Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Troisième partie. Le Moyen Âge dans les arts

L’architecture gothique des temps modernes, pour une propagande formelle

Hélène Rousteau-Chambon

Texte intégral

1Vasari, au xvie siècle, a été le premier théoricien de l’art à fixer une rupture entre une période « obscure », au cours de laquelle les beaux-arts avaient été dévastés par les barbares, et la Renaissance, âge du retour au beau, au cours duquel avaient émergé des artistes aussi brillants que Giotto ou Michel-Ange par exemple. Pour Vasari, cette fracture entre le Moyen Âge et la Renaissance était évidente ; cette idée fut largement développée par les théoriciens de l’art dans les siècles qui suivirent.

  • 1 Sahic J., Saint-Pons de Thomières, les archives, l’abbaye, l’évêché, Bergerac, 1895.
  • 2 Ravaux J.-P, « La cathédrale gothique de Châlons-sur-Marne », Mémoire de la société d’agriculture, (...)

2Pourtant, des églises et des cathédrales couvertes de voûtes en berceau épaulées par des murs épais – appelées communément romanes – ou couvertes de voûtes d’ogives – les églises gothiques – continuèrent à être bâties au cours des Temps modernes. Ces réalisations copiaient d’ailleurs parfois si fidèlement les productions médiévales qu’il fallut la découverte de contrats pour comprendre qu’il s’agissait de travaux du xviie siècle. Ainsi, la cathédrale de Saint-Pons-de-Thomières fut couverte d’un berceau imitant fidèlement la production médiévale au xviie, mais ces travaux ne furent bien datés qu’après la découverte du contrat en 18951. Il en fut de même pour la cathédrale de Châlons-en-Champagne dont le chœur fut repris en sous-œuvre au xviie et convenablement daté uniquement lors de la découverte du prix-fait par J.-P Ravaux en 19762 (fig. 1).

Fig. 1. cathédrale de Châlons-en-Champagne, premières travées du vaisseau central

  • 3 Abbé Lectoquoy, « L’architecture gothique au xviie », L’art sacré, 1948, p. 19-27.
  • 4 Hautecœur L., « Les survivances gothiques dans l’architecture française du xviiie siècle », L’arch (...)
  • 5 Héliot P., « Les influences du Moyen Âge sur l’architecture bretonne de l’Ancien Régime », Annales (...)

3Depuis la fin du xixe siècle, quelques historiens de l’art se sont penchés sur ces constructions anachroniques. L’abbé Letocquoy3, à la fin du xixe siècle ou L. Hautecœur4 au début du xxe siècle, par exemple sont ainsi revenus sur les survivances du gothique. Parallèlement, P. Héliot a mené des études régionales, en Bretagne par exemple5 sur ce gothique ; mais pour lui son usage, au cours des Temps modernes, relevait essentiellement de la tradition ou de raisons économiques.

4Cependant, l’utilisation du « gothique » dans des villes d’importance – telles Montpellier, Montauban, Orléans ou encore Paris – et la mise en œuvre de ce « gothique » dans des cathédrales, édifices religieux emblématiques, ne peuvent s’expliquer par la seule méconnaissance des formes nouvelles de construction. En revanche, grâce à une analyse du contexte historique et des circonstances dans lesquelles ces bâtiments furent édifiés, il est évident que cette forme a été utilisée, pour les cathédrales notamment dans un but idéologique, politique ou religieux, l’apparence formelle des édifices constituant un élément clef dans la reconquête catholique, inspirée par le concile de Trente (1545-1563).

5En France, au cours des Temps modernes, en effet, toutes les cathédrales furent reconstruites en gothique à l’exception de trois d’entre elles : Nancy, sise en dehors du royaume au moment de sa reconstruction, La Rochelle érigée au cours des xviiie et xixe siècles sur les plans de Jacques V. Gabriel (1741-1862) et Montauban. Ces deux derniers édifices sont situés dans des régions à forte majorité protestante. Pourquoi seuls ces édifices furent-ils reconstruits à la moderne ? Ou inversement, pourquoi toutes les autres cathédrales furent-elles réédifiées en gothique ? Ce sont en effet, vingt-six cathédrales qui, à la suite des destructions des guerres de religion, ont été élevées ou rétablies en gothique. Certaines le furent entièrement, d’autres partiellement, les voûtes étant alors principalement concernées.

6Il n’est pas possible dans un court article de reprendre les circonstances de construction de toutes les cathédrales. Mais pour expliquer ce phénomène, il me paraît intéressant de comparer deux édifices contemporains emblématiques l’un et l’autre : la cathédrale de Montauban « à la moderne » et celle d’Orléans construite entièrement en « gothique » y compris pour son portail – fait exceptionnel. Les circonstances de leur destruction, le rôle du roi dans les reconstructions, les architectes qui œuvrèrent dans ces édifices sont autant de points communs qui auraient pu conduire à ce qu’une seule forme architecturale soit choisie. Il n’en fut rien. Ces deux édifices vont constituer en fait, par leur apparence, des emblèmes, des fers de lance de la reconquête catholique.

  • 6 Entre-temps l’église paroissiale de saint-Jacques faisait office de cathédrale.

7Depuis 1317, la cathédrale de Montauban était installée en dehors des enceintes, dans l’abbaye de Saint-Théodard, – le pape Jean XXII ayant subdivisé le trop puissant archevêché de Toulouse. Cette cathédrale fut brûlée dès les premiers temps de la Réforme, en 1560. Dans les années qui suivirent, le faubourg du Moustier dans lequel était située la cathédrale dévastée fut transformé en fortin par le catholique Blaise de Monluc (1562-1563) qui assiégea la ville ; en 1567, les Montalbanais abattirent les restes de la cathédrale. Enfin, l’évêque de Montauban, Pierre de Berthier (1652-1674) qui, le premier, souhaita reconstruire une nouvelle et grande cathédrale, fit niveler les ruines de l’édifice pour y planter un parc, ouvert à la population dès 16746. Il ne restait donc rien, à cette date, de l’ancienne cathédrale.

  • 7 Guyon Symphorien, Histoire de l’église et diocèse d’Orléans, 1650, t. II, p. 413, Cité par Georges (...)
  • 8 Le même procédé fut utilisée pour détruire la cathédrale de Mende dans les mêmes années.

8La vieille cathédrale d’Orléans a aussi été entièrement détruite. La ville avait été prise par les protestants en 1563, mais Condé avait alors assuré une certaine protection aux monuments. Cependant, après son départ pour Chartres, quelques « hérétiques » pénétrèrent dans la cathédrale par les fenêtres, et selon le premier historien du diocèse, S. Guyon : « Ostèrent quelques pierres des quatre gros piliers qui supportaient le clocher et en la place d’icelui, mirent quelques morceaux de bois avec de la poudre à canon ; et attachans de longs câbles au haut du susdit clocher, en même temps firent mettre le feu auxdites poudres et tirer le clocher en bas à force d’hommes et de chevaux, tellement que cette grande machine tomba tout à la fois avec un horrible fracas7… » Cette technique, très efficace, permit de détruire toute la nef de la cathédrale, le clocher s’abattant sur cette partie de l’édifice8. Cependant les chapelles du chœur, les premières travées de la nef et le transept furent abîmés mais non démolis. La cathédrale d’Orléans avait donc été moins dévastée que celle de Montauban. Pourtant, après la reconstruction de la nef, le bureau chargé de la réédification de la cathédrale décida que le chœur roman serait démoli pour être reconstruit en gothique (fig. 2). L’œuvre des cathédrales de Montauban et d’Orléans avait donc été réduit à néant.

9Autre point de comparaison entre les deux édifices, ils bénéficièrent l’un et l’autre de commanditaires prestigieux. Ainsi, à Montauban, le rétablissement de l’édifice clef du diocèse fut entrepris par des hommes bien en cour. L’évêque Jean-Baptiste-Michel Colbert (1674-1687), cousin du ministre fit lever un impôt pour la reconstruction de la cathédrale l’année de la révocation de l’Édit de Nantes (en 1685). Il avait bien sûr obtenu préalablement l’accord du roi. De plus, c’est l’intendant Lamoignon de Basville, très actif dans la reconquête catholique et la conversion forcée des protestants, mais aussi représentant du roi dans la généralité, qui appuya vraisemblablement le choix de D’Orbay pour dresser les plans de la nouvelle cathédrale.

  • 9 Un jubilé de trois mois était accordé à la ville d’Orléans. Les pèlerins auraient à visiter quinze (...)
  • 10 Chenesseau G., op. cit., p.239.

10L’intervention royale fut plus directe encore à Orléans. Henri IV prit des lettres patentes en faveur de la cathédrale, posa la première pierre de la reconstruction, et servit d’intermédiaire auprès du pape pour qu’Orléans soit une ville du jubilé de 16009. Louis XIV, quant à lui, choisit la forme définitive du portail : alors que les plans d’un portail à la moderne avaient déjà été dressés, le roi demanda, en 1707, à ce qu’un nouveau projet soit établi « dans l’ordre gothique10 ». Ce choix est d’autant plus étonnant que dans toutes les cathédrales reconstruites en gothique après les guerres de religion, les façades à la moderne sont préférées.

  • 11 Huillet d’Istria Madeleine, « François d’Orbay et la cathédrale de Montauban », xviie siècle, 1966 (...)

11Ces deux édifices furent enfin l’œuvre d’éminents architectes du roi. Trois architectes se succédèrent à Montauban, dans une reconstruction assez rapide (de 1692 à 1739) : les plans furent établis par François d’Orbay (1631-1697) membre fondateur de l’académie royale d’architecture ; à sa mort, Jules Hardouin-Mansart, Premier architecte du roi et directeur des Bâtiments, puis Robert de Cotte, Premier architecte du roi à partir de 1708 dirigèrent les travaux et apportèrent quelques modifications à l’ensemble11 (fig. 3).

Fig. 2. Cathédrale d’Orléans, chevet « gothique » du xviie siècle

Fig. 3. Cathédrale de Montauban

12La reconstruction de la cathédrale d’Orléans fut beaucoup plus longue (de 1599 à 1829). Si dans les premiers temps, des maîtres-maçons orléanais furent commis pour les travaux – Claude Johannet ou Jean Levesville par exemple –, des architectes du roi ou de grande renommée intervinrent rapidement sur ce chantier : Salomon de Brosse, l’architecte le plus important des premières années du xviie siècle participa à la réflexion pour la reconstruction de la nef (1618-21) (fig. 4) tandis que le bras sud du transept (1628-1636) est l’œuvre de Martellange, le plus connu des architectes de la compagnie de Jésus. Mais ce sont surtout le clocher et le portail occidental qui occupèrent le plus longuement les architectes les plus éminents du xviiie siècle (de 1708 à 1793) : Robert de Cotte (1708-1724), Jacques V. Gabriel (1736-1740) puis son fils Ange-Jacques (1741-1764) qui furent tous les trois Premier architecte du roi, Trouard (1765-1773), Legrand (1774-1787) et enfin P-A. Pâris (1787-1793), fervent partisan du retour à l’antique furent les maîtres d’œuvre de ce portail « gothique ».

13Ces formes en « gothique » pour Orléans, « à la moderne » pour Montauban, ne furent donc pas choisies au hasard, elles ne sont pas le résultat du travail d’architectes méconnaissant les règles de la « bonne architecture ». Elles ne furent pas adoptées pour des raisons économiques dans la mesure où ces deux cathédrales bénéficièrent de la protection royale voire d’un financement royal. Alors pourquoi choisir le gothique à Orléans, ville située dans le domaine de France, à quelques lieues seulement de la capitale et une forme plus conforme au goût du jour à Montauban, qui elle est fort éloignée de la capitale, et a priori une ville moins au fait des règles de la bonne architecture ?

14En fait, pour le roi, la cathédrale d’Orléans ne pouvait être construite qu’en gothique. Cette forme était celle de toutes les cathédrales de l’ancien domaine de France. Cette présentation était aussi la plus appropriée pour le plus prestigieux des édifices religieux détruit dans le domaine de France par les huguenots. Utiliser le gothique à Orléans permettait ainsi d’abolir les dévastations des guerres de religion, de les effacer de la mémoire collective. La construction d’un chœur en gothique, le plan de l’édifice reprenant ainsi celui de Notre-Dame de Paris contrairement à la présentation antérieure, les arcs-boutants, les voûtes d’ogives et la tripartition interne de la nef (grandes arcades, triforium, fenêtres hautes) imitant la disposition du xiiie siècle – époque de référence dans le domaine de France – permettaient d’insister sur une unité formelle, esthétique certes, mais qui transmettait l’image d’une Église unie et ancrée dans le temps.

Fig. 4. Cathédrale d’Orléans, vaisseau central et chœur

15Cette volonté d’une constance formelle est enfin manifeste dans le choix d’un portail « gothique » (fig. 5, voir page suivante) puisque cette façade est entreprise vingt ans seulement après la révocation de l’Édit de Nantes. Une forme exceptionnelle, le gothique, était indispensable pour souligner l’ancrage catholique de cette cathédrale. Orléans devenait le symbole de la pérennité de l’Église. La forme de la cathédrale d’Orléans, dans ce contexte, a donc valeur de propagande, image de persuasion par excellence voulue par le roi puisque c’est certainement l’édifice religieux dans lequel le roi s’investit le plus totalement.

16Pourquoi ne pas adopter la même forme à Montauban ? En dehors du fait que Montauban n’est pas située dans l’ancien domaine de France, la situation religieuse de la ville était radicalement différente. Orléans après avoir été dévastée par les huguenots fut reprise par les catholiques avant de devenir pendant un temps une ville ligueuse. Orléans était donc une cité très catholique lors de la reconstruction.

Fig. 5. Cathédrale d’Orléans, portail occidental

Fig. 6. Cathédrale de Montauban, vaisseau central et chœur

  • 12 Guicharnaud H., Montauban au xviie, urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1991.

17Montauban, en revanche, resta une ville huguenote, une « Genève française ». Tout au long du xviie siècle, on assiste d’ailleurs à une véritable reconquête de la ville : le roi décida que le consulat serait mi-parti (catholique et protestant) alors que la ville était à grande majorité protestante, en 1632, le tribunal du sénéchal-présidial fut rétabli dans la ville, l’année suivante un bureau d’élection vint siéger dans la ville avant que la cité ne devienne le siège de l’intendant. En 1661, enfin, Louis XIV acheva l’installation de cette administration royale et catholique en faisant transférer la cour des Aides de Cahors à Montauban. Avec cette implantation massive de l’administration royale, des catholiques loyaux se juxtaposaient aux Montalbanais de souche, et constituaient la première vague de la reconquête catholique. Parallèlement, à partir de 1661, les intendants mirent en application des mesures anti-protestantes de plus en plus coercitives. Déjà, depuis 1652, les protestants avaient été systématiquement exclus du consulat et des charges municipales mais à partir de 1663, les temples furent démolis et à partir de 1681, la ville fit l’objet de dragonnades12.

  • 13 La voûte d’ogives fut aussi utilisé dans la chapelle des jésuites en 1751.
  • 14 Aujourd’hui encore elle constitue le premier édifice que l’on remarque.
  • 15 Expertise de l’ingénieur Simon en 1707, à la suite de l’éboulement des voûtes du vaisseau central (...)

18La reconstruction de la cathédrale constituait donc la dernière étape de cette reconquête catholique au moment ou, par la volonté royale, il était décidé qu’il n’existait plus de protestants dans le royaume (révocation de l’Édit de Nantes, en 1685). L’édifice religieux représentant le diocèse devait marquer profondément la population, et notamment les nouveaux convertis. La nouvelle cathédrale prit d’ailleurs le vocable de Notre-Dame alors que le royaume avait été placé sous la protection de la Vierge par Louis XIII. Un tel vocable permettait, de plus, d’insister sur la prépondérance mariale, alors que les protestants « minimisaient » son rôle. Aussi, alors qu’un édifice médiéval restauré en « gothique », l’église Saint-Jacques, avait fait office de cathédrale depuis les guerres de religion, alors que dans tous les édifices religieux de la ville – y compris les édifices des nouveaux ordres, comme ceux des ursulines et des jésuites, la brique – Montauban est une ville « rouge » comme Toulouse et Albi – et la voûte d’ogives était choisie13, pour la nouvelle cathédrale, les formes et matériaux traditionnels furent bannis (fig. 6). La cathédrale fut installée dans la partie la plus éminente de la cité, au cœur de la ville. Elle dominait donc la ville symboliquement et optiquement14. Le matériau choisi pour la façade fut la pierre qu’il fallait faire venir de loin et avec beaucoup de difficultés15.

19Le plan de la cathédrale est, lui aussi, exceptionnel : alors que dans les édifices religieux ouverts au public, les desseins restent assez traditionnels, dans cet édifice, le chevet est plat – et ce n’est pas la topographie qui conduisit à ce choix – et des chapelles latérales se trouvent dans la continuité des collatéraux. En fait, l’architecte d’Orbay s’est vraisemblablement inspiré des réalisations de Brunelleschi à Florence, allant même jusqu’à reprendre le principe d’une architecture à module. L’architecte utilise donc un plan novateur résolument « moderne », qui place l’édifice une nouvelle fois en rupture avec les autres édifices religieux et notamment ceux du sud de la France. Il ne semblait pas possible de séduire les Montalbanais en leur présentant un édifice témoignant de la continuité de l’Église. Il fallait, en revanche, marquer les irréductibles Montalbanais avec un édifice tranchant sur le paysage urbain mais indiquant aussi la voie nouvelle, la seule « véritable » religion, selon la conception du roi. Ce choix formel, poussé dans ses moindres détails est d’autant plus flagrant que Montauban est loin de la capitale et des règles du bon goût.

  • 16 Les tours de façade réalisées par Hardouin-Mansart constituent les seuls éléments traditionnels da (...)

20La forme « exceptionnelle » adoptée à la cathédrale de Montauban, qui est en même temps la disposition la plus à la mode alors permet de montrer, en contrepoint, une des raisons fondamentales permettant d’expliquer le choix du gothique au cours des Temps modernes16. La forme architecturale faisant référence au passé médiéval – le gothique ou a contrario une forme « à la moderne » – put être choisie dans un but de propagande affirmée. À Orléans, la cathédrale implantée dans le domaine de France – région dans laquelle se développa tout particulièrement le gothique –, dans une ville qui dut subir la dévastation des « hérétiques », devait souligner la pérennité de l’Église depuis les premiers temps du christianisme. Inversement, Montauban, ville qui restait ancrée dans le protestantisme devait être marquée par une forme nouvelle, une forme témoignant d’une volonté de reconquête religieuse.

21Au xixe siècle encore, ce prosélytisme religieux était encore largement perceptible lorsque le peintre Ingres, un Montalbanais, réalisa le Vœu de Louis XIII, pour la cathédrale. Ce tableau montre en effet la volonté conjuguée du souverain et de l’Église catholique de rallier les sensibilités religieuses à la religion d’État…

Notes

1 Sahic J., Saint-Pons de Thomières, les archives, l’abbaye, l’évêché, Bergerac, 1895.

2 Ravaux J.-P, « La cathédrale gothique de Châlons-sur-Marne », Mémoire de la société d’agriculture, commerce, sciences et arts, 1976, p. 169-227 et 1977, p. 115-155.

3 Abbé Lectoquoy, « L’architecture gothique au xviie », L’art sacré, 1948, p. 19-27.

4 Hautecœur L., « Les survivances gothiques dans l’architecture française du xviiie siècle », L’architecture, 35 (1922), p. 29-41.

5 Héliot P., « Les influences du Moyen Âge sur l’architecture bretonne de l’Ancien Régime », Annales de Bretagne, LXI (1954), p. 110-123.

6 Entre-temps l’église paroissiale de saint-Jacques faisait office de cathédrale.

7 Guyon Symphorien, Histoire de l’église et diocèse d’Orléans, 1650, t. II, p. 413, Cité par Georges Chenesseau, Sainte-Croix d’Orléans, histoire d’une cathédrale gothique réédifiée par les Bourbons, 1599-1829, Paris, 1921, p. VI.

8 Le même procédé fut utilisée pour détruire la cathédrale de Mende dans les mêmes années.

9 Un jubilé de trois mois était accordé à la ville d’Orléans. Les pèlerins auraient à visiter quinze fois en quinze jours les restes de la basilique, cf. Chenesseau G., op. cit., p. 8.

10 Chenesseau G., op. cit., p.239.

11 Huillet d’Istria Madeleine, « François d’Orbay et la cathédrale de Montauban », xviie siècle, 1966, p. 1-70.

12 Guicharnaud H., Montauban au xviie, urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1991.

13 La voûte d’ogives fut aussi utilisé dans la chapelle des jésuites en 1751.

14 Aujourd’hui encore elle constitue le premier édifice que l’on remarque.

15 Expertise de l’ingénieur Simon en 1707, à la suite de l’éboulement des voûtes du vaisseau central de la nef : « Il est à propos, Monsieur, que je vous fasse remarquer les difficultéz et quasi l’impossibilité qu’il y a de bâtir […] par la difficulté d’avoir de la pierre de taille et des libages, pour du moilon il n’y en a point, ces pierres venant de dix grandes lieues d’ici, qui ne peuvent se voiturer que pendant cinq mois […] Cette pierre ne se peut se charoyer que par des bœufs et des vaches… il leur faut quarte jours pour aller et venir quand ils trouvent la rivière guayable et bien souvent sept à huit quand elle ne l’est pas… » Il concluait : « on ne peut bâtir icy comme à Paris… » cité par Huillet d’Istria Madeleine, « François d’Orbay et la cathédrale de Montauban », xviie siècle, 1966, p. 59.

16 Les tours de façade réalisées par Hardouin-Mansart constituent les seuls éléments traditionnels dans la reconstruction des cathédrales après les guerres de religions.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. cathédrale de Châlons-en-Champagne, premières travées du vaisseau central
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2. Cathédrale d’Orléans, chevet « gothique » du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 3. Cathédrale de Montauban
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4. Cathédrale d’Orléans, vaisseau central et chœur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5. Cathédrale d’Orléans, portail occidental
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 6. Cathédrale de Montauban, vaisseau central et chœur
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29031/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540