Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

Clotilde de Surville, cette inconnue

Denis Hüe

Texte intégral

  • 2 Ce personnage, membre de l’Institut, est indiscutablement une figure marquante de la vie culturell (...)

1C’est dans ces termes que Charles Vanderbourg2 présente, dans sa deuxième édition, l’auteur dont il fait découvrir à un public étonné les œuvres admirables, Clotilde de Surville. Ce nom est peu connu de nos jours, et aucun dictionnaire de littérature médiévale n’en garde la trace, alors qu’il figure encore, dans le catalogue de certaines de nos bibliothèques de province, au nombre des auteurs médiévaux. C’est à Cherbourg que, consultant dans le catalogue imprimé au début du xxe siècle les auteurs médiévaux de cette belle bibliothèque, je suis tombé sur ce nom, qui a suscité l’enquête que je livre ici. Quelque temps plus tard, les Supercheries littéraires dévoilées de Quérard éclaircissaient mon trouble et d’une certaine façon me réconfortaient. Il n’empêche ; que la poésie de Clotilde soit le fruit d’une invention littéraire n’ôte rien de sa valeur, et soulève des questions qui relèvent plus de la poétique que de la poésie ; en d’autres termes, ce n’est pas tant l’objet – en soi respectable – que son installation qui relève de l’art, et qui a tous les aspects de l’évidence et de l’artifice, du quotidien dénaturé, du fugitif que l’on retrouve dans les réalisations actuelles. C’est cette installation que l’on va retracer rapidement à la suite de quelques critiques : les faits, l’histoire, pour ensuite s’interroger sur la dimension propre d’une telle opération, et surtout, sur le rôle que le Moyen Âge peut y jouer.

L’histoire

2Tout commence évidemment par un récit de découverte retracé par l’éditeur dans une longue préface ; Charles Vanderbourg n’a rien des préfaciers anonymes des journaux ou des romans épistolaires que l’on « retrouve » si souvent à l’époque. C’est une figure reconnue, un savant membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, éditeur et traducteur d’Horace, mais aussi introducteur en France du Laocoon de Lessing. C’est lui qui rapporte le récit de la première découverte de Clotilde par son inventeur, figure malheureuse et insoupçonnable :

  • 3 Op.cit., p. viij.

Le dernier propriétaire des poésies que nous publions, Joseph-Étienne de Surville, étoit né en 1755 : il entra au service à l’âge de seize ans ; il fit la guerre de Corse et celle d’Amérique. Il étoit capitaine au premier régiment d’infanterie, ci-devant Picardie, et Colonel-Général, lorsqu’il émigra. Il rentra en France en 1795 : il émigra de nouveau, revint encore ; arrêté et reconnu en 1798, on le fusilla au Puy-en-Velay le 27 vendémiaire an vii. Il s’étoit marié en 1785 ; mais il n’avoit eu de ce mariage qu’une fille, morte en 17913.

  • 4 p. ix.

3L’éditeur souligne un peu plus bas combien malgré cette vie agitée « ni les guerres, ni les voyages, ni les malheurs de la révolution, ne purent étouffer le goût des belles lettres et de la poésie4 ». Mieux, cette figure d’un destin malmené par le sort semble promise à un bel avenir littéraire, malgré les bizarreries de ses idées : « Ses amis parlent d’un Voyage en Amérique dont il étoit l’auteur, et qu’il avoit parsemé de descriptions très poétiques ; une entre autres de la chute de Niagara. » On voit à quelle figure s’apparente soudain Joseph de Surville, version malheureuse du nobliau émigré, qu’une exécution obscure a empêché d’être, comme certain autre, l’homme à la coupée du siècle. De ce destin malheureux, retenons toutefois que la passion de la poésie comporte « moins de talent que de zèle » ; le romantisme de cette figure se manifeste dans son caractère original, dans sa sensibilité, mais Vanderbourg souligne qu’il n’était pas un bon poète. L’économie du récit de découverte est ainsi mise en place : le descendant généreux pourra se mettre au service de son ancêtre, dont il sait reconnaître le talent :

  • 5 p. xj.

Ce fut en 1782, et quatre ans avant son mariage, que M. de Surville découvrit les précieux manuscrits de son aïeule. Il ne les dut qu’au hasard : aidé d’un féodiste, il fouillait dans les archives de sa famille pour trouver des papiers tout-à-fait étrangers à la littérature ; les poésies de Clotilde tombèrent sous sa main. Il n’étoit point encore familier avec les anciennes écritures, et ce ne fut que sous la dictée du féodiste qu’il put transcrire, dans ces premiers moments, les stances de Rosalyre […] et un rondeau contre Alain Chartier. Il en fit la lecture à son frère (de qui nous tenons ces détails) mais qui, beaucoup plus jeune et moins avancé que lui, attacha très peu de prix à cette découverte5.

4La piété filiale est ainsi mise en valeur, le sens artistique de l’inventeur de cette poésie, et en même temps, le témoignage de cette première trouvaille cautionne l’authenticité de la poésie. Il n’est jusqu’à la localisation, près de Viviers, dans le Vivarais, qui ne donne à ce récit de découverte une forme de vraisemblance ; petite ville bien assoupie – et elle l’était déjà bien avant le xviiie siècle – Viviers vit sur la gloire de sa splendeur passée, elle qui a été un siège épiscopal dont témoigne une cathédrale aujourd’hui bien délabrée. Mais la Révolution rattrape le jeune homme, et son émigration dure bien plus qu’il ne s’y attendait :

  • 6 p. xiij.

Tandis que M. de Surville, retiré dans un village à deux lieues de Liége, rendoit à son aïeule le seul hommage qui fût en son pouvoir, et rassembloit ses pieces fugitives dans un manuscrit qu’on peut regarder comme un chef-d’œuvre d’élégance et de correction, le génie révolutionnaire détruisoit en France tout ce que le temps avoit épargné des productions de cette femme extraordinaire6.

  • 7 p. xv.
  • 8 Ibid.

5Les pièces officielles de la famille sont brûlées dans la tourmente révolutionnaire, et avec elles les manuscrits originaux de Clotilde ; il ne nous reste plus, donc, de cette poétesse exceptionnelle, que les fragments recopiés par son descendant. Quelques-uns paraissent en 1797, « dans le journal littéraire que rédigeoit madame de Polier. Cette publication fit beaucoup de bruit en Suisse ; plusieurs critiques attaquèrent dès lors l’authenticité des sources ou l’éditeur prétendoit puiser : M. de Mestre, écrivain très connu, s’adressa même à madame de Polier, afin d’entrer par son entremise en correspondance avec M. de Surville7 ». Hélas, la guerre éclate, et l’entrevue projetée n’a pas lieu ; davantage, Joseph de Surville, revenu en France, est reconnu et arrêté : au moment d’être fusillé, il écrit à son épouse une lettre dans laquelle il lui recommande le manuscrit des poésies de son aïeule8.

6À ce premier récit étiologique s’en ajoute un autre, qui est celui de la recherche, par l’éditeur, du manuscrit des œuvres admirables qu’il avait brièvement eu l’occasion de tenir entre ses mains, en 1791, et dont il avait fait une copie partielle. Au retour des Amériques et des îles où il a passé une partie de la Révolution, Vanderbourg apprend le décès de J. de Surville, contacte la veuve, et l’invite à rechercher le manuscrit de son mari. Elle le retrouve, et l’envoie à l’éminent critique, qui en publie une partie, tirant du reliquat quelques indications et fragments sur l’histoire poétique du Moyen Âge.

  • 9 p. lxxxiij. L’histoire de Grisélidis est comme on le sait issue de la dernière nouvelle du Décamér (...)

7C’est qu’à ce double récit étiologique de la découverte d’une poétesse et de ses manuscrits s’ajoute une nouvelle strate, qui détaillera son archéologie et sa formation. Clotilde de Surville n’est rien sans une biographie tout d’abord, et de plus sans une histoire de la poésie médiévale qui la présente comme l’aboutissement logique de toute une filiation littéraire. De façon révélatrice, la biographie attendue est différée pendant de nombreuses pages, et c’est après nous avoir parlé des premières femmes troubadours, les trobaritz qu’il nomme troubadouresses, au nom desquelles il nous présente la fameuse Barbe de Verrue, à qui on peut attribuer les fabliaux de Griselidis et d’Aucassin et Nicolette9, et les trois charmantes jeunes filles qu’elle a formées ; parmi elles, N. de Rose forme à son tour deux poétesses, Blanche de Courtenay et Claire de Parthenay ; Amélie de Montendre leur succède, Lyonnaise, qui formera la jeune Justine de Lévis, née à Crémone, et qui eut avec Pétrarque une correspondance poétique. Nous voici enfin à Clotilde, dont la biographie s’ouvre comme suit :

  • 10 p. xxxvj.

Marguerite-Éléonore-Clotilde de Vallon Chalys, depuis Madame de Surville, naquit dans une forêt voisine de Vallon, châteaux délicieux sur la rive gauche de l’Ardèche, dans le bas-Vivarais, vers l’an 1405. Elle dut le jour à Louis-Alphonse-Ferdinand de Vallon, et à la belle Pulchérie de Fay-Collan, son épouse. Ferdinand nous est représenté comme un des preux chevaliers de son temps, mais sans aucun mérite particulier qui le distingue. Il n’en est pas ainsi de Pulchérie : née à Paris, elle y passa neuf ou dix années de son enfance et de sa première jeunesse : le goût des lettres, que durent lui inspirer de bonne heure Louis de Puytendre et Justine de Levis, dont elle étoit la petit fille, fut cultivé chez elles par le célèbre Froissard. Pulchérie ne suivit point, il est vrai, la carrière de la poésie, où son aïeule avoit brillé, mais elle prépara par ses travaux littéraires les succès plus brillants encore que sa fille devoit obtenir10.

  • 11 p. xxxviij.
  • 12 p. xl

8Dès l’enfance, Clotilde traduit en vers une ode de Pétrarque qui arrache à Christine de Pizan, mourante, ces paroles hautement vraisemblables : « Cette muse naissante effacera son modèle ; je lui remets tous mes droits au sceptre de cet Hélicon11. » Au milieu des désordres qu’entraîne la démence de Charles VI, se crée dans le Vivarais une sorte d’Académie de beaux esprits, qui va normer non seulement l’esthétique, mais aussi la langue poétique : « D’Effiat et Beaupuy, nées dans la capitale, et par conséquent habituées à parler un français plus châtié […] instruisirent leurs amies de l’empire de l’usage des locutions, et la mirent en état de juger sainement les écrivains de cette époque bâtarde12… » Une héroïde, composée par la jeune femme en 1421, peu après son mariage, arrive à la connaissance de la cour de Charles VII : Alain Chartier la condamne dans la préface de sa Fleur de belle rhétorique, disant que Clotilde n’aura jamais l’air de la cour. Elle réplique dans un rondeau assez vif :

  • 13 p. 97.

L’air de la cour, vouz le diray-je, enteste,
Chier Maistre Alain ; c’est un dogme receu
Depuis le jour que vouz cuydez poeste,
En cheveux griz, et qu’on s’est apperceu
Que d’Helicon projectiez la conqueste13

9N’attendant rien de la cour où Alain Chartier est tout puissant, la jeune femme travaille en secret à son œuvre majeure, la Phelypéide, et compose comme en se délassant le roman héroïque et pastoral du Châtel-d’amour, dont nous conservons des fragments. Son mari meurt à la guerre, au siège d’Orléans. Ses amies retournent à leur destin, et la solitude de son veuvage l’amène à reprendre et corriger ses œuvres au fond de sa retraite.

  • 14 p. liij.

10Mais le destin en décide autrement ; en Angleterre, Charles d’Orléans prisonnier initie deux jeunes filles au raffinement de la poésie, jeunes filles qui feront partie de la suite de Marguerite d’Ecosse, et sauront évaluer à sa faible valeur la veine poétique d’Alain Chartier. Celui-ci compose une traduction des Nuits Attiques d’Aulu-Gelle, et attaque Clotilde dans sa préface : mais le rondeau que Clotilde avait composé lors de leur première passe d’armes revient à la surface, grâce à Louise d’Effiat, vicomtesse de Loire, alors à la cour. Grâce aux suivantes de Marguerite d’Ecosse, la voici triomphante, déboutant Alain Chartier de ses prétentions ridicules ; mais malgré les tentatives de ses protectrices, elle refusera de se rendre à leurs invitations flatteuses. « Il paroit, d’après ce que dit M. de Surville, que les intrigues de la cour l’effrayoient, et qu’elle étoit encore importunée du reste d’éclat qu’y conservoit Alain Chartier14 ». C’est donc dans le Vivarais qu’elle restera avec ses amies et ses élèves, se consacrant à sa belle-fille puis à sa petite-fille jusqu’à leur mort, postérieure à la victoire de Charles VIII à Fornoue, en été 1495, pour laquelle elle compose un chant royal : elle avait plus de quatre-vingt-dix ans.

11Une longue carrière, une œuvre abondante même s’il ne nous en reste que des fragments, œuvre qui s’inscrit en dialogue non seulement avec des auteurs antérieurs, mais aussi en contrepoint de la production de son temps, marquant sa rivalité avec Alain Chartier comme sa parenté d’inspiration avec Charles d’Orléans, voilà ce qui reste de Clotilde. Ce qui nous est conservé est présenté sur plus d’une centaine de pages, comportant rondeaux et ballades, un chant royal, mais aussi des stances, élégies et triolets, fragments d’épîtres. La langue pose quelques difficultés, et des notes en regard éclairent abondamment le texte, notes voulues par Joseph de Surville mais composées pour l’essentiel par Vanderbourg. Celui-ci, sans être médiéviste – qui l’était en France au début du xixe siècle ? – a assez de rigueur philologique pour proposer un commentaire lexical et grammatical fort pertinent. L’édition qu’il propose est publiée chez Henrichs et Renouard, à Paris en 1803, an xi de la République ; le succès est tel qu’une deuxième puis une troisième édition sont faites en 1804.

  • 15 Poésies inédites de Marguerite-Eléonore Clotilde de Vallon et Chalis… Nepveu, Paris, m dccc xxvii, (...)

12C’est la première phase de la résurrection des œuvres de Clotilde ; ses œuvres sont à nouveau publiées en 1824 par Ch. Nepveu, qui en 1827, imprime les Poésies inédites15 : « Ce fut en 1810 que j’annonçai pour la première fois au public, dans un catalogue imprimé, de deuxième recueil des Poésies de Clotilde. J’étois alors, et je suis encore, propriétaire du manuscrit autographe de M. de Surville. » Ces poésies, « qui ne sont point inférieures à celles du premier recueil », vont être éditées, commentées et présentées par deux personnages éminents, le Baron Prudence-Guillaume de Roujoux et Charles Nodier. On connaît assez le second, qui est déjà un auteur reconnu et conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal, on ignore peut-être que le premier, né en 1779 à Landerneau, sous-préfet de Dôle dès 1806 puis préfet du Ter en Catalogne en 1812, était connu pour ses travaux historiques, sur la famille de Polignac et sur l’histoire d’Angleterre, ainsi que par son Essai d’une Histoire des Révolutions arrivées dans les sciences et les Beaux-Arts depuis les Temps Héroïques jusqu’à nos jours. Outre Don Manuel, anecdote espagnole qu’il publie en 1821, on sait aussi de lui qu’il a participé à un dictionnaire Italien-Français, publié en 1826 et plusieurs fois réédité. Il ne s’agit pas, une fois de plus, de personnages secondaires ou médiocres, mais bien d’autorités en matière scientifique et historique.

La critique

13Les nouvelles poésies de Clotilde soulèvent quelques difficultés, en ce qu’elles produisent, à diverses reprises, des pièces dont Vanderbourg disait qu’elles avaient été perdues, ou dont il ne citait que les premiers vers. Mais il n’empêche, c’est encore plus d’une centaine de pages imprimées qui sont mises au jour, dont certaines sont annotées en détail, ainsi qu’une cinquantaine de pages de notices historiques détaillées sur toutes les « femmes poëtes » sur lesquelles la première édition donnait quelques informations. Mieux, nous est proposée, en plus de gravures « dans le genre gothique », une pièce de musique « Triolets du Chastel d’Amour, musique de H. Berton, membre du conservatoire de Musique de France ». Charles Nodier le souligne bien, Clotilde touche un public particulier :

  • 16 Édition de 1827, préface, p. xv.

La réputation de Clotilde est devenue populaire ; mais elle règne surtout dans le cœur des femmes. C’est à elles encore que nous offrons, que nous recommandons ce nouveau recueil. C’est à elles à défendre la gloire du sexe contre toute la science orgueilleuse des hommes. il n’est pas vrai que l’on fasse du sentiment avec de l’esprit, et si l’esprit le plus vif brille dans les poésies de Clotilde, il n’y paroit que comme accessoire du sentiment. Un homme qui eût enfanté des vers aussi touchants se seroit bien gardé de s’en dérober le mérite16.

  • 17 Questions de littérature légale, du plagiat, de la suppositions d’auteur, des supercheries qui ont (...)

14C’est donc l’indiscutable féminité de sa sensibilité qui joue en faveur de l’authenticité de l’œuvre de Clotilde : aucun homme n’en serait capable. La garantie d’authenticité de cette œuvre est d’autant plus grande que son deuxième éditeur est celui-là même qui, une quinzaine d’années auparavant, l’avait mise en doute dans ses Questions de littérature légale17 parues sans nom d’auteur. On l’y voit en effet souligner que la citation de Lucrèce qui ouvre le poème de Clotilde De la Nature et de l’Univers ne pouvait être connue avant la fin du xve siècle :

  • 18 Op. cit., p. 59-51.

L’opinion est maintenant fixée sur le véritable auteur de ces intéressans ouvrages. Je ne crois pas qu’on puisse douter que ce ne soit M. de Surville lui-même ; et il avoit certainement tout le talent qu’il faut pour justifier cet honorable soupçon. J’ai eu l’honneur de me rencontrer avec lui dans deux seules occasions. À la veille du sort funeste qui l’enleva aux lettres, et au milieu des agitations d’une entreprise hasardeuse, la poésie l’occupoit encore ; et quoiqu’il ne dissimulât pas sa propre passion pour les vers, ceux de Clotilde lui inspiroient une prédilection qui l’a occupé jusqu’au dernier moment. Ceux qui connoissent les poëtes ne se tromperont pas à cette circonstance : il seroit inouï qu’un homme de cet art eût oublié l’intérêt de sa gloire pour celui d’une aïeule ignorée, si ces deux intérêts ne s’étoient pas confondus en un seul18.

15On le voit, Nodier joue sur deux tableaux. Il est indiscutablement l’auteur des Questions, et se présente comme ayant pu rencontrer Joseph de Surville. En 1798, Nodier avait 18 ans, et en était à parodier les séances des Jacobins à Besançon ; on l’imagine mal fréquentant les milieux émigrés de Genève. Son refus même d’accorder la moindre existence à Clotilde, qu’il considère comme une supercherie, s’appuie lui-même, pour finir, sur une supercherie, qui est censée balayer les derniers doutes. On comprend mieux dès lors qu’il ait accepté, quinze ans après, de publier des œuvres sur d’authenticité desquelles il n’avait aucune illusion, mais dont la dénonciation avait dû lui procurer, sous couvert de l’anonymat, un plaisir secret ; on peut ajouter à cela que Crapelet, en 1828, soit un an après l’édition des nouvelles poésies de Clotilde, publie les Questions de littérature légale, cette fois-ci sous le nom de Nodier.

16En 1841, Sainte-Beuve reprendra la question avec rigueur. Si d’autres avant lui ont posé la question de l’authenticité de l’œuvre, il sera de ceux qui pulvériseront définitivement toute éventualité d’une composition de l’œuvre au cours du xve siècle. Au contraire, son approche est à intéressante en ce qu’il reconnaît indiscutablement la qualité de l’œuvre et qu’il revendique sa modernité :

  • 19 Sainte-Beuve, « Poètes et romanciers modernes de la France », ch. xlvi, Revue des deux mondes, t. (...)

Si donc Clotilde de Surville, au jugement des philologues connaisseurs, n’est évidemment pas un poète du xve siècle, ce ne peut être qu’un poète de la fin du xviiie siècle, qui a paru au commencement du nôtre. Nous avons affaire en elle, sous son déguisement, à un recueil proche parent d’André Chénier, et nous le revendiquons19.

17Son analyse prouve tout d’abord que Vanderbourg ne peut être l’auteur des poésies de Clotilde : sa traduction en vers d’Horace, « excellente pour les notes et le commentaire », est peu convaincante sur le plan poétique. Il faut en déduire que c’est Joseph de Surville qui en est l’auteur. L’analyse étiologique que propose Sainte-Beuve est pénétrante de limpidité. On sait que le xviiie siècle est, en même temps que le siècle des Lumières, celui où l’érudition commence à s’établir, celui où l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres élargit son domaine, initialement réservé au corpus latin, à des œuvres en langue vernaculaire. Alors que l’on jette un regard rétrospectif sur les Trois siècles de la littérature françoise, comme les nomme Sabatier de Castres, certains érudits explorent au-delà, et découvrent des terræ incognitæ. Certains des pionniers de la médiévistique se trouvent ici, l’abbé De la Rue, Barbazan et Méon, La Curne de Sainte-Palaye, Legrand d’Aussy, mais aussi le marquis de Paulmy, le comte de Tressan, dont les bibliothèques de contes et de romans contribuent à populariser l’image d’un Moyen Âge digne des légendes, où les récits et les amours avaient d’autres rythmes.

18Parallèlement au xviiie siècle des philosophes, apparaît celui des contes et de la nostalgie d’un passé que le romantisme saura bien exploiter :

  • 20 p. 362.

Sautreau de Marsy avait lancé, en 1765, son Almanach des Muses ; plus tard, avec Imbert, il compile les Annales poétiques, par où nos anciens échantillons quelque peu blanchis s’en vont dans toutes les mains. Dans le premier de ces recueils, c’est-à-dire l’Almanach, les rondeaux, triolets et fabliaux à la moderne foisonnent ; le jargon puérilement vieillot gazouille ; les vers pastiches ne manquent pas : c’est l’exact pendant des fausses ruines d’alors dans les jardins20.

  • 21 « Quand La Combe ou Borel se trompent dans leur vocabulaire, Surville les suit. Roquefort, en son (...)

19C’est bien de cette vogue qu’hérite Clotilde, et les vers sont porteurs des faiblesses et des fragilités de l’érudition d’alors, puisque certains mots sont employés dans des sens qu’ils n’avaient pas au Moyen Âge, mais que quelques lexicographes leur avaient attribués21.

20Sainte-Beuve traque les inspirations, les réminiscences, et établit que telle pièce de Clotilde, les Verselets a mon premier né, qui ont été mis en musique par Berton, sont une reprise, plus réussie que l’original, de deux romances de Berquin. Il montre combien certaines allusions ne sont compréhensibles que par rapport à l’émigration des aristocrates. Il affirme enfin, avec quelque vraisemblance, que la publication des poésies inédites, en 1827, est à son tour une supercherie, et que ce n’est plus Joseph de Surville, mais les deux éditeurs qui en sont les responsables :

  • 22 p. 375

Si ingénieux que soit le second volume attribué à Clotilde encore et publié en 1826 par les deux amis, je ne puis consentir à y reconnaître cet ancien manuscrit pur et simple ; j’ai un certain regret que les deux éditeurs, entrant ici avec trop d’esprit et de verve dans le jeu poétique de leur rôle, n’aient plus voulu se donner pour point de départ cette opinion critique de 1811, qu’ils ont, du reste, partout ailleurs soutenue depuis22.

  • 23 Le 26 avril 1911, Jacques de Baroncelli épouse Marguerite de Mont de Banque, fille de Jeanne Cloti (...)

21D’une certaine façon, Sainte-Beuve siffle la fin de la récréation, et renvoie Clotilde au statut de supercherie et d’œuvre poétique du xviiie siècle qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il n’empêche, Clotilde restera suffisamment importante pour que ce prénom soit attaché à la famille de Surville, et il y aura des Clotilde de Surville23 encore entre les deux guerres ; au moins dans la mythologie familiale, le personnage créé possède assez de vie pour devenir une aïeule dont on portera le nom avec fierté. Mieux, Clotilde de Surville aura droit à sa rue, à Aubenas, et dans cette rue un salon de coiffure porte son nom. J’ignore évidemment le détail de l’attribution de ce nom, peut-être ancienne et sincère, peut-être récente et distanciée ; mais je ne suis pas sûr que l’inexistence de Clotilde soit acquise pour tous les habitants d’Aubenas. Quelques pages consacrées à l’œuvre de l’écrivain se retrouvent sur le site Fabula, et contribuent à faire de cet épisode littéraire une sorte de cas exemplaire, souvent repris par les chercheurs. Ainsi, Jean-François Jeandillou signale dans « Artefact(e)s », un article en ligne présent sur le site de Fabula :

En 1873, Henry Vaschalde, Doyen de la Faculté des Lettres de Grenoble, propose d’élever « un monument à la mémoire de Clotilde de Surville, une des plus grandes gloires poétiques de la France24.

22Je renonce pour ma part à chercher à savoir si l’information elle-même est authentique, elle s’inscrit dans une nouvelle perspective, qui n’est peut-être pas celle qu’avaient eu ses fondateurs à l’aube du xixe siècle, et il ne serait pas autrement étonnant que le spécialiste moderne des supercheries littéraires joue lui-même avec ce genre de références.

23Ainsi perdure, quoiqu’en sourdine, une supercherie montée il y a maintenant deux siècles.

Une certaine idée de la littérature

24Il me semble qu’il ne faut pas, en fait, percevoir la composition de cette œuvre comme un simple faux. Joseph de Surville n’a rien de commun avec le Vrain-Lucas qui avait abusé le mathématicien Chasles. Il s’approche davantage des grands « inventeurs » de la poésie, et en est à chercher à la coupée du siècle, un nouveau moyen, un nouveau lieu d’expression. Dans la sensibilité et la sphère de l’intime, dans l’attention portée aux temps lointains, Joseph de Surville s’inscrit indiscutablement dans son temps, et répond à toutes les attentes d’une période. Il a soigneusement travaillé et maîtrise aussi bien qu’on peut le faire alors les textes médiévaux.

25Le Moyen Âge qu’il a ainsi fabriqué a toutes les apparences du vrai, et est aussi fidèle que possible à l’idée qu’on s’en faisait alors ; il n’en demeure pas moins un artefact, qui se situe sur le plan littéraire au-delà du connu, au-delà du bon goût. Tout commence à Malherbe :

  • 25 p. 358.

Dans l’incertitude des origines, le xvie siècle et l’extrémité du xve restèrent longtemps le bout du monde pour la majorité même des littérateurs instruits. On n’avait jamais perdu de vue le xvie ; l’école de Ronsard, il est vrai, s’était complètement éclipsée ; mais, au-delà, on voyait Marot, et on continuait de le lire ; de l’imiter25.

26L’antiquité formelle même de ces vers exprime une sorte de nostalgie, de désir d’un retour aux origines dont Chénier est un autre témoin, et dont Macpherson, Chatterton, Fabre d’Olivet sont tous des exemples. C’est qu’il n’est pas tant question d’une approche historique d’un siècle que l’on connaît mal, mais bien davantage de la projection, sur une période dont au besoin on retrouve des traces, d’enjeux et de questionnements à la fois sociaux et individuels. On sait qu’une partie non seulement du romantisme, mais aussi des nationalismes a trouvé sa source dans ce retour au populaire, dans une réflexion éperdue sur ce qui pouvait faire l’identité d’un groupe ; au moment où l’Europe semble vivre sa première mondialisation, francophone de Gibraltar à l’Oural dans ses élites, le retour à l’identité, à la langue maternelle, aux contes et aux chansons traditionnelles semble un rempart, et mieux, une réponse à la Raison Triomphante – Raison française dont nous avons perdu de vue l’arrogance impérialiste.

27Des poésies de Clotilde, il importe donc de prendre en compte non seulement ce qui, par la féminité de son auteur supposé, relève de la sensibilité, voire d’une sorte de fantasme maternel, mais aussi ce qui autorise l’irrationnel, ce qui se situe en amont de la littérature, et qui constitue une sorte de mythe. Littérature du lointain, des origines, littérature maternelle et féminine, littérature de l’irraison enfin.

  • 26 Pour ces remarques, qui relèvent du lieu commun, cf. van Tieghem P., Le Romantisme dans la littéra (...)

28C’est donc une sorte de légende fondatrice qui fait l’intérêt du travail de Joseph de Surville, l’invention d’une poésie qui serait à la fois belle et originale, et d’essence féminine. Il s’agit, pour le poète émigré, de retrouver, là aussi, la langue maternelle que chercheront tous les romantiques, des frères Grimm à Novalis, de Walter Scott à Glinka26 ; mais il s’agit davantage d’inventer une histoire complète, une famille, une tradition culturelle ; l’œuvre de Clotilde n’est rendue vraisemblable que par son inscription dans toute une histoire littéraire. Elle se situe à l’extrémité d’une chaîne qui, partant d’Héloïse, va se poursuivre presque linéairement. Des noms sont connus de nous, comme Marie de France, d’autres inconnus bien sûr, comme celui de Barbe de Verrue, nom tellement improbable qu’il ne peut être que vrai, et porte en soi un effet de réel : Hippolyte de la Morvonnais ne sera-t-il pas un poète romantique, quelques années plus tard ? L’essentiel est que se profile l’image à jamais incomplète d’un paradis perdu, et l’image d’un passé que l’on pourra recomposer.

29Cette stratification de l’histoire littéraire participe d’une invention comparable, si l’on y songe, à l’univers que proposera un Tolkien, et c’est à cette aune qu’il convient de l’évaluer ; ce que nous propose Joseph de Surville, ce n’est pas qu’une œuvre poétique, c’est tout un monde perdu, et peut-être un mythe étiologique, qui cherche à replacer la poésie dans un temps parfait, temps d’avant la faute, temps de l’innocence. Les plus belles pièces, les plus populaires tout au long du siècle, et auxquelles Sainte-Beuve trouve de réelles qualités, sont justement les pièces intimes, dont les fameux verselets d’une mère à son enfant :

  • 27 Poésies de Clotilde, p. 253

Estend ses brasselets ; s’espand sur lui le somme ;
Se clost son œil ; plus ne bouge… il s’endort…
N’estoit ce tayn floury des couleurs de la pomme,
Ne le diriez dans les bras de la mort ?…
Arreste, cher enfant ! … j’en frémy toute engtiere
Reveille-toy ! chasse ung fatal propoz !…
Mon fils ! … pour ung moment… ah ! revoy la lumiere !
Au prix du tien rends-moy tout mon repoz27 !…

30L’éditeur, Vanderbourg, commente ainsi :

  • 28 Id., p. 252.

Rien de si touchant et de si vrai que ce mouvement ; il nous paroît impossible qu’il ait été dicté par aucune autre inspiration que par celle de l’amour maternel28.

31Ce qui est en jeu ici, c’est donc bien autre chose qu’une œuvre poétique de plus, c’est la fabrication d’une famille d’affinités et de tendresse, au point que dans la supercherie, on ne sait plus la part qu’a pris Vanderbourg et celle de Nodier, qui sont autant des éditeurs et des commentateurs que, peut-être, des poètes complétant l’œuvre manquante : il n’est que de voir les nombreux fragments des poètesses plus anciennes que propose l’édition de 1827. Le Moyen Âge, ici plus qu’ailleurs, fonctionne bien comme une sorte de matrice de l’imaginaire, et l’on voit combien sa dimension féminine est ici plus que jamais mise en valeur. Lieu matriciel, lieu de la nostalgie, il suscite la création par l’absence qu’il délimite.

32C’est une sorte de monde d’avant la conscience qui est fabriqué, de forme en creux qui suscite de la matière et la féconde. Nous ne sommes paradoxalement pas si loin des affirmations d’un Dragonetti dans La Vie de la lettre au Moyen Âge, qui mettait en avant la béance et la troeüre pour souligner combien tout y était en germe. Ici s’écrit, au xviiie siècle, la plus belle poésie médiévale, celle dont on a besoin, exactement comme aujourd’hui s’écrit, sous couvert d’heroic fantasies, le Moyen Âge qui nous est nécessaire.

33Nous ne sommes pas forcément sensibles aujourd’hui à la poésie un peu mièvre de Clotilde ; mais en une époque qui apprécie Julien Torma et Sally Mara, il n’est pas indifférent de reconsidérer son cas non pas seulement comme une œuvre poétique, non pas encore comme une figure exemplaire d’un Moyen Âge matrice à psychanalyser, mais encore comme une sorte d’installation, au sens plastique d’aujourd’hui – et je pense tout à la fois aux photographies de Sophie Calle, signant l’absence, et suscitant d’elle une parole qui indéfiniment échouera à la combler, et aux mobiles actuels, lointains héritiers de Calder, qu’une seule intervention-présence du spectateur met imprévisiblement et irréversiblement en branle. Le Moyen Âge suscité par Clotilde ressemble à s’y méprendre au « rien n’aura eu lieu que le lieu » de Mallarmé.

34Ce qui laisse rêveur, plus que l’œuvre elle-même, c’est l’ensemble d’un dispositif qui, en même temps qu’il se montre et affirme sa fragilité, séduit toute une génération (au moins six éditions, tout de même) par la nécessité qu’il crée, et parvient à instaurer l’imaginaire qui a toutes les garanties de la réalité historique, réalité que ses propres garants contribuent à miner.

  • 29 Extrait du Bulletin de la Société des Sciences naturelles et historiques de l’Ardèche Paris, C. Do (...)

35En 1873, Eugène Villedieu, publie Marguerite de Surville, sa vie, ses œuvres, ses descendants devant la critique moderne. Le volume contient, avec les poèmes, de nombreuses pièces justificatives parmi lesquelles une lettre de Louis XI, et une carte de Vesseaux au xve siècle29. Peu importe qu’elle ait ou non existé, l’essentiel est que le personnage ait suscité l’imaginaire, et que le dispositif mis en place poursuive sa fonction fécondante, suscite à la fois poésie et critique – activités qui ne sont pas si éloignées.

Notes

2 Ce personnage, membre de l’Institut, est indiscutablement une figure marquante de la vie culturelle du premier xixe siècle : cf. Mortier Roland, Un précurseur de Madame de Staël : Charles Vanderbourg, 1765-1827, sa contribution aux échanges intellectuels à l’aube du xixe siècle, Paris, Didier, 1955. Sa bonne foi et sa notoriété constituent la première étape de cette étonnante histoire.

3 Op.cit., p. viij.

4 p. ix.

5 p. xj.

6 p. xiij.

7 p. xv.

8 Ibid.

9 p. lxxxiij. L’histoire de Grisélidis est comme on le sait issue de la dernière nouvelle du Décaméron de Boccace et ne connaît pas d’attestation antérieure. Quant à la chantefable d’Aucassin, elle date du milieu du xiiie siècle. On voit l’étrangeté de telles attributions.

10 p. xxxvj.

11 p. xxxviij.

12 p. xl

13 p. 97.

14 p. liij.

15 Poésies inédites de Marguerite-Eléonore Clotilde de Vallon et Chalis… Nepveu, Paris, m dccc xxvii, établie par MM. de Roujoux et Nodier. Cette édition est disponible sur le site Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

16 Édition de 1827, préface, p. xv.

17 Questions de littérature légale, du plagiat, de la suppositions d’auteur, des supercheries qui ont rapport au livre, Paris, Barba, 1812.

18 Op. cit., p. 59-51.

19 Sainte-Beuve, « Poètes et romanciers modernes de la France », ch. xlvi, Revue des deux mondes, t. xxviii, novembre 1841, p. 353-376 ; p. 354.

20 p. 362.

21 « Quand La Combe ou Borel se trompent dans leur vocabulaire, Surville les suit. Roquefort, en son Glossaire, remarque que le mot voidie, voisdie ne signifie pas vue, mais pénétration, prudence fine, ruse. Surville lit dans Borel que voidie signifie aussi vue, et il l’emploie en ce sens » (p. 367, note).

22 p. 375

23 Le 26 avril 1911, Jacques de Baroncelli épouse Marguerite de Mont de Banque, fille de Jeanne Clotilde de Surville.

24 http://www.fabula.org/effet/interventions/7.php

25 p. 358.

26 Pour ces remarques, qui relèvent du lieu commun, cf. van Tieghem P., Le Romantisme dans la littérature européenne, « l’évolution de l’humanité », Albin Michel, 1969, p. 263 sq.

27 Poésies de Clotilde, p. 253

28 Id., p. 252.

29 Extrait du Bulletin de la Société des Sciences naturelles et historiques de l’Ardèche Paris, C. Douniol, 1873. XVI-428 p. : cartes, tableau généalogique ; in-8°.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540