Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Plaire et instruire

 | 
Anne Piéjus

Cinquième partie. Le spectacle de collège, le monde et la cité

Les pères de la Doctrine chrétienne à Toulouse : les enjeux du théâtre et de la musique au collège de l’Esquile à la fin du xviie siècle

Jean-Christophe Maillard

Texte intégral

  • 1 Raymond Corraze, « L’Esquile, collège des Doctrinaires (1654-1792) », Mémoire de l’Académie des Sc (...)
  • 2 Jean de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne (...)
  • 3 Jean-Christophe Maillard, « Les représentations en musique dans les collèges toulousains à la fin (...)

1L’histoire du collège de l’Esquile, vitrine prestigieuse des Pères de la Doctrine Chrétienne à Toulouse, a retenu l’attention de quelques chercheurs. L’érudit local Raymond Corraze lui consacra diverses études1 dans les années 1930, mais sans jamais se pencher particulièrement sur le cas des spectacles qui y furent donnés pendant au moins vingt années, dans le dernier quart du xviie siècle. Jean de Viguerie entreprit ensuite une monumentale étude sur l’œuvre des doctrinaires2, et évoqua à plusieurs reprises les pièces jouées et chantées, à l’Esquile comme dans d’autres collèges. Le colloque Campistron et Consorts nous offrait l’occasion de soumettre le contenu partiel de leurs livrets, uniques témoins semble-t-il d’une période féconde en productions théâtrales, musicales et chorégraphiques3.

2L’émulation des Pères doctrinaires et de leurs élèves était grande : face à eux, un prestigieux établissement scolaire, maillon de l’impressionnante chaîne qui s’était abattue sur l’ensemble du royaume en ramifications multiples, le collège des jésuites. Jésuites et doctrinaires organisèrent donc, dans leurs collèges, des spectacles alliant théâtre, musique et danse, tels qu’on en donna grand nombre en France, à la jonction des xviie et xviiie siècles. Voici donc deux collèges de plus, dans une vaste mouvance nationale, pourrait-on penser. Le cas toulousain est pourtant d’une extrême originalité : alors que les doctrinaires, influents mais d’un prestige bien moindre que les jésuites, ont globalement donné une part modeste au théâtre, à la musique et à la danse dans leurs autres collèges – ainsi se présentent au moins les exemples parisiens – on doit constater qu’ils sont ici d’un dynamisme et d’un investissement exemplaires. On peut en expliquer les causes par des motivations qui ne sont sans doute pas animées par le seul amour des arts du spectacle : le contexte local, les querelles d’influence, le goût des Toulousains sont quelques-unes des raisons qui ont dû favoriser cette floraison.

3Dans l’étude évoquée ci-dessus, nous proposions un panorama synthétique des pièces jouées, chantées et dansées dans les deux collèges toulousains. Dans cette approche du collège de l’Esquile, nous nous appliquerons plutôt à souligner la spécificité de l’ordre des doctrinaires, à évoquer le climat de lutte continuelle dans lequel ils furent amenés à poursuivre leur tâche, et bien sûr à montrer comment ces données s’inscrivent dans les spectacles dont nous trouvons l’écho au travers des programmes. Vestiges bien frustrants que ceux-ci, assurément : les ballets sont vides d’images et de mouvements, les récits et les symphonies sont privés de leur contenu émotionnel et de la jouissance des sons. Ils sont pourtant le reflet de ces événements annuels si attendus par la population, de ces représentations musicales qui surent parfois pallier le manque de théâtres, de ces exhibitions à la fois fraîches et orgueilleuses d’une jeunesse aisée et studieuse. Comme une infinité d’autres musiques, celle-ci est perdue. Elle a pourtant rempli sa tâche en prenant part à ces productions qui remportèrent, peut-on croire, l’adhésion du public.

Les doctrinaires et leur implantation à Toulouse

  • 4 Jean de Viguerie, « Les missions intérieures des Doctrinaires toulousains au début du xviie siècle (...)

4Les doctrinaires, compagnie de clercs séculiers consacrée à l’enseignement de la foi catholique, s’établirent en France grâce à César de Bus en 1597. La devise Doctrina et Veritas, gravée sur une pierre du trumeau d’une fenêtre du collège de l’Esquile, résume leur mission : former à la Doctrine, autrement dit le catéchisme, qui pouvait s’enseigner de diverses façons : César de Bus avait donné le ton, lorsque ce gentilhomme italien né à Cavaillon, converti à l’âge de trente ans, après une jeunesse dissolue, s’était mis à prêcher dans un style exempt de redondances et de pédanterie, simple et direct. S’adressant à un auditoire jeune, il n’hésitait pas à interrompre ses propos pour faire entonner les cantiques dont il était l’auteur. Le style oratoire de César de Bus prenait divers aspects selon qu’il enseignait aux adultes, ou qu’il se trouvait dans la situation plus solennelle du sermon ou de la mission. L’exemple du fondateur subsista fortement dans l’esprit des doctrinaires. Ainsi, au début du xviiie siècle, le Père Badou, fixé à Toulouse, se montra un missionnaire exceptionnel, en une époque où la foi semblait nécessiter d’importants réajustements, à la ville et surtout dans les campagnes. Lui aussi auteur de cantiques, il n’hésitait pas à faire chanter au peuple des paroles pieuses sur les airs à la mode tel Les Folies d’Espagne4. On pourra retenir ce premier emploi de la musique chez les doctrinaires, même si le développement de telles chansons pieuses, adaptées sur des airs profanes et parfois même écrites dans des parlers locaux (gascon, languedocien, provençal, breton) fut considérable dans tout le xviiie siècle. Missionnaires infatigables, les Pères s’étaient également spécialisés dans l’enseignement, et leur premier collège s’était ouvert à Brive, peu de temps après l’installation en France de la compagnie.

5Installés à Toulouse en 1604, les doctrinaires s’installèrent au couvent Saint- Rome, à l’instigation du cardinal de Joyeuse qui gouvernait alors le diocèse. Ils conservèrent cette maison jusqu’à la Révolution et y créèrent notamment une importante bibliothèque. Le nombre de couvents était alors, à Toulouse, considérable : on y trouvait entre autres minimes, carmes, récollets, augustins sans omettre bien sûr la puissante compagnie de Jésus. Le début de la longue concurrence qui oppose les doctrinaires à ces derniers remonte à 1654. Les capitouls, membres du conseil municipal, cherchaient alors un moyen pour sauvegarder le vieux collège de l’Esquile de la ruine. Certes, les jésuites avaient été pressentis, huit années auparavant, pour en assurer la direction, mais le danger de leur offrir un monopole – ils possédaient déjà quatre maisons dans la ville – était rapidement apparu. À cette époque, ces influents personnages étaient déjà les responsables du plus fameux collège de la cité, et ne tenaient aucunement à subir la concurrence d’une autre congrégation. L’assemblée municipale fit appel aux Pères de la Doctrine chrétienne. La réaction des jésuites face à cette décision marqua le début d’un conflit qui ne s’apaisa nullement avant les premières années du xviiie siècle. La compagnie ignacienne avait d’ailleurs des raisons de s’inquiéter : si au plan national, les doctrinaires ne parvinrent pas à l’égaler en puissance, leur implantation dans le sud-ouest du royaume était remarquable. En 1700, la province de Toulouse, la plus importante des provinces d’implantation doctrinaire, comptait vingt-cinq établissements contre treize pour la province d’Avignon et sept pour celle de Paris. La congrégation, presque toujours dirigée par des Méridionaux, comptait une bonne moitié de généraux originaires de la province de Toulouse, la plupart originaires du Limousin, du Rouergue et du Piémont pyrénéen.

Préceptes antiques, idées nouvelles

  • 5 Cette similitude paraît même troublante lorsqu’on s’aperçoit que le programme oratorien, par exemp (...)
  • 6 Nous reprenons les termes de R. Corraze (L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 210-230 (...)
  • 7 Voir à ce sujet Jean de Viguerie, « Jansénisme et moralisme chez les doctrinaires de la province d (...)
  • 8 Eloge de Mirabeau, prononce lors de l’inauguration du buste de ce grand homme par J. P Roger, doct (...)
  • 9 Cf. Raymond Corraze, Anciens maîtres et anciens élèves de l’Esquile sous les Doctrinaires, Toulous (...)

6Les principes pédagogiques des doctrinaires semblent assez proches de ceux des jésuites5 : chez les uns et les autres, le précepte essentiel était de favoriser la compréhension par la persuasion et l’émulation, grâce à un enseignement attractif plutôt que par la réprimande. Néanmoins, l’application de ces principes et le goût des doctrinaires pour l’éclectisme et l’investigation les démarqua rapidement des jésuites. Eux qui cherchaient à comprendre plutôt qu’à condamner, démontrèrent une grande ouverture aux idées nouvelles ; même si cette perméabilité pouvait, le cas échéant, conduire à condamner le bien-fondé de leurs propres positions. Ainsi, un siècle plus tard, ils se montrèrent attirés par l’Encyclopédie et les Lumières, estimant que les courants réformateurs étaient « moins nuisibles [si on les accueillait] avec faveur6 ». Les exemples de leur curiosité intellectuelle, au xviiie siècle, sont d’ailleurs multiples : ainsi Jean-François Marmontel, futur librettiste de Rameau, Grétry et Piccinni, décida-t-il, lors de sa seconde année de philosophie, de quitter le collège jésuite toulousain pour celui de l’Esquile, face au refus des premiers de lui enseigner la philosophie newtonienne. Les positions des doctrinaires furent souvent explicites : après avoir marqué une certaine sympathie pour les jansénistes, qu’ils ne rejoignirent cependant pas7, leur intérêt déjà évoqué pour les nouveaux courants philosophiques les conduisit, durant les dernières années de leur existence, à accueillir favorablement la Révolution, à afficher publiquement leur adhésion à ses idées, en publiant par exemple un hommage à Mirabeau8. D’illustres personnages fréquentèrent le collège de l’Esquile en ces mêmes années : le poète Louis- Pierre-Marie Baour-Lormian (1770-1854), le psychiatre Jean-Étienne Esquirol (1772-1840), Joseph Lakanal (1762-1845), conventionnel puis politicien actif, ou encore Fabre d’Eglantine (1750-1794), poète et illustre révolutionnaire, qui y exerça des fonctions de « professeur des basses classes9 ».

  • 10 Cf. Pierre Guillot, Les Jésuites et la musique. Le collège de la Trinité à Lyon, 1565-1762, Liège, (...)
  • 11 Cf. pourtant La Pension de Lyon. Poème […] par un pensionnaire anonyme de la Trinité [ca 1737], ci (...)
  • 12 Cité dans Raymond Corraze, L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 214.

7Les méthodes pédagogiques des doctrinaires avaient d’autres points communs, du moins dans les règles, avec les jésuites. En effet, si la Ratio studiorum de ces derniers prévoyait initialement les châtiments corporels10, on essayait de n’y avoir recours qu’en cas extrême11. Les doctrinaires, quant à eux, semblent proscrire totalement ces pratiques au profit de la douceur et de la persuasion. Quelques extraits d’un discours prononcé en 1662 par le Père Antheaume, premier professeur de rhétorique à l’Esquile12, pourront en donner des aperçus révélateurs :

[…] Pour atteindre ce but [communiquer la science à ses élèves], [le maître] doit aimer ses élèves et avoir s’en faire aimer […] [Les élèves doivent avoir] autant d’amour pour leur maître que pour leurs études ; ils doivent le considérer comme le père de leur intelligence […] [De même que les parents sont fiers d’avoir des enfants qui leur ressemblent], ce sera une douce et belle chose pour le professeur de former des disciples qui porteront gravé dans leur âme l’empreinte de son intelligence. […] Est-ce que le caractère des Français doit être châtié par le fouet des esclaves ? […] Le Français aime : il ne connaît pas la contrainte : on peut l’attirer, impossible de l’opprimer ! [Travaillez avec] bonté et avertissement paternels : vous les conduirez partout où vous voudrez.

8Ces propos pourraient laisser craindre une tendance à la permissivité ou au laxisme : le contenu de l’enseignement dispensé dans le collège des doctrinaires infirme vite cette première impression. Les principes de la religion catholique s’opéraient dans les petites classes par l’apprentissage du catéchisme, assorti de commentaires faciles. Les classes supérieures exigeaient la mémorisation par cœur de textes des deux Testaments, la présence à la messe quotidienne, et un examen annuel. On enseignait à tous les niveaux la grammaire latine et grecque, les textes et la versification, avec de fréquentes compositions, explications, et disputes oratoires. Les trois derniers niveaux reprenaient bien sûr le principe des humanités, de la rhétorique et de la philosophie accompagnées de l’enseignement des sciences, de l’histoire, de la poésie, des textes d’auteurs plus difficiles. La version latine et grecque (plutôt que le thème) constituait avec les disputes oratoires, privées ou publiques, les exercices de prédilection. Le point fort des doctrinaires demeurait malgré tout la philosophie, dont les bases restaient les textes d’Aristote et de saint Thomas d’Aquin, et principalement la Somme. Plus tard, la pensée encyclopédique, voire la Déclaration des Droits de l’Homme, alimentèrent aussi les cours.

Protecteurs et adversaires

  • 13 Dédicace d’Agathocles tragedie, dediee a messieurs les capitouls de Toulouse, par les écoliers de (...)
  • 14 Dédicace de Thieste tragedie, ornée d’un prologue en musique, & de plusieurs Entrées de Balet ; dé (...)
  • 15 Dédicace d’Adanaxe. Tragedie, dediée a messieurs les Capitouls de Toulouse : par les ecoliers d’hu (...)
  • 16 Joas, roy de Juda. Tragedie, ornée d’un prologue & d’intermedes en Musique, & de plusieurs entrées (...)

9Les doctrinaires s’étaient placés sous la coupe des capitouls, détenteurs du pouvoir local, alors que leurs adversaires jésuites se trouvaient sous la tutelle du parlement, représentant direct du pouvoir royal. La déférence des maîtres et des élèves de l’Esquile envers leurs protecteurs généra rapidement une dialectique qui revint périodiquement dans les épîtres dédicatoires des programmes. On y lit les préoccupations des religieux : la recherche de l’image de Pères aimés, puissants et respectés, mais aussi, en filigrane, l’attachement à un pouvoir alternatif quoique officiel, comparable à cette pédagogie et ces idées novatrices tempérées par une exigence intellectuelle intransigeante. Les capitouls, tels qu’ils transparaissent au travers des textes des écoliers de l’Esquile, peuvent se définir comme détenteurs d’une autorité locale réelle, éprouvée par l’histoire et par le contact direct avec le peuple. Ils sont, aux yeux des doctrinaires, les « dignes Peres de la Patrie13 » : protecteurs des arts, ils font régner dans la ville la sécurité, le respect des lois, et l’attention qu’ils portent à leur collège contribue à ce qu’« il se forme des sujets propres à soutenir cette ancienne gloire, & cette réputation de ville sçavante que Toulouse prend à juste titre sur les autres villes du Royaume […]14 ». Aimés du peuple, ils font preuve de dévouement personnel en accueillant dans les murs de la cité des étrangers victimes des famines. « Ce ne sera pas des Titres pompeux, des Marbres usez, [que la poésie] ira consulter, pour en tirer un sujet d’eloge : la voix du Peuple luy en fournira de plus beaux. Ces pieux Reglemens, cette vigilance infatigable & tant d’autres soins, dont on a déja vû les effets, en seront l’illustre matiere […]15. »Ainsi l’ode aux capitouls précédant le programme de Joas, roy de Juda16 conçoit la mission des membres de l’assemblée :

Savoir se faire aimer, savoir se faire craindre ;
Méler l’air grave avec l’air doux,
Etre toutes choses à tous […]

10Ailleurs, on évoque l’arrivée au pouvoir de ces conseillers :

  • 17 Dédicace pour Le siege de Moab tragedie, dediée a messieurs les maire et capitouls, ornée d’un pro (...)

Et lorsque d’un grand roi le choix & la parole,
Remit entre vos mains le choix du Capitole,
Chacun de nous l’apprit, vous vit et vous aima17.

  • 18 Dédicace de Clovis fils de Chilperic I roy de Soissons. Tragedie dediee a messieurs les maires et (...)

11Les élèves des doctrinaires semblent reprendre les préceptes du Père Antheaume cité plus haut. S’ils étaient capables de dépeindre les capitouls tels qu’ils sont, « On verrait dans nos ouvrages des Magistrats d’un accez si facile, que le pauvre auroit la liberté de se confondre auprez d’eux avec le riche. Ils ne montreraient ni du dédain pour l’un, ni de la préférence pour l’autre […]18. » Les paternels protecteurs deviennent, enfin, de bénéfiques commanditaires :

  • 19 Ibid.

[…] C’est de là que vous voyez naître nos premiers essais d’éloquence & de Poësie. Quoiqu’ils ne soient que des ébauches, & non des ouvrages, accomplis par l’heureuse nécessité où vous nous mettez de les produire, vous nous donnez goût de prendre les moyens de les porter un jour à une plus grande perfection19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Cf. Matathias. Tragedie, dediée a Messieurs les capitouls de Toulouse, par les ecoliers de rhetori (...)
  • 22 Cf. Adanaxe. Tragedie, […], op. cit.
  • 23 Dédicace pour Le siege de Moab, […], op. cit.

12Prenant part de la sorte à leur éducation, les adolescents s’adressent à eux par une interrogation dont la naïveté pardonne ce qui pourrait être considéré comme de l’impertinence : « Qui sçait même si ce n’est point leur préparer des Successeurs20 ? » avancent-ils en s’imaginant déjà au sein du parlement municipal. La déférence envers les capitouls n’exclut bien sûr pas les hommages dus au monarque, et un style encomiastique convenu transparaît parfois : « Louis abat les temples des heretiques, qui pour reconnaitre le veritable Dieu, ne laissent pas de lui faire une guerre aussi cruelle, que ceux qui ne l’ont jamais connu […]21. » Dans Le Triomphe de la Joye22, c’est la conduite du pays par le roi qui dicte l’argument général. Le Dauphin, dédicataire de la célébration de l’heureux événement qu’est la naissance de son fils, n’a comme mérite que d’avoir donné le jour à un autre héritier de la couronne : « […] il ne manquoit à la gloire de ce grand Prince [le roi], sinon, qu’aprés avoir si bien pourveu de sa part à l’immortalité de son Nom par ses glorieux exploits, vous lui donassiez un gage de l’immortalité de son sang dans la Naissance d’un petit fils […]23 ». Ce subtil mélange de soumission au pouvoir local et à la puissance royale caractérise désormais – et l’on comprend pourquoi – ces doctrinaires dont les capitouls attendaient beaucoup lorsqu’ils leur confièrent leur collège en 1654.

13La confiance qu’ils leur accordèrent transparaît en plusieurs occasions. Voici par exemple quelques extraits d’un Placet de la ville rédigé par les capitouls en 1718, supplique adressée au roi lui demandant d’accorder aux doctrinaires le droit de sanctionner leurs études par une agrégation qui permette aux élèves d’accéder à l’université, jusqu’alors privilège des jésuites. Les arguments développés par le conseil municipal révèlent déjà leur bienveillance pour cet établissement :

  • 24 Archives départementales de la Garonne, 4D1, pièce 3.

Il est dans l’interet public d’exciter et d’entretenir l’emulation entre les professeurs et les etudiants de divers colleges, parceque sans cette emulation les etudes languissent. Or l’emulation ne peut subsister entre diverses ecoles, si elles n’ont à peu pres les memes avantages, et c’est le seul merite des professeurs qui en doit faire la difference. […] Dans une meme ville où il y a deux colleges destinez à professer les memes arts et les memes sciences, c’est un grand avantage pour les habitans d’avoir la liberté d’envoyer leurs enfans à celuy qui leur convient le mieux […]24.

14La conclusion est des plus explicites : « S’il falloit donner des avantages a l’un des deux Colleges, ce seroit sans doute à celuy de lesquile, car il est le College de la ville […] le seul qui soit effectivement sous l’authorité et la dépendance des capitouls et bourgeois. »

  • 25 Cité dans Raymond Corraze, L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 192.
  • 26 Cf. Robert Cardo, « Histoire de l’Art-lyrique à Toulouse au xviiie siècle », maîtrise, univ. Paris (...)
  • 27 Ibid., p. 237.
  • 28 Cf. Le siege de Moab, op. cit. Cf. aussi « Jean-Baptiste Buterne Ecuyer, ancien Capitoul de Toulou (...)

15Ce placet prend des allures de plaidoyer, ce dont il ne faut pas s’étonner, connaissant les querelles, plus ou moins loyales, qui opposèrent jésuites et doctrinaires. On reprocha aux émules de César de Bus d’ouvrir le savoir à un trop vaste public en multipliant les collèges, « car il n’y a pas de petit artisan qui ne veuille faire étudier ses enfants25 ». Leur doctrine fut suspectée d’être peu sûre, car leur ouverture à un trop grand nombre de courants de pensée pouvait s’avérer dangereuse. Les jésuites les accusèrent aussi d’exercer sans la permission du roi : c’était oublier que Louis XIV lui-même, le 3 décembre 1659, avait assisté lors de son séjour dans la ville à une représentation donnée par les élèves des doctrinaires26. Il n’avait aucunement manifesté son désaccord face à l’agrément que leur avait donné le pape Grégoire XV, enregistré aux parlements de Toulouse et de Bordeaux, même si la permission royale s’était alors montrée superflue. D’autres questions, d’ordre matériel, vinrent ensuite se greffer. Voulant concurrencer le maître es arts délivré à l’Esquile, qui permettait d’entrer directement à l’université, les jésuites tentèrent de supplanter la maîtrise délivrée par les doctrinaires en multipliant des agrégations, plus avantageuses. Face à l’indignation des capitouls, ils avancèrent alors que « le plus grand nombre des Messieurs qui composent ce Conseil sont des gens ou sans lettres ou très peu versés dans les Arts et les Sciences27 ». Roturiers ou issus de la petite noblesse, les parlementaires étaient souvent bien loin d’être incultes. On note par exemple, dans l’un de nos livrets daté de 1696, le nom de « Noble Jean Buterne, Ecuïer », qui n’est autre que Jean-Baptiste Buterne, capitoul de Toulouse puis organiste de la chapelle royale à Versailles28. La parité définitive entre les deux collèges sera enfin reconnue, après diverses requêtes des capitouls, par un arrêté royal de 1716. Les activités musicales et théâtrales des collèges toulousains de la fin de xviie siècle sont donc contemporaines de ces débats et querelles.

Le spectacle de collège chez les doctrinaires de l’Equile

  • 29 Père Momejean, dédicace de Licurgue ou la justice triomphante. Tragédie ornée d’un prologue en mus (...)

[…] un amas admirable
De tout ce que l’on sçait charmer par sa douceur
Les oreilles, les yeux, l’esprit, l’ame, & le cœur […]29

  • 30 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 478 sq.
  • 31 Cf. p. 260, note 15.
  • 32 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 479.

16Cette évocation d’un spectacle tel que l’imaginent les doctrinaires n’a rien pour surprendre, car elle correspond à ce que l’on est en droit d’attendre d’une pièce jouée, chantée et dansée à la fin du xviie siècle. Le contexte, heureusement, nous en apprend plus. La motivation des capitouls pour engager les pères à diriger le collège de l’Esquile, en 1654, n’était pas seulement pédagogique. En effet, nombre d’autres villes du Sud-Ouest les avaient acceptés dans leurs murs à condition qu’ils donnent des spectacles de théâtre : on connaît au moins les cas de Gimont en 1621, de Narbonne en 1626, et de Lectoure en 163030. Si l’on ne possède pas de trace de ce type de contrat à Toulouse, il est probable que la question fut évoquée ; on en trouve une allusion assez claire en « l’heureuse nécessité » où les capitouls mettent les gens de l’Esquile à produire ces « essais d’eloquence et de Poësie31 ». Les deniers municipaux furent pressentis à plusieurs reprises pour financer ces spectacles ; en 1659, les capitouls payèrent vingt journées de travail au maître charpentier Lucas pour construire le théâtre « de Messieurs les Capitoulz et directeurs de la tragédie qui a esté représentée dans le collège de la ville de lesquille32 ». En 1662, les capitouls de Toulouse firent preuve de générosité d’une manière différente, en répondant favorablement à la requête suivante :

  • 33 Ibid.

[sachant] que les peres du college ont travailhé a fere une tragedie en une tres belle decoration ornee de diverses piramides et portiques pour honorer la naissance de Monseigneur le dauphin laquelle tragédie ils desirent de fere mettre sur la presse avec tout ce qu’il y aura de plus remarcable dy fere graver sur une planche les armes de la ville et pour subvenir aux frais prient la compagnie de leur donner quelque petite somme pour les encourager a continuer leurs bons desseins quy ne tendent qua bien eslever la Jeunesse33.

  • 34 Cf. p. 255, note 3.
  • 35 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 488.
  • 36 Castor et Pollux, ou les Deux Freres couronnez, par Hercule. Ballet, dedié à Monseigneur l’Archeve (...)

17Les traces de spectacles en musique donnés à l’Esquile se situent entre 1676 et 1696 : elles correspondent aux livrets évoqués dans un précédent travail34. Nous avons ainsi répertorié treize spectacles, dont dix comportaient de la musique, si l’on en croit les programmes. On observe aisément la concurrence avec les jésuites dans les programmes des spectacles de la Compagnie, imprimés entre 1672 et 1698 : onze ont été conservés, un seul ne mentionnant ni musique ni danse. Sans doute ne peut-on tirer de ces documents que des conclusions hâtives quant au nombre de pièces données ici et là : il est fort probable que de nombreux programmes aient été perdus, ou qu’il n’y ait pas eu, tout simplement, de programme imprimé. On sait en outre que la tradition du spectacle annuel excède les dates des documents conservés. Il est probable que les deux établissements proposèrent régulièrement, durant le dernier quart du xviie siècle, des productions théâtrales et musicales ambitieuses, en quantité sensiblement similaire. Dans son étude monumentale sur les doctrinaires et leurs collèges, Viguerie affirme avoir retrouvé dix-sept titres de tragédies représentées à Toulouse, à Vitry-le-François ou à Avallon, entre 1680 et 17335. Il n’avait alors pas connaissance de Castor et Pollux, antérieur de quatre ans à la première date indiquée36, ce qui amène le total à dix-huit, dont cinq œuvres seulement représentées hors de Toulouse. C’est dire l’importance de ces manifestations de prestige dans le collège de l’Esquile, et son probable rôle-phare pour les autres collèges de la congrégation.

  • 37 Corinthe tragedie allegorique dediée au roy. par les ecoliers de la rhetorique des RR. Peres de la (...)
  • 38 Cf. p. 262, note 23.
  • 39 Constantin porphyrogenite tragedie, ornee de recits en musique et d’un balet. Dediée a Monseigneur (...)
  • 40 Licurgue ou la justice triomphante […], op. cit., et Messine, Jason, tragedie ornée d’entrée de ba (...)
  • 41 Castor et Pollux, ou les Deux Freres couronnez, par Hercule. Ballet, dedié à Monseigneur l’Archeve (...)

18Quels sujets attiraient les doctrinaires ? Comme nous l’avons déjà évoqué, ils puisaient dans l’histoire antique, et dans une moindre mesure dans la Bible ou l’histoire médiévale. Contrairement à d’autres établissements d’enseignement, l’hagiographie semble les avoir peu attirés. Les jésuites toulousains proposèrent parfois une comédie adjointe à la tragédie ; Le Chevalier errant, inspiré du personnage de Don Quichotte, semble le seul exemple comparable chez les doctrinaires37. Ces quelques constatations suffiraient-elles pour tenter de définir une quelconque thématique doctrinaire ? La prédilection pour l’Antiquité constitue peut-être une piste à suivre. Mais c’est plutôt dans les détails qu’apparaissent les spécificités. La recommandation aux capitouls est très souvent de rigueur, même si les doctrinaires cherchent parfois d’autres protecteurs. L’exemple le plus surprenant figure dans le programme de Licurgue, en 168838 : l’auteur de la tragédie, le Père Momejean, se place sous la protection de Thomas Alexandre Morant, premier président au Parlement de Toulouse. Quelle était la stratégie des Pères de l’Esquile, en s’adressant aux protecteurs de leurs concurrents ? Coup de poker ou coup de Jarnac, nul ne sait : le fait est que cette même année, les jésuites s’étaient recommandés, eux de façon toute naturelle, au même président Morant. Les personnages allégoriques des divertissements, selon un usage bien connu ailleurs, se devaient de fleurer le terroir. Les jésuites avaient imaginé de déifier, l’espace d’un prologue allégorique, l’Océan et la Méditerranée, la Garonne et même le canal du Mid39. Les doctrinaires exploitèrent eux aussi la sensibilité toulousaine : les génies de Toulouse et de l’Esquile apparaissent dans deux prologues40, tandis que les personnages du prologue de Castor et Pollux ne sont autres que les protagonistes de la croisade des Albigeois : Simon de Montfort, le comte de Toulouse, son lieutenant Aldéric et Philippe Auguste41.

  • 42 Licurgue ou la justice triomphante […], op. cit., f.[175]v.
  • 43 Ibid., f.[176]v.
  • 44 Ibid., f.[178]v.

19Le rôle de la musique et de la danse est amplement évoqué dans les pages de titre, ainsi que dans les descriptions, les didascalies et l’argument des entrées. D’importantes zones d’ombre subsistent pourtant : qui se chargeait de former les enfants ? Les instruments étaient-ils rassemblés sous la forme d’un petit orchestre ou d’un groupe restreint d’un ou deux exécutants ? Nous avons déjà tenté de répondre à ces questions, mais sans obtenir de réponses précises. Contentons-nous de relire les précisions données, par exemple, dans Licurgue : « […] On entend une agreable Symphonie42 », « Un concert d’instruments interromp le chant43 », « Après la dance, on entend un concert d’instrumens44 ». La présence d’un ensemble instrumental, de passages chantés et de danses est bien sûr sans équivoque, même si l’absence de précisions appelle diverses suppositions. Il est possible que les doctrinaires aient recruté des musiciens d’église, tels Jean Gilles et André Campra, de la cathédrale Saint-Étienne. Il demeure plus improbable qu’ils aient sollicité l’aide des chantres, car ces spectacles n’entraient pas dans leurs fonctions. On sait pourtant qu’ultérieurement, ceux-ci jouèrent occasionnellement dans les théâtres de la ville. Cette séduisante hypothèse de recrutement de maîtres de musique et de danse extérieurs est la plus plausible. Les capitouls possédaient un ensemble de hautbois qui les précédait lors de leurs apparitions publiques. Quelques années plus tôt, le roi des violons, Matali, était toulousain : le contexte était favorable pour que la ville soit dotée de talentueux instrumentistes. Les intermèdes dansés de Licurgue témoignent une grande diversité des situations. Pour stéréotypées qu’elles soient dans une œuvre de ce type, l’importante variété des sujets correspond très probablement à un spectacle disposant de moyens importants. Le prologue de la tragédie, Le retour d’Astrée déesse de la Justice, montre la déesse et les deux génies de Toulouse et de l’Esquile. La suite qui les accompagne est à même d’assurer les danses évoquées dans le texte ; on annonce en outre Les Plaisirs, Les Jeux et les Agréments. Les rôles des muses et d’une nymphe sont dansés par quatre enfants : les petits Amyault, Gilbert, Benech et Betirac. D’autres noms apparaissent dans les autres entrées, qui se déroulent au sein de la tragédie elle-même. Le Père Momejean a pris soin de justifier ces divertissements parfois incongrus dans un contexte sérieux : il invite le spectateur à une sorte de mise en abyme, par le biais du théâtre dans le théâtre :

Page de titre du programme de Licurgue, ou la justice triomphante, du Père Momejean.

  • 45 Ibid.

« Astrée assiste à ce spectacle de théâtre avec les génies de Toulouse, & de l’Esquille. Et elle a le plaisir de voir beaucoup de divinitez, qui viennent honorer sa fête par des Eloges qu’elle donne à son Heros, & par les dances, que ceux de leur suite font à son honneur. Ainsi les intermèdes continuent le sujet du Prologue, & divertissent agréablement les Spectateurs, aprez que chaque acte de la Tragédie a été déclamé […]45. »

  • 46 Ibid., p. 47.

20Ces précautions et ce désir de vraisemblance ouvrent la porte aux entrées les plus disparates, lorsque le divertissement survient : Mercure et Apollon escortés des grands hommes de l’Antiquité, la Renommée accompagnée de peuples de différentes provinces et de paysans, Mars et des combattants, et surtout une arrivée inattendue de Momus et de satyres, habituellement réservés à la comédie. Mais lisons les arguments de l’auteur : « A la fin de cet acte, le Dieu Momus reconnait, que tout mordant qu’il est, il ne trouve rien à dire pour blâmer notre Heros. Mais s’il n’a pas de quoi rire, il veut du moins voir dancer les Satires de sa suite46. »

  • 47 À l’exception de Jason et de Licurgue, signés respectivement des Pères Messine et Momejean, tous l (...)

21Ce spectacle est particulièrement intéressant du fait de ses nombreuses allusions aux divertissements et parce qu’il est d’un seul auteur, alors que bon nombre d’autres pièces furent écrites de manière collective, par les élèves sous la surveillance de leurs maîtres47. On bénéficie pour Licurgue d’un texte presque intégral, alors que les autres programmes se contentent souvent de ne publier que des extraits des plus belles tirades et un canevas général de la pièce. Les questions concernant la musique et la danse restent pourtant nombreuses, et l’on peut se demander pourquoi elles ne sont pas davantage prises en considération dans les programmes. On cite (parfois) les interventions des chanteurs et danseurs, élèves du collège. En revanche, rien sur les maîtres, qui n’étaient probablement pas issus du corps enseignant régulier. On peut imaginer que musique et danse étaient partie intégrante de l’ensemble, et qu’on ne les mentionnait pas spécifiquement en publiant le programme.

  • 48 Cf. not. Robert Cardo, « Histoire de l’Art-lyrique à Toulouse au xviiie siècle », maîtrise, univ. (...)
  • 49 Rollin, Traité des Etudes, t. 4, éd. 1823, p. 422-425, cité par Jean de Viguerie, Une Œuvre d’éduc (...)

22Les derniers spectacles de collèges toulousains dont on connaît le programme datent de 1696 chez les doctrinaires, et de 1698 chez les jésuites. Il est difficile de savoir si la coutume fut maintenue au-delà de ces dates, mais il semble que le cas toulousain soit assez proche du phénomène de désaffection national pour ces spectacles scolaires, de très haut niveau pourtant si l’on tient compte de l’impact qu’ils eurent sur la vie locale, dans de nombreuses villes du royaume comme à Paris. Leur rôle fut bien sûr éducatif, mais nous pensons en avoir assez mesuré les divers enjeux pour souligner leur importance politique. Heureuse ville de Toulouse, quand on sait que dans les décennies 1670-1690 la ville bénéficia de deux collèges donnant des spectacles de qualité, et que s’y implanta l’une des premières académies de musique, fondée dès 1687 par Francine, le gendre de Lully48. Le dernier document concernant les activités théâtrales à l’Esquile date du 13 mai 1738. On avait probablement continué, bon an mal an, à proposer un spectacle annuel. C’est lors d’une assemblée générale de tout le corps de la bourgeoisie qu’il fut décidé d’abandonner l’usage de cette représentation, « coutume si ancienne et générale » que personne n’avait songé s’y opposer, malgré une désaffection progressive. En revanche, l’usage des disputes oratoires publiques fut maintenu49. Une page de l’histoire de l’Esquile s’était définitivement tournée.

Notes

1 Raymond Corraze, « L’Esquile, collège des Doctrinaires (1654-1792) », Mémoire de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse […], 12e série, t. XVII, 1938, p. 188-255.

2 Jean de Viguerie, Une œuvre d’éducation sous l’Ancien Régime. Les Pères de la Doctrine chrétienne en France et en Italie (1592-1792), Paris, Presses de la Sorbonne, 1976.

3 Jean-Christophe Maillard, « Les représentations en musique dans les collèges toulousains à la fin du xviie siècle », Campistron et consorts : tragédie et opéra en France (1680-1733), éd. J.-Ph. Grosperrin, Littératures classiques 52 (automne 2004), p. 349-363.

4 Jean de Viguerie, « Les missions intérieures des Doctrinaires toulousains au début du xviie siècle : un missionnaire, le Père Jean-Baptiste Badou », Revue historique 491 (juillet-septembre 1969), p. 41-64.

5 Cette similitude paraît même troublante lorsqu’on s’aperçoit que le programme oratorien, par exemple, se démarque bien plus des jésuites que ne le font les doctrinaires.

6 Nous reprenons les termes de R. Corraze (L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 210-230).

7 Voir à ce sujet Jean de Viguerie, « Jansénisme et moralisme chez les doctrinaires de la province de Toulouse aux xviie et xviiie siècles », Annales de l’institut d’études occitanes, Recherches sur la vie religieuse en pays d’Oc, 4e série, n° 1, Toulouse, 1965, p. 127-136.

8 Eloge de Mirabeau, prononce lors de l’inauguration du buste de ce grand homme par J. P Roger, doctrinaire, professeur d’eloquence au College de l’Esquille. imprime par les soins de la Societe des Amis de la Constitution, seante a Toulouse, [Toulouse], D. Desclassan, 1791 [Toulouse, BM, Br. Fa. C. 96].

9 Cf. Raymond Corraze, Anciens maîtres et anciens élèves de l’Esquile sous les Doctrinaires, Toulouse, imprimerie toulousaine, 1940.

10 Cf. Pierre Guillot, Les Jésuites et la musique. Le collège de la Trinité à Lyon, 1565-1762, Liège, Mardaga, 1991, p. 44.

11 Cf. pourtant La Pension de Lyon. Poème […] par un pensionnaire anonyme de la Trinité [ca 1737], cité par Pierre Guillot, Les Jésuites et la musique, op. cit., p. 223-235 : « […] L’on n’y voit que prisons, supplices, fouets vengeurs [vers 123] […] Alors, sans différer, le régent en fureur/ Lui prodigue des coups [vers 327-328] ». Mais ce texte-charge (qui évoque en de nombreux endroits les châtiments corporels) ne peut être qu’excessif, par définition même, ce qui tempère sa véracité.

12 Cité dans Raymond Corraze, L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 214.

13 Dédicace d’Agathocles tragedie, dediee a messieurs les capitouls de Toulouse, par les écoliers de rhetorique des Peres de la Doctrine chrétienne du Colege de Lesquile. Pour la distribution des Prix, le 22 jour d’Août à deux heures aprés midy, Toulouse, Jean Boude, 1696. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (5)].

14 Dédicace de Thieste tragedie, ornée d’un prologue en musique, & de plusieurs Entrées de Balet ; dédiée a messieurs les maire et capitouls, par les écoliers de rétorique du colége de Lesquille. A la distribution des prix de l’Année 1694. Le […] jour d’Août, Toulouse, Jean Boude, 1694. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (11)].

15 Dédicace d’Adanaxe. Tragedie, dediée a messieurs les Capitouls de Toulouse : par les ecoliers d’humanité des Peres de la Doctrine Chrétienne du College de Lesquille. Suivi du drame allégorique Le Triomphe de la Joye, Toulouse, Jean Boude, 1682. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (19)].

16 Joas, roy de Juda. Tragedie, ornée d’un prologue & d’intermedes en Musique, & de plusieurs entrées de Balet : dédiée à messieurs les capitouls par les écoliers de rethorique (sic) du colége de Lesquille, A la distribution des prix de l’année 1692. Toulouse, Guillaume-Louïs Colomyez, 1692. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (4)].

17 Dédicace pour Le siege de Moab tragedie, dediée a messieurs les maire et capitouls, ornée d’un prologue en musique, & de plusieurs Entrées de Balets, toutes alégoriques, et représentée dans le premier colége de Toulouse par le écoliers de rétorique des Péres de la Doctrine Chrêtienne du Colege de Lesquile, Toulouse, Jean Boude, 1696. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (13)].

18 Dédicace de Clovis fils de Chilperic I roy de Soissons. Tragedie dediee a messieurs les maires et capitouls, par les écoliers de rétorique du College de l’Esquille. A la distribution des prix de l’année 1695. le […] jour d’Aout, Toulouse, Jean Boude, 1695. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (8)].

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Cf. Matathias. Tragedie, dediée a Messieurs les capitouls de Toulouse, par les ecoliers de rhetorique des Peres de la Doctrine Chretienne du College de Lesquille. A la distribution des Prix de l’année 1685. le […] jour d’Août, Toulouse, Jean Boude le jeune, 1685. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (10)].

22 Cf. Adanaxe. Tragedie, […], op. cit.

23 Dédicace pour Le siege de Moab, […], op. cit.

24 Archives départementales de la Garonne, 4D1, pièce 3.

25 Cité dans Raymond Corraze, L’Esquile, collège des Doctrinaires, op. cit., p. 192.

26 Cf. Robert Cardo, « Histoire de l’Art-lyrique à Toulouse au xviiie siècle », maîtrise, univ. Paris-IV, 1974, p. 10.

27 Ibid., p. 237.

28 Cf. Le siege de Moab, op. cit. Cf. aussi « Jean-Baptiste Buterne Ecuyer, ancien Capitoul de Toulouse, l’un des organistes de notre Chapelle, Maitre de clavecin de notre tres honorée Mere Duchesse de ourgogne et de plusieurs Princesses du sang […] » si l’on en croit le privilège des Six Sonates pour la vielle publiées par son fils Charles en 1745 (Paris, auteur, Boivin, Leclerc), bien longtemps après sa mort survenue en 1727. Selon les registres de la Cour, Jean (ou Jean- Baptiste) Buterne exerça comme organiste de la chapelle royale de 1678 à 1717 au moins, avec une interruption de cinq années, de 1695 à 1700, qui correspond à un retour provisoire du musicien dans Toulouse, où il était né vers 1650 (cf. Marcelle Benoit, Musiques de cour, Chapelle, Chambre, Ecurie, Paris, A. & J. Picard, 1971, voir index p. 520).

29 Père Momejean, dédicace de Licurgue ou la justice triomphante. Tragédie ornée d’un prologue en musique et d’un ballet à vingt entrées. Dédiée à Monseigneur Thomas Alexandre Morant, Premier Président au Parlement de Toulouse, Toulouse, Jean Boude, 1688. [Toulouse, BM, Rés. D. XVII. 250].

30 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 478 sq.

31 Cf. p. 260, note 15.

32 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 479.

33 Ibid.

34 Cf. p. 255, note 3.

35 Cf. Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 488.

36 Castor et Pollux, ou les Deux Freres couronnez, par Hercule. Ballet, dedié à Monseigneur l’Archeveque de Toulouse. Par les Ecoliers des PP. de la Doctrine chrestienne du College de Toulouse, Toulouse, J. Boude et Veuve J. Jac. Boude, 1676. [Toulouse, BM, Br. Fa. B 472].

37 Corinthe tragedie allegorique dediée au roy. par les ecoliers de la rhetorique des RR. Peres de la Doctrine Chrétienne du College de Toulouse. A la distribution des Prix de l’Année 1684. le […] jour de Septembre. Suivi de la comédie Le chevalier errant, Toulouse, Nicolas-Sebastien Henault, 1684. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (25)].

38 Cf. p. 262, note 23.

39 Constantin porphyrogenite tragedie, ornee de recits en musique et d’un balet. Dediée a Monseigneur de Morant premier president du Parlement de Tolose. Par les Humanistes du College de Tolose de la Compagnie de Jesus. Suivi du ballet Le regne de la justice ou le bonheur de Tolose sous Astrée, Toulouse, Nicolas-Sebastien Henault, 1688. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (17)].

40 Licurgue ou la justice triomphante […], op. cit., et Messine, Jason, tragedie ornée d’entrée de ballet, et de deux prologues en musique. Dediée à monseigneur le Dauphin, par le P. D. Messine, prétre de la Congregation de la Doctrine Chrétienne, Professeur de Rhetorique dans le Colege de Toulouse. Toulouse, [s. n.], [1682 ca]. [Toulouse, BM, Rés. C. XVII 50 (1)].

41 Castor et Pollux, ou les Deux Freres couronnez, par Hercule. Ballet, dedié à Monseigneur l’Archeveque de Toulouse. Par les Ecoliers des PP. de la Doctrine chrestienne du College de Toulouse, Toulouse, J. Boude et Veuve J. Jac. Boude, 1676. [Toulouse, BM, Br. Fa. B 472].

42 Licurgue ou la justice triomphante […], op. cit., f.[175]v.

43 Ibid., f.[176]v.

44 Ibid., f.[178]v.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 47.

47 À l’exception de Jason et de Licurgue, signés respectivement des Pères Messine et Momejean, tous les spectacles sont anonymes, leur paternité revenant, si l’on en croit les titres, aux élèves du collège. Les épîtres introductives le confirment largement (cf. par ex. note 19).

48 Cf. not. Robert Cardo, « Histoire de l’Art-lyrique à Toulouse au xviiie siècle », maîtrise, univ. Paris-IV, 1974.

49 Rollin, Traité des Etudes, t. 4, éd. 1823, p. 422-425, cité par Jean de Viguerie, Une Œuvre d’éducation […], op. cit., p. 495.

Table des illustrations

Légende Page de titre du programme de Licurgue, ou la justice triomphante, du Père Momejean.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/28960/img-1.jpg
Fichier image/, 628k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540