Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

Le Moyen Âge de Dante selon Rossetti et Valéry

Erica Durante

Texte intégral

1Ce ne sont pas que les femmes-serpentes, les cygnes, les fileuses à la chevelure enchantée et les déesses de l’amour plongées dans l’azur, qui rapprochent l’œuvre de Paul Valéry de celle de Dante Gabriel Rossetti. Ce n’est pas non plus qu’un même amour pour la peinture qui les apparente et qui fait que, pour les deux poètes, à côté de la page écrite, l’on retrouve des esquisses de dessins, et que l’on voit la genèse d’un texte apparaître dans la marge d’une aquarelle. Tous deux poètes et traducteurs, tous deux peintres et critiques d’art, Rossetti et Valéry ont, d’une part, des mêmes origines et, d’autre part, une culture commune, celle de l’Italie. L’Italie terre de la Renaissance, mais, aussi, terre des cités médiévales et des grands poètes fondateurs de la langue italienne. Si l’on veut donc parler de Valéry et de Rossetti à la fois, on ne peut le faire qu’en considérant cette fascination commune qu’ils ont pour le Moyen Âge, et pour le Moyen Âge italien, en particulier. Le Moyen Âge de la poésie stilnoviste et de la poésie de Dante, en particulier, que Valéry et Rossetti intègrent tous deux à leur écriture de façon plus ou moins reconnaissable, plus ou moins constante.

  • 1 The Early Italian Poets paraît pour la première fois à Londres en 1861. C’est dans cette anthologi (...)
  • 2 Risset, J., « La Nuit de Gênes », Paul Valéry. Teoria e ricercapoetica. Atti dell’VLH Convegno del (...)
  • 3 Valéry P., Louys P., Gide A., Correspondance à trois voix, 1888-1920, éd. établie et annotée par P (...)
  • 4 Valéry traduit une partie du poème Eden Bower pour le numéro de mai 1892 de la revue « Chimère ». (...)
  • 5 Ibidem, p. 21.

2Dans l’œuvre de Rossetti, en effet, l’imaginaire médiéval occupe une place qui n’est pas secondaire. Dans les toiles, mais aussi dans l’écriture en vers réapparaissent des thèmes, des personnages, des schémas figuratifs, des renvois textuels puisés dans le monde médiéval. Un monde cher à Rossetti, qui compose une anthologie de poètes primitifs italiens, The Early Italian Poets, allant de Guinizelli à Boccace, en passant par Cavalcanti et Cino da Pistoia1. Et cela, en même temps qu’il peint un cycle arthurien et qu’il signe de nombreuses peintures religieuses et de toiles inspirées de la Vie Nouvelle de Dante. De façon similaire, il y a une phase très importante dans l’écriture de Valéry, qui se situe à son début, et qui correspond à ce qu’on a appelé l’âge du Graal. Vers ses vingt ans, le jeune poète se consacrait à des lectures ésotériques et était plongé dans un certain mysticisme esthétique. Les lettres échangées à l’époque avec André Gide et Pierre Louÿs montrent, en effet, Valéry comme un « adolescent fin de siècle, imprégné de lectures mystiques, passionné par le monde de la liturgie, amoureux de l’Amour2 », qui traduit quelques sonnets de Pétrarque et lit Ruysbroeck l’Admirable, Swedenborg, « un traité d’héraldique […] [et] Rossetti qu’[il] chipote lentement et [dont la] vie [le] fait rêver longuement ». Dans cette biographie anglaise, parue huit ans après la mort du peintre préraphaélite que Pierre Louÿs considérait comme « le plus grand poète anglais, qu’il y ait jamais eu3 », Valéry retrouve des épisodes semblables à ceux de sa propre vie. Tout comme Rossetti, depuis son adolescence, sinon son enfance, Valéry avait été « éduqué dans le culte de Dante et de poètes tels que Cavalcanti ». Comme Rossetti, qui était fils d’un italien ayant dû s’exiler en Angleterre pendant le Risorgimento, Valéry descendait d’une famille également reliée à l’Italie, par la mère du poète, Fanny Grassi-Valéry, elle aussi, témoin de moments difficiles de l’unité italienne. À dix-neuf ans, dans une caserne de Montpellier, où il faisait son service militaire, Valéry feuilletait le recueil de Rossetti et y retrouvait des poèmes comme La démoiselle élue ou Eden Bower, l’histoire de Lilith qui enlace « l’amant [dans une] strangulante chevelure d’or », qu’il traduira dans la revue « Chimère4 ». Les poèmes de cette époque, recueillis sous le titre de Chorus mysticus, où figurent des vierges angéliques, pâles, frêles, debout au milieu d’une sacristie, se caractérisent par l’évocation d’un cadre mystique et mythologique « un peu espagnol, beaucoup wagnérien et gothique5 ». Cependant, ce qui est particulièrement intéressant dans cette fascination de la part de Valéry pour le Moyen Âge, c’est que son Moyen Âge est repris à partir des modernes. Le jeune écrivain lit Dante, Pétrarque, en passant par Hugo et Ronsard, puis il découvre Rossetti, la peinture symboliste de Moreau, mais, à vrai dire, il n’entame pas une étude systématique du Moyen Âge, contrairement à Rossetti, qui, justement, pour son anthologie de poètes du cercle de Dante, prend connaissance de plusieurs dizaines de volumes de poésie italienne des origines. Le Moyen Âge de Valéry se pose ainsi, dès son commencement, comme un Moyen Âge connoté par une forte modernité, où Rossetti, entre autres, vaut en tant que reflet moderne de certaines créations médiévales.

3Du Moyen Âge, Valéry et Rossetti retiennent surtout l’amour, et, plus précisément, un certain code amoureux, se rattachant à une poésie précise du point de vue des procédés d’écriture, de la symbolique des images et des évocations poétiques. En effet, à une vingtaine d’années d’intervalle, les deux auteurs se penchent tous deux sur ce qui, dans l’écriture de Dante, relève de la philosophie de l’amour. Dans ce sens, la Vie Nouvelle, recueil en vers et en prose, que Rossetti traduit à l’époque de sa jeunesse, plutôt que la Comédie, devient le point d’irradiation du parcours dantesque des deux écrivains, et leur fournit des occasions admirables de création en peinture et en poésie. Chez Rossetti, une identification en Dante s’opère lorsque, à la mort de sa femme Élizabeth Siddal, figure inspiratrice d’un grand nombre de ses tableaux, le peintre commence à vivre dans le culte de cette femme morte, sa Béatrice, la bien-aimée qui hante l’esprit du poète-amant et dont il faut perpétuer la mémoire. De façon assez inattendue, chez Valéry, aussi, on retrouve la même démarche d’identification à Dante, qui se met en place par le biais de la poésie amoureuse de l’Alighieri.

  • 6 Valéry, P., Cahiers, éd. intégrale en fac-similé, 29 vol., Paris, Éd. du CNRS, 1957-1961, t. viii, (...)

4Dante est immédiatement convoqué lorsqu’il s’agit d’aborder poétiquement le phénomène amoureux, Valéry étant convaincu du fait que « l’amour comme création artistique est dû au Moyen Âge, qui d’une part l’a revêtu d’une espèce de sainteté (Laure, Béatrice) – et, de l’autre, l’a paré de la sombre couleur du péché6 ». Ainsi, au moment où il faut accorder au discours amoureux une valeur d’élévation de l’esprit, une valeur métaphysique de phénomène de l’esprit et de connaissance de soi à travers l’autre, une référence au cadre dantesque s’avère incontournable. Comme pour Rossetti, chez Valéry également l’avènement de la rencontre amoureuse implique une reconnaissance en Dante. Dans les années 1890, dans les rues de Montpellier, Valéry rencontre une dame plus âgée que lui, nommée Mme de R., reconnue par la suite comme Madame de Rovira. Cette rencontre réveille chez lui des esprits d’amour, qui l’amènent à réfléchir sur le sentiment amoureux. Il écrit à Gide et lui décrit les effets de cette passion muette, en employant des formulations expressives de l’aventure amoureuse et des motifs qui sont propres à la poésie amoureuse du premier Dante. C’est une véritable « vie nouvelle » qui commence pour Valéry, à la fois au sens d’une situation biographique semblable à celle du Dante de la Vie nouvelle, mais aussi d’un renouvellement profond qui s’opère dans l’esprit du jeune poète, comme dans celui de Dante, à partir de la découverte de l’amour. Dès le premier regard porté sur Mme de R., Valéry met en place un schéma précis, dans lequel la dame est à peine évoquée dans sa corporéité, tandis que ce sont les sentiments qu’elle suscite, l’équilibre qu’elle brise, et, surtout, la mémoire visuelle de l’événement qui restent gravés dans son esprit. Dans une lettre adressée à Gide, il écrit :

  • 7 Valéry, P., Lettre à A. Gide, datant, selon l’indication de Gide, du 4 juillet 1891, GIDE, A.-Valé (...)

C’est un nouvel ami qui parle, cher André : l’autre âme est quasi morte. […] Un regard ma rendu si bête que je ne suis plus :
J’ai perdu ma belle vision cristalline du Monde, je suis un ancien roi ; je suis un exilé de moi.
Ah ! savez-vous ce que c’est qu’une robe – même en dehors – surtout en dehors, de tout désir simpliste de chair ?
Mais seule la robe et l’œil7.

  • 8 Risset, A., « La Nuit de Gênes », op. cit., p. 297.
  • 9 Valéry, A., Lettre à A. Gide, datant du mois de juillet 1891, sans autre indication plus précise, (...)

5Confronté au foudroiement amoureux, Valéry se sert de modules et de symboles, en grande partie visuels, que le jeune Dante utilisait dans le récit de son amour pour Béatrice. « Le hasard présidant aux rencontres, toutes placées sous le signe de l’énigme et du présage […], le rêve […], l’appel à la lecture de l’autre, de l’ami8 » : tout cela établit une symétrie avec le premier Alighieri. Comme dans la vision dantesque, où la vue du jeune poète est offusquée par l’apparition de la bien-aimée, ici, l’arrivée de la dame provoque une sensation de diminution de la vue qui empêche de discerner ce qui est en train de se produire. Le poète met d’emblée en évidence le pouvoir élévateur de l’amour, auquel il assiste en solitaire, en « spectateur douloureux9 » et projette la rencontre sur un plan mystique. Si l’on compare le récit amoureux de Valéry à celui de Dante, on est frappé par la manière dont Valéry calque la description des effets de l’amour sur le début de la Vie nouvelle, où on lit :

  • 10 Alighieri, D., Vita nova, II, 3-4, 7, d’après l’éd. établie et annotée par G. Gorni, Turin, Einaud (...)

Apparve vestita di nobilissimo colore umile e onesto sanguigno, cinta e ornata alla guisa che alla sua giovanissima etade si convenia. In quel puncto dico veracemente che lo spirito della vita, lo quale dimora nella secretissima camera del cuore, comincio a tremare si fortemente, che apparia nelli menomi polsi orribilmente ; e tremando disse queste parole : « Ecce deus fortior me, qui veniens dominabitur michi ! ». […] D’allora innanzi, dico che Amore segnoreggio la mia anima, la quale fu sì tosto a. llui disponsata, e comincio aprendere sopra me tanta sicurtade e tanta signoria per la virtù che li dava la mia ymaginatione, che me convenia fare tutti li suoi piaceri compiutamente10.

  • 11 Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, trad. de l’italien, préfacé et annoté par G. Luciani, Paris, Galli (...)

[Elle apparut vêtue d’une très noble couleur rouge sang, modeste et chaste, ceinte et parée de la façon qui convenait à son très jeune âge. Je dis en vérité qu’à ce moment-là l’esprit vital, qui réside dans la plus secrète chambre du cœur, commença à trembler si fort que cela se voyait de façon effrayante dans mes moindres veines et, tout tremblant, il dit ces mots : Ecce deus fortior me, qui veniens dominabitur michi. […] Depuis lors je dis qu’Amour domina mon âme, qui fut aussitôt mariée à lui, et qu’il commença à prendre sur moi une assurance et une maîtrise telles – par la force que lui donna mon imagination – qu’il me fallait faire toutes ses volontés sans exception11.]

6Chez Valéry, tout comme chez Dante, la rencontre implique une déstabilisation de l’amant, qui se traduit par des réactions physiques violentes. La peur, le tremblement sont les deux conséquences immédiates de ce bouleversement. outre cette agitation et cet égarement communs aux deux jeunes poètes aux prises avec l’apprentissage de l’amour, de façon toujours parallèle, on remarque une ressemblance dans les descriptions de Béatrice et de Mme de R. Les deux dames sont évoquées comme deux êtres pudiques, n’inspirant aucune concupiscence, et, le regard de l’amant-poète, porté encore une fois uniquement sur la robe et non pas sur le corps, est un signe supplémentaire de la sacralisation de la bien-aimée. Par ailleurs, l’image, architecturale de « la plus secrète chambre du cœur », où pénètre Amour, apparaît également chez Valéry, quelques années plus tard, lorsqu’il décrit l’invasion amoureuse, en la comparant avec une maison qui n’a pas de secret pour son habitant, mais qui, subitement, au moment où l’Amour apparaît, devient un lieu où il n’y a plus que des recoins cachés :

  • 12 Valéry, P., Cahiers, op. cit., t. VIII, p. 778.

Ma vie était comme une maison que je connaissais dans ces moindres parties. Et tant je la connaissais que je ne la voyais presque plus – […]. Un jour, j’ai touché par hasard je ne sais quel ressort et voici qu’une porte secrète s’est ouverte. Je suis entré dans des appartements étranges et infinis. J’étais bouleversé pas à pas par mes découvertes. Je sentais en me mouvant dans ces chambres inconnues et si mystérieuses qu’elles étaient la vraie demeure de mon âme12.

  • 13 Alighieri, D., Vita nova, III, I. Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, op. cit., p. 53.
  • 14 Alighieri, D., Purgatorio, XXX, 31-33, selon le texte établi par G. Petrocchi, d’après l’Antica Vu (...)
  • 15 Alighieri, D., Purgatorio, XXX, 73. Pour la traduction française, Dante, Le Purgatoire, op. cit., (...)

7Or, cette dimension visuelle de l’amour, qui, chez Valéry, constitue la matière d’un récit autobiographique, est également présente chez Rossetti, à un tel point qu’elle a inspiré tout un cycle de peintures, à partir notamment de La Vie Nouvelle. La première rencontre, l’envoûtement, le déclenchement du sentiment amoureux, les apparitions fortuites, la communication qui s’instaure par les yeux, le bonjour de la dame, l’invasion onirique et la mort de l’aimée : voici les épisodes de La Vie Nouvelle que reprend Rossetti. Des épisodes qui correspondent exactement à ceux de l’évocation de Valéry, et qui font l’objet de peintures, lesquelles ressemblent souvent à des miniatures courtoises, aussi bien par la construction de la scène, que par certains personnages et certaines couleurs. Dans Salutatio Beatricis, La salutation de Béatrice, par exemple, un diptyque que Rossetti peint en 1859, le peintre anglais représente les deux rencontres de Dante avec Béatrice. Le premier panneau relate l’épisode où Béatrice salue Dante, dans les rues de Florence, accompagnée par deux femmes plus âgées qu’elle ; le deuxième représente Béatrice défunte, qui accueille Dante au Paradis terrestre, dans l’Éden, au sommet du Purgatoire. Au-dessus du panneau de gauche, on lit « Questa mirabile donna apparve a me, vestita di color bianchissimo », « Cette merveilleuse Dame m’apparut vêtue d’un blanc éclatant13. » Au-dessus du panneau de droite, on lit : « Sovra candido vel cinta d’ulivo,/donna m’apparve sotto verde manto,/ Vestita di color di fiamma viva », « Couronnée d’olivier sur un voile blanc,/m’apparut une dame, sous un vert manteau,/ vêtue des couleurs de la flamme vive14. » Entre les deux panneaux, selon l’ancien projet de Rossetti, qui prévoyait d’aboutir à un triptyque, un panneau central, qui représente Amour tenant dans sa main gauche une méridienne indiquant la neuvième heure, l’heure de la mort de Béatrice, et, dans sa main droite, une torche éteinte, symbole de la vie de Béatrice qui se termine. Au-dessus de la tête couronnée d’Amour, la date de la mort de Béatrice, le 9 juin 1290. Deux faits cruciaux se donnent à voir. D’une part, l’attention pour la robe et pour le regard de la bien-aimée, en particulier dans le deuxième panneau, où Béatrice retire son voile et se montre à Dante, et lui découvre son identité, en lui disant, « Guardaci ben : ben son, ben son Beatrice », « Regarde ! Je suis bien, je suis bien Béatrice15. » D’autre part, la personnification d’Amour, placé au milieu des deux rencontres, entre un avant et un après Béatrice, entre un Dante homme et un Dante personnage de son poème. D’autres tableaux, comme la célèbre Beata Beatrix, relatent le moment décisif de la mort de Béatrice, comme la célèbre Beata Beatrix, montrant une Béatrice extatique recevant la mort, tandis que Dante apparaît dans le fond, en gris, regardant Amour, en rouge, tenant dans sa main un cœur en flammes, et qu’une méridienne surgit du milieu de la composition, marquant l’heure du départ définitif de Béatrice, tandis qu’au même moment, sur le poignet de Béatrice se pose un oiseau mystique, rouge et auréolé, figure de l’annonciation et signe de l’esprit. Cependant, au fil des années, l’on assiste à une modification frappante dans la conception de la scène. Dans Dantis Amor, de 1860, par exemple, Béatrice, en bas du tableau, regarde fixement la lumière divine qui émane de la Sainte face de Dieu ; au milieu, Amour, celui qui meut le soleil et les autres étoiles. La méridienne ne marque plus le passage des heures, le Paradis contenant tous les lieux et tous les temps à la fois. Béatrice est au ciel, et jouit de la mirabile visione de Dieu ; dans la représentation, il n’y a plus de place pour Dante, plus de corps, plus de rapprochement possible. Ainsi, dans Dante’s dream, Le rêve de Dante, le poète florentin rêve de la mort de Béatrice, au milieu de deux femmes qui accompagnent la bien-aimée allongée sur son lit de mort et portant une ample robe blanche. Amour, ailé, au milieu du tableau, habillé en rouge vif, marque, ici aussi, la séparation définitive entre Béatrice, qu’il embrasse, et Dante qui reste en retrait, assujetti par Amour, lequel lui permet de contempler Béatrice de biais, avant que le linceul mortuaire ne la recouvre. Or, dans la Vie Nouvelle, on retrouve le récit d’un rêve similaire à celui que peint Rossetti, qui préfigure la mort de la bien-aimée, où Amour s’interpose entre Dante et Béatrice :

  • 16 Alighieri, D., Vita nova, III, 3-7.

E pensando di lei, mi sopragiunse uno soave sonno, nel quale mapparve una maravigliosa visione. Che miparea vedere nella mia camera una nebula di colore di fuoco, dentro alla quale io discernea una figura d’uno signore, di pauroso aspecto a chi la guardasse […] e nelle sue parole dicea molte cose, le quali io non intendea se non poche, tra le quali io intendea queste : « Ego dominus tuus ». Nelle sue braccia mi parea vedere una persona dormire nuda, salvo che involta mi parea in uno drappo sanguigno leggieramente ; la quale io riguardando molto intentivamente, conobbi ch’era la donna della salute, la quale mavea lo giorno dinanzi degnato di salutare. E nell’una delle mani mi parea che questi tenesse una cosa la quale ardesse tutta ; e pareami che mi dicesse queste parole : « Vide cor tuum ! ». […] Apresso ciò poco dimorava che la sua letitia si convertia in amarissimo pianto ; e così piangendo si ricogliea questa donna nelle sue braccia, e con essa mi parea che si ne gisse verso lo cielo16.

  • 17 Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, op. cit., p. 53-55.

[Et tandis que je pensais à elle, il me survint un doux sommeil, dans lequel m’apparut une merveilleuse vision : il me semblait voir en ma chambre une nuée couleur de feu, à l’intérieur de laquelle je discernais une forme, celle d’un seigneur à l’aspect redoutable pour qui regardait cette forme […]. Dans ses propos il disait bien des choses, dont je ne comprenais que quelques-unes, parmi lesquelles celles-ci : Ego dominus tuus. Dans ses bras, il me semblait voir dormir une personne nue, sauf qu’elle me paraissait enveloppée d’un léger drap rouge ; et en la regardant très attentivement, je reconnus que c’était la dame du salut, celle qui, la veille avait daigné me saluer. Et dans l’une de ses mains, il me semblait que ce seigneur tenait quelque chose qui était tout en flammes, et il me semblait qu’il me disait ces mots : Vider cor tuum. Peu après cela son allégresse se changeait en pleurs très amers ; et ainsi pleurant, il serrait cette dame dans ses bras, et avec elle il me semblait s’en aller vers le ciel17 […].

8De même que, dans le tableau de Rossetti, dans la vision de la Vie Nouvelle, Amour tient dans ses bras Béatrice, dont la nudité est recouverte d’un drap. Il est le seul à pouvoir embrasser la dame ; il se présente comme le dominateur qui empêche toute communication entre les amants. L’oiseau rouge du tableau de Rossetti, signe du départ de Béatrice du monde des vivants, apparaît déjà dans le récit de Dante, évoqué comme une « nuée couleur de feu ». De façon frappante, on retrouve également chez Valéry cette même occurrence du rêve amoureux et prophétique, qui se fait sous le signe de Dante, et, par conséquent, de Rossetti. Bien des années après l’idylle de Montpellier, en effet, Valéry relate un rêve, dans lequel réapparaît Mme de Rovira :

Je m’éveille d’un rêve. Je passais rue P. La fenêtre s’ouvre. La R[ovira] paraît toute en hauteur, blanche-vêtue et me voit. Elle est belle, me regarde tendrement, me jette une clef luisante, grande et belle clef.

  • 18 Valéry, P. Cahiers, op. cit., t. xxii, p. 842-843.

[…] Je vole chez la concierge, la Figure m’ayant dit ou fait connaître que la concierge m’aimait bien. Cette femme me dit : Première porte à droite – Mais la clef ne peut ouvrir. Je ressors pour demander… Tout s’évanouit. (– Ô peinture naïve ! Les rêves sont vérité mais exprimée comme exprime la pantomime18).

9Le rêve valéryen se construit selon la même progression interne, et se termine par un dénouement semblable au récit onirique de Dante. D’abord, la référence à un lieu architecturalement défini (une fenêtre, dans le cas de Valéry, une chambre dans le cas de Dante), suivie de la vision d’une dame accompagnée par une autre figure, représentant la médiation entre la bien-aimée et le poète. Comme dans le passage de La Vie Nouvelle, une figure de transition s’adresse verbalement à l’amant, en lui donnant des indications ou des explications, et fait avancer le récit. Toujours de façon complémentaire, les deux visions se focalisent sur un objet très connoté dans la symbolique amoureuse : un cœur, chez Dante, le cœur de l’amant, qui lui est exhibé comme un objet extérieur, lui ayant été enlevé, et une clef, chez Valéry. Un objet qui lui est cher, et que, souvent, le poète relie à une figure pour lui emblématique de la connaissance et de la femme, celle du serpent. Par ailleurs, après avoir observé chaque indice et avoir suivi chaque consigne, dans les deux rêves, l’amant est mis face à un obstacle qui l’empêche d’atteindre la vision pleine et paisible de sa dame. La clef prometteuse de Valéry, « luisante, grande et belle », n’ouvre pas la serrure, de même que l’objet qui est révélé à Dante est affreux, puisqu’il s’agit de son propre cœur. Ainsi, il y a dans les deux rêves, le rêve en peinture de Rossetti, et le rêve textualisé de Valéry, des invariants remarquables, dans la façon de rapporter la vision en lui reconnaissant une portée mystique et poétique, qui attestent des réminiscences évidentes de la lyrique amoureuse de Dante. Et cela, non seulement parce que les itinéraires amoureux de Valéry et de Rossetti suivent le même cheminement que celui de Dante, depuis l’espoir amoureux, jusqu’à la résignation face à la disparition de la bien-aimée, mais aussi parce que l’on assiste à une intellectualisation du sentiment amoureux, et à une transposition de l’expérience biographique en une création artistique.

10Vers la moitié de sa vie, Valéry retourne à cette « vie nouvelle » qu’il avait connue dans sa jeunesse par le truchement de Dante, pour élaborer une doctrine de l’amour. Et là, encore, une médiation s’opère, par le biais des représentations de Rossetti, où l’amour a avant tout une valeur d’expérience esthétique. Chez Rossetti, en effet, il n’y a pas de salut, il n’y a pas de Dieu ; Béatrice est une morte muette, qui ne vit que dans la rêverie et dans la nostalgie, et Dante est souvent figuré comme un artiste. L’expérience esthétique et esthétisante de Rossetti, qui s’accomplit en passant par l’Alighieri, est poussée encore plus loin par Valéry, qui soumet ce même Moyen Âge de Dante à une abstraction progressive, de plus en plus épurée. Dans les années vingt, en effet, lors de sa liaison avec Catherine Pozzi, celle qu’il appelle sa Béatrice, Valéry commence un projet d’écriture Béatrice. Roman sur l’amour, qui restera inachevé. Dans cet essai, il récupère en profondeur les enjeux du personnage de Béatrice, mais l’abstrait de plus en plus, jusqu’à lui donner une forme toute conceptuelle et intellectualisée. C’est l’époque d’un nouveau mysticisme, se donnant pour objet la connaissance du Moi, à travers l’étude des rapports entre un Moi et un Toi, à travers l’amour comme principe métaphysique de l’Être, comme syntonisation de deux systèmes de pensée.

  • 19 Nous reprenons ces deux termes de la célèbre rime de Dante Guido, i’vorrei che tu e Lapo ed io, da (...)

11Rossetti et Valéry tentent ainsi de bâtir un système poétique qui leur permet de fondre l’imaginaire, le symbolique, le formel en une seule écriture. Dans cette tentative de faire cohabiter en une unité poétique et esthétique ces différentes catégories, ils suivent l’exemple de Dante, avec des résultats qui, dans leur aboutissement, ne sont finalement pas très éloignés. Voilà comment Rossetti et Valéry, qui avancent de façon complémentaire depuis un même point de départ, rejoignent tous deux Dante dans cette barque de l’amour où, depuis le xiiie siècle, les poètes issus de Dante naviguent avec leurs bien-aimées « à tout vent19 ».

Fig. 1. « Salutatio Beatricis », 1859.
Huile sur deux panneaux, 74,9 x 80 cm chacun.
Nationnal Gallery of Canada, Ottawa, (n.6750).

Fig. 2. « Bea Beatrix », 1863-1870
Huile, 84,6 x 66 cm, Londres Tate Gallery

Fig. 3. « Dantis Amor » 1869-1781
Huile 29,5 x 32 cm, Londres, Tate Gallery

Fig. 4. « Dante’s Dream », 1869-1781
Huile, 216 x 312,4 cm National Museums Liverpool

Fig. 5. « The Boat of Love » 1881
Huile 49 x 37 cm, Birmingham City, Museum and Art Gallery
« Guido, je voudrais que toi, Lapo et moi
Fussions pris par quelque enchantement
et mis en un vaisseau qui à tout vent
aille sur mer selon votre et mon vouloir ;
en sorte que tempête ou autre mauvais vent
ne nous pût donner d’empêchement,
Mais que, vibant toujours en concorde totale,
de demaurer ensemble s’accrût notre désir »
Dante, Rimes, LII.

Notes

1 The Early Italian Poets paraît pour la première fois à Londres en 1861. C’est dans cette anthologie que Rossetti inclut sa traduction de la Vie Nouvelle de Dante. L’ouvrage de Rossetti est désormais disponible dans une édition récente, intitulée Rosseti, D. G., Collected Poetry and Prose, texte établi par J. McGann, Yale, Yale University Press, 2003.

2 Risset, J., « La Nuit de Gênes », Paul Valéry. Teoria e ricercapoetica. Atti dell’VLH Convegno della Società Universitaria per gli studi di Lingua e Letteratura Francese, Aoste (27-30 septembre 1979), Fasano di Puglia, Schena Editore, 1982, p. 297.

3 Valéry P., Louys P., Gide A., Correspondance à trois voix, 1888-1920, éd. établie et annotée par P. Fawcett et P. Mercier, préf. de P. Mercier, Paris, Gallimard, 2004, p. 1594.

4 Valéry traduit une partie du poème Eden Bower pour le numéro de mai 1892 de la revue « Chimère ». La traduction paraît sous les initiales de M. D., pour Monsieur Doris. À cette époque, il publie, également dans « Chimère », une traduction du sonnet CXC des Rerum vulgarum fragmenta de Pétrarque.

5 Ibidem, p. 21.

6 Valéry, P., Cahiers, éd. intégrale en fac-similé, 29 vol., Paris, Éd. du CNRS, 1957-1961, t. viii, p. 759.

7 Valéry, P., Lettre à A. Gide, datant, selon l’indication de Gide, du 4 juillet 1891, GIDE, A.-Valéry, P., op. cit., p. 107. Nous soulignons.

8 Risset, A., « La Nuit de Gênes », op. cit., p. 297.

9 Valéry, A., Lettre à A. Gide, datant du mois de juillet 1891, sans autre indication plus précise, Gide A.-Valéry, P., Correspondance 1890-1942, préf. et notes par R. Mallet, Paris, Paris, Gallimard, 1955, p. 113.

10 Alighieri, D., Vita nova, II, 3-4, 7, d’après l’éd. établie et annotée par G. Gorni, Turin, Einaudi, 1996.

11 Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, trad. de l’italien, préfacé et annoté par G. Luciani, Paris, Gallimard, 1999, p. 47-49.

12 Valéry, P., Cahiers, op. cit., t. VIII, p. 778.

13 Alighieri, D., Vita nova, III, I. Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, op. cit., p. 53.

14 Alighieri, D., Purgatorio, XXX, 31-33, selon le texte établi par G. Petrocchi, d’après l’Antica Vulgata, Alighieri, D., La Commedia, Firenze, Casa Editrice « Le Lettere », 1994, vol. II. Pour la traduction française, Dante, La Divine Comédie, trad. et introd. par J. Risset, Paris, Flammarion, 1985, Le Purgatoire, p. 277.

15 Alighieri, D., Purgatorio, XXX, 73. Pour la traduction française, Dante, Le Purgatoire, op. cit., p. 279.

16 Alighieri, D., Vita nova, III, 3-7.

17 Dante, Vita Nuova/Vie nouvelle, op. cit., p. 53-55.

18 Valéry, P. Cahiers, op. cit., t. xxii, p. 842-843.

19 Nous reprenons ces deux termes de la célèbre rime de Dante Guido, i’vorrei che tu e Lapo ed io, dans laquelle Dante célèbre la fraternité poétique entre lui, Guido Cavalcanti et Lapo Gianni, réunis dans l’esthétique de l’école stilnoviste. Nous transcrivons le premier quatrain du sonnet LII des Rime : « Guido, i’vorrei che tu e lapo ed io/fossimo presi per incantamento/e messi in un vasel, ch’adogni vento/per mare andasse al voler vostro e moi » Rime, éd. établie et annotée par G. Contini, Turin, Einaudi, 1995, [Guido, je voudrais que toi, Lapo et moi/fussions pris par quelque enchantement/et mis en un vaisseau qui à tout vent/aille sur mer selon votre et mon vouloir ;/ en sorte que tempête ou autre mauvais vent/ne nous pût donner d’empêchement,/ mais que, vivant toujours en concorde totale,/ de demeurer ensemble s’accrût notre désir], Dante, Rimes, LII, Œuvres Complètes, trad. nouv. rev.et corr., BEC, Ch. (dir.), Paris, Librairie générale française, 1996, p. 110-111.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. « Salutatio Beatricis », 1859.Huile sur deux panneaux, 74,9 x 80 cm chacun.Nationnal Gallery of Canada, Ottawa, (n.6750).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 2. « Bea Beatrix », 1863-1870Huile, 84,6 x 66 cm, Londres Tate Gallery
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 3. « Dantis Amor » 1869-1781Huile 29,5 x 32 cm, Londres, Tate Gallery
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 4. « Dante’s Dream », 1869-1781Huile, 216 x 312,4 cm National Museums Liverpool
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29013/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 5. « The Boat of Love » 1881Huile 49 x 37 cm, Birmingham City, Museum and Art Gallery« Guido, je voudrais que toi, Lapo et moiFussions pris par quelque enchantementet mis en un vaisseau qui à tout ventaille sur mer selon votre et mon vouloir ;en sorte que tempête ou autre mauvais ventne nous pût donner d’empêchement,Mais que, vibant toujours en concorde totale,de demaurer ensemble s’accrût notre désir »Dante, Rimes, LII.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/29013/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540