Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Première partie. Moyen Âge politique

Les châteaux dans Ivanhoe : archéologie et histoire, nationalisme et morale

Marie Casset

Texte intégral

  • 1 Pour ce travail, j’ai utilisé l’édition de 1830 publiée par Ian Duncan, Scott Walter, Ivanhoe, ave (...)

1À la fin de l’année 1819, un nommé Lawrence Templeton publie un ouvrage qu’il prétend inspiré d’un manuscrit saxon de la fin du xiie siècle, The Wardour Manuscript et l’ouvrage connaît dès sa sortie un formidable succès aussi bien en Grande-Bretagne que sur le continent1. L’action y est rigoureusement datée du milieu du règne du Roi Richard Cœur de Lion (1194) alors prisonnier en Autriche. Dans une Angleterre encore imprégnée de la culture saxonne malgré la pression des conquérants normands depuis 1066, le récit déroule les affrontements violents auxquels se livrent deux groupes bien identifiés par l’auteur où se mêlent personnages historiques et personnages de fiction. Jean sans Terre, frère du roi, administre rudement le royaume en s’appuyant sur une majorité de barons d’origine normande autant laïcs (Réginald Front de Bœuf, Philippe de Malvoisin) qu’ecclésiastiques en particulier des cisterciens (Aymer prieur de Jorvaulx) et des Templiers (Brian de Bois-Guilbert et le commandeur Albert de Malvoisin). Face à eux, se développe une association hétérogène qui allie des Saxons autant serfs (Wamba et le porcher Gurth) que nobles d’antiques et illustres lignages (Cédric, Rowena sa pupille, Athelstane de Coninsburgh, Wilfred d’Ivanhoe), des juifs (Isaac d’York et sa fille Rebecca) et des partisans de Richard revenu en secret.

2Les événements clés du roman se déroulent dans quatre châteaux dont trois sont purement imaginaires alors que le quatrième est authentique et historique. L’auteur décrit chacun d’eux avec un luxe de détails et de références tout à fait exceptionnels. Dans ce contexte, il est intéressant de s’interroger sur la valeur de ces descriptions, sur les sources du travail de Walter Scott et la façon dont il les a utilisées et sur les intentions de l’auteur en se gardant d’anachronismes fâcheux qui prêteraient à l’auteur des informations qu’il ne pouvait posséder. Quelles lectures Walter Scott fait-il de l’architecture castrale médiévale et quel rôle lui assigne-t-il ?

Châteaux et manoirs

Manoir de Cédric le Saxon à Rotherwood2 (Fig. 1)

  • 2 Ibid., p. 36-39.
  • 3 Ibid., p. 72-78.

3Le manoir de Cédric le Saxon à Rotherwood ouvre le récit. C’est un vaste complexe entouré par un fossé et une double palissade de poteaux dans lequel on entre par deux entrées protégées par des avant-corps. Le banquet se tient dans une grande salle de plain-pied avec charpente apparente au toit de chaume percé et au sol de terre et de chaux. On y entre par quatre portes ménagées à chaque angle. À une extrémité, l’espace d’apparat (haut-bout) est doté d’une estrade sur laquelle on a disposé la table d’honneur, des fauteuils, chaises, tentures et tapis. À l’opposé, le bas-bout aux enduits nus et au sol inégal est réservé aux domestiques. De cette salle, on rejoint par un corridor et un escalier, l’appartement de Rowena richement orné de tapisseries de soie, d’or et d’argent dans lequel se trouve un lit entouré de courtines, des sièges le long des murs et un marchepied d’ivoire3. Cette somptuosité du décor ne parvient pas à masquer les murs mal crépis et lézardés qui laissent passer les courants d’air. Les chambres dans lesquelles sont logés les invités sont rapidement signalées. Les logements des domestiques sont des cellules et réduits délabrés situés hors du manoir.

Château de Reginald Front de Bœuf, Torquilstone4 (Fig. 2)

  • 4 Ibid., p. 223-227.

4C’est dans son château de Torquilstone que Réginald Front de Bœuf enferme Cédric, Rowena, Rebecca et son père Isaac d’York. Walter Scott décrit une sombre forteresse quadrangulaire entourée d’un fossé, dotée de quatre tours aux angles dont l’entrée est lourdement défendue par une barbacane qui précède le pont-levis. Dans la cour, deux bâtiments indépendants abritent chacun une grande salle d’apparat de plain-pied à nef centrale séparée des bas-côtés par deux files de colonnes. Un donjon carré flanqué de tours aux angles s’élève sur plusieurs niveaux de salles voûtées.

Fig. 1 : Le manoir de Cédric le Saxon

Fig. 2 : Le chateau de Torquilstone

Le château de Coningsborough5

  • 5 Ibid., p. 46, 54, 70 et note de l’auteur 52, p. 521-523.

5Ce formidable édifice est le cadre de la veillée funèbre du corps d’Athelstane blessé mortellement lors du dramatique siège de Torquilstone et Walter Scott n’en décrit que la tour forte, le donjon qui s’élève dans un angle de la cour. C’est un édifice circulaire (10 m de diamètre) épaulé par six puissants contreforts. Des escaliers ont été aménagés dans les contreforts et dans les murs très épais. Les deux étages inférieurs aveugles et voûtés sont des cachots. Le troisième niveau, accessible de l’extérieur par un escalier aux marches raides et étroites, est en forme de rotonde et communique avec une chapelle et un oratoire aménagés dans un contrefort. Le quatrième niveau n’est pas évoqué dans le roman.

La commanderie templière de Templestowe6

  • 6 Ibid. p. 382.

6Walter Scott nous dit peu de chose de cette forteresse où Rebecca est enfermée et jugée. On sait seulement qu’elle est bien fortifiée et défendue par des hommes en armes ; elle possède des jardins plantés de végétaux rares et d’arbres en provenance d’orient. Le jugement de Rebecca se déroule dans une grande salle transformée en salle de justice.

Une œuvre d’« antiquaire » qui se libère des romans gothiques

Un roman gothique ?

  • 7 Les caractéristiques des romans gothiques sont énoncées dans de nombreux travaux dont Durand-Le Gu (...)

7Ivanhoe est encore proche des romans gothiques par l’utilisation de procédés concernant aussi bien la forme que le fond7.

  • 8 Walpole H., The castle of Otranto, a gothic story, London, W. Bathoe & Th. Lownds, 1765, 2e éditio (...)

8Comme les auteurs de romans gothiques qui annoncent dans un sous-titre l’historicité de leur récit et l’accompagnent de notes8, Walter Scott nous prévient que sa narration est issue en grande partie d’un manuscrit jusqu’alors inconnu qu’il baptise le « Manuscrit Wardour », manuscrit qu’il enrichit de nombreux commentaires explicatifs à la fois dans le texte et par des notes hors texte.

9Les châteaux sont isolés, éloignés de toute agglomération et environnés de forêts profondes et de marécages « maléfiques » et c’est de nuit que le roman nous y conduit.

  • 9 Ibid., p. 230.

10C’est dans une terrifiante « oubliette » du château de Torquilstone que Reginald Front de Bœuf enferme Isaac d’York. Aux murs du cachot voûté et humide situé au-dessous du niveau des fossés pendent des anneaux de fer qui enserrent encore les ossements vermoulus des malheureux qui y ont péri9.

11Le clan de Jean sans Terre, en particulier les ecclésiastiques, est composé de héros maléfiques. Walter Scott en fait une description apocalyptique ; ils sont orgueilleux, colériques, violents, vivent dans le luxe et sont habillés jusqu’à l’extravagance de somptueux vêtements de soie, de fourrure et d’or. Ils chassent éperdument et convoitent les femmes sans vergogne ; le templier Brian de Bois-Guilbert éprouve pour la juive Rébecca un penchant d’une rare violence. Ces héros transgresseurs de leur état ecclésiastique sont une charge virulente, mais habituelle, contre les perversités du catholicisme romain et, dans Ivanhoe, ils tiennent les rôles des moines débauchés des romans gothiques.

12Mais certains traits « gothiques » sont très atténués. Les forêts profondes qui cernent les châteaux ne sont pas des repaires de bandits féroces, elles abritent des combattants de la liberté injustement poursuivis par le pouvoir tyrannique du prince Jean (Richard, Robin des Bois, des moines fêtards en rupture de couvent, des ermites qui se métamorphosent en archers, le chevalier sans nom). Enfin comme dans un clin d’œil, Walter Scott tient à préciser qu’il n’y a pas de trappe ni de passage secret dans la tourelle du château de Torquilstone où est enfermée Rébecca.

Une œuvre d’Antiquaire

  • 10 Scott W., Border Antiquities of England and Scotland comprising specimens of architecture and scul (...)
  • 11 Ibid., p. 246-247, il cite « the industrious Henry », il s’agit de Henry R., History of Great Brit (...)

13Ivanhoe est une œuvre d’antiquaire mûrement documentée par des lectures, des visites sur le terrain et des travaux personnels antérieurs10. Walter Scott a doté le roman, en particulier la version de 1830, de notes particulièrement développées, argumentées et dotées de références précises, références bibliographiques11, iconographiques et témoignages visuels. Le texte lui-même est parsemé de commentaires architecturaux, de comparaisons et d’observations critiques sur le bâti, ses origines et ses mutations.

  • 12 Note 34, p. 516, Froissart J., Chronicles of England, France and Spain, traduction par Bourchier J (...)

14Walter Scott a utilisé des sources originales qu’il ne manque pas de mentionner. Il a largement puisé dans les chroniques de Froissart dont il utilise la traduction anglaise de 1523-1525. C’est à Froissart qu’il emprunte les détails des structures défensives des châteaux (mantelets, lices, fausses-braies), le déroulement des sièges et des attaques pour la mise en scène du siège et de la prise dramatique du château de Torquilstone12.

  • 13 Tuso J. F. éd., Beowulf, New York-London, W. W. Norton & Company, 1975, p. 2.
  • 14 Sweet R., Antiquairies. The discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Londres, Hambledo (...)
  • 15 Thorkelin G. J., De Danorum Rebus Gestis... Poema Danicum dialecto Anglo-Saxino, Copenhague, 1815. (...)
  • 16 Le hall enfumé est dans un état très médiocre : les vieux murs laissent passer le vent, le sol iné (...)
  • 17 Henry R., History of Great Britain, from the First Invasion of it by the Romans Under Julius Cesar(...)
  • 18 Southey R., Joan of Arc, an epic poem, Bristol, 1796, 2e édition, note éditeur 280, p. 558-559.

15Il a également puisé dans des sources plus anciennes qu’il ne mentionne pas, mais qu’on ne peut s’empêcher de relever. Les traits généraux de la grande salle du manoir saxon de Rotherwood sont très proches de ces grandes salles évoquées dans deux textes de la fin du haut Moyen Âge anglais. Walter Scott n’avait pas franchement besoin de la rapide notation concernant le hall de plain-pied sous charpente du prince Hrothgar (The hall stood tall, high and wide-gabled13) cité dans le chapitre i du Beowulf (c. 700), ouvrage récemment découvert au British Museum14 et dont il possédait la première publication15, de nombreux édifices en bon état et clairement lisibles suffisent. En revanche, les détails communs avec le hall délabré décrit dans un des contes gallois du Mabinogion, The dream of Rhonabwy16, laissent à penser que Walter Scott eut accès au texte original, sans doute par les extraits traduits qui en étaient publiés dans l’œuvre de Robert Henry17. Il a également emprunté des formules de poliorcétique et des situations à des œuvres de fiction contemporaine tel le poème épique de R. Southey18.

  • 19 Ibid., p. 47.
  • 20 King E., Sequel to observation on ancient Castles, Archaeologia, VI, 1782. Camden, Britannia, éd e (...)
  • 21 Strutt J., A complete View of the Dress and Habits of the People of England from the Etablishment (...)

16Il dispose de gravures et de dessins d’édifices dont les dispositifs primitifs sont encore plus ou moins intacts voire dans certains cas encore utilisés et il cite les réfectoires des collèges d’Oxford et de Cambridge19. L’intérêt pour les édifices médiévaux qui s’accroît au xviiie siècle après des siècles de mépris conduit à la multiplication d’ouvrages décrivant, gravures à l’appui, nombre de châteaux et d’églises20. Enfin, Walter Scott est particulièrement redevable à J. Strutt pour la description des intérieurs, des meubles, des tapis et des objets de la vie quotidienne21.

17Les descriptions des grandes salles d’apparat, de justice et de banquet, caractéristiques des séjours nobles sont tout à fait exceptionnelles. Il connaît bien ces halls de plain-pied sous charpente et à bas-côtés dotés d’un haut-bout solennel avec estrade et meubles de prix (dais, fauteuils) et d’un bas-bout domestique relié à la cuisine. Il les a cependant tous dotés de cheminées murales dans les pignons alors qu’il existe encore, à son époque, des témoignages architecturaux de foyers centraux aménagés au sol.

18Les dispositions du donjon de Torquilstone sont directement inspirées de celles des donjons romans du xiie siècle à Rochester, Newcastle ou Kenilworth.

  • 22 Ibid., p. 162.

19S’il refuse de décrire le château d’Ashby, où se déroule un banquet présidé par le prince Jean, c’est parce que les ruines qu’il connaît sont celles du château construit longtemps après l’époque de son récit par Lord Hastings, grand chambellan d’Henri III22.

  • 23 Ibid., p. 227.
  • 24 Des fouilles archéologiques récentes ont mis au jour des fragments de vitraux datés de la fin du v (...)

20Il compose avec un regard d’archéologue perspicace les mutations architecturales des châteaux qu’il imagine. Les nombreuses notations concernant le château de Torquilstone sont bien représentatives de cette démarche. Les quatre tours d’angle ont été ajoutées au château primitif par Reginald Front de Bœuf. Il décrit de façon tout à fait pertinente comment le vieux hall d’origine saxonne, devenu salle de garde, est remplacé par un nouveau bâtiment élégamment orné de colonnes aux chapiteaux sculptés. Enfin il fait dire à Cédric que les vitraux de la vieille salle qui a accueilli le roi Harold au moment de la conquête en 1066 ont été fabriqués et posés par un artisan venu de Normandie car les Saxons ignoraient l’art du vitrail23. Walter Scott transpose ici une information donnée par Bède (673-735) qui rapporte que les vitraux du monastère de Jarrow nouvellement construit en 685 ont été fabriqués par des artisans venus du continent24. Enfin pour le château de Coningsborough, il distingue deux étapes de construction : la tour forte ancienne et le rempart plus récent construit par les Normands.

Au service de l’histoire des origines et de la morale

  • 25 C. Simmons, Reversing the Conquest : History and Myth in Nineteenth-Century British Litterature, R (...)

21Ivanhoe est une œuvre édifiante dans laquelle l’architecture est mise au service de démonstrations hétérogènes voire hétéroclites où s’entrechoquent des prises de position morales, religieuses, politiques et historiques sans craindre d’introduire, volontairement ou non, des structures chronologiquement incompatibles entre elles et avec le temps du récit comme cela a été démontré pour les prénoms saxons de certains personnages25.

Faire de l’Histoire

  • 26 En 1722, Gibson E. dédicace au roi Georges I, une édition révisée de l’encyclopédie Britannia de C (...)

22Avec Ivanhoe, Walter Scott s’insère délibérément et avec fracas dans les travaux et discussions d’un certain nombre d’Antiquaires qui, depuis le début du xviiie siècle dans une posture patriotique à l’égard de la nouvelle dynastie d’origine allemande26, réévaluent le rôle de la période saxonne dans l’histoire de l’Angleterre. Il se range aux côtés de ceux qui considèrent que ce fut un âge de paix, de justice, de pureté et de liberté. On édite des textes, des dictionnaires, des grammaires, on traque les objets (monnaies) et les monuments qui démontrent l’état avancé de la civilisation saxonne pour contrer ceux qui considèrent que les Saxons ont été des envahisseurs barbares et païens qui ont trahi ceux qui les ont appelés au secours.

  • 27 King E., Sequel to the observations on ancient Castles, London, Archaeologia, VI, 1782.
  • 28 Gough E., Edition of Camdens Britannia, seconde édition, vol. iii, p. 267.

23Le château de Conningsborough donne à Walter Scott l’occasion d’illustrer et de diffuser des hypothèses émises au xviiie siècle sur l’évolution de l’architecture saxonne27. Il n’a pas pu se rendre sur le site, mais il dispose d’une bonne description écrite du donjon, description qu’il produit dans la très longue et détaillée note 52 de l’édition de 183028. Il entreprend de démontrer que le donjon de Conningsborough élevé près du monument funéraire du roi Hengist, est une ancienne résidence des rois saxons et du roi Harold, et qu’il constitue l’étape ultime des progrès de l’architecture saxonne, peu de temps avant 1066, architecture dont les éléments les plus anciens et les plus rudimentaires sont les « brochs ».

  • 29 Pennant T., A Tour in Scotland and Voyage to the Hebrides, Chester-J. Monk, London-B. White, 1774- (...)
  • 30 Johnson S., Journey to the Western Islands of Scotland, London, Pope, 1775. Pour une historiograph (...)
  • 31 En réalité, le château de Conningsborough est une forteresse bien postérieure à la conquête norman (...)

24Les « brochs » sont encore nombreux sur la côte ouest de l’Écosse et sur les îles (Orkney, Shetland). Walter Scott connaît bien ces structures remarquablement conservées en élévation, et à la note 52 il mentionne le « broch » de Glenelg qu’il connaît par une gravure de Thomas Pennant29, celui de Lerwick qu’il a visité et celui de Mousa (Shetland), qu’il décrit de façon très précise. C’est un bâtiment de plan circulaire de quinze mètres de diamètre à la base s’élevant sur une hauteur conservée de quatorze mètres, composé de deux murs circulaires concentriques de pierres sèches, avec plans inclinés et passages aménagés dans l’espace entre les deux murs ouvrant sur l’extérieur par des fenêtres disposées aux quatre points cardinaux et dépourvu de couverture. Un foyer est aménagé sur le sol du rez-de-chaussée, foyer autour duquel se réunissait le grand conseil. Walter Scott prend nettement position dans la discussion qui s’est instaurée depuis les années 1770 à propos des origines et des fonctions des « brochs ». Samuel Johnson et Principal Gordon penchent pour des fortifications d’origines vikings ou pictes30. Pour Walter Scott, ces fortifications-refuges pour les hommes et les animaux datent de l’époque saxonne et révèlent l’absence de maîtrise de la maçonnerie et donc l’état primitif de la société, malgré la remarquable habileté des constructeurs. Le donjon de Conningsborough est l’aboutissement ultime et génial des expériences architecturales des brochs avec l’adoption de la maçonnerie et l’aptitude à élever un toit tout en conservant la simplicité des origines31.

  • 32 Rickman T., An attemp to discriminate the styles of architecture in England from the Conquest to t (...)
  • 33 Ibid. p. 224-225.

25Walter Scott est au courant également les premières tentatives sérieuses et récentes de distinguer l’architecture saxonne de l’architecture normande par l’établissement d’un corpus des chapiteaux sculptés, du tracé des arcs au-dessus des portes et des fenêtres, corpus qui doit permettre des comparaisons et des datations32. Les descriptions des deux grandes salles du château de Torquilstone, la plus ancienne dotée de grossiers piliers saxons alors que la plus récente est ornée de colonnes sveltes et élégantes33 introduisent à ces débats.

Une œuvre de moraliste

  • 34 Lord E., The Knights Templar in Britain, Harlow, Longmann, 2002, p. 212.

26La rude architecture et la sophistication des forteresses templières imaginées par Walter Scott renforcent l’horreur de l’ordre qu’il veut inspirer et dans ce domaine, il fait œuvre de pure fiction. En effet, les templiers n’ont tenu de forteresses qu’au Moyen-Orient et dans les zones de reconquête chrétienne en Espagne. En Europe de l’Ouest et du Nord, les commanderies templières n’étaient que des manoirs peu ou pas fortifiés. En Angleterre cependant toutes les spéculations étaient possibles à la suite de la destruction des biens ecclésiastiques à partir du xvie siècle. Il ne restait plus que d’infimes vestiges bâtis des commanderies, essentiellement des chapelles en ruine et les inventaires et enquêtes de 1308-1312 n’avaient pas encore été publiés. Cela étant, Walter Scott se range clairement du côté de ceux qui, à son époque, considèrent que les Templiers étaient coupables des crimes pour lesquels ils ont été condamnés en 1312-1313 (sodomie, idolâtrie, magie et hérésie). En outre, les spécialistes ont décelé chez ce rigoureux protestant une volonté de mise en garde contre la floraison des sociétés secrètes aux pratiques occultes qui se proclamaient issues des Templiers et prétendaient continuer et perpétuer la lettre et l’esprit de l’Ordre disparu et injustement accusé34.

27Si les châteaux diabolisent à la fois l’Église catholique romaine et l’occupation normande despotique et barbare conformément au schéma en vigueur chez les « radicaux » anglais au début du xixe siècle, Walter Scott tempère leur enthousiasme pour l’excellence de la civilisation saxonne en construisant le manoir délabré de Rotherwood qui illustre le déclin d’une noblesse saxonne impuissante qui n’a pas su conserver ses formidables vertus.

Conclusion

  • 35 C’est ainsi que Walter Scott présente sa position dans son introduction au roman. Il avait déjà ex (...)

28Les châteaux voulus par Walter Scott sont de superbes créations architecturales remarquablement documentées et ils ne sont que rarement anachroniques ou chronologiquement incompatibles dans un récit strictement daté. Il importe peu que la volonté démonstrative d’un Moyen Âge clinquant l’ait emporté sur le réalisme historique. Pour Walter Scott, le roman est une façon plaisante de faire passer des informations sur la vie quotidienne au Moyen Âge ; il a voulu un roman plus plausible qu’authentique, un roman d’atmosphère plutôt que d’exactitude, une narration allégée en notes plutôt qu’une accumulation de détails35. Et dans sa démarche, le romancier Walter Scott a trouvé une justification dans les ouvrages d’historiens contemporains qui n’hésitent pas à confondre et à mêler fiction romanesque et réalité.

Notes

1 Pour ce travail, j’ai utilisé l’édition de 1830 publiée par Ian Duncan, Scott Walter, Ivanhoe, avec dédicace de 1820, introduction de 1830, notes de 1820 et 1830 et notes de l’éditeur, Oxford, Oxford University Press, 1996.

2 Ibid., p. 36-39.

3 Ibid., p. 72-78.

4 Ibid., p. 223-227.

5 Ibid., p. 46, 54, 70 et note de l’auteur 52, p. 521-523.

6 Ibid. p. 382.

7 Les caractéristiques des romans gothiques sont énoncées dans de nombreux travaux dont Durand-Le Guern I., « Entre rêve et mémoire : imaginaire du château romantique », dans Château et imaginaire, actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, (Périgueux, 2000), Bordeaux, 2001, p. 183-192. Duperray M., Le roman noir anglais dit « gothique », Paris, Ellipses, 2000.

8 Walpole H., The castle of Otranto, a gothic story, London, W. Bathoe & Th. Lownds, 1765, 2e édition.

9 Ibid., p. 230.

10 Scott W., Border Antiquities of England and Scotland comprising specimens of architecture and sculptur, London, Longman, Hurst, Rees, Orme & Brown, 1817.

11 Ibid., p. 246-247, il cite « the industrious Henry », il s’agit de Henry R., History of Great Britain, from the First Invasion of it by the Romans Under Julius Cesar, 6 volumes, London, 1771-1793.

12 Note 34, p. 516, Froissart J., Chronicles of England, France and Spain, traduction par Bourchier J. & Berners B., London, Pynson R., 1523-1525.

13 Tuso J. F. éd., Beowulf, New York-London, W. W. Norton & Company, 1975, p. 2.

14 Sweet R., Antiquairies. The discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Londres, Hambledon & London, 2003, p. 423.

15 Thorkelin G. J., De Danorum Rebus Gestis... Poema Danicum dialecto Anglo-Saxino, Copenhague, 1815. W. Scott a pu connaître des extraits du Beowulf par Sharon Turner qui en publia des extraits, S. Turner, History of the Anglo-Saxons from their first appearence above the Elbe, to the death of Egbert, 4 vols., Londres, Cadell T. & Davies W., 1799-1805.

16 Le hall enfumé est dans un état très médiocre : les vieux murs laissent passer le vent, le sol inégal est plein de trous, la pluie tombe à travers la toiture. Le Mabinogion est un ensemble de contes gallois rédigés en vieil anglais dont les plus anciens manuscrits datent du xive siècle. L’antiquité de ces récits, dans leur forme orale, est discutée et la forme dans laquelle ils nous sont parvenus semble acquise entre 1000 et 1200.

17 Henry R., History of Great Britain, from the First Invasion of it by the Romans Under Julius Cesar, 6 volumes, London, 1771-1793.

18 Southey R., Joan of Arc, an epic poem, Bristol, 1796, 2e édition, note éditeur 280, p. 558-559.

19 Ibid., p. 47.

20 King E., Sequel to observation on ancient Castles, Archaeologia, VI, 1782. Camden, Britannia, éd et trad. par R. Gough, 1789. R. Gough & E. W. Brayley, The Beauties of England and Wales, 1801-1814. T. Pennant, A Tour in Scotland and Voyage to the Hebrides, London, Monk, Chester & White, 1774-1776.

21 Strutt J., A complete View of the Dress and Habits of the People of England from the Etablishment of the Saxons in Britain to the Present Time, 2 vols, London, J. Edwards, 1796-1799.

22 Ibid., p. 162.

23 Ibid., p. 227.

24 Des fouilles archéologiques récentes ont mis au jour des fragments de vitraux datés de la fin du viie-début du viiie siècle, R. Cramp, « Monkwearmouth and Jarrow in their Continental Context », dans K. Painter éd., Churches Built in Ancient Times. Recent Studies in Early Christian Archaeology, London, Society of Antiquaries : Accordia Research Center, University of London, London, 1994, p. 279-294.

25 C. Simmons, Reversing the Conquest : History and Myth in Nineteenth-Century British Litterature, Rutgers University Press, New Brunswick and London, 1990, p. 76-78, 80-90.

26 En 1722, Gibson E. dédicace au roi Georges I, une édition révisée de l’encyclopédie Britannia de Camden.

27 King E., Sequel to the observations on ancient Castles, London, Archaeologia, VI, 1782.

28 Gough E., Edition of Camdens Britannia, seconde édition, vol. iii, p. 267.

29 Pennant T., A Tour in Scotland and Voyage to the Hebrides, Chester-J. Monk, London-B. White, 1774-1776.

30 Johnson S., Journey to the Western Islands of Scotland, London, Pope, 1775. Pour une historiographie des « brochs » et une approche récente voir I. Armitt, Towers in the North. The brochs of Scotland, Stroud, Tempus, 2003, p. 13 et 17 ; B. Cunliffe, « Tribes and empires, c. 1500 BC-AD 500 », dans P. Slack et R. Wards éd. The Peopling of Britain : the shaping of a human landscape, Oxford, Oxford University Press, 2002 ; ChildeV. G., Scotland before the Scots, Methuen, 1946. Aujourd’hui les archéologues datent les « brochs » de la seconde moitié de l’âge du fer (600 av. J.-C.-100 ap. J.-C.).

31 En réalité, le château de Conningsborough est une forteresse bien postérieure à la conquête normande et la première attestation ne remonte pas au-delà des années 1174-1178, Renn D. F., Norman Castles in Britain, Londres, J. Baker, 1968, p. 155-157.

32 Rickman T., An attemp to discriminate the styles of architecture in England from the Conquest to the Reformation, Longman, Hurts, Rees & Orme, 1817.

33 Ibid. p. 224-225.

34 Lord E., The Knights Templar in Britain, Harlow, Longmann, 2002, p. 212.

35 C’est ainsi que Walter Scott présente sa position dans son introduction au roman. Il avait déjà exprimé ce parti pris en 1803, dans la préface non publiée, du roman de l’Antiquaire Strutt J., Queenhoo Hall, qu’il compléta et publia, Sweet R., Antiquairies. The discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Hambledon, London, 2004, p. 334.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le manoir de Cédric le Saxon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28995/img-1.jpg
Fichier image/, 195k
Légende Fig. 2 : Le chateau de Torquilstone
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28995/img-2.jpg
Fichier image/, 273k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540