Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lignes et lignages dans la littérature arthurienne

 | 
Christine Ferlampin-Acher
, 
Denis Hüe

Introduction

Christine Ferlampin-Acher

Texte intégral

  • 1 Pour des références, on se reportera à la première section de la bibliographie en fin de volume.
  • 2 A. Demoulin, « Charlemagne, la légende de son péché et le choix de Ganelon pour l’ambassade », Mar (...)

1Le lignage et les « amis charnels » qui le constituent repose au Moyen Âge sur une communauté de sang, dont le rôle est certainement antérieur à la mise en place des liens féodaux1. Dans la littérature, le lignage est à la fois un cadre essentiel : il permet aux personnages de s’intégrer et d’organiser des réseaux relationnels qui conditionnent souvent l’action ; c’est un moteur puissant de création littéraire, puisque chansons de geste et romans inventent volontiers, à partir d’un héros souche, l’histoire des pères, des fils, des neveux ; c’est aussi un point névralgique, tant la paternité des grands rois fondateurs, Charlemagne, Alexandre ou Arthur2, est douteuse, la bâtardise étant ambiguë, puisqu’elle risque fort de souiller le lignage tout en signalant glorieusement à la postérité une naissance héroïque, extraordinaire.

  • 3 Voir Ch. Klapisch-Zuber, « La genèse de l’arbre généalogique », in M. Pastoureau, dir., L’arbre. H (...)
  • 4 Version du manuscrit BnF Fr. 757, t. I, éd. Joël Blanchard et Joël Quéreuil, sous la direction de (...)

2Cette ambivalence du lignage apparaît, entre autres, dans l’image de l’arbre, qui avant même le développement des arbres généalogiques3, hante l’imaginaire lignager romanesque. En témoigne par exemple, dans le Tristan en prose4, un discours que tient Lancelot aux membres de sa parentèle :

Nos somes tuit estrait d’une char et concrié d’un lignage, et non pas de si basse gent, qui bien voudrait encerchier et enquerre le conmencement de nostre lignage, qu’il ne trovast de branche en branche, par droit descendement de ligniee, que nostre ancessor descendirent du lignage le roi David : de celle haute branche somes nos descendu, de celui arbre fusmes nos concrié, et bien apert encore au fruit que cilz arbres fu de grant bonté, car li fruiz est si merveilleux et si gracieux que de la bonté de lui est toz li roiaumes de Logres enluminéz. Nos peres furent bons sans doutence et tout cil fill resont itel.

3La chair, plus que le sang, apparaît dans cette citation comme le fondement du lignage, dont l’arbre est le symbole quelque peu paradoxal. Si le fruit qui y pousse représente le descendant, celui-ci semble devoir rester sur l’arbre dont la ramure fournie est à l’image de l’intégrité lignagère, alors que le fruit naturel tombe de l’arbre et donne naissance plus loin à une autre plante. Par ailleurs les ramifications illustrent les relations de filiation, mais alors que le botaniste constate que les branches poussent – en général vers le haut – tout en se divisant, le lignage « arboré » par Lancelot semble mettre en place une verticalité descendante (l’aïeul est au sommet, sur les hautes branches ; il domine ses descendants) : même si dans la citation haute peut renvoyer à une valorisation qualitative et non à une localisation et si descendre peut signifier plus le lien lignager que la position dans l’arbre, il n’en demeure pas moins que la poussée lignagère s’opère à l’inverse de la pousse naturelle. Et si la place dominante de l’aïeul a certainement une valeur hiérarchique valorisant l’ancien, l’image surprend car elle suppose un sommet de l’arbre poussé avant sa base.

  • 5 Ce qui apparaît bien dans l’utilisation de l’arbre dans Perceforest : voir mon article « Fleurs de (...)
  • 6 On reprend là les termes de la prière liminaire du Guiron, étudiés dans ce volume par Juliette Pou (...)

4Cette image, qui, comme toutes les métaphores, parle plus à l’imaginaire qu’à la logique, ne montre-t-elle pas d’emblée que les pères s’inventent à partir des fils tout autant que les fils descendent des pères ? Le lignage serait tout autant lié à la sauvegarde d’une mémoire qu’à la reconstitution d’un passé. Par ailleurs cette représentation est aussi l’indice que le lignage certes s’inscrit dans le temps, dans l’histoire, mais qu’au fond il renvoie essentiellement à un temps figé par la répétition (de l’excellence dans le cas présent) et l’immuabilité, à laquelle est associée l’idée d’une reproduction du même au même. Enfin le lignage tel qu’il est décrit par Lancelot apparaît comme un ensemble clos, à l’image de la ramure d’un arbre, souvent imaginée comme étant d’une rotondité parfaite. Mais c’est négliger qu’un enfant a deux parents, que les unions sont plus souvent exogames qu’endogames : c’est risquer de privilégier un parent par rapport à l’autre, rêver un clonage ou une bouture, là où il ne peut y avoir que reproduction sexuée5. On aurait donc une généalogie imaginaire tentée de masquer la génération, comme si le modèle inavoué et inavouable, divin, était le « Pere qui onques ne fut conceus » ou le « Fil, qui fu du Pere seulement6 ».

5D’emblée on perçoit donc ce que le lignage, au-delà de son ambiguïté, et certainement grâce à elle, peut avoir de fécond pour la littérature, narrative en particulier, puisqu’il propose une ossature temporelle pour l’action et une base pour l’élaboration des personnages. On devine aussi ce qu’il peut avoir de réducteur : l’histoire qu’il invite à inventer risque fort de tourner à vide, de se figer dans la redite, tandis que les personnages courent le danger de n’être que les clones les uns des autres. C’est ainsi dans Perceforest que le lecteur, s’il n’est pas attentif, a de fortes chances de confondre entre elles les différentes Blanche, ce nom étant donné sur plusieurs générations aux descendantes de la première fée ainsi appelée.

  • 7 Voir Ch. Ferlampin-Acher, « Les enfants terribles de Perceforest », Enfances arthuriennes. Actes d (...)

6La littérature narrative témoigne, tout au long du Moyen Âge, d’une passion généalogique qui permet à la fiction de jouer avec l’Histoire, souvent grâce à de subtiles manipulations. Perceforest, dans sa version du xve siècle, vraisemblablement écrite en milieu bourguignon en est une preuve parmi bien d’autres7 : il invente des ancêtres à tous les grands héros arthuriens tout en asseyant l’idée d’une translatio politique d’Alexandre aux Bourguignons.

  • 8 Voir par exemple Richard Trachsler, « Quand Gauvainet rencontre Sagremoret ou le charme de la prem (...)

7Le roman, et surtout le roman arthurien, semble hanté par l’angoisse d’une temporalité trouée et il joue à combler les manques généalogiques en inventant des fils (à Gauvain par exemple), des pères (à Tristan), des oncles et des neveux. L’organisation cyclique favorise nettement l’émergence de générations, plus jeunes ou plus anciennes, qui renouvellent les qualités et les défauts des héros souches, dans des jeux proleptiques qui tendent parfois vers le tragique ou dans des reprises qui bloquent le progrès du temps8.

8Si le lignage est aussi problématique, souvent entaché d’incestes, d’adultères, souillé de fratricides, de parricides, c’est certes parce que dans la réalité son fonctionnement n’allait pas sans contraintes, sans angoisses, sans fantasmes, mais c’est aussi parce que, fondé sur un transfert, il est représenté à l’image du roman, qui est lui aussi le produit d’une translatio problématique. Si le roman antique prend appui sur le récit œdipien et la geste de deux frères qui s’entre-tuent pour une succession mal assurée, c’est que le roman entretient avec la source qu’il est supposé traduire une relation minée par la culpabilité et la trahison : c’est peut-être parce que le roman se sait, dès ses origines, traître à la fois au réel car tenté par la fiction, et à sa source, qu’il met en scène des frères, des pères et des fils, qui devraient, du fait des liens du sang, être les doubles les uns des autres, et qui néanmoins se haïssent, se déchirent, se tuent. Le roman est placé sous le signe de la trahison et de l’illusion, depuis qu’il est né d’une « traduction » et qu’il prétend à la mimésis : d’où peut-être la profusion des descendances problématiques et des trahisons comme celle de Mordred.

9Ainsi le lien entre « lignes » et « lignage » ne reposerait pas seulement sur un jeu de mots étymologique. Le terme lign est issu de linum, le fil de lin, et désigne au Moyen Âge, par métaphore, et la suite des descendants et le trait tracé à la plume : la trace à l’encre, le texte (« tissu ») et le lignage sont dont associés. On notera d’ailleurs que ces mots sont sans rapport étymologique avec le latin lignum qui désigne le bois, mais on peut se demander si la proximité phonétique et un rapprochement faussement étymologique entre lignum et « lignée » n’ont pas contribué au Moyen Âge au développement du symbolisme généalogique de l’arbre.

  • 9 Actes publiés : Enfances arthuriennes, op. cit., note 7.

10D’emblée il apparaît donc que le lignage qui a souvent préoccupé les historiens ou les spécialistes de la chanson de geste pouvait aussi intéresser les arthuriens. Le deuxième colloque arthurien de Rennes, consacré en 2003 aux « enfances arthuriennes9 » avait déjà souligné que les enfances étaient souvent cachées, clandestines, que les relations entre les pères et les fils manquaient de transparence : la piste était ouverte pour l’exploration plus systématique du lignage arthurien qui eut lieu lors du 3e colloque de Rennes, les 13 et 14 octobre 2005, dont ce volume présente les actes.

11La diversité des approches a confirmé la richesse de cette problématique : les communications ont porté à la fois sur le lignage comme création littéraire, sur les représentations du lignage et sur la génétique textuelle, qui souvent double celle des personnages. Des textes divers ont été abordés : romans en vers, comme le Bel Inconnu, en prose, comme le Tristan ou Guiron le Courtois, armoriaux (Richard Trachsler, « Un air de famille. Observations sur les armoriaux arthuriens »), textes latins comme le Tractatus de purgatorio sancti Patricii (Myriam White-Le Goff, « Quand saint Patrick s’aventure en terrain arthurien »), romans français allant du xiie au xve siècle, mais aussi reprises et traductions étrangères, avec l’œuvre de Wolfram (étudiée par Danielle Buschinger dans « Lignes et lignages dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes et chez Wolfram von Eschenbach ») et le cycle troyen-breton islandais étudié par Hélène Tétrel (« Filiations improbables du cycle troyen-breton en Islande »). Des problématiques fils de Gauvain évoqués par Marie-Madeleine Castellani (« Lignage et paternité dans la Première Continuation et Le Bel Inconnu »), aux pères diaboliques ou « non identifiés » étudiés par Anne Berthelot (« Enfants sans pères et fils du diable »), en passant par les ancêtres inventés dans Guiron le Courtois (Sophie Albert, « Brouiller les traces. Le lignage du héros éponyme dans le roman en prose de Guiron le Courtois »), se retrouve, lancinante, la difficulté pour les héros (comme Arthur, comme Gauvain) d’avoir des fils et la hantise de la bâtardise. Dans bien des cas, la perturbation lignagère va de pair avec une perturbation du fonctionnement du verbe, de la parole, comme le montre Mireille Séguy (« La parole est d’argent : transmission lignagère et transmission discursive dans le Roman de Silence ») : le nom des bâtards est problématique, et longtemps le fils de Gauvain est condamné à n’être qu’un « bel inconnu ». Le lignage de Guiron reste enfermé au plus profond d’une grotte, dans le secret, comme le montre Sophie Albert. Parallèlement, les jeux de manipulations et de prétendus dévoilements qui sous-tendent les inventions généalogiques légitiment le roman, assoient sa crédibilité et assurent l’auteur dans sa tâche : le parallèle apparaît clairement dans le Roman de Silence où l’auteur se rattache au même lignage que son héros, comme le montre Danielle James-Raoul (« L’illustre lignage de Cornouaille »).

12Par ailleurs, à côté de la problématique et néanmoins fondatrice invention de familles héroïques, se pose le problème de la représentation du lignage : dans des armoriaux (comme le montre Richard Trachsler), dans les miniatures (ainsi qu’il apparaît dans l’étude de Juliette Pourquery de Boisserin consacrée à la représentation iconographique du lignage dans Guiron le Courtois), dans les portraits et les noms des personnages, dans les pratiques langagières qui sont à l’image des rapports entretenus par les personnages (Corinne Denoyelle, « Étude pragmatique des relations langagières entre les chevaliers des lignages du roi Lot et du roi Ban : évolution entre la Mort le Roi Artu et le Tristan en prose »).

13Cette représentation n’est en aucun cas simple représentation mimétique : elle est souvent au service d’une idéologie, comme le montre Catherine Daniel dans « Les généalogies bretonnes arthuriennes des rois d’Angleterre au xve siècle ». Par ailleurs elle est à la croisée de l’histoire et du mythe. Son étude permet de dégager des schémas mythiques puissants, qui mettent en jeu l’identité et la royauté héroïques, qui peuvent être réactualisés dans l’histoire contemporaine (Jean-Louis Benoît, « Yonec, une nouvelle vengeance du fils de la veuve ? » ; Karine Ueltschi, « Le Premier Roi ou le Fils Méhaignié. À propos d’Arthur, d’Hellequin et des Plantagenêts » ; Antoinette Saly, « Lignage et virginité »).

14Finalement, l’invention lignagère étayant souvent les suites et continuations, les études ont porté plus sur les textes du xiiie siècle, les suites, les continuations, que sur Chrétien de Troyes. L’invention des lignages permet de suivre les jeux de reprises, de récritures, entre les romans (Sébastien Douchet, « Généalogie et filiation littéraire dans la Continuation de Wauchier de Denain ») et il semble qu’au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, au fur et à mesure que s’épaissit le passé romanesque du monde arthurien, le lignage devient de plus en plus sombre. Le lien qui réunit Drian, Dinadan et Brunor dans le Tristan en prose et Meliadus, démonté par Barbara Wahlen (« Le Bon Chevalier sans Peur, Brunor, Dinadan et Drian : un lignage détonnant ! »), est certes tout juste inquiétant. Avec le Cycle Post Vulgate cependant, le monde arthurien, ancien de bien des récritures, se raidit et le lignage se fait fatalité (Hélène Bouget, « Haine, conflits et lignages maudits dans le cycle de la Post Vulgate). Entre un roman qui semble avoir des difficultés à se renouveler, à l’image d’un Gauvain qui a bien du mal à être père (Francis Gingras, « Les fils de Gauvain et l’héritage du roman ») et les reprises fécondes à l’étranger analysées par Hélène Tétrel et Danielle Buschinger, le lignage apparaît bien à la fois comme épuisé et vigoureux.

15La littérature médiévale apparaît alors faite de convergences et de parentés profondes (Myriam White-Le Goff, « Quand saint Patrick s’aventure en terrain arthurien ») et de ruptures, qui parfois projettent sur le devant de la scène de nouveaux héros, sans passé, comme le Méraugis du roman en vers (Michelle Szkilnik, « Méraugis, l’homme sans père ») : au fils des siècles, le roman arthurien a cependant toujours tenté d’assimiler les nouveaux venus, en les liant par une généalogie fondée sur des relations intertextuelles (au sens large), réduisant finalement la part du self-made man qui pouvait faire rêver, pour privilégier le fils de famille, que celui-ci ait la chance de bénéficier d’ancêtres glorieux ou qu’il hérite des péchés de ses pères.

Notes

1 Pour des références, on se reportera à la première section de la bibliographie en fin de volume.

2 A. Demoulin, « Charlemagne, la légende de son péché et le choix de Ganelon pour l’ambassade », Marche Romane, t. 25, 1975, p. 105-126 ; Dominique Boutet, « Bâtardise et sexualité dans l’image littéraire de la royauté (xiie-xiiie siècle) », Mélanges G. Duby, Bruxelles, De Boeck, 1992, p. 55-68. Pour Alexandre, voir l’ouvrage de C. Gaullier-Bougassas, Les romans d’Alexandre, aux frontières de l’épique et du romanesque, Paris, Champion, 1998. Voir aussi C. Ferlampin-Acher, « Alexandre et le miroir : réflexions autour du mythe du conquérant dans le Roman d’Alexandre en prose », Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, textes réunis par F. Pomel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 205 sq. En ce qui concerne Arthur, voir A. Saly, « Conceptions et naissances royales : Arthur et les mythes », Enfances arthuriennes, actes du colloque de Rennes, textes réunis par D. Hüe et C. Ferlampin-Acher, Orléans, Paradigme, 2006, p. 67-76.

3 Voir Ch. Klapisch-Zuber, « La genèse de l’arbre généalogique », in M. Pastoureau, dir., L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’Or, 1993, p. 41-81 et L’ombre des ancêtres : Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.

4 Version du manuscrit BnF Fr. 757, t. I, éd. Joël Blanchard et Joël Quéreuil, sous la direction de Philippe Ménard, Paris, Champion, 1997, p. 494. Cette citation est étudiée dans une autre perspective par Corinne Denoyelle, dans son article « Étude pragmatique des relations langagières entre les chevaliers des lignages du roi Lot et du roi Ban : évolution entre La Mort le Roi Artu et le Tristan en prose », dans ce volume.

5 Ce qui apparaît bien dans l’utilisation de l’arbre dans Perceforest : voir mon article « Fleurs de rhétorique, buissons ardents et arbres de Jessé : autour de quelques comparaisons, métaphores et paraboles dans Perceforest », à paraître dans Le Moyen Français.

6 On reprend là les termes de la prière liminaire du Guiron, étudiés dans ce volume par Juliette Pourquery de Boisserin, « Guiron le Courtois : le lignage et sa représentation iconographique dans l’épisode de la caverne ».

7 Voir Ch. Ferlampin-Acher, « Les enfants terribles de Perceforest », Enfances arthuriennes. Actes du colloque de Rennes, dir. D. Hüe et C. Ferlampin-Acher, Orléans, Paradigme, 2006, p. 237-254 et « Perceforest et le roman : « Or oyez fable, non fable mais hystoire vraye selon la cronique », Études Françaises, t. 41, 2006, « De l’usage des vieux romans », études réunies par F. Gingras et U. Dionne, p. 39-61 ; « Perceforest et le temps de l’(h) istoire », Dire et penser le temps dans l’historiographie médiévales. Frontières de l’histoire et du roman, études réunies par L. Harf-Lancner et E. Baumgartner, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 193-215 et « Perceforest, entre Pays-Bas et Haute Bretagne : élargissement à l’Est et translatio imperii », à paraître dans les actes du colloque de Brest, sept. 2005 sur Vérité poétique, vérité politique, organisé par E. Gaucher et le CRBC.

8 Voir par exemple Richard Trachsler, « Quand Gauvainet rencontre Sagremoret ou le charme de la première fois dans la Suite – Vulgate du Merlin », Enfances arthuriennes, op. cit., p. 203-215.

9 Actes publiés : Enfances arthuriennes, op. cit., note 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540