Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

2e partie. Le lignage et sa représentation : entre histoire, mythes et mentalités

Guiron le Courtois : le lignage et sa représentation iconographique dans l’épisode de la caverne

Juliette Pourquery de Boisserin

Texte intégral

1 Guiron le Courtois se place en amont (par sa source d’inspiration) et en aval (dans la chronologie littéraire) de la double tradition tristanienne et arthurienne. On peut également déceler cette dynamique de bipolarité dans la structure narrative de ce roman de chevalerie du xiiie siècle, puisque la première partie porte sur Meliadus et la deuxième sur Guiron : deux personnages forts du roman.

2Cette bicéphalité structurelle de l’œuvre (dont témoignent les titres fluctuant entre Le Roy Meliadus de Leonnois et Guiron le Courtois et accordant le statut éponyme tantôt à l’un, tantôt à l’autre chevalier, tantôt à la première, tantôt à la seconde partie de l’œuvre) en imprègne la matière, dans un double mouvement contraire et complémentaire. En effet, Meliadus, étant le père de Tristan, possède une descendance prestigieuse : il s’agit d’un personnage tourné vers l’avenir de la chevalerie. Guiron, quant à lui, est le fruit d’une ascendance prestigieuse et son personnage se tourne davantage vers le passé – que ce soit sa propre enfance ou les récits d’une chevalerie de « l’ancien temps ».

3L’idée de lignage, ligne de parenté, de filiation, de double mouvement d’ascendance et de descendance – de généalogie donc –, de postérité d’une personne, d’un nom, d’une lignée ; l’idée de la survivance (en amélioration ou décadence) de caractères à travers le temps ; l’idée de transmission de valeurs, de lien entre les individus ; l’idée de ligne continue entre le passé, le présent, et même l’avenir, est fondamentale dans ce roman de chevalerie, et apparaît dans le texte dans des mentions éparses mais récurrentes.

  • 1 Manuscrit du xve siècle dont le prologue se trouve repris dans le manuscrit L3.
  • 2 Rappelons simplement, pour le garder dans l’oreille, que la généalogie est la science des « origin (...)

4Cela ressort dès les prologues. Celui du manuscrit de Turin1, qui reproduit le prologue traditionnel, est des plus explicites : Je ne vueil commencier mon livre aux genealogies de tous les roys de la Grant Bretaigne mais a ceulx qui a ma matiere servent2.

  • 3 Manuscrit BnF fr. 338. Ce prologue est contenu dans 8 autres manuscrits.

5D’autre part, la majorité des prologues insiste sur le fait qu’il va s’agir de la génération de « l’ancien temps », avec tout le caractère didactique qui en ressort : que li bons y praignent bon exemple des haus fais des bons chevaliers anciens3. On est donc là pleinement dans une optique de retour aux origines, vers le meilleur, dans une volonté littéraire de transmission de valeurs chevaleresques et courtoises, d’une génération à l’autre. Par ailleurs, dès les premières lignes de prière qui ouvrent, de façon rituelle, les manuscrits de Guiron le Courtois, l’idée de filiation est présente avec l’évocation/invocation du Pere qui onques ne fut conceus ne engendrés, et el Fil, qui fu du Pere seulement, et el Saint Esperit, qui du Pere et du Fil issit. Dès les premières phrases, Guiron le Courtois reflète donc bien cette importance du lignage et l’épisode de la découverte de la caverne, lieu de mémoire des ancêtres de Guiron, en est un condensé symbolique.

La caverne : une remontée dans le temps vers l’ascendance de Guiron

Bréhus sans pitié, inventeur de la caverne

  • 4 L’épisode commence au folio 286 c du manuscrit BnF fr. 350.

6Nous sommes au moment où Bréhus sans Pitié, trompé par une demoiselle, tombe dans une « cave » secrète4. Incapable de sortir par le trou dans lequel il est tombé, Bréhus entre dans la grotte et commence son exploration. Pourquoi est-ce précisément ce personnage (alors que le roman possède des dizaines et des dizaines d’autres chevaliers…) qui découvre cet endroit, et pourquoi est-ce à lui que le lignage de Guiron est révélé ?

7Cet épisode (qui contient l’une des rares apparitions de merveilleux du roman) est le fruit d’intentions négatives et d’une série de revirements dans les caractères des personnages. En effet, Bréhus sans Pitié, comme son nom l’indique d’emblée, est le personnage « anti-courtois » du roman (comme dans le Lancelot ou le Tristan en prose, d’ailleurs), celui dont les valeurs sont à l’extrême opposé de celles de Guiron.

8Quant à la demoiselle par qui tout arrive, elle se trouve sans arrêt qualifiée de « perfide ». Deux personnages négatifs sont donc mis en présence l’un de l’autre et cela produit un retournement de caractère et de situation : Bréhus, pour la première fois de sa vie tombe amoureux et par là même devient un chevalier courtois. Mais, comble de l’ironie, il se fait manipuler par la demoiselle qui n’éprouve que haine à son égard et devient victime de ses sentiments inédits. Peut-être fallait-il qu’il soit puni par là où il avait tellement péché… Mais, en définitive, cet événement prendra une tournure pleinement positive – d’un mal naît un bien – dans la mesure où il va permettre au chevalier d’accéder à une certaine connaissance.

9Bréhus est-il donc vraiment « sans pitié » ? Nous touchons aux limites de son nom. Où est la surface, où est la profondeur de sa désignation ?

  • 5 Et pourtant, elle l’avait déjà mis « hors d’état de nuire », sans le savoir, par le sentiment amou (...)

10D’autre part, la demoiselle est-elle vraiment « perfide » ? En effet, au-delà de sa méchanceté évidente, par cet acte, elle entend venger toutes les femmes que Bréhus a violentées, violées ou tuées au cours de sa vie et protéger ainsi toutes les autres, en le mettant hors d’état de nuire5.

11C’est donc un anti-héros devenu depuis peu courtois qui est l’acteur de cet épisode merveilleux : il a su rentrer dans la disposition d’esprit qui caractérise celui dont on va découvrir le lignage. Comme si la courtoisie retrouvée était la condition qui permettait d’accéder à cette connaissance. Et c’est à lui et lui seul (sans compter le lecteur) qu’est réservé le privilège de parcourir les chambres merveilleuses, d’écouter les récits qui lui sont faits, de faire le lien entre Guiron et ses ancêtres, en remontant le temps par la généalogie révélée.

L’espace-temps de la lignée

12Bréhus parcourt et visite successivement cinq chambres somptueuses qui contiennent les dépouilles de certains ancêtres de Guiron. On a donc une spatialisation très concrète de la lignée. Bréhus chemine à travers ces salles et ces morts comme à travers les maillons d’une chaîne précieuse.

13Le lien entre généalogie et mort est bien sûr inévitable, cependant les dépouilles visibles n’ont rien de repoussant, au contraire. Le bisaïeul de Guiron, Fébus, et sa jeune amante (qui n’est pas du lignage de Guiron) sont d’une grande beauté et ont l’air simplement endormi, nous dit le texte. Les autres ancêtres qu’on ne voit pas, reposent, quant à eux, dans des tombeaux magnifiquement ornés. Tous sont donc exposés au regard de façon spectaculaire et fastueuse (comme le montre le lit aux automates de la jeune femme).

14D’autre part, tous sont accompagnés d’une mention écrite : Fébus et la demoiselle tiennent chacun un brief qui explique et justifie leur destin. Quant aux tombes, elles sont ornées de statues et d’inscriptions explicites concernant leurs morts. Il faut donc noter, dans chaque chambre, la présence de mobiliers ou d’éléments architecturaux remarquables, ainsi que la co-présence d’images (sous formes de corps ou de statues) et d’écritures.

15Toutes les descriptions de ce passage du roman permettent au lecteur, en somme, de se façonner des images mentales très fortes afin de mieux appréhender cet étrange mausolée, cet étrange lieu de mémoire généalogique. L’espace-temps (de la narration et de la fiction) se trouve alors unifié par la création de ces images mentales, ciselé comme une châsse précieuse.

  • 6 Voir à ce sujet Frances A. Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975 (pour la traduction (...)
  • 7 J. Wirth, L’Image médiévale. Naissance et développement (vie-xve siècle), Paris, Méridiens Klincks (...)

16Ce principe rappelle fortement la pratique des arts de mémoire de l’Antiquité, réinvestis au Moyen Âge6, qui préconise de construire des images mentales de lieux ou de personnes dont chaque détail architectural, chaque membre, correspond à une partie du discours à retenir. L’importance de cette pratique mentale liée à la mémorisation influe forcément sur la formation d’un système d’images (mentales) et est également en lien avec la pratique de l’enluminure dans les manuscrits. Comme l’écrit Jean Wirth : « L’image est un phénomène logique et son organisation dépend étroitement du système logique en usage7. » De la même manière, les miniatures spatialisent à la fois le temps du récit et le lignage dont il est question. Tout est donc étroitement lié, dans ce passage autonome et descriptif du roman où les signes foisonnent, comme un appel à l’attention du spectateur Bréhus (et du lecteur), un appel à la lecture, à l’écoute, un appel à la mémorisation, surtout : Bréhus est là pour apprendre et retenir cette connaissance aux allures clandestines.

17Ce point est renforcé par la présence, dans l’une des chambres, d’un vieillard qui instruit Bréhus de façon plus directe cette fois, en lui racontant notamment les aventures du bisaïeul de Guiron (Fébus). Nous avons donc ici un médium de connaissance supplémentaire à travers un récit oral, incorporé dans la narration générale par l’utilisation du style direct et du dialogue.

18L’attrait de cet épisode de la caverne, en plus de contenir l’un des rares passages merveilleux du roman, réside dans le fait qu’il est le foyer secret de la connaissance d’un autre temps, qu’il remonte à un âge d’or de la chevalerie.

19La force des images que le texte déploie à travers des descriptions détaillées, raffinées et nombreuses se prête alors parfaitement à une transcription iconographique. Et la structure du récit de la caverne, qui spatialise d’emblée la connaissance de la lignée de Guiron, favorise d’autant sa transcription iconographique.

Transcriptions iconographiques de la caverne

20Cet épisode se trouve illustré dans bon nombre de manuscrits de Guiron le Courtois. Dans les trois manuscrits que j’ai choisi d’étudier (BnF fr. 338, BnF fr. 350 et Bodmer 96), l’image s’incorpore au même endroit du texte, c’est-à-dire juste avant la découverte des chambres merveilleuses (les trois manuscrits reprenant le texte du BnF fr. 350).

  • 8 Un mot reste encore à inventer pour mieux définir le lecteur/spectateur d’images, qu’elles soient (...)
  • 9 Pourquoi ne pas tirer un peu les cheveux de l’Interprétation ?…

21Arrivé à ces miniatures, le lecteur est au seuil du récit qui nous intéresse, la « perfide » demoiselle vient de faire tomber Bréhus dans le trou qui sert d’entrée de la caverne. Ce mouvement de plongée et de découverte se retrouve mimé par le regard du lecteur8 qui plonge dans cette image liminaire, qui plonge dans l’univers souterrain9.

22Une fois qu’il a repris ses esprits, la première chambre dans laquelle Bréhus pénètre est celle où repose Fébus, l’« ancêtre-clef » de Guiron, le chevalier le plus prestigieux, l’inégalable, le meilleur (il le dit lui-même), nœud de l’épisode de la caverne. Des cinq chambres, c’est toujours celle qui est choisie par les miniaturistes – dans les manuscrits que j’ai vus jusqu’à présent –, ce qui va dans le sens de l’importance accordée par le texte à ce personnage.

La miniature du manuscrit BnF fr. 338 (fin xiv e siècle)

23Dans le manuscrit BnF fr. 338, aucune rubrique n’explicite la miniature : dans ce volume, les rubriques n’accompagnent pas systématiquement les images. Cette miniature est, des trois qui me retiennent, la plus proche du texte au sein duquel elle vient s’inscrire, celle qui représente le plus lisiblement l’espace décrit comme enfoui et secret de la caverne. D’autre part, elle offre un point de vue extérieur et intérieur sur ce lieu creusé sous terre, rendant ainsi sa figuration des plus claires. Cet enfouissement est explicitement marqué par le fait que l’intérieur de la cavité représentée est parfaitement clos et qu’il épouse les formes des éléments et personnages qu’il contient. Cela produit donc un espace hermétiquement clos, presque étouffant (illustration 1).

  • 10 Je ne vois cependant pas son épée, sur la grandeur de laquelle le texte insiste pourtant.

24Le personnage de Fébus se trouve au centre de l’image. Plusieurs éléments nous permettent de l’identifier, en adéquation avec le texte. Tout d’abord, il est étendu sur un grand lit qui occupe presque tout l’espace de la chambre et qui a l’air confortable. Ses armes sont disposées près de lui. Nous pouvons voir là toute la panoplie du parfait chevalier10. Un des gants, situé au-dessus de sa tête semble le désigner. Un seul des bras du personnage, déplié en direction du visiteur, ressort du drap, montrant à la fois la main et la lettre de l’ancêtre. Cela fait écho au texte qui insiste sur le fait que Fébus a de très belles mains et qu’il tient dans l’une d’elle un brief. L’importance de cette main blanche mise en valeur par le tissu bleu ressort davantage lorsque nous lisons le texte contenu dans le message et qui commence ainsi :

  • 11 Extrait repris de l’analyse de Roger Lathuillère, Guiron le Courtois, étude de la tradition manusc (...)

Ceste propre main mist ja a dueill et a destrution en un tout sueill jor tot le roialme de Norgales. Ceste propre main fu doutee come main d’oume. Ge suel fu home […]. Ceste main dextre qui ci gist mist a desconfiture11.

25Les cheveux blancs, la barbe blanche, bien peignés, confèrent au personnage un air de sagesse et de majesté encore accentué par la présence d’une grosse couronne d’or sur sa tête (couronne qui n’est pas mentionnée par le texte).

26D’autre part, le personnage est ici figuré nu, contrairement à la description du texte. Dans l’iconographie médiévale, cette nudité de chair pâle peut être celle d’un dormeur ou celle d’un mort. L’attitude du personnage renforce cette ambiguïté.

27Un détail important est à noter : les yeux du personnage ont été abîmés, il n’est plus possible de les voir distinctement. Est-ce un grattage qui avait pour intention de les fermer, dans le cas où le peintre les aurait figurés ouverts (il me semble, sans certitude, qu’ils devaient être ouverts) ? Une telle représentation aurait contribué à l’ambiguïté de la représentation de l’ancêtre, un mort décidément très vivant – dès lors, cette interprétation serait à remettre en perspective par rapport au texte. Ou bien, à l’inverse, les yeux étaient figurés clos et le grattage pourrait correspondre à une peur, à un refus de la représentation de cette mort du chevalier héroïque, à une volonté de le considérer comme toujours vivant ? Dans les deux cas, le statut du mort a dérangé certains lecteurs de ce manuscrit…

28Le personnage de Bréhus est figuré, quant à lui, tout à droite de l’image. Il se tient au pied du lit, presque écrasé entre lui et la paroi de la caverne, dans une attitude plutôt renfermée, distante et peut-être indécise, avec les bras résolument croisés sur sa poitrine. Il a pourtant relevé la visière de son heaume, pour mieux voir, mais il ne semble pas avoir l’intention de s’approcher de Fébus, encore moins de prendre le message tendu vers lui. Il est intéressant de noter que son attitude est en totale contradiction avec le texte, où Bréhus admire le mort, le touche doucement et lit le brief avec curiosité.

Illustration 1 : La chambre de Fébus, manuscrit BnF fr. 338, f° 371 r°.

La miniature du ms BnF fr. 350 ( xiii e siècle)

29Le manuscrit BnF fr. 350 ne figure pas explicitement la caverne. Il s’agit plutôt ici d’une chambre dans sa plus simple représentation, c’est-à-dire un lit. L’ogive gothique qui encadre la scène est commune à l’ensemble des images de ce manuscrit et ne peut donc être (sur) interprétée dans le sens d’une figuration symbolique de la caverne (illustration 2).

30Cette image possède une rubrique, inscrite en lettres blanches sur le bandeau supérieur noir du cadre qui désigne « Bréhus sans pitié » : l’accent est donc mis clairement ici sur ce personnage, sur celui qui découvre et non sur l’ancêtre merveilleux qui est découvert. La miniature se trouve d’ailleurs assez loin du merveilleux déployé par le texte. Nous verrons que la caverne n’est évoquée que très symboliquement, et Fébus lui-même n’est plus représenté que sous les traits d’un clerc et non sous ceux d’un fier chevalier.

31Bréhus se tient debout, au centre de l’image. Il est revêtu d’une cotte de maille, d’une tunique et d’un heaume qui laisse apparaître son visage et se penche légèrement en avant. Il regarde Fébus et tend la main droite vers lui, alors que la main gauche fait le signe de la parole. Toute l’attitude du chevalier dénote ainsi une idée de communication, de relation à l’autre.

32Fébus, quant à lui, est allongé de tout son long, au premier plan. Il a l’apparence d’un clerc élégant et semble avoir les yeux ouverts – le visage est cependant tellement abîmé qu’il est difficile de savoir. Il est représenté dans une attitude assez ambiguë, entre songe et mort. Rien ne le désigne franchement comme mort, si ce n’est que ses bras semblent inertes, disposés sagement le long du corps dans une attitude figée.

33La richesse du lit et les chaussures en or du personnage sont les seuls indices d’un certain prestige, en adéquation avec le statut de Fébus dans le texte. Sa grande taille est également représentée, les bras grands et fins accentuant la longueur du corps et sa courbe. De plus, les pieds touchent le bord gauche de l’image, les genoux sont pliés et le buste redressé, comme si l’homme avait du mal à tenir dans une image trop étroite pour lui. La courbure du buste, épousée par le lit, poursuit son mouvement circulaire avec l’ogive de la voûte et crée ainsi un effet de resserrement de l’espace, d’enfermement. Ce mouvement circulaire, amorcé par le côté droit de l’image, mime l’espace fermé de la caverne, l’espace fermé du récit même, tout comme la miniature précédente.

34La présence des armes est fidèle au texte, notamment par leur taille (en effet, le texte précise que l’écu et l’épée de Fébus sont de grande dimension, car de « l’ancien temps »). Elles traduisent l’appartenance du personnage à la chevalerie – et ce malgré son aspect de clerc courtois – mais à une chevalerie ancienne. Là encore, le personnage semble être désigné par l’un de ses attributs : la pointe de l’écu d’or suspendu juste au-dessus de sa tête.

35Le fait que l’écu soit en or est intéressant à noter car il marque un lien explicite entre ce personnage et Guiron dont l’écu est d’or plain. Un lien d’autant plus évident que les miniaturistes de ce manuscrit respectent scrupuleusement cette caractéristique héraldique à chaque fois qu’ils figurent Guiron. Cela permet ainsi au lecteur de relier les deux personnages, de les identifier comme étant d’une même parenté.

  • 12 Mais ceci reste très hypothétique…

36Le dernier détail correspondant peut-être au texte est la présence curieuse, au creux de la paume gauche gantée de Bréhus, d’un tout petit losange tracé à l’encre noire : s’agit-il du fameux brief de Fébus qu’il serait en train de lire12 ?

Illustration 2 : La chambre de Fébus, manuscrit BnF fr. 350, f° 286 v°

La miniature du manuscrit Bodmer 96 ( xv e siècle)

37La miniature du manuscrit Bodmer 96 – la plus tardive – est apparemment la plus simple, la plus banale ou « passe-partout ». Elle est exempte de merveilleux et d’éléments signifiant la richesse. Aucune rubrique ne l’accompagne, ce qui renforce cette absence de spécificité par rapport à l’épisode qu’elle inaugure (illustration 3).

38La scène se passe dans une chambre voûtée. La voûte qui clôt concentriquement l’image une deuxième fois après le cadre, est typique de la figuration des scènes d’intérieur dans ce manuscrit. Le plafond voûté en bois est tout aussi caractéristique. Cette miniature ne présente donc rien de spécifique (contrairement au texte) et la chambre est réduite à sa plus simple représentation : un lit.

  • 13 Même si celle du texte, particulièrement ouvragée, n’a justement pas grand-chose à voir avec une c (...)

39Cependant, nous pouvons tout de même remarquer qu’ici, le plafond est particulièrement bas, ce qui n’est pas le cas des autres scènes d’intérieur de ce programme iconographique. Dans l’espace ainsi créé, un chevalier n’a pas l’air de pouvoir se tenir debout. D’ailleurs, aucun des personnages n’est debout : tous deux sont figurés sur un plan bien incliné. On peut alors ressentir ici un effet – analogue aux précédentes miniatures – d’écrasement et d’enfermement qui rappelle l’atmosphère propre aux cavernes13.

  • 14 Cela traduit-il une certaine prise de position idéologique des miniaturistes contre la chevalerie  (...)

40Au centre, occupant toute l’image – et renforçant l’idée de saturation d’un espace déjà fortement réduit –, s’étale en oblique le grand lit sur lequel repose Fébus. L’étoffe rouge et voyante, à motifs d’or, et la présence du coussin sous la tête du chevalier dénotent une certaine richesse du lit, en adéquation avec l’univers du texte, mais cela reste discret. Fébus est étendu de tout son long (ce qui reprend l’idée de grandeur caractéristique du personnage), sous les traits d’un chevalier entièrement recouvert de son armure, visage masqué. Il n’est alors plus nécessaire de faire figurer les armes à côté du personnage. Nous pouvons ainsi lire, dans cette miniature, une insistance sur le statut de chevalier de Fébus mais surtout de chevalier « normal », « commun », mis au même rang que les chevaliers contemporains : il est vêtu exactement comme Bréhus, et comme tous les chevaliers de ce programme iconographique. Son appartenance à un temps ancien et prestigieux, son aura merveilleuse sont donc complètement évincées par la miniature14.

41L’ancêtre de Guiron se trouve allongé sur le côté droit, il est donc tourné face au lecteur-spectateur. En revanche, il tourne le dos à Bréhus… Cette position que l’on peut interpréter comme un refus de communiquer se trouve renforcée par le fait que Fébus croise ses longs bras devant lui, dans une posture de fermeture sur lui-même. On remarque, à ce propos, qu’il ne tient aucun message, ce qui accentue encore l’idée d’un refus de communiquer avec le visiteur.

42Une fois encore, rien dans l’image ne nous permet d’identifier Fébus comme mort ou endormi : ici, on ne voit même pas les traits du visage du chevalier.

43Quant à Bréhus, il est également entièrement recouvert de son armure (il ne relève même pas son heaume) et apparaît ainsi comme un doublet de Fébus. Au bord du lit, il s’incline vers lui comme s’il voulait le rejoindre et s’allonger sur le lit que ses mains et ses genoux touchent déjà. Quel sens ressort de cela ?… Au-delà de l’apparent élan de banalisation de cette miniature, loin de toutes les précisions du texte, loin du faste, loin du merveilleux qu’il déploie dans cet épisode, cette image intrigue cependant. Un autre élément étrange se trouve dans le choix de facture du sol de la chambre : il est fait d’herbe. Est-ce dans le but de rappeler le coté « caverne » de la chambre, donc naturel et brut, à l’encontre de toutes les richesses artistiques et artificielles déployées dans les descriptions de ce passage ?

Illustration 3 : La chambre de Fébus, manuscrit Bodmer 96, t. 2, f° 162 r°

Conclusion

44Chacun des trois manuscrits traduit donc, à sa façon, avec de nombreuses variations de détails et des rapports fluctuants au texte, l’épisode de la découverte de la chambre de Fébus. Mais ce que l’on peut remarquer de commun aux trois miniatures, c’est cette ambiguïté cultivée dans la figuration de Fébus dont on ne peut savoir véritablement s’il est mort ou s’il dort. En cela, les miniaturistes ont habilement réussi à rendre ce que le texte nous dit de Fébus dont la beauté des traits et l’apparence de vie restent merveilleusement conservés malgré la mort.

45Serait-ce une manière de traduire la permanence de ce modèle de chevalier parfait que la mort ne saurait altérer ? la réactualisation de l’ancien âge d’or qu’il symbolise ?

46Dans tous les cas, l’épisode de la caverne est le point d’orgue de la révélation de l’existence de cet âge d’or de la chevalerie. Ce qui se trouve renforcé par le fait que le récit exploite ici fortement la veine merveilleuse, contrairement au reste du roman. Ainsi sont mis sur un même plan la merveille, la révélation du lignage, l’ancien temps. Est-ce une volonté de repousser cet ancien temps vers un temps plus ancien encore, un temps hors du temps justement ? En effet, ce temps reculé est assimilé à celui de la merveille, il ne peut donc plus être considéré comme un temps « historique ». Ainsi, tout contact entre l’ancien monde – devenu merveilleux – et le nouveau monde vécu par les chevaliers de notre roman devient impossible.

  • 15 Cf. la miniature du manuscrit BnF fr. 338.

47Cela peut expliquer aussi pourquoi cet épisode est clos sur lui-même, totalement indépendant du récit principal, imperméable. Au-delà d’un espace clos représenté, c’est également un temps clos que celui de ce récit, de cette révélation faite à Bréhus. Le récit se trouve fermé sur lui-même, dans une parfaite adéquation du fond et de la forme car Bréhus a ordre de garder le secret15 et ne révélera pas à Guiron ce qu’il a découvert sur sa grande lignée.

48La caverne – en tant que lieu fictionnel et récit dans le récit – est une parenthèse enfouie au cœur du roman que seuls Bréhus et le lecteur sont invités à partager. Révélation on ne peut plus paradoxale, donc.

  • 16 Le roman s’inscrit lui-même dans une lignée de générations puisqu’il est le récit de la « générati (...)
  • 17 Du moins dans la grande majorité des versions conservées.

49Elle permet, en outre, l’expression d’une tension entre l’ancien monde de la chevalerie et le « jeune » monde vécu par les héros de Guiron le Courtois. Tension et rivalité générationnelles exprimées de manière récurrente dans le roman16 qui remonte toujours plus haut le temps généalogique. Guiron ne connaîtra ainsi jamais ses origines prestigieuses17, ce qui influera sur l’identité et le caractère de ce chevalier errant.

Notes

1 Manuscrit du xve siècle dont le prologue se trouve repris dans le manuscrit L3.

2 Rappelons simplement, pour le garder dans l’oreille, que la généalogie est la science des « origines ».

3 Manuscrit BnF fr. 338. Ce prologue est contenu dans 8 autres manuscrits.

4 L’épisode commence au folio 286 c du manuscrit BnF fr. 350.

5 Et pourtant, elle l’avait déjà mis « hors d’état de nuire », sans le savoir, par le sentiment amoureux qu’elle avait déclenché en lui…

6 Voir à ce sujet Frances A. Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975 (pour la traduction française.

7 J. Wirth, L’Image médiévale. Naissance et développement (vie-xve siècle), Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p..

8 Un mot reste encore à inventer pour mieux définir le lecteur/spectateur d’images, qu’elles soient médiévales ou non.

9 Pourquoi ne pas tirer un peu les cheveux de l’Interprétation ?…

10 Je ne vois cependant pas son épée, sur la grandeur de laquelle le texte insiste pourtant.

11 Extrait repris de l’analyse de Roger Lathuillère, Guiron le Courtois, étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966, § 110, p. 307.

12 Mais ceci reste très hypothétique…

13 Même si celle du texte, particulièrement ouvragée, n’a justement pas grand-chose à voir avec une caverne naturelle.

14 Cela traduit-il une certaine prise de position idéologique des miniaturistes contre la chevalerie ? En effet, le statut dévolu aux chevaliers dans ce programme iconographique est assez particulier et plutôt critique, ironique même.

15 Cf. la miniature du manuscrit BnF fr. 338.

16 Le roman s’inscrit lui-même dans une lignée de générations puisqu’il est le récit de la « génération des pères » de tous les grands chevaliers arthuriens.

17 Du moins dans la grande majorité des versions conservées.

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : La chambre de Fébus, manuscrit BnF fr. 338, f° 371 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Légende Illustration 2 : La chambre de Fébus, manuscrit BnF fr. 350, f° 286 v°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Illustration 3 : La chambre de Fébus, manuscrit Bodmer 96, t. 2, f° 162 r°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 783k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540