Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

La Renaissance et le « vieux langage », le Parnasse français de Clément Marot

Étienne Dobenesque

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple les travaux de Franco Simone, et notamment pour la littérature française, Umanesi (...)
  • 2 L’épreuve du CAPES ne porte que sur la langue médiévale et le texte « antérieur à 1500 » est très (...)

1On sait que c’est la Renaissance qui, s’instituant elle-même, a inventé le Moyen Âge. On sait aussi que la question d’une continuité et d’une discontinuité effective entre les deux périodes a fait beaucoup écrire1. Qu’on la juge parfaitement légitime ou parfaitement arbitraire, il est indéniable que, pour nous, cette coupure existe fortement, ne serait-ce que par la contrainte qu’elle exerce sur l’organisation et l’institution des savoirs. Ainsi, l’enseignement et la recherche en littérature française doivent faire avec cette date de 1500, et les concours de recrutement des professeurs font un net partage entre les « textes français antérieurs à 1500 » et les « textes français postérieurs à 1500 », le critère fondamental étant celui de la langue : en deçà du xvie siècle, les textes restent bel et bien « français », mais c’est un français qui est si distinct du nôtre qu’il peut faire l’objet d’un exercice de « traduction ». Parce qu’il pose un problème immédiat de lisibilité, le texte médiéval est toujours en premier lieu l’occasion d’exercices sur la « langue », indépendamment des questions littéraires2. Pourtant, la question de la persistance de ces textes, de leur force continuée malgré leur langue irrémédiablement passée, est une grande question littéraire, peut-être la question même de la littérature.

2Pour un lecteur du xvie siècle, un texte écrit un ou deux siècles plus tôt présente également un problème de lisibilité. Pour lui déjà, c’est la langue qui saute aux yeux. Son usage du texte médiéval est donc déterminé par le fait qu’on ne peut pas, précisément, en « faire usage » exactement comme d’un texte contemporain. Que faire du vieux langage qu’on lit dans les vieux textes ? Qu’en faire puisque ce n’est plus vraiment ma langue, mais pas non plus vraiment une autre langue ? La question est d’autant plus pressante, pour celui qui, au xvie siècle, écrit en français, que le texte ancien lui renvoie l’image d’une précarité qu’il peut redouter pour sa propre œuvre. Ce qui fait de cette question, au xvie siècle plus encore peut-être que pour nous, un lieu critique important pour penser la spécificité littéraire. Ce sera ici l’hypothèse.

  • 3 Tory Geoffroy, Champ Fleury. Art et Science de la vraie proportion des lettres, Paris, Geoffroy To (...)
  • 4 Partant du principe d’une homologie entre l’ordre du langage d’une part, l’ordre moral et l’ordre (...)

3Avant le « fleuve de la langue » de Saussure, Étienne Pasquier dans ses Recherches de la France compare la langue à une rivière : toujours et jamais la même. Le « passage » de la langue est une préoccupation majeure du xvie siècle français. Si la « question de la langue » est en grande partie importée d’Italie, la tournure spécifique qu’elle prend en France tient à la rapidité des changements du français dans le temps. Le problème fondamental en Italie, celui de l’imposition d’une norme susceptible de s’imposer au-dessus des variantes géographiques, est relativement secondaire en France. En France, Geoffroy Tory fait ce constat – et c’est souvent le point de départ – que « Le Langage d’aujourd’huy est changé en mille façons du Langage qui estoit il ya Cinquante Ans ou environ ». De là, que « S’il n’y est mys & ordonné, on trouvera que de Cinquante Ans en Cinquante Ans la langue Françoise, pour la plus grande part, sera changée & pervertie3 ». Le problème est alors quasiment d’ordre public : si la langue ne cesse d’être « changée & pervertie », ce n’est rien de moins que la stabilité de la société qui est en jeu, car les lois sont toutes de langage4. Et puis, chez les écrivains, c’est simplement la disparition de l’œuvre qui menace, avec la disparition de son état de langue. En creux, dans tous les cas, c’est l’air d’éternité du latin qui rend nostalgique.

4On connaît le passage de Montaigne :

J’écris mon livre à peu d’hommes, et à peu d’années. Si c’eust été une matière de durée, il l’eust fallu commettre à un langage plus ferme. Selon la variation continuelle qui a suivi le nostre jusqu’à ceste heure, qui peut espérer que sa forme présente soit en usage, d’icy à 50 ans.

5Montaigne s’est trompé : que serait devenu son livre s’il l’avait écrit dans ce « langage plus ferme » qu’était pour lui le latin ? Ce qui est intéressant, c’est l’addition à ce passage, dans l’exemplaire de Bordeaux :

  • 5 Montaigne Michel de, Les Essais (Villey, éd.), Paris, PUF, (1924) 2002, Livre iii, Chap. ix, « De (...)

[nostre langage] s’écoule tous les jours de nos mains et depuis que je vis s’est altéré de moitié. Nous disons qu’il est à ceste heure parfait. Autant dit du sien chaque siècle. Je n’ay garde de l’en tenir là tant qu’il fuira et se difformera comme il fait. C’est aux bons et utiles écrits de le clouer à eux5.

6Constat extrêmement précis et juste cette fois, du rapport entre une œuvre et sa langue : ce n’est pas la fermeté de la langue, sa « fixité », qui garantit la survie de l’œuvre écrite dans cette langue. C’est au contraire la valeur d’une œuvre qui fait qu’un état de langue peut ne pas disparaître malgré l’évolution de la langue, parce que l’œuvre a « cloué sa langue à elle ».

7Montaigne fréquentait peu la littérature médiévale. Si j’ai voulu commencer par ce passage des Essais, c’est que les lectures renaissantes du Moyen Âge auxquelles je me suis intéressé me semblent mener directement à ces quelques lignes de Montaigne. Il y a d’un côté le constat banal, évident, de la « variation continuelle » de la langue, qui met en question l’ambition de faire œuvre de durée, et puis il y a, à rebours de la réponse attendue – qui serait la recherche d’une fixation de la langue, par la découverte de ses propriétés, par l’invention-fondation de son essence, d’un génie qu’il faudra désormais connaître puisqu’il faut le respecter – à rebours de tout cela donc, ce qui apparaît c’est plutôt la littérature, la littérature comme problème, où ce qui est en jeu est la valeur de l’œuvre, quand elle est indissociable de sa langue.

8Je m’arrêterai ici aux exemples de Marot et de Du Bellay, au Moyen Âge de Marot et de Du Bellay, en me limitant à quelques pistes pour Du Bellay. L’intérêt de les rapprocher tous les deux, c’est qu’ils s’opposent assez grossièrement sur ce qu’ils font de leurs prédécesseurs, Marot étant dans la continuité, Du Bellay dans la rupture. Mais il me semble que dans les deux cas, les œuvres des « anciens poètes » sont pour eux comme un révélateur de ce que peut la littérature dans son rapport à la langue, donc de ce qu’elle doit.

  • 6 Marot Clément, « La Complainte de Guillaume Preudhomme », in Œuvres poétiques (Gérard Defaux, éd.) (...)

9Comme ses contemporains, Marot a le goût des listes de poètes. Avant lui, les Grands Rhétoriqueurs ont aussi beaucoup pratiqué la liste, dans l’esprit à la fois d’une identification de groupe et de l’établissement d’une continuité : il s’agissait par ces listes non seulement de faire un recensement des forces en présence, mais aussi de reconnaître des prédécesseurs et de désigner des possibles successeurs. « La Complainte de Guillaume Preudhomme », que Marot écrit à l’occasion de la mort dudit Guillaume Preudhomme, trésorier du roi et grand amateur de poésie, et spécialement semble-t-il des poètes de la Grande Rhétorique, est un hommage appuyé, en même temps qu’à Preudhomme, à ces poètes. On a même parlé de pastiche, tant Marot, qui l’écrit au milieu des années 1540, semble rechercher délibérément les archaïsmes d’un style Grande Rhétorique. Marot y fait le récit d’un songe au cours duquel son propre père, Jean Marot, lui raconte l’arrivée aux Champs Elysées de Preudhomme qui, au lieu d’aller se joindre à ses semblables fonctionnaires du roi, a préféré retrouver « la troupe […] de Parnasus6 », ces poètes français qu’il a tant aimés dans sa vie de mortel, et avec qui il veut vivre dans sa vie d’esprit.

  • 7 Cornilliat François, « La Complainte de Guillaume Preudhomme, ou l’adieu de Marot à la “Grande Rhé (...)
  • 8 Ibidem.

10C’est donc l’occasion d’une liste à la manière des Grands Rhétoriqueurs de ces « renommez vieux poëtes Galliques ». À la manière de, certes, mais elle a assez peu à voir finalement, avec celles qu’on pouvait trouver chez eux. François Cornilliat a montré que dans ces listes de Rhétoriqueurs, « [c]omme dans la forge de Nature, c’est l’espèce (rhétorique en l’occurrence) qui emporte et justifie le destin des personnes7 ». Chaque auteur représente ainsi une espèce, un style (dans le sens rhétorique) dans lequel il excelle, et à sa mort doit être remplacé par un nouvel excellent en ce style pour que survive l’espèce. C’est pourquoi ces listes cherchent toujours à établir des rapports de filiation : il doit toujours y avoir un vivant pour assumer la charge d’un style. Et ce qui doit survivre, c’est cette charge à assumer, dont il y a à assurer la continuité, et non l’écrivain lui-même : « L’idée d’une survie autonome de chaque artiste dans la mémoire des hommes, qui commence à apparaître est presque assimilée à un renouvellement des effectifs8. »

  • 9 Marot Clément, « La Complainte de Guillaume Preudhomme », op. cit., p. 389, v. 82.

11Dans « La Complainte » de Marot, on peut parler d’une appréhension plus globale de la poésie française, mais surtout plus spécifique, puisqu’il ne s’agit plus de réunir la grande famille des affiliés à la rhétorique – « poètes, historiens et orateurs » est la formule consacrée des listes plus anciennes – mais les seuls poètes. Par ailleurs, même si la plupart de ceux qu’il nomme sont des Rhétoriqueurs au sens large – Molinet, Chastellain, Octovien de Saint-Gelais, Cretin… jusqu’à Jean Lemaire – on ne retrouve absolument pas cet effet de groupe et de filiation. Au lieu des filiations individuelles, il n’y a que la figure unique de Guillaume de Loris, l’auteur du Roman de la Rose, en « bon ancien père9 » des poètes français. Et avant cette apparition de « nostre Ennius », image d’une origine valable pour toute la poésie française, les auteurs se sont présentés sans ordre apparent, caractérisés chacun par une épithète plus individuante que rhétorique :

  • 10 Ibidem, p. 388, v. 41-44.

[…]
Les deux Grebans au bien resonnant stile
Octovian à la veine gentile
Le bon Cretin aux Vers equivoque,
Ton Jean Le Maire entre eux hault colloqué10
[…]

12Il ne s’agit pas de prétendre lire dans ces désignations rapides l’avènement du souci du style singulier, mais ce qui est important, c’est que c’est sous cette forme d’individuation timide, hors des strictes divisions rhétoriques, que les noms des poètes sont désormais appelés à survivre.

13Car c’est bien le motif principal de « La Complainte » : les poètes continuent à vivre après leur mort, non seulement une vie d’esprit, comme tout le monde, mais une vie terrestre aussi, dans la mémoire de leurs lecteurs. C’est l’esprit de Preudhomme, qui s’adresse aux esprits des poètes :

  • 11 Ibidem, p. 388, v. 37-38.

[…vous qui] vescu avez au cabinet
De ma mémoire11 […]

14Le « cabinet » de la mémoire devient alors une forme très concrète et terrestre de ces Champs Élysées des poètes dont Marot nous décrit la vision. Dans la mémoire des lecteurs, comme dans la liste de Marot, les poètes ne se succèdent pas, ils ne sont pas remplacés les uns par les autres, les morts par les vivants, ils sont tous réunis, tous vivants ensemble, du moins ceux qui en sont dignes, ils sont aussi tous différents. Le poète n’excelle plus en prenant la place de son prédécesseur mais en trouvant la place qui est sa place propre.

  • 12 Ibid., p. 390, v. 136.

15« Adieu de Marot à la ‘‘Grande Rhétorique’’ », comme la désigne Cornilliat, la « Complainte » ressort peut-être même à un basculement fondamental dans la conception de la littérature, autour de l’enjeu de la poésie émancipée de la rhétorique. Le poète n’y est plus tenu à la continuité d’une mission d’écriture, fixée par avance selon les codes de la rhétorique (les genres, les styles…). Il est vrai qu’il est toujours, au sens propre, engagé, par celui qui le paye plus ou moins symboliquement pour se voir transformé en objet d’écriture (ici : le trésorier Preudhomme, dont Marot s’est vu confier par son père en rêve la mission d’écrire « Le loz, le bruit12 »). Il reste que l’enjeu passe nettement de l’objet au sujet. Car au « cabinet de la mémoire » des hommes, ce sont les poètes et leurs manières de dire qui restent, ceux qu’ils disent secondairement. C’est bien un ressort fondamental de la littérature qui est mis à jour ici, qui veut que l’historicité d’un objet d’écriture soit absolument soumise à l’historicité du sujet, à un dire singulier susceptible de survivre aux conditions objectives de sa profération.

  • 13 De même dans les nombreuses listes qui incluent les maîtres grecs et latins, voire italiens, chez (...)

16C’est bien ce basculement qui fait apparaître la question de la langue. Tant que chaque écrivain mort est remplacé par un écrivain vivant, cet écrivain toujours recommencé ne fait que suivre la langue, dans une contemporanéité constante avec celui qui l’écoute ou le lit, et la question de la langue n’existe pas13. Mais dans la troupe du Parnasse de Marot, ce sont des morts d’il y a plusieurs siècles et des morts très récents qui sont réunis et qui parlent encore à des vivants, et alors bien sûr tous ces gens ne parlent pas la même langue – il suffit de comparer Guillaume de Loris et Jean Marot. Et c’est bien le sens, tant de l’élargissement que de la restriction de la liste de Marot, élargissement à tous les poètes, mais restriction aux seuls poètes, ceux qui continuent à parler aux vivants malgré la distance du temps et l’étrangeté de la langue.

  • 14 Marot Clément, « Prologue » in Les Œuvres de Françoys Villon de Paris, reveues & remises en leur e (...)

17À l’appui de cette conclusion qu’on peut juger hâtive, il faut faire comparaître l’édition que Marot a donné des Œuvres de Villon, exemple célèbre de son souci de la continuité de la littérature française. Nulle part en effet, mieux que dans cette édition, on peut voir ce que Marot fait des anciens poètes, et comment il « fait avec » cette ancienne poésie dans son ancienne langue. Quand, au début du prologue à cette édition, Marot écrit que Villon n’est « certes en rien son voisin14 », on comprend bien que la distance de l’un à l’autre n’est pas seulement géographique. Ce qui est passionnant dans ce travail, c’est que Marot tient à maintenir l’altérité du texte de Villon, qui le rend étranger, ne serait-ce que parce que difficile à lire, et on peut même dire qu’il fait du maintien de cette altérité la condition d’une véritable lisibilité de l’œuvre.

  • 15 Cerquiglini-Toulet Jacqueline, « Clément Marot et la critique littéraire textuelle : du bien renom (...)
  • 16 Sur Pétrarque philologue, voir l’imposante synthèse de Billanovich Giuseppe, Pertarca e il primo U (...)
  • 17 « j’ay faict à [ses œuvres] ce que je vouldroys estre faict aux myennes, si elles estoyent tombées (...)

18Marot explique qu’il a entrepris le travail en considérant l’état désastreux des éditions existantes. Jacqueline Cerquiglini-Toulet a affirmé qu’on pouvait voir dans ce prologue « la naissance de la figure du philologue15 ». Il me semble qu’il faudrait préciser : « La naissance en France de la figure du philologue poète. » Figure vivace dans d’autres traditions philologiques, comme en Italie où elle est inaugurée par Pétrarque16 (et mène, d’une certaine façon, à Pasolini), elle semble à peu près inexistante en France, où la philologie, entendue comme un savoir historiciste sur le texte, fétichisant son origine, ne saurait être affaire de poète. Il faut bien entendu rapprocher cette édition du travail de Marot pour l’édition de ses propres œuvres, de son souci de l’exactitude du texte mais aussi de la construction d’ensemble des recueils, préoccupation alors nouvelle – et Marot fait lui-même ce rapprochement dans le prologue17. Mais si Marot n’édite pas tant Villon en philologue qu’en poète, c’est surtout parce que malgré tout un lexique du « retour » (le texte a été « r’abillé », « reduict », « refai[t] »…), l’enjeu n’est pas tant de retrouver une origine que de le restituer dans son fonctionnement d’œuvre, et ce pour lui garantir un avenir. L’objectif n’est rien de moins que de redonner vie à l’œuvre, de la rendre à sa vie d’œuvre, et c’est dans les termes de la médecine qu’il décrit cette opération à la fin du prologue :

  • 18 Ibid, p. 778.

Et si quelq’un d’aventure veult dire que tout ne soit racoustré ainsi quil appartient, je luy respons desmaintenant, que s’il estoit autant navré en sa personne, comme j’ay trouvé Villon blessé en ses œuvres, il ny a si expert chirurgien qui le sceust penser sans apparence de cicatrice18.

  • 19 Ibid, p. 776.
  • 20 Ibid, p. 777.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid, p. 778.

19Ce n’est pas le défaut d’une originellité mythique qui fait de Villon un « mal imprimé », c’est le défaut de sa santé actuelle, de son activité continuée, un défaut de fonctionnement qui lui, se constate concrètement, à la « broillerie en lordre des coupletz & des vers, en mesure, en langaige, en la ryme, & en la raison19 ». Et rétablir le corps du texte dans sa santé suppose aussi de ne pas « touch[er] » à tout ce qui fait que Villon n’est plus notre « voysin », « à l’antiquité de son parler, à sa façon de rimer, à ses meslées & longues parentheses, à la quantité de ses syllabes, [et] à ses couppes, tant feminines que masculines20 » : tout ce qui fait l’étrangeté de Villon, inséparable de sa spécificité. Plutôt qu’une quête philologique de l’origine, c’est donc une écoute de la poétique de l’œuvre qui est en jeu. Pour sa recherche, Marot explique qu’il se fie aux imprimés existants, mais surtout aux « bons vieillardz qui en savent par cueur21 » (là où l’œuvre vit encore, « cabinet de la mémoire »), ainsi qu’à son propre « deviner avecques jugement naturel22 », ce qu’on pourrait appeler son sentiment du poème. Quand il arrive qu’il ait à refaire un vers entier, il le marque d’un astérisque, « [a]ffin que ceulx qui les sauront en la sorte que Villon les fist, effacent les nouveaulx pour faire place aux vieulx23 ». Où le philologue fait du « vieux » texte le toujours à venir de l’œuvre.

  • 24 Ibid, p. 777.

20Le prologue à cette édition est ainsi entièrement tourné vers l’avenir. Pas seulement parce que, désormais rendue à son fonctionnement d’œuvre, la poésie de Villon s’ouvre désormais à des lectures infinies, pas seulement parce qu’il peut ainsi redevenir modèle pour les « jeunes poëtes24 », futurs poètes donc, de manière bien plus étonnante, parce que cette édition inaugure une ère de reconquête de la littérature en français. C’est le passage le plus inattendu de ce prologue, Marot vient de dire que « le temps, qui tout efface » n’a pas su effacer Villon, et il poursuit :

  • 25 Ibid.

Et moins encor l’effacera ores & d’icy en avant, que les bonnes escriptures françoises sont & seront myeulx congneues & recueillies que jamais25.

  • 26 Ce que Marot attend et prépare, au contraire de Tory par exemple, est donc tout le contraire d’une (...)

21Le modèle est le travail humaniste sur les textes de l’Antiquité gréco-latine (et on pense là aussi à Pétrarque), mais il est sans équivalent à l’époque pour la littérature française. Recueillir les œuvres françaises, comme lui-même commence à le faire avec Villon, pour les sauver de l’effacement, mais non pas tant chaque fois comme un sauvetage individuel qu’en tant que ce sauvetage contribue à la redécouverte d’une pluralité d’œuvres, dans la pluralité des langues « clouées à elles » : Villon sera d’autant moins sujet à l’effacement que sera vaincu l’effacement de l’ensemble de la littérature française26. De ce « cabinet de mémoire » idéal où serait recueillie toute la littérature, l’enjeu est la continuation d’une littérature appuyée à cette mémoire, à jamais impassible à l’effacement du temps, et au passage de la langue.

  • 27 Du Bellay Joachim, La Defence, et Illustration de la langue fançoyse (Jean-Charles Monferran, éd.) (...)
  • 28 De manière explicite parfois, comme dans ce chapitre ii, II, « Des poëtes françoys », réponse à l’ (...)
  • 29 La Defence, op. cit., p. II, XI, p. 169.
  • 30 Ibidem, II, VI, « D’inventer des Motz, et quelques autres choses, que doit observer le Poëte Franç (...)
  • 31 Ibid., ii, II, « Des Poëtes Françoys », p. 121.
  • 32 Ibid., ii, V, « Du long Poëme Françoys », p. 139.
  • 33 Les réécritures des romans de la matière de Bretagne, ou des romans de chevalerie plus récents, ét (...)

22À l’opposé de ce projet de reconstitution totale, et avec le même dessein de fondation de la littérature française, il y a la table rase de Du Bellay, dont je ne dirai que quelques mots. Du Bellay, on le sait, dans La Deffence, et Illustration de la langue françoyse, entend incarner à lui seul une renaissance, même une naissance tout court de la poésie française – « introduyre quasi comme une nouvelle Poësie27 ». Il renvoie tout ce qui précède à un Moyen Âge pas digne d’être sorti des ténèbres, et en premier lieu Marot. Pour une part, La Defence est une réponse à certains lieux du travail d’établissement d’une tradition de la poésie française par Marot28, et Du Bellay profite en quelque sorte de cette continuité établie par Marot pour rejeter le tout « à la Table ronde29 ». La conséquence de cela, puisque dans le IIe livre en particulier, Du Bellay entretient une tension avec ses prédécesseurs, c’est que La Deffence est peut-être, dans la série des arts poétiques de l’époque, le texte qui fait le plus référence aux « anciens poëtes françoys ». C’est finalement au nom d’une même conception que Marot du lien irréductible de l’œuvre à sa langue qui fait la vitalité spécifique du poème qu’il considère la littérature médiévale dans son ensemble (et c’est un long Moyen Âge qui va jusqu’à Marot, donc) comme une littérature morte, et qu’il appelle à ce qu’on pourrait appeler un dépeçage de la littérature médiévale, qui devient soit réservoir de « matière », soit réservoir de langue. Réservoirs de langue, seulement, « tous ces vieux Romans, et Poëtes Françoys » qu’il faut aller feuilleter pour y trouver « quelques mots antiques30 » dont la nouvelle poésie doit s’enrichir. Et le Roman de la Rose, seule œuvre médiévale sauvée, parce qu’on peut y voir « quasi comme une premiere Imaige de la Langue Françoyse31 », et rien de plus. Réservoirs de « matière », d’un autre côté, quand il demande au futur poète, pour faire renaître au monde une Iliade ou une Enéide, de prendre, à l’exemple de l’Arioste, « un de ces beaux vieulx Romans Françoys32 » pour en faire un « long poëme ». Même « beau vieux », le roman est essentiellement distinct du poème, en ce qu’il ne peut prêter qu’à la réécriture33.

  • 34 La question de la traduction chez Du Bellay, et la célèbre exhortation à ne pas « traduire les Poë (...)
  • 35 On voit bien alors le problème que pose l’attribution à Marot de la réécriture anonyme du Roman de (...)

23C’est ainsi qu’on voit se faire le partage entre ce qui peut faire l’objet de réécriture, de remaniement, d’adaptation, voire de traduction34, et l’œuvre indissociablement liée à sa langue, et qui inclut le principe de l’altérité de sa langue dans son fonctionnement d’œuvre : le Villon de Marot35, en ce sens, comme le « futur poëte » de Du Bellay. Malgré tout ce qui les oppose, donc, la confrontation avec l’ancienne poésie, chez Marot comme chez Du Bellay est le lieu d’une mise à l’épreuve d’une pensée de la valeur, qui met en jeu l’individuation de l’œuvre et son historicité, sa capacité à échapper à ses déterminations historiques pour se rendre toujours présente dans de nouvelles lectures. La littérature, ce que nous appellerions littérature et qui se pense alors sous le nom de poésie, se découvre comme l’œuvre de celui qui, si ancien soit-il, si définitivement passée soit sa langue, reste toujours aussi « futur poète ».

Notes

1 Voir par exemple les travaux de Franco Simone, et notamment pour la littérature française, Umanesimo, Rinascimento, Barocco in Francia, Milano, Mursia, 1968.

2 L’épreuve du CAPES ne porte que sur la langue médiévale et le texte « antérieur à 1500 » est très rarement proposé pour la dissertation de littérature de l’agrégation.

3 Tory Geoffroy, Champ Fleury. Art et Science de la vraie proportion des lettres, Paris, Geoffroy Tory, 1529, « Au lecteur ».

4 Partant du principe d’une homologie entre l’ordre du langage d’une part, l’ordre moral et l’ordre social d’autre part, Tory, puis d’autres, rêvent d’une police de la langue, qui la règlerait entièrement. Et Tory commence par l’unité minimale, la lettre : c’est l’enjeu de son Champ Fleury. Plus tard dans le siècle, Claude Fauchet se demande « d’où vient que chacune langue a si peu d’estendue, & qu’il s’y trouve tel changement, qu’à peine nous pouvons entendre le langage de nos bisayeulx : de maniere que les anciens & nouveaulx Jurisconsultes sont plus empeschez à dechifrer les mots des vieilles ordonnances, pancartes & tiltres, qu’à discourir de la police » (Recueil de l’origine de la langue et poësie françoise, Paris, Mamert Patisson, 1581, Ch. I, p. 2). Et le problème est tout autant celui du jugement historique : puisqu’on juge les hommes « en faictz & en ditz », comme dit Tory, comment juger des faits et dits d’un homme quand on n’est plus certain du sens de ses dits et de ceux qui décrivent ses faits. villon sera un cas exemplaire.

5 Montaigne Michel de, Les Essais (Villey, éd.), Paris, PUF, (1924) 2002, Livre iii, Chap. ix, « De la vanité », p. 982.

6 Marot Clément, « La Complainte de Guillaume Preudhomme », in Œuvres poétiques (Gérard Defaux, éd.), t. ii, Paris, Bordas, « Classiques Garnier », 1993, p. 390, v. 132-133.

7 Cornilliat François, « La Complainte de Guillaume Preudhomme, ou l’adieu de Marot à la “Grande Rhétorique” », in Gérard Defaux (éd.), Clément Marot, « Prince des poëtes fançois ». 1496-1996, Paris, Champion, 1997, p. 165-183 (p. 179). Je renvoie à cet article pour les détails de la comparaison entre les listes des rhétoriqueurs et celle de Marot.

8 Ibidem.

9 Marot Clément, « La Complainte de Guillaume Preudhomme », op. cit., p. 389, v. 82.

10 Ibidem, p. 388, v. 41-44.

11 Ibidem, p. 388, v. 37-38.

12 Ibid., p. 390, v. 136.

13 De même dans les nombreuses listes qui incluent les maîtres grecs et latins, voire italiens, chez les Rhétoriqueurs, mais aussi avant eux, chez Christine de Pisan ou Alain Chartier. Il ne s’agit en revanche chez Marot que des « bons facteurs du Gallique Hemisphere » (ibid., p. 389, v. 81), qui parlent tous la même langue, mais pas la même langue.

14 Marot Clément, « Prologue » in Les Œuvres de Françoys Villon de Paris, reveues & remises en leur entier par Clément Marot, Paris, Galliot du Pré, 1533, publié dans les Œuvres poétiques, t. ii, op. cit., p. 775-778 (p. 776).

15 Cerquiglini-Toulet Jacqueline, « Clément Marot et la critique littéraire textuelle : du bien renommé au mal imprimé Villon », in Gérard Defaux (éd.), Clément Marot, « Prince des poëtes françois », 1496-1996, op. cit., p. 157-164 (p. 157).

16 Sur Pétrarque philologue, voir l’imposante synthèse de Billanovich Giuseppe, Pertarca e il primo Umanesimo, Padova, Éditrice Antenore, 1996.

17 « j’ay faict à [ses œuvres] ce que je vouldroys estre faict aux myennes, si elles estoyent tombées en semblable inconvenient » (« Prologue », op. cit., p. 776).

18 Ibid, p. 778.

19 Ibid, p. 776.

20 Ibid, p. 777.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid, p. 778.

24 Ibid, p. 777.

25 Ibid.

26 Ce que Marot attend et prépare, au contraire de Tory par exemple, est donc tout le contraire d’une Académie qui aurait à imposer une norme pour « fixer » définitivement le français. Le refus de la normalisation est aussi, il faut le remarquer, un refus de la centralisation. il suffit de renvoyer à cette autre liste célèbre de Marot, l’épître à Salel intitulée « Des Poëtes François » (Œuvres poétiques, t. ii, op. cit., p. 361), qui elle aussi réunit tout le monde, vivants et morts, anciens, très anciens, contemporains, classés cette fois selon leur région ou ville d’origine, dessinant une carte des poètes et ouvrant une autre dimension à la pluralité du français.

27 Du Bellay Joachim, La Defence, et Illustration de la langue fançoyse (Jean-Charles Monferran, éd.), Genève, « T.L.F. », Droz, 2001, II, I, « L’intention de l’Aucteur », p. 120.

28 De manière explicite parfois, comme dans ce chapitre ii, II, « Des poëtes françoys », réponse à l’épigramme de Marot de même titre.

29 La Defence, op. cit., p. II, XI, p. 169.

30 Ibidem, II, VI, « D’inventer des Motz, et quelques autres choses, que doit observer le Poëte Françoys », p. 148.

31 Ibid., ii, II, « Des Poëtes Françoys », p. 121.

32 Ibid., ii, V, « Du long Poëme Françoys », p. 139.

33 Les réécritures des romans de la matière de Bretagne, ou des romans de chevalerie plus récents, étaient au xvie siècle, comme c’est le cas pour nous, le mode d’accès le plus fréquent aux œuvres médiévales.

34 La question de la traduction chez Du Bellay, et la célèbre exhortation à ne pas « traduire les Poëtes », relève également de cette redéfinition des enjeux spécifiques de la poésie. De manière plus générale, il me semble que le passage de l’historicité de l’objet de poésie à l’historicité du sujet du poème est à mettre en parallèle avec ce qu’on peut appeler avec Antoine Berman le passage « de la translation à la traduction » (Berman Antoine, « De la translation à la traduction », Traduction-Terminologie-Rédaction, i : 1, p. 23-40). La mutation dans le vocabulaire du traduire entre le xve et le xvie siècle correspond en effet à la « découverte » qu’une œuvre ne se transfère pas de manière impersonnelle comme un objet, dans la mesure où autant l’œuvre elle-même que l’opération de traduction impliquent quelque chose de l’ordre du sujet.

35 On voit bien alors le problème que pose l’attribution à Marot de la réécriture anonyme du Roman de la Rose publiée en 1526.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540