Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Deuxième partie. Moyen Âge littéraire

Modernités d’Alexis

Jean-Louis Benoît

Texte intégral

  • 1 Paris G., Pannier L., La Vie de saint Alexis, poème du xie siècle et renouvellements des xiie, xii (...)

1Gaston Paris a établi des hypothèses aujourd’hui encore admises par l’ensemble des critiques. La vie de saint Alexis aurait été écrite en Normandie, vers 1040, sans doute par le chanoine de Rouen, Tetbald de Vernon1. On peut donc la considérer comme la première œuvre de la littérature française, avec sa petite sœur occitane La vie de sainte Foi d’Agen et La vie de saint Léger, qui datent de la même période.

  • 2 On la retrouve dans La Légende dorée de Jacques de Voragine, au xiiie siècle.

2Nous nous baserons sur l’édition critique de Maurizio Perugi (Droz, Genève, 2000). Les remaniements successifs furent multiples. Le récit remonte à plusieurs légendes orientales d’origine syriaque du ve siècle. Elles ont été reprises ensuite en grec et l’on voit apparaître, pour la première fois, le nom d’Alexis. Ce n’est qu’au xe siècle que l’on voit apparaître le culte du saint en Occident et la première version latine de la vie2. Le culte du saint se répandra en France au cours du xie siècle en même temps que la version en langue vernaculaire que nous connaissons. Il deviendra populaire dans toute l’Europe, puisqu’on trouve des versions en italien, en provençal, en espagnol, en portugais, en allemand, en anglais et en vieux norrois.

3Ce jeune saint d’une vie romane qui renonce à son épouse le soir de ses noces ferait plutôt sourire, aujourd’hui, le lecteur féru de psychanalyse. Les critiques, qui soulignent les qualités formelles indéniables du poème, n’y voient qu’un premier pas vers une littérature qui devait se détacher de ses modèles latins et de sa dimension religieuse pour s’affirmer. Il y a donc quelque risque à parler de la modernité ou plutôt des modernités d’Alexis. Nous les chercherons non pas dans les résurgences réelles de l’œuvre (elles existent, nous le verrons), mais dans les innovations que ce texte a pu apporter. Cela dans trois domaines : une nouvelle conception de la sainteté, de nouvelles formes littéraires et une figure symbolique de l’écrivain.

  • 3 Idem, « Saints admirables et saints inimitables : les fonctions de l’hagiographie ont-elles changé (...)

4André Vauchez a établi une distinction entre les saints admirables, ceux du haut Moyen Âge, et ceux imitables, du bas Moyen Âge. La coupure s’établissant au xiie siècle. Les premiers sont des êtres exceptionnels et lointains, par leur naissance, leur élection divine précoce, leur vie d’athlète de Dieu, faite d’ascèse extrême, de souffrances inouïes endurées de manière impavide et entourée de prodiges de toute sorte. Les seconds sont des êtres plus ordinaires, qui partagent la vie des gens et qui peuvent être plus facilement imités, « susceptibles de fournir aux fidèles des modèles de comportement et de vertu3 ».

  • 4 Werner K. F., rattache cette origine noble au public visé : « Un saint pour les grands du monde en (...)

5À certains égards, Alexis s’apparente aux saints de la première génération. Par son renoncement subit au mariage, il fait partie des saints de la virginité consacrée. Un exemple célèbre dans les vies latines est celui de sainte Cécile qui renonce au mariage et convainc son futur époux Valérien d’en faire autant. Alexis mène une vie ascétique assez rude. il est vrai que le thème de la fuite du monde est omniprésent, et ce depuis l’Antiquité. Ici, le saint quitte non seulement ses richesses, mais aussi sa famille, pour une vie de solitude et d’humiliation. La voie de la chasteté est également soulignée. D’ordinaire, le saint est avant tout un religieux qui trouve un refuge spirituel hors du monde, soit dans la vie monastique conventuelle, soit dans l’érémitisme. Comme c’est souvent le cas, le personnage d’Alexis est issu de la noblesse4. Les diverses étapes du récit hagiographique sont à peu près respectées, notamment la séparation entre la vie proprement dite et le destin post mortem du saint, émaillé de guérisons et de miracles. La vie commence par l’évocation de la famille, du cadre, de la jeunesse en général, puis se poursuit par les épreuves sanctifiantes et la sainte mort. Le récit des événements post mortem est également codifié.

  • 5 À partir du xe siècle quelques vitae célèbrent le mariage, par exemple la Vita Mathildis posterior

6Notons, cependant, quelques éléments nouveaux dans le texte qui marque une spiritualité originale. Aucune violence dans cette vie. Alexis n’est pas un martyr. Il est un confesseur de la foi qui s’efforce de vivre parfaitement les exigences évangéliques. Comme plus tard saint François d’Assise, il épouse « dame pauvreté ». Certes, sa vie est difficile, ses vertus sont héroïques, mais il reste un modèle imitable. Sa passion n’est pas constituée par les supplices effroyables que subissent tant de saints martyrs, mais par la lente agonie quotidienne, dans une vie d’ascèse, de déchéance sociale, de privation matérielle et affective. Il ne fait rien d’extraordinaire. Sa piété reste cachée à tous. À travers lui, le pauvre devient l’homme de Dieu. Charité, humilité, pauvreté, patience, douceur, sont les vertus que célèbre le texte, bien plus que la chasteté. La variété même de ces vertus, le soin mis à les illustrer dans le texte par des exemples édifiants, sont très nouveaux. Ces vertus prennent une valeur d’exemplarité. En outre, Alexis vit au sein du monde. Lorsqu’il décide de le fuir, il y revient malgré lui. Ainsi, il reste à Édesse, puis à Rome, de surcroît, dans sa propre famille. N’est-ce pas, déjà, une invitation très nouvelle et très claire à vivre la sainteté chez soi, là où l’on est, en intériorisant le motif du mépris et de la fuite du monde ? Ce saint passe inaperçu. Il vit en ville et semble annoncer à plus d’un titre la spiritualité des ordres mendiants. Il n’est ni vraiment un ermite, ni un religieux, mais un simple laïc qui offre sa vie à Dieu. Bien plus, il est marié. Certes, il renonce aux joies du mariage, et c’est là l’essentiel de son sacrifice. Cependant, rien n’indique, comme c’est le cas pour d’autres, qu’il se destinait dès l’enfance au célibat. Il est bien marié. Le mariage est voulu par ses parents, mais il semble reposer sur un consentement mutuel. Réalisant soudain sa vocation, Alexis parle à son épouse, lui expose affectueusement le sens de sa démarche et lui offre son anneau5. Ce don peut être interprété comme un geste de tendresse et d’union en même temps qu’un signe de renoncement. La validité du sacrement n’est nullement niée. L’épouse a une place considérable et inattendue. Elle même, malgré ses souffrances longuement et plusieurs fois exprimées, parcourt un chemin de sanctification qui fait de « la tourterelle abandonnée » (or vivrai an guise de turtrelle v. 35) une épouse, puis une veuve consacrée qui sera réunie après sa mort à son mari, pour l’éternité :

Sainz est icil senz nule dutance
Ensembl’ot Deu e la compaignie as angeles,
Od la pulcela dunt il se fist estranges :
Or l’at privée, ansamble sunt lur anames
v. 610 Ne vus sai dirre cum lur ledece est grande.

7Il est évident que l’épouse ne rentre pas dans les ordres après la mort de son mari :

Vait s’en li pople e le pere et la medra
E la pulcela unches ne desevrerent
v. 603 Ansemble furent, jusqu’a Dieu s’en ralerent

  • 6 Le premier miracle dont bénéficie Alexis est sa naissance, grâce surnaturelle, mais discrète, elle (...)

8L’œuvre n’est donc pas une apologie de la vie monastique comme l’ont cru certains commentateurs. Dernier élément original dans la spiritualité de cette vie : la sobriété des miracles. Après la mort d’Alexis, ils ne manquent pas. D’ailleurs, pour l’Église, le miracle est la preuve sine qua non de la sainteté. Mais, lorsque le poème évoque sa vie, il est économe de surnaturel. Non seulement Alexis n’accomplit pas de miracles, mais il les fuit. C’est en effet Dieu lui-même qui le poursuit, en quelque sorte. Il se manifeste de deux façons. L’icône miraculeuse d’Edesse le désigne au sacristain à deux reprises (v. 171 et v. 178). Ensuite, par trois fois, une voix mystérieuse (v. 292, v. 313) se fait entendre pour identifier le saint dont le peuple a besoin. Alexis échappe chaque fois à la gloire humaine qui le menace, d’abord par la fuite, puis par la mort. Ici l’intervention surnaturelle, reste discrète, autant que l’est ce saint effacé et méconnu. Il préfère la voie ordinaire et ne connaîtra que la gloire posthume6.

9Par tous ces traits, on peut penser que le public auquel s’adresse ce poème est assez large. Les laïcs sont plus concernés encore que les religieux. L’idéal de pauvreté et de charité est valable pour toutes les classes sociales. On rappelle aux hommes et aux femmes mariés la dimension surnaturelle du sacrement du mariage. Les jongleurs ont largement diffusé cette chanson. Aujourd’hui encore, on en trouve des versions dans le folklore français.

  • 7 Zink Michel, Littérature française du Moyen Âge, Puf, 1992, p. 37.

10Nous voudrions montrer brièvement que cette œuvre a exercé, directement, ou indirectement, une profonde influence sur la littérature française en général. Formellement d’abord, « les strophes de cinq décasyllabes assonancées annoncent la laisse épique7 ». Les formules dites « épiques » qui deviendront conventionnelles dans la toute prochaine chanson de geste, apparaissent déjà dans le texte :

v. 101 Or reviendrai al pedra ed a la medra
v. 211 Quant ot li pedre le clamor de sun filz
Plurent si oil, ne s’en puet astenir.
v. 288 Parfitement se ad ad Deu commandet
Sa fin aproismet, ses mals est agravet.

11D’autres procédés font leur apparition. On les retrouvera constamment dans les chansons de geste et même dans les romans. Les dialogues sont particulièrement développés dans le texte. Ils donnent aux personnages une rare profondeur psychologique. Par exemple, ils rapportent le poignant échange entre la mère et l’épouse (strophes 30 et 31). La banalité des propos entre le père et le fils, qui ne se dévoile pas, cache une intensité dramatique (strophes 44, 45, 46). On trouve surtout des scènes de déploration sous forme de monologues lyriques, dans la bouche des parents et de l’épouse. Les tirades de lamentations, fort utilisées par la suite, ont la particularité d’être souvent de longues apostrophes. Les personnages bouleversés s’adressent avec force et émotion à l’être aimé absent, disparu, ou décédé (strophes 79, 80, 81, 82, 88-100). N’y a-t-il pas des vers qui préfigurent aussi ceux de la plus haute lyrique courtoise ?

v. 481 E bele buce, bel vis, bele faiture
Cum est mudede vostra bela figure
Mielz voz amai que nule creature,
Si grant dolur or m’est apareüde
Melz me venist contres que morte fusse

12D’autres éléments, constitutifs du genre romanesque sont présents. L’espace et le temps sont parfaitement maîtrisés. Rome et Édesse sont les seuls lieux du récit. Ils constituent le cadre d’un parcours cyclique du personnage qui quitte Rome, pour y retourner, après dix-sept ans passés dans son exil à Édesse. Ces lieux clés sont peu caractérisés, mais ils sont suffisamment précis pour donner à l’action un support réel : les rues d’Édesse, l’église près de laquelle vit Alexis, le recoin de l’escalier où il a trouvé refuge dans la maison de ses parents, l’église saint Boniface où le corps du saint est emmené en procession. Les détails réalistes qui donnent corps au récit ne manquent pas. Ils servent à souligner la misère du pauvre (v. 261-265) ou bien, ils exaltent son triomphe posthume, à travers la description de la cérémonie du transport du corps, ou des obsèques (v. 581-585).

13Le traitement du temps manifeste ce même souci de balancement et d’équilibre. Quelques épisodes clés sont détachés dans la biographie du saint. Ils constituent des points de rupture dans sa vie : mariage et fuite à Édesse, nouveau départ, retour à Rome, vie chez ses parents, mort, recherche et révélation du corps, obsèques. Le narrateur développe, en s’y arrêtant assez longuement, chacune de ces scènes. Il les émaille de monologues, de dialogues, de descriptions, mais il pratique aussi le résumé pour accélérer le rythme de l’histoire, voire l’ellipse :

v. 161 Dis e seat anz, n’en fut nïent a dire.

14L’œuvre s’organise à tous les niveaux autour d’un système d’oppositions symétriques. On le voit dans le curieux découpage du temps de l’histoire. Après les dix-sept ans passés à Édesse, c’est encore une durée égale qui s’écoule sous l’escalier de la maison de ses parents :

v. 271 Iloc coverset icist dis e set anz.

15Le double voyage, aller-retour de Rome à Édesse, marque dans l’espace ce dédoublement. L’opposition centrale reste celle entre la vie humaine du saint et sa destinée éternelle, puisque la mort du héros est située au milieu exact du poème. Elle est annoncée au vers 315 ( le poème en comporte 625 dans le manuscrit L) par la voix divine qui invite à aller chercher le corps du saint, véritable clé de voûte du texte.

16La focalisation du récit sur les personnages respecte aussi cette dualité. On évoque tantôt la vie du héros Alexis, tantôt celle de ses parents et de son épouse. Il s’agit déjà du procédé d’entrelacement narratif qu’utiliseront abondamment les romanciers courtois, notamment Chrétien de Troyes. Il existe une autre parenté dans la composition du récit : l’usage qui est fait de l’aventure pour arracher le héros à son univers et le transporter dans une situation nouvelle où il doit affronter l’imprévu. C’est bien d’aventure qu’il s’agit, quand Alexis court directement vers la mer :

v. 76 Dunc vint errant dreitement a la mer.

17Il monte dans un bateau qui le conduit au hasard des vents vers la vie que Dieu lui destine. De même, au retour, une tempête providentielle ramène à Rome ce chevalier errant de la sainteté.

18Nous voudrions mettre en lumière certains motifs présents dans cette œuvre qui ont eu une grande fécondité dans la littérature française. Elle vient après une tradition littéraire latine, mais elle porte d’emblée, dès l’origine, ces motifs à une haute perfection.

  • 8 Tintigniac C., Le thème du renoncement dans La vie de saint Alexis et sa permanence dans les lettr (...)
  • 9 Boutet D., Dictionnaire des littératures de langue française, Bordas, p. 2599.

19Le motif central de l’œuvre est le renoncement à un être cher. Claude Tintignac le définit ainsi : « Une obéissance héroïque à l’absolu qu’on s’est choisi et pour lequel on renonce à tout et surtout à soi… Tel est le thème d’Alexis8. » Alexis, en effet, renonce à des biens précieux. Son sacrifice n’a de valeur que parce qu’il perd des choses et des êtres qui lui sont chers : son bonheur d’enfant noble et riche, ses parents présentés sous le meilleur jour et, surtout, son épouse. Aime-t-il cette jeune fille que lui ont trouvée ses parents ? L’auteur est discret sur les sentiments du héros. Il se contente de quelques notations qui suggèrent plus qu’elles n’expliquent ; Cette économie de moyens, cette sobriété classique, manifestent un art de la litote, du non-dit, dans l’évocation des sentiments. Comme l’écrit Dominique Boutet, « L’auteur suggère plus qu’il ne décrit9. » L’auteur nous dit simplement qu’après son mariage, Alexis se rend avec son épouse dans sa chambre :

v. 56 Cum veit le lit, il esgarda la pulcela.

  • 10 Cette scène sera traitée par Gautier de Coinci dans les Miracles de Nostre Dame. Il nous présente (...)

20Ce regard posé sur la jeune mariée est la seule notation qui permette d’interpréter les sentiments d’Alexis. Il est possible d’y lire un désir amoureux que vient aussitôt combattre son désir brutal et soudain de se consacrer à Dieu10. D’ailleurs, il explique ensuite tendrement à son épouse les raisons de son choix et, semble-t-il, obtient son accord. Quant à l’amour de l’épouse pour son mari, elle ne cesse de le crier dans le poème :

v. 99 Miels vos amai que nule creature.

  • 11 Op. cit. p. 67.

21Le motif du personnage qui renonce à son amour, à son bonheur, pour accomplir son devoir est un motif tragique, particulièrement riche dans la littérature. Plus le sacrifice est douloureux, plus le choix du héros est émouvant. Deux œuvres du xxe siècle sont des réécritures d’Alexis. Leurs auteurs sont deux amis, fondateurs de la NRF. André Gide transpose, en 1909, dans La porte étroite, le personnage d’Alexis pour en faire celui d’Alissa, qui renonce à son amour pour Jérôme par amour de Dieu seul. Son journal retrouvé après sa mort (comme le texte d’Alexis) exprime son déchirement pathétique entre sa soif d’absolu mystique et son amour humain. Henri Ghéon adapte, en 1920, le poème en une pièce de théâtre tombée dans un injuste oubli : Le pauvre sous l’escalier. Le retour anonyme d’Alexis et sa confrontation avec son épouse, qui l’aime toujours, y occupent une place centrale. Claude Tintignac compare longuement ces versions modernes de l’œuvre dans son étude11. Ce motif sera repris aussi par la tragédie classique dont le style sobre et contenu rappelle celui de La vie de saint Alexis. Polyeucte, dans la tragédie de Corneille, renonce à Pauline pour témoigner de sa foi. Dans Bérénice de Racine, l’héroïne sacrifie aussi son amour à une valeur transcendante.

22La réunion après la mort de ceux qui s’aiment. Ce motif essentiel de la lyrique amoureuse est déjà clairement exposé :

Or l’at privee, ansemble sunt lur anames
v. 610 Ne vus sai dirre cum lur ledece est grande.

23Le départ vers l’absolu. Le voyage vers un ailleurs devient un voyage vers l’absolu. Le personnage quitte brutalement le monde et part à l’aventure pour atteindre un idéal, avec une ferveur mystique.

24La séparation d’avec un être cher. Un personnage a disparu. Ceux qui restent pleurent sur son sort. Cette disparition peut être le fait de l’éloignement ou de la mort. Quand on ignore sa mort, on le recherche partout, dans la plus grande angoisse. Quand on le retrouve décédé, on pleure sur son corps (planctus). Ce motif est particulièrement pathétique. C’est autour de lui que sont construites les scènes les plus émouvantes du poème sous la forme des monologues lyriques dont nous avons parlé. Douleur d’une mère, d’un père, d’une épouse :

v. 466 Entre le dol del pedra e de la medre
Vint la pucele que il out espusede
Sire dist ela, cum longa demurere
Ai atendude an la maison tun pedra
Ou tum lesas dolente ed eguarede

25Ici, la douleur est renforcée par le remords de ne pas avoir reconnu la personne aimée.

26Les parentés sont grandes entre les planctus d’Alexis et ceux de Roland. Voici quelques extraits tirés des deux œuvres :

Ad ambes mains derumpet sa blance barbe.
(Alexis, v. 387)

Tiret sa barbe cum hom ki est iret
Plurent des oils si baron chevalier.
(Roland, v. 2415)

A halte voiz prist li pedra a crier :
Filz Alexis quels dols m’est presentet
Malveise guarde t’ai faite suz mon degret.
(Alexis, v. 393)

Deus dist li reis tant me pois enrager
Que jo ne fui a l’estur comencer.
(Roland, v. 2413)

Melz me venist contres que mort fusse.
(Alexis, v. 455)

Quant tu es morz dolur est que jo vif
(Roland, v. 2030)

27Preuve supplémentaire de la filiation directe entre les vies de saints primitives et les chansons de geste.

28Les retrouvailles manquées. Un personnage recherche désespérément un autre personnage aimé, disparu. Ils se retrouvent mais ne se reconnaissent pas, passent près l’un de l’autre, ou se retrouvent seulement à la mort de la personne recherchée. L’espérance spirituelle, qui transforme cette peine en joie, donne sa note spécifique au poème de La vie de saint Alexis. Le pape la rappelle à ses parents et à son épouse. D’ailleurs, curieusement, le texte, malgré ses motifs pathétiques, est traversé par une joie profonde, qui rejaillit dans les épreuves et les chagrins. Les mots : lede, ledece, liez, ledement sont employés quatorze fois. Le mot lerme trois fois seulement.

  • 12 Barthes R., Fourier, Loyola, Sade, éd. Seuil, 1980, p. 45-46.

29Symboliquement l’œuvre semble définir une position archétypale de l’écrivain. L’interdiction de Roland Barthes est déjouée : « La littérature, dont la fonction est mondaine, n’est pas compatible avec la spiritualité. L’une est détour, ornement, voile, l’autre est immédiateté, nudité. Voilà pourquoi on ne peut pas être à la fois saint et écrivain12. » Ici, pourtant, le saint se fait écrivain. On a déjà noté qu’Alexis était un personnage peu loquace. Il passe l’essentiel de sa vie à se taire, il cache son identité, même lorsqu’il demande l’hospitalité à son père. Il vit dans le silence, forme suprême de la mortification, n’échange avec ses proches que des propos insignifiants. Les seules paroles importantes et vraies sont celles qu’il a dites à son épouse pour lui expliquer sa décision. Son amour, on l’a vu, nous est suggéré par le narrateur de manière tacite : esguardat la pulcela. Son nom propre semble signifier le non-dit : A-lexis. Il est d’abord celui qui est séparé de la parole. Il fuit même la parole miraculeuse de Dieu, qui finit par employer les grands moyens pour le faire connaître, à sa mort. En ce qui concerne Alexis, on peut dire qu’il passe du silence du saint à la parole de l’écrivain. En effet, il raconte lui-même sa vie dans une lettre qu’on ne lira qu’après sa mort. L’œuvre entière est ainsi mise en abyme :

v. 281 Quer mei, bel frere, ed enca e parcamin
Ed une penne, ço pri, tüe mercit.
Cil li aportet, receit le Alexis,
Escrit la cartra tute de sei medis
Cum s’en alat e cum il s’en revint.

  • 13 Genette G., insiste sur l’importance de la lecture et de l’interprétation de l’œuvre littéraire : (...)
  • 14 Valéry P., Variété I, éd. Pléiade, t. I, p. 46.

30La lettre qu’il garde dans ses mains ne pourra être saisie à sa mort que par le pape. C’est une façon de montrer son caractère sacré. Elle sera lue par le chancelier. Le récit de la vie du saint, l’écriture, deviennent aussi importantes que la vie elle-même. C’est la naissance et le baptême de la littérature. Le clerc est associé à cette naissance, il assume l’œuvre comme lecteur et interprète13. La collaboration du lecteur est présentée comme nécessaire à l’existence de l’œuvre. Sa réception et son interprétation la constituent. Le saint et l’écrivain ont d’autres similitudes. Alexis renonce à sa vie, à son moi, pour revenir vers ce qu’il a quitté. C’est ce que fait l’écrivain. Cette dimension mystique de l’œuvre est vécue par beaucoup d’écrivains. Renoncer à la vie pour la retrouver transfigurée dans l’éternité de l’art, c’est ce qu’expérimente Proust : « La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c’est la littérature. » (Le temps retrouvé). Goethe définit de la même façon l’art : « Il n’y a pas de moyen plus sûr que l’art d’échapper à la vie et il n’y a pas de moyen plus sûr que l’art d’y rester attaché. » La mort à soi-même ouvre la porte de l’œuvre. Comme Alexis, au terme de son agonie, tout écrivain est un peu un écrivain d’outre-tombe. Maurice Blanchot insistera sur cette quête de l’œuvre arrachée à l’au-delà (L’espace littéraire). Mallarmé en fait la condition de l’écriture : « Heureusement, je suis parfaitement mort. » Apollinaire, dans L’enchanteur pourrissant, nous donne Merlin, enfermé au sépulcre par Viviane, comme la figure du poète transcendant la mort. Le sacrifice du désir est aussi celui de la parole. Le poète en fait l’expérience. Écrire c’est renoncer à une parole libre et facile pour retrouver, dans le travail du texte, le souffle, le mystère et le désir d’une parole différente. Bien des poètes ont vécu ce travail comme une ascèse féconde, par exemple Paul Valéry qui écrit : « La véritable condition du véritable poète est […] le triomphe perpétuel du sacrifice14. » La vie de saint Alexis, laissée emblématiquement par le saint, est d’abord un poème d’une grande perfection formelle.

31Certes, Alexis présente une image originale de la sainteté. Certes, l’œuvre a fait l’objet de réécritures intéressantes au xxe siècle, mais l’essentiel n’est pas là. Le plus étonnant est sa valeur matricielle. Des formes et des motifs littéraires majeurs, notamment celui du sacrifice sont clairement posés. La figure symbolique de l’écrivain et de son activité est dessinée avec une profondeur décisive. L’exemple de cette œuvre initiale et fondatrice nous amène à reconsidérer la place du Moyen Âge dans notre culture. On peut faire de cette période un réservoir de mythes, de textes, d’œuvres, un patrimoine respecté, mais éteint, où puiserait, pour les relire, une culture ultérieure, au gré de ses fantasmes et son idéologie. Il ne faut pas oublier, cependant, qu’il programme aussi notre culture en lui fournissant une bonne partie de ses formes artistiques, de ses modèles de pensée et même de ses grilles de lecture.

Notes

1 Paris G., Pannier L., La Vie de saint Alexis, poème du xie siècle et renouvellements des xiie, xiiie, et xive siècles, Paris, École des Hautes Études, 1872, p. 43-44. C’est en Normandie également, sans doute, quelques années plus tard, qu’apparaît le Roland d’Oxford. Cette proximité chronologique et géographique est aussi un indice qui plaide en faveur d’une parenté entre les vies et les chansons de geste. Récits et légendes circulent dans les sanctuaires, sur les chemins de pèlerinage. C’est la théorie de Joseph Bédier qui voit dans les premières chansons « comme une adaptation à l’esprit de ce temps, et comme un élargissement, sous les auspices de l’Église, du genre plus archaïque des Vies de saints ». La Vie de saint Alexis est aussi marquée par l’espace des pèlerinages : Rome, Édesse, vers Jérusalem.

2 On la retrouve dans La Légende dorée de Jacques de Voragine, au xiiie siècle.

3 Idem, « Saints admirables et saints inimitables : les fonctions de l’hagiographie ont-elles changé aux derniers siècles du Moyen Âge ? », Les fonctions des saints dans le monde occidental iii-xiiie siècle, École française de Rome, Palais Farnese, 1991, p. 165.

4 Werner K. F., rattache cette origine noble au public visé : « Un saint pour les grands du monde en détresse : on trouvera de plus en plus son nom dans l’aristocratie, à Rome comme ailleurs. » « La légende de saint Alexis : un document sur la religion de la haute noblesse vers l’an mil ? » dans Haut Moyen Âge, culture, éducation et société, étude offerte à Pierre Riché, Université Paris X – Nanterre, 1990, p. 537.

5 À partir du xe siècle quelques vitae célèbrent le mariage, par exemple la Vita Mathildis posterior.

6 Le premier miracle dont bénéficie Alexis est sa naissance, grâce surnaturelle, mais discrète, elle aussi.

7 Zink Michel, Littérature française du Moyen Âge, Puf, 1992, p. 37.

8 Tintigniac C., Le thème du renoncement dans La vie de saint Alexis et sa permanence dans les lettres françaises, Paris, Nizet, 1975, p. 35.

9 Boutet D., Dictionnaire des littératures de langue française, Bordas, p. 2599.

10 Cette scène sera traitée par Gautier de Coinci dans les Miracles de Nostre Dame. Il nous présente un clerc qui, poussé par sa famille, se marie. Le soir de ses noces, il est très tenté par sa jeune épouse, mais renonce in extremis. La scène est très sensuelle (D’un clerc).

11 Op. cit. p. 67.

12 Barthes R., Fourier, Loyola, Sade, éd. Seuil, 1980, p. 45-46.

13 Genette G., insiste sur l’importance de la lecture et de l’interprétation de l’œuvre littéraire : « Le sens des livres est devant eux et non derrière. » (Figures I). U. Eco souligne également le rôle de la réception : « Un texte veut que quelqu’un l’aide à fonctionner. » (Lector in fabula).

14 Valéry P., Variété I, éd. Pléiade, t. I, p. 46.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540