Version classiqueVersion mobile

Plaire et instruire

 | 
Anne Piéjus

Cinquième partie. Le spectacle de collège, le monde et la cité

Collège royal, collège épiscopal. Strasbourg et la pratique du théâtre de 1681 à 1765

Jean-Marie Valentin

Texte intégral

Une fondation politique

  • 1 Voir notamment, outre les innombrables « histoires de l’Alsace », Georges Livet et Francis Rapp, H (...)

1L’Alsace, en tant qu’unité administrative, est le fruit de la politique de la monarchie française. Si la région a une unité géographique clairement reconnue et désignée par les cosmographes, Sebastien Münster en tout premier lieu, elle demeure, jusqu’à la conclusion des traités de Westphalie, une mosaïque de principautés, de taille et de poids fort différents et soumis pour une part à des pouvoirs extérieurs à la région, la Hesse pour le comté de Hanau-Lichtenberg, l’Autriche des Habsbourg pour les territoires dits antérieurs (Vorlande, Vorderösterreich) et qui englobent le sud de l’Alsace – c’est cette partie de l’Archi-Maison qui revient au royaume de France après 1648-1650. D’autre part, l’évêché de Strasbourg s’étend largement dans l’Ortenau, de l’autre côté du Rhin ; de même, les « territoires antérieurs » ont pour centre administratif la ville de Fribourg-en-Brisgau que les Bourbons n’auront de cesse d’attirer (mais en vain) dans leur orbite. Quant à Strasbourg, elle a pu sauvegarder, non sans sinuosités politiques, son statut de ville libre d’Empire avant, durant et après la guerre de Trente Ans1.

2Sur le plan confessionnel, le paysage, pour être varié, est plus tranché. Si Strasbourg est radicalement protestante depuis 1529 et du coup interdite aux catholiques, si le nord et l’est de la région sont largement acquis à la Réforme (une réforme à nette dominante luthérienne et plutôt modérée d’esprit), le sud et le centre ont résisté aux idées nouvelles. Et surtout des pôles catholiques se sont constitués, fondés sur les structures traditionnelles du corpus ecclesiasticum, sur la force politique des détenteurs de la dignité impériale ainsi que sur l’apport des idées et des hommes de la Contre-Réforme. Ainsi, l’évêché de Strasbourg (voir aussi ce qui s’était passé à Bâle-Porrentruy ou Genève-Belley) survit à Saverne. Le margraviat de Basse-Alsace, tenu par l’Autriche, est situé à Haguenau. L’université (en fait semi-universitas) catholique est implantée à Molsheim depuis 1617, par décision du pape Paul V et de l’empereur Ferdinand II, en même temps que la haute école fondée par Sturm est érigée en académie protestante à Strasbourg même.

3L’histoire des implantations scolaires atteste une vitalité catholique maintenue. Des collèges ont été installés à Haguenau et à Ensisheim, des missions et résidences dessinent un réseau dense qui pénètre profondément un paysage parsemé de bourgs et de villages : Bockenheim-Sarre-Union, Sélestat, Rouffach, Oelenberg, etc.

  • 2 Cf. Jean-Marie Valentin, « Templum (et Musarum quoque ?) repurgandum. Orthodoxie et théâtre à Stra (...)

4Il reste que l’établissement prestigieux demeure le Gymnase strasbourgeois, fondé par Jean Sturm en 1538, école, puis université de modèle humaniste où se forment les élites luthériennes depuis le xvie siècle, avec un grand et constant succès. La pratique du théâtre n’y connaît plus la vigueur et l’éclat qui avaient été les siens jusqu’au début de la guerre de Trente Ans2. Pour autant, l’établissement n’a rien perdu de son pouvoir d’attraction ni de son importance identitaire.

L’année 1681… et ses suites

5Le roi de France considère, comme Louvois d’ailleurs, que la sécurité du royaume face aux Habsbourg nécessite la mise en place d’une sorte de cordon, à l’est et au nord. L’Alsace entre dans ce plan désigné du terme de « réunions » (Reunionspolitik) que l’on peut – c’est plus brutal, mais ce serait plus approprié – qualifier tout aussi bien d’annexions successives. Louis, maître d’une bonne partie de la province, estime qu’il pourra rendre définitive cette cession en s’emparant de Strasbourg, cité prestigieuse, dont la conquête fait progresser l’idée de frontière naturelle et constitue un enjeu décisif dans la politique confessionnelle toujours plus agressive du souverain. La complicité, plus ou moins marquée, de l’évêque Franz Egon de Fürstenberg, désireux de retrouver son siège, lui permettra de faire son entrée dans la cité « argentine » louée par Erasme, sans vraiment coup férir, le 30 septembre 1681.

6Ville désormais française, Strasbourg va devenir très vite ville catholique. Si Franz Egon meurt le 1er avril 1682, ce qui l’empêche d’agir en ce sens, son frère Guillaume qui lui succède s’aligne sur les mêmes principes politiques et religieux. Le roi et Louvois, conformément à l’esprit qui va conduire en 1685 à la révocation de l’Edit de Nantes (« une foi, une loi, un roi »), tenteront d’abord d’imposer la conversion aux habitants de Strasbourg. Mais s’ils sont agréablement surpris par le caractère plus souple des luthériens alsaciens que celui des calvinistes auxquels ils se heurtaient en France, en deçà des Vosges donc, ils doivent prendre en compte la parfaite osmose qui s’est opérée, avec le temps, entre le luthéranisme, la société urbaine, la vie intellectuelle et l’école.

7C’est donc par les élites que le travail, patient, de conversion devra passer. Disons-le tout de suite : il ne rencontrera qu’un succès limité et, de toute manière, il fut lent à prendre forme. Si la démographie religieuse change considérablement, cela est moins dû à un retour massif des habitants dans le sein de l’Una Sancta qu’à la réinsertion dans la cité des représentants, catholiques, des classes socialement et économiquement inférieures.

  • 3 Mémoire de l’intendant de Sérilly. Archives départementales du Bas-Rhin, 4 J 2. Plus largement, vo (...)
  • 4 Pour tout ce développement se reporter à Pierre Delattre, S.J., Les Établissements des jésuites de (...)

8Une série de dates fait bien voir l’intérêt qu’attache la monarchie française à ces différents changements. En 1682, est fondé un séminaire qui ouvre effectivement en 1683. La France sait la politique adoptée précédemment en Haute-Alsace anciennement habsbourgeoise, à Ensisheim : on se détourne des oratoriens, jugés trop proches du cartésianisme et d’un augustinisme austère, pour donner la préférence aux jésuites. De surcroît, face au délicat problème des subdivisions administratives de l’Institutum Jesuiticum, on se détermine pour un rattachement à la province de Champagne aux dépens de celle du Rhin. Il est vrai que Molsheim demeurera dans l’orbite germanique. Mais de toute évidence, l’important ici était de permettre aux enfants des administrateurs venus de l’« intérieur », comme l’on dit, d’acquérir la maîtrise des deux langues dans une région où l’allemand était l’instrument de communication de la quasi-totalité de la population3. La francisation avait donc ses limites comme le donne clairement à entendre l’adjonction, au personnel d’encadrement du séminaire, de prédicateurs de langue allemande (concionatores germanici) qui interviennent en ville, mais aussi dans les missions villageoises. Au demeurant, on ne saurait oublier qu’il s’agit, dans l’esprit du Concile de Trente, de former des prêtres aptes à arracher Strasbourg et le monde protestant alsacien à l’espace où régnaient en maîtres les pasteurs et leurs ouailles. C’est le Père Jean Dez (16431712) qui est chargé de la nouvelle institution, la signature du contrat entre Dez et Guillaume de Furstenberg intervenant le 25 août (fête de saint Louis) 16834.

9Le collège, pour sa part, ouvrit ses premières classes le 11 novembre 1685, et là encore, la volonté royale fut déterminante. Louis XIV imposa ses choix au Général des jésuites peu désireux d’essuyer un échec qui lui paraissait inévitable, vu la forte et ancienne implantation du gymnase de Sturm. L’objectif du roi était, à l’opposé, de remettre en cause la toute-puissance du collège-académie. Fondation royale, le collège catholique devait ouvrir une ère nouvelle et effacer ainsi une histoire vieille de cent cinquante ans. L’objectif paraissait même, vu de Versailles, d’autant plus aisé à atteindre que l’intérêt bien compris des élites bourgeoises semblait les pousser à se rapprocher du nouveau pouvoir et à en adopter la religion – n’oublions pas qu’il était exclu de révoquer ici un édit, celui de Nantes, qui n’y avait pas été proclamé. Bien entendu, ce lien entre pouvoir et confession devait se heurter – et se heurta – à un positionnement local fait de loyauté politique et de fidélité à la confession des ancêtres. Le collège ne connut que de lents progrès.

  • 5 Lire à ce sujet Jean-Marie Valentin, « La “Meditata concordia” de Jacob Masen et le rapprochement (...)

10C’est dans cette configuration qu’est lancée l’offensive, conduite à nouveau par le Père Dez, en faveur d’un ralliement des luthériens strasbourgeois à Rome. Il ne suffisait pas en effet que la cathédrale eût été rendue au culte catholique, que l’évêque eût repris pied dans sa ville, ni même que l’éducation de la jeunesse eût été confiée à de zélés religieux. Le livre de Dez, qui parut en 1686 et qui avait pour titre La Réunion des Protestants de Strasbourg à l’Église romaine5, visait à étendre à la ville (et à ses environs) la politique imposée en France. Le fait que l’auteur de la traduction en allemand, sortie des presses un an plus tard sous le titre de Vereinigung der Protestirenden zu Straßburg mit der Römischen Kirche, ait été le prêteur royal Ulrich Obrecht, un converti local, était censé avoir valeur de symbole et force d’entraînement.

11Dez fait preuve dans son ouvrage de beaucoup d’aménité, évite les agressions verbales, recommande pourtant le recours à de « douces violences », entendons par là : le recours à un favoritisme social envers ceux qui se laisseraient attirer par quelque avantage bienvenu.

  • 6 Pierre Delattre, op. cit., vol. IV, col. 1147.

12Dez, de manière générale, fuit la controverse au profit de l’apologie. Le catholicisme s’applique à présenter à Strasbourg le visage aimable de la séduction. Il reste que, sur le plan dogmatique, il n’est à aucun moment question de conciliation. Concile de Trente et Confessio Augustana sont dits irréductiblement opposés. Les conversions ne se produisirent en conséquence qu’en nombre limité. Elles furent plus nombreuses dans les campagnes où s’exerça l’action des missions populaires et des congrégations mariales dont les jésuites, encore, avaient la responsabilité. On observe ainsi que, plus les efforts de recatholicisation découvraient des môles de résistance, plus le roi s’engageait afin de faire triompher sa politique sur tous les fronts. On comprend que, dès 1687, les régents aient sollicité (et naturellement obtenu) du souverain l’autorisation de donner à leur collège le nom de « Collège royal Louis-le-Grand ». On ne peut certes nier qu’il y ait eu une forme d’implantation dans la cité, comme le montrent les effectifs après 1700-1720. Mais, d’une part, il faut prendre en compte la place importante prise par un internat fréquenté notamment par de nombreux jeunes princes allemands qui trouvaient en ce lieu d’excellents précepteurs français. Et d’autre part, il est avéré que la dépendance de cette école par rapport à la monarchie et à son collège modèle, référentiel, cet autre et premier collège Louis-le-Grand, celui de Paris, n’a pas eu d’équivalent comparable ailleurs. Sans ce soutien, cette fondation n’eût survécu que très difficilement. Dans son histoire des Etablissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Pierre Delattre observe à juste titre que Strasbourg fut, selon la terminologie très hiérarchisée (et très fonctionnelle) en usage dans la Compagnie, « plus une résidence qu’un collège6 ». Pour autant, cette opinion ne permet ni de mesurer exactement la singularité de la situation strasbourgeoise, ni de saisir l’étroite dépendance de l’établissement envers un milieu social, politique et ecclésiastique dont on peut considérer qu’il était, peu ou prou, sinon exilé, à tout le moins en « mission justement » dans la nouvelle province.

Quel répertoire ?

  • 7 Carlos Sommervogel, S.J., Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, Paris, Schepens, Picar (...)

13Une déception pour l’historien d’abord : contrairement à ce qui se passe pour nombre de collèges jésuites, nous ne disposons pour Strasbourg d’aucun diaire, ni d’aucune histoire, ni de données précises concernant le théâtre dans les litterae quadrimestres ou les litterae annuae. Qu’il y ait eu une pratique scénique ne fait toutefois aucun doute. Les bibliographies de Carlos Sommervogel en font foi7. Pour 1687 est ainsi enregistrée une pièce brillante, une tragédie sur Agathocle, représentée, selon un usage solidement établi depuis la fin du xvie siècle, le jour de la distribution des prix. Le programme en est conservé. Il contient douze pages précédées du titre complet suivant : Agathocles Tragœdia agetur in Regio Ludovici Magni Collegio Argentinensi ad solemnem praemiorum distributionem, rege Agonotheta [le roi ayant offert les prix] Anno Salutis MDC LXXX VII.

  • 8 Jean Lebeau et Jean-Marie Valentin, L’Alsace au siècle de la Réforme (1482-1621), Nancy, Presses U (...)
  • 9 Pierre Delattre, op. cit., vol. IV, col. 1155.

14De toute évidence, il s’agissait d’une opération de prestige, véritablement « télécommandée » de Paris et réalisée à l’aide de moyens dont l’établissement local était à cette date largement dépourvu. Jamais le nombre d’élèves encore très peu élevé – il fallut une bonne vingtaine d’années avant que des effectifs suffisants permissent la mise en place de classes (une par niveau) comptant suffisamment d’élèves afin de disposer d’un maître spécialement affecté à chacune – n’aurait constitué la base humaine et matérielle nécessaire à une telle entreprise. Louis XIV tenait beaucoup à imprégner de son sceau des débuts encore balbutiants, à réaliser une opération susceptible de frapper les esprits. Deux ans auparavant, en 1685 donc, le roi avait fait apposer, à Strasbourg mais aussi dans toutes les villes d’Alsace de quelque importance, une affiche proclamant sa présence libératrice et bienfaisante. Le thème retenu – le prince « fondateur et bâtisseur » – reprenait habilement des épithètes, on l’avait vu encore en 1619 à Molsheim pour l’inauguration de l’université catholique et la consécration de l’église locale, réservées au plus « franco-germanique » des empereurs, Charlemagne8. Que l’écho rencontré n’ait pas été à la hauteur des espérances des Pères, tout le donne à penser, en particulier le fait que l’activité dramatique du seul collège royal d’Alsace n’ait que peu concerné la scène. On relève seulement un Daniel fovea liberatus (en 1698), dû au Père Jacques Bontous. Ce dernier s’est signalé aussi par une création originale, la même année, juste après la conclusion de la Paix de Rijswijk à la suite de la guerre de la Ligue d’Augsbourg : Le Dessin de l’Illumination préparée au Collège Royal des Jésuites de Strasbourg pour les réjouissances de la Paix9.

15L’activité scolaire, souvent réduite à des « affixiones », à la production, en soi banale, de dessins, emblèmes, symboles, poèmes latins, panégyriques et harangues, est visiblement dominée d’autre part par les manifestations de praxis pietatis venues des congrégations mariales ainsi que par les travaux théologiques.

  • 10 Carlos Sommervogel, op. cit., vol. VII, col. 1620.

16C’est ici en effet le lieu de dire que Strasbourg, dotée d’un collège d’importance plus que moyenne, eut aussi un rôle universitaire. Dès 1685, le roi avait exigé de l’université protestante de la ville qu’elle reconnût aux jésuites le droit de collation des grades en philosophie et théologie. L’affiche déjà mentionnée10 indiquait que les étudiants s’inscrivant au collège « pouvaient être promus au doctorat tant en philosophie qu’en théologie » (« ad Doctoratum tum philosophicum, tum theologicum possunt promoveri »). Et de fait, les professeurs luthériens s’étaient exécutés et avaient acquiescé à un privilège dont le moindre paradoxe n’était pas de créer, l’année même de la Révocation, une association faisant dépendre, quant au « droit de promotion », un collège catholique d’une université protestante.

  • 11 Pierre Delattre, op. cit., IV, col. 1159.

17Pour sortir de cette situation à tout le moins troublante, le roi décida, le 14 mai 1701, le transfert de l’université de Molsheim à Strasbourg. La décision avait des raisons pratiques que Louis XIV mit en avant. « Strasbourg », affirmait- il, « est la capitale de la province ». Dans Molsheim en revanche, il ne voulait voir qu’« une ville de petite étendue, de peu de commerce et beaucoup moins commode [que Strasbourg] pour les étudiants11 ». Mais en fait, on retrouvait dans ce transfert une volonté tenace, jamais démentie, de restituer au catholicisme tous les moyens inhérents au monoconfessionnalisme. Strasbourg hérita des privilèges accordés par Rome et l’empereur à Molsheim, où l’on se borna dès lors à former des curés (germanophones !) pour les campagnes. Les publications furent désormais – comment s’en étonner ? – de nature essentiellement théologique.

Agathocle

  • 12 Voir Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus […], t. VII, col. 290-307.
  • 13 Jean-Marie Valentin, Le Théâtre des jésuites dans les pays de langue allemande. Répertoire bibliog (...)
  • 14 Jean-Marie Valentin, « Le drame de martyr européen et le « Trauerspiel ». Caussin, Masen, Stefonio (...)
  • 15 Id., p. 430-434.

18Bien qu’elle n’eût pas bénéficié de prolongement connu, la pièce donnée en 1687 s’inscrivait dans une des traditions les plus prestigieuses du théâtre de la Compagnie en Europe. L’original en effet avait été donné au Collège Louis-le- Grand à Paris le 8 février 1668 et était de la plume du Père Charles de La Rue12, donnée qui souligne à nouveau la dépendance de la scène de Strasbourg par rapport à celle du grand établissement de la capitale française. Les répertoires des provinces allemandes conservent la trace d’une dizaine de représentations lors desquelles furent joués des spectacles traitant de ce sujet : Cologne (1703), Neuss am Rhein (1713), Constance (1737), Porrentruy (1739), Würzbourg (1746), Juliers (1753), Osnabrück (même année), Fribourg-en-Brisgau (1755), Munich (1769), Münster (1769 encore)13. En dépit de leur penchant pour les sujets politiques (depuis le tyran jusqu’à l'idea principis), les jésuites ne s’intéressent jamais ici et pas davantage à Strasbourg, au tyran de Syracuse. Leur Agathocle est en réalité le fils de Lysimaque, lui-même diadoque d’Alexandre puis roi de Thrace. Relevons dès l’abord que la pièce ne contenait rien qui pût la rapprocher d’un panégyrique ou d’un exercice en discours épidictique – cette fonction échut en l’occurrence aux ornements rhétoriques de la distribution des prix. De fait, l’ambition est d’esthétique dramatique ; on vise au grand genre, de la même façon que sur les scènes jésuites allemandes durant le xviiie siècle (tragœdia, Trauerspiel). L’organisation du continuum dramatique repose sur deux configurations qui peuvent se présenter indépendamment l’une de l’autre, mais ici se complètent de manière plausible, en tout cas dépourvue d’invraisemblance. Agathocle a pour ami Amyntas et face à la mort qui menace le héros éponyme, tous deux rivalisent d’héroïsme. Le motif ressortit alors à l'aemulatio christiana et s’il n’y a pas martyre, l’esprit est proche de la surenchère propre à ce genre de situations (voir Polyeucte). C’est un peu Oreste et Pylade version romaine. L’autre configuration peut revendiquer, avec son appartenance au genus nobile, une filiation proprement jésuite et de « parodie » chrétienne. On y trouve, outre le père, Lysimaque, et le fils, Agathocle, la belle-mère, Arsinoë, qui, après avoir tenté en vain de séduire son beau-fils, ourdit contre lui un complot et obtient son élimination. La pièce n’évoque pas le destin ultérieur du roi, chassé par ses sujets révoltés. Le conflit repose donc bien sur une cellule triple qui nous est familière : celle du Joseph de la Genèse pour le motif de la séduction repoussée, celle de Phèdre et Hippolyte « requis d’amour », celle de l’exemple achevé de la tragédie jésuite romaine telle qu’elle avait été voulue et réalisée par Bernardino Stefonio au Collegio Romano dès 15914. Pareillement, le motif du complot tramé par la « noverca » (« Stiefmutter », disent les programmes allemands) et poussant le père à condamner son héritier légitime pour satisfaire au vœu d’une épouse éconduite, oublieuse de ses devoirs et soumise à son désir, prend place dans un dispositif reconnu comme efficace. C’est à nouveau le schéma tragique romain qui s’impose dans son intégralité, celui qui avait été mis en place dans Crispus. On pourrait faire valoir deux aspects supplémentaires de la question. Le premier se rapporte à une seconde filiation, proprement française, qui concerne l’Herminigildus de Nicolas Caussin, publié dans les Tragœdiæ sacræ du jésuite français en 1619 à La Flèche, puis en 1620 à Paris, avant de connaître une très riche diffusion sur les scènes des collèges jésuites allemands15. Cette fois, le double réseau, relié par le protagoniste, avec, d’une part la triade « pater-filius- noverca » et, de l’autre, le couple d’amis (ici frères : Recaredus et Hermenigildus), est déjà mis à contribution.

19On voit donc que l’hommage au roi résidait dans le choix de la tragédie chrétienne propre, imaginait-on sans doute, à flatter un souverain amateur de spectacles et qui venait de s’illustrer dans un combat résolu contre « la religion prétendument réformée ».

Épithalame et pastorale

  • 16 On recherchait l’alliance de la Savoie, traditionnellement liée à Vienne.
  • 17 Ces pièces ont été publiées « A Strasbourg, chez Jean-François Leroux, Imprimeur de S.A.E. Monseig (...)

20Il faut attendre le début des années 1740 pour trouver à nouveau des traces précises et développées de l’activité des jésuites de Strasbourg. L’occasion commune en fut le mariage, en novembre 1740, du prince Charles de Rohan-Soubize (1715-1787), neveu du cardinal Armand-Gaston-Maximilien (1674-1749), évêque depuis 1704, avec la princesse Thérèse de Carignan16. L’auteur et directeur des acteurs (choragus) était le Père Joseph de La Porte pour La Pastorale héroïque et le Père Louis Cleret pour Le Triomphe de l’hymen17.

21On voit tout de suite que l’axe a radicalement changé, surtout si l’on y ajoute le fait que le même Joseph de La Porte organisa les festivités que la Compagnie de Jésus donna, du 4 au 9 novembre 1742, à l’occasion de l’élection de François-Armand au rang de co-adjuteur de son oncle. Outre des emblèmes, des dessins et des symboles, La Porte composa une harangue faisant l’éloge du nouvel évêque.

22Pièce en trois actes, Le Triomphe de l’Hymen ne compte que cinq personnages, tous allégoriques. Deux relèvent de la panoplie la plus banale : ce sont Amor et Hymen. Le troisième est Mars, dieu de la guerre. Le quatrième est « le Dieu [génie] de la Sor » (la Zorn, la rivière qui descend de la porte de Saverne pour se jeter dans le Rhin). Au centre se tient le « Génie de la France ». Il s’agit de célébrer l’union de la Vertu, qui va dès le prologue rejoindre Thérèse en Savoie, la Sagesse et l’Honneur, et des talents militaires d’un époux, à l’époque en effet jeune capitaine des gendarmes du roi (1734) et brigadier de cavalerie (1740).

23Le dialogue entre Amor et Hymen, matière du premier acte, ne repose sur aucun conflit. Le genre de l’épithalame suppose en effet l’accord déjà réalisé, l’exclusion du mal et de l’envie. L’amour, par nature volage, se soumet donc sans une vraie résistance à Hymen, il accepte de se fixer en sa demeure. Un chœur, dirigé par Hymen et accompagné d’une « Troupe de ris et de Jeux », donne le branle au long voyage qui conduit des Alpes aux rives de la Zorn :

CHŒUR
L’HYMEN, Troupe de Ris et de Jeux

Partez, jeune souveraine
Des Graces & des Amours,
Sous la plus aimable chaîne,
Venez couler d’heureux jours,

Partez, jeune souveraine
Des Graces & des Amours.
Partez, jeune souveraine,
Qu’au gré de notre désir,
Sous vos pas tout Mont soit Plaine,
Et tout Aquilon Zéphir,

Partez, jeune souveraine,
Au gré de notre désir.
Partez, jeune souveraine,
Amour doit être écouté,
Sur le char qu’il vous amene,
Char pour Venus apprêté,
Partez, jeune souveraine,
Amour doit être écouté.
Partez, jeune souveraine,
Un Héros vous tend les bras,
C’est être encor plus que Reine,
De regner par les appas,
Partez, jeune souveraine,
Un Héros vous tend les bras.

Partez, jeune souveraine
Des Graces & des Amours,
Sous la plus aimable chaine,
Venez couler d’heureux jours,
Partez, &c.

24L’acte II est marqué par l’irruption de Mars qui veut conserver son empire (et son emprise) sur Soubize au nom du roi et des promesses des lauriers qu’assure la Victoire : le fiancé est indispensable aux armées d’Allemagne et du Rhin !

25L’arrière-plan historique (la lutte contre la Prusse) est bien réel et le projet d’unir les Rohan à la famille de Savoie pose une sorte d’alternative dans le domaine des alliances politiques et militaires : au nom du catholicisme ne serait-il pas juste au fond de se rapprocher des Habsbourg et de leurs alliés ? Le génie de la France tranche en ce sens – tout en accordant à chacun sa part :

Toutefois qu’il [Mars] se console,
Après l’Hymen et l’Amour,
Bientôt, bientôt sur ma parole,
Mars n’aura que trop son tour.

26Le chœur des Ris et Jeux, conduit par Hymen, va à la rencontre de l’épouse et l’acte III est dominé par le dieu de la Zorn. Thérèse de Carignan exerce sur les êtres vivants, les « Nymphes et [les] Dieux », un attrait qui est celui même, mythique, d’Orphée. Le Dieu de la Zorn craint un instant que la Seine ne lui ravisse la princesse et le couple :

Oui, la Seine l’emporte, et ses puissants efforts
Dérobent Thérèse à tes bords :
N’en doutons pas, on nous méprise,
On nous croit du commun des vulgaires ruisseaux,
Toutefois trop de gloire accompagne mes eaux

27– en effet, le cardinal Armand-Gaston venait se reposer sur ses rives, « pour respirer de ses nobles travaux ».

28L’arrivée de Thérèse de Carignan met un terme à ces alarmes. Il ne reste plus qu’à lire les titres des articles d’un contrat de mariage tout entier retraduit en discours épidictique.

L’HYMEN
[…]
Le Voilà ce Contract, garant des plus beaux nœuds,
Moment de ma gloire,
A jamais glorieux ;
Et que je veux porter en signe de victoire.

LA SOR
Ah ! de ce qu’il contient ne puis-je être informé ?

L’HYMEN
Tu le seras, écoute, & sois charmé.
Contrat passé… Mais passons tous leurs Titres,
D’être Princes, c’est-là leur moindre qualité.
Voyons d’autres chapitres.
Précis des Biens qui de chaque côté,
Seront mis en société :
Des siècles de Grandeur, de Gloire, & de Noblesse,
L’un sur l’autre pressés :
Glorieux attributs de Majesté, d’Altesse,
Coliers, Sceptres, Cordons en monceaux entassés :
Sang Royal… Mais que fais-je ? épargnons ma paresse,
Tous ces points-là tu les connois assés :
Voici des lots d’une autre espece,
Et par qui les premiers sont encore effacés.
De CHARLES, de LOUIS l’estime & la tendresse :

LA SOR
Oh ! voilà dans un lot tous les lots ramassés.
Deux cœurs formés par la sagesse, […]

29La Pastorale héroïque se déroule sur les bords du Rhin. Les configurations dramatiques mêlent, conformément au genre, des bergers (Ménalque, Lycidas) auxquels s’ajoutent trois allégories : le Destin, l’Hymen, le Génie du Rhin. Il s’agit, c’en est le seul et unique objet, de « montrer à l’Univers/CHARLES et THERESE unis par les loix d’Hymenée ». L’« obstacle au mariage », technique reprise de la comédie (et comme telle promise à une issue heureuse), vient du Génie du Rhin, convaincu que ce mariage fera son malheur, c’est-à-dire celui de l’Empire romain germanique :

Lorsque le Rhin verra ses Eaux
Couler au milieu de la France,
Il verra la fin de ses maux.

30L’arrière-plan politique, à vrai dire fort vague, de la pièce savernoise, reçoit dans ce volet strasbourgeois de plus nets contours. C’est la guerre de Succession d’Autriche qui est au cœur des nouveaux troubles. Finalement, c’est le Destin qui rétablit la vérité et annihile les craintes venues assombrir la joie des épousailles. Marie-Thérèse demeurera l’héritière de Charles VI conformément à la Pragmatique Sanction, Louis XV renoncera à l’Empire pour d’autant mieux soutenir l’époux (le Lorrain François) destiné à la fille de celui qui avait été le dernier Habsbourg mâle en ligne directe : « Et l’Empire par Alliance/Ne fera plus avec la France/Qu’un même peuple, un même Etat ». L’Hymen débouche sur la paix universelle enfin réalisée.

31Le cadre s’éloigne au maximum du didactisme moral et religieux qui était au fondement de la tragédie d’Agathocle. L'exercitatio mentis, indispensable pour comprendre le sort malheureux d’un jeune prince de l’Antiquité déclaré « castitatis victima », se mue en formules oraculaires promptement clarifiées et la mantique, nichée dans l'adumbratio, se borne à exhausser le présent au niveau d’un langage allégorique pour l’essentiel convenu. Sans doute, le genre de la pastorale apporte un ton alterné qui s’accommode aisément de chants et sans doute de musique, peut-être de danse. Il reste que la circonstance n’engendre pas que joliesses, soupirs prématurés ou tendres accents sentimentaux. Le poids de la circonstance joue dans deux sens. D’un côté, l’occasio encourage le dramaturge à s’aventurer sur le terrain d’une politique européenne incertaine et en quête d’alliances stabilisatrices. De l’autre, elle le pousse à mettre au centre de l’intérêt la haute noblesse d’épée et le haut clergé, pour une part confondus et réunis à travers les liens du mariage.

32Il est délicat de tirer des conclusions définitives quant au théâtre d’une scène selon toute apparence peu active, compte tenu de sa trop faible implantation dans une ville restée très majoritairement fidèle au luthéranisme. La présence du roi, prépondérante à l’origine, est en tout cas passée peu à peu à l’arrière-plan ou, si l’on veut mieux dire, à un autre plan qui l’éloigne tout autant de la « capitale de l’Alsace » en même temps qu’elle alimente l’espoir d’une entente née d’un « renversement des alliances » : celui de la grande politique continentale. Entre Strasbourg, capitale de la province, et Saverne, résidence d’été des prélats, le collège de Strasbourg est, en 1740, devenu davantage épiscopal que royal, plus orienté vers l’équilibre des forces qu’affecté à la reconquête confessionnelle.

Notes

1 Voir notamment, outre les innombrables « histoires de l’Alsace », Georges Livet et Francis Rapp, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, éd. des Dernières Nouvelles d’Alsace, 1981, 3 vol. (vol. 3 : De la Guerre de Trente Ans à Napoléon).

2 Cf. Jean-Marie Valentin, « Templum (et Musarum quoque ?) repurgandum. Orthodoxie et théâtre à Strasbourg (1581-1610) », Études germaniques 50/3 (1995), p. 557-594.

3 Mémoire de l’intendant de Sérilly. Archives départementales du Bas-Rhin, 4 J 2. Plus largement, voir les Ordonnances d’Alsace par Monsieur de Bourg, Colmar, 1776.

4 Pour tout ce développement se reporter à Pierre Delattre, S.J., Les Établissements des jésuites de France depuis quatre siècles, Enghien, Wetteren, de Meester, 1940-1957, IV, col. 1140-1187.

5 Lire à ce sujet Jean-Marie Valentin, « La “Meditata concordia” de Jacob Masen et le rapprochement des Églises en Allemagne au xviie siècle », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande XIII/2 (1981), p. 238-269 (dernière partie)

6 Pierre Delattre, op. cit., vol. IV, col. 1147.

7 Carlos Sommervogel, S.J., Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, Paris, Schepens, Picard, t. VII, 1896, col. 1620-1626 (Agathocles, col. 1155).

8 Jean Lebeau et Jean-Marie Valentin, L’Alsace au siècle de la Réforme (1482-1621), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985, p. 390-395.

9 Pierre Delattre, op. cit., vol. IV, col. 1155.

10 Carlos Sommervogel, op. cit., vol. VII, col. 1620.

11 Pierre Delattre, op. cit., IV, col. 1159.

12 Voir Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus […], t. VII, col. 290-307.

13 Jean-Marie Valentin, Le Théâtre des jésuites dans les pays de langue allemande. Répertoire bibliographique, Stuttgart, Hiersemann, 1984, 2e partie, p. 967 (Index des sujets, s.v. « Agathocle »).

14 Jean-Marie Valentin, « Le drame de martyr européen et le « Trauerspiel ». Caussin, Masen, Stefonio, Galluzzi, Gryphius », Jean-Marie Valentin, L’Ecole, la ville, la cour. Pratiques sociales, enjeux poétologiques et répertoires du théâtre dans l’Empire au xviie siècle, Paris, Klincksieck, 2004, p. 419-460.

15 Id., p. 430-434.

16 On recherchait l’alliance de la Savoie, traditionnellement liée à Vienne.

17 Ces pièces ont été publiées « A Strasbourg, chez Jean-François Leroux, Imprimeur de S.A.E. Monseigneur le Cardinal de Rohan » (MDCCXLI).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search