Versione classicaVersione mobile

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

1re partie. Faille, faillite, faute et fatalité du lignage : de l’absence à l’invention

Au nom du père. Paternité et lignage dans la Première continuation et Le Bel Inconnu

Marie-Madeleine Castellani

Testo integrale

  • 1 Colette-Anne Van Coolput, « La réaction de quelques romanciers postérieurs », The legacy of Chréti (...)
  • 2 Celui-ci apparaît dans la Première Continuation (éd. W. Roach, présentation et trad. C. A. Van Coo (...)
  • 3 On notera cependant que Chrétien fait brièvement mention d’un fils d’Arthur qui n’a pas d’autre ex (...)
  • 4 Perlesvaus, éd. W. A. Nitze, Chicago, 1932-1937, l. 6343-6354.

1Le lecteur de la Première Continuation est frappé par la place éminente qu’y tient la question du lignage en général et, en particulier, du lignage d’Arthur. On a pu remarquer, comme le fait par exemple Colette-Anne Van-Coolput, que dans les textes en prose du xiiie siècle « l’insertion par parenté, [qui est] relativement peu utilisée par Chrétien [est] largement exploitée après lui1 ». Mais, dans ces romans, en particulier dans le cycle du Lancelot-Graal, le lignage du roi est essentiellement horizontal, avec les quatre neveux, Gauvain, Agravain, Gaheriet et Guerrehés2. Certes, en ajoutant un dernier neveu, Mordret, le plus fort de tous physiquement, mais aussi le plus violent, le récit s’oriente vers une forme de verticalité, puisque ce « neveu » est, on le sait, le fils d’Arthur. Mais fils incestueux et caché, dont le destin est d’affronter son père dans un combat qui verra leur double mort, il renforce l’idée que le lignage d’Arthur est marqué par une paternité problématique, portant en ce cas au plus haut point l’endogamie, tandis que la descendance directe paraît – au contraire par exemple du lignage de Ban – frappée de stérilité. En effet, seuls quelques textes, extérieurs aux grands cycles romanesques, accordent une filiation directe à Arthur3. Celle-ci est donc marginale, Arthur le petit ou Loholt, et souvent dotée d’un destin tragique, ainsi Loholt tué par Keu, dans le Perlesvaus4.

  • 5 Certes, la famille horizontale y joue un rôle, puisque son frère Guerrehés fait le sujet de la bra (...)

2En revanche, dans la Première Continuation, texte en vers de la fin du xiie siècle, ou avec Le Bel Inconnu, autre roman en vers du début du xiiie siècle, textes qui se veulent des descendants directs de Chrétien et des réécritures ou des continuations de ses œuvres, on assiste à la tentative de mise en place d’un lignage vertical, attribué non directement à Arthur, mais au premier et au plus cher de ses neveux, Gauvain, héros des branches I, II, IV et V de la Première Continuation5 qui nous paraissent mettre au premier plan la question de la paternité qui constitue, sinon le seul sujet de ce texte fort éclaté, en tout cas un facteur d’unité et de construction non négligeable.

3Dès la première branche du récit qui se greffe sur le Conte du Graal, puisqu’elle en poursuit la phrase interrompue, Gauvain renaît à la vie et au récit, alors qu’il passait pour absent, voire mort, à la fin du Conte du Graal. Cette nouvelle naissance – qui lance le récit de la Continuation Gauvain – s’accompagne, dans le Château des Reines de la révélation d’une ascendance totalement féminine :

« Je sui mere le roi Artu.
Vois ci ma fille ; elle est ta mere. » (v. 310-11)

4dit ainsi Ygerne à Gauvain. L’énonciation de son identité par le héros (Gavains sui apelés) fonctionne pour lui comme une nouvelle naissance dont le père est pour l’instant exclu. Cette renaissance explique sans doute la façon dont est exprimée la joie de la mère de Gauvain :

  • 6 Cette formule est considérée comme curieuse par la traductrice, qui y voit cependant une comparais (...)

Sa fille tenir ne se puet
Li cuers li saut el ventre et muet
Car n’ot talent de sommeillier
L’ore qu’il nasqui de moillier6. (v. 303-306)

  • 7 Première Continuation, manuscrit E, The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Tr (...)

5Cette formule, comme celle qui, dans certains manuscrits seulement7, désigne plus loin Arthur à Ygerne comme celui qu’elle porta dedens son propre cors nuef mois, souligne l’importance du lien maternel. Comme le signale Sébastien Douchet :

  • 8 Sébastien Douchet, chapitre 3, p. 566, citation de Pierre Gallais en note 6 du chapitre, tirée de (...)

Le texte s’emploie donc à recréer une continuité généalogique dans un lieu féminin et maternel, ce qui fait dire à Pierre Gallais que la visite de Gauvain au Château des Reines peut être lue comme un regressus ad uterum8.

6Cette généalogie féminine est bien établie pour Gauvain, voire pour Arthur ; plus loin, au moment où Gauvain va regagner le camp du roi, c’est-à-dire rejoindre la part masculine et en l’occurrence potentiellement agressive de son lignage, comme le montrent les plaintes d’Ygerne devant l’armée qui se déploie (v. 263-281), sa mère et sa grand-mère lui font leurs adieux et le texte désigne le héros par une périphrase qui nous semble intéressante dans cette même perspective :

Maint beisier ot li fius sen pere
Et de s’aiole et de sa mere. (v. 333-334)

  • 9 Si c’est bien cela qu’elle signifie. On pourrait aussi l’interpréter « le fils de son père », à co (...)

7Cette formule – que la traductrice, voyant probablement dans sen une forme de « sans », rend par « cet orphelin de père9 » – fait de Gauvain le fruit du seul lignage maternel, ou du moins le fils d’un père absent.

  • 10 Voir Michelle Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc », Bulletin bibliographique de la Société inte (...)
  • 11 Comme pour Roland, on sait que certains textes ont fait du neveu préféré d’Arthur son fils incestu (...)
  • 12 Désigné dès le v. 28 au roi comme Gavains, li vostre niés, et à nouveau au v. 97 comme Gavain le n (...)

8La première branche préfigure pour Gauvain un motif que l’on va retrouver dans l’ensemble de la Première Continuation, celui de la filiation paternelle problématique, tant pour Lionel, le fils de Gauvain, que pour le héros de la branche III, Caradoc, qui a deux pères et qui appartient lui aussi au lignage arthurien puisque sa mère est la nièce d’Arthur10. Il est important que, dès le premier récit de la Première Continuation, cette question soit posée pour Gauvain, dont on sait qu’en l’absence d’héritiers directs d’Arthur, il en est l’héritier potentiel – et peut-être même le fils caché11. Gauvain qui est le seul, alors que la plupart des héros arthuriens (Yvain, Erec, Girflet, dans notre texte, ou même Lancelot, quoique dans une moindre mesure) se définissent par leur filiation, à se présenter seulement par son nom ou par sa qualité de neveu d’Arthur12.

9Or, on constate que la Première Continuation et Le Bel Inconnu vont s’employer à donner à Gauvain des fils qui se trouveront dans la même situation familiale que celle que la première branche présente pour leur père ; marqués par une forte pression maternelle (la mère seule ou appuyée sur son lignage), ils viennent d’un Autre Monde féminin et apparaissent sans père ou nés de père inconnu lorsqu’ils arrivent dans le monde arthurien où ils entretiennent un lien privilégié avec Arthur. Ils sont incapables de se nommer par une filiation ; tandis que l’un devient « le bel inconnu », l’autre se désigne comme « le neveu son oncle ». Comme pour Gauvain lui-même, la relation avunculaire prime ici sur la relation paternelle.

  • 13 Mervelles par ert biaus et grans de l’aage dont il estoit (v. 4900-4901).

10D’un texte à l’autre, les deux fils de Gauvain – Lionel dans La Première Continuation, Guinglain chez Renaut de Beaujeu – présentent des traits communs dans leur construction descriptive et narrative : traits physiques d’abord, puisque les deux jeunes gens sont également caractérisés par leur beauté. Celle-ci donne son nom à l’Inconnu. Quant à Lionel, dès cinq ans, âge de sa première apparition dans le récit, il possède, à l’instar de Perceval, des yeux clers, vairs et rïanz (v. 4899) qui en font une bele creature (v. 4896), malgré sa taille déjà supérieure à la moyenne13, beauté qui le distingue encore lorsqu’il revient bien plus tard à la cour où tous et en tout premier lieu le roi, louent ce jovene home qui estoit / Si très biaus que plus ne pooit. (v. 8253-54). Ce motif – que l’on retrouvera pour le jeune Lancelot – permet l’intégration au monde arthurien et constitue un signe visible de renouveau, exprimé par la joie de la cour.

11Car l’enjeu est important pour le roi et pour son lignage. Le rattachement des « jeunes » à leur lignée paternelle se manifeste, avant même que cette appartenance ne soit pleinement révélée, par le rôle que joue, dans leur accueil à la cour, un Arthur beaucoup plus présent et actif que leur père. Ainsi, lorsque Lionel est injurié et blessé par son oncle maternel, le roi quitte sa place au dois pour secourir l’enfant dont les malheurs et la beauté (bel enfant v. 4969, bele creature v. 4973) l’ont ému ; plus loin, c’est le roi qui ordonne à la cour de partir à la recherche de l’enfant enlevé qu’il appelle ses niés (v. 6620), quête à laquelle Gauvain ne participe pas, prétendant en laisser le soin aux oncles maternels de l’enfant et s’éloignant pour s’occuper d’une autre quête, celle de Girflet, qui vient de subir un pénible emprisonnement :

Vilains seroie et enuios
Se del questre m’entremetoie
Seur ses oncles, que faus feroie. (v. 6648-50)

12Il est donc contraire, selon lui, à sa nature même de héros de la courtoisie, de partir à la recherche de son fils et le compagnonnage chevaleresque semble primer sur la relation paternelle ; l’enfant est ainsi renvoyé vers sa famille maternelle et vers une relation avunculaire. Ce n’est que bien plus tard que par aventure Gauvain rencontre son fils et le ramène à la cour, non sans l’avoir, sans le reconnaître, affronté en combat singulier. L’affirmation de sa filiation avec Gauvain devient le gage de la reconnaissance du jeune homme et permet son intégration dans le monde masculin de la cour. Par un système de rejets successifs, l’écriture du texte met sur le même plan les deux faits :

Mesire Gavais li [au roi Arthur] conta
Le voir, tot si con il trova
Son fil. Lors fu si bien venus
A cort, quant il fu coneüs.
Tos li mondes le joïsoit
Por le prodome qui l’avoit
Engenré, ce saciés bien. (v. 8255-8261)

13Quant à Guinglain, c’est le roi qui lui donne une identité – même inexacte et factice – et qui s’inquiète de le voir entreprendre une aventure dangereuse à cause de sa trop grande jeunesse. Cette qualité – qui définit tant Lionel que Guinglain – est gage de renouvellement pour le lignage, mais aussi pour une cour arthurienne empêtrée dans la coutume et où les chevaliers – c’est particulièrement visible dans les premières pages du Bel Inconnu – répugnent à se lancer dans l’aventure. L’histoire de Guinglain, le choix entre la reine et la fée, peut être lue aussi comme l’affrontement entre les deux parties de son lignage, la lignée féminine, qui le ramène vers l’autre monde féerique et la tentation chevaleresque que constitue l’univers du lignage masculin. Le mariage et l’installation de Guinglain à la fin du récit comme roi de Galles et vassal d’Arthur grâce à la ruse du tournoi, a pour but de l’arracher au monde féminin de la fée pour le faire revenir dans le royaume masculin de son père qu’il va essaucier et affermir. Guinglain, dont la filiation est ici clairement affirmée, puisqu’il est de nouveau appelé fius mon signor Gauvain (v. 5202), est porteur dans le royaume d’une joie qui s’inscrit non plus dans un temps immobile, celui de la générosité d’Arthur dans le Brut, mais dans la succession possible des générations.

  • 14 On sait que le destin de Guinglain et son retour possible à la féerie sont suspendus à la décision (...)
  • 15 On notera que Blonde Esmeree remercie le roi pour avoir envoyé le jeune homme affronter ces épreuv (...)
  • 16 On peut citer, entre autres exemples, le combat de Bernier et de son fils dans la dernière partie (...)

14Pourtant, cette issue favorable – et qui ne sera peut-être pas définitivement réalisée dans le Bel Inconnu14 – est toujours tardive : leur père ne les reconnaît pas tout d’abord, comme c’est le cas pour Guinglain lorsqu’il arrive à la cour d’Arthur, ou Lionel, que son père affronte sans savoir qui il est. De plus, la révélation de la filiation n’est acquise qu’après des épreuves mettant en danger la vie du fils. Dans le Bel Inconnu, c’est après l’affrontement des deux chevaliers vert et noir et l’épreuve suprême du fier baiser que Guinglain s’entend nommer par une voix qui rétablit sa filiation en s’adressant à lui comme li fius a monseigneur Gauvain (v. 3216). Le risque de mort est le prix à payer pour entrer dans le lignage arthurien15. Ces risques apparaissent plus clairement encore avec Lionel puisque chaque rencontre du père et du fils met ce dernier en danger, qu’il s’agisse de l’affrontement entre son père et son oncle maternel Bran de Lis ou du combat avec son père, motif présent dans bien d’autres textes16 et qui révèle les liens entre filiation et succession, c’est-à-dire la peur que le père ressent à l’idée de devoir être remplacé par son fils.

15Dans la Première Continuation, la relation dangereuse entre père et fils est encore soulignée par le parallèle entre l’histoire de Lionel, fils de Gauvain, et celle de Caradué, fils bâtard d’Eliavré, qui découvre son père réel, à travers une épreuve, proposée à la cour, mais qu’il assume seul, celle du jeu avec la mort. Cette figure de « père terrible », et d’ailleurs diabolique, qui par deux fois menace la vie de son fils, donne cependant à celui-ci sa véritable identité, alors même que l’identité des noms de baptême semblait en faire le double et l’héritier de son père nourricier, Caradué :

Tu iés mes fius, se Dex me gart,
Caradué, por voir le te di. (v. 2444-45)

16C’est le courage de Caradué dans l’épreuve du « jeu du décapité » qui amène son père à lui révéler sa véritable origine. De façon analogue, dans le combat entre Gauvain et Lionel, la valeur du jeune homme pousse Gauvain à arrêter le combat pour lui demander son nom. Or, ce que le jeune homme ne peut faire, c’est se définir par la filiation. Car la bâtardise, donc l’absence de référence possible au nom du père, caractérise aussi les fils de Gauvain et leur naissance illégitime fait taire le nom de leur père et les rattache puissamment à leur mère ou à leur lignage maternel.

  • 17 V. 3231-33 et à nouveau v. 5200-201.

17Guinglain, engendré dans l’Autre Monde antérieurement au début du récit, arrive déjà adoubé et tout armé à la cour d’Arthur où il se nomme le biel fil de sa mère fée, première périphrase à laquelle succédera celle de bel inconnu donnée par le roi. Car, si le roi Arthur l’accueille et le nomme, il le nomme mal, comme le texte se plaît à le souligner par deux fois, ignorant son nom véritable17. Son lignage paternel est incapable de le reconnaître comme l’un des siens.

  • 18 Cette version « viol » a beaucoup préoccupé les critiques, de Jean Frappier à Pierre Gallais. Stoy (...)

18La naissance de Lionel correspond à une séquence de « jeune fille à la tente » et à une relation que certaines versions présentent, par la bouche de Gauvain lui-même, comme un viol18. Cette relation produit de violentes réactions de la part de la famille de la jeune fille, ce qui conduira plus loin Bran de Lis à qualifier son neveu de fius a putain (v. 4945), périphrase qui nie l’existence d’une paternité légitime, alors même que l’enfant demande précisément grâce pour ce père contre lequel son oncle combat.

  • 19 Elle doit vérifier l’authenticité de son identité grâce à une tapisserie où une servante sarrasine (...)
  • 20 S. Atanassov, op. cit, p. 17 : « Non seulement Gauvain est aimé sans être connu, mais les femmes a (...)

19La question de la nomination joue un grand rôle dans tout l’épisode de la conception de Lionel : en effet, l’amour de la jeune femme trouve son origine dans la réputation de Gauvain plus que dans sa personne réelle puisqu’elle ne le reconnaît pas quand il se nomme19. On sait les conclusions que Stoyan Atanassov a tirées de cet épisode, l’individu Gauvain s’effaçant selon lui derrière son nom et même son renom20. Mais après la « faute », le nom du père va disparaître pour être remplacé par une périphrase qui rattache l’enfant à son seul lignage maternel, comme le jeune homme lui-même l’expliquera plus tard à Gauvain qui lui demande son nom :

Biaus sire, vos m’apelerés
Trestot ensi con vos vaurés,
Car de mon non ne sa [i] je mie
Fors tant, nel vos celerai mie,
Certes la u je fui norris,
En la riche sale de Lis,
Sai de voir que tuit m’apeloient
Parmi le castel et nomoient
« Le neveu son oncle »,et me sire
Le faisoit ensi a tous dire. (v. 8083-8092)

  • 21 La pucelle proisie qui l’accompagne est proche de l’Hélie du Bel Inconnu, envoyée de l’Autre Monde (...)

20On voit que le jeune homme ne connaît même pas son nom véritable et effectivement, le texte s’est plu à occulter tout autant le nom de l’enfant que celui du père : en effet, alors qu’il a été identifié, au début de la branche V, comme le fils de Gauvain et le neveu d’Arthur, il est ensuite enlevé et il sort du récit, comme de tout lignage – puisque son lignage maternel, le seul à le rechercher, échoue dans sa quête – avant de réapparaître bien plus tard comme le « beau trouvé » d’une demoiselle qui l’accompagne dans ses aventures et rit de ses plaisanteries de naïf21. Son histoire fait en effet l’objet d’une ellipse, pleinement assumée par le narrateur dans un sommaire où il résume tous les sujets dont il ne parlera pas :

Ne m’orés ja parler par foi :
Ne de monsignor Bran de Lis,
Qui de son neveu fu maris.
Si sai molt bien, c’est verités,
C’onques par iaus ne fu trouvés. […]
Ne m’orés ja parler ici
Qui l’enbla et qui le norri
Ne de celui qui l’adouba […]
Ne de la pucele proisie
Qui le retint de sa maisnie. (v. 7798-7802, 7805-007, 7811-12)

21Lorsque le jeune homme réapparaît, à la fin de la branche V, c’est dans le double rôle topique d’un chevalier gardien du gué, donc venu, comme Guinglain, de l’Autre Monde, et de fils combattant son père sans le connaître. Entre-temps, il a cependant gagné un nom, ou plutôt un surnom, dans un épisode présenté par le narrateur comme une digression (v. 8021). Ce surnom, comme pour le Bel Inconnu, vient de son apparence :

En la cambre com hom sauvages
Se porficot, si ert trop biaus
Iluec fu només Lionaus. (v. 8018-20)

  • 22 Et ses escus d’azur estoit, / D’ermine un lion i avoit, Le Bel Inconnu, édition G. Perrie Williams (...)

22On se souviendra que Guinglain partage avec Lionel la marque totémique du lion, puisque lors de sa première apparition à la cour, il est désigné comme un chevalier qui porte un escu d’azur au lion d’hermine22. La réécriture que Renaut donne de Chrétien rapproche certes Guinglain du Chevalier au Lion mais, en l’occurrence, cette référence animale renvoie l’un à l’autre les deux fils de Gauvain, bien que ni l’un ni l’autre ne se présente sous ce nom de Lionel.

  • 23 Le texte souligne par trois fois combien cette identité est proférée à voix haute : qui li dist ap (...)

23L’histoire des fils de Gauvain sera donc la réappropriation du nom du père, l’affirmation de la filiation, la périphrase « fils de Gauvain » devant remplacer définitivement tous les surnoms et périphrases qui les désignent par défaut. Pour Guinglain, cette nomination passe à la fois par une épreuve initiatique et par un retour aux origines puisque c’est la fée (amante ou peut-être mère) qui énonce à voix forte ce nom23 :

Bien li a dit en sa raisson
Qui ses peres est et le non. (v. 3247-48)

24Pour Lionel, c’est Gauvain lui-même qui devra prononcer son nom, car le nom du père du jeune homme est, depuis l’enfance – et malgré l’épisode où Bran de Lis, l’oncle maternel, s’est réconcilié avec Gauvain, épisode qui est donc occulté – celui qui ne se dit pas, qui ne doit pas être prononcé, à cause de la responsabilité de ce père dans la destruction du lignage maternel, la mort du grand-père et du grand-oncle :

« Maintes fois me conta ma mere
Que l’en n’osoit nomer men pere
El castel por le grant damage
Qu’il avoit fait de mon linage. » (v. 8093-96)

25C’est donc Gauvain seul qui peut dire son propre nom – ce qui correspond à une caractéristique bien attestée du personnage, au contraire des autres héros arthuriens – mais il va le faire de façon détournée puisqu’il le dit à la jeune fille qui accompagne son fils, à laquelle il se soumet :

« Dame, je vous dirai le voir ;
Gavains sui, nel celerai plus.
Mes oncles est li rois Artus. » (v. 8136-41)

26En même temps, cette soumission, c’est une façon pour lui de reconnaître en son fils les qualités guerrières qui en font un autre lui-même – peut-être même son supérieur –, ce que soulignera l’affirmation par la jeune fille de la ressemblance extrême du père et du fils.

27Une fois le nom prononcé, le fils se l’approprie et reconstruit son histoire, se remémorant le nom de son père et associant à la rime le couple de ses parents :

« Gavains ! » fait cil ; lués l’enbraça,
Puis dist tantos com il parla :
« Par la foi que je doi ma mere
Ensi soloit nomer mon pere.
Je sai molt bien, si est vertés
Qu’il estoit Gavain apelés. » (v. 8141-46)

  • 24 Sébastien Douchet, op. cit. p. 571.

28Malgré la joie des retrouvailles, cette reconnaissance, qui est un retour sur le passé, est suivie de la remémoration par Gauvain lui-même de la naissance illégitime et de ses conséquences, la mort du grand-père de l’enfant, faisant de cette rappropriation celle d’une histoire douloureuse et surtout conservant à Lionel son statut de bâtard. Cette scène d’anagnorisis, écrit Sébastien Douchet, est intéressante car « elle est le lieu du récit où le fils se réapproprie sa mémoire familiale : en effet, Gauvain lui raconte la manière dont il a été conçu et dont son père a tué son grand-père. C’est donc le récit de sa bâtardise et de ses origines illégitimes qui lui est fait […]24 ». Ainsi, la préoccupation lignagère, en particulier la question de la paternité, réelle ou adoptive, constitue un des enjeux essentiels de la Première Continuation. Mais, alors même que les lignages autres, et en particulier celui du roi Ban ou celui du Graal, d’ailleurs reliés dans les oeuvres en prose, se développent de façon verticale et parfois en remontant aux origines les plus anciennes, le lignage d’Arthur peine à se créer une descendance ; celle-ci est indirecte, non les fils d’Arthur mais ceux de son neveu, et toujours marquée par la bâtardise.

29Il semble que donner une descendance à Gauvain présente une difficulté. Certes, la Première Continuation évite le risque d’inceste que la fin du Conte du Graal présentait comme possible puisqu’un mariage était envisagé entre Gauvain et Clarissant, mais présente un autre trait « scandaleux », bien qu’il s’agisse d’un motif de naissance héroïque, la bâtardise. Sébastien Douchet, s’appuyant sur l’histoire de Caradué, voit dans cette paternité problématique un miroir de l’écriture des Continuations :

  • 25 Ibid., p. 568.

L’image de la filiation que construit la Première Continuation est essentiellement l’image d’une filiation bâtarde. Dans la mesure où la filiation est une thématique exploitée de façon métatextuelle, on peut suggérer que l’invention littéraire passe par une double infraction : infraction des personnages à la loi morale qui veut que la procréation se déroule dans le cadre du mariage, et infraction du récit à la loi littéraire qui veut que la continuation s’écrive dans le cadre du pacte de continuation et de ses règles contraignantes25.

  • 26 La Vengeance Raguidel, Le Chevalier as deus espees, L’Atre périlleux, La Mule sans frein, entre au (...)
  • 27 Voir S. Atanassov, op. cit., p. 132 : « C’est pourquoi le grand défi que le héros doit relever est (...)

30Mais, en dehors de cette interprétation métatextuelle, on peut se demander si cette difficulté à créer une descendance à Gauvain ne tient pas au personnage lui-même, éternellement « jeune », non installé dans un fief, toujours susceptible de devenir le héros des aventures et des quêtes dangereuses et qui peut difficilement s’installer dans une famille et une paternité. Son attitude lors de l’enlèvement de son fils où il préfère se lancer à la quête de Girflet paraît caractéristique du personnage. Il est aussi intéressant de voir que les histoires des fils de Gauvain sont construites en relation étroite avec l’idée d’une nomination souvent faite à travers des périphrases qui disent des caractéristiques de l’individu sans le définir totalement, qui cachent les personnages derrière un masque alors même que Gauvain apparaît comme le héros du nom, comme celui qui affirme toujours son identité par l’énonciation de son nom et par celle de sa relation avunculaire avec Arthur, qui se réduit peut-être parfois à son nom, si l’on suit l’hypothèse d’Atanassov. Par le destin de ses fils, une chance lui est donnée de redevenir un personnage à part entière, mais avec le risque que ses fils ne le dépassent par leur renom. Lionel est vainqueur de son père ; bien plus encore, Guinglain devient le biaus niés (v. 6168-6177) d’Arthur, un neveu installé et marié et potentiellement porteur d’avenir pour le lignage, et la réitération de son nom efface celui de Gauvain qui n’apparaît plus que comme un chevalier parmi d’autres et pas des plus connus (v. 6160-6165). Peut-être dangereuses pour le personnage qui reste normalement la référence du monde arthurien, les deux tentatives d’accorder une paternité à Gauvain resteront sans lendemain. Au contraire, les autres romans en vers chercheront à redonner au neveu d’Arthur un rôle prépondérant, en en faisant le personnage principal des récits26, voire le héros d’un cycle27, où l’essentiel sera le regard que les autres portent sur lui et donc sa définition héroïque elle-même.

Note

1 Colette-Anne Van Coolput, « La réaction de quelques romanciers postérieurs », The legacy of Chrétien de Troyes, éd. Norris J. Lacy, Douglas Kelly and Keith Busby, p. 93. Elle ajoute : « appliquée à la maisnie arthurienne, la création de liens de parenté […] contribue […] puissamment à une intégration en profondeur de figures déjà connues. »

2 Celui-ci apparaît dans la Première Continuation (éd. W. Roach, présentation et trad. C. A. Van Coolput-Storms, Paris, Le Livre de Poche, 1993, v. 8287) : Gauvain demande De Guerehés son frere u fu. Il fait aussi l’objet d’un épisode où sa « honte » est racontée. Le lignage d’Arthur y subit donc déjà une défaillance.

3 On notera cependant que Chrétien fait brièvement mention d’un fils d’Arthur qui n’a pas d’autre existence narrative que sa nomination.

4 Perlesvaus, éd. W. A. Nitze, Chicago, 1932-1937, l. 6343-6354.

5 Certes, la famille horizontale y joue un rôle, puisque son frère Guerrehés fait le sujet de la branche VI et que la quête du frère perdu occupe alors tant l’un que l’autre des deux frères ; à la fin de la branche V, Gauvain apprend l’absence de Guerrehés, dans la branche VI, Guerrehés queroit son frere/ensi com il devoit (v. 8643-44) et ils subissent des aventures à la fois parallèles et inversées. Sur l’épisode de la branche VI, voir par exemple Isabelle Olivier, « Les fenêtres dans Guerrehet : réalité et symbole », Par la fenestre, Études de littérature et de civilisation médiévales réunies par Chantal Connochie, Senefiance 49, Université de Provence, 2003, p. 331-343. On peut ajouter que dans les textes en prose, c’est plutôt Gaheriet qui est mis en relation avec Gauvain. C’est ce que signale Stacey L. Hahn : « The love between the two brothers is carefully traced throughout and it is no accident that Gaheriet first appears helping Gauvain », « Arthur’s Nephew », The Arthurian Yearbook, III, ed. by Keith Busby, p. 29.

6 Cette formule est considérée comme curieuse par la traductrice, qui y voit cependant une comparaison entre les deux moments, celui de la véritable naissance et celle-ci.

7 Première Continuation, manuscrit E, The Continuations of the Old French Perceval of Chretien de Troyes, Redaction of ms E, M, Q, U, éd. W. Roach, R. H. Ivy, Philadelphie, University of Pennsylvania Press et American Philosophical Society, 1950, v. 704-705.

8 Sébastien Douchet, chapitre 3, p. 566, citation de Pierre Gallais en note 6 du chapitre, tirée de l’Introduction de L’Imaginaire d’un romancier t. I. Nous remercions ici Sébastien Douchet qui nous a communiqué le chapitre concernant la lignée dans La Première Continuation, extrait de sa thèse Logiques du continu et du discontinu. Espace, corps et écriture romanesque dans les Continuations du Conte du Graal (1190-1240), thèse de doctorat de l’université de Paris IV-Sorbonne, sous la direction de Dominique Boutet, 735 p., à paraître aux éditions Honoré Champion sous le titre : L’Écriture de l’espace au Moyen Âge. Étude des Continuations du Conte du Graal (1190-1240).

9 Si c’est bien cela qu’elle signifie. On pourrait aussi l’interpréter « le fils de son père », à condition de voir dans sen une forme de son, forme que l’article possessif prend ailleurs dans le texte. Et on peut se demander ce qu’entendait et comprenait le lecteur-auditeur dans la formule employée.

10 Voir Michelle Szkilnik, « Les deux pères de Caradoc », Bulletin bibliographique de la Société internationale arthurienne, n° 40, 1988, p. 268-286.

11 Comme pour Roland, on sait que certains textes ont fait du neveu préféré d’Arthur son fils incestueux. Cependant, c’est quand même Mordred qui, dans les romans en prose, assume cette filiation mortifère.

12 Désigné dès le v. 28 au roi comme Gavains, li vostre niés, et à nouveau au v. 97 comme Gavain le neveu le roi, Gauvain se présente et se construit toujours en référence à Arthur.

13 Mervelles par ert biaus et grans de l’aage dont il estoit (v. 4900-4901).

14 On sait que le destin de Guinglain et son retour possible à la féerie sont suspendus à la décision de la dame du poète.

15 On notera que Blonde Esmeree remercie le roi pour avoir envoyé le jeune homme affronter ces épreuves et la délivrer.

16 On peut citer, entre autres exemples, le combat de Bernier et de son fils dans la dernière partie de Raoul de Cambrai, celui du Chevalier à la cotte mal taillée et de son père dans le Tristan en prose et bien sûr, dans le lignage dont il est question ici, le combat qui aboutira à la mort de Mordred et d’Arthur. Mais on rappellera aussi que la question de la succession par la mort du père est déjà présente à l’origine du roman français avec Œdipe et Laïos, ce dernier cherchant à éliminer son fils dont on lui a annoncé qu’il le tuera et prendra sa place, façon de dire explicitement qu’il faut la mort du père pour que son fils règne.

17 V. 3231-33 et à nouveau v. 5200-201.

18 Cette version « viol » a beaucoup préoccupé les critiques, de Jean Frappier à Pierre Gallais. Stoyan Atanassov reprend cette question dans L’Idole Inconnue. Le personnage de Gauvain dans quelques romans du xiiie siècle, Orléans, Paradigme, Medievalia n° 31, 2000.

19 Elle doit vérifier l’authenticité de son identité grâce à une tapisserie où une servante sarrasine a représenté le héros.

20 S. Atanassov, op. cit, p. 17 : « Non seulement Gauvain est aimé sans être connu, mais les femmes amoureuses de lui se refusent à le reconnaître lorsqu’il est en leur présence et parfois même lorsqu’il décline avec insistance son identité […]. Tout comme son oncle le roi, Gauvain est moins un personnage à dynamisme propre qu’une figure à fonction référentielle. »

21 La pucelle proisie qui l’accompagne est proche de l’Hélie du Bel Inconnu, envoyée de l’Autre Monde, ou des demoiselles qui escortent Lancelot venant du monde de la féerie.

22 Et ses escus d’azur estoit, / D’ermine un lion i avoit, Le Bel Inconnu, édition G. Perrie Williams, v. 73-74.

23 Le texte souligne par trois fois combien cette identité est proférée à voix haute : qui li dist apertement (v. 3213), en haut escrie non pas en vain (v. 3225) et enfin les vers 3247-3248.

24 Sébastien Douchet, op. cit. p. 571.

25 Ibid., p. 568.

26 La Vengeance Raguidel, Le Chevalier as deus espees, L’Atre périlleux, La Mule sans frein, entre autres.

27 Voir S. Atanassov, op. cit., p. 132 : « C’est pourquoi le grand défi que le héros doit relever est lié à ce faux regard. Il s’emploie à démentir tous ceux qui font un mauvais usage du signe Gauvain et, pour cela, recourt au combat, le seul moyen d’action consacré par les lois qui régissent l’univers arthurien. »

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search