Bretons. Le thème dominant des prédictions est le retour d’un sauveur. À tous ces manuscrits, dont certains sont en anglais pour assurer une audience plus large29, il faut bien entendu ajouter les rumeurs prophétiques, dont il est difficile de cerner l’ampleur, mais qui sont le mode privilégié de diffusion des prophéties.

23Pendant la guerre des Deux-Roses, les espoirs populaires se cristallisent autour de l’attente du digne successeur des anciens héros. Selon la tradition, véhiculée notamment par Geoffroy de Monmouth et les auteurs de prophéties qui s’en inspirèrent, ce roi messianique, descendant de Cadwallader, ramènera l’unité non seulement du royaume mais de l’île entière. Le prétendant au trône d’Angleterre, s’il veut faire l’unanimité dans la vieille île de Bretagne, devra donc prouver ses liens avec le dernier roi breton. Le parti yorkiste, grâce aux Mortimer, se réfère à une généalogie bien construite, permettant de remonter jusqu’à Brutus.

  • 30 Gutto’r Glyn, Kywydd moliant Brenin Edwardr IV, dans W. Garmon Jones, « Welsh nationalism and Henr (...)
  • 31 F. Riddy, « John Hardyng’s chronicle and the Wars of the roses », Arthurian Literature, Vol. XII, (...)

24Des bardes s’engagent aux côtés du roi Édouard, et louent sa venue au pouvoir. En effet, selon Gutto’r Glyn30, Édouard, le descendant de Gwladys, va mettre un terme aux torts faits au pays de Galles. Il est appelé « le grand taureau des Mortimer31 », ce qui fait référence à la fois aux prophéties galfrediennes et à la tradition celtique. Les appuis gallois d’Édouard sont d’une aide précieuse pour assurer sa légitimité. Cependant, la situation est complexe, car à la suite d’Owen Tudor qui fut sans doute l’époux de la veuve d’Henri V, ce sera Jasper Tudor, leur fils, et demi-frère d’Henri VI, qui se rangera aux côtés des lancastriens pendant la guerre des Deux-Roses et bénéficiera d’une aura importante chez les Gallois.

  • 32 F. Riddy signale 16 manuscrits pour la version yorkiste. Un seul manuscrit est conservé pour la pr (...)

25Enfin, des chroniqueurs exaltent aussi l’ascendance bretonne d’Édouard IV. C’est le cas de John Hardyng, qui conçoit sa chronique comme une histoire de la famille d’York. La première version de cette chronique était pourtant rédigée pour Henri VI, mais l’auteur change de camp, et rédige, vers 1460, la préface de la seconde version de sa chronique, entre l’acceptation par le Parlement de la généalogie des York reconnaissant Édouard comme héritier du trône, et la mort de Richard d’York à Wakefield. La révision de la chronique de Hardyng a donc été commandée vers 1460, par les yorkistes soucieux d’instrumentaliser un Brut à des fins de propagande. Le nombre important de manuscrits de cette nouvelle version dédiée à Richard d’York qui ont été retrouvés, prouve que celle-ci fut utilisée pour la cause politique d’Édouard IV32.

  • 33 Pour la revendication historique de l’Espagne, voir A. Goodmann et D. Morgan, « The Yorkist claim (...)
  • 34 Déjà en 1416, Thomas Elmham faisait de sa chronique une généalogie de Richard II remontant à Brutu (...)
  • 35 F. Riddy, art. cité, voir l’édition de la chronique par P. Ellis, op. cit., p. 179 pour la citati (...)
  • 36 F. Riddy, art. cité, p. 104. British Library Ms Lansdowe 882 et British Library Ms Harley 1074.

26John Hardyng va très loin dans l’exaltation de sa généalogie qui confirme la prétention des York réclamant le trône d’Angleterre, mais aussi ceux de France, d’Espagne, du Portugal33 et de Jérusalem. Le Brut devient une généalogie royale sophistiquée34. Dans sa chronique, Hardyng insère, à la date présumée de la mort de Cadwallader, une exhortation de 800 vers adressée à Richard d’York pour le maintien de la paix. Il fait du duc le « very heyre in ryght » d’Angleterre, du pays de Galles, d’Écosse, de France, de Normandie, de Jérusalem et de Syrie35. La chronique est encore lue comme une généalogie sous Henri VIII, et deux manuscrits héraldiques de 1530 ou 1540 retracent l’ascendance du roi Tudor d’après les renseignements donnés par John Hardyng36.

27Les attentes des peuples d’origine celtique des îles Britanniques et la réalité de la montée de l’affirmation des nations européennes imposent une généalogie bretonne au roi anglais. À l’époque d’Édouard IV, la propagande royale se construit autour de l’ascendance arthurienne du monarque, jusqu’à faire du Brut, version officielle de l’histoire, une généalogie.

28Si Édouard IV bénéficie d’appuis gallois, son objectif n’est pas de se rattacher à ce peuple, mais bien aux Bretons. Il en va autrement de la nouvelle dynastie des Tudors, dont les origines galloises sont évidentes. Henri VII, né au pays de Galles, est le petit-fils d’Owen Tudor, qui épousa la veuve d’Henri V, Catherine de Valois. Il est aussi le fils d’une lancastrienne, Marguerite de Beaufort. Il peut donc prétendre au trône d’Angleterre et clame surtout haut et fort qu’il incarne le retour du roi des Bretons, après Arthur et le dernier roi breton Cadwallader. La propagande d’Édouard IV a déjà largement développé cette idée. Les généalogies d’Henri VII sont toutefois moins nombreuses car ce dernier n’a pas les mêmes nécessités qu’Édouard IV. D’origine galloise, il n’a pas besoin de beaucoup de preuves pour attester de son sang breton.

  • 37 Dictionary of national Biography, op. cit., à Ednyfed et Oxford Dictionary of national Biography, (...)

29Henri fonde ses prétentions sur les origines de son grand-père, Owen Tudor. Grâce à lui, il remonte jusqu’à Cadwallader par l’intermédiaire du prince gallois Rhys ap Gruffydd, puis à Arthur et Brutus. Les Tudors peuvent aussi mettre en avant leur ancêtre Ednyved37, dit Vychan, qui fut au service de Llewelyn le Grand au xiiie siècle, et épousa Gwellian, une des filles du prince Rhys ap Gruffydd.

  • 38 British Library Add 46 354, British Library Kings 395, British Library Royal 18 A. lxxv.
  • 39 British Library Kings 395, BL. Royal 18 A. lxxv.
  • 40 College of Arms ms. Box 2, n° 13 A. Gwladys Duy et Ralph Mortimer sont mis en évidence, en tant qu (...)

30Les généalogies d’Henri VII, en anglais ou en latin, mettent en lumière l’importance d’Owen Tudor, en le présentant comme l’héritier de Cadwallader par l’intermédiaire des princes gallois dont Rhys ap Gruffydd, ou en se contentant d’exalter ses ancêtres gallois38. Certaines généalogies remontent jusqu’à Brutus39. Cependant, l’importance prise par les Mortimer, héritiers de Llewelyn le Grand, est encore notable, et le sang gallois des Mortimer vient se mêler à celui des Tudors. En effet, les généalogies des Tudors peuvent aussi intégrer la lignée bretonne exaltée par Édouard IV, puisque l’épouse d’Henri VII est Élisabeth d’York. La généalogie du prince Arthur, fils aîné d’Henri VII incarnant le retour au pouvoir des Bretons40, atteste de la réconciliation des deux maisons, réunies par leurs ancêtres bretons.

31Ainsi, les temps de la rivalité entre Édouard IV et Henri VI sont révolus. Le mariage d’Henri avec Élisabeth réconcilie les maisons de Lancastre et d’York. C’est ce qui explique le nombre plus faible de généalogies bretonnes chez les Tudors, qui par ailleurs utilisent très fortement la légende arthurienne comme arme de propagande, comme en témoignent les spectacles arthuriens organisés dès l’arrivée au pouvoir d’Henri VII et les prédictions circulant sur le nouveau roi. Avec Henri VII, généalogies et prophéties sont toujours indissociables. Henri est le roi breton annoncé par Merlin et l’ange à Cadwallader. Un spectacle donné en son honneur à Worcester, en 1486, est sans ambiguïté sur le rôle de la généalogie du roi dans son arrivée sur le trône :

  • 41 H. Dobin, Merlin’s disciples : prophecy, poetry and power in Renaissance England, Stanford (Califo (...)

Cadwaladers Blodde lynyally descending,
Longe hath bee towalde of such a Prince comyng,
Wherfor Frendes, if that I shal not lye,
This same is the Fulfiller of the Profecye 41.

  • 42 British Library Royal 18 A. lxxv.

32Les Gallois eurent le sentiment que la prophétie de l’espoir breton s’était enfin réalisée. Ce fort soutien gallois fait aussi la force de la dynastie Tudor. Cet impact se retrouve encore dans une généalogie d’Édouard VI, petit-fils d’Henri VII, le digne descendant de Brutus, et ce, d’après les meilleures chroniques galloises42 :

This dissentt of the moost victorious and Chrysten prynce kyng Edward the sext, sonne and heire of kyng Henry the viijth, that goeth lynyally to Brute, is true lynage and agreith with the best cronycles in Wales.

  • 43 Cywyddau brud. Les images de ce poème sont traditionnelles du genre du cywydd brud.
  • 44 W. G. Jones, art. cité, appendice II, p.. Brut Bleddyn Ms 3 fos 48-49. Les termes employés sont id (...)

33Henri VII a aussi pu, par ailleurs, bénéficier de l’aura de Jasper Tudor, son oncle, lui aussi rendu héroïque par son ascendance bretonne. Jasper était le second fils d’Owen Tudor, lui-même cousin d’Owain Glyn Dwr. Comme ce dernier, Jasper portait l’insigne du dragon rouge. Henri fut élevé au pays de Galles par son oncle Jasper, dit de Hatfield, comte de Pembroke et duc de Bedford. Jasper Tudor, le descendant de Brutus et de Cadwallader, ne manque pas d’être glorifié par des auteurs gallois de poèmes prophétiques43, tel Dafydd Llwyd de Mathafarn. Des vers identiques ont été retrouvés par l’historien W. Garmon Jones dans une autre source anonyme44 :

  • 45 Cadwaladr a ddaw adref/Wythryw dawn oi weithred ef […]/Siasbar a fag in ddragwn/Gwaed Brutus hapus (...)

Cadwallader reviendra chez lui après ses exploits, avec ses dons par huit multipliés […]. Jasper élèvera notre Dragon du sang heureux de Brutus […]. La naissance de Jasper est un grand cadeau, lui qui éclaire de son doux rayonnement la descendance de Cadwallader. Horsa et Hengist étaient des étrangers […] ; Vortigern nous a fait honte en leur donnant une partie de nos terres. Jasper nous fut destiné, il nous tirera de la nasse et nous libérera45.

34Jasper suscitait déjà de grands espoirs au pays de Galles, mais Owen Tudor, Owain Glyn Dwr, Llewelyn le Grand et Rhys ap Gruffydd sont aussi des héros aux yeux des Gallois. Tous ces grands princes gallois entrent facilement dans la lignée de laquelle est issu Henri VII. Jasper et Henri, exilés en Petite Bretagne, sont vus par certains bardes gallois comme les prochains sauveurs de leur nation d’origine bretonne.

35Henri VII inspire d’autres bardes gallois. Il est aussi, pour Lewis Glyn Cothi :

  • 46 Mìl yw o Wynedd, wr moliannus […]/Goludawg vrenin […]/A deryw dynu o Dardanus. […]/Y deyrnas isod (...)

La bête du nord du pays de Galles, un homme de renom […] ; un roi fortuné […] dont la lignée remonte à Dardanus. […] : par le nom de Jésus, le royaume appartient au roi Henri, un champion avisé ; ainsi il adviendra que de par son sage gouvernement il restaurera le règne de Cadwallader46.

36De plus, le premier roi Tudor assimila définitivement le dragon rouge, symbole du peuple breton, à Cadwallader. Il prend pour emblème le dragon rouge dit de Cadwallader, dès son arrivée au pouvoir, lors de la bataille de Bosworth en 1485. Il se considère bel et bien comme l’héritier du dernier roi des Bretons.

  • 47 David Powel, The Historie of Cambria, now called Wales, Londres, 1584, p. 391. William Wynne, The (...)

37Certes, Henri VII n’était pas soucieux de prouver son ascendance bretonne par la constitution d’un nombre important de généalogies, mais il a tenu malgré tout à faire établir officiellement son ascendance galloise, sans se contenter des rumeurs prophétiques et des poèmes en son honneur. Si l’on en croit David Powel, historien du xvie siècle, Henri fit vérifier sa généalogie par une commission afin de montrer qu’Owen Tudor était bien le noble héritier de Brutus47. Powel a voulu retracer l’histoire du pays de Galles dans la tradition de Geoffroy de Monmouth, à l’époque où les attaques de Polydore Vergil ont mis à mal l’historicité des rois bretons. Faut-il mettre en doute l’existence de cette commission ? Il est peu probable que David Powel se soit lancé dans l’écriture d’un faux sous le règne d’Élisabeth, petite-fille d’Henri VII, c’est-à-dire peu de temps après les faits. Les détails sur cette commission figurent encore en 1697 dans l’édition revue par William Wynne.

  • 48 British Library ms Cotton Julius F. ix, fols. 24a et 24b.
  • 49 C. B. Millican, op. cit., p. 22. Voir G. Borrow, Celtic bards, Chiefs and kings, éd. Wright 1928, (...)

38Sous Henri VIII, second fils d’Henri VII, le besoin de prouver une ascendance bretonne est devenu presque inutile. Malgré tout, le roi est encore attesté comme l’héritier légitime de la lignée de Cadwallader par le même type de généalogie, même si Sydney Anglo n’a relevé qu’un seul manuscrit exaltant les origines bretonnes du roi en remontant directement juqu’aux rois bretons48. D’autres faits permettent de comprendre que l’ascendance bretonne demeurait un élément clé de la propagande des Tudors. Henri VIII savait bien à quel point le sang arthurien de rivaux potentiels pouvait être dangereux. Ainsi, en 1531, il fit décapiter un jeune Gallois, portant le nom déjà provocateur de Rhys ap Gruffydd, et qui de surcroît prétendait être le descendant d’Urien, compagnon d’Arthur et de Lancelot49. Le choix d’Urien n’a rien d’anodin. Il est un personnage connu dans la tradition galloise. Il s’agit d’un roi historique qui régna dans les années 570 sur le Rheged, au nord de l’île. Plusieurs poèmes gallois glorifient Urien et en font un valeureux guerrier d’Arthur qui combattit les Angles. Geoffroy de Monmouth en a fait le frère du roi Loth et le roi du Moray. Henri VIII avait certainement peur de l’impact de cette appropriation d’identité.

  • 50 C. B. Millican, op. cit., p. 38 et note 4, p. 164. British Library ms Stowe 572, folio 54, Bodleai (...)
  • 51 British Library ms Stowe 572 (1590), folio 54.

39Plus tard, sous le règne d’Élisabeth Ire, l’ascendance arthurienne de la dynastie Tudor est toujours d’actualité. Des généalogies arthuriennes sont encore réalisées, malgré les critiques qui commencent sérieusement à se faire entendre sur l’historicité d’Arthur. Owen Tudor est le personnage clé de ces généalogies, rédigées en anglais mais aussi en gallois50. La reine est clairement l’héritière des rois bretons, « the last that remaineth aliue of that line51 ». La littérature se joint à cette propagande, et Spenser, dans le dixième chant du livre II de The Faerie Queene, décrit encore et toujours l’ascendance bretonne de la reine Élisabeth :

  • 52 The Faerie Queene, éd. T. P Roche et C. P. O’Donnell, Londres, Penguin Books, 1987 (...)

Thy Name, O sovereign Queen, thy realm and race
From the renowned prince [Arthur] derived are 52.

40Enfin, Jacques Ier Stuart, au début du xviie siècle, prétend encore descendre d’Arthur, et remonte à Brutus sans craindre un désaveu des historiens. Jacques est lié aux Tudors par son arrière-grand-mère, Margaret, l’épouse de Jacques IV d’Écosse et fille d’Henri VII. En 1604, l’ascendance du premier roi Stuart ne laisse aucun doute sur les origines arthuriennes de la nouvelle dynastie :

  • 53 Queen’s College (Oxford), MS D13/43, George Owen Harry, The wellspringe of true nobilitie. C. B. M (...)

The genealogy of theHigh and Mighty Monarch, Iames, by the grace of God, King of great Brittayne & c. with his lineall descent from Noah, by divers direct lynes to Brutus, first Inhabiter of this Ile of Brittayne ; and from him to Cadwalader, the last King of the British bloud 53 .

  • 54 Le meilleur exemple reste sans doute The Whole Prophecy qui figure, entre autres, dans le ms Cotto (...)

41Jacques Ier Stuart jouera donc, lui aussi, sur ses origines arthuriennes, généalogies à l’appui, et usera encore des prophéties sur le retour du sauveur breton, prophéties qui, depuis plusieurs siècles, ont prouvé leur efficacité auprès des rois d’Angleterre54.

42Le passage du statut de prédécesseur à celui d’ancêtre, est une étape capitale de la propagande des rois d’Angleterre. La rivalité avec la France a poussé à la constitution de ces généalogies, mais le principal objectif de cette propagande est la domination de l’île de Bretagne. Seul un roi de sang arthurien peut y parvenir selon les prophéties. Les Gallois l’attendent, de même que les Écossais. C’est ainsi qu’Henri VII, d’origine galloise, parvient facilement à asseoir son autorité. Il aura fallu du temps pour qu’Arthur devienne l’ancêtre des rois d’Angleterre. La lenteur avec laquelle s’effectue le passage du statut de prédécesseur à celui d’ancêtre montre aussi que les souverains d’Angleterre ne voulaient sans doute pas falsifier consciemment des généalogies. La propagande arthurienne des Plantagenêts puis des Tudors, avec bien entendu des discontinuités selon les régnants, n’est pas aveugle, mais émane bien d’une volonté du pouvoir en place d’être le légitime représentant du nouveau pouvoir arthurien.

Notes

1 La guerre de Cent Ans débute en 1337 et se termine en 1453, soit deux ans avant le début de la guerre des Deux-Roses, qui prend fin en 1487 avec l’avènement d’Henri VII Tudor.

2 O. de la Borderie, « Les généalogies des rois d’Angleterre sur rouleaux manuscrits (milieu xiiie siècle-début xve siècle) : conception, diffusion et fonctions », La Généalogie entre Science et passion, textes réunis par T. Barthelemy et M. C. Pingaud, Paris, CTHS, 1997, p. 181-199.

3 F. Liebermann, Uber die Leges Anglorum, Saeculo XIII ineunte Londonis collectae, Halle, Max Niemeyer, 1894, et Uber die Leges Edwardi Confessoris, Halle, 1896. Études critiques sur cette question : E. Kantorowicz, Les Deux Corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Age, trad. J. -P. Genet et N. Genet, Gallimard, Paris, 1989, p. 250 ; H. G. Richardson, « The English Coronation Oath », Speculum, XXIV, 1949, p. 44-75 ; F. Liebermann, « A contemporary Manuscript of the Leges Anglorumi Londoniis collectaeEnglish Historical Review », XVIII, 1013, p. 732-745 ; W. Ullmann, « The influence of Geoffrey of Monmouth on English history », Speculum Historiale Geschichte im Spiegel von Geschichtsschreibung und Geschichtsdeutung [Mélanges offerts à Johannes Spörl], éd. C. Bauer et L. Boehm, Munich, Karl Alber Freiburg, 1965, p. 258.

4 Pierre de Langtoft, Le règne d’Édouard Ier, éd. J. -C. Thiolier, Paris, CELIMA, 1989, p. 446-448 ; Anglo-Scottish relations (1174-1328) : some selected documents, éd. et trad. E. L. G. Stones, Oxford, Clarendon Press, 1970, p. 195-196 ; B. Guenée, « L’enquête historique ordonnée par Édouard Ier, roi d’Angleterre, en 1291 », Compte rendu de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1975, p. 572-584.

5 Annales Waverlaia, Annales Monastici, II, éd. H. R. Luard, Londres, Longman, 1865 (Rolls Series 36, 2), p. 401 ; Chronicles of the reigns of Edward I and Edward II, ed. W. Stubbs, 2 vol., Londres, Longman, 1882-1883, (RS 76), I, p. 91 ; Henry Knighton, Chronicon Henrici Knighton, vel Cnitthon, monachi Leycestrensis, éd. J. R. Lumby, 2 vol., Londres, Kraus Reprint, 1965, (RS 92), I, p. 277, et W. Rishanger, Willelmi Rishanger, quondam monachi S. Albani, et quorundam anonymorum chronica et annales, regnantibus Henrico tertio et Edwardo primo, éd. T. Riley, Londres, Longman, (RS 28, 2), p. 107.

6 Owen Glendower.

7 Dictionary of national Biography, éd. L. Stephen et S. Lee, 63 vol., Londres, Smith Elder and Co, 1885-1912, et nouvelle édition, Oxford, Dictionary of national Biography, éd. H. C. G. Matthew et B. Harrison, 61 vol., Oxford, Oxford University Press, 2004, à Mortimer pour des détails sur la vie de chacun des principaux Mortimer de l’Histoire de l’Angleterre.

8 Les plus célèbres sont : celle organisée par Roger II Mortimer à Kenilworth en 1279, à laquelle est convié Édouard Ier, et celles de Roger IV Mortimer qui se sont tenues à Bedford et à Wigmore en 1328.

9 Dictionary of national Biography, op. cit, et Oxford Dictionary of national Biography, op cit., à Joan princess of North of Wales.

10 M. E. Giffin, « Cadwallader, Arthur and Brutus in the Wigmore manuscript », Speculum, vol. 16, 1941, p. 109-120 ; « The Wigmore Manuscript and the Mortimer family », unpublished Ph. D dissertation, University of Chicago, 1939.

11 Si l’on tient compte de la naissance de William, son deuxième fils, qui mourut dans sa première année.

12 M. E. Giffin, art. cité, p. 109-120.

13 Folios 51v, 52r.

14 S. Anglo, Spectacle, pageantry and early Tudor policy, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 45, et British History, art. cité, p. 20-27 et p. 41-48.

15 S. Anglo, « The British History in early Tudor Propaganda », Bulletin of the John Rylands Library, Manchester, 1961-2, Tome 44, p. 17-48.

16 Woden est aussi connu sous le nom de Wotan chez les Germains.

17 S. Anglo, art. cité, p. 41-42. Mss B M. Add. 21.058, BM Add. 18.002, BM Harleian Rolls T. 12, BM Sloane 2732 A. Dans la mythologie des Scandinaves, ce dieu porte le nom d’Odin.

18 C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres, Paris, Fayard, 2000, p. 192-193.

19 Le débat des hérauts d’armes de France et d’Angleterre, suivi de The debate between the Heralds of England and France by John Coke, éd. commencée par L. Pannier, achevée par P. Meyer, Paris, Firmin Didot, 1877. L’œuvre de John Coke constitue une réponse aux arguments de la France.

20 A. Bossuat, « Les origines troyennes : leur rôle dans la littérature historique au xve siècle », Annales de Normandie, 1958, vol. 8, p. 187-197, p. 196.

21 S. Anglo, art. cité, p. 43-44.

22 Jonathan Hugues, Arthurian myths and alchemy : the kingship of Edward IV, Stroud, Sutton, 2002.

23 Pour ce cas BM Egerton 1076, « Roger Mortimer that weddede the heyre of Brutus ».

24 Exemples : BM Add 18268, College of Arms MS. Box 21, N° 2 verso, College of Arms MS. Box 28, n° 2 recto, College of Arms MS. Box 3, N° 9. Pour la prophétie, voir The historia regum Britannie of Geoffrey of Monmouth, I, Bern, MS. Burgerbibliothek, éd. N. Wright, Cambridge, DS Brewer, 1985, § 205.

25 College of Arms, ms Box 28, n° 2, recto.

26 Free Library of Philadelphia, [en ligne], « The Edward IV Roll », Free Library of Philadelphia, <http://www.library.phila.gov/medieval/edward.htm>, page consultée le 8 février 2006.

27 British Library ms Add 18 268.

28 College of Arms, ms Box n° 10. À l’endroit où la lignée des princes gallois prend la suite de la lignée des rois bretons.

29 Entre autres, British Library, ms Egerton 1076, College of Arms, ms Box 28 n° 2, British Library, ms Cotton Vespasian E VII.

30 Gutto’r Glyn, Kywydd moliant Brenin Edwardr IV, dans W. Garmon Jones, « Welsh nationalism and Henry Tudor », Transactions of the Honourable Society of Cymmodorion, 1917-1918, p. 1-59.

31 F. Riddy, « John Hardyng’s chronicle and the Wars of the roses », Arthurian Literature, Vol. XII, 1993, p. 91-108.

32 F. Riddy signale 16 manuscrits pour la version yorkiste. Un seul manuscrit est conservé pour la première version, lancastrienne, de la chronique de John Hardyng ; A. S. G. Edwards, « The manuscripts and Texts of the Second Version of John Hardyng’s Chronicle », dans England in the Fifteenth Century, éd. D. Williams, Woodbrige, 1987, p. 75-84.

33 Pour la revendication historique de l’Espagne, voir A. Goodmann et D. Morgan, « The Yorkist claim to the throne of Castile », Journal of Medieval History, 11, 1985, p. 61-69.

34 Déjà en 1416, Thomas Elmham faisait de sa chronique une généalogie de Richard II remontant à Brutus. Chronique non éditée. Annales regum Britonum, Saxonum, et Anglorum, a Bruto ad tempora R. Henrici IV. h. e. Ao Ch. 1389. editi per Thomam de Elmham, priorem monasterii S. Trinitatis Lentoniae, British Library ms Cotton Claudius E IV fol. 2-32.

35 F. Riddy, art. cité, voir l’édition de la chronique par P. Ellis, op. cit., p. 179 pour la citation « very heyre in ryght ».

36 F. Riddy, art. cité, p. 104. British Library Ms Lansdowe 882 et British Library Ms Harley 1074.

37 Dictionary of national Biography, op. cit., à Ednyfed et Oxford Dictionary of national Biography, op. cit., à Tudor. Vychan signifie « le petit ». Ce nom s’écrit aussi Ednyfed Fychan. Il fut sénéchal de Gwynedd.

38 British Library Add 46 354, British Library Kings 395, British Library Royal 18 A. lxxv.

39 British Library Kings 395, BL. Royal 18 A. lxxv.

40 College of Arms ms. Box 2, n° 13 A. Gwladys Duy et Ralph Mortimer sont mis en évidence, en tant qu’ancêtres d’Élisabeth, femme d’Henri VII et mère du prince Arthur. D’autres généalogies, d’Henri VII cette fois, insistent sur l’ascendance d’Edward IV, père d’Élisabeth et héritier des Mortimer. BL Harleain 838 fols. 12b-49b.

41 H. Dobin, Merlin’s disciples : prophecy, poetry and power in Renaissance England, Stanford (Californie), Stanford University Press, 1990, p. 51, et Anglo Sydney, « The British history in Early Tudor propaganda », Bulletin of John Ryland Library, 44, 1962, p. 17-48, cit. p. 17, John Leland, De rebus Britannicis collectanea, éd. T. Hearne, 1770, Londres. Ces vers sont une partie du discours de Janitor, accueillant Henri VII à Worcester (Pageants series).

42 British Library Royal 18 A. lxxv.

43 Cywyddau brud. Les images de ce poème sont traditionnelles du genre du cywydd brud.

44 W. G. Jones, art. cité, appendice II, p.. Brut Bleddyn Ms 3 fos 48-49. Les termes employés sont identiques.

45 Cadwaladr a ddaw adref/Wythryw dawn oi weithred ef […]/Siasbar a fag in ddragwn/Gwaed Brutus hapus yw hwn […]/Mawr yw’r gras eni Siasber/Hil Cadwlader paladr pêr/Hors a Hengest oedd estron […]/Gwrtheyrn a wnaeth gwarth i ni/Roi rhan o r tir ir rhieni/Siasbar in a ddarparwyd/Ynte rhydd an tyn or rhwyd. Cit. dans Gwaith Dafydd Llwyd o Fathafarn, éd. L. Richards, Cardiff, University of Wales Press, p. 81-82 et W. G. Jones, art. cité, appendice II, p. 45. Brut Bleddyn Ms 3 folios 48-49. Voir P. Schwyzer, Literature, nationalism and Memory, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 16.

46 Mìl yw o Wynedd, wr moliannus […]/Goludawg vrenin […]/A deryw dynu o Dardanus. […]/Y deyrnas isod drwy enw Siesus/Sy i’rKing Harri rhyswr cynghorus ;/Oddyna ydd â drwy’r ddawnus vreniniaeth, /Y ceidw lywodraeth Cadwaladrus.
Cit. dans Lewis Glyn Cothi, I’r Brenin Hari VII, Ode XI, Y Dosparth VIII, Gwaith Lewis Glyn Cothi, The Poetical Works of Lewis Glyn Cothi, éd. J. Jones et W. Davies, for the Cymmodorion, or Royal Cambrian Institution, 1837, trad. anglaise de J. Whatmough, cit. dans C. B. Millican, Spenser and the round table, Harvard University Press, 1932, p. 12-14.

47 David Powel, The Historie of Cambria, now called Wales, Londres, 1584, p. 391. William Wynne, The hystorie of Wales, Londres, 1697, p. 334.

48 British Library ms Cotton Julius F. ix, fols. 24a et 24b.

49 C. B. Millican, op. cit., p. 22. Voir G. Borrow, Celtic bards, Chiefs and kings, éd. Wright 1928, p. 182, et Y Cymmodor, XVI, 1903, L. Williams, « A Welsh insurrection », p. 38 et 43.

50 C. B. Millican, op. cit., p. 38 et note 4, p. 164. British Library ms Stowe 572, folio 54, Bodleain Library MS. Harl. 2129 folio 30 v et 45 v, British Library Ms King’s 396 (1570) folio 26. Pour les généalogies galloises, voir Dwnn, Tair Sir Deheubarth, etc. 1586-1613, éd. Meyrick, II, 11.

51 British Library ms Stowe 572 (1590), folio 54.

52 The Faerie Queene, éd. T. P Roche et C. P. O’Donnell, Londres, Penguin Books, 1987 ou éd. A-C. Hamilton, New York, Londres, Longman, 2001.

53 Queen’s College (Oxford), MS D13/43, George Owen Harry, The wellspringe of true nobilitie. C. B. Millican, op. cit., p. 128-129.

54 Le meilleur exemple reste sans doute The Whole Prophecy qui figure, entre autres, dans le ms Cotton Vespasian E. viii aux folios 16-29. Une version anglaise de cette compilation (The Whole Prophesie of Scotland…) a ete publiee en 1603 par Robert Waldegrave, pour le roi, puis par Andro Hart, en 1615 a Edimbourg. Voir aussi M. Drayton, Poly-Olbion : A chronographicall description of Great Britain, New York, Burt Franklin, 1970, X. Progresses, processions and magnificent festivities of King James the First, his royal consort, family and court, collected from original manuscripts, ed. J. Nichols (pseud. Sylvanus Urban), Londres, 1828, 4 vol., op. cit., II, p. 315. R. Brinkley, Arthurian legend in the seventeeth century, Baltimore, the Johns Hopkins Press, London, Humphrey Milord, Oxford University Press, 1932 (John Hopkins Monographs in Literary History, 3), p. 10 et 23.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search