Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

Aragorn, le roi de l’ouest1. Les racines médiévales du roi du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien

Valérie Naudet

Texte intégral

  • 1 On trouve cette expression désignant Aragorn p. 960 de notre édition de référence de The Lord of t (...)
  • 2 « Well, I have rather a rascally look, have I not ? » demande-t-il à Frodo à l’Auberge du Poney Fr (...)
  • 3 « With that they parted, and it was then the time of sunset ; and when after a while they turned a (...)
  • 4 Pour une approche plus globale du personnage, on se reportera, outre l’article de V. Flieger susme (...)
  • 5 Pour une vision plus large des rapports qu’entretient le Seigneur des Anneaux avec la littérature (...)
  • 6 Voir sur le sujet Boutet D., Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

1De Grands-Pas le Rôdeur à l’air de gredin2, première image du personnage d’Aragorn que nous offre Tolkien, à la dernière vision, celle de la majestueuse silhouette du Roi de l’Ouest à cheval se découpant fièrement sur les ors du couchant3, il semble y avoir un long chemin de parcouru. Il y a dans cette trajectoire exemplaire toute la complexité de ce personnage que l’auteur a voulu poète, vagabond, quêteur, amant courtois, guide de la Compagnie et pour finir roi des Hommes libres. C’est la composante politique, celle d’Aragorn roi, qui seule fait l’objet de cette étude4. En effet, à la recherche des racines médiévales5 qui nourriraient le personnage, il est apparu qu’il doit beaucoup aux grands rois imaginaires qui peuplent la littérature médiévale, en particulier, Charlemagne dans les chansons de geste et Arthur dans le roman6.

  • 7 Boutet D. et Strubel A., Littérature, politique et société au Moyen Âge, Paris, PUF, 1979, en part (...)

2C’est durant la période carolingienne que commence de s’élaborer en Europe la doctrine politique menant à l’instauration d’une royauté qui tire son autorité de la volonté divine. S’appuyant en particulier sur le De Civitate Dei de saint Augustin qui fait du roi un maillon entre Dieu et les hommes, chargé de faire régner pax (à entendre au sens large de concorde civile et pas seulement d’état de non guerre) et ordo (soit l’ordre social, extrêmement hiérarchisé imposé par Dieu, dont la justitia est le rempart), les philosophes du pouvoir sont progressivement parvenus, entre l’ère carolingienne et le xiie siècle capétien ou plantagenêt à faire émerger un idéal politique puissant incarné dans la personne du roi au détriment de la classe nobiliaire ou des grands de l’Église. À l’image des patriarches vétérotestamentaires, considéré comme le pasteur de son peuple, le roi tient sur terre le même rôle que Dieu dans l’ensemble de la Création7. Son gouvernement a pour but de faire en sorte que la cité des hommes dont il est le garant soit au plus proche ici-bas de la Jérusalem céleste. La littérature, à la fois miroir du prince (dans lequel il se reflète) et miroir au prince (visant à l’instruire et le chastoyer) se fait l’écho de cette réflexion : les souverains épiques, Charlemagne en particulier, associent étroitement politique et religion, trouvant dans la croisade un moyen de rassembler et d’unir la chevalerie dans un idéal supérieur. S’ajoute ainsi ce qui apparaît indispensable pour le Moyen Âge : la dimension guerrière du roi. Quant à la royauté arthurienne, elle est un peu différente dans le sens où, en sus de l’héritage augustinien, elle intègre des composantes celtes. Arthur incarne souvent une royauté forte en valeur, mais faible en pouvoir, garante des institutions, des usages et des coutumes. De toute façon, le roi est l’indispensable garant de l’harmonie de la société dont il est le pivot.

3C’est à l’aune de ces deux grands modèles littéraires que sera mesuré, dans cette étude, le personnage d’Aragorn.

  • 8 Éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003.

4Le roi augustinien n’est pas tout à fait un homme parmi les hommes. Certes il est soumis à l’humaine condition qui le condamne à disparaître un jour, mais avant cela ni son être, ni son parcours de vie ne sauraient être ordinaires. La fonction distingue autant qu’elle isole, irrémédiablement. L’exemple le plus éclatant dans la littérature médiévale se trouve dans la Chanson de Roland : les ambassadeurs de Marsile n’ont pas à demander qui est le roi parmi les quelque vingt milles Francs rassemblés. Sans l’avoir jamais connu, ils le reconnaissent immédiatement, car « s’est ki.l demandet, ne l’estoet enseigner8 » (v. 119).

5Tolkien tisse autour de son héros une aura semblable et en dépit des impératifs de la diégèse qui veut qu’Aragorn n’accède à la royauté que dans les dernières pages du roman, tout contribue à faire de lui un personnage d’exception dès sa première apparition. On ne devient pas roi. On naît/est roi. C’est pourquoi, à l’enseigne du Poney Fringant, à la première et fort discrète allusion à son ascendance royale qui ferait de lui le légitime détenteur de l’Anneau, le roi de Gondor perce sous Grands-Pas le Rôdeur :

If I was after the Ring, I could have it – now ! » He stood up, and seemed suddenly to grow taller. In his eyes gleamed a light, keen and commanding. (p. 168.)

6Ce n’est là que le point de départ de nombreuses autres transfigurations qui viendront jalonner les étapes qui rapprochent l’héritier d’Elendil de son trône. La suivante intervient lors des adieux avec Galadriel : l’Elfe remet à son hôte un fourreau magique qui épargnera à sa lame toute souillure et « a great stone of a clear green, set in a silver brooch that was wrought in the likeness of an eagle with outspread wings » (p. 365-366) :

« This stone I gave to Celebrian my daughter, and she to hers ; and now it comes to you as a token of hope. I n this hour take the name that was foretold for you, Elessar, the Elfstone of the house of Elendil ! »
Then Aragorn took the stone and pinned the brooch upon his breast, and those who saw him wondered ; for they had not marked before how tall and kingly he stood, and it seemed to them that many years of toil had fallen from his shoulders. (p. 366.)

7En recevant cette gemme, Aragorn reçoit son nom de roi : Elessar, soit Pierre Elfique. Par elle, il est Pierre et c’est sur cette pierre que va s’élever la nouvelle royauté des hommes libres dans les terres du Milieu. Son aspect physique s’accorde immédiatement avec cette reconnaissance par l’Elfe de la légitimité de ses prétentions politiques et ce qui était dissimulé sous le long manteau sale et fatigué du voyageur est révélé aux yeux de tous. Cela deviendra encore plus visible lorsque la Compagnie, glissant au fil du fleuve, passera la frontière du royaume perdu et en passe d’être retrouvé. L’entrée du pays est gardée par deux gigantesques statues de pierre aux formes des rois du temps jadis, les Piliers des Rois. Si les Hobbits et les autres voyageurs sont saisis simplement et naturellement par la force imposante du lieu, Aragorn vit ce franchissement comme un pas de plus vers un accomplissement. La pierre d’Arwen a révélé le roi aux yeux des hommes ; les pierres de l’Argonath, « sentinels of Numenor » (p. 383), donnent à ce roi une terre qui le reconnaît immédiatement pour sien :

Frodo turned and saw Strider, and yet not Strider ; for the weatherworn Ranger was no longer there. In the stern sat Aragorn son of Arathorn, proud and erect, guiding the boat with skilful strokes ; his hood was cast back, and his dark hair was blowing in the wind, a light xas in his eyes : a king returning from exie to his own land.
Fear not ! he said. Long have I desired to look upon the likenesses of Isildur and Anarion, my sires of old. Under their shadow Elessar, the Elfstone son of Arathorn of the House of Valandil Isildur’s son, heir of Elendil, has nought to dread ! (p. 384.)

8Dès lors, à chaque fois que le personnage fera une rencontre déterminante, Eowyn (p. 504) ou Eomer (p. 423), c’est sous cet aspect grandi et majestueux qu’il s’offre aux regards, imposant une présence que nul ne peut ignorer. Le terme d’aura employé plus haut se trouve par ailleurs justifié par la remarque de Legolas qui, dans la plaine du Rohan, aperçoit un bref instant « a white flame flickered on the brows of Aragorn like a shining crown. » (p. 423.) Et ce qui était éphémère, comme tributaire des circonstances, devient constant et définitif lorsque le trône est enfin sien :

On the throne sat a mail-clad man, a great sword was laid across his knees, but he wore no helm. As they drew near he rose. And then they knew him, changed as he was, so high and glad of face, kingly, lord of Men, dark-haired with eyes of grey. (p. 932.)

9Ces transfigurations successives ont donc conduit à la révélation du roi par une métamorphose dont le but était de faire surgir au monde la vérité de cet être. Car la métamorphose est moins une transformation qu’un processus de mise au jour de ce qui est enfoui ou latent. Certes Elessar semble avoir gagné en taille et en stature par rapport à Aragorn ou Grands-Pas, mais la figure du roi n’efface pas les multiples avatars antérieurs du personnage. Elle les rassemble et les sublime, après de longues années durant lesquelles elle s’est servie d’eux comme d’un masque plus ou moins épais.

  • 9 « For upon that road I was put to shame : Gimli Gloins son, who had deemed himself more tough than (...)
  • 10 À Aragorn qui vient de lui dire qu’elle n’a rien à faire dans le Sud, Eowyn répond : « Neither hav (...)

10Mais quelle que soit la facette du personnage, elle présente les qualités inhérentes au roi, le distinguant du reste de l’humanité. C’est pour cela qu’Arwen, qui, par sa nature d’elfe, est dotée d’une perspicacité et d’une vue plus aiguisées que les hommes a dès longtemps su déceler l’or sous la boue des chemins qu’Aragorn ramenait de ses voyages et s’est éprise de lui. C’est pour cela que Gimli et Legolas racontant à Pippin et Merry le Chemin des Morts9, mais aussi Eowyn10 lors des adieux à Dunharrow disent l’extraordinaire charisme de cet homme capable de les entraîner, sans un mot ni une explication (« Come with me who will ! » lance-t-il orgueilleusement p. 765), à travers les entrailles de la terre jusqu’au séjour des morts errants.

  • 11 Ainsi dans la Chanson de Roland Charlemagne a-t-il plus de deux cents ans (laisse XL et XLI) et Ar (...)

11Outre sa prestance physique, il est un second facteur qui différencie Aragorn des autres hommes. Comme les rois médiévaux qui, immarcescibles, atteignaient des âges fort avancés11, Aragorn entretient avec le temps un rapport particulier. Son appartenance à la race numenoréenne lui vaut une longévité trois fois supérieure à celle de l’humanité moyenne (il meurt âgé de deux cent dix ans), mais il apparaît que la royauté n’est pas complètement étrangère à ce phénomène. Son premier portrait qui est fait du personnage, assis dans la salle commune de Prosper Poidebeurré, signale « dark hair flecked with grey » (p. 153). Or ces éclats de blanc vont disparaître de sa chevelure au cours des transfigurations à venir et c’est un roi aux cheveux d’ébène que Frodo et Sam verront assis sur son trône (p. 932). La royauté régénère l’homme qui l’exerce légitimement et le garde à l’abri des griffes du temps. C’est pourquoi, une fois mort :

then a great beauty was revealed in him, so that all who after came there looked on him in wonder ; for they saw that the grace of his youth, and the valour of his manhood, and the wisdom and majesty of his age were blended together. (p. 1038.)

12Comme un homme, Aragorn a grandi, mûri puis vieilli. Mais chez lui, la vieillesse n’est pas venue comme un signe de déclin. Tout s’est ajouté au contraire en lui, les qualités de chaque âge, contribuant à sa force et à son rayonnement.

13Le personnage royal que construit Tolkien a des affinités certaines avec les rois augustiniens de la littérature médiévale. Sa prestance physique qui le signale aux yeux de tous, quasi immédiatement, au sens étymologique du terme, comme un être d’exception ou encore son rapport au temps qui l’isole de la communauté dont il est le responsable sont les signes obvies de cette charge.

14Toutefois il n’y a pas que dans l’être du personnage qu’Aragorn entretient avec Arthur ou Charlemagne des rapports étroits. L’exercice de son commandement, conçu comme un sacerdoce, a quelque chose de familier pour le lecteur des chansons de geste ou des romans anciens. Ainsi, à l’instar de ses prédécesseurs, il est chef de guerre, chef politique et, mutadis mutandis, chef religieux.

  • 12 Sa vaillance ne sera jamais remise en cause, mais il ne s’agit pas de témérité : il se désespère d (...)
  • 13 Dans la Moria contre les Orques et le Balrog, à Parth Galen quand Boromir trouve la mort, sur les (...)
  • 14 Théoden de Rohan est pourtant le roi de cette Marche, mais on ne le voit jamais, à Fort le Cor, pa (...)

15Parce que Tolkien a voulu que l’avènement du roi Elessar marquât le début d’une ère de paix et de prospérité, les exploits guerriers de son héros devaient forcément prendre place avant son couronnement. Il n’est pas un roi guerrier mais il est devenu roi parce qu’il maîtrisait l’art de la guerre, dans la plus grande qu’ait connu le Troisième Age, celle de l’Anneau. Dès sa première apparition, il est présenté comme un combattant, et pas n’importe lequel : Aragorn est un soldat accompli, un chef de guerre et un stratège. Il est le seul, face à quatre Hobbits dépassés par les événements et un aubergiste affolé, à organiser la survie lors de l’attaque du Poney Fringuant par les Cavaliers Noirs. Il y prend les choses en main, interdisant à Frodo et ses amis de gagner leurs chambres, barricadant la pièce où ils se tiennent et, installé dans le fauteuil adossé à la porte pour en empêcher l’ouverture, il veille toute la nuit sur le sommeil de ses compagnons. Le lendemain, c’est encore sous son impulsion que les Hobbits quittent Bree. Cette première scène (p. 169-174) donne le ton et permet de classer le vagabond poussiéreux parmi les hommes de sang-froid, affrontant le danger sans sourciller12. Le roman va par la suite offrir à Aragorn maintes occasions de s’illustrer par les armes13. Mais c’est la bataille du Gouffre de Helm qui est la plus intéressante, car tous les aspects d’Aragorn le guerrier y sont rassemblés. Il s’y montre un combattant intrépide, osant une sortie avec Eomer pour défendre la porte de la première fortification (p. 521) ou restant le dernier à défendre la porte de derrière de Fort le Cor, alors même que sa fatigue est telle qu’elle le fait trébucher (p. 525). Il est capable, dans la tourmente, de ranimer le courage de ses hommes, rappelant à bon escient la légende qui veut que jamais la forteresse ne se soit rendue du moment qu’elle était gardée par des hommes (p. 525 et 527). Mais surtout il apparaît, bien plus que Théoden14, comme le pivot autour duquel s’articule la métaphysique de la bataille. Ainsi, dans cette nuit noire, la lame de son épée Anduril, la Flamme de l’Ouest, brille-t-elle d’un feu qui épouvante les assaillants et les contraint à abandonner la porte qu’ils avaient pourtant presque conquise (p. 521-522). L’arme flamboyante a capté les forces solaires qu’elle restitue en plein cœur de la nuit dans une bataille menée par les forces de l’ombre. Elle seule semble à même de contenir leur avancée :

[…] three times Anduril flamed in a desperate charge that drove the enemy from the wall. (p. 523.)

16Seul parmi tous les combattants, Aragorn a perçu nettement que la bataille dépassait le cadre de la prise du Gouffre de Helm et que cet affrontement opposait les forces de la lumière et celle des ténèbres. Il est le seul à attendre l’aube avec impatience, pressentant que le jour nouveau serait porteur d’espoir pour les hommes. C’est effectivement à l’aurore que les renforts menés par Gandalf et Erkenbrand arrivent, signant la déroute des Orques de Saruman. Alors on assiste à une véritable épiphanie royale, mais Aragorn n’étant pas encore roi, c’est Théoden, sans avoir cependant participé aux combats, qui incarne le soleil triomphant. Toutefois Aragorn est là, à sa droite, porteur lui aussi, lui surtout, de cette victoire sur la nuit :

And with that shout the king came. His horse was white as snow, golden was his shield, and his spear was long. At his right hand was Aragorn, Elendil’s heir, behind him rode the lords of the House of Eorl the Young. Light sprang in the sky. Night departed. (p. 28.)

  • 15 Voir p. 383 : ils sont casqués d’un heaume et tiennent une hache de la main droite.

17Les faits de guerre vont s’effacer de la matière romanesque avec l’avènement d’Aragorn. Pourtant des indices discrets subsistent, rappels dans ces temps de paix qui sont à l’horizon de la diégèse, de l’inévitable dimension guerrière du roi : les orgueilleuses statues d’Argonath veillant sur les frontières du royaume représentent pour des siècles et des siècles des rois en armure15 et dans la salle du trône de Minas Tirith, le siège royal est surmonté d’un « canopy of marble shaped like a crowned helm » (p. 738) qui rappelle la couronne royale (p. 1019-1020, note 3).

18Sur la fin du roman, le chef de guerre laisse donc la place au chef politique. Recouvrant un trône perdu depuis longtemps, Aragorn a devant lui l’immense tâche de la réorganisation d’un royaume mal mené par des années de guerre et les dissensions internes. Cela est possible tout d’abord grâce à l’enthousiasme soulevé par son retour. Denethor mort, en effet, ni le peuple, ni les grands ne murmurent contre ce chef surgi des chemins du Nord. À ce titre, l’adhésion d’Imrahil, le prince de Dol Amroth, est exemplaire : en plein conseil, il reconnaît Aragorn pour son suzerain, faisant de lui, à l’instar des rois médiévaux, le seigneur des seigneurs avant d’être le souverain (p. 862-863). C’est d’ailleurs sous cette appellation de seigneur du Gondor qu’Aragorn se fait reconnaître par le pays pendant que l’armée progresse vers la Porte Noire (p. 866) et il faut l’insistance d’Imrahil, dont le rôle de parfait vassal est notable, pour qu’il demande à ses hérauts d’annoncer le roi Elessar (p. 867). Son couronnement, véritable acmé, intervenant à la fin du récit, il n’y a que peu de place accordée aux décisions politiques du nouveau roi. Pourtant à travers les quelques actions décrites, on voit se dessiner deux grandes orientations : l’organisation du royaume et l’exercice de la justice.

19C’est à la fois sur le plan politique et matériel qu’Aragorn entend faire porter les actions de son gouvernement. Ainsi sa première tâche est de régler la situation, ô combien délicate, de Faramir, Intendant du royaume, descendant d’une dynastie qui depuis des siècles, au nom d’un roi absent, gouverne effectivement le Gondor. Il faut lui enlever ce pouvoir sans se l’aliéner. Aragorn attendra donc que Faramir lui ouvre symboliquement les portes de la ville pour y entrer, comme il attendra que l’Intendant pose au peuple la question de sa reconnaissance comme roi (p. 946). Mais cela n’est pas suffisant et c’est par le don du prestigieux principat de l’Ithilien et l’accord donné à son union avec Eowym de Rohan qu’Aragorn récompense son vassal (p. 948). Doter un vassal d’un fief et bénir son mariage, voilà qui pose Aragorn en parfait suzerain. Ce faisant il renforce le sommet de la pyramide féodale sans laquelle il ne peut régner.

20Par ailleurs, en rentrant chez eux, les Hobbits auront l’occasion d’apprécier un autre aspect, concret celui-là, de l’action d’Aragorn roi. Les chemins, si difficiles et dangereux naguère, seront désormais plus sûrs et praticables (p. 966). Gandalf associe cette liberté de circulation à un renouveau économique, une prospérité retrouvée :

And there is a king again, Barliman. He will soon be turning his mind this way. Then the Greenway will be opened again, and his messengers will come north, and there will be comings and goings, and the evil things will be driven out of the wastelands. Indeed the waste in time will be waste no longer, and there will be people and field where once there was wildernesse. (p. 971.)

21Le futur est d’ailleurs inutile : le voyage du retour des Hobbits, rapide, facile, sans rien qui vaille d’être mentionné, parle de lui-même, surtout si on le compare au périple que fut l’aller.

22Le second domaine dans lequel on voit Aragorn agir en tant que roi est l’exercice de la justice. Il lui faut liquider les séquelles de la guerre de l’Anneau, pardonner aux uns de s’être alliés avec Sauron, libérer les autres de l’esclavage, récompenser les meilleurs (p. 947). Mais un cas surtout se pose à lui, celui de Beregond : l’officier, de garde, avait bravé les ordres de Denethor, alors Intendant, et abandonné son poste. À cela il avait ajouté une seconde faute, elle aussi passible de la peine de mort, il avait fait couler le sang dans les Lieux Consacrés (p. 832-834 et 947). C’est pour cela qu’il comparaît devant le souverain justicier. Mais comme ces actions ont été accomplies dans le but de sauver Faramir inconscient que son père voulait brûler, Beregond est acquitté et mis au service du nouveau prince de l’Ithilien (p. 948). La scène n’est pas à lire comme une parodie de justice (accuser quelqu’un de fautes graves pour finalement par une pirouette l’acquitter). Elle témoigne, au contraire, du souci d’ordre (l’ordo augustinien) qui anime Aragorn : même la plus petite faute (et celles de l’officier de la garde ne semblent pas bien lourdes au regard de ce qui s’est joué sur les champs de bataille) doit être sanctionnée. En l’occurrence Beregond est jugé pour n’avoir pas su rester à sa place. Il a troublé l’ordre de la cité. Mais il est récompensé pour avoir sauvé Faramir de la folie de son père, empêchant un crime qui aurait plongé le Gondor dans le chaos total en laissant le pouvoir vacant en pleine guerre. Désormais, tout, même l’insignifiant, est sous le regard vigilant du roi et le jugement des fautes passées, comme de celles à venir est entre ses mains.

  • 16 Quant à la religiosité diffuse du roman, voir Ferré V., op. cit., p. 260-262.
  • 17 Sur les rapports entre les théories duméziliennes et l’univers de Tolkien, on peut se reporter à A(...)
  • 18 Il signale lui-même que les vivants n’ont plus emprunté cette route depuis des temps immémoriaux ( (...)

23Enfin un roi médiéval est aussi un chef religieux, maillon entre la communauté des hommes et le Ciel auquel il doit sa charge. Il est alors impossible de voir en Aragorn un tel personnage : le ciel de Tolkien n’est pas peuplé comme l’était celui du Moyen Âge16 et dans le monde à la religiosité diffuse du roman, Aragorn n’est le représentant sur terre d’aucun dieu dont il servirait par ailleurs le culte. Pourtant, en restant prudent, on peut déceler des indices d’une relation particulière qu’il entretient avec ce que faute de mieux j’appellerai un autre monde et surtout, à bien des égards, il appartient à la première fonction dumézilienne, la fonction sacrée17. Ainsi il est le seul personnage à pouvoir user du Chemin des Morts18. Il est capable de franchir la Porte Ténébreuse et de dompter, le temps d’accomplir un serment, le peuple des Ombres. Les Elfes, Elrond et Arwen, l’invitent à emprunter cette voie périlleuse, certains dans leur sagesse du monde, que l’aventure lui est destinée (p. 758). Non seulement les Ombres lui ouvrent le passage, mais encore elles se rallient à lui, acceptant à la Pierre d’Erech, de combattre à ses côtés pour être relevés de leur serment d’allégeance. Un signe dit l’affinité profonde d’Aragorn avec ces êtres de l’au-delà. Dès que le pacte est conclu, dans le ravin des Morts, il donne l’ordre de déployer l’étendard royal qu’Arwen a tissé pour lui :

[…] and behold ! it was black, and if there was any device upon it, it was hidden in the darkness. (p. 772.)

24La concomitance du serment des morts et de la révélation aux yeux du monde de la bannière du roi montre combien cette étape est cruciale pour la royauté d’Aragorn. Mais ce qui est important, c’est que le drapeau est tout enténébré, comme s’il était en accord avec le lieu et la compagnie au milieu desquels il a été déployé. Il symbolise l’union d’Aragorn avec ces forces de l’au-delà. Toutefois quand ils arriveront sur les champs de Pelennor pour la bataille, la bannière sera différente :

There flowered a White Tree, and that was for Gondor ; but Seven Stars were about it, and a high crown above it, the signs of Elendil that no lord had borne for years beyond count. And the Stars flamed in the sunlight, for they wrought of gems by Arwen daughter of Elrond ; and the crown was bright in the morning, for it was wrought of mithril and gold. (p. 829.)

25La bannière noire est devenue, comme Anduril, captatrice de lumière, étincelante d’or et de gemmes. Aragorn est sorti du ravin ténébreux pour s’exposer en plein jour. Les métamorphoses de son étendard disent le lien puissant et magique qui l’unit au cosmos, sombre dans la nuit, éclatant au soleil du matin.

  • 19 Sur ce sujet, on se reportera à Labbé A., L’architecture des palais et des jardins dans les chanso (...)

26C’est ce même lien qui le rattache en tant que roi à l’Arbre Blanc de Minas Tirith. Pour le Moyen Âge, l’arbre est souvent associé à la royauté : comme elle, il est passerelle entre la terre dans laquelle il plonge ses racines et le ciel qu’il embrasse de sa ramure19. Celui qui incarne la royauté du Gondor fut planté par le fondateur du royaume, Isildur lui-même, à partir d’une graine de « Nimloth the fair ; and that was a seedling of Galathilion, and that a fruit of Telperion of many names, Eldest of Trees. » (p. 950.) Il dépérit et meurt sous le règne de Telemnar lorsque, la peste s’abattant sur le Gondor, on relâche la vigilance aux frontières, exposant le royaume aux ténèbres grandissantes de Sauron (p. 1023-1024). Depuis c’est un arbre mort qui se dresse dans la capitale du royaume (p. 736). Or le couronnement d’Aragorn ne signe pas sa régénérescence et cela l’inquiète, car le lien qu’il devrait avoir avec la nature n’est pas complètement rétabli. Il s’en ouvre à Gandalf lors d’un tête-à-tête, mettant sur le même plan la vie de l’arbre et celle de sa descendance : pour être vraiment et pleinement roi, il lui faut redonner vie à l’arbre. Son inquiétude est vaine, car ce qu’il n’a pas su voir, c’est que le renouveau de la nature a déjà commencé. Quand Gandalf l’invite à embrasser du regard ses terres, c’est à un jardin (« garden » p. 949) que ressemble la Vallée de l’Anduin. Dans le même mouvement le magicien lui dévoile

[…] a stony slope behind him running down from the skirts of the snow ; and as he looked he was aware that alone there in the waste a growung thing stood. […] Then Aragorn cried : « Yé ! Utivienyes ! I have found it ! Lo ! here is a scion of the Eldest of Trees ! » (p. 1035-1036.)

27L’Arbre Blanc revit, la terre gaste a retrouvé son roi, de retour pour de bon, elle est à nouveau fertile. Cet événement s’accompagne immédiatement de l’arrivée de la future reine, apportant avec elle la promesse de la fécondité de la lignée : Arwen et les siens entrent dans Minas Tirith au solstice d’été (p. 951). L’union d’Aragorn, héros solaire à bien des égards, avec Arwen Étoile du Soir de son peuple scelle les noces mystiques du Soleil et de la Lune, du jour et de la nuit. Leur couple symbolise la bonne harmonie du cosmos dont ils sont les garants magiques.

28D’autres indices, comme le pouvoir de guérison, lointain héritage des rois thaumaturges de l’Histoire, la prescience ou encore sa faculté de maîtriser la pierre magique qu’est le Palantir, viennent jalonner l’histoire d’Aragorn pour signaler ses affinités électives avec l’autre monde. Leur étude détaillée excéderait de beaucoup le cadre de cette étude. Disons seulement combien ces motifs sont liés avec la marche vers le trône du personnage. La pierre d’Orthanc est le médium grâce auquel Aragorn se révèle devant Sauron comme héritier légitime d’Elendil, ce qui le conduit à déclencher la bataille du Gondor au terme de laquelle Aragorn est reconnu par les seigneurs. Puis, conséquence directe des combats, il fera usage de son pouvoir de guérisseur, le plus anonymement possible pour ne pas froisser l’intendant en place. Mais il ne peut empêcher les rumeurs de courir, le retour du roi est ainsi préparé dans les esprits et surtout il ramène Faramir à la vie, s’assurant alors une sereine passation des pouvoirs.

29Pour finir, Aragorn ne descend pas en ligne directe de Charlemagne ou d’Arthur. Pourtant la parenté est évidente. Dans l’univers de Tolkien qui plonge nombre de ses racines dans un Moyen Âge tantôt réel, tantôt fantasmé, la figure du roi est construite pour beaucoup avec ces matériaux qui ont servi pour les grands souverains imaginaires de la période romane. L’être d’exception qu’est Aragorn, plus grand que l’humanité moyenne, à la fois chef de guerre, chef politique et chef religieux, moyennant les réserves émises, sort d’un moule quasi augustinien, renvoyant ainsi le personnage dans un passé révolu, le coupant irrémédiablement de l’époque contemporaine de l’auteur et contribuant par là même à la construction de l’atmosphère « médiévalisante » du roman.

30C’est peut-être là qu’il faut chercher une explication au problème posé par le héros dans le Seigneur des Anneaux. Certes Aragorn a tout pour en faire un parfait. Dès lors pourquoi rejeter sur un petit et ordinaire Frodo la lourde responsabilité de l’Anneau ? Mais si l’on admet qu’Aragorn est bien un roi à la mode médiévale, alors la question tombe d’elle-même : le roi n’est jamais le héros. Il fait partie de ces personnages-cadre, indispensables à la diégèse à condition de ne pas y apparaître, sauf exception, au premier plan. Mais ce sont Roland, Guillaume, Lancelot ou Perceval qui sont célébrés, comme Frodo. Le roi, lui, assure la stabilité du monde dans lequel brille le héros. Il est un axe autour duquel le cosmos s’organise. C’est pourquoi, à la fin du roman, les quatre points cardinaux se fondent en Aragorn, Rôdeur venu du Nord, vainqueur de l’Est et du Sud, et roi de l’Ouest.

Notes

1 On trouve cette expression désignant Aragorn p. 960 de notre édition de référence de The Lord of the Rings, Londres, Harper Collins Publishers, 1995.

2 « Well, I have rather a rascally look, have I not ? » demande-t-il à Frodo à l’Auberge du Poney Fringant lors de leur première rencontre (p. 161). Ailleurs, c’est le portrait d’un homme fatigué, inquiétant car se dissimulant dans l’obscurité, aux vêtements salis de la poussière des routes qui est brossé (p. 153). Flieger V., dans « Frodo et Aragorn : le concept du héros », Tolkien, trente ans après (1973-2003), sous la direction de Ferré V., Paris, Christian Bourgois éditeur, 2004, p. 256, le rapproche de ces cow-boys de la conquête de l’Ouest américain, silencieux et revenus de tout, tels que les westerns les présentent.

3 « With that they parted, and it was then the time of sunset ; and when after a while they turned and looked back, they saw the King of the West sitting upon his horse with his kights about him ; and the falling Sun shone upon them and made all their harness to gleam like red gold, and the white mantle of Aragorn was turned to a flame. » (p. 960)

4 Pour une approche plus globale du personnage, on se reportera, outre l’article de V. Flieger susmentionné, à Ferré V., Sur les rivages de la terre du milieu, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2001, p. 21-23 et Kocher P. H., Le royaume de la terre du milieu. Les clés de l’œuvre de J. R. R. Tolkien, Paris, Retz, p. 151-183.

5 Pour une vision plus large des rapports qu’entretient le Seigneur des Anneaux avec la littérature du Moyen Âge, on lira Ferré V., « Tolkien et le Moyen Âge », La Trace médiévale et les écrivains d’aujourd’hui, sous la direction de Gally M., Paris, PUF, 2000, p. 212-142.

6 Voir sur le sujet Boutet D., Charlemagne et Arthur ou le roi imaginaire, Paris, Champion, 1992.

7 Boutet D. et Strubel A., Littérature, politique et société au Moyen Âge, Paris, PUF, 1979, en particulier les pages 27-33.

8 Éd. C. Segre, Genève, Droz, 2003.

9 « For upon that road I was put to shame : Gimli Gloins son, who had deemed himself more tough than Men, and hardier under earth than any Elf. But neither did I prove ; and I was held to the road only by the will of Aragorn. » (p. 856)

10 À Aragorn qui vient de lui dire qu’elle n’a rien à faire dans le Sud, Eowyn répond : « Neither have those others who go with thee. They go only because they would not be parted from thee-because they love thee. » (p. 767)

11 Ainsi dans la Chanson de Roland Charlemagne a-t-il plus de deux cents ans (laisse XL et XLI) et Arthur, à quatre-vingt-douze ans (La Mort le Roi Artu, éd. Frappier J., Genève-Paris, Droz-Minard, p. 204), est encore suffisamment vaillant pour prendre la tête de son armée contre Lancelot d’abord, puis contre les envahisseurs romains.

12 Sa vaillance ne sera jamais remise en cause, mais il ne s’agit pas de témérité : il se désespère de devoir fuir devant les armées de Saruman au Gouffre de Helm quand il leur faut gagner Fort le Cor de toute urgence (p. 518) ; Frodon affirme que dans la Moria, seule la responsabilité qu’il avait de la Compagnie après la disparition de Gandalf l’a retenu de s’élancer dans une lutte perdue d’avance contre le Balrog (p. 662).

13 Dans la Moria contre les Orques et le Balrog, à Parth Galen quand Boromir trouve la mort, sur les champs de Pelennor, en Mordor.

14 Théoden de Rohan est pourtant le roi de cette Marche, mais on ne le voit jamais, à Fort le Cor, participer aux combats.

15 Voir p. 383 : ils sont casqués d’un heaume et tiennent une hache de la main droite.

16 Quant à la religiosité diffuse du roman, voir Ferré V., op. cit., p. 260-262.

17 Sur les rapports entre les théories duméziliennes et l’univers de Tolkien, on peut se reporter à Alibert L., « L’influence indo-européenne en Arda et ses limites », Tolkien, trente ans après (19732003), op. cit., p. 117-136.

18 Il signale lui-même que les vivants n’ont plus emprunté cette route depuis des temps immémoriaux (p. 764) et Eowyn lui rappelle que les défunts ne laissent passer personne sous peine de mort (p. 766).

19 Sur ce sujet, on se reportera à Labbé A., L’architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le thème du roi en majesté, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540