Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Première partie. Moyen Âge politique

Le long « Nouveau Moyen Âge »

Laurent Broche

Texte intégral

  • 1 Sur ce thème voir Payen P., « Le recours analogique à l’Antiquité : problèmes et propositions pour (...)

1Penser le présent, voire le futur, en recourant au passé – « réel », mythifié ou détourné – semble une constante. Dans cet article, nous suivrons quelques fils, très révélateurs de ce pouvoir des recours analogiques au passé1, des usages au xxe siècle de la formule « Nouveau Moyen Âge » et des multiples expressions évoquant un « retour » au Moyen Âge.

De l’appel à un « Nouveau Moyen Âge » spirituel à la dénonciation tous azimuts

  • 2 Berdiaev N., Le Nouveau Moyen Âge, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1986, p. 64 et 70. Sur la réception de (...)

2En 1924, Nicolas Berdiaev signe Le Nouveau Moyen Âge. Réflexions sur la destinée de la Russie et de l’Europe. Son but : vivifier une spiritualité néo-médiévale qui sauvera le monde de la modernité et des religions politiques comme le communisme – « religion du Diable » – qui vient de s’abattre sur la Russie : « J’appelle conventionnellement nouveau Moyen Âge la chute d’un principe légitime du pouvoir, du principe juridique des monarchies et des démocraties, et son remplacement par le principe de la force, de l’énergie vitale, des unions et des groupes sociaux spontanés. » « Il faut attribuer au nouveau Moyen Âge, toute volonté d’unité religieuse, de réunions des parties déchiquetées du monde chrétien, la volonté d’arriver à une culture spirituelle universelle, volonté qui se dévoilera dans la couche supérieure de l’humanité contemporaine2. »

  • 3 Essai d’autobiographie spirituelle, Paris, Buchet-Chastel, 1992, p. 314.
  • 4 Mounier E., Refaire la Renaissance, Paris, Seuil, 2000, p. 51.
  • 5 Merlio G., « Edgar Julius Jung ou l’illusion de la “Révolution Conservatrice” », Revue d’Allemagne(...)
  • 6 Pour la filiation tchèque du thème : Faucher E., « Vers un nouveau Moyen Âge : Masaryk, Hromadka, (...)
  • 7 Ryôen M., « The Symposium on “Overcoming Modernity” », Heisig J. et Maraldo J. (dir.), Rude Awaken (...)
  • 8 Cité par Vinck H., « La guerre de 1940-1945 vécue à Coquilhatville (Mbankada, R. D. du Congo) », A (...)

3Il y a une postérité directe de l’expression de Berdiaev, qui regrettait qu’elle éclipse le reste de son œuvre3, dans la pensée des années trente. Dans ses articles d’Esprit réunis dans Révolution personnaliste et communautaire, Emmanuel Mounier écrit que « la moisissure du monde moderne est si avancée, si essentielle qu’un écroulement de toute sa masse vermoulue est nécessaire à la venue des nouvelles pousses. Avant notre Renaissance, on l’a dit, il nous faut un nouveau Moyen Âge4 ». Outre-Rhin, E. J. Jung, adversaire de Hitler assassiné en juin 1934, promoteur de la « Révolution Conservatrice », considère qu’il faut « balayer quatre siècles marqués par les progrès du libéralisme pour créer, selon la formule de Berdiaev, un nouveau Moyen Âge. Au centre de cette utopie régressive, un nouveau Reich germanique fédérant l’Europe centrale sous sa tutelle, un Reich chrétien, corporatif, éliminant la lutte des classes et remplaçant la (fausse) démocratie par une sélection organique des élites5 ». Ce désir d’un retour à la spiritualité médiévale, qui renouait avec les aspirations de Charles Péguy ou Léon Bloy, se fait entendre loin d’Europe6. Au Japon, Yoshimitsu Yoshihiko, théologien catholique formé à Sofia, prône le retour au catholicisme médiéval contre la modernité7. Au Congo belge, E. Boelaert, dans un article de la feuille paroissiale La page chrétienne du mois de mars-avril 1941 aux accents clairement anti alliés et anti démocratiques, sans plaider néanmoins pour le nazisme, s’emporte contre la situation politico-religieuse de l’Occident et fait suivre son propos d’extraits en néerlandais de l’essai de Berdiaev8.

4Au-delà de cette postérité directe, l’expression lancée par Berdiaev va servir à qualifier diverses réalités des années 1930 et 1940. Le 30 mars 1933, le pasteur Wilfred Monod débute son message au Comité français pour la protection des intellectuels persécutés :

  • 9 Cité par le Pasteur Bosc, Meeting de protestation de Lille, Lille-Paris, Mercure Universel, p. 49- (...)

Monsieur le Président,
Permettez-moi d’exprimer le soulagement que j’éprouve à la pensée que la France offre l’hospitalité aux Israélites qui fuient les ténèbres d’un nouveau Moyen Âge9.

  • 10 Toussenel A., Les Juifs, rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière, t. I, Paris, Gabri (...)

5Pour le pasteur, le nazisme marque un double retour au moyen âge : obscurantisme et intolérance, mais aussi résurgence des violences antisémites des xiiie-xive siècles10.

  • 11 Guillon D., Il a neigé sur mes 20 ans, Nice, Association nationale des Croix de guerre et des Croi (...)
  • 12 Cité par Riché P., Henri Irénée Marrou historien engagé, Paris, Éditions du Cerf, 2003, p. 74-76.

6Quelques mois plus tard, le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes publie son manifeste « Aux travailleurs » avec cette phrase : « Camarades, sous couleur de révolution nationale, on nous prépare un nouveau Moyen Âge. » Pour le CVIA, ce sera l’ère d’un nouvel asservissement des prolétaires aux nouvelles féodalités industrielles et commerciales. Denis Guillon, alors jeune résistant, imaginait dans ses mémoires ce qui arriverait à celui qui deviendrait « inconditionnellement un membre esclave du Parti » : « Il se pourra que le Conseil Suprême te confie un de ces districts à gérer. Là, tu seras le seigneur, dans une vraie puissance féodale retrouvée. Ce sera le nouveau Moyen Âge : le progrès ! (Mein kampf dixit11 !). » En 1943, l’historien Henri Irénée Marrou, préfaçant le volume collectif : Le christianisme et la fin du monde antique, présente les témoins des grandes invasions : Ambroise, Jérôme, Augustin, etc. Maints passages témoignent de son esprit résistant : « Aujourd’hui, où bien des voix s’élèvent pour nous annoncer un “nouveau Moyen Âge”, on se retourne volontiers vers ces temps lointains, où, pour la première fois les chrétiens ont été aux prises avec ce redoutable problème. » Il explique que des grands noms seront cités « mais aussi des minores, un peu oubliés, originaires de notre chère Gaule, qui fut en proie, il y a un millénaire et demi, à des catastrophes atroces12 ».

  • 13 Pastre G., Trois ans de front, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 55.
  • 14 Corvisier A., Sources et méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980, p. 43.

7Dans les années trente-quarante, l’expression « nouveau Moyen Âge » revêt divers sens. Elle devient si éloquente qu’on en use aisément pour désigner ou dénoncer. Lorsque l’officier Pastre, suite à la distribution de couteaux aux soldats de l’infanterie, note : « Reverrons-nous piques et pertuisanes13 ? », il fait allusion à la période mais n’a pas encore la formule « nouveau Moyen Âge », alors qu’un ancien combattant devenu médiéviste – Charles-Edmond Perrin – dès 1941 avait coutume de dire à ses étudiants : « Messieurs, en 1914 un nouveau Moyen Âge a commencé. » À l’appui de cette affirmation il citait « la primauté de la guerre qui allait cesser d’être la seule affaire des militaires, les exodes, les transferts de peuples dont l’Europe avait perdu le souvenir, la primauté du social et de l’universel dont le Bas-Empire avait déjà donné des signes, la primauté des techniques (on a trop oublié les perfectionnements techniques survenus au cours du Moyen Âge), le besoin d’instruments de travail intellectuels (dictionnaires, encyclopédies…) dont l’abus risque de scléroser la pensée14… »

De la prospection catastrophe aux analyses des relations internationales ou du processus économique.

  • 15 Vacca R., Demain le Moyen Âge. La dégradation des grands systèmes, Paris, Albin Michel, 1973.
  • 16 Peut-être Vacca s’est-il inspiré d’Un cantique pour Leibowitz de Walter M. Miller J.-R. paru en 19 (...)
  • 17 Paru dans l’Espresso en 1972 et avec les textes d’autres auteurs dans Documenti su il nuovo medioe (...)

8En 1971, dans Demain le Moyen Âge15, Roberto Vacca, ingénieur enseignant à Rome et à Harvard, explique que le monde développé qui repose sur de grands systèmes interdépendants et fragiles car trop complexes : ressources et production d’énergie, transports et moyens de communication, acheminement de la nourriture etc. va sombrer, suite à une immense coupure d’électricité dans des conditions climatiques difficiles, dans une crise généralisée – « un Moyen Âge » – qui éliminera la moitié des habitants des pays industrialisés. Pour préparer un rétablissement plus rapide à cette crise qui touchera les États-Unis vers 1985 puis le reste du monde développé et enfin, mais à un degré moindre, les pays du Tiers-monde, Vacca propose de concentrer le savoir nécessaire dans des « monastères » sanctuaires16. Autour du livre, les débats furent nombreux. Dans « Le Nouveau Moyen Âge17 », Umberto Eco, pas vraiment convaincu, propose, par jeu, d’élaborer une hypothèse de Moyen Âge soulignant les parallèles entre aujourd’hui et la période qui porte ce nom.

  • 18 Wolfers A., Discord and Collaboration : Essays on International Politics, Baltimore, Johns Hopkins (...)
  • 19 Bull H., The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics, London, Mc Millan, 1977, p. 2 (...)
  • 20 Tanaka Akihiko, The New Middle Ages : The World System in the xxi st Century, Tokyo, International (...)
  • 21 « The Meaning of New Medievalism », European Journal of International Relations, 2001, 7 (4), p. 4 (...)
  • 22 Weaver O., « Europe, State and Nation in the New Middle Ages », Wilde J. et Wiberg H., (dir.), Org (...)
  • 23 Rengger N.-J., « European communities in a neo-medieval global polity : the dilemmas of fairyland  (...)

9En 1962, Arnold Wolfers avance l’idée de « new medievalism » pour mieux saisir les récents changements dans le champ international18. En 1977, Hedley Bull creuse le concept : l’époque moderne marquée par la souveraineté exclusive des États nationaux s’achève, c’est le retour des micro et des méga souverainetés de toutes sortes, des organisations transnationales et non-gouvernementales et de la violence privée internationale. Entre le xiie-xiiie siècles et le xixe, un système fondé sur de multiples autorités locales faisant référence à deux pouvoirs principaux – la papauté et l’empire – a laissé progressivement la place à un système fondé sur les particularismes des communautés territoriales qui allaient devenir les États souverains. Aujourd’hui, le chemin inverse s’amorce, les États nationaux perdent une partie de leur souveraineté au bénéfice d’entités infra ou supra nationales tandis que certains universalismes continuent de coexister ou se concurrencer : démocratie, progrès technologique, système capitaliste, grandes religions19. Depuis, la notion de « new medievalism » a souvent été reprise. Tanaka Akihiko, professeur de Politique Internationale à l’Université de Tokyo, définit dans le 7e chapitre de The New Middle Ages20 le « new medievalism » puis divise le monde en trois sphères : une première – « neo-medieval » – faite d’États démocratiquement et économiquement avancés, aux activités d’affaires hautement globalisées, traversée de multiples degrés d’identités et d’acteurs politiques ; une seconde – « modern » – composée d’États en situation mixte – économiquement développés mais très autoritaires ou déficients sur le plan économique mais respectant les libertés démocratiques ; une dernière – « chaotique » – réunissant des États pauvres et non démocratiques où des groupes rivaux s’affrontent en guerres civiles. La première sphère domine la dernière d’une façon contradictoire : l’ONU veut y intervenir au nom des valeurs démocratiques ; les multinationales et des organismes privés y exploitent le peu de richesses ; les organisations non gouvernementales gèrent tant bien que mal les crises et la misère ; les riches États interviennent peu en leur nom déléguant leurs responsabilités morales à des organismes non nationaux qu’ils rechignent à financer. Pour Akihiko, il y a un danger réel. Au Moyen Âge, l’Église catholique trop corrompue a vu ses valeurs décliner ; aujourd’hui, les institutions démocratiques et l’économie de marché, qui riment de plus en plus avec hypocrisie, risquent de supprimer la démocratie et les libertés individuelles comme idéaux. De son côté, Jörg Friedrichs use de la notion de « new medievalism » qu’il définit comme « un système de chevauchement d’autorités et de loyautés multiples, pris ensemble par une dualité de revendications universelles concurrentielles » pour penser la complexité du monde actuel21, tandis qu’Ole Weaver22 et Nicolas J. Rengger23 l’appliquent à la situation européenne.

  • 24 Thurow L., Les fractures du capitalisme, Paris, Village mondial, 1997, p. 287-297 pour les citatio (...)

10Pour Lester Thurow, économiste américain, nous vivons une « désorganisation […] une lente descente en vrille24 », scénario similaire à celui qui conduisit l’Empire romain au Moyen Âge. De même que l’Empire avait atteint ses frontières naturelles, le capitalisme s’étend aujourd’hui à l’ensemble du monde et la société n’a plus d’objectif unificateur. Conséquences, comme dans la Rome passée, les infrastructures humaines et matérielles et la discipline sociale se détériorent, le civisme fiscal disparaît, le déclin économique s’accroît. Autres similitudes : les immigrants « inondent le monde industrialisé, mais personne ne veut supporter les dépenses qui en feraient des citoyens à part entière. […] Les petites nations tombent entre les mains de seigneurs féodaux », l’illettrisme progresse en Amérique et dans beaucoup de pays industrialisés, sans-abri et SDF se comptent par millions, fondamentalisme religieux et terrorisme augmentent. Au Moyen Âge, le privé avait chassé le public, la criminalité s’accentuait ; aujourd’hui « le privé élimine petit à petit le public », notamment en ce qui concerne la police qui passe à deux vitesses : police officielle s’occupant des zones dangereuses avec de faibles moyens, police privée à hauts tarifs surveillant de riches quartiers. Si le livre file l’analogie avec le passage au Moyen Âge, Thurow ne le caricature pas et indique que cette période a vu naître des valeurs et idéologies qui ont modelé la vie moderne : rationalisme, romantisme, émancipation, utilitarisme, positivisme, matérialisme historique, individualisme. Autrefois, mais au terme de mille ans, l’effondrement des revenus et de la qualité de vie a engendré un grand progrès ; Thurow invite à réfléchir à l’économie de cette longue parenthèse qui exige une réforme du système capitaliste.

« Le nouveau Moyen Âge des essayistes »

  • 25 « Nous entrons dans un nouveau Moyen Âge », entretien avec Pierre Hassner, Le Monde, 27 octobre 19 (...)
  • 26 « Le nouveau Moyen Âge, comme l’ancien, correspond à un monde décentré, mobile où rien n’est défin (...)
  • 27 Delors J., « L’avenir invisible », Le Monde, 7 novembre 1993.

11De Wolfers à Thurow, les analystes cités n’associent pas le recours analogique à la perpétuation de l’image d’un noir Moyen Âge. Après 1989 et l’effondrement du monde soviétique, beaucoup d’essayistes s’avèrent moins prudents. En 1992, Pierre Hassner lui donne un sens qu’on retrouvera chez beaucoup : une époque chaotique, où la scène d’un monde sans centre est partagée par de multiples acteurs divers par « leurs natures, la fluidité de leur identité et de leurs relations25 ». L’année suivante, Alain Minc, dans un essai à grand succès, parle d’un « nouveau Moyen Âge » instable et troublé, apparu après la chute du Mur26. La métaphore est filée tout au long d’un livre curieusement placé sous le sceau de Berdiaev, alors qu’il recycle, avec moins de nuances et en y ajoutant les clichés négatifs sur la période médiévale, des idées de Bull – non cité –. Jacques Le Goff, à la suite de Jacques Delors27 qui regrettait la formule jugée « péjorative », tout en reconnaissant de « l’intérêt » à l’ouvrage, rappelle :

  • 28 Le Goff J., « Les vieux habits du Moyen Âge », Le Monde, 20 novembre 1993.

que le Moyen Âge des historiens sérieux, tout en conservant beaucoup d’ombres et de faiblesses, n’a pas été la période catastrophique caricaturalement prise par Alain Minc comme modèle de notre temps. Le définir par « l’absence de systèmes organisés, la disparition de tout centre, l’apparition de solidarités fluides et évanescentes, l’indétermination, l’aléa, le flou », le résumer dans « l’affaissement de la raison », des « idéologies primaires » et des « superstitions », et dans une litanie de « crises », de « secousses » et de « spasmes » n’est pas seulement ne voir qu’une face de la réalité historique médiévale, c’est tout à fait faux28.

12Conciliant en 1993, le Goff ne l’est plus en 2000 quand Jacques Attali déclare dans un entretien :

  • 29 Attali J., « La nouvelle économie est par nature anticapitaliste », Libération, 5 mai 2000.

Nous entrons dans une période de nouveau Moyen Âge. […] Se constituent des îlots d’abondance, comme ce fut le cas en Europe, dans la période de déclin de l’Empire romain entre le iiie et le xie siècle. Des hordes sauvages regroupant tous ceux qui ne sont pas les privilégiés du système se constituent. Ce Moyen Âge bunkérisé est déjà là : ce sont les guerres locales, les banlieues qui s’isolent, les riches qui s’isolent, les touristes qui se font prendre en otage29.

  • 30 Le Goff J., « Les fantasmes de Jacques Attali », Libération, 15 mai 2000. Peut-être y avait-il dan (...)

13Peu après, le médiéviste, reconnaissant à Attali son appartenance aux « hommes éminents par le savoir et la culture, et dont on sait […] qu’ils ont des lectures », dénonce la non-appréciation du travail des « hommes de métier » qui ont démontré la réalité historique d’un Moyen Âge autre que celui des ténèbres que continue à charrier le slogan « nouveau Moyen Âge » et surtout accuse Attali d’une vision simplificatrice et déterministe de la mutation globale de la société contemporaine : y voir l’effet des seules conséquences d’une innovation technologique et un inéluctable destin30. Selon Attali le « plus grand médiéviste français » a mal lu son article qui ne voulait en rien comparer « les décennies à venir à un nouvel obscurantisme » et y voir comme une répétition « d’un passé d’ignorance, explicable par le seul jeu des forces technologiques » et joue au mauvais « douanier » des savoirs en refusant qu’un profane enfreigne son territoire réservé. Attali enfonce le clou de l’analogie :

  • 31 Attali J., « Moyen Âge : défense d’entrer », Libération, mardi 23 mai 2000.

La science française crève de ces ridicules défenses de territoires, de ces dérisoires batailles de clochers, de ces grotesques conservations de concepts dans du formol. On y retrouve là le pire du Moyen Âge, celui de la Sorbonne et de ses docteurs rancis, confondant le savoir avec la préservation obstinée des dogmes, envoyant au bûcher tous les vagabonds de la pensée31.

14Habitué des vagabondages intellectuels transdisciplinaires, Edgar Morin a lui aussi usé de l’expression, mais dans un sens original, celui d’un entre-deux entre une époque et une autre, avec toutes les incertitudes et les potentialités possibles :

  • 32 Morin E., Nul ne connaît le jour qui naîtra, entretiens avec Blattchen E, Bruxelles, Alice édition (...)

Ce que j’appelle « le nouveau Moyen Âge planétaire », c’est que nous sommes dans une époque où tous les éléments sont prêts pour civiliser la planète. Mais, en même temps, nous sommes loin d’une civilisation civilisée. […] Nous sommes donc dans une époque où nous avons deux barbaries associées : la vieille barbarie du fond des âges, le fanatisme, le dogmatisme, la haine, le mépris ; et puis la nouvelle barbarie anonyme de la technoscience, de la bureaucratie, etc. […] nous entrons dans une période intermédiaire. Intermédiaire dans le sens où il y aura quelque chose d’autre, de convulsions et de chaos. […] Moyen Âge, […] je prends cette image comme métaphore non pas pour assimiler notre époque au Moyen Âge (que nous n’avons nommé tel qu’au xixe siècle), mais pour dire que c’est une époque où les phénomènes de dislocation, d’embouteillage prédominent. Il y a quelque chose qui veut naître et quelque chose qui se trouve bloqué32.

Le « Moyen Âge » : toujours une référence péjorative

  • 33 Extraits de lettres provenant respectivement de fonds détenus par le Musée de Bretagne à Rennes et (...)

15L’usage rhétorique du « retour du Moyen Âge » ou du « nouveau Moyen Âge » pour dénoncer une pratique, un fait, un jugement etc. semble une constante depuis la fixation du stéréotype méprisant du noir Moyen Âge. Déjà, lors de l’affaire Dreyfus, des lettres de soutien au Capitaine ou d’indignation à l’égard de ses opposants jouaient avec cette analogie33 :

vous représentez la victime des préjugés sans nombre, d’idées moyenâgeuses, de toutes les forces de réaction du pays. (À Alfred Dreyfus, 11 septembre 1899.)

J’ai lu le récit du Figaro de l’arrivée de M. Dreyfus à l’île de Ré, et j’ai lu aussi quelques lignes de Votre poème […]. On pourrait croire que nous sommes encore en plein Moyen Âge. […]. Est-ce que c’est Votre métier à Vous, M. l’abbé de crier : « Crucifiez le traître, crucifiez le lâche ! » (À l’abbé Demonceau, Curé en Saint Martin de Ré, le 21 février 1895.)

16Un siècle plus tard, Carla Del Ponte, Procureur du Tribunal Pénal International lors du jugement de Milosevic, parla d’une « sauvagerie presque moyenâgeuse ». Un petit tour sur la toile montre des usages divers, parfois triviaux, de l’expression. Dans une pétition contre le port du voile : « ne cédons pas aux pressions qui veulent modifier nos modes de vie chèrement acquis et nous faire revenir au Moyen Âge34 » et dans les commentaires accompagnant les signatures : « contre le retour du moyen âge », « oui au progrès, non au retour au moyen âge » ; sur un forum d’évaluation de jeux vidéos : « désormais, avoir un jeu de combat sans online s’apparentera à un retour au moyen âge35 » ; à un internaute écrivant des femmes rousses : « elles ont une odeur particulière », la réponse fut lapidaire : « Retour au Moyen Âge36 » ; sur un site contre le néo-libéralisme, arborant G. W. Bush en Conan le Barbare :

Depuis l’avènement du néo-libéralisme dans les années 1980, et surtout depuis l’arrivée au pouvoir de George W. Bush, nous retournons vers le passé […]. Nous avons mis longtemps à sortir du Moyen Âge, mais nous mettrons beaucoup moins de temps pour y retourner […] ce nouveau Moyen Âge possède les apparences et les pouvoirs de la technologie […] dont l’usage sera réservé à une élite, et qui sera utilisée pour asservir, contrôler, réprimer, torturer, détruire, et assassiner, avec une violence et une cruauté inédites », suivent une longue liste de « points communs entre le Moyen Âge et la période actuelle37.

17Un dernier exemple : dans un petit village de l’Aude, durant l’été 2004, des affiches contre un projet de décharge, marquées d’un étrange « Association 1227 », fleurirent ; un prospectus explique : « En 1227, il y eut à Labécède un bûcher collectif sur lequel périrent la plupart des habitants du village car leur idéologie religieuse ne correspondait pas à la volonté politique du moment. En 2004, les Labécèdois risquent de nouveau d’être sacrifiés à des fins purement politiciennes et financières. Le prix à payer : 100 000 tonnes d’ordures ménagères par an pendant 30 ans ! »

  • 38 Outre Le Goff, citons Verdon J., Le Moyen Âge : ombres et lumières, Paris, Perrin, 2004, p. 9-10.
  • 39 Dans un roman, M. Ondaatje dit de la guerre civile au Sri Lanka : « C’était une guerre de Cent ans (...)

18Que l’on use toujours du recours analogique au Moyen Âge pour dénoncer souligne la persistance de son image négative en dépit du travail et des rappels à l’ordre des historiens38. Mais cet emploi est rhétorique, destiné à susciter une image mentale dépréciative chez les auditeurs ou lecteurs39. Plus grave est l’usage qu’en font les essayistes. Le Goff, dans l’article déjà cité, écrivait :

Partir de l’idée d’un modèle médiéval renaissant dans notre époque, c’est se fermer la compréhension de l’essentiel de ce qu’elle est, et qui est spécifique. Recourir à une formule qui est d’autant plus frappante qu’elle est facile et profite de la mode que connaît un Moyen Âge toujours englué dans les ignorances d’antan, c’est remplacer un effort d’analyse original nécessaire à la compréhension de notre temps par un slogan démagogique qui n’est pas digne d’Alain Minc.

  • 40 Chrétien J.-P, « Vocabulaire et concepts tirés de la féodalité occidentale et administration indir (...)

19De même que de nombreux anthropologues et historiens, en plaquant des concepts médiévaux sur les réalités des sociétés traditionnelles non occidentales sont longtemps passés à côté de leurs spécificités40, l’analyse du monde contemporain qui recourt, sans prudence, à des slogans analogiques risque fort de ne pas aider à sa compréhension.

Notes

1 Sur ce thème voir Payen P., « Le recours analogique à l’Antiquité : problèmes et propositions pour une histoire comparée de la culture », Bulletin de Littérature Ecclésiastique, janvier mars 2001, p. 5-24 et Canfora L., La Tolérance et la vertu. De l’usage politique de l’analogie, Paris, Desjonquères, 1989.

2 Berdiaev N., Le Nouveau Moyen Âge, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1986, p. 64 et 70. Sur la réception de l’ouvrage, traduit en 13 langues, voir Gottlieb C., Dilemmas of Reaction in Leninist Russia : the Christian response to the Revolution in the works of N. A. Berdyaev, 1917-1924, Odense, University Press of Southern Denmark, 2003, p. 146-149.

3 Essai d’autobiographie spirituelle, Paris, Buchet-Chastel, 1992, p. 314.

4 Mounier E., Refaire la Renaissance, Paris, Seuil, 2000, p. 51.

5 Merlio G., « Edgar Julius Jung ou l’illusion de la “Révolution Conservatrice” », Revue d’Allemagne, t. xvi, n° 3, 1984, p. 385.

6 Pour la filiation tchèque du thème : Faucher E., « Vers un nouveau Moyen Âge : Masaryk, Hromadka, Havel », Études Danubiennes, 12, 2, p. 255-270.

7 Ryôen M., « The Symposium on “Overcoming Modernity” », Heisig J. et Maraldo J. (dir.), Rude Awakenings : Zen, the Kyoto School and the Question of Nationalism, Honolulu, Hawaii University Press, 1995, p. 197-229.

8 Cité par Vinck H., « La guerre de 1940-1945 vécue à Coquilhatville (Mbankada, R. D. du Congo) », Annales Aequatoria, 22, 2001, p. 41.

9 Cité par le Pasteur Bosc, Meeting de protestation de Lille, Lille-Paris, Mercure Universel, p. 49-50.

10 Toussenel A., Les Juifs, rois de l’époque. Histoire de la féodalité financière, t. I, Paris, Gabriel de Gonet, 1847, p. VIII, se défendait de prôner « le retour au moyen âge, aux préjugés fanatiques qui tenaient le Juif pour maudit ».

11 Guillon D., Il a neigé sur mes 20 ans, Nice, Association nationale des Croix de guerre et des Croix de valeur militaire, 1988, p. 82.

12 Cité par Riché P., Henri Irénée Marrou historien engagé, Paris, Éditions du Cerf, 2003, p. 74-76.

13 Pastre G., Trois ans de front, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 55.

14 Corvisier A., Sources et méthodes en histoire sociale, Paris, SEDES, 1980, p. 43.

15 Vacca R., Demain le Moyen Âge. La dégradation des grands systèmes, Paris, Albin Michel, 1973.

16 Peut-être Vacca s’est-il inspiré d’Un cantique pour Leibowitz de Walter M. Miller J.-R. paru en 1959.

17 Paru dans l’Espresso en 1972 et avec les textes d’autres auteurs dans Documenti su il nuovo medioevo, Bompiani, 1973. Trad. fr. La Guerre du faux, Paris, Grasset, 1985, p. 63-82.

18 Wolfers A., Discord and Collaboration : Essays on International Politics, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1962.

19 Bull H., The Anarchical Society. A Study of Order in World Politics, London, Mc Millan, 1977, p. 254-255 et 264-276.

20 Tanaka Akihiko, The New Middle Ages : The World System in the xxi st Century, Tokyo, International House of Japan, 2002.

21 « The Meaning of New Medievalism », European Journal of International Relations, 2001, 7 (4), p. 475-502.

22 Weaver O., « Europe, State and Nation in the New Middle Ages », Wilde J. et Wiberg H., (dir.), Organized Anarchy in Europe : The Role of Intergovernmental Organizations, London and New York, Tauris, 1996, p. 107-128 ; « After Neo-Medievalism : Imperial Metaphors for European Security », Burgess J.-P, (dir.), Cultural Politics and Political Culture in Postmodern Europe, Amsterdam and Atlanta, Rodopi, 1997, p. 321-363.

23 Rengger N.-J., « European communities in a neo-medieval global polity : the dilemmas of fairyland ? », Kelstrup M. et Williams M.-C., (dir.), International Relations Theory and the Politics of European Integration : Power, Security and Community, London, Routledge, p. 51-71.

24 Thurow L., Les fractures du capitalisme, Paris, Village mondial, 1997, p. 287-297 pour les citations.

25 « Nous entrons dans un nouveau Moyen Âge », entretien avec Pierre Hassner, Le Monde, 27 octobre 1992, p. 2.

26 « Le nouveau Moyen Âge, comme l’ancien, correspond à un monde décentré, mobile où rien n’est définitivement acquis. Et l’analogie ne s’arrête pas là : elle se nourrit d’un phénomène peut-être encore plus bouleversant depuis l’affaiblissement général des États-Unis, en l’occurrence la résurrection des “zones grises”, c’est-à-dire la réapparition à l’échelle de la planète mais aussi au cœur de nos sociétés, de pays, de régions ou d’espaces parfaitement délimités qui voient disparaître les structures traditionnelles d’ordre. », Minc A., Le nouveau Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1993, p. 67.

27 Delors J., « L’avenir invisible », Le Monde, 7 novembre 1993.

28 Le Goff J., « Les vieux habits du Moyen Âge », Le Monde, 20 novembre 1993.

29 Attali J., « La nouvelle économie est par nature anticapitaliste », Libération, 5 mai 2000.

30 Le Goff J., « Les fantasmes de Jacques Attali », Libération, 15 mai 2000. Peut-être y avait-il dans sa charge le souvenir de l’accusation de plagiat de certaines de ses pages par l’essayiste, voir le Canard enchaîné du 12 janvier 1983.

31 Attali J., « Moyen Âge : défense d’entrer », Libération, mardi 23 mai 2000.

32 Morin E., Nul ne connaît le jour qui naîtra, entretiens avec Blattchen E, Bruxelles, Alice éditions, 2000.

33 Extraits de lettres provenant respectivement de fonds détenus par le Musée de Bretagne à Rennes et du Musée d’art et d’histoire du judaïsme, fournis par Marie Aynié qui travaille à une thèse sur les dreyfusards du peuple et que je remercie chaleureusement.

34 http://touscontrelevoile.free.fr

35 http://www.xboxyde.com

36 http://forum.aufeminin.com

37 http://perso.wanadoo.fr/metasystems/NouveauMoyenAge.html

38 Outre Le Goff, citons Verdon J., Le Moyen Âge : ombres et lumières, Paris, Perrin, 2004, p. 9-10.

39 Dans un roman, M. Ondaatje dit de la guerre civile au Sri Lanka : « C’était une guerre de Cent ans menée à l’aide d’un armement moderne. », Le fantôme d’Anil, Paris, Éditions de l’Olivier, 2000, p. 47.

40 Chrétien J.-P, « Vocabulaire et concepts tirés de la féodalité occidentale et administration indirecte en Afrique orientale », Nordman D. et Raison J.-P, (dir.), Sciences de l’homme et conquête coloniale, Paris, Presses de l’ENS, 1980, p. 47-64 ; Franck R., « On a Changing Field : Medieval Studies in the New World », South African Journal of Medieval and Renaissance Studies, 1994, 4, p. 1-20 ; Goody J., « Feudalism in Africa », Journal of african story, 1963, 4, (1), p. 1-18.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540