Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Première partie. Moyen Âge politique

Révoltes populaires ou lectures du Moyen Âge ? Léon-Castille (xiie s.) : Féodalisme et mouvements sociaux dans l’historiographie du xxe siècle

Charles Garcia

Texte intégral

1Les soulèvements populaires du Moyen Âge ont constitué l’un des thèmes privilégiés de l’historiographie de la deuxième moitié du xxe siècle. Comme beaucoup d’autres pays, l’Espagne n’a pas échappé à ce mouvement. Placées au cœur d’un grand nombre de débats, les révoltes populaires médiévales de León-Castille auront fait l’objet de nombreux enjeux politiques et d’autant de constructions idéologiques. Il n’est donc guère surprenant que ces violences sociales aient été perçues, selon les périodes, soit comme des actes « infâmes », soit comme le mode normal d’expression du peuple de la Meseta. La révolte des Comunidades de Castille est à ce titre emblématique. Elle soulignerait l’aboutissement d’un mouvement de contestation qui plongerait ses racines au Moyen Âge, en même temps qu’elle signifierait son chant du cygne. Pour illustrer l’évolution des représentations de ces événements « sursignifiés » de l’Espagne médiévale, nous avons choisi de nous pencher sur le cas des révoltes populaires apparues à Sahagún, l’une des principales bourgades du chemin de Saint-Jacques, au début du xiie siècle.

2La portée des chroniques dites de Sahagún, véritable pierre angulaire de l’historiographie du Moyen Âge hispanique, peut être mesurée à l’aune des domaines sur lesquels s’étend leur emprise. Rares sont en effet les études conduites sur le royaume de León au xiie siècle qui n’aient pas supposé le recours à ces textes. L’analyse critique de cette source n’ayant été que très partiellement menée, il nous a semblé pertinent de circonscrire notre développement à la lecture de ces documents par l’historiographie du xxe siècle, c’est-à-dire à la période de la professionnalisation des historiens. Étudier les conflits sociaux de l’Espagne médiévale à travers le prisme de l’historiographie contemporaine nous obligera à aborder les préjugés méthodologiques du siècle qui vient de s’achever. Le regard que nos prédécesseurs ont porté sur ce passé révolu reste toutefois très stimulant, en ce sens qu’il nous éclaire sur les modèles interprétatifs que nos aînés ont appliqués aux révoltes populaires, dans un contexte historique et politique précis : celui d’un monde qui est toujours un peu le nôtre.

3Suivant un ordre chronologique, nous commencerons par l’étape du national-catholicisme et terminerons par celle, plus actuelle, du communautaro-différentialisme. Entre ces deux points d’ancrage, nous analyserons le profond courant marxiste, sans oublier celui dit « assimilationniste ». Notre ambition, au terme de ce processus, sera d’avoir exploré les principales approches ayant conduit à figer l’image de la société médiévale en León-Castille, puisque construite dans l’intention de la faire durer. On ne saurait étudier les révoltes populaires en León-Castille en faisant abstraction de la question beaucoup plus vaste, et polémique, qui les sous-tend : la grande affaire du « féodalisme » dans l’Espagne médiévale. Il n’est pas dans notre intention de nous atteler ici à commenter les arguments des uns et des autres sur un débat historiographique des plus controversés et qui a généré une production surabondante.

  • 1 Valdeón Julio, « El feudalismo hispánico en la reciente historiografía », Transiciones en la antig (...)

4Les chercheurs qui s’employèrent à l’étude des institutions politiques partaient du principe que la société médiévale était façonnée par celles-ci. Le très influent Claudio Sánchez-Albornoz fut la figure la plus éminente de ce courant, mais non la seule, et certains de ses disciples empruntèrent dans son sillage la voie que l’illustre maître avait tracée. Le résultat de ces théories aboutit à la déclaration que le royaume de León-Castille ne connut pas le développement d’une véritable féodalité en son sein. À la différence de la vision « institutionnaliste », le matérialisme historique définit la féodalité à partir des rapports découlant du « mode de production ». Cette brève présentation serait cependant incomplète si nous omettions d’intégrer un autre facteur qui, en dépit des silences, pèse d’un poids considérable pour comprendre le positionnement de certains chercheurs hispaniques. Il s’agit de l’histoire, ou plutôt du roman, que beaucoup de ces intellectuels ont tissé autour de l’inépuisable thème de la relation de l’Espagne à l’Europe. À une époque où le concept de féodalité est soumis à une profonde rénovation, la majorité des chercheurs espagnols actuels continuent d’insister sur le caractère invariablement « féodal » des sociétés péninsulaires1. Pourtant, le renouvellement historiographique qui a déjà pris corps en d’autres endroits, semble avoir rendu caduc l’attachement à cette appellation. Serait-ce là un nouveau défi pour les historiens hispaniques ? Auraient-ils donc consenti de si grands efforts pour aboutir à un aggiornamiento qui présente le risque d’être provisoire ? Actuellement, loin de considérer les relations féodo-vassaliques comme un phénomène socialement structurant, certains les ont réservées à l’élite. Et plutôt que de s’attarder sur une féodalité stéréotypée, il a été jugé plus pertinent de ne pas définir une féodalité exemplaire.

  • 2 Guerreau Alain, L’Avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Pari (...)
  • 3 Sanz Sancho Iluminado, « Notas sobre la política religiosa en tiempos del rey Fernando I de León y (...)

5Mais puisqu’il semble de plus en plus admis que les relations de vassalité ne s’appliquaient qu’aux seules élites, il devenait urgent d’expliquer les bases sur lesquelles la société médiévale reposait. Alain Guerreau a proposé le concept de dominium comme étant la véritable armature du corps social2. La notion de dominium s’appuie sur des relations de dépendance, non pas dans une acception institutionnelle, mais à partir d’un cadre plus large fondé sur l’espace. Reposant sur une base foncière, la relation de dominium aurait dépassé le simple stade de la propriété pour s’étendre aux liens politiques et juridiques dans une logique fusionnelle. Ainsi, plutôt que de vouloir établir une typologie des aspects extérieurs du féodalisme ; puis de comparer les résultats obtenus dans la Péninsule avec ceux observés au nord de la Loire, serait-il sans doute plus pertinent de réorienter toute cette réflexion pour échapper au traditionnel prisme de la « perfection » européenne, régulièrement opposée à la prétendue « imperfection » du féodalisme espagnol. En ce sens, et contrairement aux incantations ressassées à l’envi, le problème de l’Espagne, ou plutôt celui de son séculaire retard par rapport à l’Europe, bien qu’il ne corresponde plus à la réalité sociale contemporaine, continue de hanter l’esprit des chercheurs espagnols, et ce même depuis la fin du franquisme. Aussi, au lieu de perpétuer un débat en prise avec notre époque et, partant, artificiel car extérieur aux catégories mentales médiévales, nous semble-t-il plus profitable de le démystifier comme certains ont commencé à le faire3.

  • 4 Crónicas anónimas de Sahagún, Ubieto Arteta Antonio, (éd.), Saragosse : Anubar, 1987.

6C’est dans le cadre de ces débats relativement théoriques que se cristallisa le discours historiographique autour des révoltes populaires, dont celles de Sahagún ne pouvaient être absentes. Mais en quoi consistèrent ces soulèvements et qui opposèrent-ils ? Pour comprendre les lectures contemporaines du passé médiéval, nous avons jugé nécessaire de résumer ces événements tels que les rapporte la Primera crónica anónima4. En 1110, les habitants de la cité, les ci-devant bourgeois, armés d’arcs, de lances et de couteaux enfoncèrent les portes du monastère bénédictin, une institution dont l’abbé était aussi le seigneur de la ville et du territoire alentour. Cette violence, aussi spectaculaire soit-elle dans la crónica, n’a rien d’exceptionnel en tant que mouvement séditieux d’une foule en colère, comme en témoignent les soulèvements contemporains survenus à Compostelle, Lugo, Carrión ou Burgos. Dans la révolte de Sahagún, l’ensemble de la population de la ville fut pris dans la tourmente. Les lignes de partage furent des plus brouillées puisque les clercs séculiers prirent parti pour les mutins contre les moines noirs. Qui mena la révolte ? La réponse à une telle question n’a toujours pas été éclaircie. La chronique distingue deux groupes parmi la foule des émeutiers : les bourgeois les plus aisés, sorte d’oligarchie de la cité, et les « personnes les plus viles ». Mais alors que les premiers, qui auraient été à l’origine du mouvement, pactisèrent ensuite avec l’abbé, les seconds, qui avaient plutôt suivi l’insurrection, participèrent jusqu’à la fin des violences. Ils furent les seuls à être punis lorsque l’ordre fut rétabli.

7La rébellion des habitants de Sahagún dura sept ans. Après une si grande dépense d’énergie, les bénéfices de la révolte furent bien minces pour la population. Pour les séditieux, la situation postérieure à la paix redevint presque identique à celle du point de départ. L’abbé recouvra son autorité, ses droits sur la ville et les chefs rebelles furent bannis. Pourtant, et en dépit de la victoire monastique, le roi Alphonse VII concéda en 1152, quelques décennies après la fin des troubles, une nouvelle charte aux habitants de la bourgade. Dans ce texte, le roi reconnaissait la participation du concilium des habitants dans les affaires de la ville. Cette notable amélioration du statut juridique ne fut pas un obstacle à la poursuite d’un intense bras de fer entre les vecinos de Sahagún et les moines. Il se prolongea jusqu’au règne des Rois Catholiques, période au cours de laquelle les bénédictins perdirent définitivement les droits qu’ils avaient sur la cité, à l’occasion de la transformation du domaine d’abadengo en realengo.

8Pour les chercheurs du siècle passé, ces tensions auraient été la conséquence de l’implantation sur les terres de la Meseta de la seigneurie banale et, partant, de la féodalisation de la société. Ils expliquèrent également ces révoltes par l’essor urbain de la Castille. Partant du constat que des agglomérations étaient nées dans le cadre de l’évolution « normale » de l’univers féodal, on interpréta les révoltes comme étant le signe de la volonté des élites urbaines d’accéder au pouvoir. Selon une même logique, c’est le rôle grandissant des artisans et des commerçants dans la société médiévale qui aurait provoqué chez eux une prise de conscience. Et c’est la prise de conscience au sein de ce groupe qui donnerait un sens aux révoltes.

9Julio Puyol appartient à la génération des intellectuels espagnols du début du xxe siècle marqués par les idées régénérationistes. Conscients du retard que l’Espagne avait face à l’Europe, les régénérationistes se sentirent investis d’une mission qui consistait à « sauver » leur pays en le transformant de manière radicale. Dignes héritiers des « arbitristes » des siècles précédents, ces « littérateurs » se penchèrent sur les maux de la nation et proposèrent des solutions marquées au coin du bon sens. Ils jetèrent un regard attendri vers le passé, et vers le Moyen Âge en particulier. Pour eux, cette période recelait un véritable modèle social, une source digne d’inspiration pour enfin extirper l’Espagne du marasme dans lequel elle était plongée. Face au constat d’apathie et de prostration des masses, ces intellectuels se persuadèrent que le progrès, en tant que facteur de rédemption, était une mission qui incombait aux élites lettrées de la nation. C’est ainsi que Julio Puyol s’investit avec enthousiasme dans cette exaltante activité et fonda sa réflexion sur les documents des archives. Quoique placé à la confluence de courants d’idées pour le moins contradictoires, il publia la première version contemporaine des Crónicas anónimas de Sahagún. Son ambition était sans doute de rendre compte de l’histoire du petit peuple, de connaître ses us et coutumes, tout en mettant au jour les textes qui pouvaient lui livrer les clés dont il avait besoin pour son interprétation historique. Revisiter le passé exemplaire comme remède au présent, voilà le programme qu’affichait Puyol. Il était convaincu que l’Espagne avait, elle aussi, contribué à la grandeur de la civilisation universelle et il entendait le prouver.

  • 5 Puyol Alonso Julio, El abadengo de Sahagún. Contribución al estudio del feudalismo en España, León (...)

10Tour à tour historien, juriste, sociologue, romancier et critique littéraire, cet infatigable travailleur prêta une attention particulière aux thèmes qui se rapportaient au León, sa région d’origine. Les liens d’amitié qu’il tissa avec des hommes issus des milieux politiques les plus variés furent, sans nul doute, un facteur déterminant pour l’évolution de sa carrière. Il fut l’ami d’Adolfo Bonilla, le plus exalté des panégyristes du maître Marcelino Menéndez Pelayo, lequel avait le mieux symbolisé le génie du courant national-catholique espagnol à la charnière des xixe et xxe siècles. Cette proximité affective avec Bonilla n’empêcha pas le Léonais de cultiver, en parallèle, l’amitié de Gumersindo de Azcarate, l’un des principaux dirigeants du républicanisme hispanique et de la ILE. Comment s’étonner qu’avec de si nobles parrainages, Julio Puyol ne prospérât pas dans la société de la Restauracion5 ? Traitant tout ce petit monde madrilène, don Julio fut tout naturellement l’un des membres fondateurs de l’Instituto de Reformas Sociales. Rien de ce qui concerna les conflits sociaux de son temps, les conditions de travail des ouvriers ou la misère de leur logement ne lui fut étranger. En sa qualité de membre expert de la corporation, Julio Puyol rédigea de nombreux rapports sur des problèmes tels que la journée de huit heures, les accidents du travail ou la pénibilité du labeur dans les mines… En fait, Puyol fut le parfait concentré des courants idéologiques de l’Espagne de son temps qui allaient du réformisme libéral krausiste au catholicisme social conservateur. Ces jalons méthodologiques une fois posés, il se consacra ensuite à l’étude des mouvements similaires, mais replacés cette fois-ci au cœur du passé médiéval.

  • 6 Puyol Alonso Julio, Boletín de la Real Academia de la Historia, n° 76, 1920, p. 7-26, 111-122, 242 (...)

11En 1926, Puyol Alonso publia son œuvre majeure, Orígenes del reino de León, une pièce qui avait été précédée par une étude plus restreinte qu’il avait dédiée à l’abadengo de Sahagún. C’est dans ce dernier livre que Puyol fixa le cadre théorique du féodalisme hispanique. Pour construire son essai, Puyol puisa abondamment dans les Crónicas anónimas6. Il démontra, en parfait historien, que la féodalité avait bien existé en Espagne et qu’elle avait été, sur ces terres, bien meilleure pour ses habitants que ne l’avait été celle qui s’était déployée au nord des Pyrénées. Rigoureux et parfaitement documenté, Puyol offrit un magnifique essai fondé sur une fine analyse de la féodalité qui comportait des observations souvent très modernes. Plutôt que d’insister sur l’artificielle distinction entre régime féodal et régime seigneurial, il présenta une vision plus globale du « féodalisme », en tant que système organisé à partir de la notion de territoire dans son acception la plus large qu’il appela señorio, c’était là une articulation qui s’apparentait, en quelque sorte, au dominium que nous avons déjà évoqué. Cependant, désireux d’assimiler la féodalité à l’Espagne et mû par de sincères préoccupations d’éducation des classes déshéritées, Puyol consacra trois chapitres de son essai à l’étude des soulèvements populaires. Telle était la façon qu’il avait choisi de montrer à ses compatriotes défavorisés que leurs ancêtres n’avaient pas été des hommes soumis. N’étaient-ils pas parvenus à arracher de précieux droits et libertés aux tyranniques seigneurs féodaux, si proches des caciques de la Restauración ? En dépit de petites imperfections, la preuve était faite que le barbare féodalisme s’était bien abattu sur les terres de la Meseta, et qu’ici, mieux qu’ailleurs, les habitants ne s’étaient pas dérobés face à lui, qu’ils avaient courageusement lutté pour des libertés qui n’avaient rien à envier à celles qu’avaient conquises les peuples du nord de l’Europe.

12Malgré toutes ces belles déclamations, la leçon de don Julio Puyol ne fut pas unanimement retenue. Quelques années à peine après l’apparition de l’Abadengo de Sahagún, José Ortega y Gasset, le philosophe espagnol le plus admiré de sa génération, publiait son chef-d’œuvre : España invertebrada. Or, dans cet ouvrage, le célèbre penseur osa affirmer que le féodalisme avait échoué dans la Péninsule, la faute en incombant aux « décadents » Wisigoths, par trop imprégnés de romanité, contrairement aux Francs qui avaient su préserver leur vitalité toute germanique. Comment pouvait-on risquer une affirmation aussi péremptoire ? Ortega y Gasset n’était-il pas en train de détruire la patiente entreprise de régénération si laborieusement construite par ses prédécesseurs ? C’est parce que l’Espagne n’avait pas eu des dirigeants dignes de ce nom qu’elle avait échoué. Quant aux élites susceptibles de guider le peuple vers un idéal, elles avaient failli depuis les origines. Les Wisigoths, si souvent cités en exemple, étaient ravalés au rang de pauvres mollassons. Chemin faisant, ils avaient oublié les vertus guerrières et féodales qui auraient pu irriguer l’Espagne de leur énergie originelle.

13Il va sans dire que de tels propos provoquèrent, quelques années plus tard, l’indignation de nombreuses personnalités, au rang desquelles Américo Castro. Comment un homme de la trempe d’Ortega avait-il pu s’égarer à ce point ? Outré par de telles sentences, le philologue ne resta pas sans réagir, et c’est pour contrecarrer des idées aussi farfelues qu’il se lança, à son tour, dans ses propres élucubrations. Pour lui, si le féodalisme n’avait pas réussi à s’implanter en Espagne, c’était à cause des célèbres valeurs de tolérance et de coexistence qui avaient prévalu dans la Péninsule tout au long du Moyen Âge. Quant aux révoltes de Sahagún, Castro les justifia par l’éternel sentiment de cupidité que suscitent les richesses d’autrui. Il déplora la démagogie de ces soulèvements qui n’étaient dus qu’aux déséquilibres apparus entre les castes et à l’absence de culture intellectuelle chez les malveillants et étrangers clunisiens.

  • 7 Ramos Loscertales José María, « La sucesión del rey Alfonso VI », Anuario de Historia del Derecho (...)

14En 1936, José Maria Ramos Loscertales rédigea un article sur la succession d’Alphonse VI7. Dans ce travail, Ramos assuma son choix d’écarter volontairement les chroniques anonymes pour construire son récit, au motif du peu de garanties qu’elles offraient quant à leur crédibilité. Il pensait que ces sources, communément datées du début du xiie siècle, étaient en réalité apocryphes. Il consigna cette observation avec la plus grande des prudences car il n’ignorait pas que, au moment où il rédigeait ses propres lignes, l’ombre tutélaire de don Julio Puyol planait encore sur les milieux professionnels. Aussi, les réserves avisées de José Maria Ramos ne rencontrèrent-elles pas l’écho qu’elles auraient mérité dans les cercles de la recherche, tant les intérêts idéologiques des utilisateurs de ces sources prirent le dessus sur toute autre considération. Toujours est-il que, consécutivement à cette publication, les chroniques de Sahagún tombèrent dans un oubli relatif, les difficultés matérielles que connaissait l’Espagne à cette période n’étant sans doute pas étrangères à cette mise en lisière.

  • 8 Henriet Patrick, « Moines envahisseurs ou moines civilisateurs ? Cluny dans l’historiographie espa (...)

15Claudio Sánchez-Albornoz ne resta pas en dehors d’un débat aussi controversé que celui du féodalisme hispanique. Selon l’illustre médiéviste, l’Espagne, ou plutôt la Castille, n’aurait pas connu l’implantation du féodalisme. L’aristocratie castillane, à l’étroit dans le faible espace politique que lui avaient laissé la monarchie et les indomptables habitants de la Meseta, n’était pas parvenue à imposer une forme de domination féodale sur ces terres. Dans son España un enigma histórico, Sánchez-Albornoz n’eut pas recours aux chroniques anonymes de Sahagún pour défendre son original point de vue. Il aborda cette source de façon indirecte puisqu’il se borna, comme d’autres l’avaient fait avant lui, à souligner le rôle néfaste que les influences en provenance du nord de l’Europe avaient eu, à la fois sur l’Espagne et sur la monarchie castillane8. Tel ne fut pas le cas de Luis Garcia de Valdeavellano, l’un des disciples préférés du maître don Claudio, qui, dans son étude sur l’émergence de la « bourgeoisie » dans l’Espagne médiévale, utilisa amplement les Crónicas Sahagúninas, même s’il le fit en prenant un certain recul critique, tant les documents qu’il parcourut lui apparurent non dénués de : « probable exagération ».

  • 9 Pastor Reyna, Resistencias y luchas campesinas en la época del crecimiento y consolidación de la f (...)

16Alors que les études sur les révoltes populaires de Sahagún étaient quelque peu tombées en désuétude, voilà qu’elles furent remises au centre du débat historiographique au début des années 1960 par Reyna Pastor. Celle-ci choisit de prendre le contre-pied de l’œuvre du maître Sánchez-Albornoz en optant ouvertement pour une démarche marxiste, une approche qui était très en adéquation avec l’air du temps, du moins en Europe. Dans ces conditions, comment ne pas exploiter un texte aussi riche que les chroniques anonymes, en parfaite harmonie avec les préoccupations socio-politiques des dernières décennies du xxe siècle ? C’est sans doute ce livre9 qui illustre le mieux la confluence thématique que nous avons inscrite dans notre titre, tant on lit bien la façon dont le féodalisme et les révoltes rurales se fondent dans une même dynamique, les secondes étant invariablement la conséquence de l’essor du premier. Si nous suivons cette construction, il apparaît que les paysans de Sahagún se seraient rebellés contre le féodalisme importé en Espagne par les moines clunisiens soucieux de renverser les vieilles structures sociales péninsulaires, et de les remplacer par les leurs dans tous les domaines : idéologique, artistique et culturel. Les réflexions de Reyna Pastor rencontrèrent un large écho dans la profession et suscitèrent un grand engouement pour le thème des révoltes populaires médiévales. Certains en profitèrent pour mettre en évidence l’alliance de l’aristocratie, ecclésiastique au cas particulier, avec la bourgeoisie marchande, un pacte duquel les paysans et les classes populaires auraient été exclus une nouvelle fois. Cette réactualisation de l’éternelle trahison du peuple par la bourgeoisie, revue et corrigée par le prisme du Moyen Âge, s’avérant être, in fine, une autre manière de disqualifier la vieille approche « institutionnaliste » que Sánchez-Albornoz continuait à défendre avec une remarquable énergie.

17Les luttes des paysans médiévaux contre les seigneurs, et dans une moindre mesure contre les bourgeois, furent, comme nous venons de l’observer, un sujet d’étude des plus captivants pour bon nombre de chercheurs de la fin du xxe siècle. Dans un contexte politique relativement exalté, quel meilleur document que celui des Crónicas anónimas de Sahagún pour mettre en valeur les luttes pour les libertés qu’avaient menées les habitants des villes du « chemin français » ? De Compostelle à Lugo, en passant bien sûr par Sahagún, authentique pivot de ces mouvements populaires, on vit prospérer toutes sortes d’analyses pour expliquer les révoltes communales. Grâce à ces essais, les lecteurs purent suivre les faits et gestes de ces hommes en colère qui s’étaient dressés contre l’oppression seigneuriale et contre la domination impitoyable des moines noirs, considérés comme les plus féroces de tous. Bien que l’élan pour ce genre de travaux se soit quelque peu essoufflé, nous reconnaissons qu’il était alors difficile de ne pas succomber à un sujet de recherche aussi attractif.

  • 10 Gautier-Dalché Jean, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media (siglos ix-xiii), Madrid  (...)

18Jean Gautier-Dalché a consacré une grande partie de ses travaux au monde des villes médiévales en León-Castille. Le fait que le thème des révoltes urbaines, dont celles de Sahagún, soit très présent dans sa thèse est donc naturel10. Avant la publication de ce travail, il s’était déjà appuyé sur les Crónicas anónimas, sans toutefois penser à mettre en cause leur authenticité. L’approche de Gautier-Dalché, contrairement à d’autres, a été une démarche dépassionnée. Afin de percer le sens de ces troubles, Gautier-Dalché a comparé les revendications et les actions des bourgeois du nord-ouest de l’Espagne avec celles des habitants des cités du nord de la France qui s’étaient soulevés aux mêmes dates. Il a constaté, à son tour, l’importance numérique des francigeni arrivés de fraîche date dans la Meseta, et leur forte implication dans le déclenchement et dans la direction des rébellions. Ces points communs ayant été établis, Gautier-Dalché ne manqua pas de signaler que les chroniqueurs hispaniques s’abstenaient de faire référence aux mouvements « communaux » qui s’étaient manifestés au nord des Pyrénées, comme s’il n’y avait pas eu de lien entre ces révoltes. Dans la foulée, minorant le rôle joué par les « conjurations » des révoltés, et leur conférant de surcroît un caractère épisodique par rapport à celles qui avaient vu le jour en France, Gautier-Dalché écarta toute idée d’interaction entre les révoltes franques et celles hispaniques. Au terme de son récit, Gautier-Dalché rappela que, en dépit des coïncidences et de la simultanéité des troubles, les influences étrangères avaient été minimes. Il s’agissait d’une conclusion qui, quoiqu’étant très solidement argumentée, singularisait, une fois de plus, au grand dam de certains, l’Espagne face au reste de l’Europe.

  • 11 Yndurain Domingo, « La crítica histórica y literaria de Américo Castro y su escuela : hacia una va (...)
  • 12 Salvador Martínez H., La rebelión de los burgos. Crisis de estado y coyuntura social, Madrid : Tec (...)
  • 13 Henriet Patrick, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dan (...)

19Après une telle succession de travaux sur les révoltes médiévales, on pouvait s’attendre à voir surgir un dépassement des approches idéologiques. Las, c’était sans compter le retour en grâce des vieilles théories d’Américo Castro porteuses d’une vision communautaro-différentialiste qui nous viennent « depuis les Amériques ». s’il est vrai que cette approche n’a pas rencontré en Espagne l’écho que les thuriféraires du philologue avaient escompté, c’est en grande partie dû au désir des Espagnols de gommer tout ce qui peut apparaître comme étant différent, mais aussi grâce à la qualité des travaux qui ont définitivement écarté les approches par trop mécanistes11. Bien que La rebelión de los burgos12 soit le dernier livre en date sur les révoltes médiévales de Sahagún, il n’en demeure pas moins qu’il condense un grand nombre des « lectures » déjà évoquées. Reprenant à son compte les théories élaborées voici plus d’un siècle par les penseurs de « l’Espagne éternelle », le professeur Martinez revient sur le cliché du complot clunisien. Dans cet essai, et aussi curieux que cela puisse paraître, les vieilles théories de Castro finissent par rejoindre le concept de « race » tel que Menéndez Pelayo l’avait conçu, et c’est cette même idée, que don Américo avait déjà utilisée, que l’on retrouve actualisée, telle un sésame, pour expliquer l’énigme de l’histoire de l’Espagne. Un roi, Alphonse VI, qui avait trahi la confiance de son peuple en se détournant des traditions séculaires et favorisé l’arrivée des contingents francs, voilà ce qui avait détruit le beau destin de la terre idyllique d’Espagne. Fondée sur une perspective téléologique, la démarche de Salvador Martinez ne pouvait aboutir qu’à distribuer des disqualifications et des récompenses. Au titre des innombrables topoi, nous signalerons : la perte des libertés des autochtones hispano-mozarabes et la cupidité des étrangers. À peine s’étaient-ils installés que ces derniers mirent le pays en coupe réglée ; tout cela n’étant, pour Martinez, que l’aspect le plus visible de l’implantation du néfaste féodalisme « européen ». Autrement dit, c’est l’accumulation de ces humiliations qui aurait provoqué les révoltes, et ces mêmes vexations auraient incité les hispaniques à se réfugier dans une forme d’expression plus en accord avec leur tempérament13.

  • 14 Garcia Charles, L’anonymat individuel au service d’une identité collective : l’exemple des « Chron (...)
  • 15 Valdeón Baruque Julio, El Chivo expiatorio. Judíos, revueltas y vida cotidiana en la Edad Media, V (...)

20Tout autant que sur la notion de dominium, le regard que l’on porte sur le monde médiéval gagnerait à être réactualisé pour ne pas sombrer dans l’aporie. Si l’on ajoute à ces visions le fait que les Crónicas anónimas pourraient être une narration discursive apocryphe, largement postérieure aux révoltes, il serait sans doute possible de mieux appréhender les événements historiés de Sahagún à travers les failles de leur recomposition, en suivant par exemple la nature des relations que les villes castillanes maintinrent avec leurs seigneurs entre le xie et le xve siècle. Les mythes racontent souvent des histoires exemplaires et les Crónicas anónimas participent de cette logique en cela qu’elles font référence à un événement fondateur : celui de la création de l’abbaye de Domnos Sanctos et des privilèges qu’elle obtint dans un passé lointain. Que ces chroniques aient pu être traitées au xxe siècle sans le recul critique que l’on doit appliquer aux sources a été, aussi surprenant que cela puisse paraître, une activité imputable aux chercheurs contemporains et fondée sur une lecture idéologique du Moyen Âge. On aura compris, au terme de cette brève présentation, que nous mettons en doute la date de rédaction que l’on a traditionnellement accordée à ces chroniques, lesquelles seraient, d’après nous, postérieures de quatre siècles aux faits qu’elles sont censées décrire14. Force est de constater que l’agencement du chroniste de Sahagún, qui essaya de relier le présent morose dans lequel il vivait au glorieux passé de son institution pour bâtir un avenir radieux, a été mimétiquement imité par bon nombre d’érudits du xxe siècle. Parce qu’ils ont fondé leur propre narration sur un récit mythique, l’interprétation-lecture du passé médiéval de ces historiens, pétris des meilleures intentions, s’est avérée, en fin de compte, doublement fictive, alors qu’ils prétendaient la donner pour vraie. Partant du principe selon lequel l’histoire serait « fille de son temps », certains n’ont pas hésité à lire le passé médiéval au prisme des problèmes de la société dans laquelle eux-mêmes vivaient15. Outre l’ineptie d’une telle démarche, cette attitude relève de l’imposture. C’est un leurre méthodologique, car une telle attitude évacue la question des hypothèses qui devraient précéder tout raisonnement. Paradoxalement, de tels agissements ont une grande vertu. Grâce à eux, les chercheurs des générations suivantes disposent d’une matière renouvelée basée sur les lectures intéressées du passé. Ainsi, plutôt que d’avoir à traiter uniquement l’univers du Moyen Âge, il nous est loisible de nous pencher sur la mentalité de nos propres contemporains, un programme en constante évolution.

Notes

1 Valdeón Julio, « El feudalismo hispánico en la reciente historiografía », Transiciones en la antigüedad y feudalismo, Carlos Estepa et Domingo Plácido (coord.), Madrid : Fundaciones de Investigaciones Marxistas, 1998, p. 131-138. José María Salrach, « Les féodalités méridionales : des Alpes à la Galice », in Les féodalités, Éric Bournazel et Jean-Pierre Poly (éds.), Paris : PUF, 1998, p. 313-388.

2 Guerreau Alain, L’Avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris : Le Seuil, 2001.

3 Sanz Sancho Iluminado, « Notas sobre la política religiosa en tiempos del rey Fernando I de León y Castilla », p. 65-97, Pensamiento medieval hispano. Homenaje a Horacio Santiago-Otero, 2 vols., Madrid : CSIC – Diputacion de Zamora, 1998.

4 Crónicas anónimas de Sahagún, Ubieto Arteta Antonio, (éd.), Saragosse : Anubar, 1987.

5 Puyol Alonso Julio, El abadengo de Sahagún. Contribución al estudio del feudalismo en España, León : Ediciones Leónesas, 1985, éd. en fac-similé [1e éd., 1915].

6 Puyol Alonso Julio, Boletín de la Real Academia de la Historia, n° 76, 1920, p. 7-26, 111-122, 242-257, 339-356, 395-419, 512-519 ; et n° 77, 1920, p. 51-59, 151-192.

7 Ramos Loscertales José María, « La sucesión del rey Alfonso VI », Anuario de Historia del Derecho Espanol, 13, 1936-1941, p. 36-99.

8 Henriet Patrick, « Moines envahisseurs ou moines civilisateurs ? Cluny dans l’historiographie espagnole (xiiie-xxe siècles) », Revue Mabillon, 11 (72), 2000, p. 135-159.

9 Pastor Reyna, Resistencias y luchas campesinas en la época del crecimiento y consolidación de la formación feudal. Castilla y León, siglos x-xiii, Madrid : Siglo veintiuno, 1980, p. 14-15.

10 Gautier-Dalché Jean, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media (siglos ix-xiii), Madrid : Siglo veintiuno, 1979, p. 211-277.

11 Yndurain Domingo, « La crítica histórica y literaria de Américo Castro y su escuela : hacia una valoración », Judíos. Sefarditas. Conversos. La expulsión de 1492 y sus consecuencias, Ángel Alcalá (éd.), Valladolid : Ámbito, 1995, p. 577-586, p. 585.

12 Salvador Martínez H., La rebelión de los burgos. Crisis de estado y coyuntura social, Madrid : Tecnos, 1992.

13 Henriet Patrick, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dans la Péninsule ibérique (xie-xiie siècles », Revue d’Histoire de l’Église de France, 90, 2004, p. 65-80.

14 Garcia Charles, L’anonymat individuel au service d’une identité collective : l’exemple des « Chroniques anonymes de Sahagún » (xiie siècle), Université de Poitiers (sous presse).

15 Valdeón Baruque Julio, El Chivo expiatorio. Judíos, revueltas y vida cotidiana en la Edad Media, Valladolid : Ámbito, 2000, « Revueltas en la Edad Media castellana », p. 161-180, p. 169.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540