Version classiqueVersion mobile

L'art de la préface au siècle des Lumières

 | 
Ioana Galleron

1re partie. Sous le masque du préfacier

Préfaces, éditeurs et instances énonciatives dans La Vie de Marianne et dans Manon Lescaut

Zeina Hakim

Texte intégral

1La question des mécanismes de l’illusion tels que ceux-ci apparaissent au début du xviiie siècle met immédiatement l’accent sur le paradoxe qui nourrit tout entier le genre romanesque : il s’agit toujours de raconter une histoire, le lecteur sait parfaitement qu’elle est fictive, mais il exige qu’elle soit racontée « comme si c’était vrai », et les données formelles entre lesquelles choisit l’auteur ont pour fonction d’assurer la crédibilité, en même temps qu’elles lui imposent une direction dont il ne saurait s’écarter sans être infidèle à ses choix.

2Or, au début du xviiie siècle, le paradoxe sur l’illusion esthétique est au cœur du débat sur la légitimité de la fiction. Les romanciers de cette période sont en effet extrêmement conscients des problèmes posés par les rapports de la vérité et de la fiction : le caractère exploratoire des formes et du sujet que l’on trouve dans une grande partie de la production romanesque des années 1700-1740 est le signe de cette conscience. Ces auteurs s’aventurent alors vers de nouvelles directions : recréer dans l’œuvre littéraire des conditions plus proches de celles que connaît le commun des lecteurs et décrire des milieux plus divers, plus complexes qu’ignoraient leurs prédécesseurs ; sur une toile de fond historique, dans des récits présentés comme des Mémoires véritables, ils mettent en scène non des héros et des héroïnes, mais des personnages issus de catégories sociales modestes.

3L’exigence croissante de vérité trouve son illustration exemplaire avec l’apparition des romans-mémoires. En effet, ce genre a pour but de donner le point de vue subjectif d’un individu qui a participé accessoirement à la vie publique et qui restitue la manière dont il a vécu ces événements, ou dont il s’est réalisé en dépit ou en marge d’eux. Il a donc pour ambition d’imposer un type de personnage plus vrai, enraciné dans l’histoire ou dans la vie privée du temps. En ce sens, ces romans-mémoires amènent à s’interroger sur les limites de la fiction, sur ses modes, et sur ce qui, d’elle, une fois assumée, peut se dégager de vrai.

4Deux romanciers en particulier emblématisent cette volonté de mêler à la fiction des effets de vérité afin d’accréditer les récits qu’ils inventent : il s’agit de l’abbé Prévost dans l’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut et de Marivaux dans La Vie de Marianne. Or, le procédé le plus usité par ces auteurs dans le but d’authentifier leur fiction se révèle être le recours à une préface. On peut s’interroger sur ce choix et se demander ce qui pousse ces romanciers à choisir la préface pour faire croire à la véridicité de ce qu’ils narrent : en effet, en quoi la préface peut-elle être perçue comme un instrument et une garantie de vérité ? à quelles stratégies rhétoriques, narratives et stylistiques ces auteurs font-ils appel pour faire de la préface un produit final sinon authentique, du moins crédible ? enfin, la préface peut-elle vraiment authentifier un récit fictif et est-ce au fond le véritable et seul rôle que lui assignent ces romanciers ?

  • 1 Voir à ce sujet l’article de Salaün F., « Le manuscrit ne le dit pas… Déni de l’auteur et création (...)

5On le sait, en feignant de s’effacer derrière une rédaction supposée, manuscrit ou liasse de lettres retrouvés dans un coffre, qu’ils ne font qu’éditer, les auteurs du début du xviiie siècle mettent en œuvre de nouveaux modes de narration et de présentation. Le recours à la fiction du manuscrit trouvé place en effet l’auteur, qui se présente comme « l’éditeur » du texte ou du recueil de lettres, dans la position d’un intermédiaire plus ou moins engagé. Ce soi-disant éditeur prétend donner à lire un texte, et seulement ce texte, mais il intervient de diverses façons, et passe parfois à l’édition critique, voire à la censure1.

6Si cette stratégie est connue et codifiée au xviiie siècle, c’est la multiplicité des positions de discours qui fait la spécificité de la technique utilisée par Marivaux dans La Vie de Marianne : le rôle de l’auteur, nous dit-il dans l’Avertissement, s’est borné au début à celui d’éditeur de documents qui sont tombés entre ses mains par hasard. Tout au plus admet-il être pour quelque chose dans le choix et la distribution des matériaux mais il insiste sur le fait qu’il n’a rien écrit :

  • 2 Avertissement (première partie), La Vie de Marianne ou les Aventures de Madame la comtesse de ***, (...)

Comme on pourrait soupçonner cette histoire-ci d’avoir été faite exprès pour amuser le public, je crois devoir avertir que je la tiens moi-même d’un ami qui l’a réellement trouvée, comme il le dit ci-après. […] On ne veut dans des aventures que les aventures mêmes, et Marianne, en écrivant les siennes, n’a point eu égard à cela. Elle ne s’est refusée aucune des réflexions qui lui sont venues sur les accidents de sa vie ; ses réflexions sont quelquefois courtes, quelquefois longues, suivant le goût qu’elle y a pris. Elle écrivait à une amie, qui apparemment aimait à penser : et d’ailleurs Marianne était retirée du monde, situation qui rend l’esprit plus sérieux et philosophe. Enfin, voilà son ouvrage tel qu’il est, à quelque correction de mots près2.

  • 3 Ibid., p. 5.
  • 4 Ibid., p. 5
  • 5 Ibid., p. 5.

7À l’en croire, les maladresses sont autant de preuves d’authenticité, l’imperfection attestant la spontanéité et la véracité. L’« éditeur » de l’Avertissement prétend, conformément à une convention romanesque très fréquente, n’avoir rien inventé, n’avoir fait qu’éditer : « je n’y ai point d’autre part que d’en avoir retouché quelques endroits trop confus ou trop négligés3. » C’est finalement le critère formel qui permet d’établir la véracité du témoignage : « Ce qui est de vrai, c’est que si c’était une histoire simplement imaginée, il y a toute apparence qu’elle n’aurait pas la forme qu’elle a4. » C’est donc affirmer que l’événementiel n’est pas du domaine de l’invention. Si c’était un roman, l’auteur se serait conformé au goût actuel : « il y aurait plus de faits et moins de morale5. »

8L’« éditeur » reprend encore la parole au début de la seconde partie, dans un nouvel Avertissement. Refusant la paternité du texte de Marianne, il n’accepte pas moins de se porter caution et de le défendre :

  • 6 Avertissement (seconde partie), ibid., p. 55-56.

Ce n’est point un auteur, c’est une femme qui pense, qui a passé par différents états, qui a beaucoup vu ; enfin dont la vie est un tissu d’événements qui lui ont donné une certaine connaissance du cœur et du caractère des hommes, et qui, en contant ses aventures, s’imagine être avec son amie, lui parler, l’entretenir, lui répondre6.

  • 7 Ibid., p. 8.

9Il est ainsi urgent pour l’« éditeur » de rappeler que c’est justement d’une vie et non pas d’un roman que Marianne fait le récit, qu’il n’y a pas de forme de style ni d’ouvrage précédent qui pourrait se faire la forme d’une vie racontée. La Vie de Marianne n’est pas une « histoire simplement imaginée » : « C’est une femme qui raconte sa vie ; nous ne savons qui elle était7. » Fallait-il une preuve de plus de cette authenticité ? On peut la trouver dans ce que déclare la narratrice elle-même :

  • 8 Ibid., p. 8-9.

Où voulez-vous que je prenne un style ? […] Au reste, je parlais tout à l’heure de style, je ne sais pas seulement ce que c’est. Comment fait-on pour en avoir un ? Celui que je vois dans les livres, est-ce le bon ? Pourquoi donc est-ce qu’il me déplaît le plus souvent8 ?

10En principe, le style de Marianne n’en est pas un, parce qu’il ne veut rien devoir aux règles de la rhétorique, comme le souligne l’éditeur :

  • 9 Ibid., p. 55. Au début du Paysan parvenu, Jacob écrit pareillement : « Chacun a sa façon de s’expr (...)

Marianne n’a point songé à faire un roman […]. Son amie lui demande l’histoire de sa vie, et elle l’écrit à sa manière. Elle n’a aucune forme d’ouvrage présente à l’esprit9.

  • 10 La Vie de Marianne, p. 8.
  • 11 Ibid., p. 10. C’est moi qui souligne.

11Marianne la narratrice s’adresse donc à une amie qui lui a demandé l’histoire de sa vie pour en « faire un livre à imprimer10 ». Certes, elle écrit mais son absence de style sauve le manuscrit du péril littéraire. Elle tient d’ailleurs à lever l’équivoque : « Ce début paraît annoncer un roman : ce n’en est pourtant pas un que je raconte ; je dis la vérité comme je l’ai apprise de ceux qui m’ont élevée11. » Dans la huitième partie, Marianne, s’adressant à son amie, fait la même mise au point :

  • 12 Ibid., p. 375-376.

Au lieu d’une histoire véritable, vous aurez cru lire un roman. Vous avez oublié que c’était ma vie que je vous racontais : voilà ce qui a fait que Valville vous a tant déplu. […] Un héros de roman infidèle ! on n’aurait jamais vu de pareil. Il est réglé qu’ils doivent tous être constants ; on ne s’intéresse à eux que sur ce pied-là, et il est d’ailleurs si aisé de les rendre tels ! il n’en coûte rien à la nature, c’est la fiction qui en fait les frais. […] Mais je vous récite ici des faits qui vont comme il plaît à l’instabilité des choses humaines, et non pas des aventures d’imagination qui vont comme on veut. Je vous peins, non pas un cœur fait à plaisir, mais le cœur d’un homme, d’un Français qui a réellement existé de nos jours12.

  • 13 Ibid., p. 539.

12Par la suite, le récit que Tervire fait de sa propre vie, pour dissuader Marianne de devenir religieuse, prend tant d’importance, qu’au début de la onzième partie la narratrice prétend imaginer les doutes de sa correspondante pour mieux réaffirmer ensuite le caractère véridique de ses propos : « non je ne copie rien ; je me ressouviens13. »

  • 14 Ibid., p. 55.
  • 15 Ibid., p. 7.

13Après quoi, l’« éditeur » gardera le silence : plus d’avertissement à l’incipit des autres parties de La Vie de Marianne. Il ne veut plus rien dire, maintenant qu’il s’est posé en littérateur et en théoricien et que précisément « Marianne n’a point songé à faire un roman14 ». Mais Marivaux ne s’arrête pas là : entre l’« éditeur » et Marianne, il prend encore soin d’inventer un intermédiaire. Voilà du même coup un autre « je » qui intervient au début de la première partie, et qui est déjà beaucoup plus proche du registre de Marianne : « avant de donner cette histoire au public, il faut lui apprendre comment je l’ai trouvée15. » L’« éditeur » avait affirmé que ce récit était véridique ; il reste à en apporter la preuve matérielle et ce sera le rôle de ce nouvel intermédiaire :

  • 16 Ibid., p. 7.

J’ai voulu faire changer quelque chose à la disposition du premier appartement, et dans une armoire pratiquée dans l’enfoncement d’un mur, on y a trouvé un manuscrit en plusieurs cahiers contenant l’histoire qu’on va lire, et le tout d’une écriture de femme. On me l’apporta ; je le lus avec deux de mes amis qui étaient chez moi, et qui depuis ce jour-là n’ont cessé de me dire qu’il fallait le faire imprimer16.

14Cette explication avertit donc le lecteur que l’ouvrage qu’il va lire n’est pas un roman et elle rend compte des merveilleux concours de circonstances qui ont amené entre les mains de l’auteur le manuscrit qu’il affirme livrer au public en se bornant à corriger quelquefois le style.

  • 17 Ibid., p. 7.
  • 18 « Je ne suis point auteur, et jamais on n’imprimera de moi que cette vingtaine de lignes-ci », ibi (...)
  • 19 Ibid., p. 7.
  • 20 Ibid., p. 7.

15Cet intermédiaire apporte également des précisions sur le manuscrit lui-même : « Nous voyons par la date que nous avons trouvée à la fin du manuscrit, qu’il y a quarante ans qu’il est écrit17. » Il fait aussi une retouche, mais d’un autre genre que l’« éditeur ». Il n’est pas un homme de lettres18, mais un homme du monde et ses soucis sont autres : « nous avons changé le nom de deux personnes dont il y est parlé, et qui sont mortes. Ce qui y est dit d’elles est pourtant très indifférent ; mais n’importe : il est toujours mieux de supprimer leurs noms19. » Les détails qu’il donne sur la découverte du manuscrit sont aussi de nature à brouiller les pistes, à réfuter d’avance toute identification : « Il y a six mois que j’achetai une maison de campagne à quelques lieues de Rennes, qui, depuis trente ans, a passé successivement entre les mains de cinq ou six personnes20. »

16L’abbé Prévost, quant à lui, utilise une stratégie très similaire lorsqu’il cache lui aussi son identité d’auteur derrière de multiples instances énonciatives. En effet, si l’on regarde de près les assertions de celui-ci concernant ses supposés « manuscrits », on découvre que dans chaque cas, le texte original est apparemment dû à quelqu’un d’autre qu’à lui-même, et dans chaque cas également, il fournit une explication sur la manière dont le manuscrit fut publié.

  • 21 Nous empruntons la définition de la préface et celle des termes allographe et fictif à la classifi (...)

17Ainsi, les tomes I à VI des Mémoires et aventures d’un Homme de Qualité comportent deux textes liminaires : le premier est la Lettre de l’Éditeur qui précède le tome I, paru en 1728 et qui est une préface fictive allographe21. Prévost met en scène un personnage extérieur aux événements du récit, qui présente ce qui va suivre comme les vrais Mémoires du Marquis :

  • 22 Mémoires et aventures d’un Homme de Qualité qui s’est retiré du monde, Œuvres de Prévost, éd. de P (...)

Cet ouvrage me tomba, l’automne passé, entre les mains, dans un voyage que je fis à l’abbaye de… où l’auteur s’est retiré. La curiosité m’y avait conduit. […] Tous ceux qui ont quelque commerce avec les Pères […] ne sauraient ignorer le nom de cet illustre aventurier : je serai néanmoins fidèle à la promesse que je lui ai faite, de ne le pas placer à la tête de son Histoire. Je ne l’ai obtenue de lui qu’à cette condition ; et l’honneur ne me permet pas d’y manquer. […] Le style est simple et naturel, tel qu’on le doit attendre d’une personne de condition, qui s’attache plus à l’exactitude de la vérité, qu’aux ornements du langage22.

18L’Homme de Qualité est ainsi nommé « l’auteur », le style des Mémoires est décrit comme étant « tel qu’on le doit attendre d’une personne de condition », et il n’est même pas suggéré que le manuscrit requière une quelconque révision pour être susceptible d’être publié. Les déclarations concernant la discrétion observée pour éviter d’identifier le narrateur et les remarques sur la négligence du style relèvent, par ailleurs, là aussi du procédé conventionnel du manuscrit trouvé.

19Quant au second texte liminaire, la Lettre de l’Editeur, qui figure en tête du tome V et qui paraît en 1730, il s’agit d’une préface qui reprend le procédé à travers une autre préface fictive allographe, destinée à justifier la suite donnée aux Mémoires :

  • 23 Ibid., p. 227.

La mort de M. le marquis de…, l’illustre sujet de ces Mémoires, me procure la liberté d’en donner la dernière partie au public. Il l’a tenue renfermée sous la clef jusqu’à la fin de sa vie, ou s’il lui a permis de voir quelquefois le jour, ce n’a été que pour quelques moments, et dans les mains de ses meilleurs amis. J’avais l’honneur d’être de ce nombre. […] Je m’imagine qu’en imprimant cette Suite des Mémoires, on fera un présent agréable et avantageux au public. On y trouvera plus de variété que dans les deux parties précédentes. Le style n’en est pas moins vif ni moins soutenu23.

20Prévost fait ici mourir Renoncour et achève ainsi de détacher, dans l’imagination du lecteur, le roman du processus de sa production. Cependant, rien ne permet de croire de manière certaine que l’éditeur fictif soit l’auteur réel.

  • 24 Œuvres de Prévost, t. VIII, Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, p. 62, note 1. J (...)

21Il en va tout autrement de la préface à l’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut. En effet, il est significatif que Prévost ait placé en tête de l’histoire contenue dans le tome VII, paru en 1731, un texte dont on a souligné le titre ambigu : l’Avis de l’Auteur des Mémoires d’un Homme de Qualité. La périphrase appelle nécessairement l’identification de cet auteur fictif avec l’auteur réel. En choisissant de faire parler l’auteur, le romancier présente le récit qui suit d’une façon très différente de ses ouvrages précédents : il abandonne ici le procédé de la préface attribuée à un éditeur pour donner la parole au producteur du texte lui-même. Or on aurait pu imaginer que le récit-cadre, exposant les circonstances dans lesquelles Renoncour et son élève ont entendu l’histoire du chevalier, soit à nouveau présenté à la façon d’une suite des Mémoires, par un éditeur fictif. L’attribution au mémorialiste Renoncour n’était en effet pas la solution la plus simple, puisque Prévost avait fait mourir le personnage en 1730, comme il l’annonçait dans la Lettre de l’Éditeur précédant le tome V. Dans son édition critique, Jean Sgard souligne que Prévost ne s’est pas donné la peine de justifier l’apparition de ce récit posthumen24. Sans doute ne souhaite-t-il pas reprendre le topos du manuscrit trouvé parce qu’il a choisi d’imaginer le récit, fait oralement, d’un héros passionné qui n’est pas encore détaché des événements qu’il raconte.

  • 25 Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, Mémoires et Aventures d’un homme de qualité (...)
  • 26 « J’avais dix-sept ans et j’achevais mes études de philosophie à Amiens […] », débute Des Grieux, (...)
  • 27 « J’arrivais de Londres à Calais, avec le marquis de…, mon élève. […] En marchant l’après-midi dan (...)

22C’est en effet le chevalier Des Grieux qui raconte sa propre histoire devant un témoin muet qui l’écrit « presque aussitôt après l’avoir entendue, et qu’on peut s’assurer, par conséquent, que rien n’est plus exact et plus fidèle que cette narration. Je suis fidèle jusque dans la relation des réflexions et des sentiments que le jeune aventurier exprimait de la meilleure grâce du monde. Voilà donc son récit, auquel je ne mêlerai, jusqu’à la fin, rien qui ne soit de lui25. » Une telle assertion révèle un désir de créer une aura de vérité, ou au moins de vérisimili- tude, au sujet de la méthode narrative utilisée pour retracer des histoires telles que celles-ci. Car Des Grieux n’écrit pas : il raconte de vive voix aux deux auditeurs rencontrés une seconde fois à Calais un récit qui fait écho à leurs aventures26. La rencontre fortuite de Renoncour et du chevalier fournit un prétexte adéquat pour la narration des aventures du chevalier. Dès qu’ils se reconnaissent, Des Grieux se doit d’expliquer à son bienfaiteur les suites de leur première rencontre à Pacy27. En comparaison avec les prétextes très peu plausibles que donnent les romanciers pour faire croire que leurs récits sont des Mémoires qu’ils ne font qu’éditer, la situation fournit ici une raison plus crédible pour que l’histoire soit racontée.

23Libéré des contingences d’une Histoire traditionnelle et impersonnelle, l’auteur de l’Histoire du Chevalier Des Grieux, apparemment simple scripteur qui ne croit devoir au public qu’un récit clair et fidèle, écrit donc l’histoire qui lui aurait été contée de vive voix. Cette technique, qui attire l’attention du lecteur sur l’oralité, garantit ainsi à la fois l’exactitude d’une narration historique et le caractère personnel et vivant du récit, tout en éludant la fiction des Mémoires écrits. Dans ce type d’intervention, le narrataire confirme la vérité des faits rapportés par le narrateur. Cette technique est mise en place comme un procédé d’écriture destiné à donner au récit un caractère de crédibilité, le récit fournissant immédiatement, par le biais de l’oralité, les preuves de sa vérité.

24Ainsi, dans l’analyse qui vient d’être faite, les textes de Prévost et de Marivaux paraissent être présentés comme authentiques, c’est-à-dire non fictionnels. En se bornant à passer pour des simples éditeurs de documents et en se dessaisissant de l’invention et de l’élocution pour n’assumer que la disposition, les auteurs de La Vie de Marianne et de Manon Lescaut semblent souligner, de manière emblématique, le caractère véridique de leurs récits. Ce maquillage leur permet de contourner le reproche d’invraisemblance et de contre-attaquer en suspendant, avec la référence à l’auteur, une mauvaise conscience orchestrée.

  • 28 Voir sur cette question le très bel article de Herman J., « Manuscrit trouvé et vérité romanesque (...)

25Cependant, un doute subsiste : le topos du manuscrit trouvé tel qu’il est mis en scène dans ces préfaces correspond-il vraiment à une « manœuvre d’authentification28 » ? s’agit-il uniquement d’un moyen commode de prévenir les accusations des critiques du roman ? En effet, malgré toutes les protestations de Prévost et de Marivaux quant à l’authenticité de leurs fictions, la fictionnalité de celles-ci ne se laisse pas complètement voiler : ces auteurs recourent à un soi-disant éditeur afin de mieux révéler l’intérêt purement littéraire de ce procédé. Car, si la préface a pour traditionnelle fonction d’affirmer l’authenticité de la fiction, qui se veut non-fictive grâce à son statut de document historique (nous pensons ici à la convention du manuscrit retrouvé dans une armoire telle qu’elle s’esquisse dans La Vie de Marianne), il n’empêche que l’auteur de la fiction ne se laisse pas prendre à son propre jeu : il détruit lui-même la fiction de l’histoire vraie par une préface qui refuse de trancher entre la fiction et l’histoire et met ainsi l’accent sur l’imposture fondamentale du roman « réaliste ». Le lecteur n’est ainsi pas dupe et il est en mesure d’apprécier la façon dont l’auteur utilise la supercherie et se joue des conventions et des contraintes avec un plaisir non dissimulé.

Notes

1 Voir à ce sujet l’article de Salaün F., « Le manuscrit ne le dit pas… Déni de l’auteur et création romanesque au xviiie siècle », Le topos du manuscrit trouvé, Actes du colloque international, Louvain- Gand, 22-23-24 mai 1997, hommages à C. Angelet, études réunies et présentées par J. Herman et F. Hallyn ; avec la collaboration de K. Peeters, Louvain, Paris, éd. Peeters, 1999, p. 173-182.

2 Avertissement (première partie), La Vie de Marianne ou les Aventures de Madame la comtesse de ***, Paris, Garnier Frères, 1957, p. 5-6.

3 Ibid., p. 5.

4 Ibid., p. 5

5 Ibid., p. 5.

6 Avertissement (seconde partie), ibid., p. 55-56.

7 Ibid., p. 8.

8 Ibid., p. 8-9.

9 Ibid., p. 55. Au début du Paysan parvenu, Jacob écrit pareillement : « Chacun a sa façon de s’exprimer qui vient de sa façon de sentir. Parmi les faits que j’ai à raconter, je crois qu’il y en aura de curieux ; qu’on me passe mon style en leur faveur ; j’ose assurer qu’ils sont vrais. Ce n’est point ici une histoire forgée à plaisir, et je crois qu’on le verra bien », op. cit., éd. de F. Deloffre, Paris, Garnier frères, 1959, p. 6.

10 La Vie de Marianne, p. 8.

11 Ibid., p. 10. C’est moi qui souligne.

12 Ibid., p. 375-376.

13 Ibid., p. 539.

14 Ibid., p. 55.

15 Ibid., p. 7.

16 Ibid., p. 7.

17 Ibid., p. 7.

18 « Je ne suis point auteur, et jamais on n’imprimera de moi que cette vingtaine de lignes-ci », ibid., p. 7. L’intermédiaire revendique ainsi pour le texte le statut de témoignage.

19 Ibid., p. 7.

20 Ibid., p. 7.

21 Nous empruntons la définition de la préface et celle des termes allographe et fictif à la classification de Genette G., dans Seuils, Paris, Le Seuil, 1987, p. 165-180 : « L’auteur prétendu d une préface peut être l’un des personnages de l’action (préface actoriale) ou ce peut être une toute autre (tierce) personne (préface allographe). […] Une préface peut être attribuée à une personne réelle ou fictive ; si l’attribution à une personne réelle est confirmée par tel autre indice paratextuel, on la dira authentique ; si elle est infirmée par tel indice du même ordre : apocryphe ; si la personne investie de cette attribution est fictive, on dira cette attribution, et donc cette préface, fictive. […] Ainsi est fictive une préface attribuée à une personne imaginaire, est apocryphe une préface attribuée faussement à une personne réelle. »

22 Mémoires et aventures d’un Homme de Qualité qui s’est retiré du monde, Œuvres de Prévost, éd. de P. Berthiaume et J. Sgard, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1978, t. I, p. 9.

23 Ibid., p. 227.

24 Œuvres de Prévost, t. VIII, Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, p. 62, note 1. J. Sgard remarque d’ailleurs la différence de ton entre l’Homme de Qualité qui s’exprime dans cette préface et le narrateur-personnage du récit-cadre qui raconte sa rencontre avec Manon et Des Grieux à Pacy. Ainsi, le préfacier, moins indulgent que le narrateur du récit-cadre, affirme que Des Grieux est libre et donc responsable de ses malheurs : « J’ai à peindre un jeune aveugle qui refuse d’être heureux, pour se précipiter volontairement dans les dernières infortunes », ibid., p. 363. Renoncour, personnage-narrateur du récit-cadre, nous décrit au contraire un jeune homme qui attire immédiatement sa sympathie, dans une scène, celle de Pacy, qui prédispose le lecteur à la bienveillance et à la pitié.

25 Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, Mémoires et Aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde, Romanciers du xviiie siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 1232.

26 « J’avais dix-sept ans et j’achevais mes études de philosophie à Amiens […] », débute Des Grieux, ibid., p. 1232.

27 « J’arrivais de Londres à Calais, avec le marquis de…, mon élève. […] En marchant l’après-midi dans les rues, je crus apercevoir ce même jeune homme dont j’avais fait la rencontre à Pacy. […] Il n’attendit point que je le pressasse de me raconter l’histoire de sa vie. “Monsieur, me dit-il, vous en usez si noblement avec moi, que je me reprocherais, comme une basse ingratitude, d’avoir quelque chose de réservé pour vous. Je veux vous apprendre, non seulement mes malheurs et mes peines, mais encore mes désordres et mes plus honteuses faiblesses” », ibid., p. 1231-1232.

28 Voir sur cette question le très bel article de Herman J., « Manuscrit trouvé et vérité romanesque au xviiie siècle », Travaux de littérature, 11, 1998, p. 213-226.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search