Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

1re partie. Faille, faillite, faute et fatalité du lignage : de l’absence à l’invention

Comment nommer un bâtard arthurien ?

Florence Plet-Nicolas

Texte intégral

  • 1 A. Labbé, « De la difficulté de naître : quelques remarques sur la conception et la naissance dans (...)

1La bâtardise est un sujet abondamment traité par la critique arthurienne : c’est l’un des moteurs du genre, qui s’oppose aux « calmes évidences généalogiques » de la première chanson de geste1. L’onomastique peut apporter à cette question quelques éclairages. Un bâtard naît : il faut bien lui choisir un nom. Et ce choix, on s’en doute, n’est jamais indifférent, marqué qu’il est du double sceau de la forte senefiance des noms propres médiévaux et de celle, non moindre, des noms propres romanesques.

  • 2 E. Baumgartner, « Retour des personnages et mise en prose de la fiction arthurienne au xiiie s. », (...)

2Nous puiserons l’essentiel de nos exemples dans le roman arthurien en prose, parvenu à sa maturité et même bien au-delà, jusqu’au xvie siècle. Les noms propres y fonctionnent dans un corpus bien connu du public, et peuvent jouer de l’implicite sur fond d’intertextualité ; de la sorte, malgré l’hétérogénéité des romans, une sorte de texte global se profile2, certes largement illusoire, mais souligné de l’intérieur même au moins comme une possibilité. De plus, ces romans se plaisent à explorer les lignages : en amont avec les pères, en aval avec les fils, et horizontalement, avec une kyrielle de cousins, frères et autres alliés. Le moindre nom propre s’insère alors dans le paradigme onomastique familial : comment le bâtard peut-il y trouver sa place ?

  • 3 Voir par exemple les traités d’héraldique anglais du xve s. présentés par E. Kooper et J. A. Gooda (...)

3On rêve de trouver des règles de nomination, une identification spécifique du bâtard grâce à son nom, un peu comme l’héraldique qui marque le blason des fils naturels d’un baston (paronomase de bastard) ou d’autres signes3 – mais ce signe n’apparaît qu’à la fin du Moyen Âge, et l’héraldique romanesque semble l’ignorer. En réalité, il faut lire les noms propres au cas par cas, même si nous mettons en place une typologie par commodité. Après un panorama sommaire de la bâtardise réelle au Moyen Âge, nous classerons les fils illégitimes selon que le nom paternel trouve ou non un écho dans le leur, avant de présenter un cas d’engendrement onomastique spontané.

Les bâtards médiévaux

  • 4 J. Mulliez, « La désignation du père. Préambule juridique », in J. Delumeau et D. Roche, dir., His (...)

4Le regard sur la bâtardise a évolué au cours de l’Histoire. À Rome, c’est la décision du père qui fait la légitimité de l’enfant – pas de bâtard, donc ! Dans le monde chrétien médiéval, c’est théoriquement le mariage chrétien qui rend les enfants légitimes4. Pour autant, on sait bien que ce sacrement dernier venu s’est imposé tardivement, avec le principe de la monogamie indissoluble.

  • 5 … et même au-delà. A. Joris, « Un seul amour… ou plusieurs femmes ? », Femmes, Mariages, Lignages (...)

5On peut suivre le fil des unions « à la mode barbare » depuis les Mérovingiens jusqu’au xiie siècle5. Guillaume le Bâtard, héritier de la Normandie, en est l’illustration la plus célèbre.

6Pourtant, le terme d’adresse bastard est insultant. Sont fortement péjoratifs aussi le verbe avoutrer (« commettre un adultère » mais aussi « falsifier ») et le substantif avoutre (< adulter) qui désigne à la fois les parents fautifs et l’enfant issu de leur union, mais aussi « l’étranger », « le mécréant », « le perverti », bref, le marginal réprouvé. Les romans que nous étudions, policés, évitent soigneusement ces mots (à une exception près pour avoutre comme nous le verrons).

  • 6 Merlin en prose, Genève, Droz, 2000, § 3 & 9.
  • 7 Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, t. I, 198, Munich, Hueber, 1963.
  • 8 Titre du chapitre dû à A. Micha dans Études sur le Merlin de Robert de Boron, Genève, Droz, 1980, (...)
  • 9 Dès la fin du xie siècle : J. Mulliez, Histoire des pères, op. cit. p. 39-42.
  • 10 Voir la mise au point à ce sujet de H. Bloch, Étymologie et généalogie, Chicago, 1983, Paris, Le S (...)
  • 11 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. M. Salmon, Paris, Picard, 1900, rééd. 1970, (...)

7Le xiiie siècle apparaît comme une période de rigidification : on peut avancer, comme témoignage littéraire, la tante de Merlin enterrée vive, et le bûcher promis à sa mère6, ou l’institution par une ancêtre de Tristan du jugement qui veut que femme esposee prise en avoutire deüst estre arse7. Littérature ? Il semble bien que ce soit des « reflets du monde contemporain8 ». Les institutions juridiques marginalisent les enfants naturels9. Selon les Établissements de saint Louis, « Bâtard n’a point de lignage », et ne peut donc prétendre hériter10. Dans les Coutumes de Beauvaisis11, les bâtards sont exclus des ordres, des tribunaux, et même des léproseries ; on distingue les « bâtards simples », nés hors mariage de parents libres, des avoutres qui sont nés de l’adultère ou de l’inceste.

  • 12 En particulier à la fin du Moyen Âge : on recense de 10 à 25 % de bâtards connus dans la descendan (...)
  • 13 D. Lett, « Pères modèles, pères souverains, pères réels », Être père à la fin du Moyen Âge, Cahier (...)
  • 14 J. -L. Flandrin, Familles. Parenté, maison, sexualité, dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1 (...)

8Pour autant, la plus grande souplesse est ménagée par toutes sortes de nuances, d’exceptions et de dispenses, sans compter que les Grands se sont toujours considérés au-dessus des règles12. Surtout, il faut relativiser l’approche juridique : essentiellement normative, elle ne rend pas forcément compte de la réalité des choses13. Car en pratique, petits seigneurs, ecclésiastiques, bons bourgeois ou paysans aisés ne semblent pas en reste : pour quiconque a les moyens d’entretenir femmes et enfants, « le concubinage est une forme de polygamie » qui perdurera jusqu’au xvie siècle : la répression se fait alors intraitable, avec des conséquences désastreuses (filles-mères chassées, taux d’abandon en hausse, chances de survie inversement proportionnelles, sans parler des infanticides14).

9Nos romans aristocratiques sont certainement plus en adéquation avec la place du bâtard dans le lignage des princes, à cela près que les stratégies d’intégration relèvent avant tout de l’esthétique romanesque.

Les fils sans pères

10Dans le roman comme dans la réalité, la question du père est la plus brûlante : l’évidence de la maternité, ou la fausse évidence d’un père putatif, pourrait permettre au nom du père génétique de rester absent de celui du fils ; outre que ce n’est pas la seule option, ces noms qui cachent un secret en disent souvent plus qu’il n’y paraît.

Le lignage innommable : Méraugis

  • 15 Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, I, 178. Pour une présentation beaucoup plus complète du person (...)
  • 16 1470 : BnF fr. 112, Michel Gonneau pour Jacques d’Armagnac. On peut lire l’épisode dans R. Trachsl (...)
  • 17 Voir D. Lett, « “L’expression du visage paternel”. La ressemblance entre le père et le fils à la f (...)

11Dans le Tristan en prose, Méraugis reste un personnage embryonnaire, fils incestueux de Marc, mort à sept jours15. Une version tardive16 le fait vivre, en développant un épouvantable roman familial : Marc viole puis séquestre sa nièce enceinte de ses œuvres ; il l’élimine à l’issue de l’accouchement en forêt et laisse aux bêtes sauvages le soin de faire disparaître son corps ; un soupçon de pitié lui fait mettre l’enfant à l’abri, pendu par les pieds dans un arbre, nouvel Œdipe. Recueilli et amené à la cour de Marc, il est baptisé : à défaut du nom du père inconnu, il reçoit celui de son parrain, un certain Méraugis, ce qui a moins pour fonction d’inscrire le filleul dans une parenté spirituelle que de taire son ascendance biologique : il est explicitement un enfant trouvé dont on ne connaît pas le lignage ; mais aussi, implicitement, un enfant qu’on ne peut inscrire à la croisée des lignages, l’inceste brouillant vertigineusement le tramage généalogique. Néanmoins, en grandissant, le fils caché accuse une ressemblance physique de plus en plus frappante avec son père17 : le nom « neutre » du parrain n’est finalement pas le meilleur moyen de garder un secret. Il y a toujours quelque chose de suspect dans l’absence d’indices onomastiques.

Lignage putatif, lignage génétique : nom et surnom

12Après l’inceste, l’adultère le plus réprouvé est le commerce avec une femme mariée : il peut en naître un bâtard, susceptible alors de recueillir indûment l’héritage du père putatif.

Caradoc Briebras

  • 18 E. Baumgartner, « Caradoc ou de la séduction », Mélanges Alices Planche, Annales de la Faculté des (...)
  • 19 Première Continuation de Perceval, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 1993, v. 2104- (...)
  • 20 Nous rendons compte ici de façon sommaire de l’article de M. Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc (...)

13Bien que la prose arthurienne le réduise à un simple rôle de figurant, elle n’ignorait pas l’origine littéraire de Caradoc18, fils de l’enchanteur Eliavrès et d’Ysave : l’époux de cette dernière, le roi Caradoc de Vannes, endosse la paternité en toute inconscience, et même avec enthousiasme19. Une fois la vérité révélée, le lien est suffisamment puissant pour que le roi de Vannes conserve à son « fils » son affection et le garde pour héritier. En réalité, Caradoc s’avère un fils entre deux pères, y compris pour ce qui est de sa dénomination : certes, le père biologique est absent du nom du fils, homonyme de son père d’adoption ; du moins contribue-t-il à l’attribution de son surnom, Briebras, qui le dégage de l’attraction lignagère mensongère, et surtout peu héroïque, du roi de Vannes. C’est son nom propre20.

Mordred

  • 21 Gauvain et Mordred dans l’armorial BnF fr. 12597 (1480-90) ; R. Trachsler, Clôtures…, op. cit., p. (...)
  • 22 Voir l’argumentation appuyée sur des traités d’héraldique du xve siècle anglais : « Was Gawain a b (...)

14Reste Mordred. Comme Méraugis, ce fils incestueux porte un nom sans rapport avec celui d’Arthur son père. Comme Caradoc, il est élevé par l’époux de sa mère, le roi Loth d’Orcanie, mais sans transmission du nom, comme s’il était coupé de tout lignage, biologique ou putatif. Sur le tard, pourtant, les armoriaux des chevaliers de la Table Ronde tendent à lisser les signes onomastiques : le surnom d’Orcanie est attribué à Loth, Gauvain et Mordred21 ; de même les armoiries inscrivent-elles tous les membres de la famille dans une déclinaison à la morphologie homogène22 (illustration 1).

  • 23 À noter : dans le Conte du Graal, lorsque Gauvain énumère ses frères, il n’en compte que quatre et (...)
  • 24 Discutés, au demeurant. Voir J. Marx, La légende arthurienne et le Graal, Paris, Presses Universit (...)

15Néanmoins, le nom n’en reste pas moins signe d’une filiation problématique pour peu qu’on se place sur le plan du lignage horizontal : ses (demi)-frères légitimes, Gauvain, Agravain, Gaheriet, Guerrehet, partagent une consonne commune, [g], qui exclut implicitement Mordred de la fratrie. R. Trachsler me fait remarquer qu’en diachronie, l’argument ne fonctionne plus : chez Wace et Geoffroy de Monmouth, Gauvain et Mordred sont les deux seuls fils de Loth, il n’est question ni de bâtardise ni d’inceste23. Ces personnages, et leurs noms, sont d’origine hétérogène : contrairement à Mordred (un guerrier historique, mentionné dans les Annales Cambriae, puis repris dans les triades galloises), Gauvain a des antécédents celtiques24. Pour autant, dès lors que Mordred est institué frère bâtard dans une fratrie homogène, la dissonance devient en synchronie une connotation pertinente de son nouveau statut littéraire.

Illustration 1 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (Benoist Rigaud, Lyon, 1590) © Phénix édition, 2000.

16En revanche, la syllabe initiale peut suggérer une filiation onomastique avec Morgane sa tante, et l’ébauche d’un lignage du mal. Mais d’Arthur, point de trace.

Le lignage maternel

17De la mère du moins, est-on sûr. Son lignage peut fournir sans ambiguïté le nom de l’enfant.

Merlin

  • 25 Lancelot en prose (éd. A. Micha, Genève, Droz, 9 vol., 1975-1983, VII, p. 38, p. 41) ; Merlin en p (...)

18Merlin est né d’un diable : pour che fu il apelés li enfes sans pere. Malgré cette périphrase, il n’est pas innommable. Son père diabolique l’appelle Merlin, selon le Lancelot ; mais dans le Merlin en prose, c’est la mère qui décide : — Coment voudroiz vos que il ait non ? — Ansi comme mes peres ot : Mellins25. Dans cette version, mort violente, suicide et prostitution ont eu raison du lignage de Merlin l’aïeul : cette diabolique entreprise de destruction systématique doit culminer avec l’engendrement d’un Antéchrist, né d’une vierge et d’un incube. Chacun sait que ce plan échoue, ce dont témoigne le nom de l’enfant : le nommer Merlin, c’est effacer la trace du père-diable, faire renaître l’aïeul et réduire à néant l’entreprise maléfique.

Hestor des Marés

  • 26 Lancelot en prose IV, p. 223-228.

19L’histoire d’Hestor des Marés est tout à l’opposé. Certes, ce bâtard du roi Ban semble sans lien onomastique avec son père. Son surnom lui vient de son grand-père maternel, le duc des Marés. Lancelot n’a jamais deviné qu’ils sont demi-frères, jusqu’au jour où, hébergé dans le château où Hestor fut conçu et élevé, il s’entretient en toute sympathie avec l’oncle et la mère d’Hestor, découvrant même que celle-ci a rencontré sa propre mère en bonne amitié26. Il semble que l’intégration du frère bâtard au lignage n’ait été différée que pour mieux souligner l’excellence de l’incorporation : l’épisode est empreint de joie, la nouvelle recrue est un chevalier qui fait honneur à la famille. Sans compter que Lancelot vient lui-même d’engendrer un bâtard : reconnaître son frère, c’est aussi accepter son fils.

  • 27 Voir A. Berthelot, « Bohort, Blanor, Blyoblerys… : À quoi sert le lignage de Lancelot ? », in D. B(...)
  • 28 Un autre passage du Lancelot en prose est sévère pour le pechié du roi Ban, dont le poids pèse pou (...)

20Comme par anticipation, le nom d’Hestor le destinait à prendre place parmi les Nestor, Boorth et Blanor, et dans une moindre mesure, B-liobleris, Lancelot et Lionel27. Il rejoint en toute harmonie la petite mélodie familiale de la branche paternelle. L’iconographie, encore une fois, souligne sa parfaite appartenance au lignage : il brise sur les armoiries du chef du lignage, Lancelot, mais ni plus ni moins que les autres membres de la famille (illustration 2). Une belle miniature du ms BnF fr. 112 donne même au bâtard une place centrale entre ses cousins légitimes, Lionel (à gauche) et Bliobleris de Gaunes (à droite), dans un tournoi où les armoiries du lignage de Ban dominent dans l’enchevêtrement des armes, des armures et des chevaux (illustration 3). On mesure à quel point la situation est radicalement opposée à celle de Mordred, dont les armoiries usurpent les marques d’un lignage qui n’est pas le sien, alors qu’Hestor est de plein droit accueilli dans le lignage paternel28. Dans les deux cas, ce sont les marques onomastiques horizontales qui en disent le plus sur l’appartenance (ou non) au lignage vertical.

21Au total, ces noms qui taisent celui du père sont assortis de nuances implicites propres à trahir un secret plus ou moins connu, sauf si, comme dans le cas de Merlin, l’effacement relève de la récusation du père plus que du secret.

Illustration 2 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (op. cit.)

Les « bâtards de leur père »

  • 29 Voir E. Kooper et J. A. Goodall, « Was Gawain a bastard ? », art. cité.

22Somme toute, les bâtards qui ne sont nés ni de l’inceste, ni d’une femme mariée, sont parfaitement avouables. Les plus grands personnages ont été conçus hors mariage, avant régularisation : tel est le cas d’Arthur, de Tristan, et même de Gauvain selon certaines versions29. Même ceux dont la mère reste célibataire peuvent être reconnus par leur père, et portent souvent des noms qui les rattachent explicitement à leur lignage paternel.

Le nom du frère : Yvain l’Avoutre

23Ainsi du nom d’Yvain l’Avoutre. Selon le Conte du Graal, le roi Urien a deux fils, tous deux excellents chevaliers et parfaits courtisans :

Illustration 3 : Tournoi de Sorelois (BnF 112, f. 184. Gallica)

Li uns mes sire Yvains a non […]
Et li autres ra non Yvains,
Qui n’est pas ses frere germains ;
Por ce l’apele l’an l’Avoutre. (v. 8152-9)

  • 30 Variantes : Basturien, ou Bast le roi Urien (V, p. 6).
  • 31 A. Rey, dir., Robert historique de la langue française.

24Dans le Lancelot en prose, la paternité établie par Chrétien de Troyes est furtivement attribuée à Urien de Bast30, comme si la bâtardise se transmettait du fils au père à travers leurs surnoms : l’expression fils, fille de bast attestée au xiiie siècle (« conçu ou né sur un bât ») a longtemps passé pour l’étymologie du mot bastard31. Dans la Suite-Vulgate du Merlin, l’Avoutre est né de la femme de son sénéchal.

25La reconnaissance onomastique du fils naturel prend une allure paradoxale : le statut de bâtard est mis en avant par un surnom péjoratif, alors que le surnom patronymique (le fils le roi Urien)est réservé au fils légitime. Pour autant, le bâtard, chevalier de qualité, n’est jamais dévalorisé ; l’identité du nom de baptême suggère une certaine égalité des deux fils, les surnoms classant simplement chacun selon sa filiation. Apparemment disqualifié sur l’axe vertical, le personnage prend toute sa place sur l’axe horizontal.

Patronymies

Galaad hors-père

  • 32 Il est par ailleurs pleinement admis dans son lignage, en particulier par son oncle Boorth.
  • 33 « Le thème du nom dans la carrière héroïque de Lancelot du Lac. La révélation du nom et du lignage (...)
  • 34 Lancelot en prose : surnom de Galaad (V, 35) ; double nom de Lancelot (VII, 1, II, 31, 36. Voir au (...)
  • 35 Sans compter la troublante confusion entre Gala (h) ad et sa variante Galahos. Lancelot en prose, (...)
  • 36 H. Bloch, op. cit., p. 286.

26Ce n’est pas le cas de Galaad, du moins sur le plan onomastique32 : contrairement à Hestor son oncle, ce fils naturel de Lancelot ne reprend pas les sonorités en -o (r), peut-être propres à la génération précédente. En revanche, son nom emprunté au lignage paternel s’inscrit sur l’axe vertical, dans le très complexe système d’alternance des noms ancestraux Lancelot et Galaad, remarquablement étudié par M. L. Chênerie33. Si Lancelot du Lac porte bien le nom de son grand-père, son bâtard fait l’économie de son aïeul Ban, et reprend, relève, pourrait-on dire, le nom de Galaad, établissant une série de denses filiations onomastiques. Car tel était le nom de baptême de Lancelot, nom perdu pour cause de luxure, mais disponible pour son chaste fils (Galaad li Virge) : vis-à-vis de son père, l’Élu est à la fois le même et l’autre34. De surcroît, l’homonymie le rattache à un ancêtre de haut prestige : le premier Galaad de la dynastie est le fils cadet de Joseph d’Arimathie, éponyme du pays de Galles… pays de Perceval le Gallois, autre prétendant sérieux au Graal. Enfin, par pur engendrement sonore, Galaad est littéralement voué au Graal35. Certes donc, il se place nettement sur un axe lignager diachronique, mais dans une diachronie qui perturbe la fluidité généalogique, dont il s’extrait, évinçant le père au profit de la lignée, clôturant la descendance par un retour aux sources du christianisme. Pour en revenir à la bâtardise, l’adultère que commet Lancelot avec Guenièvre, femme mariée, ne donne pas de fruit, c’est un péché stérile que souligne le nom perdu de Galaad ; nom gagné pour l’enfant non du péché, mais d’une « conception presque immaculée » et fertile avec une vierge, « second Christ » qui « se soustrait à toute généalogie »36.

Helain et les Hélène (s)

  • 37 Lancelot en prose, II, p. 196-197.
  • 38 « Histoire d’Helain le Blanc : du Lancelot au Tristan en prose », « Et c’est la fin pour quoy somm (...)

27La conception sous contrainte magique d’Helain le Blanc, fils de Boorth et de la fille du roi Brangoire37, rappelle celle de Galaad. Même si le destin de l’Élu du Graal est sans commune mesure avec celui de son petit cousin Helain, personnage plus que furtif dans le corpus arthurien, E. Baumgartner38 a mis en lumière que l’épisode concilie « les exigences de l’errance, qui assure la relance du récit dans l’espace arthurien, avec l’expansion dans le temps linéaire, qui impose une autre sorte de renouvellement : la création de lignages, la mise au monde de nouvelles générations de héros » (p. 140). La bâtardise s’avère une bonne solution, générant deux personnages complémentaires (p. 142).

  • 39 Ces noms sont fort variables : Amite-Helizabel (Lancelot en prose, éd. Micha) pour Helayne (Lancel (...)
  • 40 Celle de David par Hélaine et Evaine ; celle de Joseph d’Arimathie par Helaine fille de Pellés. Vo (...)

28L’examen onomastique ne fait que confirmer ces données. Sans être un patronyme, la dénomination d’Helain l’insère dans le lignage paternel, par dérivation régressive des noms d’(H) elaine et Evaine, grand-tante et grand-mère qu’il partage en miroir avec Galaad. La parenté avec ce dernier se trouve encore renforcée si l’on convoque la fille du roi Pellés, mère de Galaad : selon certaines versions, elle aussi s’appelle (H) élayne. Curieux transferts, sinueuses infusions onomastiques, à peine lisibles39, qui concentrent en ce petit cousin profane l’héritage de deux lignées sacrées40, normalement dévolu à Galaad.

  • 41 Sur ce motif très largement étudié, voir F. Plet, « Incognito et renommée : les innovations du Tri (...)

29Le Vierge ; le Blanc : leurs surnoms les « afrèrent » sans céder sur la répartition : à l’Élu, sainte chasteté ; à son cousin, blancheur d’un écu plain peut-être, signe des chevaliers nouveaux ou du renouveau de chevalerie41 – ou encore blancheur de la page qui reste à écrire pour ce personnage dont une prolepse annonce qu’il sera empereur de Constantinople (Lancelot en prose, II, 198).

Arthur le Petit

  • 42 Tristan en prose, VII, 17, IX, 21.
  • 43 Le manuscrit BnF fr. 112 déjà mentionné note 16. À lire : R. trachsler, Clôtures…, op. cit, p. 246 (...)

30Arthur le Petit42, fils au nom transparent, nous ramène à de plus simples filiations. Voire. Les origines de ce bâtard du roi de Logres sont élucidées dans une version tardive43. Thanas, père de la toute jeune fille violée par le roi, somme Arthur de choisir le nom de son petit-fils à naître : Guenièvre, si c’est une fille (ce qui donnerait une étonnante légitimité à cette enfant virtuelle) ; sinon, Arthur le Petit, en remembrance de moy, qui suis Artus le Grant : le legs du nom exprime clairement la reconnaissance anticipée du bâtard, mais la nuance du surnom le met à sa juste place : il ne saurait lui succéder. D’ailleurs, ses armoiries ne reprennent aucunement celles du roi (illustration 4).

Illustration 4 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (op. cit.)

  • 44 BnF 12597 (1480-90), ibid., p. 531.

31Au demeurant, l’enfant est dans la même situation que ces bâtards assumés par leur lignage maternel. Mais la dénomination choisie par le père écarte toute représentation onomastique de ce côté-là. Heureusement, car le grand-père est un monstre, qui se déchaîne à la naissance de l’enfant : viol de sa bru, meurtre de son fils et de sa fille à peine accouchée, exposition du bébé… recueilli par Morgue au bord d’un lac ! Cette entrée dans la vie pourrait laisser présager un destin exceptionnel, mais le poids du surnom condamne le personnage romanesque aux seconds rôles : d’ailleurs, le portrait qu’en donne un armorial44, prenant au pied de la lettre le surnom, est sans appel : il est petit, gros et entassé !

32Ces fils reconnus par leur père, même s’ils portent une sorte de patronyme, n’ont pas une place qui va de soi dans le lignage. L’axe horizontal, frères et cousins, qui semble souvent plus apte à l’accueil onomastique des bâtards (Hestor, Yvain), ne fonctionne pas toujours : bien que dans une situation comparable à celle d’Hestor, Arthur le Petit reste isolé ; il n’est jamais relié à son demi-frère Mordred ou à ses cousins Gauvain et frères, ni sur le plan du nom, ni sur celui des relations ; quant à Galaad et Helain, des acrobaties onomastiques peinent à les lier : signe non négligeable, malgré l’apparente intégration à leur famille paternelle – leur destin est « hors-lignage ».

Matronymie et patronymie : Ysaïe le Triste

  • 45 Première continuation de Perceval, v. 9447-56.
  • 46 Ysaÿe le Triste, éd. A. Giacchetti, Rouen, Université de Rouen, 1989.
  • 47 Un roman italien, Due Tristani, imprimé au xvie s., imagine aussi aux amants un fils et une fille (...)
  • 48 § 7 ; einsir : de exire, « provenir de, être issu de ».
  • 49 M. Szkilnik, « L’ombre de Lancelot dans Ysaye le Triste », Lancelot-Lanzelet, op. cit., p. 363. Se (...)
  • 50 Ce nom pourrait aussi bien dériver de celui de la mère de l’enfant : Marte ; mais il vient en fait (...)
  • 51 Je parle bien de cohérence onomastique : la communication de J. -M. Pastré dans ce même volume mon (...)

33Un dernier cas de figure reste à envisager : un bâtard reconnu pourrait tout aussi bien concentrer en lui les noms de son père et de sa mère, tel Branguemuer au nom miparti, fils de la fée Brangespart et de Guigamuer45. Dans un roman tardif, Ysaïe le Triste46, les amants de Cornouailles ont une descendance47 : Yseut, ayant secrètement accouché dans le Morois, demande à un ermite de lui trouver un nom qui ensieuche le son pere et le (s) ien48. On a souligné que l’effacement de Tristan dans le roman commence par ce baptême initial : le matronyme est prépondérant, puisqu’Yseut lègue son nom masculinisé par un changement de « suffixe », le patronyme étant relégué dans le surnom, appendice fluctuant secondaire dans l’onomastique médiévale49. Soit. Mais Yseut ne s’efface-t-elle pas tout autant une fois l’enfant né ? Si on lit le nom tel que la mère l’a voulu, c’est-à-dire combinant les noms des parents, ce qui se joue à l’orée de ce nouveau roman, c’est un constat sur l’ancienne matière : le lignage de Tristan et d’Yseut est réductible à ce seul duo. Et peut-être même au triangle qu’ils forment avec le roi Marc : car le fils naturel d’Ysaïe portera le nom de son grand-oncle paternel. Même si l’auteur semble se complaire à brouiller les pistes50, c’est bien le nom de Marc que nous lisons. Aux lignages horizontal et vertical de Lancelot qui se déploient, répond ce lignage minimal, triangulaire, de Tristan : qu’on lui invente des ancêtres en amont, aucune cohérence onomastique51 ne les soude ; qu’on lui invente une descendance en aval, on ne peut que tourner en rond sur ces trois noms.

Génération onomastique de bâtard

Tor le fils Arés

  • 52 Erec et Enide : v. 1524, 1724. Lancelot en prose : VII, p. 261, où Arés est présenté comme le roi (...)
  • 53 Commensal trop prompt à se moquer d’un chevalier cornouaillais (éd. R. S. Curtis, III, 812 sq.) ou (...)
  • 54 Comme le fait J. -Cl. Faucon, dans son index des noms propres, t. IV, p. 399.
  • 55 Merlin-Huth, éd. Paris et Ulrich, Paris, 1886, vol. II, p. 114, ou La Suite du roman de Merlin, éd (...)
  • 56 Book III, chapter 21.
  • 57 « Half by force he had my maidenhead ».

34Venons-en pour finir à Tor, le fils Arés. La situation de famille de ce personnage ancien dans le corpus arthurien est floue. Son surnom l’affilie à Arés (parfois le roi Arés), inconnu par ailleurs. Il figure d’abord dans des listes d’Érec et Énide, du Lancelot puis du Tristan en prose52. Ce dernier roman lui accorde de petits rôles53 et un lignage, celui de Pellinor de Listenois. Mais selon les passages, il est son petit-fils (IV, 31) ou son fils : quatre frere carnel, tout chevalier : Tor, Agloval, Drian et Lamorat (IV, 132) – ce qui contredit son surnom habituel. Faut-il supposer deux Tor différents54 ? La suite du roman de Merlin55 tranche, suivi par Thomas Malory56 : Tor est bien le fils, bâtard, du roi Pellinor et d’une pastourelle qu’il a « à demi57 » violée. Le paysan Arés a adopté l’enfant, épousé la mère, lui a donné douze fils laborieux, avant de rendre Tor au milieu chevaleresque.

35L’inflexion du personnage vers la bâtardise donne à penser que tout lignage a besoin de son frère illégitime : Tor est à Lamorat ce que Mordred et Hestor sont à Gauvain et Lancelot. Toutefois, ce personnage embryonnaire préexistant semble inséré en force dans la fratrie. Pourquoi Tor précisément ? Je pose que TOR le fils ARÉS subit, par homophonie partielle, l’attraction de la bâtardise attachée au nom d’Hestor des Marés :

TOR le fils ARÉS
hesTOR des mARÉS

36Les copistes étaient manifestement troublés par ces deux noms, qu’ils confondent parfois :

  • 58 Érec ms P, éd. J. M. Fritz, Paris, Livre de Poche, « Lettres Gothiques », 1992, v. 1524, p. 136.
  • 59 Ms N, Tristan en prose, éd. Ph. Ménard, II, p. 408, note du § 207, 53.

Et Torz li filz le roi Arés > Hector li fix le roi Yrés (Érec, fin xiiie s.58)
Tor, li fiex Arés > Hector… le filz Érec ( sic) (Tristan en prose, fin xive s.59)

37Jusqu’à la fusion :

Ector le fils d’Arés(Ysaïe le Triste, § 8, xve s.)

Échos historiques

38Le fait qu’un nom arthurien puisse fonctionner comme nom de bâtard trouve une illustration hors roman en la personne d’Yvain de Lescar, fils naturel de Gaston Febus. Le fils légitime, s’il portait le nom de Gaston, n’en mourut pas moins assassiné par son propre père. En revanche, Messire Yvain de Galles, le bâtard de Foix était, dit-on, le fils préféré, à qui était destinée la succession s’il n’avait flambé au bal des Ardents en 1393. Le choix d’un tel nom pourrait bien renvoyer à Yvain l’Avoutre.

  • 60 Pratique courante, même avec des noms moins répandus que Jean : par exemple, au xiiie siècle, le p (...)

39Quant à l’intégration du bâtard à une prestigieuse fratrie, la fiction trouve de nombreux échos. Par exemple, au xve siècle, dans la figure historique de Dunois, compagnon de Jeanne d’Arc. Ce fils naturel de Louis d’Orléans est parfaitement intégré : par le nom, d’abord, qu’il partage avec son demi-frère légitime Jean d’Angoulême60 ; par l’accueil, si l’on ose dire, de Valentine Visconti, l’épouse légitime, qui rassemble autour d’elle les forces vives de son lignage après l’assassinat de son époux (bon calcul : il sera toujours le plus fidèle soutien de ses frères) ; par sa carrière, enfin : elle n’est en rien celle d’un marginal, mais celle d’un grand capitaine, d’un homme politique, d’un diplomate – d’un grand seigneur. Son fils deviendra même le beau-frère de Louis XI.

40La qualité de bâtard peut être intégrée au nom, comme surnom (Guillaume le Bâtard) ou comme titre, ce qui ne manque pas de panache : le Grand Bâtard de Bourgogne, ou Dunois, le Bâtard d’Orléans, déjà cité. Dans cette famille, d’ailleurs, deux noms d’enfants illégitimes prennent une résonance savoureuse : un neveu de Dunois doit à son père Philippe comte de Vertu l’extraordinaire titre de Bâtard de Vertu ; et une demi-sœur de François I er répond au nom de Souveraine d’Orléans, ce qui laisse rêveur.

  • 61 A. Molinier, Histoire des pères, op. cit. p. 91.

41« Rois et nobles trouvent dans leurs enfants illégitimes plusieurs motifs de satisfaction : l’appétit de jouissance se double de l’orgueil d’avoir conçu de beaux enfants qu’ils reconnaissent et qui renforcent la puissance de leur race ou de leur lignage61 » (… cruelle consanguinité des mariages légitimes !). La prégnance des romans arthuriens dans la culture de la fin du Moyen Âge a peut-être aussi favorisé un certain prestige du bâtard aristocratique.

42On aimerait déceler de claires règles de nomination comme en trouvent parfois les anthropologues dans les sociétés fortement structurées. Mais non, pas de belle mécanique bien huilée… pour la plus grande gloire de l’implicite. Que le nom des parents soit tenu secret dans le nom du fils, qu’il soit partiellement révélé ou tout à fait explicite, il y a toujours quelque chose à déchiffrer entre ses lettres, sans que le code soit d’emblée donné. Le nom propre entre en relation avec d’autres avec lesquels il forme paradigme ; il entre aussi dans le grand syntagme du récit, lui-même intégré dans l’ensemble plus vaste de la littérature arthurienne. L’implicite à lui attaché est alors susceptible de constituer un petit récit minimal, comme Richard Trachsler au début de son livre, Disjointures – conjointures, et moi-même, dans ma thèse, l’avons montré. Voilà pourquoi, sans doute, les bâtards arthuriens sont si précieux au récit, depuis la grande figure de l’achèvement qu’est Galaad, jusqu’aux modestes comparses susceptibles, le temps d’un épisode, de renouer les fils de l’aventure, mieux que d’autres peut-être. Dans le corpus arthurien, suivre les fils entrecroisés des lignées, même si ces fils sont distribués en nombreux romans sur plusieurs siècles, c’est tenter artisanalement de tisser le tissu du texte arthurien. Dans le lignage perçu comme tissage, les bâtards forment des nœuds apparents, mais qui contribuent à la solidité du tissu. On peut violer (à demi ou non) les jeunes filles, les femmes mariées, voire les sœurs ou les nièces, l’important reste de leur faire de beaux enfants.

Notes

1 A. Labbé, « De la difficulté de naître : quelques remarques sur la conception et la naissance dans le roman de Merlin ». Merlin, roman du xiiie siècle, Robert de Boron, textes réunis par D. Quéruel et Ch. Ferlampin-Acher, Paris, Ellipses, 2000, p. 41-51. Mes premières réflexions sur ce sujet ont été accueillies par A. Labbé et son équipe à Toulouse.

2 E. Baumgartner, « Retour des personnages et mise en prose de la fiction arthurienne au xiiie s. », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, t. 43, 1991. Repris dans De l’histoire de Troie au Livre du Graal. Le temps, le récit, Orléans, Paradigme, 1994, p. 469 sq.

3 Voir par exemple les traités d’héraldique anglais du xve s. présentés par E. Kooper et J. A. Goodall, dans leur article « Was Gawain a bastard ? », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, t. 53, 2001, p. 397 sq.

4 J. Mulliez, « La désignation du père. Préambule juridique », in J. Delumeau et D. Roche, dir., Histoire des pères et de la paternité, Paris, Larousse, 1990, chap. I, p. 28 et 34.

5 … et même au-delà. A. Joris, « Un seul amour… ou plusieurs femmes ? », Femmes, Mariages, Lignages (xii-xives.). Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles, De Boeck Université, 1992, p. 197 sq.

6 Merlin en prose, Genève, Droz, 2000, § 3 & 9.

7 Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, t. I, 198, Munich, Hueber, 1963.

8 Titre du chapitre dû à A. Micha dans Études sur le Merlin de Robert de Boron, Genève, Droz, 1980, en particulier p. 112-114.

9 Dès la fin du xie siècle : J. Mulliez, Histoire des pères, op. cit. p. 39-42.

10 Voir la mise au point à ce sujet de H. Bloch, Étymologie et généalogie, Chicago, 1983, Paris, Le Seuil, 1989, p. 101.

11 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. M. Salmon, Paris, Picard, 1900, rééd. 1970, tome II, chap. XVIII.

12 En particulier à la fin du Moyen Âge : on recense de 10 à 25 % de bâtards connus dans la descendance des Grands, aux xv-xvie siècles, et ceux-ci n’ont rien de marginaux. A. Molinier, Histoire des pères, op. cit. p. 91.

13 D. Lett, « Pères modèles, pères souverains, pères réels », Être père à la fin du Moyen Âge, Cahiers de recherche médiévale, 4, 1997, p. 8-9. Voir aussi les anciennes pratiques prénuptiales locales : A. Molinier, « Pérenniser et concevoir ; la paternité illégitime », Histoire des pères, op. cit. p. 93.

14 J. -L. Flandrin, Familles. Parenté, maison, sexualité, dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976, p. 176-182.

15 Tristan en prose, éd. R. L. Curtis, I, 178. Pour une présentation beaucoup plus complète du personnage, en particulier dans ses rapports avec le roman en vers, il convient de lire l’article de M. Szkilnik dans le présent recueil : « Méraugis, l’homme sans père ».

16 1470 : BnF fr. 112, Michel Gonneau pour Jacques d’Armagnac. On peut lire l’épisode dans R. Trachsler, Clôtures du cycle arthurien, Genève, Droz, 1996, p. 241 n. 12.

17 Voir D. Lett, « “L’expression du visage paternel”. La ressemblance entre le père et le fils à la fin du Moyen Âge : un mode d’appropriation symbolique », Être père…, op. cit. p. 115-125. R. Trachsler rapproche cet épisode de la fin épouvantable de Marc selon le même manuscrit : le roi, attaché à un arbre, est proprement dévoré vivant par un ours qui commence par le visage (Clôtures…, op. cit., p. 240-42).

18 E. Baumgartner, « Caradoc ou de la séduction », Mélanges Alices Planche, Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de la faculté de Nice, 1984, p. 61-69, rééd. De l’histoire de Troie…, op. cit., p. 254-255.

19 Première Continuation de Perceval, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 1993, v. 2104-2109.

20 Nous rendons compte ici de façon sommaire de l’article de M. Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc », auquel nous renvoyons (Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, 40, 1988, p. 268-286).

21 Gauvain et Mordred dans l’armorial BnF fr. 12597 (1480-90) ; R. Trachsler, Clôtures…, op. cit., p. 504-506 (pour autant, la notice de Mordred est parfaitement explicite sur sa filiation réelle, p. 506). De même à la fin de la Renaissance, dans l’armorial de 1590, illustration 1.

22 Voir l’argumentation appuyée sur des traités d’héraldique du xve siècle anglais : « Was Gawain a bastard ? », art. cité, p. 403.

23 À noter : dans le Conte du Graal, lorsque Gauvain énumère ses frères, il n’en compte que quatre et ne nomme pas Mordred (v. 8135-42).

24 Discutés, au demeurant. Voir J. Marx, La légende arthurienne et le Graal, Paris, Presses Universitaires de France, 1952 ; Slatkine Reprints, Genève, 1996, p. 67 n. 2.

25 Lancelot en prose (éd. A. Micha, Genève, Droz, 9 vol., 1975-1983, VII, p. 38, p. 41) ; Merlin en prose (§ 10, p. 49-55), éd. A. Micha, Genève, Droz, 1983 & 2000.

26 Lancelot en prose IV, p. 223-228.

27 Voir A. Berthelot, « Bohort, Blanor, Blyoblerys… : À quoi sert le lignage de Lancelot ? », in D. Buschinger et M. Zink, dir., Lancelot-Lanzelet, Mélanges Alexandre Micha, Greifswald, Reineke-Verlag, 1995, p. 22, et F. Plet, La Création du monde. Les noms propres dans le Tristan en prose (thèse à paraître chez Champion), chap. 8.2, « Consonances ».

28 Un autre passage du Lancelot en prose est sévère pour le pechié du roi Ban, dont le poids pèse pourtant moins sur Hestor que sur Lancelot (II, p. 37).

29 Voir E. Kooper et J. A. Goodall, « Was Gawain a bastard ? », art. cité.

30 Variantes : Basturien, ou Bast le roi Urien (V, p. 6).

31 A. Rey, dir., Robert historique de la langue française.

32 Il est par ailleurs pleinement admis dans son lignage, en particulier par son oncle Boorth.

33 « Le thème du nom dans la carrière héroïque de Lancelot du Lac. La révélation du nom et du lignage », Littératures, 12, 1985, en particulier la fin de l’article, p. 24 sq.

34 Lancelot en prose : surnom de Galaad (V, 35) ; double nom de Lancelot (VII, 1, II, 31, 36. Voir aussi V, 127). Conception de Galaad (IV, 210-211). La ressemblance physique est par ailleurs criante (Queste, p. 3).

35 Sans compter la troublante confusion entre Gala (h) ad et sa variante Galahos. Lancelot en prose, VII, p. 1, n. 3.

36 H. Bloch, op. cit., p. 286.

37 Lancelot en prose, II, p. 196-197.

38 « Histoire d’Helain le Blanc : du Lancelot au Tristan en prose », « Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble », Hommage à Jean Dufournet, Paris, Champion, 1993, p. 140.

39 Ces noms sont fort variables : Amite-Helizabel (Lancelot en prose, éd. Micha) pour Helayne (Lancelot en prose, éd. Sommer, III, p. 104 ; Tristan en prose, éd. dir. Ph. Ménard, VI, 84, VII, 226) ; Helayn, Elyas ou Helyant, dans le seul t. VI du Tristan en prose, éd. Ph. Ménard, 42, 80, 112). Mais ils sont susceptibles de s’apparenter, puisque certains copistes les ont transcrits ainsi.

40 Celle de David par Hélaine et Evaine ; celle de Joseph d’Arimathie par Helaine fille de Pellés. Voir E. Baumgartner, « Sainte (s) Hélène (s) », Femmes, Mariages, Lignages (xii-xive s.). Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles, De Boeck Université, 1992, p. 43-54, rééd. De l’histoire de Troie… op. cit., p. 352-55.

41 Sur ce motif très largement étudié, voir F. Plet, « Incognito et renommée : les innovations du Tristan en prose », Romania, 120, 2002, p. 423.

42 Tristan en prose, VII, 17, IX, 21.

43 Le manuscrit BnF fr. 112 déjà mentionné note 16. À lire : R. trachsler, Clôtures…, op. cit, p. 246-248.

44 BnF 12597 (1480-90), ibid., p. 531.

45 Première continuation de Perceval, v. 9447-56.

46 Ysaÿe le Triste, éd. A. Giacchetti, Rouen, Université de Rouen, 1989.

47 Un roman italien, Due Tristani, imprimé au xvie s., imagine aussi aux amants un fils et une fille quasiment homonymes de leurs parents. E. Löseth, Le roman de Tristan en prose, Paris, Bouillon, 1891. Réimpr. New-York, 1976, p. XXIII.

48 § 7 ; einsir : de exire, « provenir de, être issu de ».

49 M. Szkilnik, « L’ombre de Lancelot dans Ysaye le Triste », Lancelot-Lanzelet, op. cit., p. 363. Selon P. Victorin, « Yseut échoue à le placer dans le lignage de Tristan » (« La Reine Yseut et la Fée Morgue ou l’impossible maternité dans Ysaïe le Triste », La mère au Moyen Âge, Bien dire et bien aprandre, 16, 1998, p. 266).

50 Ce nom pourrait aussi bien dériver de celui de la mère de l’enfant : Marte ; mais il vient en fait du parrain de l’enfant, ung chevalier que Mars estoit appellés (§ 240).

51 Je parle bien de cohérence onomastique : la communication de J. -M. Pastré dans ce même volume montre assez le talent des prosateurs pour donner à Tristan une préhistoire adéquate. Mais ce lignage où les fils onomastiques ne parviennent pas à se tisser est tout de même significatif. De même, la tentative de couler la matière tristanienne dans un moule aristocratique et policé, largement réussie dans le Tristan en prose, vole en éclat au moment de la mort des amants, résurgence comme involontaire de ce qui fait l’essence du mythe tristanien. Voir La création du monde, op. cit., chap. 10.2 : « La mort : une barbare et âpre joie » et conclusion.

52 Erec et Enide : v. 1524, 1724. Lancelot en prose : VII, p. 261, où Arés est présenté comme le roi d’Altice ; p. 335 ; p. 388. Tristan en prose, éd. Ph. Ménard, II, 207.

53 Commensal trop prompt à se moquer d’un chevalier cornouaillais (éd. R. S. Curtis, III, 812 sq.) ou gardien de pont (éd. Ph. Ménard, I, 139).

54 Comme le fait J. -Cl. Faucon, dans son index des noms propres, t. IV, p. 399.

55 Merlin-Huth, éd. Paris et Ulrich, Paris, 1886, vol. II, p. 114, ou La Suite du roman de Merlin, éd. G. Roussineau, Genève, Droz, 1996, § 309-312.

56 Book III, chapter 21.

57 « Half by force he had my maidenhead ».

58 Érec ms P, éd. J. M. Fritz, Paris, Livre de Poche, « Lettres Gothiques », 1992, v. 1524, p. 136.

59 Ms N, Tristan en prose, éd. Ph. Ménard, II, p. 408, note du § 207, 53.

60 Pratique courante, même avec des noms moins répandus que Jean : par exemple, au xiiie siècle, le poète Gui de la Marche est homonyme de son frère légitime ; la généalogie royale offre de nombreux exemples.

61 A. Molinier, Histoire des pères, op. cit. p. 91.

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (Benoist Rigaud, Lyon, 1590) © Phénix édition, 2000.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Illustration 2 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Illustration 3 : Tournoi de Sorelois (BnF 112, f. 184. Gallica)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Illustration 4 : La Devise des armes des chevaliers de la Table Ronde (op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540