Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Première partie. Moyen Âge politique

Du Moyen Âge dans l’Encyclopédie

Ioana Galleron

Texte intégral

  • 1 Toutes les références à cet ouvrage seront faites d’après la réimpression en facsimilé de l’éditio (...)

1L’objet « Moyen Âge » n’existe pas en tant que tel dans l’Encyclopédie. Aucun des synonymes auxquels on pense spontanément lorsqu’on cherche à définir l’époque (« médiéval », « âge du milieu », « temps des cathédrales… ») ne constitue une entrée du volumineux Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers1. Il est vrai que l’Encyclopédie ne se veut pas un ouvrage historique : on n’y trouvera pas non plus d’article consacré à l’Antiquité dans son ensemble. Cependant, on peut parler dans le cas du Moyen Âge d’un désintérêt certain, doublé d’un mépris à peine déguisé, dont les raisons ne sont toutefois pas si évidentes.

2Les tables de l’Encyclopédie proposent une quarantaine d’articles renvoyant à des éléments spécifiques de cette période. Diderot en confie bon nombre à l’inévitable chevalier de Jaucourt, quand il ne recourt pas à l’érudition tout aussi solide de l’abbé Mallet. Un point sensible, comme celui des « Croisades » est toutefois abordé par d’Alembert, qui ne s’est pas encore retranché dans le bastion des mathématiques, à l’abri des controverses. Enfin, c’est Diderot lui-même qui se charge de parler des « Scolastiques » – en s’appuyant massivement sur Historia critica philosophiae de Brucker et après avoir été lâché par l’abbé Yvon auquel l’article était initialement confié. Si elle procède avec une conscience assez claire de l’unité de cette ère et de ses limites chronologiques (du ve au xve siècle après J.-C.), l’étude du Moyen Âge par les encyclopédistes ne repose donc pas sur des recherches nouvelles, se contentant plutôt de réorganiser des savoirs acquis. On ne s’étonnera pas que ce travail soit orienté, afin d’utiliser l’époque dans la complexe bataille philosophique et politique qu’ils mènent : les pages qui suivent proposeront d’abord une brève étude de cette instrumentalisation. Mais la vraie question est celle de l’utilité que l’esprit peut encore tirer de cette lecture critiquable et dépassée du Moyen Âge. Il n’est plus intellectuellement concevable de présenter l’époque dans les oripeaux de ténèbres que lui attribue l’Encyclopédie. Cependant, il se peut qu’au-delà de toutes les mauvaises raisons qui font servir le Moyen Âge de repoussoir à la saine doctrine encyclopédique, le désamour des philosophes repose sur une base plus solide, car moins idéologique. Ce noyau dur, peut-être universellement humain, mérite encore qu’on s’y attarde.

L’instrumentalisation du Moyen Âge

3Comme les animaux de la fable, le Moyen Âge sert souvent aux encyclopédistes de déguisement. Aussi, sous prétexte d’informer, cherche-t-on souvent à délivrer un message subversif. Au lecteur de « joindre » les informations, de prolonger les réflexions, de tirer les conclusions nécessaires des prémisses attentivement exposées – comme l’invite de Jaucourt en tête de l’article « Franciscains ». La lecture du Moyen Âge participe ainsi doublement, par son contenu et par l’apprentissage qu’elle impose, à l’entreprise des Lumières.

4Dans le feu de la démonstration souterrainement organisée, des distorsions à la fois fort importantes et fort étonnantes peuvent affecter la présentation des faits. Contrairement à toute attente, ce n’est ni le temps de Charlemagne, et encore moins le xiiie siècle que les encyclopédistes retiennent comme la période la plus lumineuse. On assiste, au contraire, à une véritable idéalisation de l’époque qui s’étend du vie au viiie siècle environ, temps de stabilisation des barbares et d’implantation des nouvelles institutions politiques qu’ils apportent du Nord. C’est que ce mode d’organisation des premiers Goths occidentalisés, fort mal connu par ailleurs, diffère radicalement de l’absolutisme promu par les Bourbons, et semble prouver l’existence d’une espèce de contrat, fondateur de la monarchie à la place du principe du droit divin :

[Les Goths] se fixèrent dans les royaumes qu’ils soumirent ; et ces royaumes, quoique fondés par la force, ne sentirent point le joug du vainqueur. De plus, ces premiers, libres dans leur pays, lorsqu’ils s’emparèrent des provinces romaines en Occident, n’accordèrent jamais à leur général qu’un pouvoir limité.
Quelques-uns même de ces peuples, comme les Vandales en Afrique, les Goths dans Espagne, déposaient leur roi dès qu’ils n’en étaient pas contents ; et chez les autres l’autorité du prince était bornée de mille manières différentes. Un grand nombre de seigneurs la partageaient avec lui ; les guerres n’étaient entreprises que de leur consentement ; les dépouilles étaient communes entre le chef et les soldats ; aucun impôt en faveur du prince ; et les lois étaient faites dans les assemblées de la nation. Quelle différence entre les Goths et les Tartares ! Ces derniers en renversant l’empire grec établirent dans les pays conquis le despotisme et la servitude ; les Goths conquérant l’empire romain fondèrent partout la monarchie et la liberté. (« Fief », tome vi, p. 689)

5Toutes les vertus parent, d’ailleurs, ces envahisseurs gracieux, qui partagent les terres de manière à léser le moins possible les Romains qu’ils soumettent ; loin de s’emparer des meilleurs champs, ils s’établissent dans des endroits auparavant incultes, parce qu’ils en comprennent le potentiel. L’institution des fiefs est interprétée comme directement inspirée par ce souci de développement économique (on pourrait dire « de croissance »), croisé avec une sensibilité aiguë au droit de la communauté sinon des personnes : « Par conséquent, les grands tenaient leurs seigneuries du public, du royaume et non du roi. » (idem, p. 691.)

6D’anciens appels à la création d’une méritocratie, les échos de la réaction nobiliaire (dont Montesquieu, que l’article suit explicitement, fut l’un des plus notables représentants) et une conception moderne de l’État sont, dans des proportions inégales, responsables de cette lecture exaltée des invasions barbares. Inversement, ce travail d’analyse du passé avec des préoccupations et des partis pris politiques modernes détermine le bilan désastreux des croisades établi par d’Alembert. On peut y lire entre les lignes la préoccupation démographique des encyclopédistes, l’intérêt renouvelé pour les finances et une vision très tranchée quant à l’origine des dysfonctionnements économiques :

C’est-à-dire que ces émigrations occasionnées par un esprit mal entendu de religion coûtèrent à l’Europe environ deux millions de ses habitants, sans compter ce qui en périt dans la croisade du Nord et dans celle des Albigeois.
La rançon de Saint Louis coûta neuf millions de notre monnaie. On peut supposer, sans exagération, que les croisés emportèrent à peu près chacun cent francs, ce qui forme une somme de deux cent neuf millions.
Le petit nombre de chrétiens métis qui restèrent sur les côtes de la Syrie fut bientôt exterminé ; et vers le commencement du treizième siècle il ne restait pas en Asie un vestige de ces horribles guerres, dont les suites pour l’Europe furent la dépopulation de ses contrées, l’enrichissement des monastères, l’appauvrissement de la noblesse, la ruine de la discipline ecclésiastique, le mépris de l’agriculture, la disette des espèces, et une infinité de vexations exercées sous prétexte de réparer ces malheurs. (« Croisades », tome iv, p. 504-505)

7Pour les encyclopédistes, le Moyen Âge a expérimenté toutes les errances politiques qui se présentent comme autant de possibilités du monde moderne ; l’échec de son christianisme conquérant, la corruption de l’institution féodale par l’éloignement de son esprit initial sont soulignés intentionnellement dans la présentation de l’époque, afin d’orienter la France vers un régime monarchique moins autoritaire, sinon moins centralisé. S’y ajoute un appel constant à la subordination du pouvoir religieux devant le pouvoir séculier, seule solution viable dans un État moderne, et fidèle (comme les encyclopédistes le soulignent à l’envie) aux véritables principes de la religion. Les voix s’élevant au Moyen Âge pour ou contre une telle distribution du pouvoir deviennent, dans l’Encyclopédie, des précurseurs des personnages modernes qui s’affrontent au même sujet. En parler, c’est trouver un moyen détourné de prendre part au débat.

8La présentation de ces figures typiques du Moyen Âge que sont les sorciers devient elle aussi le support d’un combat beaucoup plus moderne. Derrière l’être doté de pouvoirs surnaturels on voit, avec Malebranche, un pâtre ivre qui prend les chimères de l’alcool pour des événements réels (article « Sabbat »), un être d’esprit médiocre, mais honnête, qui perce à jour la turpitude de l’église (article « Vaudois ») ou, surtout, un individu en avance sur son temps, dont l’excellence excite les passions des ignorants qui l’entourent :

Ils vivaient dans des temps où l’ignorance la plus profonde régnait autour d’eux ; ils possédaient cependant une universalité de connaissances si peu commune dans notre siècle éclairé, qu’ils passeraient encore aujourd’hui pour des prodiges. […] c’étaient deux hommes de génie, dont la lumière plus forte que les ténèbres environnantes s’échappait en tout sens, par l’impossibilité de demeurer étouffé ; mais elle n’était que plus offensante pour les autres hommes, dont elle allait frapper et blesser les yeux dans l’obscurité. (« Chimie », tome iii, p. 429.)

9Se lit ainsi derrière Roger Bacon ou Albert le Grand, derrière tous ces philosophes qui renoncent aux vaines spéculations pour étudier la nature et la morale (Robert Pulleyn, Jean de Sarisbéri, Guillaume d’Averne cités dans l’article « Scolastiques ») l’image même des encyclopédistes persécutés. Avec un art consommé de la sprezzatura, les auteurs des articles évitent de remuer fortement par une évocation vive des brimades infligées aux savants par les ignorants ; elles deviennent plaisamment une sorte de distinction accordée par la foule malgré qu’elle en ait, et parfois à tort :

Pierre d’Apono ou d’Abano, philosophe et médecin, fut accusé de magie. on ne sait pas trop pourquoi on lui fit cet honneur. Ce ne serait aujourd’hui qu’un misérable astrologue, et un ridicule charlatan. (« Scolastiques », tome XIV, p. 775.)

10S’entend ainsi, en même temps que l’appel subséquent aux consciences pour que cesse cette oppression des gens vertueux et capables, qui ne veulent que le bonheur de l’humanité, une note de gaieté à la fois moderne et philosophique. Terme commun de tous les articles recensés, elle offre un modèle de style encore non dépassé pour tous les combats ultérieurs de l’esprit contre l’ignorance.

Le refus d’un imaginaire

11Mais un modèle de style, seulement. Ni objectivité, ni exactitude ne sont des qualités de cette présentation haute en couleurs du Moyen Âge. Au demeurant, et pour rester dans l’espace même de pensée du xviiie siècle, l’ignorance ainsi pointée du doigt, constamment utilisée comme argument contre les théologiens et leurs successeurs modernes, ne constitue pas le pire. Ne pas savoir est une mésaventure éternelle de l’esprit humain, dont les encyclopédistes se savent à leur tour menacés et qu’ils acceptent souvent de bonne grâce, comme Socrate. Le fait qu’ils en tiennent rigueur (souvent à tort) aux savants de l’époque médiévale, le refus d’envisager leurs efforts avec indulgence sont les symptômes d’une antipathie profonde, dont il s’agit de chercher les racines.

12On peut former l’hypothèse qu’elles se trouvent du côté de la littérature. Les encyclopédistes sont réfractaires aux histoires de preux chevaliers et de gentes demoiselles, aux mondes enchantés de Merlin où les événements extraordinaires se succèdent pour le plus grand plaisir de certains lecteurs. À preuve, cette présentation amusante d’un des mythes les plus connus de l’époque, qui ne serait peut-être pas désavouée par les générations modernes d’élèves :

La valeur de Charlemagne, ses hauts faits d’armes égaux à ceux des chevaliers les plus renommés, la force et l’intrépidité de son neveu Roland, sont bien marqués au coin de la chevalerie qui s’introduisit depuis son règne. Durandal est une épée que tous les romanciers ont eu en vue dans la suite ; elle coupe un rocher en deux parts, et faite cette grande opération entre les mains de Roland affaibli par la perte de son sang. Ce héros mourant sonne de son cor d’ivoire, et son dernier soupir est si terrible, que le cor en est brisé. Ces prodiges de force rapportés sans nécessité donnent à entendre qu’ils étaient reçus dans le temps que la chronique a été composée, et que l’auteur a seulement voulu parler la langue de son temps. (« Roman de chevalerie », tome xiv, p. 342.)

13Les encyclopédistes peuvent comprendre, jusqu’à un certain point, l’utilité civilisatrice de ce type de roman qui, comme la poésie provençale ou comme le tournoi (deux articles qu’il faudrait explorer), peut véhiculer des contenus moraux :

On ne négligea rien dans ces premiers temps de ce qui pouvait inspirer à ces hommes féroces l’honneur, la justice, la défense de la veuve et de l’orphelin, enfin l’amour des dames. La réunion de tous ces points a produit successivement des usages et des lois qui servirent de frein à ces hommes qui n’en avaient aucun, et que leur indépendance jointe à la plus grande ignorance rendait fort à craindre. (Ibidem, p. 343.)

14Ils restent toutefois définitivement réfractaires à sa poésie, récusant comme pernicieux le charme qui s’en dégage. Le rêve chevaleresque ne peut constituer qu’un pis aller, un de ces remèdes potentiellement pires que le mal. Car, tout en raffinant les mœurs, il enflamme les têtes, cultivant un penchant pour l’extraordinaire et l’irréel dans lequel l’esprit humain n’est que trop enclin à se complaire :

La chevalerie paraît encore avoir tiré son lustre de l’abus des légendes ; le caractère de l’esprit humaine avide du merveilleux en a augmenté la considération ; et les rois l’ont autorisée, en soumettant à quelques espèces de formes, d’usages et de lois, des nobles qui enivrés de leur propre valeur étaient portés à s’ériger en tyrans de leurs propres vassaux. (Ibidem, p. 343.)

15Aussi, sous prétexte d’en parler, de Jaucourt accorde autant de place à la lecture de Don Quichotte qu’au rapide passage en revue du cycle arthurien et des textes de Robert de Boron : roman de chevalerie pour roman de chevalerie, mieux vaut la parodie éclairée que ses hypotextes.

16Il est possible donc que la critique encyclopédique du Moyen Âge se fonde tout autant sur ce refus de l’imaginaire que sur la nécessité d’attaquer, de manière détournée, le clergé en tant que détenteur injuste d’un pouvoir. À preuve, les piques de Diderot contre la théologie, science maîtresse de l’époque. Son galvaudage de la prétention de tout ramener à la science de Dieu (qui constituerait la conclusion la plus importante de Bonaventure le Franciscain) repose tout autant sur la volonté de laïcisation des sciences que sur le refus d’une attitude nocive de l’esprit qui ne touche pas que les religieux :

Il n’y a donc aucune connaissance humaine qui ne puisse se rapporter aux Écritures et à la Théologie. Et j’ajouterai aucun homme, quelque sensé qu’il soit, qui ne rapporte tous les points de l’espace immense qui l’environne au petit clocher de son village. (« Scolastiques », tome xiv, p. 774)

17L’invention de la matière subtile, les hypothèses les plus saugrenues concernant l’âme s’inscrivent, certes, dans un complot des ecclésiastiques pour écarter tout ce qui peut mettre en question la Révélation – et le philosophe se doit de les combattre en tant que telles. Mais n’auraient-elles freiné aucunement le progrès qu’il faudrait encore les pourfendre comme manifestations du « caractère de l’esprit humain avide du merveilleux ». Les spéculations de Pierre Abélard sont aussi condamnables que les propositions de Saint-Bernard, nonobstant la persécution dont le premier fut victime. Sa doctrine, « un mélange d’aristotélisme, de subtilités, de distinctions, [qu’]il était facile de ne pas entendre et de lui faire dire tout ce qu’on voulait » (« Scolastiques », tome xiv, p. 772) naît du même mouvement qui fait imaginer des enchanteurs tout puissants et des épées plus fortes que le roc.

18Le combat contre le Moyen Âge n’est donc pas seulement une lutte contre l’Infâme, mais plus généralement un refus du penchant à la rêverie, qu’elle soit littéraire ou métaphysique. On lui oppose la nécessité d’apporter des réponses solides à la vie, l’obligation de résultat que s’imposent un Guillaume d’Averne, un Albert le Grand, un Roger Bacon. La réorganisation de l’espace des sciences, souhaitée par l’abbé Yvon dans l’article « Aristotélisme », la réforme de l’enseignement souhaitée par Diderot témoignent de cette volonté de récuser la complaisance dans l’imaginaire :

Qui croirait qu’aujourd’hui même on n’en est pas encore bien guéri ? Qu’est-ce que la théologie qu’on dicte sur les bancs ? Qu’est-ce que la philosophie qu’on apprend dans les collèges ? La morale, cette partie à laquelle tous les philosophes anciens se sont principalement adonnés, y est absolument oubliée. Demandez à un jeune homme qui sait son cours : qu’est-ce que la matière subtile ? Il vous répondra. Mais ne lui demandez pas qu’est-ce que la vertu ? Il n’en sait rien. (« Scolastiques », tome xiv, p. 777.)

19L’écriture même de l’histoire du Moyen Âge s’explique, dès lors, sous un nouveau jour. L’ironie qui, comme il a été montré plus haut, en constitue la principale caractéristique vient autant d’un sentiment de supériorité (peut-être mal placé) que de la volonté de traiter de cette matière potentiellement fabuleuse avec la distance nécessaire. L’Encyclopédie refuse de créer des icônes, de remplacer la fascination pour les chevaliers par une fascination, tout aussi nocive, pour les champions de la saine science ou leurs pourfendeurs. Faire apercevoir des hommes, et non des forces extraordinaires s’affrontant dans un cadre étrange, voici le mot d’ordre des articles sur le Moyen Âge, qui n’hésitent, dès lors, à sacrifier la spécificité de l’époque. L’effort d’identification d’une mentalité, si cher à l’histoire moderne, importe peu aux philosophes, puisque c’est l’universellement humain, et non l’accidentel, qu’il s’agit de dégager. On rêvera moins, car la machine imaginaire ne s’emballe que grâce à la différence, mais on se connaîtra mieux.

20L’analyse de l’accroissement et de la ruine de l’ordre des Templiers, un des événements les plus passionnants du Moyen Âge, est éclairante en ce sens. L’article veut avant tout fournir des renseignements objectifs quant à la date de constitution de la confrérie, à ses fondateurs et au triple serment qui les lie (pauvreté, chasteté, obéissance). On se moquera, comme de juste, d’un certain esprit d’aventure et d’extraordinaire qui explique son premier succès. Mais tout l’appareil fantastique drapant encore de nos jours le procès des chefs de l’ordre (mœurs dissolues, commerce avec le diable, pouvoirs surnaturels et/ou savoirs mystiques) est refusé dans une réfutation en dix points des chefs d’accusation et de la validité des preuves. Le fameux « baiser des Templiers » ne peut être qu’une légende sans fondement, car c’est là une coutume infamante, alors que toute collectivité est jalouse de sa gloire. Les raisons symboliques susceptibles d’avoir engendré une telle pratique ne sont à aucun moment prises en compte, probablement afin de ne pas nourrir inutilement les imaginations déjà échauffées par le prétendu mystère des Rose-Croix. Pas recensées non plus les convictions authentiques sur lesquelles, au-delà des appétits divers, a pu se fonder la persécution : qu’on puisse supplicier avec la volonté sincère de servir Dieu, voici ce que les auteurs de l’Encyclopédie ont du mal à croire, préférant à l’hypothèse du fanatisme (lui-même interprété, normalisé comme une maladie de l’esprit, à bases quasi-physiologiques) des explications en termes de « vices » éternellement humains. De même, l’article « Inquisition » accorde autant d’espace aux condamnations les plus récentes, les moins mythiques, prononcées par le célèbre tribunal qu’à son institution au xiiie siècle en marge de la nébuleuse affaire des Vaudois.

21Pour les mêmes raisons, les personnages historiques sont traités avec une familiarité que l’on peut trouver choquante, à laquelle on peut donner des raisons philosophiques (refus de l’argument d’autorité, notamment théologique), mais qui a surtout pour but de les rendre proches. L’enjeu est particulièrement évident à propos de Saint-Bernard, l’effet de majesté produit par la dénomination sacrée étant constamment contrecarré par l’ironie :

Qui est-ce qui ne connaît pas l’histoire et les malheurs d’Abélard ? qui est-ce qui n’a pas lu les lettres d’Héloïse ? qui est-ce qui ne déteste pas la fureur avec laquelle le doux et pieux Saint Bernard le persécuta ? (« Scolastiques », tome xiv, p. 771.)

22Gilbert de la Porée meurt en 1154, « après avoir éprouvé la haine du doux Saint Bernard » (ibidem, p. 772).

23Dans un registre proche, l’histoire de Charlemagne est réécrite avec la volonté de prévenir tous les développements fabuleux. On y voit un homme doté de grandes qualités guerrières et administratives, mais le mythe se dissout (ou, plus exactement, n’arrive pas à se résoudre) grâce à l’intérêt porté à la face cachée de la médaille – un monarque violent qui ne cherche ni à combattre, ni à dissimuler ses vices :

Les muses reconnaissantes ont consacré ses grandes actions ; mais justes et modérées dans leurs éloges, en relevant les vertus des héros, elles ont dévoilé les faiblesses de l’homme. Né avec des passions impérieuses, Charles ne fut pas toujours attentif à en prévenir les ravages : il alarma souvent la pudeur des vierges. Ses écarts, l’horrible massacre des Saxons et la multitude de ses femmes et de ses concubines ont levé des doutes sur la sainteté que plusieurs papes lui ont déférée. (Supplément, tome ii, p. 338.)

24L’Encyclopédie pose ainsi, involontairement, les bases de la recherche du scandale, qui fait le succès de certains de nos best-sellers et procède, à son tour, d’une complaisance coupable dans l’imaginaire. Mais sa peinture du Moyen Âge se veut aussi réaliste que possible, aussi juste dans l’évaluation du bien et du mal, aussi éloignée de la menace de l’ange que de celle de la bête. Si elle perd en pittoresque, en spécificité, elle gagne ainsi une intensité, un relief extraordinaire, car il s’agit moins de déterrer des temps révolus que de parler d’un hier encore d’actualité.

25On retiendra, enfin, que la représentation du Moyen Âge n’est pas massivement organisée autour de sa « noirceur », quoique les termes « ténèbres » et « obscurité » soient employés pour décrire l’époque. Le syntagme le plus fréquemment utilisé est « temps d’ignorance ». Là où la métaphore nocturne laisse, malgré tout, un espace important à la rêverie, à la contemplation fascinée et effrayée qu’exploitera un Huysmans dans ses romans « noirs », la désignation en termes scolaires mine tout ce potentiel angoissant et grandiose. Lire le Moyen Âge, c’est surtout se regarder dans un miroir grossissant, mais sincère, porteur d’enseignements moraux puisque susceptible de faire apercevoir les forces éternelles qui meuvent les hommes.

Conclusions

26La vision du Moyen Âge par les Encyclopédistes n’a plus cours. La redécouverte de sa littérature, l’étude plus approfondie de sa philosophie et de son histoire nous ont permis de comprendre son rôle dans la constitution de la culture européenne. Mais ce travail de réévaluation, nous l’avons effectué également parce que nous avons fait nôtre, jusqu’à un certain point, la méthode d’investigation des encyclopédistes. Les articles utilisent, certes, la philosophie médiévale comme repoussoir de la saine doctrine sensualiste et expérimentale ; mais ils dépoussièrent, ce faisant, des connaissances depuis longtemps endormies dans des ouvrages érudits et peu consultés, les mettant à la disposition d’un plus grand nombre de lecteurs. Aussi n’est-il pas étonnant de voir apparaître, parallèlement à l’entreprise encyclopédique, un intérêt nouveau chez les amateurs de curiosités, portant précisément sur le Moyen Âge.

27Le succès actuel des sommes romanesques inspirées du Moyen Âge peut laisser penser qu’en ce qui concerne l’imaginaire l’esprit encyclopédique est également dépassé. Il est vrai que le Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers n’a pas su mesurer à sa juste mesure la nécessité du mythe et de la rêverie fabuleuse, prêtant le flanc aux critiques des romantiques contre l’incapacité d’élévation de l’esprit bourgeois. Mais il nous aura appris à apprécier la découverte, par-delà les différences culturelles, des similitudes de sentiment et de pensée qui renforcent le sentiment d’unité de l’espèce humaine – et cette approche-là est encore moderne. Le roi Arthur décrit par le Yankee de Mark Twain a encore devant lui autant de beaux jours que le Boromir – Roland du Seigneur des Anneaux.

Notes

1 Toutes les références à cet ouvrage seront faites d’après la réimpression en facsimilé de l’édition originale, Friedrich Frommann Verlag (Günther Holzboog), Stuttgart-Bad Cannstatt, 1966-1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540