Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Jean-Louis Benoît

2Maître de Conférences à l’Université de Bretagne Sud à Lorient, il travaille sur la littérature religieuse narrative du Moyen Âge et en particulier sur les Miracles de Notre Dame de Gautier de Coinci. À paraître aux éditions Champion : Cinq miracles de Notre-Dame de Gautier de Coinci, traduction, introduction et notes.

3Hélène Bouget

4Doctorante (3ème année) de l’Université Rennes 2, professeur agrégé de lettres modernes, elle prépare actuellement une Thèse intitulée « L’énigme dans les romans arthuriens français (v. 1200-1240) » sous la direction de Christine Ferlampin-Acher.

5Catherine Daniel

6Maître de Conférences à l’Université de Rennes 2 en Deust métiers du livre, elle a soutenu une thèse intitulée « Arthurianisme et littérature politique », sous la dir. de J.-C. Thiolier, en novembre 2002 à Paris XII. Ses recherches portent sur l’arthurianisme, et plus particulièrement sur les prophéties de Merlin dans une approche politique, culturelle et historique. À paraître notamment Les prophéties de Merlin et la culture politique xiie-xvie siècle, Brepols, Turnhout, (Culture et société médiévales) et « Les prophéties de Merlin aux procès de Jeanne d’Arc » in Le procès exemplaire dans la littérature, du Moyen Âge à la période baroque, éd. B. Méniel, S. Geonget, Paris, Champion.

7Estelle Doudet

8Ancienne élève de l’ENS – Ulm, maître de conférences de littérature et langue médiévales, Université Lille III – Charles de Gaulle, elle a soutenu en 2002 une thèse intitulée Un cristal mucié en un coffre. Poétique de George Chastelain (1415-1475), sous la direction de J. Cerquiglini-Toulet, Paris IV-Sorbonne (parue chez Champion, « Bibliothèque du xve siècle », n° 67, 2 005). Elle est spécialiste des Grands Rhétoriqueurs et de la pré-Renaissance, notamment dans le Nord de la France (1430-1540). Elle travaille sur la littérature à dimension circonstancielle (poésie, historiographie, traités) dans les Pays-Bas bourguignons, les écritures dramatiques (« Finis allegoriae : un trope problématique sur la scène profane française. Nouveaux questionnements sur l’allégorie au théâtre (xvexvie siècles) » dans Mainte belle oeuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, édition D. Hüe, M. Longtin et L. Muir, Orléans, Paradigme, 2005, p. 117-144.) et l’événement politique au début de la Renaissance, l’invention d’un statut social et culturel de « l’auteur » moderne. Site : e.doudet.free.fr/monsite

9Liliane Dulac

10Maître de conférences honoraire et membre de l’équipe d’accueil MARENBAR à l’Université Paul-Valéry Montpellier III, elle a consacré une grande partie de son enseignement à la préparation des concours de l’enseignement secondaire (langue et littérature du Moyen Âge). Ses travaux de recherche portent principalement sur Christine de Pizan : Christine de Pizan, numéro spécial de la Revue des langues romanes, 1988, avec Jean. Dufournet ; Une femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, 1995, avec Bernard. Ribémont ; L’Advision Cristine, 2001, édition critique, avec Christine Reno, ainsi qu’une cinquantaine d’articles sur cet auteur. Elle prépare une édition critique d’une œuvre inédite, les Heures de contemplacion sur la Passion. Sa traduction du Livre des trois Vertus paraîtra en 2006 dans Le Moyen Âge et la femme : voix poétiques, utopiques et amoureuses, dir. Danielle Régnier-Bohler, chez Robert Laffont. Elle a consacré d’autres études à la littérature narrative (Le Vair Palefroi, Erec et Enide, Merlin) et donné une édition avec traduction de La Chatelaine de Vergy avec J. Dufournet (Gallimard, 1995).

11Christine Ferlampin-Acher

12Professeur de langue et littérature du Moyen Âge à l’Université de Rennes, s’intéresse plus particulièrement au merveilleux, à la matière arthurienne et au genre romanesque. Ses textes de prédilection sont le roman de Perceforest et Artus de Bretagne. Elle a publié : Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose (xiiie-xive siècles), Paris, Presses Universitaires Paris Sorbonne, 2002 ; Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, 2003. Elle a publié une édition du Roman d’Alexandre en prose (Le roman d’Alexandre en prose du manuscrit Royal 15 E VI de la British Library, édition du texte, reproduction et analyse des miniatures, en collaboration avec Y. Otaka et H. Fukui, Tokyo, 2003, diff. Droz). Elle a édité le dernier volume du Tristan en prose (texte du manuscrit BnF fr. 757, sous presse, chez Champion) et travaille actuellement sur Guillaume d’Angleterre (édition et traduction).

13Élisabeth Gaucher

14Professeur à l’université de Bretagne Occidentale (Brest), ses travaux portent sur les xiiie-xve siècles (La Biographie chevaleresque, Paris, Champion, 1994 ; Robert le Diable (histoire de la légende et édition-traduction du roman), Paris, Champion, 2003 et 2006), la littérature historiographique et ses marges, l’interpénétration du réel et de l’imaginaire. Elle mène actuellement des recherches sur la parodie à la fin du Moyen Âge, tant au niveau des motifs romanesques (étude de Richard sans Peur) qu’à celui des procédés rhétoriques (« Le Triomphe des Dames d’Olivier de La Marche : une parodie mythographique et allégorique ? », à paraître dans les Mélanges A. Petit, Paris, Champion).

15Carola Hertel

16Ater en histoire de l’art à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, elle a soutenu une thèse sur les chansons de la fin du xive et du xve siècles à l’Université de Sarbrück en Allemagne sous la direction de Herbert Schneider et Wolf Frobenius. ses recherches portent sur la musique du Moyen Âge et de la Renaissance et sur les Noëls (xvie-xviiie).

17Anne Cécile Le Ribeuz

18Elle vient de soutenir en 2005 sa thèse intitulée « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Âge. Le Petit Artus de Bretagne. Meliador. Ysaïe le Triste. » (Université de la Sorbonne-Paris IV sous la direction du Professeur Jacqueline Cerquiglini-Toulet). Attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Marne la Vallée, elle enseigne la langue et la littérature médiévale et se consacre à l’étude de la réception du romanesque aux xive, xve et xvie siècles.

19Noëlle Lévy-Gires

20Agrégée, elle enseigne dans le secondaire et a soutenu une thèse sous la direction de C. Thomasset à Paris IV-Sorbonne. Ses recherches portent sur la représentation du féminin dans à la fin du Moyen Âge, notamment dans le genre de la nouvelle (Les Cent Nouvelles Nouvelles en particulier).

21Fabienne Pomel

22Maître de Conférences à l’université de Rennes 2, elle a publié Les Voies de l’au-delà et l’essor de l’allégorie au Moyen Âge, Paris, Champion, 2001. Elle travaille essentiellement sur les modalités de l’écriture et de la lecture allégoriques et les figures de l’auteur et du lecteur qui s’y rattachent, notamment dans le Roman de la Rose et dans les œuvres de Christine de Pizan, mais aussi sur les stratégies de réécritures médiévales du récit de voyage allégorique ou encore de réécritures de modèles médiévaux au xxe siècle. Elle a coordonné un premier recueil des travaux du séminaire CETM : Miroirs et jeux de miroirs dans la littérature médiévale, Rennes, PUR, 2003 et prépare avec Frédéric Duval un colloque sur Les Pèlerinages allégoriques de Guillaume de Digulleville à Cerisy en octobre 2006.

23Catherine Rollier-Paulian

24Enseignante dans le secondaire, elle a soutenu en 2001 un doctorat à l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines sous la direction de Francine Mora intitulé « Le Roman du Comte d’Anjou de Jean Maillart, un jalon dans l’évolution du roman en vers du xiiie au xive siècle ». Ce travail a été accompagné de trois articles complémentaires autour de l’œuvre de Jean Maillart portant sur les miniatures d’un manuscrit, l’image de la mère dans l’œuvre et la structure du dénouement. Ont suivi deux articles sur des motifs précis (la clef, pour le premier, l’image de la Bourgogne pour le second) dans les chansons de geste des « vassaux révoltés », Girart de Roussillon et Garin le Lorrain. Le champ de recherche est aujourd’hui circonscrit autour des romans en prose tardifs comme Cleriadus et Meliadice et Perceforest.

25Hélène Tétrel

26Maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest-Quimper), elle travaille sur la réception norroise des textes médiévaux français. Sa thèse de doctorat remaniée paraîtra chez Paradigme sous le titre La chanson des Saxons et son adaptation norroise. Avatars de la matière épique.

27Karin Ueltshi

28Docteur de l’Université de Paris IV-Sorbonne, elle enseigne à l’Institut Catholique de Rennes et en tant que chargée de cours à l’Université de Rennes 2. Elle a publié La didactique de la chair. Approches et enjeux d’un discours en français au Moyen Âge, Droz, 1993 et prépare actuellement sous la direction de M. le Professeur Philippe Walter l’Habilitation à diriger les recherches sur le sujet : « Les conjointures de la Mesnie Hellequin ou le masque d’Arlequin ».

29Myriam White

30Maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’université d’Artois à Arras, elle a soutenu en octobre 2004 une thèse sur la légende du purgatoire de saint Patrick dans la littérature médiévale (xiie-xve siècles), notamment dans L’Espurgatoire saint Patriz de Marie de France. Elle a travaillé sous la direction de Madame Laurence Harf-Lancner, à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. L’essentiel de cette thèse est publié chez H Champion (coll. Essais sur le Moyen Âge) sous le titre Changer le monde, réécritures d’une légende, « le purgatoire de saint Patrick ».

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540