Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

2e partie. Le lignage et sa représentation : entre histoire, mythes et mentalités

Un air de famille. Observations sur les armoriaux arthuriens

Richard Trachsler

Texte intégral

  • 1 Michel Pastoureau, Traité d’Héraldique, Paris, Picard, « Grands Manuels Picard », 1979, p. 27-28 a (...)

1On s’accorde aujourd’hui pour dire que l’apparition des armoiries médiévales répond à l’évolution de l’équipement militaire entre la fin du xie siècle et le milieu du xiie : le capuchon du haubert et le nasal du casque couvrent désormais si bien les visages des combattants qu’ils doivent se doter de signes visuels nouveaux qui permettent de les reconnaître. On a ainsi commencé à peindre sur la grande surface plane du bouclier des figures de toutes sortes destinées à être vues et identifiés de loin. Ces figures, peu à peu, sont restées attachées à leurs porteurs, puis sont devenues héréditaires1. Dans ce processus, l’aspect le plus intéressant, pour le médiéviste, est le fait que tous ces signes, apparus sans doute dans un joyeux désordre et dans le simple but de résoudre un problème pratique, finissent par former un système finalement assez homogène dont les « règles » sont appliquées et observées à travers toute l’Europe.

  • 2 Voir à ce propos M. Pastoureau, « La naissance des armoiries. De l’identité individuelle à l’ident (...)

2C’est que ce système qui régit les armoiries est le reflet de nouvelles structures sociales où l’individu – quel qu’il soit – est perçu d’abord comme membre d’une communauté, tout comme cette communauté s’emboîte à son tour dans un groupe plus large. À l’instar des noms patronymiques, qui naissent et se diffusent à peu près au même rythme, les armoiries « ont pour fonction de situer l’individu dans sa famille étroite et cette famille étroite, dans un groupe familial plus large2 ». Dans cette société, on doit pouvoir assigner à chacun sa place et l’identifier avec certitude. C’est ainsi que s’explique l’apparition d’attributs et emblèmes de tous genres, qui répondent toujours à ce même besoin de vouloir situer et reconnaître un individu dans son appartenance à un ensemble plus vaste.

3Les armoiries participent pleinement de ce mouvement et permettent donc de se faire une idée particulièrement précise des contours d’un lignage non seulement à un moment donné, mais aussi dans la durée car les armoiries, au fil des générations, sont, comme on dit, « brisées », c’est-à-dire modifiés par l’ajout, la suppression ou le changement d’un détail, puisque seul l’aîné d’une branche reprend à l’identique les armes de son père. Tous les autres frères sont obligés de se choisir un écu qui signale à la fois l’appartenance au lignage et l’individualité propre.

  • 3 M. Pastoureau, Les Armoiries, op. cit., p. 39.
  • 4 L’ouvrage de base reste le livre de M. Pastoureau, Armorial des Chevaliers de la Table Ronde, Pari (...)
  • 5 Un tel manuscrit, publié jadis par le comte de Blangy et aujourd’hui dans une collection privée, a (...)

4Parmi les différents supports susceptibles d’accueillir des armoiries, c’est sans doute l’armorial qui est le plus intéressant pour l’historien de la littérature. Un armorial est un « livre des armes » qui consigne les armoiries des chevaliers d’une famille, d’une région, d’un pays ou tout simplement de ceux qui ont été présents à un événement particulier. À l’opposé d’un tel armorial « occasionnel » se situe l’armorial « universel » qui comporte également des personnages préhéraldiques, comme Charlemagne, les héros bibliques ou le prêtre Jean3. Ceux-ci ont donc une visée documentaire ou encyclopédique plus qu’utilitaire au sens strict. C’est sans doute dans un contexte semblable qu’il faut situer les armoriaux arthuriens dont il sera question4. Ces répertoires qui donnent la liste de l’ensemble des chevaliers de la Table Ronde nous sont parvenus sous deux formes différentes. La première est celle du relevé brut ; elle est constituée simplement du nom du chevalier, du dessin et éventuellement du blasonnement de l’écu5. Dans sa seconde forme, le répertoire contient en outre une petite description de chaque personnage. Description qui peut aller de quelques lignes, quand il s’agit d’un chevalier peu connu, à plusieurs feuillets pour les « grands » comme Arthur, Lancelot, Galaad, Perceval et Tristan. Dans certains manuscrits, ces informations sont complétées par un portait du personnage et des renseignements concernant les supports, le cimier et la devise du chevalier.

  • 6 Pour un exposé des faits, voir mon étude Clôtures du Cycle Arthurien. Étude et Textes, Genève, Dro (...)

5De ces deux formes, celle de la liste est la plus ancienne ; les descriptions ont été ajoutées après, vers la fin du xve siècle, dans un milieu qui paraît être proche de Jacques d’Armagnac6. Ces petits textes sont intéressants dans la mesure où il s’agit, dans la plupart des cas, de « créations » faites à partir d’une simple liste de noms propres assortis d’un écu. En effet, si les romans arthuriens en prose dont se nourrissent ces armoriaux contiennent bien la description d’un Tristan, d’un Lancelot ou de quelques autres, ils ne disent rien à propos du physique des che moins importants. En outre, les descriptions contiennent aussi quelques détails que même la lecture la plus attentive de milliers de pages romanesques n’avait pas révélés : Arthur aime bien couper sa cervoise avec de l’eau, Meliadus se caractérise par une démarche particulièrement droite et Baudemagus de Gorre a les jambes un peu plus grêles qu’il ne faudrait. Ces notices qui comportent donc les détails qui, justement, ne s’inventent pas, comblent, en quelque sorte, les blancs que contiennent les romans en prose. Elles les remplissent d’ajouts parfaitement anecdotiques et accessoires, mais respectent bien les contraintes et les règles de l’univers arthurien mis en place par les romans en prose.

6Voici, à titre d’exemple, la notice consacrée à Gauvain :

  • 7 Cette notice est éditée, avec une trentaine d’autres, en annexe de Clôtures du Cycle Arthurien, op (...)

Cy devise de messire Gauvain d’Orcanie
[25r°] Messire Gauvain d’Orcanie fut nepveu au roy Artus et fut filz du roy Loth d’Orcanie, ung des avantureux chevaliers du monde. Il estoit homme de moyenne taille et plustost grant que moyen. Il n’eust les cheveulx blans ne roux, mais entre deux, le visage eust aucques brun, les yeulx eust vers et moult attraians, barbe eust a planté, les espaules belles et larges. Et les bras et les poingz gros et carrés et fors a desmesure. Ingré estoit par le cas, les cuisses et les jambes [eust] plus belle [s] que tout autre. Si bien seoit a cheval que c’estoit deduit de le regarder et se armoit plus richement que nul autre chevalier. De moult fiere contenance estoit et si hardy durement que riens ne craignoit. Moult fist de grans choses en son temps, large et habandonné estoit et de si grant amour que c’estoit merveilles. Courtois et gracieux estoit et moult despendoit voulentiers du sien. Et portoit en ses armes de pourpre a une aigle d’or a deux testes, membree d’asur7.

  • 8 Manuscrit Paris, BnF fr. 12597, fol. 1r°. Cela concerne la « seconde partie » de l’armorial, la «  (...)
  • 9 Le rapprochement a été fait par C. E. Pickford, L’Évolution, op. cit., p. 256. Pour le passage en (...)
  • 10 En réalité, il faudrait nuancer cette affirmation, car l’auteur des descriptions s’est servi des a (...)

7On voit tout de suite que la description, pour ce qui est des détails physiques, dépasse le degré de précision qu’offrent les avant-textes. Ils sont du fait de l’auteur de l’armorial, mais « autorisés » par l’univers narratif des romans en prose. Ici, l’inventio touche des aspects secondaires du personnage : son teint, la taille de ses poings et son goût pour les riches armes. Mais ailleurs, l’auteur crée des personnages entiers ex nihilo car il doit parvenir, d’une façon ou d’une autre, à aligner les noms et les portraits de cent cinquante chevaliers, puisque tel est le nombre d’admis à la Table Ronde au moment que l’auteur de l’armorial a choisi d’immortaliser, c’est-à-dire la Pentecôte du Graal. L’armorial arthurien se veut en effet une photographie instantanée des noms, armes et blasons des chevaliers compaignons de la Table Ronde au temps que ilz jurerent la queste du Sainct Graal a Camaloth le jour de la Pentecouste8. Surtout au début et à la toute fin, l’ordre des personnages suit approximativement la liste des quêteurs telle qu’elle figure dans le Tristan en prose. L’inconvénient est que cette liste, dans le meilleur des cas, plafonne autour d’une centaine de noms9. De surcroît, ces noms ne sont littéralement que des noms, car certains personnages apparaissent seulement dans cette liste et nulle part ailleurs. Pour tous ceux-là, et a fortiori pour la cinquantaine de chevaliers qui lui manquaient pour atteindre, à partir de cette liste, le nombre de cent cinquante, l’auteur de l’armorial devait faire preuve d’imagination10. Sans contrainte mais aussi sans aide, il a dû étoffer des lignages, greffer des personnages fraîchement créés sur des arbres généalogiques légués par la tradition, inventer pour chacun un visage, un corps, des qualités et défauts ou, plus simplement, des goûts et des lubies. L’armorial arthurien est, sauf erreur, la plus vaste galerie de portraits littéraires en langue vernaculaire.

8Ici, on essayera de montrer jusqu’à quel point ces descriptions relèvent de la même logique que les armoiries elles-mêmes. Dans un double mouvement fait de ressemblances et de dissemblances, les personnages se créent par opposition, en même temps qu’en relation aux autres : pères et fils, oncles et neveux, frères et cousins. Dans cette grande fratrie qu’est la compagnie de la Table Ronde, les chevaliers se ressemblent, mais ne se confondent pas. Les peintres qui ont eu à fournir les portraits pour les manuscrits de luxe ont eux aussi fait de leur mieux pour conférer à chaque personnage son individualité, tout en maintenant une certaine homogénéité à travers l’ensemble du recueil.

9À titre d’exemple, il sera ici question de deux lignages seulement : celui de Palamède le Païen et celui du roi Loth qui comprend Loth lui-même et ses fils Gauvain, Agravain, Gaheriet, Guerrehet et Mordret.

10Le chef de file du lignage de Palamède est Esclabor dont le Tristan en prose ne dit pas grand’chose, mais sur lequel le cycle de la Post-Vulgate donne quelques précisions que l’on retrouve dans sa notice : originaire d’Orient, il arrive en Grande-Bretagne après une escale romaine, car il a été serf de l’empereur de Rome qu’il a si bien servi qu’il a été affranchi.

  • 11 Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 529.

Cy devise Esclabor le Mescongneu
Esclabor estoit de Payenie et fut amené serf a l’empereur de Romme. Et pour ung service qu’il feist a l’empereur l’affranchit, parquoy tous luy porterent envye. Et adonc vint de Romme en la Grant Bretaigne et souvent repairoit en la court du roy Artus. Et pource que le roy Artus ne le congnoissoit point luy mist a nom le Mescongneu. Et fut pere de Palamidés et de Saphar, et moult eust d’autres filz, mais la Beste Glatissant les luy tua tous, come le conte le devise. Et estoit de moult belle grandeur et les cheveulx eust crespés et moult eust grant barbe et ne la faisoit pas souvent. Les bras eust longz et gros, le demourant du corps eust si tresbien faict. Moult estoit duit aux armes, si isnel et si viste estoit que a monter ar [34r°] mé sur ung destrier ne queroit nulz estriez. Hardy a desmesure, estoit bien emparlé. Quant il vit son filz Palamidés mort, il se tua de son espee de dueil qu’il en eust. Moult fut preudoms a Dieu et au siecle, et tous ceulx qui le congnoissoient luy donnoient grant loz de chevalerie. Tousjours queroit les avantures et guieres ne repairoit en court. Et portoit en ses armes eschequeté d’or et de gueulles. Et tel estoit le Mescongneu come je vous a [i] devisé11.

  • 12 C. E. Pickford, L’Évolution, op. cit., p. 42.
  • 13 Pour les amateurs de statistiques, on peut signaler que sept autres arborent explicitement peu de (...)
  • 14 Voici la notice consacrée à Saphar : Saphar le Mescongneu estoit filz de Esclabor le Mescongnu. Mo (...)

11L’information concernant ses fils est également conforme à ce qu’on trouve dans le cycle de la Post-Vulgate, représenté, entre autres, par le fr. 112 qui précise bien qu’il a eu onze fils qui tous ont été tués par la Bête Glatissante12. L’histoire de son suicide est racontée aussi dans le Tristan en prose. Quant à son physique, on n’apprend rien, l’auteur de l’armorial est donc libre de créer son sarrasin tel qu’il l’entend. Il ne diffère en rien des autres chevaliers de la Table Ronde et l’on aurait tort, par exemple, de voir dans ses cheveux crespés une allusion à une chevelure de type particulier, car une quinzaine d’autres chevaliers, soit à peu près un dixième des membres de la Table Ronde, ont eux aussi les cheveux crespés. Quant à la profusion de la barbe, qu’Esclabor, visiblement, aime à porter longue, elle est moins répandue dans le corpus, mais quand même suffisamment fréquente pour ne pas être considérée comme une caractéristique païenne. En effet, vingt-sept chevaliers de la Table Ronde sont barbus, soit un peu moins d’un sixième. Sur ces vingt-sept, six, dont Esclabor, ont une barbe explicitement qualifiée de touffue, allant, dans le cas de Synados, jusques aus yeus. Il n’est donc pas permis d’en tirer des conclusions sur la provenance géographique ou culturelle du personnage13. Toujours est-il que les deux fils d’Esclabor qui figurent dans l’armorial sont également barbus : Saphar arbore une barbe rousse comme sa chevelure, alors que celle de Palamède est probablement entremeslee de blons et noir, comme ses cheveux14. Ce détail suffit pour comprendre que l’air de famille ne s’installe pas grâce à la génétique mais grâce à l’accessoire. Il n’y a aucune ressemblance entre la couleur des cheveux, celle des yeux ou le teint des trois personnages ; ce qui compte, c’est la barbe. C’est comme si l’auteur des descriptions était dépassé par tous ces lignages et tous ces personnages qu’il a à gérer simultanément. Du coup, on a l’impression qu’il se contente de respecter les contraintes narratives léguées par la tradition sans perdre trop de temps et d’énergie en réfléchissant aux données qu’il ajoute. Ainsi, la description de Palamède, qui aurait pu être l’occasion de singulariser le païen dans le lot des chevaliers arthuriens, est complètement stéréotypée.

  • 15 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 528-529.

Palamidés le Payen
Messire Palamidés fut filz de Esclabor le Mescongneu et fut fait crestien avant que la grant queste du Sainct Graal fut achevee. Il estoit grant chevalier et de trop belle taille, les cheveulx eust entremeslés de blons et noirs, le visage blanc et ung peu coulloré, les yeulx roux, attraians, barbe eust assés, les espaules grandes et larges, les bras gros et longz, les poingz gros, et plains devers hault, en pis gresle par mesure, les cuisses et les jambes belles et longues. Et que vous diroiz je ? Corps de chevalier ne povoit estre mieulx formé que le sien, de si hault proesse et merveilleuse estoit garny qu’on le tenoit a ung des bons chevaliers du monde. Si [58v°] hardy estoit durement et si viste et legier que tout quanques le cuer luy disoit il entreprenoit. Moult fut fort a merveilles et de haulte contenance. Pour riens n’eust fait une desloyauté, de grans proesses fist en son temps. Il n’y avoit si bon chevalier ou monde qui ne craignist bien a le rencontrer. Moult eurent messire Tristan et luy haisnez, mais au derrenier furent grans amys. Trop fut amesurez a boire et manger et moult ditoit bien laiz et chansons. Tant ayma par amours la royne Yseult qu’il en cuida mourir. Et si n’en eust autre joye, car elle n’aymoit aultre home en tout le monde que messire Tristan. Et moult chassa longuement la Beste Glatissant et en la fin la tua. Et moult fist d’armes en la chassant et n’y avoit si hardy chevalier ou royaume de Logres qui osast chasser la Beste Glatissant que luy. Depuis qu’il fut fait crestien, moult fut de saincte vie envers Dieu, large, lyberal et courtois estoit et plain de si bonnes taches que corps d’omme povoit avoir. Et portoit en ses armes eschequetees d’argent et de sable15.

12Là aussi, on retrouve, pour ce qui relève de la biographie proprement dite, les données du Tristan en prose : on rappelle la rivalité entre Palamède et Tristan, leur amitié aussi, la passion sans espoir du bon païen pour Yseult, ainsi que son autre grande passion, cynégétique au sens propre celle-là. La mort de la Bête Glatissante est en effet relatée par exemple dans le fr. 112.

13Si la conversion de Palamède est mentionnée, conformément aux données du Tristan, sa mort – il est assassiné par les fils de Loth – est tue, sans doute parce que l’armorial vise à créer l’impression d’une grande fratrie unie et non pas d’un nœud de vipères. Dans ce but, l’auteur de l’armorial peut ne pas mentionner des faits gênants, mais il n’ira pas jusqu’à déformer la tradition littéraire en vigueur. L’omission est permise, le mensonge non.

14Il peut cependant arriver que l’auteur de l’armorial se permette de remplir quelques blancs. C’est ainsi que s’expliquent tous les détails concernant les habitudes gastronomiques, la taille des poings et des bras de Palamède. Toutes ces informations sont toutefois sans incidence sur l’avant-texte. Le Tristan en prose, s’il ne les contient pas, les autorise. Par leur simulacre de précision, elles ont pour but de « faire vrai ». À bon compte, elles fournissent à chaque personnage une sorte d’individualité qui le distingue de tous les autres. En vérité, on le verra dans un instant, cette spécificité est totalement gratuite et ne sert aucun projet d’ensemble. Dans la très grande majorité des cas, les détails physiologiques sont aussi interchangeables que les traits de caractère qui constituent les personnages.

15La seule chose qui fasse système dans ces notices est l’héraldique et l’auteur de ces mini-biographies l’a trouvée prête à l’emploi dans les armoriaux sans biographies. Ainsi, le lignage s’affiche par l’écu bien mieux que par la couleur des cheveux et des yeux, la taille ou la corpulence. C’est l’écu qui crée l’air de famille.

  • 16 Voir M. Pastoureau, « Héraldique arthurienne et civilisation médiévale : notes sur les armoiries d (...)
  • 17 Pour être complet, voici aussi la notice de Loth, qui devrait fournir les armoiries « de base » du (...)

16En l’occurrence, les armoiries du lignage s’articulent autour de celles de Palamède, bien que l’on tente d’afficher comme point de départ celles d’Esclabor. Palamède porte, en effet, des armoiries en damier noir et argent, son père en rouge et or et son frère en or et sinople d’un côté, et de l’autre, en vair. Les armoiries de Palamède sont probablement un subtil rappel du fait qu’un personnage homonyme du bon païen du Tristan en prose inventa jadis, sous les murs de Troie, le jeu d’échecs pour permettre au Grecs de tuer le temps pendant ce siège interminable16. Les changements de couleur que présentent les écus des deux autres membres du lignage sont donc des brisures, c’est-à-dire des variations qui signalent à la fois l’individualité et l’appartenance à un lignage17.

  • 18 Voir Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 342-344. Pour les descriptions dans le Lancelot en (...)

17Si l’on se tourne maintenant vers le lignage du roi Loth, on peut vérifier ce que l’on vient de constater à propos de la famille de Palamède : respect des données essentielles léguées par la tradition romanesque, mais omission de quelques aspects négatifs pouvant menacer l’unité de la Table Ronde et ajouts de petites précisions très concrètes censées produire un effet de réel. Toutefois, le point de départ n’est pas tout à fait le même que dans le cas des fils d’Esclabor car contrairement au lignage de Palamède, le clan de Loth est un des mieux constitués au sein de la littérature arthurienne. Non seulement c’est un des plus anciens, mais c’est un des rares pour lesquels l’auteur des armoriaux disposait d’informations assez précises concernant le portrait physique et moral puisque le Lancelot en prose comporte pour chacun des fils une courte description18.

18L’existence de cette source constitue donc une contrainte potentielle car il faut la respecter. C’est ce que fera l’auteur de la notice qui se comporte, à l’égard de la famille de Loth, comme avec celle d’Esclabor. Ainsi, Agravain et Mordret sont présentés, en raison de leurs mauvaises teches, comme les moins recommandables parmi les fils de Loth, mais ils sont loin d’être aussi noircis que dans le Tristan et, même, dans le Lancelot en prose. Voici la notice consacrée aux deux malfaiteurs :

Agravain l’Orgueilleux
Agravain l’Orguilleux estoit filz du roy Loth d’Orcanie et frere de messire Gauvain. Et moult estoit grant chevalier. Les cheveulx eust blons et le visaige ung peu sanguin, les espaules belles et larges, les jambes et cuisses eust longues, droictes et grosses par mesure ; il n’y avoit guieres chevalier plus beau a la Table Ronde. Bon chevalier estoit et fort et quant il estoit armé, moult sembloit homme de grant valeur. Moult estoit mal entachez, trop plus que a chevalier ne convenist. Moult estoit fier et orguilleux et pour ce surnommoit on l’Orguilleux. Envieux et vanteur estoit et si cruel qu’oncques nul plus. Il haÿt moult la parenté du roy Ban toute sa vie. Et portoit en ses armes de pourpre a une aigle a deux testes d’or, membree de gueulles a une fesse de sinople en devise.

  • 19 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 504 et 506.

Mordret d’Orcanie
Mordret d’Orcanie, ainsi que l’ystoire le raconte, estoit filz et nepveu du roy Artus, car le roy Artus par mescongnoissance l’engendra en sa seur, femme du roy Loth. Et moult estoit grant chevalier et aucques maigre. Les cheveulx eust blons et crespés, le visaige eust assés couloré, les yeulx eust enfoncez et moult regardoit cruellement. Ung peu fut camus, les espaules eust larges et belles, les bras eust longs et nerveuz et mout eust belles mains, les cuisses et les jambes eust longues et non mie trop grosses. Quant il estoit armé et a cheval, moult le faisoit beau veoir. Bon chevalier estoit a demesure et hardy, mais de cruaulté il passoit tous autres chevaliers et bien y apparut aux grans maulx qu’il fist. Pensif et moult triste estoit, moult sembloit mal de courtoisie a aucuns de ses freres. Et portoit en ses armes de poupre a une aigle a deux testes d’or membree de mesmes a ung chief d’argent19.

19On constate donc à la fois une très grande fidélité pour tout ce qui est essentiel et une tendance certaine à l’atténuation, puisqu’on omet en particulier de donner la liste de leurs méfaits qui comprendrait, au bas mot, la complicité dans le meurtre d’Erec, de Palamède et de Dinadan et, pour ce qui concerne Mordret, également celui d’Arthur et de quelques ermites. On note la même chose à propos de Gauvain, dont la notice a été reproduite ci-dessus, qui récupère presque totalement le rang de chevalier exemplaire qui était le sien à l’origine de la littérature arthurienne. La même chose se vérifie à propos de Guerrehet et Gaheriet, deux autres fils de Loth, dont voici les notices :

Guerrehet estoit filz du roy Loth d’Orcanie et frere de messire Gauvain. Et estoit chevalier de belle taille et aucques noir. Moult fut bien formé de tous ses membres. Il estoit moult bon chevalier et seur de son corps, mais il n’estoit mie trop entreprenant. Doulx et courtois estoit et moult luy desplaisoit quant il veoit faire une villenie. Et portoit en ses armes de pourpre a une aigle d’or [35v°] a deux testes, membree d’argent, goutes de gueulles en bordeure.

  • 20 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 505.

Gaheriet estoit filz du roy Loth d’Orcanie et frere de messire Gauvain. Qui de luy vous vouldroit dire la façon, bien peult dire que c’estoit ung des preux chevaliers de la Table Ronde. Il estoit de moult belle taille, ne trop grant [30r°] ne trop petit. Il eust les cheveulx noirs et le visage ung peu sanguin et si bien formé et plaisant que c’estoit deduit a le regarder. Les yeulx eust vers, les espaules belles et larges, les bras gros et noez. Moult eust belles mains, hault en pis et gresle par le cas, les cuisses et les jambes eust belles, longues et droictes. Moult se habilloit coinctement. Armé estoit ung des beaulx chevaliers du monde et que l’en peult trouver pres ne loing. Et moult estoit beau et bon chevalier, bon fereur de lance et d’espee, aussi hardi et entreprenant estoit qu’il en fut point au monde, et renommé fut de haulte chevalerie. Doulx, gracieux et courtois estoit sur tous ceulx du royaume de Logres. Bons chevaliers aymoit a merveilles et moult fut aymé de tous. Par amours ayma en sa jeunesse. Et portoit en ses armes de pourpre a une aigle d’or a deux testes, membree de gueulles et. i. baston de gueulles20.

  • 21 La Mort le Roi Artu, roman du xiiie siècle, éd. par Jean Frappier, Genève-Paris, Droz-Minard, TLF, (...)

20Les notices respectives reflètent très bien l’image générale que présentent les romans en prose et l’on peut même estimer que leurs portraits en chevalier doulx, gracieux et courtoisfont particulièrement bien ressortir la fin tragique qu’ils feront dans la Mort Artu quand ils mourront sous les coups de Bohort et de Lancelot21.

  • 22 Ce point m’avait complètement échappé il y a une dizaine d’années alors que je disposais de tous l (...)

21Un regard sur la « source » fait tout de même apparaître un trait important22.

  • 23 Lancelot en prose, éd. A. Micha, vol. II, p. 409-411.

Il est voirs que mesire Gauvain fu li aisniés de tos ses freres et fu molt bials chevaliers de son grant et bien tailliés de tos menbres ; si ne fu ne trop grans ne trop petis, mes de bele stature ; si fu plus chevalerous de son aage que nus de ses freres. […] Mesire Gauvain fu molt bials chevaliers de son grant et molt loials vers son signor tos les jors de sa vie, et si ne fu pas mesdisans ne envious, ains fu cortois plus que chevaliers de laiens. Et par sa cortoisie l’amerent pluisors damoiseles qui ne l’amoient mie tant por sa chevalerie com por sa cortoisie. Il ne fu pas vantans entre chevaliers de chose qu’il enpreist ; il fu sages et atemprés tos jors, sans mesdire et sans nule vilenie, ne onques ne se vanta de proesce qu’il feist.
Li ainez aprés lui si ot non Agrevains. Cil fu graindres de cors que mesire Gauvain n’estoit et fu un poi garroschés et buens chevaliers assés ; mais trop orgueillous fu et plains de vilaines paroles, et fut envious sor tos homes, dont il morut puis par la main Lancelot meismes, si come li contes vos devisera ça avant. Il fu sans pitié et sans amor ne il n’ot nule bone grace, force de bialté et de chevalerie et de langue delivre.
Li autres enprés nez si ot non Gaheriez. Cil fu li plus gracieus de tos ses freres ; cil fu proz de chevalerie et hardis et legiers et bials et gens, et ot le bras destre plus lonc que l’autre ; cil fist assés de hautes proesces ne onques n’en dist nule, se force ne li fist dire. Cil fu plus amesurés que nus de tos ses freres et li plus plus desreés, quant ire le sosprenoit. Il fu li mains enparlés de tos ses pers.
Li autres aprés ot non Guerrehés. Cil fu buens chevaliers et preus et enprenans, il ne fina onques tos les jors de sa vie de querre aventures. Cil fu fors de bras et ot bial chief a merveilles ; il se tint plus cointement tos jors que nul de ses freres. Il ot si longe alaine que trop peust endurer travail, et neporquant de la proesce Gauvain ne fu il pas. Cil fu ameres de dames et dames l’amerent molt ; cil dona largement ; il fist assés de biens tant com il vesqui. Et ce fu celui des freres que mesire Gauvain ama plus et il ama lui plus que tos les autres.
Li plus jovenes des freres ot non Mordrés. Cil fu graindres de cors que nus des autres et pires chevaliers ; mes assés avoit hardement et plus de mal fere que de bien, et neporquant molt fust de bials corps. Cil ert envious et fel ne n’ama onques buen chevalier, puis qu’il ot porté armes une piece. Il ocist assés de gent ; il fist assés mal en sa vie et plus que tos ses lignages ne fist de bien, kar por li morurent puis en. I. jor plus de mil homes, et il meismes en morut et li rois ses oncles, dont il fut grans damages. Cil fu verraiement deables, cil ne fist onques bien fors les. II. premiers ans qu’il porta armes. Neporquant il fu molt bials de cors et de tos autres menbres. Il commença bel, mais ne le maintint mie loialment23.

22Ce qui ressort de la comparaison entre les notices des armoriaux et ces portraits du Lancelot en prose est que les grandes lignes sont respectées : ce que l’on dit de chacun des personnages est conforme à ce qui se dit dans le cycle. Mais il faut bien admettre que les petites particularités concernant la stature, la corpulence, ainsi que leurs goûts et habitudes, ne correspondent pas à ce que contient le Lancelot en prose : Guerrehet n’est pas qualifié d’endurant et Gaheriet n’a pas un bras plus long que l’autre. De toute évidence, les petits détails « qui ne s’inventent pas » ne sont pas les mêmes. En d’autres termes, il ne s’agit pas ici d’une source. L’auteur de la notice de l’armorial s’est bien inspiré du Lancelot en prose, mais n’est pas parti à la chasse de portraits et d’anecdotes à travers le cycle. C’est qu’il était plus économique d’inventer directement tout ce qui était accessoire plutôt que de se charger d’une vaste enquête en vue de trouver des particularités qui relevaient précisément de l’accessoire. Il a donc librement brodé autour des éléments importants que lui léguait la tradition littéraire, respectant ces derniers et bien décidé à utiliser toute sa marge de manœuvre pour le reste.

  • 24 Un grand vecteur de la diffusion des traités de physiognomonie est la tradition du Secret des Secr (...)

23C’est sans doute le même souci d’économie qui explique que toutes ces petites interventions n’obéissent à aucun système. Il ne semble notamment pas possible d’associer, comme on le faisait pourtant au Moyen Âge, des traits comportementaux à des particularités morphologiques et aucun couplage entre, par exemple, la couleur des cheveux et celle des yeux, la taille et l’embonpoint, etc., ne semble envisageable24. C’est comme si tous ces traits, pourtant si individuels en apparence, sortaient d’une sorte de kit destiné à fabriquer, à partir d’un certain nombre d’éléments limités, une infinité de personnages différents par la grâce des combinatoires possibles.

24Cette observation, faite ici sur la base d’éléments textuels, se vérifie particulièrement bien dans le domaine de l’iconographie, quand un peintre doit produire cent cinquante portraits différents à partir des descriptions qui ne l’aident guère. La plupart du temps, il choisit donc de les ignorer, comme le montrent les peintures qui, surtout pour les chevaliers les moins connus, ne correspondent pas bien aux notices. C’est en tout cas ce qui apparaît quand on regarde le manuscrit Paris Arsenal 4976, manuscrit de luxe du début du xvie siècle.

25En feuilletant le manuscrit, on est immédiatement frappé par la variété des portraits, obtenue notamment par la multitude des accessoires avec lesquels les chevaliers sont représentés et par la diversité des poses qu’ils adoptent. Au bout d’un petit moment, on se rend compte, toutefois, qu’un tel est le double de tel autre, comme le Duc de Clarence et Hector des Marais, et que l’on est en train de nous faire croire qu’ils sont différents alors qu’on a simplement inversé l’image. La même impression s’installe quand on regarde Pharan le Noir, à la pose pourtant bien distincte, puisque le chevalier s’appuie sur sa lance de façon fort décorative. Convaincu, grâce à la singularité du geste, de l’individualité du personnage, on devient dubitatif au fil des pages quand on découvre encore huit autres chevaliers qui se distinguent tous par le même geste (Ozenain d’Estrangore, Loth le Preux, fils bâtard du roi Loth, Lucan le Bouteiller, Aygroyer le Fel, Malaquin le Gallois, Argahat le Beau, Ferrant du Tertre et Busterin le Grand) : seules changent la couleur des cheveux, la présence ou l’absence d’une barbe ou l’allure du haubert.

26L’individualité, dans ces conditions, se réfugie dans la couleur du couvre-chef. Le peintre, exactement comme l’auteur des notices, n’arrive pas à faire face au nombre : pris entre l’exigence de moduler ses personnages et l’interdiction de quitter le cadre relativement restreint du portrait du compagnon de la Table Ronde, il fait du surplace et répète les mêmes gestes. Il distribue des marques distinctives qui ne sauraient être confondues, mais se retrouve contraint d’attribuer la même marque à plusieurs personnages. On aboutit ainsi à une grande fratrie où s’installe un air de famille qui passe par le détail et emprunte des voies qui ne sont ni celles de la généalogie dictée par les textes ni même celles de l’héraldique telle qu’elle informe l’armorial. Apparaît de la sorte un univers assez intéressant où l’anecdotique – la couleur du couvre-chef ou les préférences culinaires d’un personnage – passent au premier plan et occultent totalement les rivalités claniques pourtant de plus en plus marquées au sein de cette belle compagnie des chevaliers de la Table Ronde.

Notes

1 Michel Pastoureau, Traité d’Héraldique, Paris, Picard, « Grands Manuels Picard », 1979, p. 27-28 ainsi que son fascicule Les Armoiries, Turnhout, Brepols, « Typologie des sources du Moyen Âge occidental », fasc. 20, 1976.

2 Voir à ce propos M. Pastoureau, « La naissance des armoiries. De l’identité individuelle à l’identité familiale », Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Le Seuil, « La Librairie du xxie siècle », 2004, p. 213-43, p. 220 pour la citation.

3 M. Pastoureau, Les Armoiries, op. cit., p. 39.

4 L’ouvrage de base reste le livre de M. Pastoureau, Armorial des Chevaliers de la Table Ronde, Paris, Le Léopard d’Or, 1983. Une réimpression de l’imprimé réalisé en 1590 par Benoît Rigaud est devenue facilement accessible : La Devise des armes des chevaliers de la table ronde, lesquels estoyent du tres-renommé & vertueux Artus, Roy de la grand bretaigne, Lyon, Benoist Rigaud, 1590, Réimpression : Ivry, Phénix Éditions, 2000. Il ne s’agit pas, comme l’indique la quatrième de couverture, d’un album à colorier, mais d’un armorial arthurien, comme l’avait déjà vu Cedric E. Pickford, L’Évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque Nationale, Paris, Nizet, 1960, p. 256.

5 Un tel manuscrit, publié jadis par le comte de Blangy et aujourd’hui dans une collection privée, a pu être publié par Lisa Jefferson

, « Tournaments, Heraldry and the Knights of the Round Table : A Fifteenth-Century Armorial with Two Accompanying Texts », Arthurian Literature, 14, 1996, p. 69-157. Grâce à la générosité du collectionneur anonyme, des reproductions en couleurs ont pu être jointes à la publication.

6 Pour un exposé des faits, voir mon étude Clôtures du Cycle Arthurien. Étude et Textes, Genève, Droz, « Publications Romanes et Françaises », 225, 1996, p. 313-30.

7 Cette notice est éditée, avec une trentaine d’autres, en annexe de Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 504. Le manuscrit de base est Paris, BnF fr. 12597.

8 Manuscrit Paris, BnF fr. 12597, fol. 1r°. Cela concerne la « seconde partie » de l’armorial, la « première » étant constituée de la « génération des pères », telle qu’elle se trouve dans Guiron le Courtois.

9 Le rapprochement a été fait par C. E. Pickford, L’Évolution, op. cit., p. 256. Pour le passage en question, cf. Tristan, vol. VI, éd. Emmanuèle Baumgartner & Michelle Szkilnik, Genève, Droz, TLF, n° 450, 1993, p. 273-274. Colette-Anne van Coolput, « Aventures querant et le sens du monde ». Aspects de la réception des premiers romans du Graal cycliques dans le « Tristan en Prose », Leuven, Leuven University Press, « Mediaevalia Lovaniensia », 13, 1986, p. 252-253, a édité le passage d’après le BnF fr. 336. Cf. aussi Eilert Löseth, Le roman en prose de Tristan, le roman de Palamède et la compilation de Rusticien de Pise. Analyse critique d’après les manuscrits de Paris, Paris, Champion, « Bib. de l’École des Hautes Études », LXXXII, 1890 [réimpr. Genève, Slatkine, 1974], § 395a, qui donne d’autres variantes de cette liste fatalement instable dans la tradition manuscrite. Sur tous ces points, voir en dernier lieu mes observations dans Disjointures-Conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen-Basel, A. Francke Verlag, « Romanica Helvetica », n° 120, 2000, p. 53.

10 En réalité, il faudrait nuancer cette affirmation, car l’auteur des descriptions s’est servi des armoriaux sans biographies. C’est donc là qu’il a puisé les noms des personnages, c’est à son prédécesseur que revient le mérite d’avoir su inventer des chevaliers aux noms exotiques dotés d’armoiries adéquates. Sur ce point, voir Disjointures-Conjointures, op. cit., p. 54.

11 Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 529.

12 C. E. Pickford, L’Évolution, op. cit., p. 42.

13 Pour les amateurs de statistiques, on peut signaler que sept autres arborent explicitement peu de barbe, un seul la porte par mesure et un échantillon de treize chevaliers porte une barbe dont on ne sait rien.

14 Voici la notice consacrée à Saphar : Saphar le Mescongneu estoit filz de Esclabor le Mescongnu. Moult estoit bel et grant et eust le visage blanc. Le cheveulx et la barbe roux, les espaules eust si bienfaictes et tout le demourant du corps si bien formé que riens ne luy failloit. Armé estoit ung des beaulx chevaliers qu’on pourroit trouver. Moult estoit seur et saige en la guerre. Peu buvoit, mais moult mangeoit, courtoys et gracieulx estoit et chascun l’aymoit. Il feist de grans chevaleries en son temps. [34v°] Et l’en ne le prisoit guieres moins que Palamidés, son freres, qui estoit ung des bons chevaliers du monde et bon jousteur sur tous. Trop se tenoit bien a cheval et aussi bon fereur d’espee qu’on trouvast guieres son pareil en la Grant Bretaigne. Et portoit en ses armes party, le premier de var, l’autre eschequeté d’or et de sinople. Et tel estoit Saphar le Mescongneu come je vous ay cy dessus devisé. Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 530.

15 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 528-529.

16 Voir M. Pastoureau, « Héraldique arthurienne et civilisation médiévale : notes sur les armoiries de Bohort et Palamède », L’Hermine et le Sinople, Paris, Le Léopard d’Or, 1982, p. 307-314.

17 Pour être complet, voici aussi la notice de Loth, qui devrait fournir les armoiries « de base » du lignage. En réalité, elles sont identiques à celles de Gauvain (cf. M. Pastoureau, Armorial des chevaliers de la Table Ronde, op. cit., n° 83) : Le roy Loth d’Orcanie estoit grant chevalier a merveilles et avoit les cheveulx aucques noirs ; les espaules eust ung peu grosses, les bras eust longz et gros et moult bien noez, les poingz gros et carrés, les jambes et cuisses eust moult bien faictes et tout le demourant du corps. Le visage eust fier et hault et moult fierement regardoit quant il regardoit par courroux. Loyal fut tous les jours de sa vie, moult aymoit religion. Aux bons chevaliers departoit ses biens, plus osast despendre en ung jour qu’il n’avoit de revenue en ung an. Armé estoit si beau chevalier que a peine en eussiez trouvé ung plus beau. Moult estoit dur a encontrer, car fort chevalier estoit et bon fereur de lance. Il portoit en ses armes de pourpre a ung aigle d’or a deux testes membrees d’asur. Cité d’après Paris, BnF fr. 12597, fol. 9r°.

18 Voir Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 342-344. Pour les descriptions dans le Lancelot en prose, voir l’édition Alexandre Micha, Genève, Droz, TLF, n° 249, 1978,, vol. II, p. 410-411.

19 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 504 et 506.

20 Cité d’après Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 505.

21 La Mort le Roi Artu, roman du xiiie siècle, éd. par Jean Frappier, Genève-Paris, Droz-Minard, TLF, n° 58, 1964, § 95.

22 Ce point m’avait complètement échappé il y a une dizaine d’années alors que je disposais de tous les éléments : Clôtures du Cycle Arthurien, op. cit., p. 342-343.

23 Lancelot en prose, éd. A. Micha, vol. II, p. 409-411.

24 Un grand vecteur de la diffusion des traités de physiognomonie est la tradition du Secret des Secrets dont on connaît près de 300 manuscrits latins. La partie concernant la physiognomonie est toutefois absente de la version vulgate des traductions françaises. Cf. Jacques Monfrin, « La Place du Secret des Secrets dans la littérature française médiévale », Pseudo-Aristotle : The Secret of Secrets. Sources and Influences, London, Warburg Institute, « Warburg Institute Surveys », IX, 1983, p. 73-113.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540