Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images du Moyen Âge

 | 
Isabelle Durand-Le-Guern

Première partie. Moyen Âge politique

Pierre Le Baud : écrire le passé pour conjurer l’avenir ?

Joëlle Quaghebeur

Texte intégral

  • 1 Elle fut éditée par D’hozier C., Paris, 1638, Histoire de Bretagne avec les Chroniques de Vitré et (...)

1Ce fut sur le « commendement » de la reine Anne, que Pierre Le Baud entama en 1498 la rédaction du Livre des Cronicques des Roys, Ducs et Princes de Bretaigne armoricane aultrement nommée la moindre Bretaigne. Le projet était clair : il s’agissait de « compiler, concorder et assembler les généalogies, les noms, les temps et les faits notables » des « très nobles progéniteurs et prédécesseurs les Roys, Ducs et Princes royaulx » de sa « région, duché et principaulté de Bretaigne armoricane » afin que de « […] si très nobles choses dignes de perpétuité ne soient pas par silence mises en oubly et hors d’usaige1 ». Achevé en 1505, l’ouvrage dressait un tableau vigoureux et qui se voulait précis de l’hisoire de la Bretagne depuis Jules César jusqu’en 1458. Car désireux d’inscrire sa terre dans ce que nous dénommons « très longue durée » l’historien breton l’intégra dans l’Antiquité méditerranéenne, en comprenant – suivant en cela Geoffroy de Montmouth – Brutus comme le premier roi des Bretons. Les Francs, de façon ancienne, avaient fait de même, n’était-ce pas, dès l’abord, montrer « l’égalité » des deux peuples ?

2La Bretagne et sa princesse, Anne, connaissaient, en ces années, de terribles moments : épouse depuis 1491 du roi Charles VIII, Anne avait fait entrer le duché dans le royaume de France. Au printemps 1498, elle perdit, en quelques jours, l’enfant qu’elle venait de mettre au monde et son époux. Dès lors le Royaume et le Duché se trouvaient sans héritier. L’inquiétude d’Anne est sensible dans le fait que, trois jours après la mort du roi, elle nomma deux de ses fidèles à la tête du gouvernement militaire du duché et de la chancellerie bretonne.

3Redevenue duchesse de plein droit, elle fit son entrée à l’automne 1498 à Nantes, présida les états à Rennes et fit frapper d’or à son effigie. Aussi l’appel à Pierre Le Baud ne doit-il pas être compris comme une composante de ce processus politique et une façon pour la jeune duchesse d’affirmer son autorité sur la terre de ses prédécesseurs, « pères » par le sang ou par le pouvoir hérité ?

4Car Pierre Le Baud, vivant dans la seconde moitié du xve siècle, avait été le témoin de toutes les inquiétudes et les espoirs qui parcouraient alors le duché de Bretagne. Son intelligence et sa culture l’avaient fait remarquer de puissants protecteurs. Aussi convient-il de revenir, sur l’itinéraire personnel et intellectuel de ce lettré, de mesurer ce qui au travers de son œuvre (rédigée sur près d’une trentaine d’années) est regard d’un homme et d’une époque sur un présent douloureux au travers d’un passé reconstitué, enfin d’inscrire ces rédactions successives dans une réflexion plus globale sur l’écriture du Moyen Âge breton, à l’aube du xvie siècle.

5Issu d’une petite noblesse installée dans le Maine, il fut d’abord prêtre à Châteaugiron, puis chantre et chanoine de la collégiale de Laval. Parallèlement à cette carrière ecclésiastique, il était aussi un homme de cour et de culture. Secrétaire de Jean de Châteaugiron-Derval, il approcha grâce à ce puissant protecteur le milieu ducal. Devenant le prédicateur de la duchesse de Bretagne, Marguerite de Foix, il intégra le très proche entourage des princes bretons. Cette familiarité (synonyme, sans doute, de confiance et d’amitié) lui permit d’être choisi par Anne, l’héritière du duché, pour aumônier et secrétaire ; à partir de 1490 il fut l’un de ses proches conseillers. En récompense de cette fidélité jamais démentie, la duchesse souhaita faire de lui l’évêque de Rennes, mais Pierre Le Baud disparut en 1505, peu avant que ce projet n’aboutisse.

6On peut avancer qu’il naquit vers le milieu du xve siècle, soit au moment où la Maison ducale de Montfort – à la tête du duché depuis près d’un siècle – afin d’affirmer son autorité et sa grandeur, donnait à la cour de Bretagne un faste jamais connu auparavant. Ainsi les ducs frappaient d’or et portaient la couronne. Conscients, alors que les identités des différents peuples d’Europe s’affirmaient, que culture et idéologie politique se mêlaient intimement, ils obtenaient du Pape la création d’une université à Nantes, aux portes de leur duché. La formation en Bretagne d’une élite cultivée permettrait de disposer d’un « vivier » où le Prince trouverait de fidèles et compétents serviteurs de « l’État Breton ».

7Mais si le règne de Jean V (1399-1442) avait fait bénéficier la Bretagne d’une période de neutralité et de prospérité, l’accession au titre ducal, en 1458, de François II marqua un tournant. Dès 1461, en effet, le roi Louis XI entendit soumettre ce vassal rebelle et retrouver sa pleine autorité sur son duché. Entraîné dans un jeu politique délicat (la « guerre folle des Princes ») contraint d’armer son duché, François II instaura une pression fiscale vite ressentie comme intolérable. Incompris par la population paysanne et par la haute noblesse, sans héritier mâle, le duc savait la crise inéluctable. Dès 1487, il était confronté à une révolte de ses barons, et à la venue de l’armée royale jusqu’à Nantes, siège de son pouvoir. Le 28 juillet 1488 se déroula la bataille de Saint-Aubin du Cormier qui vit la défaite de l’armée bretonne et de ses alliés. Le duc mourut peu après, mais il avait signé le traité du Verger, il s’y engageait à ne pas marier ses filles sans l’accord du roi de France. En 1490, Anne, son héritière, tenta par le biais d’un mariage par procuration avec Maximilien d’Autriche d’échapper à cette clause qui influait nécessairement sur le destin de la principauté.

  • 2 Édité partiellement (la publication s’arrêtant en 1305) par de La Lande de Calan C., 4 vol., Nante (...)

8Mais assiégée dans Rennes, la jeune fille de quinze ans accepta de prendre pour époux Charles VIII. On peut penser que Pierre Le Baud était auprès d’elle lors de ces événements dramatiques. L’homme mûr d’une quarantaine d’années qu’il était alors mesura nécessairement les conséquences que pareille décision aurait pour la terre bretonne. L’Histoire, c’est-à-dire la reconstitution et la réflexion sur le passé était, en effet, chose familière pour lui. En 1480, il avait achevé un monumental ouvrage, dédié à Jean de Derval La Compillation des Cronicques et Ystoires des Bretons2. Dans cette chronique universelle de l’humanité chrétienne, car débutant à Noë, Pierre Le Baud s’attachait à saisir l’histoire des Bretons achevant sa réflexion, en 1438 « parce que les faits sont de récente mémoire » et qu’il pourrait donc être tenté d’applaudir ou de passer sous silence ce qui engage des hommes encore vivants. L’homme de cour mais aussi l’historien, ne voulait donc pas se pencher sur des événements récents qu’il pressentait pourtant majeurs pour le destin de sa terre. Mais la défense du juste droit des Bretons se fit pour lui de manière plus subtile : le Passé fut l’arme choisie pour démontrer la grandeur et l’autorité des ducs en leur terre. Les pages qu’il écrivit avant 1480 furent probablement méditées par la jeune Anne dont les contemporains s’accordaient à louer la curiosité intellectuelle. Cette lecture dut l’amener à demander à cet homme d’expérience de reprendre la plume afin de l’aider, avec les armes qui étaient siennes, dans les heures difficiles qu’elle connaissait. Car de 1498 jusqu’à sa mort, Pierre Le Baud se pencha à nouveau sur l’histoire de son pays et rédigea son œuvre majeure. Ainsi à une vingtaine d’années de distance eut-il à réfléchir sur le passé de la Bretagne alors qu’il avait vu des événements dramatiques, souvent douloureux, venir troubler la paix d’une principauté jusqu’alors prospère. La réalité du xve siècle finissant augurait de profonds bouleversements pour le peuple de Bretagne et ses princes. Pouvons-nous percevoir au travers de ces deux livres majeurs l’analyse qu’en fit l’historien et la réponse intellectuelle et donc idéologique qu’il entendait apporter à la demande que lui fit en 1498 sa duchesse et sa reine ?

  • 3 Éd. de Calan, t. I, Prologue, p. 3-6, p. 5.

9En 1480, dans le prologue de sa première œuvre, il précisait qu’il voulait éviter aux Bretons « paine ne labeur3 » à rechercher l’histoire de leur pays. Il se voulait simple compilateur plus qu’historien et marquait là la modestie de son projet. Il ordonna son ouvrage en trois livres.

10Le premier comprenant dix-huit chapitres débutait l’histoire du monde à Noë et se poursuivait jusqu’à la Guerre de Troie. Le second (trente-deux chapitres) englobait l’histoire de Brutus, ancêtre des Bretons, jusqu’au principat de l’empereur Maxime. Le dernier enfin commençait par la conquête de l’Armorique par Conan Meriadec, dépassant cent cinquante chapitres, il s’achevait au xve siècle. Au début du xiiie siècle, un prince capétien avait par son mariage avec l’héritière du duché pris la tête de celui-ci. Cette rupture politique comparable, toutes proportions gardées, à la situation connue par l’érudit fut-elle comprise comme telle par lui et comment regarda-t-il les siècles qui l’avaient précédée ?

11Tous livres confondus, il développe une particulière attention à la période qui s’étendit des années 850 aux années 980 (vingt-cinq chapitres) alors qu’il n’en consacre que dix-neuf aux années 500-800 ou trente-trois de l’an Mil aux années 1230. Les sources à sa disposition ne pouvant seules expliquer cette répartition, il faut comprendre qu’il a choisi délibérément de se pencher longuement sur la période où la Bretagne eut à sa tête des rois qui dialoguaient d’égal à égal avec les souverains francs. En l’occurrence un moment important pour l’histoire européenne car les rois francs avaient fait renaître à leur profit la notion d’empire disparue depuis l’Antiquité.

12Pour la période qui précédait, en donnant une place importante à Merlin aux côtés du roi Vortigern puis en magnifiant le roi Arthur, il atteste la place importante que la légende arthurienne occupait dans l’imaginaire et la culture de la noblesse de Bretagne. Car en écrivant ces lignes, il savait être compris et apprécié de ses lecteurs. Ce n’est qu’au chapitre 37 du livre III qu’il citait pour la première fois les Francs, pour au chapitre suivant relater la guerre menée contre les Bretons. Il semble donc se plaire à souligner l’aspect immédiatement belliqueux des relations « franco-bretonnes ». Puis il consacra six chapitres au roi Judicaël ; ce long développement tendant à montrer les qualités d’un « roi saint », conçu miraculeusement, vertueux de corps et de mœurs. Ainsi il inscrivait les ducs de Bretagne dans cette sainte lignée de princes justes et emplis de virtus. Tout au long du Moyen Âge, bien des lignées royales européennes avaient revendiqué une ascendance sainte et donc pour elles sanctificatrice. S’attachant à la venue de Charlemagne en Bretagne (ce qu’aucune source à notre disposition ne mentionne) il resta discret sur l’accession au pouvoir de Nominoë, sauf à préciser qu’il s’était « élevé en armes et par puissance fit à luy obeir les autres princes de Bretagne » mais il consacra le chapitre 62 à son couronnement royal à Dol. Que penser de ces quelques choix faits par l’érudit ?

13La royauté bretonne est par lui regardée comme royauté d’hommes de guerre, d’hommes qui se font rois, sans aucune intervention de la royauté franque, loin donc de ce qu’il sait de la royauté française qui est, depuis le milieu du viiie siècle sacrée et donc élue par Dieu. Sans doute lui plaît-il de développer l’image de chefs de guerre valeureux aptes à repousser des armées d’envahisseurs, lui qui a connu les ambitions de Louis XI à l’égard de la Bretagne. Mais comprenons également ici ce qu’aimait à entendre et à lire une partie de la noblesse bretonne, dont la cour ducale. Cette image de guerrier perdure au travers des principats de Salomon, d’Alain le Grand (à qui il ne donne que le titre de duc, seul à lui être donné dans les sources dont il dispose probablement) et du duc Alain Barbe-Torte. Fort étonnament, il ne cherche pas à expliquer le passage, pour le maître de la Bretagne, du titre de roi à celui de duc. N’est-ce pas pour lui une façon discrète mais habile d’oublier les degrés d’autorité et de subordination suggérés par ces titres ?

14Enfin, consacrant sept chapitres aux événements qui se déroulèrent au dernier quart du xiie siècle, il entame son propos par le fait que le duc Conan III aurait désavoué son fils Hoël. Aucune source d’époque ne mentionne ce fait. Est-ce l’historien de la fin du Moyen Âge qui, tentant de comprendre une situation aux graves retentissements pour l’avenir du duché, forgea ce que des ouvrages reprennent inlassablement encore à notre époque ?

15Ce faisant il est conscient d’un délicat problème institutionnel et il est vigilant à noter la terminologie utilisée pour qualifier le pouvoir des princes : ainsi Eudes de Porhoët ne se voit-il donner que le titre de « comte », tout comme Geoffroi Plantegenêt, tous deux n’étant, en effet, que les époux des héritières successives du ducatus. Car tout au long de ces pages, c’est aussi l’histoire des femmes à la tête de la Bretagne que Pierre Le Baud entend raconter. Ainsi peut-il marquer le juste droit des héritières bretonnes à dominer exclusivement leur terre. Ne faut-il pas voir ici le Présent vécu par l’historien venir envahir son regard sur le Passé et peut-être le façonner ?

16Car il savait, écrivant peu avant 1480, qu’Anne était la future maîtresse de son pays et combien les ambitions du roi capétien pesaient sur l’avenir du duché.

17De tout cela, il ressort, alors que le duc de Bretagne se disait roi en son pays, s’intitulait à partir de 1417, « duc par la grâce de Dieu » (reprenant ainsi une formule déjà présente dans les actes du xie siècle mais oubliée depuis lors) et retrouvait la plénitude de ses pouvoirs de princeps (en nommant les évêques), que les écrits de Pierre Le Baud doivent être compris comme l’émanation de la pensée d’une élite pleinement gagnée aux projets politiques ducaux. Le prince breton était donc regardé et se comportait en justicier, en guerrier, en saint. N’est-ce pas la force de ce texte qui incita Anne à se tourner vers Pierre Le Baud pour concevoir un second ouvrage ?

18La duchesse de Bretagne intervint-elle, d’une quelconque façon, dans la lente maturation de ces pages et dans ce que nous pouvons considérer comme la réflexion achevée, le testament intellectuel, d’un lettré du xve siècle dévoué à ses bienfaiteurs, ses princes et la Bretagne ? Car de 1498 à 1505 les événements se précipitèrent. En janvier 1499, Anne épousa le successeur au trône de son époux, Louis II et le 15 octobre naquit leur fille Claude. Louis XII, reprenant le rêve italien de Charles VIII, conquit Naples en 1501. Dès cette année-là, le mariage de Claude devint un enjeu politique : Anne s’opposant au maréchal de Rohan, tentait des alliances avec des princes européens. Pierre Le Baud entendait donc désormais que des lecteurs étrangers au Royaume saisissent en le lisant la puissance d’une lignée dont Claude était l’ultime descendante et héritière.

  • 4 Cf. note 1.

19La situation incertaine fit que, dans le prologue4, il insista sur la désunion du peuple breton amenant toujours le malheur, thème qui sera récurrent tout au long des pages suivantes. Rappelons qu’en 1487, peu avant la défaite bretonne, la révolte grondait dans les campagnes et que la haute noblesse délaissant son Prince se tournait vers ses alliés français.

20Ces graves enjeux l’amenèrent donc à élaborer un livre plus ramassé, plus dense aussi. Il l’ordonna, en effet, en 54 chapitres : les trente premiers traitant des origines des Bretons jusqu’au règne de Jean le Roux en 1237, les 24 suivants poursuivant le tableau de la Bretagne jusqu’en 1458.

  • 5 Op. cit., p. 2
  • 6 Ibid., p. 40.
  • 7 Chap. xiv, p. 96-111.
  • 8 Chapitres xxvi-xxix, p. 183-214.

21Le premier chapitre lui permit de dresser le tableau de la Gaule avant l’arrivée des Bretons ; il data celle-ci de 386, les Francs ne franchissant le Rhin qu’en 4225. Il affirmait ainsi l’antériorité absolue de l’installation bretonne et son droit sur la terre d’Armorique. Revenant brièvement dans le chapitre II sur l’origine troyenne des Bretons, il marquait, par cette modification du plan suivi dans son premier ouvrage, l’importance majeure qu’il donnait désormais à ce qu’il relatait dans le chapitre I. Le chapitre III, narrant la conquête de l’Armorique par Conan Meriadec, premier roi de Bretagne, précisait que ce dernier installa son palais en la cité de Nantes, là même donc où les derniers ducs avaient eux aussi le siège de leur pouvoir6. À partir du chapitre IV, il s’attacha à dresser la longue généalogie des rois de Bretagne, ayant visiblement consulté des archives dans tout le duché, à Quimper par exemple. Il n’avait pas atteint la fin du vie siècle qu’il se voyait contraint de « numéroter » les souverains bretons, c’était une manière, discrète comme à son habitude, de marquer la différence et la supériorité bretonne à l’égard des rois des Francs qui à la même époque n’avaient pas encore pareil souci, en raison de leur « jeune » royauté. Revenant à la matière arthurienne il établit un lien quasi familial entre le prestigieux roi Arthur et l’héritière ultime de la Bretagne, Anne. Car se plaisant également à raconter la découverte du tombeau royal à Glastonbury, il appuyait sa démonstration par tous ces détails et faisait que la légende et le roman qui avaient fait rêver le roi Charles VIII, deviennent Histoire, histoire de sa reine et duchesse. Consacrant un long chapitre à Nominoë7, il le montre choisissant les évêques de Bretagne (ce que faisaient les ducs depuis 1441), chef guerrier redoutable et couronné roi à Dol. Les travaux contemporains ont rejeté cette dernière affirmation, mais cette image suggérée au lecteur ne prenait-elle pas force et sens en leur évoquant le couronnement des ducs qui étaient leurs. Le passé vient donc pour lui éclairer l’avenir d’un espoir ou l’obscurcir par l’avertissement d’un danger : il consacre ainsi quatre chapitres à la seconde moitié du xiie siècle8. La Bretagne, déchirée par les ambitions plantegenêts et capétiennes, était en proie à une guerre civile larvée ; ces événements aboutirent au début du xiiie siècle au mariage de l’héritière bretonne Alix avec un prince capétien. Comment ne pas être frappé, en effet, du rapprochement qui pouvait se faire avec l’époque qui était sienne ?

  • 9 « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge », Bulleti (...)

22À la fin des années 1970, Bernard Guenée attira l’attention des médiévistes sur l’intérêt à porter aux hommes qui, durant ce que nous appelons le Moyen Âge, écrivirent sur les siècles qui les avaient précédés. Ainsi Jean Kerhervé, dans un remarquable article paru en 1980, dressa le tableau de ceux qui aux xive et xve siècles voulurent se pencher sur le passé de leur pays, la Bretagne9. Celle-ci connut alors une production historique de grande qualité, comparable à ce qui était élaboré dans le royaume de France. En outre, tout au long de ces deux siècles, la matière bretonne fut mise en œuvre afin de servir la construction politique entreprise par les ducs de la Maison de Montfort dans le but de la glorifier. L’Histoire participa ici indéniablement à l’éveil de la conscience nationale.

23Mais si les travaux d’Alain Bouchard furent publiés au xvie siècle, il faudra attendre le xviie siècle pour que les ouvrages de Pierre Le Baud soient rendus accessibles, pour partie, à tous (1638). C’est au xixe siècle que ces textes attirèrent de nouveau l’attention des érudits et bénéficièrent d’éditions nouvelles ou inédites. Ce mouvement s’accéléra aux années 1880-1890 : en Bretagne les recherches d’Arthur de La Borderie insistaient sur une compréhension nouvelle du passé de la Bretagne et en Europe les nationalismes occupaient désormais une place privilégiée dans l’idéologie politique. L’Histoire était mise au service de l’affirmation de l’identité et de la conscience des peuples. On peut donc imaginer combien la lecture de celui qui écrivait au moment où la Bretagne connaissait un moment crucial de son Histoire, sut capter l’intérêt de certains milieux bretons. Car Pierre Le Baud s’inscrit, de façon indéniable, dans ce courant, en mettant son érudition, sa curiosité intellectuelle au service d’un but politique : l’affirmation du pouvoir légitime de l’héritière bretonne, Anne. Il convient toutefois de dégager de son œuvre quelques caractéristiques plus générales qui méritent attention, et tendraient à nuancer ou affiner cette impression première.

24Tout d’abord, l’historien de la Bretagne rédigea en langue française le passé d’une terre où une autre langue était pratiquée, depuis des siècles, par le plus grand nombre. Il ne connaissait visiblement pas le breton, mais surtout il choisit d’abandonner le latin : voulut-il rendre son œuvre plus accessible ? Peut-être, car il aura le souci de traduire du latin en français, nombre de chroniques et d’actes de la pratique. Mais ce faisant, il nous indique les choix faits à cette époque par son milieu, la petite noblesse des confins bretons, au service du prince de Bretagne.

  • 10 Le récent ouvrage de Lusignan Serge, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en (...)

25Il s’attacha donc à démontrer l’identité, la « particularité » bretonne en français, n’éprouvant aucune répugnance à utiliser la langue d’un royaume qui voulait maîtriser son pays. Il suivait en cela, un mouvement général en Bretagne : le latin s’effaçait, en effet, dans les actes officiels ducaux10. Soulignons que pour Pierre Le Baud, la revendication d’une spécificité bretonne pouvait se faire sans la langue bretonne et en français qu’il paraissait considérer désormais comme la langue du duché dont il défendait la singularité.

26Serviteur de la famille ducale depuis de longues années, il développa, en outre, l’esprit d’un courtisan royal. À sa fidélité sans failles à un prince et une famille, il sut adjoindre ce qui flatterait les intérêts et les rêves de ceux qu’il servait. Dès le prologue de son second ouvrage, en effet, et tout au long de ce dernier, il tiendra à mentionner, à de multiples reprises, plusieurs auteurs italiens des xive et xve siècles (Pétrarque, Boccace, mais également Léonardo Bruni, Ricobaldus de Ferrare, Mathieu Palmerius par exemple).

27Outre la volonté de s’associer au courant culturel venu d’Italie (qui l’amena à citer abondamment nombre d’auteurs antiques comme Homère, Virgile, saint Jérôme, etc.) n’était-ce pas également pour lui, à la façon subtile et donc élégante qui était sienne, manière de s’associer au rêve italien des époux royaux d’Anne ? Car en 1501, Louis avait conquis Naples mais déjà en 1495, Charles y avait été proclamé « empereur très auguste ». En outre, à la fin du mois de décembre 1494, il était entré à Rome. La date pouvait-elle être fortuite : il s’agissait, sans doute, de rappeler le couronnement impérial de Charlemagne le 25 décembre 800. Car Charles VIII, par son simple patronyme, se rattachait à ce prestigieux ancêtre politique « carolingien » et à une époque où les Francs dominaient l’Europe ; moment de l’histoire bretonne pour lequel Pierre Le Baud eut un particulier intérêt. La fascination royale pour cette époque de grandeur fit, qu’en 1492, le fils né de l’union d’Anne et de Charles se vit donner le nom de Charles. Il faut comprendre dans ce choix la volonté de se rattacher à ce passé lointain, car il devait primitivement porter le nom d’Orland, c’est-à-dire de Roland, neveu de Charlemagne. Ainsi l’héritier royal aurait-il été associé à deux des héros de l’Occident chrétien dont la littérature diffusait l’image.

28Anne avait-elle pu, dans ce contexte, ne pas s’associer à la marche triomphale de son époux ? Un homme qui aimait, en outre, à côtoyer les esprits les plus brillants de son temps, ainsi en 1494, il avait rencontré à Florence, Pic de la Mirandole. Il avait fait parvenir à Anne un convoi impressionnant d’œuvres d’art diverses (tapisseries et tapis, meubles, etc.) et plus de mille volumes précieux, richement enluminés et rédigés en latin, grec, hébreu, français ou italien ; ces ouvrages avaient été dérobés à la bibliothèque des rois aragonais. Pierre Le Baud eut-il le privilège de feuilleter ces beaux livres ?

  • 11 Où elle repose, après de somptueuses funérailles, son cœur étant déposé à Nantes.

29Car faisant assaut de culture en écrivant l’histoire de la Bretagne pour sa duchesse, l’érudit breton savait également écrire pour la reine de France. Anne avait été, en effet, sacrée le 8 février 1492 à Saint-Denis, lieu du premier sacre royal en 754 et nécropole royale dès l’époque mérovingienne11. C’était là un privilège dont toutes les reines ne pouvaient se prévaloir. Aussi après cette cérémonie impressionnante, la princesse bretonne eut nécessairement une conscience d’elle-même modifiée : reine « sacrée », elle se savait, à l’image de son époux, choisie par Dieu et à ce titre chargée d’une mission sur terre ; elle occupait, en outre, désormais une place d’exception, dans le monde des hommes. Si Pierre Le Baud écrivait pour sa duchesse, qu’il avait connu encore enfant, il ne voulait et pouvait oublier qu’elle était également une reine. Il faut donc être vigilant à la conscience vive qu’il avait de l’honneur et du privilège qui étaient siens de servir l’épouse du roi de France.

30Car noble de naissance, Pierre le Baud jugeait les événements et les hommes avec ce que certains diraient être les conventions de son milieu, mais que l’on peut également regarder comme une éthique, une charpente intellectuelle et morale léguées par des ancêtres dont la vie était rythmée par le service du Prince et cela depuis des temps très anciens. Il établit toujours un lien très fort entre les notions de peuple, pays et prince, soudés par une fidélité qu’il comprenait inébranlable. Il exprimait donc bien l’idéologie qui avait cours dans son milieu et qui fut défendue encore pendant des siècles. À la nuance près que son prince était un duc et plus précisément une duchesse. Mais le clerc – et donc l’homme de Dieu – qu’il était également savait le sens et la valeur du sacre des rois de France, rois-prêtres depuis des siècles. La détermination de la légitimité politique ne pouvait donc être, pour lui, que complexe car dans le monde qui était sien tout pouvoir vrai et juste n’émanait-il pas de Dieu ?

  • 12 Les descendants de ces derniers comprendront bien l’écriture de l’histoire comme un enjeu majeur p (...)

31Protégé depuis son adolescence de la très puissante Maison de Laval-Vitré, il était bien à même de juger les terribles ambitions qui parcouraient la haute noblesse de la principauté (parfois au détriment des intérêts du pouvoir ducal). Ses protecteurs revendiquaient une place prééminente au sein de la noblesse du duché se confrontant en cela aux Rohan qui ne cachaient plus leur volonté de dominer la Bretagne12. Les pages qu’ils écrivaient ne voulaient-elles pas défendre aussi, outre les intérêts du Prince, les valeurs et les idéaux de ceux à qui il devait tout ?

32Mais Pierre Le Baud apparaît être un homme subtil et prudent, doué d’honnêteté intellectuelle et de rigueur morale. Sa volonté de parvenir à une conclusion en donnant l’impression à son lecteur qu’il lui a fourni tous les matériaux nécessaires à sa réflexion, donne une grande force à son propos. Mais deux questions restent posées : l’érudit n’avait-t-il pas fait des choix préalables dans les textes proposés et surtout quelle était la valeur des sources sur lesquelles il eut à travailler ?

33Il voulut arrêter sa réflexion en 1438 (tout comme dans son premier ouvrage), moment qui vit le père d’Anne, François II, accéder à la dignité ducale, mais également où la Bretagne entrait dans de graves turbulences politiques qui amenèrent son chef à s’opposer au beau-père de la reine Anne, Louis XI. Car désormais le noble et le courtisan qu’était Pierre Le Baud se trouvait dans une position bien inconfortable…

34Au terme de cette trop brève approche deux constatations majeures s’imposent. Un historien du xxie siècle ne peut qu’être tenté de comparer les pages écrites par Pierre Le Baud avec celles d’une autre grande figure de l’historiographie bretonne, présentée comme ayant également un indéfectible attachement à la Bretagne : Arthur de La Borderie. Il s’avère qu’à lire des sources identiques la lecture qu’ils font du Passé de la Bretagne est sensiblement différente : le clerc à la différence du chartiste ne donne aucune importance, par exemple, aux saints bretons dans la construction de la nation bretonne. Celle-ci, pour lui, se fit bien plus autour de ses princes successifs et fut dès l’origine politique. Ce regard est-il affaire de personnalité (en l’occurrence d’une piété ou d’un cléricalisme exacerbés chez le laïc…) ou émanation d’une époque et des nécessités du moment ? Quoi qu’il en soit elle incline le médiéviste contemporain à cultiver prudence et humilité même s’il sait être, aussi, le fruit de son époque.

35En outre, voulant croire à un avenir qu’il rêve puissant pour la Bretagne, Pierre Le Baud, citant la prophétie de Merlin, a conscience que la lecture et la méditation du Passé démontrent la force du Destin. Les hommes ne peuvent maîtriser l’Avenir qui sera leur et la nature humaine, toujours imprévisible, est sans doute la cause de nombre de leurs malheurs. Sa volonté de rappeler ce texte n’était-elle pas, pour l’homme de prières qu’il était, manière de remettre, au soir de sa vie, alors qu’il pressentait l’avenir difficile et différent, le destin de la Bretagne dans les mains de Dieu ?

Notes

1 Elle fut éditée par D’hozier C., Paris, 1638, Histoire de Bretagne avec les Chroniques de Vitré et de Laval. ; le prologue en a été publié par J.-C. Cassard, « Un historien au travail : Pierre Le Baud », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXII, 1985, p. 67-95, p. 91.

2 Édité partiellement (la publication s’arrêtant en 1305) par de La Lande de Calan C., 4 vol., Nantes, 1907-1922.

3 Éd. de Calan, t. I, Prologue, p. 3-6, p. 5.

4 Cf. note 1.

5 Op. cit., p. 2

6 Ibid., p. 40.

7 Chap. xiv, p. 96-111.

8 Chapitres xxvi-xxix, p. 183-214.

9 « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. cviii, 1980, p. 165-206.

10 Le récent ouvrage de Lusignan Serge, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris 2004, mérite d’être lu avec grande attention pour tenter de saisir ce qui se déroulait alors en Bretagne ; l’auteur comprend le français comme la « langue du roi », son adoption signifiant la reconnaissance de ce dernier et de son autorité.

11 Où elle repose, après de somptueuses funérailles, son cœur étant déposé à Nantes.

12 Les descendants de ces derniers comprendront bien l’écriture de l’histoire comme un enjeu majeur pour l’affirmation de leur pouvoir : au xviie siècle, mécontents du travail du bénédictin dom A.-G. Lobineau, ils parviendront à lui imposer un exil hors de la Bretagne et à commander une autre histoire de Bretagne à son confrère dom H. Morice.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540