Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Résumés des articles

Texte intégral

1Karin Ueltschi (Institut Catholique de Rennes)
La Clef dans les expressions du français médiéval : considérations pour une sémiotique de la métaphore

2La présente investigation se propose d’explorer la notion de clef d’un point de vue sémantique. En effet, cet humble objet est à l’origine d’une créativité métaphorique remarquable. Les occurrences analysées sont prises dans un vaste corpus pour prendre la mesure de l’originalité du paradigme. À partir de l’analyse et de la classification des co-occurrences, nous explorons les glissements du concret vers l’abstrait, puis proprement vers l’imagé. Nous nous interrogeons en particulier sur l’articulation entre analyse sémantique et jeux stylistiques qui restent en grande partie inaccessibles à une investigation trop technique, mais qui la présupposent. Quel est le lien entre la densité sémantique d’un mot et son aptitude à générer des expressions figurées ? Clef est un terme simple au niveau de sa composition sémique, possédant un référent clair et précis au monde. Ne serait-ce pas là un critère de départ pour la création métaphorique ? En tout cas, l’importance du référent au monde dans la création d’images semble essentiel : c’est ce que cette étude veut montrer.

3Fabienne Pomel (Université de Rennes 2)
Clefs du cœur, clefs du corps, clefs du texte.

4Il s’agit voir comment les clefs fonctionnent comme métaphore dans le double champ amoureux et textuel. Si dans le contexte amoureux, les clefs sont l’emblème d’un pouvoir de la dame ou du dieu Amour sur l’amant-vassal, elles offrent une métaphore à structuration allégorique virtuelle par le développement d’un réseau métonymique et d’une personnification ou réification du cœur (coffret ou prisonnier), mais aussi une métaphore potentiellement grivoise avec les clefs du corps-coffre féminin. Elles peuvent aussi métaphoriser le texte-coffre à desclore par un lecteur subtil, le code crypté d’une énigme ou encore le texte comme médiateur d’un savoir. Les clefs, enjeu d’un pouvoir et d’un savoir, autorisent ou interdisent l’accès au cœur, au corps ou au texte, métaphorisés tour à tour comme coffres ou clefs.

5Catherine Rollier-Paulian
Les clefs signes du dérèglement dans les chansons des vassaux rebelles (xiie siècle) : Girart de Roussillon, Garin le Lorrain.

6Ces deux chansons de geste du xiie siècle mettent en scène les clefs d’une forteresse dont l’essence est tantôt matérielle, tantôt symbolique. Ce motif participe à un triple questionnement : la place des femmes dans le monde féodal, le fonctionnement de la trahison et le poids du péché. Les clefs sont liées à la guerre et à sa puissance destructrice. Soit les clefs de la forteresse assiégée sont volées, soit, malgré le geste de reddition solennelle avec remise des clefs, la cité est mise à sac. Les lois de la guerre sont donc bafouées et la logique de haine et d’affrontement est relancée. Le motif révèle donc un dérèglement qui s’étend au fonctionnement du monde féodal car, les clefs, marque de la trahison, dressent vassaux contre suzerain voire épouse contre époux. Enfin, dérober les clefs devient un péché de dimension religieuse qui demande une expiation. Les chansons des vassaux rebelles constituent donc des réflexions morales et politiques. Elles interrogent le système féodal, la pratique de la guerre et la supériorité de la spiritualité féminine.

7Estelle Doudet (Université Charles de Gaulle-Lille III)
Les clefs de l’Église. Mise en scène et herméneutique d’une métaphore/accessoire dans le théâtre polémique rouennais au début du xvie siècle

8Le théâtre « médiéval » demeure, pour sa plus grande part, un théâtre de la première moitié du xvie siècle. Théâtre religieux souvent, mais aussi théâtre de l’engagement, dont le message général s’exprime à travers une mise en mouvement, par l’action scénique, d’images littéraires. C’est le cas de l’anonyme Moralité à six personnages, c’est à savoir Hérésie, frère Simonie, Force, Scandale, Procès, l’Église, pièce polémique créée à Rouen dans les années 1530 et qui exploite, pour dénoncer les périls contemporains qui guettent l’église catholique, l’image évangélique des « clefs de l’Église ». Symboles politiques et religieux revivifiés par une tradition satirique très prégnante en ces temps de troubles, les « clefs » deviennent, sur cette scène, des accessoires qui articulent le jeu. Se transformant, par détournement, de métaphores en objets concrets, les « clefs » mensongères des adversaires de l’Église officielle, si elles échouent à ouvrir les portes de l’institution, sont l’occasion d’une diversité de jeux de langages et de gestes : rituel subverti, calembours, personnages typés, allusions sérieuses et comiques. Grâce à elles, la circulation incessante entre concret et abstrait, élément scénique et allégorie, est exploitée dans le sens d’une polyphonie qui soutient la diversité tonale de la moralité, religieuse et polémique, ludique et grave. L’aspect apparemment stéréotypé de l’écriture théâtrale allégorique a longtemps caché, à nos yeux modernes, le véritable dessein de la scène « médiévale » : l’expérimentation, hors de toute règle établie, d’un nouveau fonctionnement du langage littéraire.

9Noëlle Lévy-Gires
Savoir et pouvoir : le couple et la clé dans Les Cent Nouvelles Nouvelles.

10Dans une œuvre où les relations de pouvoir et de confiance dans le couple se disent en termes spatiaux et se dessinent autour des portes et des lieux frontières, la clef, paradoxalement assez peu présente et pourvue d’une fonction dramatique relativement faible, fonctionne comme un symbole moral, sexuel, herméneutique, fort. Élément dynamique lorsqu’elle est en possession des femmes, elle est utilisée, dans un jeu de mise en abyme, comme une focale d’approfondissement de l’espace qui vient souligner – associée à une série de jeux de mots grivois – l’impuissance masculine et l’irrésistible impétuosité du désir féminin. Dans des mains masculines, elle se mue en objet herméneutique. Mais, si le pouvoir de l’homme réside dans la connaissance, les récits du recueil et les histoires de clefs, ou à clefs – car elles sont peu dissociables – semblent particulièrement aptes à rendre compte du désarroi masculin devant une féminité qui semble toujours devoir se dérober à la connaissance et, par là même, au contrôle.

11Anne-Cécile Le Ribeuz (Université de Marne-La-Vallée)
Les clefs dans le texte et les miniatures des manuscrits d’Ysaïe le Triste, clefs du romanesque ?

12Le relevé et l’étude des occurrences de clés dans les images et le texte romanesque d’Ysaïe le Triste tentent de déterminer de quels symbolismes et signifiance ces objets sont porteurs. Il s’agit de montrer dans quelle mesure ils mettent en lumière emprunts, tonalités et esthétique du roman, dans quelle mesure ces clefs constituent donc la clef du roman.

13La recension de l’objet « clefs » dans les miniatures du roman permet de revenir sur leur symbolisme traditionnel et d’étudier l’ancrage du manuscrit dans la tradition de l’iconographie romanesque. Il s’écarte en fait d’une traditionnelle signification noble de puissance et de pouvoir temporel ou spirituel sur un lieu, pour associer les clefs à des personnages de portiers et de valets, faciles à duper.

14L’apparition de cet objet au cours du roman est d’ailleurs l’occasion de nombreuses variations comiques et divertissantes autour de cette maîtrise fallacieuse de seuils. Le motif des clefs constitue un truchement privilégié de l’irruption de la farce dans un univers courtois et chevaleresque.

15La figure romanesque qui semble finalement entretenir un rapport particulier avec les clefs et les seuils est le nain Tronc : les clefs se présentent ainsi comme la métonymie de son intelligence et la métaphore de sa puissance sur les personnages et sur la conduite du récit, au point qu’il se donne comme le double malicieux et tout puissant du narrateur.

16Myriam White (Université d’Artois-Arras)
Clé du monde ou clé de soi. La clé du purgatoire de saint Patrick

17La légende que rapporte Marie de France dans L’Espurgatoire seint Patriz propose un accès terrestre à l’au-delà chrétien. Un chevalier pénètre dans une fosse en Irlande et visite l’autre monde, soit le purgatoire et le paradis terrestre. Or l’entrée du purgatoire de saint Patrick est fermée à clé pour empêcher tout passage intempestif d’un monde à l’autre. Saint Patrick a exprimé la valeur de la communauté religieuse qu’il a fondée à l’entrée de la fosse en lui confiant cette clé. Mais l’objet fait surtout écho à différents motifs d’une légende où le franchissement de différentes portes est la preuve non seulement d’un voyage réussi dans l’au-delà mais aussi d’une profonde découverte de soi pour le voyageur. En outre, Marie de France déverrouille pour son lecteur la signification du voyage du chevalier : par le travail du texte, on obtient des clés du monde et de la conscience humaine.

18Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2)
La Douloureuse Garde du Lancelot en prose : les clefs du désenchantement

19Le vaste ensemble que le Lancelot en prose consacre à la Douloureuse Garde est relu, à partir de la double occurrence des clefs (clefs qui ouvrent la deuxième porte de l’enceinte et clefs que tend la demoiselle de cuivre lorsque le héros met fin aux enchantements), que précède la clef avec laquelle la Demoiselle de l’Ile détache la nef libératrice en amont du roman. Fondé sur une écriture du différé, de l’attente, de l’écart, cet épisode détourne les enjeux traditionnels du roman arthurien : la vaillance, la victoire sur le surnaturel, l’amour. La multiplication des obstacles, le recul et le déplacement de la merveille, tout comme la passion d’un héros qui rate son printemps amoureux (comme il manque la cour de Pâques et celle de la Pentecôte) et découvre la passion en cet été torride, témoignent d’un traitement original de l’épreuve chevaleresque : les clefs qui devraient ouvrir la deuxième porte de la forteresse sont de fausses clefs. De même celles que tend à Lancelot la demoiselle de cuivre quand il doit mettre fin aux enchantements suggèrent certes une relecture chrétienne et diabolique de l’aventure, mais renvoient surtout à un désenchantement de la merveille, insaisissable, inconnaissable et surtout purement verbale et littéraire. C’est finalement en ce début de roman un protocole qui est donné, où tout comme le héros découvre la retenue, l’auteur repousse les facilités du roman arthurien en vers, riche en merveilles séduisantes.

20Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes 2)
Deux reprises de la Douloureuse Garde du Lancelot en prose : la clef dans Cristal et Clarie et dans Perceforest

21Cristal et Clarie roman en vers du xiiie siècle et Perceforest, prose du xive siècle (dont l’auteur connaissait vraisemblablement Cristal et Clarie) reprennent l’épisode de la Douloureuse Garde du Lancelot en prose. Cristal et Clarie, dans l’aventure de la chapelle, parodie le Fier Baiser du Bel Inconnu. Dans le dispositif de mise à distance, l’insertion de la clef et du pilier, inspirés par le Lancelot en prose, joue un rôle important : cette clef qui ouvre simplement une porte, par son évidence, son prosaïsme, fait partie des nombreuses inversions qui dans l’ensemble de l’épisode et du roman contribuent à détourner la fin'amors. Dans Perceforest c’est autour du Temple de la Franche Garde et du personnage de Lyonnel que s’effectue la reprise de la Douloureuse Garde : Lyonnel, qui synthétise Yvain, Tristan et Lancelot, est le héros de la fin'amors, dont les amours sont sans cesse différées. La clef du Temple de la Franche Garde le confirme comme prémonition de Lancelot (dans cette préhistoire arthurienne qu’est Perceforest), mais la mise à l’écart du personnage, les excès de l’attente et le remplacement in fine de la clef par un cor marquent les limites de la fin'amors. Ainsi dans ces deux textes, la clef, peu fréquente dans les romans, n’ouvre pas plus sur la merveille que dans le Lancelot en prose mais soulève, comme la Douloureuse Garde mais avec humour (parodie dans Cristal et Clarie, métamorphoses comiques de Perceforest) le problème de la retenue, de l’attente, imposées par la fin'amors.

22Hélène Bouget
L’épée brisée : métaphore et clef de l’énigme dans les Continuations de Perceval

23Le motif récurrent de l’épée brisée dans les quatre Continuations de Perceval fonctionne comme une métaphore de la clef, de l’énigme et de la résolution de l’énigme. L’épée brisée apparaît le plus souvent lors des cortèges du Graal et constitue non seulement une énigme à résoudre, mais une métaphore et un signe de l’énigme et de sa clef. Mais elle est aussi métaphore de la parole à l’œuvre dans le processus de formulation et de résolution de l’énigme, et souligne la difficulté de l’interprétation symbolique en même temps que l’impossible adéquation des mots aux choses. Les auteurs des Continuations semblent en effet avoir perdu la clef littéraire de ce motif et doivent sortir de la fiction pour résoudre une énigme qui s’assimile alors à un « secret de polichinelle ».

24Fabienne Pomel (Université de Rennes 2)
Les clefs du savoir et du livre allégorique dans L’Advision Cristine : le modèle de la révélation.

25Au terme de l’ascension des degrés de l’université, dans l’épisode du « huisselet d’ivoire » au début de la troisième partie, les clefs ouvrent à Christine l’accès à Philosophie et au paradis du savoir et de la sagesse. Elles s’inscrivent dans un scénario initiatique de révélation à une élue, dont l’enjeu est la consécration de l’écrivain(e)-prophète par les détentrices des clefs, emblème d’une clergie féminisée. La dialectique de l’ouverture et de la clôture est déclinée dans la chambre de Philosophie et le coffre-trésor, mais aussi comme métaphore de l’esthétique allégorique sous le double versant de l’écriture et de la lecture. C’est ainsi le livre même qui s’apparente à un coffre ou un trésor dont le lecteur est appelé à trouver les clefs, s’il en a la « subtilité ». Enfin, c’est aussi le cœur de Christine qui est ouvert dans la dimension autobiographique, autre clef de lecture allégorique du texte.

26Élisabeth Gaucher (Université de Bretagne Occidentale, UBO Brest)
Olivier de La Marche et l’allégorie : pour une lecture à clés du Triomphe des Dames

27Composé vers 1493-94, le Triomphe des Dames s’offre comme un poème allégorique accompagné de sa glose, une écriture qui cultive l’hermétisme cher à l’élite aristocratique et en fournit les clés pour faciliter l’accès au message didactique. Olivier de La Marche y décrit, pièce par pièce, la parure qu’il offre à sa dame ; chaque accessoire fait l’objet d’une description en vers, puis, mis en relation avec une vertu, d’une anecdote en prose qui illustre les bienfaits de celle-ci. Dans ce texte où la vestitio rhétorique revêt une matière déjà conçue comme habillage, l’amant-poète enferme sa dame dans le coffre d’une rhétorique où se devine à la fois l’esthétique du désir érotique et l’ambition d’une éthique que traduit la thésaurisation assurée par l’opération mémorielle. Parole équivoquée, l’allégorie fournit un jeu de fausses clés qui permet de lire le poème à la fois comme une parade amoureuse et comme une mise à mort de la dame au profit de toutes les femmes, appelées à délaisser la coquetterie pour le salut de leur âme.

28Hélène Tétrel (Université de Bretagne Occidentale, UBO Brest)
Les clefs de l’interprétation prophétique : l’adaptation norroise des Prophéties de Merlin

29Le manuscrit islandais du xive siècle appelé Hauksbók est essentiellement une compilation de documents « historiques » ; aussi la traduction de l'Historia Regum Britanniae y a-t-elle naturellement trouvé sa place. Dans cette version de la Saga des Bretons se trouve inséré, à l’endroit requis, le poème appelé Merlinusspá, adapté des Prophéties de Merlin. Ce n’est pas à proprement parler une traduction, puisque la prophétie bretonne y combine en réalité plusieurs univers de références. À la fonction historique de sa source elle associe en effet l’imaginaire et le style particulièrement hermétiques de la poésie scaldique, et son mètre imite celui de la très célèbre Prophétie de la Voyante, poème tiré de l’Edda Poétique et qui se trouve lui aussi dans le codex. Ces deux (ou trois) degrés d’encodage ne sont cependant que les premiers, car la dernière clef, celle qui justifie la présence du texte et permet le rachat des mythes, est celle de l’interprétation chrétienne.

30Carola Hertel (Université de Reims Champagne-Ardennes)
Les clés en musique : signes et métaphores

31Contrairement à aujourd’hui, le terme « clé » et son équivalent dans d’autres langues européennes avaient dans la musique du Moyen Âge et de la Renaissance des significations diverses. En relation avec la question de l’emploi métaphorique du terme « clé », deux des aspects les plus importants pour l’histoire de la notation et de la théorie musicale sont au centre du présent article : la clé en tant que lettre de l’alphabet qui constitue en elle-même une note précise ; et la clé en tant que signe posé devant une portée musicale. Parfois, la clé joue même un rôle dans de jeux graphiques et intellectuels.

32Jean-Louis Benoît (Université de Bretagne-Sud)
Clef du texte, clef du royaume : la lecture de la Bible au Moyen Âge comme paradigme de la littérature

33La Bible a joué un rôle fondamental dans la littérature européenne. Sa lecture est une interprétation qui trouve son sens ultime dans la rencontre du Verbe Divin. La tradition médiévale, à l’école des Pères, a privilégié l’exégèse allégorique, qui aura une grande influence dans la littérature médiévale, religieuse ou profane. La littérature moderne, également, reprend ces principes d’une nécessaire exégèse du texte, vers un sens multiple et insaisissable. Elle appelle la collaboration active d’un lecteur capable de mettre en relation un texte avec d’autres pour dégager sa signification.

34Catherine Daniel (Université de Rennes 2)
Les clefs des prophéties de Merlin au xiie siècle : exégèse des prophéties exposées par Geoffroy de Monmouth

35Les prophéties de Merlin, issues de la tradition celtique, rendent compte de la chute du peuple breton et annoncent la restauration de sa puissance dans des temps incertains. Elles circulent oralement chez les Gallois et inquiètent le nouveau pouvoir en place en Angleterre. Geoffroy de Monmouth n’a pas livré les clefs des prophéties du devin qu’il est le premier à adapter en latin. Cependant, dès leur publication, ces prophéties sont l’objet de commentaires, tant en Angleterre que sur le continent. Ainsi s’amorce une tradition exégétique. Geoffroy de Monmouth a réalisé une compilation des prophéties de Merlin depuis l’arrivée des Saxons jusqu’à la fin des temps. Après avoir retracé les troubles du temps des Saxons et la fin de l’hégémonie des Bretons, c’est en abordant la période de l’arrivée des Normands et en développant les prédictions sur le règne d’Henri Ier, que les prophéties parviennent à captiver leur auditoire. Elles permettent surtout d’asseoir le pouvoir des Normands puis celui des Angevins. Elles légitiment les querelles familiales des Plantagenêts. Les chroniqueurs livrent les clefs des prédictions à la lumière des événements. Les commentateurs du xiie siècle marquent le début du succès des prophéties de Merlin en démontrant leur justesse, et contribuent à faire du devin un prophète d’envergure européenne dès le xiiie siècle.

36Liliane Dulac (Université de Montpellier)
Les clefs de l’histoire chez Christine de Pizan

37Nous nous sommes proposé d’étudier quels sens l’histoire, comme représentation du passé, contribue à produire dans quelques œuvres didactiques de Christine de Pizan. Après avoir examiné certaines des valeurs que Christine attachera durablement au mot histoire à partir de l’un de ses premiers traités allégoriques, le Chemin de long estude, nous avons tenté d’analyser trois utilisations très différentes qu’elle a faites de la matière historique. Dans la Mutacion de Fortune, le constat répété des tours que la « muable » déesse inflige aux puissants semble constituer la seule clef de l’histoire universelle : mais la minceur de cette leçon peu proportionnée aux dimensions de l’ouvrage, comme la grande diversité des récits qui y sont réunis et les prolongements moraux et politiques que leur donnent les autres œuvres de Christine suggèrent que Fortune n’est qu’une figure au rôle transitoire, comme dans la Consolation de Boèce, dont elle s’est si souvent inspirée. L’histoire allégorique du royaume de France et l’imagerie végétale qui l’accompagne dans l’Advision Christine ont clairement une fonction politique, liée à l’affirmation de la permanence nationale et dynastique. Enfin dans d’autres traités, du Charles V au Livre de paix, l’histoire, quoique apparemment émiettée en exempla, revêt cependant une forte cohérence, qui contribue à en faire cette fois encore un des éléments majeurs du discours de persuasion christinien : un discours dont l’incessant renouvellement ne doit pas masquer la profonde continuité.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540