Version classiqueVersion mobile

L'art de la préface au siècle des Lumières

 | 
Ioana Galleron

3e partie. Savantes préfaces

Quatre discours préfaciels, les traductions de Tom Jones (1751, 1788, 1794, 1804)

Annie Rivara

Texte intégral

  • 1 Kozul M., Herman J. et Pelckmans P., dir., Préfaces romanesques, actes du xvil colloque internatio (...)
  • 2 Ibid., p. 19.
  • 3 C’est en effet essentiel car les traducteurs ont souvent une situation précaire, comme Prévost en (...)

1Ce sont leurs Préfaces qui font des traductions des éditions critiques, voire scientifiques. Ces préfaces relèvent de la persuasion : il faut séduire, comme le dit Jan Herman1. Mais ce sont aussi les outils d’une rhétorique : il faut convaincre, comme le dit Jean-Paul Sermain2. Il faut séduire un lectorat français, parfois déjà tout acquis, parce que la littérature anglaise a été mise à la mode par Desfontaines, Prévost, La Place, parfois réticent par préjugé national. Il faut convaincre et ainsi obtenir un effet performatif : vendre3. Les traducteurs appartiennent au circuit commercial : tout le monde le sait alors et les Français ont des rivaux en Hollande.

  • 4 L’ironie appartient à la tradition, comme dans les premiers romans de Marivaux ou dans Angola de L (...)

2Du coup, l’utilité même de ces préfaces peut être problématisée, ce qui rejoint une question de rhétorique générale et ancienne : à quoi sert un texte qui précède le texte4 ? Ainsi Marquand dramatise sa Préface à son Roland ou l’Héritier, traduit de Ch. Smith (1799), en un dialogue entre l’auteur de la traduction et un « passant ». Ce dernier affirme, air connu, qu’« une préface est ordinairement la chose du monde la plus ridicule et la plus inutile », à quoi l’auteur répond : « On a besoin de donner au public des explications qu’il ne saurait deviner », ce qui soumet la séduction et la persuasion à un autre ressort, la clarté explicative. D’ailleurs, ajoute Marquand, « même dans une traduction — qui est un ouvrage original pour ceux qui n’entendent pas le texte —, il faut rendre compte à ceux qui l’entendent des changements qu’on y a faits ». On voit bien la complexité des enjeux de cette circulation textuelle car la préface est une réclame non pas pour sa propre gouverne mais pour un texte étranger et pour le travail accompli sur la littéralité de ce texte. Textes au second degré, ces préfaces méritent beaucoup d’attention. C’est sur ces premiers fondements que nous étudierons, notamment, mais non exclusivement, trois traductions du Tom Jones de Fielding, qui nous permettront de voir, outre les carrières des traducteurs préfaciers, trois questions critiques majeures, le choix du texte traduit, les difficultés de la traduction et la délicate définition de la « fidélité », telles qu’elles sont abordées dans les Préfaces.

  • 5 Fielding, Histoire de Tom Jones ou l’enfant trouvé, traduction de l’anglais par MDLP, Londres, Nou (...)

3La Place et Davaux semblent ne s’interroger en rien sur cette utilité en préfaçant leur traduction de Tom Jones, La Place (1750, 1788), Davaux (1794), Chéron (1804)5. La Place, traducteur fécond de la littérature anglaise, ne préface pas toutes ses traductions ou adaptations. L. C. Chéron, au contraire, ne cache pas l’importance qu’il donne à sa préface, « sur laquelle [il] compte beaucoup, si on la lit, et qui est essentielle à lire » (p. V).

  • 6 En se servant de La Harpe, Chéron exécute littéralement La Place : « il savait médiocrement l’angl (...)
  • 7 Il n’est pas « périmé » comme le dit S. Charles dans son article, pourtant fort intéressant sur la (...)
  • 8 Sur cette notion voir les actes du colloque de Metz : Cointre A., Lautel A., Rivara A., La traduct (...)
  • 9 Le Théâtre anglais, 1745-1748, 8 volumes, Oronoko, 1745, Venise sauvée, traduction d’Ottway jouée (...)
  • 10 Voir la préface de La Place et notre étude dans La Traduction des langues modernes, op. cit.
  • 11 C’est une question qu’a étudiée J. Herman. Voir notamment La Traduction romanesque au xviiie siècl (...)
  • 12 Tragédies : Adèle de Ponthieu, 1757, jouée sur l’ordre du duc de Richelieu, Jeanne d’Angleterre, P (...)

4Des trois traducteurs, La Place, Davaux et Chéron, on ne sait pas autant. Davaux n’a peut-être produit que cette traduction et nous ne savons rien de sa carrière. Celles de La Place (1703-1793) et de Chéron (1758-1807) offrent, à deux générations successives, un parallélisme partiel, sans doute significatif, à la fois de la critique littéraire du temps, de l’activité des préfaciers et de celle des traducteurs. La Place rudoyé par les critiques de son temps, par La Harpe, par exemple, comme ne sachant ni l’anglais ni le français6 et comme beaucoup trop fécond pour ses talents, a été cependant souvent réédité7. Il a en outre le mérite indéniable d’avoir été, certes, après Voltaire, Desfontaines auquel il rend hommage, et Prévost, mais avant « l’anglomanie » déclarée, d’avoir été un des premiers « passeurs8 » de la littérature anglaise en France : théâtre, roman, pamphlet9. Même si nous avons nous-même pris une attitude de réserve par rapport à son Oronoko, nous reconnaissons volontiers qu’en 1745, il était culturellement audacieux et original de traduire le Royal Slave d’Aphra Behn (1688), même en le préfaçant pour le rattacher à Mme de Villedieu, Mlle de Scudéry, et Mme de La Fayette. C’est l’entrée dans le roman du siècle du Prince africain, héritier libéré de la double topique antérieure, le Barbare plus barbare que tous les Barbares et le Barbare qui n’a rien de barbare10. La Place est un écrivain, certes inégal, mais chez qui écriture personnelle et traduction ou imitation se mêlent. Sa carrière atteste la vogue née beaucoup plus tôt des pseudo-traductions11. Ses nombreuses œuvres originales et assumées, tragédies et comédies n’ont pourtant guère laissé de traces12.

  • 13 Le Poète anonyme, comédie, 2 actes, vers 1783, comportant trop peu d’action quoique bien écrite. C (...)

5Chéron est plus divers : administrateur des eaux et forêts, député à l’Assemblée législative, emprisonné sous la Terreur, puis libéré par Thermidor, il s’est consacré plus tardivement à la littérature. Il a écrit quelques œuvres pour le théâtre notamment mais chez lui également, création et imitation ou traduction de l’anglais se mêlent. Il a adapté des ouvrages pédagogiques et surtout Tom Jones13.

6La Place est un écrivain et se sent tel, comme nous le verrons ; Chéron est un administrateur cultivé converti aux belles-lettres dans sa retraite. Mais tous deux ont une ambition théorique critique qu’il nous faudra distinguer l’une de l’autre.

7Les principes du choix de l’œuvre à traduire sont différents chez les trois traducteurs. Chez La Place dans l’édition de 1751, c’est le plaisir de la lecture et la reconnaissance envers l’auteur. Chez Davaux, c’est le souci de faire connaître Fielding, philosophe de l’âme humaine, mieux que ne l’a fait La Place. Ce dernier dans sa Collection de romans et contes traduits et imités de l’anglais, et Chéron, ont le même principe qu’une traduction ne doit se faire que d’un ouvrage de grande qualité.

8Dans l’édition de Tom Jones de 1751, La Place qui est le moins scientifique et le plus mondain des trois donne une Lettre à Fielding en guise de Préface où il proclame qu’il a été « séduit » et qu’il veut faire partager à ses compatriotes le plaisir qu’il a tiré d’une lecture « aussi utile qu’agréable » (V, p. 5). Mais l’éloge est sommaire : cette Préface est toute « captatio benevolentiae » de l’auteur anglais et du public français comme juge à ménager. « Je ne vous ai jamais vu, monsieur, je ne vous connais point mais je vous admire » (V, p. 5). Il faudra aussi que les lecteurs français « applaudissent avec [le traducteur] à la gloire de l’auteur anglais ». Mais en 1788, dans sa Collection des contes et romans imités de l’anglais, La Place développe tout un ensemble paratextuel. Cet ensemble contient, outre la Lettre à Fielding, un extrait traduit de l’Épître dédicatoire de l’auteur à M. Lyttleton lui-même, cité dans le troisième texte parmi les relations nobles de l’auteur anglais. Cet extrait traduit de l’épître dédicatoire à Georges Lyttleton, auteur des Lettres Persanes anglaises, ramène à la double préoccupation éthique de Fielding, peindre les « horreurs du vice » face à la « consolante tranquillité de la vertu » et user du rire et de « l’enjouement » comme moyen de « corriger les hommes ». Enfin l’Essai sur la vie et le génie de l’auteur anglais se fonde sur ce que La Place a recueilli « tant par les autres que par [lui]-même » et d’abord sur la « dissertation » d’Arthur Murphi (sic) mise en tête des Œuvres de Fielding (1762, 8 volumes, in-8°) qui lui a « été d’un grand secours » (V, p. 9). Cet essai a l’ambition des Préfaces aux Œuvres complètes qui se développent au cours du siècle et plus encore au siècle suivant. Ces vingt-quatre pages (V, p. 9-32) structurées de façon à la fois chronologique et thématique sont bien un Essai sur la vie et l’œuvre de l’auteur anglais.

9La Place reconnaît avoir emprunté à Murphy la périodisation en trois étapes, les « progrès du génie » de Fielding, l’aube (Joseph Andrews), le plein rayonnement (Tom Jones) et l’approche du déclin (Amelia).

10Dans cet essai biographico-bibliographique, sur l’éloge de Tom Jones, La Place privilégie ce qu’on peut appeler la rhétorique traditionnelle du portrait moral et intellectuel de l’auteur, formulée en contrastes successifs. À sa facilité « accessible aux attraits du plaisir » et de la dissipation s’oppose « son goût précoce et durable pour la lecture ». Une citation de Murphy le dit « toujours entre Bacchus et Minerve ». Les deux dernières pages multiplient ces oppositions, que nous ne pouvons détailler. La conclusion résume la posture de cet Essai : « tel était l’auteur de Tom Jones » (p. 32).

11L’éloge de l’œuvre (V, p. 14-18) porte sur la conception et l’exécution du roman. Il vient de Murphy et vante l’unité de conception d’une texture multiple et sa virtuosité rythmique.

[L’action] roule sur un seul événement d’où naissent un grand nombre de circonstances et d’incidents subordonnés qui, dans la marche de l’ouvrage forment un tissu dont les fils conduisent l’imagination du lecteur à travers une immense variété de scènes toujours faites pour piquer sa curiosité jusqu’au moment où les obstacles disparaissent par degrés et [se] simplifient avec la même aisance qui les avait fait naître pour concourir par différents moyens à ce vif intérêt qui fait toujours le succès d’un ouvrage (V, p. 25).

12Fielding est maître dans le suspens et l’accélération vraisemblables :

[Il n’est] aucune fable, soit dans sa contexture soit dans ses suspensions et ses incidents imprévus, soit enfin dans ses découvertes subites, souvent embarrassantes, mais toujours tendant à la catastrophe [où] jamais différents chemins quoique toujours en apparence éloignés du but ne menèrent jamais plus agréablement le voyageur à celui qu’il brûlait d’atteindre (ibid.).

13La Place recourt à une expression figurée, la métaphore de la lecture comme voyage : la superposition des points de vue du héros qui voyage et se trouve dans des situations « embarrassantes », et de celui du lecteur, la complexité géographique et diverse des itinéraires des personnages eux-mêmes représente fort bien la texture de Tom Jones.

14Quant à l’exécution de ce plan, aussi « régulier qu’uniforme », elle repose sur la variété des caractères vrais « incorporés » dans des « positions » toujours neuves. La Place esquisse le contraste entre la noblesse d’Alworthy et la rusticité de Western et, entre les deux sœurs, entre Thwackum et Square, l’illuminé fanatique et l’orgueilleux ridicule. Tom lui-même, comme son auteur, a des dispositions vertueuses mais cède à l’impétuosité des désirs. Tous les caractères plaisent par leur chaleur ; « on croit toujours les voir en scène ». Enfin, une « teinte de bonhomie, si on peut hasarder l’expression, semble répandre sur l’ensemble » « cet air de vérité que Cicéron appelle comédie et qui s’apparente au ton de Marivaux » (V, p. 28).

15Davaux voit bien la gloire de Tom Jones, il croit « cependant donner un ouvrage absolument nouveau » :

Vous connaissez, Tom Jones, ami lecteur, mais vous ne connaissez pas l’aimable philosophe Fielding, plus gai, plus sensible que Richardson et peut-être aussi profond. Personne ne possède plus que lui ce que les Anciens nommaient « vis comica », et c’est en riant qu’il porte le flambeau dans les plus profonds replis du cœur humain… (p. IX-V).
Je vais présenter […] à la fois Tom Jones anglais et Fielding (p. VI).

16Rattacher cette épopée comique à la « vis comica » correspond bien à l’ambition de Fielding, comme nous le verrons à propos de son esthétique et de sa philosophie.

17L’analyse de Chéron n’est ni biographique, ni bibliographique. Dans un cadre général de théorisation littéraire, elle repose sur le principe d’une égalité modulée entre les littératures anciennes et même modernes :

Toutes les nations européennes ont des ouvrages dictés par le génie et polis par le goût (p. XI-XII).

  • 14 Comme Marmontel dans son article Traduction des Eléments de Littérature, Chéron ne distingue pas l (...)

18Ceux que « le génie » a inspirés sont de portée universelle quel qu’en soit « l’idiome » et une traduction ne peut rien leur faire perdre : l’Iliade, l’Énéide, la Jérusalem délivrée, le Paradis perdu (p. VI). Mais en ce qui concerne « le goût », « chaque peuple, chaque siècle a le sien » (p. VI) et les difficultés commencent, car « la traduction doit faire connaître un auteur ancien ou étranger14 par les côtés qui le distinguent » (p. VII) pour « nous mettre en état de le comparer avec d’autres ouvrages modernes ou nationaux du même genre » (p. VIII) et de qualité égale.

19Comme chez La Place, l’éloge de Tom Jones est détaillé : c’est une véritable analyse critique fondée sur une pluralité de témoignages, La Harpe, discours d’Huet sur le roman, éloges du genre par Turgot et par Marmontel. Tom Jones est un « chef-d’œuvre », « le meilleur des romans » qui offre « tant d’intérêt et de variété » (p. XXV), « roman vraiment original » (p. XXVII) (La Harpe) ! Chéron traite par prétérition les « enrichissements savants » qu’il pourrait emprunter à Huet et à Turgot (p. XXIX-XXX). Il prend chez Murphy, mais avec moins de détail, l’éloge de « l’intention [des] mœurs, [des] sentiments, et [du] style » (p. XXXI). Il loue lui aussi la conception qu’a Fielding de l’unité, ses structures, sa diversité dramatique, sa vérité « gaie » (p. XXXVI). Cette unité multiple, présentée avec enthousiasme, est comparée non plus à un voyage mais à une rivière, « multiplicité d’événements épisodiques qui n’affaiblit pas l’intérêt général ».

20Mais le principe fondamental qui dirige cette diversité, c’est le contraste. Chéron reprend ici Murphy, La Harpe et Marmontel. Le contraste c’est notamment la complémentarité des divers caractères. La Harpe loue enfin « le trait de génie sur lequel est fondé l’ouvrage » (p. XXXIX), le renversement des apparences :

Des deux principaux acteurs qui occupent la scène, l’un paraît toujours avoir tort (Tom Jones), et l’autre toujours raison (Blifil) et il se trouve à la fin que le premier est un honnête homme et l’autre un fripon. […] Ce contraste est l’histoire de la société (ibid).

21Le contraste est même au cœur du héros, « cœur porté à la vertu » qui « se laisse entraîner par l’impétuosité de ses passions ». C’est « le seul héros de roman » en somme « qui soit à la fois honnête, amoureux et infidèle » (p. XLI).

  • 15 « Sentimental » doit être pris dans le sens où l’entend Ch. Pons dans son ouvrage sur Richardson, (...)
  • 16 « Clarice n’est-elle pas trop sublime ou trop faible ? » dit Mlle Matné de Morville (Préface aux E (...)

22Il n’y a pas là seulement un jugement psychologique et moral mais une appréciation esthétique. Chéron, comme Davaux, place Fielding au-dessus de Richardson, « plus gai, plus sensible que [lui] » (p. XXX). Le mot « sensible » peut surprendre, car c’est Richardson qui se pose en champion de la vertu sentimentale15. Chéron exprime ici une méfiance à l’égard du roman des « infortunes de la vertu » qui se trouve ailleurs dans le dernier tiers du siècle notamment16.

23Ces quatre discours préfaciels offrent donc quatre tableaux complémentaires d’un exercice de la critique des textes. La Place se met à égalité avec l’auteur anglais, tout en réclamant son indulgence, puis s’engage dans la critique biographique, morale et littéraire. Davaux censure La Place que pourtant il ménage : « le premier [il] nous a fait connaître les romans anglais » (p. V). Chéron est le plus ambitieux, cadrant son étude de Tom Jones dans une théorie des littératures nationales et de la traduction.

24C’est que la traduction n’est pas une tâche aisée, point que nous ne traiterons pas, sauf à propos de Chéron.

25Celui-ci se fait surtout théoricien d’une esthétique à propos de la traduction. Selon lui la plus grande difficulté est d’abord « celle que […] donnent les métaphores » (p. XV-XXI passim), c’est-à-dire le style imagé qui existe dans toutes les langues mais aussi à la fois propre à une langue, à un genre ou à un registre littéraire. Marmontel observe dans ses Éléments de littérature que les métaphores abondent dans le registre noble mais aussi dans le registre bas. La question s’articule donc autour d’enjeux très complexes où chaque œuvre ou même chaque chapitre peut avoir une place particulière :

Les figures qu’on regarde comme correspondantes dans deux langues ont rarement la même valeur [et] n’ont pas la même noblesse (p. XIX).

26D’une part on retrouve dans les métaphores, les mœurs, les usages, la religion, le gouvernement, la tournure d’esprit, les connaissances, enfin le caractère entier d’une nation (p. XVI). D’autre part celles-ci n’entrent pas aisément dans les rhétoriques tripartites des styles, style bas, moyen, élevé. Seule une traduction littérale permet donc de « conserver l’air de l’original ». Chéron refuse la « substitution » d’une métaphore « moins hardie » (p. XV), ce qui pose en effet la pertinente mais délicate question du style supposé plus imagé des Anglais et de la tradition française, soi-disant plus réticente aux images. C’est certes vrai de la « nouvelle classique », ou de Crébillon fils, mais déjà moins des « romans modernes » comme Le Paysan parvenu, ou l’Histoire de Frétillon qui touchent au bas, et naturellement pas du tout de la veine « comique » à laquelle appartient justement Tom Jones. Fielding a lu Scarron.

  • 17 « Ainsi qu’à l’aspect de l’épervier, animal redoutable pour toute l’espèce empalmée, on voit les t (...)
  • 18 Chéron économise d’ailleurs sur ce burlesque supprimant la comparaison avec le jambon de Bayonne e (...)

27Ce qui rend Tom Jones difficile à traduire, c’est ce qui fait sa qualité littéraire et son originalité : la diversité de ses styles, descriptions brillantes, sublime, pathétique, éloge, satire, ironie et même burlesque. La Place traduit Tom Jones, comme il traduit toujours, de façon unificatrice, mais il garde certaines images, ce dont il ne dit rien dans sa Lettre à Fielding17. Chéron, plus précis, évoque ces « scènes triviales » où le langage prend « une sorte de dignité affectée pour que le contraste de la bassesse des idées et de la pompe de l’expression les rende encore plus ridicules à notre imagination » (p. XXXI, note 5). Mais il ne livre aucun exemple de ce burlesque laissant sans doute au lecteur le plaisir de le découvrir dans sa traduction18.

28Mais le trait fondamental de cette esthétique de la diversité, voire de la divergence est totalement supprimé par La Place, qui ne s’en cache pas :

L’histoire de Tom Jones est en six volumes, contenant dix-huit livres : chacun desquels est précédé d’un discours préliminaire en forme de dissertation sur quelque point de littérature ou de morale. J’ai cru devoir supprimer ces morceaux, très bons d’ailleurs (t. V, p. 7).

29De fait, et comme toujours, La Place transforme Tom Jones en roman d’aventures sentimentales et sociales. Ces prologues sont paradoxalement à la fois en marge et au cœur de l’esthétique de Fielding et même de sa philosophie. L’écrivain se raille en indiquant que chacun pourrait être placé n’importe où et en tête de n’importe quel texte ; son humour propose un rapprochement pour nous essentiel :

  • 19 Fielding, The History of Tom Jones, a foundling, ed. Alan Pryce Jones, Collins, London and Glasgow (...)

The principal ofthe merits ofboth the prologue and the preface is that they be short19 (livre XVI, p. 670).

30Mais ce sont aussi des pièces essentielles (« essentially necessary to this kind of writing »), dans cette œuvre « prosaï-comi-épique » (p. 173), dans ce roman de « genre comique » (XIV) qui se moque du « Romance » (IV, IX). Fondée sur le contraste constitutif du Beau (V), sur la diversité de rythmes (II), supposant des vides dans la diégèse que le lecteur est invité à combler lui-même de son imagination (III), comme il a tout loisir d’interrompre, s’il le veut, sa lecture (VI), cette esthétique revendique l’originalité de ses digressions.

Here we shall of necessity be led to open a new vein of knowledge (V, 173).

31Si plus tard Sterne revendique son ordre à la fois progressif et digressif, Fielding revendique celui du contraste :

for what demonstrates the beauty and excellence of any thing, but its reverse ? (V, 175).

32Il méprise les écrivains incapables de réflexion comme les auteurs de « Romance ». Il croit au génie, à la culture, à l’humanité et à l’expérience, qui ne vient pas des livres. Il implore l’aide de ces puissances tutélaires. S. Charles ne paraît pas voir l’importance de cette esthétique. Fielding invoque le génie des Anciens et des Modernes en une adresse sérieuse :

Come thou, that has inspired thy Aristophanes, thy Lucian, thy Cervantes, thy Rabelais, thy Molière, thy Shakespeare, thy Swift, thy Marivaux, fill my paper with humour (XIII, p. 547).

33Ce syncrétisme est historiquement organisé : tradition antique (Aristophane, Lucien), tradition nationale (Shakespeare, Swift), tradition européenne continentale (Cervantès, Rabelais, Molière, Marivaux). Tous portent à penser ; ce que Fielding leur demande c’est « l’humour », c’est-à-dire une vision du monde, à la fois distanciée et participatrice. Marivaux est le seul écrivain « moderne », au sens où on l’entend dans la querelle des Anciens et des Modernes, qui existe des deux côtés de la Manche. Marivaux et Fielding se caractérisent par une esthétique des contrastes et même des contradictoires. C’est sans doute pourquoi Fielding demande à Marivaux de l’aider à donner de « l’humour » à son œuvre. Il est faux que l’humour soit uniquement anglais, Marivaux justement est susceptible de cette poésie de la distance avec son sujet qui n’exclut pas la sympathie. Dans Tom Jones, c’est le ton du récit à propos des héros de vertu improbable après avoir été des « rogues » et des « jades » (VIII), à propos de l’incompétence des auteurs qui parlent de ce qu’ils ne connaissent pas (XIV), de l’adage qui prétend que le vice mène au malheur (XV, XVII). Le prologue du livre XVII est dit paradoxalement « containing a portion of introductory writing » (p. 705) qui pose cependant la question du dénouement : Tom Jones sera-t-il pendu ?

34De plus et enfin Tom Jones s’ouvre et se ferme sur des prologues en métaphores. Celui du livre I montre d’abord le romancier comme un restaurateur obligé d’accueillir et de servir ses hôtes à leur gré à la différence de l’hôte privé, libre face à des invités captifs. Le roman est donc un menu (« bill of fare »), mais il est aussi une cuisine qui trouve ses ressources dans la nature humaine dont la prodigieuse variété est inépuisable. Toutefois, « true nature is as difficult to be met in authores as the Bayonna ham or Bologna sausage is to be found in the shops » (I, 34). Sa structure est un art des progressions. D’abord :

Human nature […] in that more and simple manner in which it is found in the country and […] hereafter hash and ragoo it with all the French and Italian seasoning of affectation, of vice which courts and cities afford (I, 34-35).

35Tom Jones se ferme enfin sur la métaphore de l’action romanesque, de la lecture comme voyage et du dénouement comme un adieu des voyageurs entre eux et de l’auteur représenté au lecteur.

36De fait, les prologues portent, dans cette poétique de textes discontinus, éventuellement interchangeables, comme mutatis mutandis dans les Journaux de Marivaux, la philosophie comique de Fielding ainsi que le voit très bien Davaux. La nature fournit la matière (I) et non pas une imagination déréglée (IV). L’amour existe, quoi qu’en disent les philosophes (VI), Dieu également. Le monde du public est une scène et la même personne peut y jouer le « vilain » ou le héros. Fielding a donc une préoccupation éthique qui suppose une analyse lucide de l’humanité, des femmes du grand monde (XIV) et de la société. Chez lui, comme chez Marivaux, le « comique » relève de trois ordres, triomphe sur la nécessité d’être logique et sérieux, triomphe sur l’impuissance de l’équité et de la raison face au pouvoir et au désir, ordre de l’humain et du poétique où se fait jour une philosophie proprement « comique », capacité de vision sympathique. « En raison de cette capacité on peut accepter la vie humaine avec tous ses défauts et ses faiblesses, ses folies et ses vices », comme l’écrit E. Cassirer dans son Essai sur l’homme. Le mépris se dissout dans le rire et le rire est libérateur. C’est certes une libération paradoxale, parti pris sans orgueil et même poésie du langage, comme dans l’arrivée de Sophia dans le roman ou lors de sa fuite nocturne.

37Notre dernier point est la difficile définition de la fidélité. C’est une préoccupation obsessionnelle des traducteurs, mais chacun la voit à sa mode. La Place ne s’en soucie guère et d’ailleurs sa « Collection de romans et de contes » est dite « imités de l’anglais », c’est-à-dire adaptés. Dans l’Essai il est « le traducteur ou plutôt l’imitateur » de Fielding. Il a osé « accommoder quelques parties [de Tom Jones] aux goûts d’un peuple aux yeux duquel un choix des pièces dramatiques anglaises et la tragédie de Venise sauvée ajustée à notre théâtre ont eu le bonheur de plaire ». Or ce choix est de La Place lui-même. De fait, dans Tom Jones il limite sa tâche à l’héroïne Sophia. Et Fielding est invité à reconnaître « une fille chérie sous un habillement français » (t. V, p. 6).

38L’image du vêtement est connue dès les siècles précédents. Davaux rétablit les prologues et y fait résider toute sa fidélité. Chéron, quant à lui, se montre à la fois modeste et ambitieux :

Je ne suis qu’un simple traducteur, ce n’est pas moi que le public est appelé à juger mais Fielding (p. IV-V).

39Ce qui revient à plier sa rhétorique au service d’une cause extérieure à lui et à sa nation, mais aussi à accepter une tâche sans éclat :

Je sais bien que l’opinion publique n’accorde pas beaucoup d’estime à ce genre de talent. Le travail est grand et la gloire petite (p. IX-X).

40Il reprend d’ailleurs largement les arguments utilisés contre la traduction, selon des images anciennes ou plus modernes, le parfum éventé, la gravure et le messager infidèles. Selon Rollin et Dubos, « les pensées et les expressions des auteurs sont à peu près comme ces essences exquises dont le parfum subtil s’évapore quand on les verse d’un vase dans un autre » (p. XXVIII). Lui-même n’a pas perdu une goutte mais n’a « trouvé aucun moyen pour empêcher l’évaporation » (ibid.). L’image de la gravure est aussi chez Voltaire, celle du messager vient de Mme de Sévigné et Chéron a tâché de faire au mieux sa commission (p. XXVIII-XXIX). Toutefois :

Il n’est pas vrai qu’un ouvrage ancien ou étranger d’un caractère vraiment original puisse jamais devenir rebutant parce qu’il aura été traduit avec exactitude. Ce sera comme un bel arbre un peu décoloré et dépouillé par l’automne, mais encore admirable par son tronc et ses rameaux (p. XII-XIII).

41Cette modestie a donc une face ambitieuse. Il développe la question théorique du genre :

Une traduction, d’après le sens même du mot, doit être fidèle, et le précepte est ou négligé ou mal entendu (p. VII).

42Il faut donc l’entendre :

Il y a plus de mérite qu’on ne pense communément à plier son esprit aux formes d’un autre esprit, à se pénétrer de sa manière, à penser avec lui et comme à se cacher pour ainsi dire sous son masque, et imiter si bien tous ses mouvements qu’on croie lire l’auteur lui-même et non le traducteur (p. IX).

43En tant que traducteur on a donc « le droit d’exiger de lui de l’élégance mais surtout de la fidélité » (p. IX). Cette remarque fait écho à certaines autres préfaces qui fustigent l’infidélité. Saint-Ange déplore « l’usage de falsifier [un auteur] sous prétexte de le franciser » (Préface à la traduction de L’Homme sensible de Mackenzie) ce qui uniformise son style. Chéron a tâché « de rendre avec fidélité les moindres nuances des couleurs locales », ce qui le met dans une double posture, apporter quelques modifications nécessaires mais aussi respecter l’« esprit » de l’original, « le goût du terroir » (p. V).

44Chéron n’appartient donc pas à la race des traducteurs qui « négligent » ou « entendent » mal la fidélité (p. XII). Il trouve en particulier scandaleux de « mutiler » un auteur. « Sous prétexte du goût » cela « sert la paresse et souvent l’ignorance » (p. XXIII). La Place s’est rendu coupable de tous ces genres d’infidélités sans offrir à ses lecteurs aucune espèce de compensation…

45C’est d’ailleurs ce qui a encouragé Chéron à entreprendre sa tâche. On répétait en effet : « Quand nous donnera-t-on Tom Jones tel que Fielding l’a composé ? » (p. XXVI). On a eu tort en particulier d’y trouver des « longueurs » : « Le portrait de Sophia et son entrée dans le roman tiennent outre le chapitre I six pages préliminaires » que La Place a eu l’audace de caviarder ainsi :

Le véridique auteur de cette histoire a fait un portrait en grand et très détaillé des charmes, de la figure, du caractère et des talents de notre héroïne, et moi, pour épargner à nos Français, moins patients que nos voisins, l’ennui toujours inséparable des longueurs, je dirai tout simplement que Sophie était belle, et qui plus est aimable (p. XLIV).

46Voilà qui « n’a coûté ni beaucoup de temps ni beaucoup de peine, ni talent bien distingué » (p. XLIV-XLV). C’est que La Place adopte une tradition du roman français, économe en portraits physiques, comme Crébillon fils par exemple. Il n’a en outre pas le sens poétique pour comprendre dans cette ouverture du livre IV ce lyrisme plein d’humour. Lui-même cependant raccourcit sensiblement ce portrait, supprime la Vénus de Médicis, les galeries d’Hampton Court, la comparaison avec Lady Ranelagh et avec la duchesse de Mazarin abrège l’allusion à Lord Rochester. Il souligne certes la « symétrie » des attraits de Sophia mais supprime sa chevelure noire, ses sourcils, ses yeux noirs, son nez et sa bouche. Il garde seulement et traduit le tercet de Sir John Suckling, sans en donner l’auteur :

Her lips were red, and one was thin
Compared to that was next her chin
Some bee hadstung it newly (p. 130-131).
Ses lèvres de la rose empruntaient la couleur
L’une d’elle avait un peu plus d’épaisseur :
Une abeille l’avait nouvellement piquée.

47Chéron économise donc lui aussi les effets. Il reste que selon lui :

Peu de traducteurs consentent à porter des chaînes ; ils s’attribuent à eux-mêmes le droit de les rompre toutes les fois qu’une plus grande liberté leur semble nécessaire à la facilité, à la grâce, à l’élégance de leurs mouvements. Ils ne veulent pas être de serviles imitateurs (p. VIII).

48C’est orgueil mal placé, et occasion de malentendu et d’ignorance :

On croit trop légèrement qu’une bonne traduction, c’est-à-dire une traduction exacte et fidèle, est un travail de manœuvre et suppose un homme incapable de produire quelque chose par lui-même. L’amour-propre s’en offense. Qu’en résulte-t-il ? Le désir d’un succès plus brillant et la crainte de déplaire à des lecteurs trop délicats en leur présentant des ouvrages anciens ou étrangers traduits avec exactitude ne peuvent que contribuer à perpétuer l’ignorance, à rétrécir le génie, et à rendre le goût pusillanime (p. X).

49Les Français sont sur ce point un exemple à ne pas suivre :

Pour vouloir être trop français nous avons éloigné de nous des trésors que toutes les langues nous offraient à l’envi (p. XX).

  • 20 Voir sur ce point l’introduction du recueil édité par Cointre A. et Rivara A., Anthologie de préfa (...)

50Nous avons même eu des difficultés à accepter « le mot de bienfaisance » et abandonné « une foule de mots aussi concis qu’expressifs » de l’ancienne langue d’Amyot et Montaigne et ainsi appauvri nos ressources. Nous avons agi comme un parvenu qui éloigne dédaigneusement meubles et vêtements simples de son passé. Autrement dit, et c’est une idée théorique majeure de Chéron, la traduction est un moyen irremplaçable d’enrichir une langue sans la dénaturer, un moyen d’échange culturel vrai20.

Je déteste de tout mon cœur l’anglomanie, mais je ne vois pas pourquoi l’on accorderait la préférence aux ouvrages des manufactures anglaises, sur ceux des écrivains anglais, à leurs aciers et leurs cristaux sur leurs expressions et leurs tournures heureuses. Il me semble que la langue des Pope, des Gray, des Steele, des Addison et des Fielding a bien aussi son mérite et que la perfection des lumières est tout aussi précieuse à acquérir que la perfection du luxe (p. XXII-XXIII).

51Ainsi Chéron est un « philosophe » de la traduction.

52De ces quatre prises de pouvoir sur un texte la plus intéressante est celui de Chéron. La Place a trop de complaisance envers lui-même et surtout un trop grand souci d’atteindre un public de lecteurs peu exigeants, amateurs d’aventures sentimentales et pittoresques. Davaux plaide pour la philosophie de Fielding. Chéron a, quant à lui, toute une vision de la langue française, de ses relations avec la culture nationale et avec les autres langues. Il a une théorie de la littérature européenne ancienne et moderne et enfin une conception complexe de la traduction, du rôle du traducteur, de la noblesse de sa tâche et de ses exigences qui ne froissent pas un amour-propre soucieux d’originalité dans l’exercice même d’une fidélité parfois souple : « La fidélité, en effet, exige parfois cette espèce d’infidélité. » (p. XIV) Il conclut donc :

Lecteur, vous pouvez me juger sur ce résultat de mes faibles efforts, mais bien plutôt ne me jugez pas, oubliez-moi, connaissez, admirez Fielding, soyez tout à mon ami Tom Jones, à ses amours, à ses infortunes, et partagez enfin son bonheur (p. XLVIII).

Notes

1 Kozul M., Herman J. et Pelckmans P., dir., Préfaces romanesques, actes du xvil colloque international de la Sator, Leuven, Anvers, 22-24 mai 2003, Louvain/Paris, Peeters, « La République des Lettres » 23, 2005, p. 13.

2 Ibid., p. 19.

3 C’est en effet essentiel car les traducteurs ont souvent une situation précaire, comme Prévost en Hollande et en Angleterre.

4 L’ironie appartient à la tradition, comme dans les premiers romans de Marivaux ou dans Angola de La Morlière.

5 Fielding, Histoire de Tom Jones ou l’enfant trouvé, traduction de l’anglais par MDLP, Londres, Nourse, 1751 ; Collection de romans et contes imités de l’anglais, corrigés et revus de nouveau, par M. de La Place, tome V, Paris, Cussac, 1788 ; Tom Jones ou l’enfant trouvé, traduction nouvelle dans laquelle on a rétabli les morceaux supprimés dans celle de La Place, par le Citoyen Davaux, Paris, Maison, an IX (1794) ; Tom Jones ou Histoire d’un enfant trouvé, Paris, Guiguet et Michaud, 1804 (par L.C. Chéron).

6 En se servant de La Harpe, Chéron exécute littéralement La Place : « il savait médiocrement l’anglais et a souvent eu le ridicule de vouloir substituer le peu d’esprit qu’il avait à l’esprit de Fielding ». La Place, dit La Harpe dans son Cours de littérature, « était un homme sans talent, sans esprit, sans connaissances, qui ne savait écrire ni le français, ni même l’orthographe. La traduction de Tom Jones est le seul ouvrage de lui qui soit resté : ce n’est pas qu’il n’ait défiguré et même étranglé inhumainement le chef-d’œuvre de Fielding » (p. XXX-XXXI). C’est lui, il est vrai, l’auteur de la bévue « la dernière chemise de l’amour » pour « love’s last shift » (Colley Ciber), qui nous sert de titre dans Rivara A., dir., La Traduction des langues modernes au xviiie siècle ou « La dernière chemise de l’amour », Paris, H. Champion, 2002. Mais La Harpe est toujours jaloux et vipérin avec les auteurs de son temps.

7 Il n’est pas « périmé » comme le dit S. Charles dans son article, pourtant fort intéressant sur la traduction de La Place (« Le Tom Jones de La Place ou la fabrique d’un roman français », RHLF, 1994, n° 6, p. 931-958) ; il a valeur de témoignage d’un temps. Rééditions du Tom Jones de La Place au xviiie siècle : 1755, 1756, 1758, 1769, 1779, 1796. Il ne faut pas oublier que La Place avait d’excellentes relations avec les milieux littéraires, Piron, Collé, Duclos, Crébillon fils pour la facilité de son caractère. Cela a pu favoriser la diffusion de ses traductions et de ses imitations.

8 Sur cette notion voir les actes du colloque de Metz : Cointre A., Lautel A., Rivara A., La traduction romanesque au xviiie siècle, Arras, Artois Presses Université, 2003.

9 Le Théâtre anglais, 1745-1748, 8 volumes, Oronoko, 1745, Venise sauvée, traduction d’Ottway jouée en 1746 et qui eut un succès passager. Le véritable Ami ou la vie de David Simple, trad. de S. Fielding, 1749, Tom Jones ou l’enfant trouvé, 1751. Un pamphlet anglais contre Mme de Pompadour, dont elle fit racheter toute l’édition, 1762. Collection de romans traduits ou imités de l’anglais, Cussac, 1788 (8 vol.). On lui a attribué aussi les « Mémoires de Milord, traduit de l’anglais », 1737. S. Charles le croit l’auteur des Mémoires de Cécile, 1751, (art. cit., p. 943) mais ce roman est de Mlle Guichard ; La Place n’a fait que le présenter en 1788 en rendant hommage (vol. I et II) à l’écrivain. L’Orpheline anglaise supposée traduite de S. Fielding est au volume III. Les Deux Mentors ou mémoires pour servir à l’histoire des mœurs anglaises du xviiie siècle, traduction libre de l’anglais de M***par M. D. La P. est certainement une pseudo-traduction (vol. III), Lydia ou mémoires de Lord D. dédié à Garrick, est à la fois inspiré par Mémoires of a Coxcomb, et repris par La Place après de romanesques aventures de librairie (vol. IV, Préface nécessaire). Tom Jones occupe les vol. V et VI. La Place traduit Le Vieux baron anglais de Ch. Reeve (vol. VII) mais dans ce même volume les Mémoires et Lettres de Mlle de Gondreville et du comte de Saint Fargeol se passent en Lorraine ! Le volume VIII est un « pot pourri » parfois rattaché à l’Angleterre.

10 Voir la préface de La Place et notre étude dans La Traduction des langues modernes, op. cit.

11 C’est une question qu’a étudiée J. Herman. Voir notamment La Traduction romanesque au xviiie siècle, op. cit.

12 Tragédies : Adèle de Ponthieu, 1757, jouée sur l’ordre du duc de Richelieu, Jeanne d’Angleterre, Polyxène. Comédies : Le Veuvage trompeur, 3 actes, l’Epouse à la mode, 3 actes en vers, Rennio et Alinde ou les Amants sans le savoir, 2 actes en prose jouées brièvement, Les Deux Cousines, éditées en 1746 mais non représentées. La Place partit, dit-on, à Bruxelles pour se consoler de ses échecs au théâtre, en revint et mourut en 1793.

13 Le Poète anonyme, comédie, 2 actes, vers 1783, comportant trop peu d’action quoique bien écrite. Caton d’Utique, tragédie imitée d’Addison, 1789, L’Homme à sentiments, comédie en 5 actes et vers, 1789, représentée en mars 1789, puis reprise sous le titre Le Moralisateur, 1791, éditée sous le titre Valsain et Florville, en 1805 jouée sous celui de Tartuffe de mœurs en 5 actes ; éditée la même année et en 1817. C’est une imitation de The School for Scandal de Sheridan. Outre sa traduction de Tom Jones, 1804, bien accueillie des gens de goût à la différence de celle de Davaux, Chéron a traduit les Leçons de l’enfance de M. Edgeworth, 1803 et les Lettres sur les principes élémentaires d’éducation, d’E. Hamilton, 1805. Il a laissé aussi quelques œuvres politico-administratives.

14 Comme Marmontel dans son article Traduction des Eléments de Littérature, Chéron ne distingue pas la traduction des Anciens de celle des Modernes. Les questions de méthode sont pourtant alors différentes ainsi que le statut des textes étrangers qui ne sont pas l’objet de la révérence donnée à l’Antiquité mais d’une curiosité.

15 « Sentimental » doit être pris dans le sens où l’entend Ch. Pons dans son ouvrage sur Richardson, tradition puritaine égalitaire, développement d’un langage de la vertu, influence de la Bible sur l’expression, et méfiance bourgeoise à l’égard des vices aristocratiques.

16 « Clarice n’est-elle pas trop sublime ou trop faible ? » dit Mlle Matné de Morville (Préface aux Egarements réparés, Londres, Paris, 1773). Voir sur ce point A. Cointre dans le présent volume.

17 « Ainsi qu’à l’aspect de l’épervier, animal redoutable pour toute l’espèce empalmée, on voit les timides oiseaux fuyant à tire d’aile, chercher leur sûreté dans le creux des arbres et des rochers, tandis que ce tyran, enflé de sa puissance, plane dans les airs en méditant de nouveaux forfaits ; de même au premier bruit de l’approche de Déborah dans le village, tous les habitants alarmés se sauvent en tremblant […]. Entraîné par la beauté de cette comparaison, je prétends seulement faire entendre que s’il est dans la nature de l’épervier de faire main basse sur les petits oiseaux, il est également dans celle des Déborah, tant mâles que femelles, d’insulter et de tyranniser le petit peuple. » (livre I, ch. IV, t. V, p. 43) En fait La Place développe l’image de Fielding et lui donne une réflexivité neuve.

18 Chéron économise d’ailleurs sur ce burlesque supprimant la comparaison avec le jambon de Bayonne et la saucisse de Bologne (I, 1).

19 Fielding, The History of Tom Jones, a foundling, ed. Alan Pryce Jones, Collins, London and Glasgow, 1955.

20 Voir sur ce point l’introduction du recueil édité par Cointre A. et Rivara A., Anthologie de préfaces de traducteurs de romans anglais, 1720-1825, sous presse.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search