Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

Mener l’enquête au Moyen Âge : le genre du roman policier « médieval »

Isabelle Durand-Le Guern

Texte intégral

1L’une des manifestations parmi d’autres de l’intérêt actuel pour le Moyen Âge nous semble être le développement d’un sous-genre romanesque particulier, le « polar » médiéval. Souvent écrits par des médiévistes, ces romans dont le paradigme est bien évidemment représenté par le célèbre roman d’Umberto Eco, Le Nom de la Rose, rencontrent un indéniable succès populaire. On peut dès lors se poser la question : pourquoi cette rencontre entre le genre du roman policier, genre souvent aux frontières de la paralittérature, et le réinvestissement d’une matière médiévale souvent chargée d’érudition, ou tout au moins marquée par un désir de représentation historique ? Faut-il postuler une proximité méthodologique entre la démarche heuristique du chercheur médiéviste et celle de l’enquêteur ?

2Il nous a semblé intéressant d’interroger cette catégorie romanesque en se demandant quelle image du Moyen Âge s’y trouvait reflétée. Inévitablement gauchie par le contexte policier du roman, la représentation médiévale offre un intérêt certain pour comprendre le rapport que nous entretenons avec ce passé. Nous nous appuierons essentiellement sur le roman d’Umberto Eco dont la richesse inépuisable, et dépassant évidemment le simple cadre du roman policier, nous semble en mesure d’étayer nos conclusions, mais nous ne nous interdirons pas cependant quelques incursions chez des auteurs de séries policières comme Paul Doherty (enquêtes de Hugh Corbett) ou Ellis Peters afin de vérifier quelques hypothèses.

Un Moyen Âge stéréotypé

  • 1 Eco U., Le Nom de la Rose, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Grasset, 1985, [1re éd. 1980], p (...)
  • 2 Ibid., p. 24.
  • 3 Ibid., p. 44.
  • 4 Ibid., p. 55. Comme Salvatore, Quasimodo a une ressemblance physique avec les sculptures de Notre- (...)
  • 5 bid., p. 23.

3Ce qui frappe le lecteur en quête d’une représentation du Moyen Âge, lorsqu’il parcourt le Nom de la Rose, c’est indéniablement son caractère stéréotypé. Eco assume d’ailleurs avec humour cette dimension, en précisant par exemple dans l’Apostille : « Au Moyen Âge, les cathédrales et les couvents brûlaient tels des fétus de paille ; imaginer une histoire médiévale sans incendie, c’est comme imaginer un film de guerre dans le Pacifique sans un avion de chasse en flammes qui tombe en piqué1. » Malgré l’érudition, les précisions historiques, malgré les échappées poétiques comme celle de la rencontre amoureuse entre Adso de Melk et la jeune paysanne, le lecteur se trouve vite plongé dans un Moyen Âge tracé à grands traits, où les clichés s’accumulent, clichés présent dès l’époque romantique, sous la plume de Scott ou de Hugo. On notera par exemple la récurrence d’expressions caractéristiques comme « C’étaient là des temps obscurs où un homme sage devait entretenir des pensées contradictoires2 », ou « Nous vivons maintenant des temps très obscurs3 ». De fait, les événements qui se déroulent ensuite dans l’abbaye ne font que confirmer cette vision des choses. On ne rencontre en ce lieu que des êtres frustes, tel Salvatore, sorte de Quasimodo grotesque et monstrueux, « être non dissemblable des croisements velus et ongulés que je venais de découvrir sous le portail4 », ou aliénés par une vision superstitieuse du monde. Même Adso de Melk, novice instruit et à l’école de Guillaume de Baskerville, émet souvent des jugements marquant son ignorance et ses préjugés. Son attitude face aux découvertes scientifiques est ainsi révélatrice : « Les machines, disait-il, sont effet de l’art, qui singe la nature, dont elles reproduisent non pas les formes mais la même opération. Il m’expliqua les prodiges de l’horloge, de l’astrolabe et de l’aimant. Mais au début, je craignis qu’il ne s’agît de sorcellerie et je fis semblant de dormir par certaines nuits claires où il se mettait (un curieux triangle à la main) à observer les étoiles5. »

  • 6 Ibid., p. 380.
  • 7 Doherty Paul C., L’assassin de Sherwood, Traduit par Anne Bruneau et Christian Poussier, Paris, 10 (...)

4La sorcellerie, voilà bien l’un des motifs essentiels associé spontanément au Moyen Âge, et qu’Umberto Eco ne manque pas d’exploiter à son tour. La scène de sorcellerie impliquant Salvatore et la paysanne et surprise par l’inquisiteur fanatique, en la personne de Bernard Gui, ainsi que la torture immédiatement associée à la représentation d’un procès d’Inquisition est évoquée à travers ses conséquences sur Salvatore : « Il ne portait pas de marques de violence, mais la façon dont le corps enchaîné avançait, avec ses membres déboîtés, presque incapable de bouger, traîné par les archers attachés à une corde, proclamait bien haut la manière dont avait dû se dérouler son atroce réponse6. » On notera cependant qu’Umberto Eco fait un usage relativement sobre du motif dans la mesure où il privilégie les discussions théologiques, les affrontements verbaux et les interrogatoires spécieux au détriment d’une violence plus directe que l’on aurait pu attendre. Pas de détails du coup sur la manière dont Salvatore a été torturé ni sur le déroulement du bûcher. Un auteur comme Paul Doherty n’a pas cette délicatesse et nous précipite sans ménagement dans un univers de violence et de barbarie. La scène de la question se trouve par exemple abondamment développée dans L’assassin de Sherwood : « Ses compères tirèrent vigoureusement sur les cordes et les captifs hurlèrent en sentant leurs bras prêts à se disloquer. Les gardes se dirigèrent vers les braseros et saisirent des charbons ardents dans leurs tenailles. Puis ils revinrent pesamment vers leurs victimes et appliquèrent les charbons sur leur ventre, leur poitrine et leurs aisselles7. » De même, dans La complainte de l’ange noir, on assiste à une scène de lynchage d’une vieille femme accusée de sorcellerie, soumise au supplice de la « chaise à sorcière » par une foule déchaînée et haineuse.

  • 8 Image développée notamment par Michelet et Hugo.
  • 9 Apostille au Nom de la Rose, in Le Nom de la Rose, op. cit., p. 541.

5On rejoint donc ici une image plutôt caricaturale du Moyen Âge, image léguée par le classicisme et les lumières, plus ou moins relayée par le romantisme malgré l’intérêt de ce dernier pour l’époque médiévale. On retrouve par exemple chez Eco l’image romantique de l’enfance de l’humanité8 : « Le Moyen Âge est notre enfance à laquelle il nous faut toujours revenir pour faire une anamnèse9. » Cette métaphore de l’enfance de l’humanité conditionne certaines représentations notamment celles du rapport aux savoirs entretenues par le Moyen Âge. On a vu déjà certaines images récurrentes de superstition et d’ignorance. Mais la méfiance vis-à-vis de la science et du savoir se trouve magnifiquement exploitée dans Le Nom de la Rose. Le personnage de Jorge, âme damnée de la bibliothèque, incarne ainsi ce rapport au savoir qui est un rapport de conservation, rapport en opposition totale avec la démarche heuristique de l’enquêteur, et du lecteur : le sermon de Jorge est en effet sans ambiguïté :

  • 10 Ibid., p. 404-405.

Mais de notre travail, du travail de notre ordre, et en particulier du travail de ce monastère fait partie – ou plutôt en est la substance – l’étude, et la garde du savoir. La garde, dis-je, pas la recherche, car le propre du savoir, chose divine, est d’être complet et défini dès le commencement, dans la perfection du verbe qui s’exprime à lui-même. […] Il n’est point de progrès, il n’est point de révolution d’âges, dans les vicissitudes du savoir, mais au mieux une continue et sublime récapitulation10.

6Une telle vision du monde heurte assurément nos représentations modernes, issues des Lumières, développées par le xixe siècle, et fondées sur la notion de progrès. Ce Moyen Âge nous apparaît ainsi comme fondamentalement exotique et c’est sans doute cette dimension qui constitue l’une des séductions essentielles du roman. Mais il nous semble que le Moyen Âge reconstruit par Eco, et par d’autres auteurs de roman policier médiéval, se trouve un ancêtre fameux dans le genre du roman gothique, initié par les anglais à la fin du xviiie siècle (Walpole, Lewis, Radcliffe).

Un Moyen Âge gothique

  • 11 Ibid., p. 30.
  • 12 On pense par exemple à la scène du viol d’Antonia par le moine dans les catacombes, dans le roman (...)

7Le roman policier médiéval nous semble construire un Moyen Âge composite, nourri de références souvent plus littéraires qu’historiques. La filiation du roman d’Umberto Eco avec le roman gothique est évidente, ne serait-ce que par le premier titre envisagé par l’auteur, L’Abbaye du crime, qui rappelle les titres de certains romans gothiques passant toujours par l’évocation d’un espace architectural plus ou moins moyenâgeux, château ou monastère. Certes, Eco a finalement choisi de gommer cette inscription trop évidente dans un genre codifié, afin de ne pas s’enfermer dans cette descendance. Néanmoins, les traces de gothique dans son œuvres sont récurrentes. On peut évoquer par exemple la première description de l’abbaye : « Par sa masse imposante, et par sa forme, l’Édifice m’apparut comme plus tard il me serait donné de voir dans le sud de la péninsule italienne Castel Ursino ou Castel dal Monte, mais par sa position inaccessible il était des plus terrible, et capable d’engendrer de la crainte chez le voyageur qui s’en approchait peu à peu. Et heureusement, par cette cristalline matinée d’hiver, la construction ne m’apparut pas telle qu’on peut la voir dans les jours de tempête11. » Cette ultime précision nous apparaît comme une claire allusion aux procédés du roman gothique, dans lequel (chez Radcliffe par exemple), l’héroïne découvre avec terreur un château planté dans un décor grandiose et terrifiant, par une nuit de tempête de préférence. Il convient également de préciser que les romans gothiques prennent généralement pour cadre un pays latin, susceptible d’illustrer les dérives et les dangers du catholicisme romain. De même, l’aspect labyrinthique de la bibliothèque, gardée par des portes secrètes, n’est pas sans rappeler les passages secrets des châteaux gothiques dans lesquels d’innocentes victimes se perdent à à jamais. Guillaume de Baskerville et Adso doivent ainsi passer par l’ossuaire pour atteindre la bibliothèque, donnant ainsi l’occasion d’une description horrifique typiquement gothique12 :

  • 13 Ibid., p. 167.

Les os des moines avaient été recueillis là au cours des siècles, exhumés d’abord, et amassés dans les niches sans qu’on tentât de recomposer la forme de leurs corps. Cependant certaines niches n’étaient remplies que d’os menus, d’autres de crânes, bien disposés presque en pyramide, de façon à ne pas rouler les uns sur les autres, et c’était en vérité un spectacle terrifiant, surtout avec le jeu d’ombres et de lumières que la lampe projetait le long de notre chemin13.

  • 14 À la fin des romans d’Ann Radcliffe, tout ce qui avait semblé ressortir de phénomènes surnaturels (...)

8On peut ajouter à cela l’évocation de mécanismes ingénieux destinés soit à créer la peur soit à prendre au piège, mécanismes à l’évidence inspirés d’Anne Radcliffe et de sa méthode du surnaturel expliqué14. À cette méthodes ressortissent les miroirs déformants de la bibliothèque, les herbes aux vertus hallucinatoires, l’utilisation des courants d’airs qui produisent des sons facilement attribués à des fantômes venus hanter l’édifice.

  • 15 Doherty Paul C., La Complainte de l’Ange Noir, op. cit., p. 12.

9Cette dimension gothique se retrouve chez les autres auteurs, comme si notre représentation actuelle du Moyen Âge devait invariablement passer par le filtre de cette image construite par le xviiie siècle. On peut évoquer par exemple le début de La Complainte de l’Ange noir avec l’évocation du couvent, « le grondement du ressac sur la grève déserte, les bâtiments solitaires, aussi silencieux que la mort, qui se blottissaient sur les falaises et ces lambeaux de brume aux contorsions de spectre qui étouffaient les appels lancinants des goélands affamés et les rendaient plus étranges encore15 ».

  • 16 On pense au Moine de Lewis avec son moine et ses nonnes criminels, ou aux Pénitents noirs de Radcl (...)
  • 17 Umberto Eco, Le Nom de la Rose, op. cit., p. 514.
  • 18 Ibid., p. 260.
  • 19 Ibid., p. 146.
  • 20 Ibid., p. 40.
  • 21 Ibid., p. 438.
  • 22 Lewis, Le Moine, Paris, Babel, trad de Léon de Wailly, 1996, p. 37 : « au même instant la voûte de (...)
  • 23 Lewis, Le Moine, op. cit., p. 37.
  • 24 Eco U., Le Nom de la Rose, op. cit., p. 440.
  • 25 Ibid., p. 433.

10Ce roman développe par ailleurs un thème cher aux romanciers gothiques, celui de l’ecclésiastique coupable16. Il s’avère en effet que les deux criminels sont dans ce récit un prêtre et la mère supérieure d’un couvent, comme dans le Moine de Lewis. Cette figure du moine criminel est évidemment présente également chez Eco qui déclare d’ailleurs tout bonnement dans l’Apostille : « J’avais envie d’empoisonner un moine17. » Mais il ne se limite pas à cette pulsion meurtrière et prend visiblement plaisir à explorer les différents lieux communs du gothique : certes, Jorge, celui qui est à l’origine de tous les meurtres, n’a rien du moine lubrique cher au gothique, mais cette figure est néanmoins présente en la personne de Remigio et de Salvatore. La jeune paysanne rencontrée par Adso est en effet une habituée de l’abbaye qui, comme l’explique Guillaume, « se donne par faim à quelque moine luxurieux, et en obtient comme récompense quelque chose à se mettre sous la dent, pour elle et sa famille18 ». Ajoutons à cela que la mort du premier moine, Adelme, est liée à une expérience homosexuelle contrainte : « Adelme, après avoir commis son crime contre la chasteté et les règles de la nature, n’a plus qu’une pensée : se livrer à quelqu’un qui puisse l’absoudre, et il court chez Jorge. Lequel a un caractère fort austère […] et à coup sûr assaille Adelme d’angoissantes réprimandes. Peut-être ne lui donne-t-il pas l’absolution, peut-être lui impose-t-il une impossible pénitence19 […] ». Notons au passage qu’il s’agit d’Adelme Otrante, référence explicite au château du même nom, titre du premier roman gothique écrit par Walpole. Outre la figure traditionnelle du moine luxurieux, on a ici une figure également présente dans le roman gothique, celle de l’ecclésiastique inflexible, cruel à force d’exigence de vertu. Il semble même qu’il y ait ici une référence précise au roman de Lewis, Le Moine, dans lequel une nonne enceinte est traitée avec la plus grande cruauté à la fois par l’abbesse et par le prieur Ambrosio, personnage principal du roman. Cette hypothèse est renforcée par le fait qu’on trouve dans le roman d’Eco un certain nombre d’autres allusions précises à ce roman, emblématique du genre gothique. Ainsi la chute d’Adelme depuis la scriptorium rappelle de manière troublante la description de la chute du moine à la fin du roman de Lewis, lorsque celui-ci est jeté par le diable dans un précipice où il rebondit indéfiniment et agonise sans fin. « […] son corps avait été trouvé au pied du surplomb, déchiqueté par les rochers où il avait rebondi. Pauvre et fragile cause mortelle, que Dieu eût de lui miséricorde. À cause des nombreux rebonds que le corps avait faits dans sa chute, il n’était pas aisé de dire de quel point exact il était tombé20 ». Autre rapprochement précis : le rêve d’Adso dans l’Église, comparable au rêve de Lorenzo, dans l’église également chez Lewis. Le rêve de Lorenzo, placé au début du roman, a une valeur prémonitoire : il y voit la jeune Antonia, dont il est tombé amoureux, aux prises avec un être monstrueux qui en veut à la fois à sa vertu et à sa vie, ce qui annonce les crimes du moine Ambrosio. Ici le rêve d’Adso présente bien des points communs : comme Lorenzo, il s’endort dans l’église, y voit la jeune fille « redoutable comme des bataillons », et après un défilé grotesque de figures la fois réelles et sorties de ses lectures bibliques, la jeune fille accusée de sorcellerie est victime des pires sévices de la part de tous ces personnages : « Baptiste la décapita, Abel l’égorgea, Adam la chassa, Nabuchodonosor lui écrivit d’une main de feu des signes zodiacaux sur les seins, Élie la ravit sur son char de feu21 […] ». Il s’agit ici d’une véritable réécriture parodique (on notera bien entendu l’humour qui imprègne la description d’Eco), avec la reprise littérale de certains motifs, par exemple l’ouverture des voûtes de l’édifice22, ou le message adressé par la jeune fille à la fin de la scène, explicitement détourné par Eco, puisque l’« Ami ! nous nous reverrons là-haut23 ! » de Lewis devient « “laisse-moi aller rien qu’un instant sur le bûcher, et puis nous nous reverrons là-dedans !” et elle me montrait, que Dieu me pardonne, sa vulve24 […] ». On peut enfin ajouter un autre rapprochement entre les deux romans, le déplacement de l’amour mystique pour la Vierge vers un amour charnel pour une femme. On se souvient que le Moine de Lewis sombre dans le péché à cause d’une contemplation excessive d’un portrait de la Madone qui finit par exciter ses désirs coupables et dont il retrouvera pour son malheur les traits en la personne de Mathilde, redoutable succube. Or, lors de son rêve, Adso procède lui aussi à cette comparaison en évoquant : « La jeune fille, si ressemblante maintenant à la vierge Marie25. »

11Cette référence prégnante au roman gothique contribue à dessiner un Moyen Âge noir, marqué par des excès caricaturaux. Cependant, à celles-ci se mêlent d’autres références intertextuelles à la signification parfois opposée, construisant un véritable palimpseste. De fait, tout en n’hésitant pas à reprendre les images les plus stéréotypées, les auteurs s’attachent aussi à construire l’image d’un Moyen Âge étonnamment moderne, afin de brouiller les représentations du lecteur.

Un Moyen Âge moderne

  • 26 Ibid., p. 21.

12Dans ces romans policiers, le portrait de l’enquêteur se dessine par exemple par contraste avec son époque. Figures anachroniques, les personnages chargés de résoudre des énigmes en se livrant à un raisonnement hypothético-déductif apparaissent comme des esprits éclairés, isolés dans les temps obscurs qu’ils traversent. Qu’il s’agisse de Guillaume de Baskerville, de frère Cadfaël ou de Hugh Corbett, tous sont des esprits en avance sur leur temps notamment dans l’usage qu’ils font de leur raison afin de résoudre les énigmes qui leur sont proposées. L’anachronisme est évidemment très perceptible avec la figure de Guillaume de Baskerville, fortement inspirée du Sherlock Holmes de Conan Doyle, ne serait-ce que par la référence explicite au roman Le chien des Baskerville. La description de Guillaume confirme cette référence : « Sa taille dépassait celle d’un homme normal, et il était si maigre qu’il en paraissait plus grand. Il avait les yeux vifs et pénétrants ; son nez effilé et légèrement aquilin conférait à son visage l’expression de quelqu’un qui veille, sauf dans les moments de torpeur dont je parlerai26. » On le verra ensuite méditer dans la plus complète immobilité, et même s’adonner aux paradis artificiels afin d’aiguiser son esprit, comme son illustre modèle :

  • 27 Ibid., p. 218.

Depuis peu, il avait extrait de sa coule une petite tige de ces herbes que je lui avais vu cueillir des semaines auparavant, et il était en train de la mastiquer comme s’il en retirait une sorte de calme excitation. De fait il paraissait absent, mais de temps à autres ses yeux brillaient comme si dans le vide de son esprit s’était allumée une idée nouvelle ; puis il retombait dans cette singulière et active hébétude27.

  • 28 Ibid., p. 429.

13Esprit éclairé auquel aucune énigme ne résiste, Guillaume de Baskerville représente en quelque sorte la pensée des Lumières déjà à l’œuvre en plein Moyen Âge. Il est en effet celui qui refuse les visions et les superstitions, qui met en doute l’existence du diable et déclare sans vergogne à propos des soi-disant morceaux de la vraie croix, que « S’ils étaient tous authentiques, Notre Seigneur n’eût pas été supplicié sur deux planches croisées, mais sur une forêt entière28. » La référence aux Lumières se donne d’ailleurs comme explicite dès le début du roman avec l’épisode du cheval Brunel que Guillaume décrit avec précision sans l’avoir vu, en étudiant les traces et les indices laissés par l’animal, épisode repris littéralement du conte de Voltaire, Zadig. Cet épisode, dans les deux cas, met en valeur l’esprit d’observation et de déduction du personnage. C’est cette mise en œuvre d’un système d’hypothèses soumises ensuite à examen qui semble heurter le plus la pensée médiévale, comme le souligne Adso :

  • 29 Ibid., p. 312.

Je compris à ce moment-là quelle était la façon de raisonner de mon maître, et elle me sembla fort différente de celle du philosophe qui raisonne sur les principes premiers, à telle enseigne que son intellect fonctionne presque comme l’intellect divin. Je compris que, lorsqu’il n’avait pas de réponse, Guillaume s’en proposait un grand nombre, et très différentes les unes des autres29.

14En présentant un personnage forcément perçu par le lecteur comme anachronique, Eco choisit de bousculer cette fois une représentation convenue du Moyen Âge. En effet, il construit un personnage moderne mais vraisemblable en tout cas appuyé sur une réalité historique. Le personnage est en effet inspiré de Guillaume d’Occam, et Eco justifie ainsi ses possibles inventions :

  • 30 Ibid., p. 543.

Si un de mes personnages, en comparant deux idées médiévales, en tire une troisième idée plus moderne, il fait exactement ce que la culture a fait par la suite et si personne n’a jamais écrit ce qu’il dit, il est certain que quelqu’un, fût-ce d’une façon confuse, aurait dû commencer à le penser30.

  • 31 Ibid., p. 444.

15C’est de la même manière pour bousculer nos représentations stéréotypées et erronées du Moyen Âge qu’il se plaît à insister sur les détails les plus modernes de cet univers qui nous paraissent faussement anachroniques. On pense par exemple à l’évocation de la machine à voler conçue par Roger Bacon, aux lunettes de Guillaume ou à la boussole utilisée pour s’orienter dans la bibliothèque. On retrouve une volonté assez similaire chez Paul Doherty. Le procédé et l’image de la modernité qui se dégage sont très différents, mais finalement il semble que l’effet visé soit le même : représenter un Moyen Âge dont la modernité étonne le lecteur Ainsi, dans La complainte de l’Ange Noir, partant de l’évocation des Pastoureaux, on en arrive à la découverte d’un réseau de prostitution s’abritant sous la façade d’un mouvement spirituel que nous qualifierions actuellement de secte. Le propos semble ainsi étonnamment actuel, et le Moyen Âge présenté d’une noire modernité. Umberto Eco, lui, opte pour une vision sinon plus optimiste, du moins plus humoristique du progrès humain en amenant son personnage à concevoir avant l’heure la psychanalyse, celui-ci déclarant à propos du rêve d’Adso : « Le jour où il arriverait aussi quelqu’un pour prétendre extraire une vérité de nos rêves, alors vraiment les temps de l’Antéchrist seraient proches31. »

  • 32 Ibid., p. 543.

16Il est finalement difficile d’extraire de ces romans une image nette du Moyen Âge. Du Moyen Âge absolument gothique et pas du tout médiéval à l’anachronisme vrai ou faux qui superpose au Moyen Âge les Lumières, le romantisme et le xxe siècle, et ce malgré une érudition et une fidélité historique souvent étonnantes, ce Moyen Âge semble étonnamment composite. De diverses manières, et avec la plus grande virtuosité pour le Nom de la Rose, les auteurs jouent avec nos attentes et nos représentations. D’un côté ils semblent s’attacher à les conforter, en enfilant à l’infini les poncifs pour préserver une vision rassurante qui nous permet de mettre à distance cette époque barbare dont nous ne percevons que l’altérité radicale. Et à l’inverse, de manière insidieuse, nous sommes amenés à remettre en question ces représentations, à travers un brouillage temporel qui déplace les repères et construit l’image d’une Moyen Âge terriblement proche, à tel point que nos conceptions solides sur le progrès de la pensée s’en trouvent fortement ébranlées. C’est à Umberto Eco qu’il faut laisser la parole pour finir, parole qui reste joliment énigmatique : « C’est que chacun a sa propre idée, souvent corrompue, du Moyen Âge. Nous seuls, moines d’alors, savons la vérité. Mais la dire nous conduirait au bûcher32. »

Notes

1 Eco U., Le Nom de la Rose, traduit par Jean-Noël Schifano, Paris, Grasset, 1985, [1re éd. 1980], p. 520.

2 Ibid., p. 24.

3 Ibid., p. 44.

4 Ibid., p. 55. Comme Salvatore, Quasimodo a une ressemblance physique avec les sculptures de Notre-Dame.

5 bid., p. 23.

6 Ibid., p. 380.

7 Doherty Paul C., L’assassin de Sherwood, Traduit par Anne Bruneau et Christian Poussier, Paris, 10/18, 1999, [1reéd. 1993], p. 141.

8 Image développée notamment par Michelet et Hugo.

9 Apostille au Nom de la Rose, in Le Nom de la Rose, op. cit., p. 541.

10 Ibid., p. 404-405.

11 Ibid., p. 30.

12 On pense par exemple à la scène du viol d’Antonia par le moine dans les catacombes, dans le roman de Lewis Le Moine.

13 Ibid., p. 167.

14 À la fin des romans d’Ann Radcliffe, tout ce qui avait semblé ressortir de phénomènes surnaturels se trouve expliqué rationnellement par des mises en scènes, mécanismes et autres pièges émanant d’une volonté humaine.

15 Doherty Paul C., La Complainte de l’Ange Noir, op. cit., p. 12.

16 On pense au Moine de Lewis avec son moine et ses nonnes criminels, ou aux Pénitents noirs de Radcliffe.

17 Umberto Eco, Le Nom de la Rose, op. cit., p. 514.

18 Ibid., p. 260.

19 Ibid., p. 146.

20 Ibid., p. 40.

21 Ibid., p. 438.

22 Lewis, Le Moine, Paris, Babel, trad de Léon de Wailly, 1996, p. 37 : « au même instant la voûte de la cathédrale s’ouvrit, des voix harmonieuses montèrent aux cieux », Eco, Le Nom de la Rose, op. cit, p. 437, « Et alors s’ouvrirent les voûtes de l’Édifice et Roger Bacon descendit du ciel sur une machine volante »

23 Lewis, Le Moine, op. cit., p. 37.

24 Eco U., Le Nom de la Rose, op. cit., p. 440.

25 Ibid., p. 433.

26 Ibid., p. 21.

27 Ibid., p. 218.

28 Ibid., p. 429.

29 Ibid., p. 312.

30 Ibid., p. 543.

31 Ibid., p. 444.

32 Ibid., p. 543.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540