Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les clefs des textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Section V. En quête des senefiances : quelles clefs interprétatives ?

Christine de Pizan et les clefs de l’histoire

Liliane Dulac

Texte intégral

  • 1 Le Livre de l'advision Cristine, éd. Ch. Reno et L. Dulac, Paris, Champion, 2001, p. 3. Nous (...)

1Les clefs de l’histoire ? entre ces deux mots, il existe un déséquilibre évident dans le contexte où nous allons nous situer. Car contrairement à histoire, clef n’est pas un mot christinien : dans les œuvres didactiques et politiques dont je parlerai, on rencontre bien des portes, des entrées, des passages et des « degrés » allégoriques qui permettent de pénétrer dans certains lieux, de s’y mouvoir, ou d’en sortir, mais pas de clefs. Celles dont je parlerai constituent donc de simples métaphores qui désigneront ce qui dans l’œuvre permet d’aller plus avant dans la compréhension de la matière historique qu’elle présente et des enseignements qu’on doit en tirer, soit que l’auteure éprouve le besoin de s’en expliquer ; soit qu’elle nous livre le moyen de poursuivre nous-mêmes notre réflexion, puisqu’elle aime à user de « parole couverte1 » et que ses traités allégoriques ne livrent pas immédiatement tout leur sens. Au lecteur donc, au critique, dont c’est le métier, de trouver ces clefs, ou de les imaginer, en supposant que Christine l’a placé sur la bonne voie et qu’il ne fait que répondre à ses intentions plus ou moins masquées.

2Pour ce qui est du terme histoire, les choses sont plus simples. On sait que presque toutes les grandes œuvres didactiques de Christine ont une dimension historique très marquée, sous des formes très diverses, nous y reviendrons. Cependant avant d’examiner certains des problèmes que pose la manière dont Christine traite l’histoire, considérons un instant l’usage qu’elle fait du mot lui-même.

Le mot histoire et ses valeurs

3Au singulier et au pluriel, histoire peut bien sûr désigner une succession d’événements passés, mais Christine en use surtout pour se référer aux écrits qui les relatent. Dans la troisième partie du Livre de l’Advision Cristine, lorsqu’elle évoque les études qu’elle a entreprises après son veuvage, avec un grand appétit de lectures, elle note que c’est par les ouvrages historiques qu’elle a commencé :

Ne me pris pas comme presomptueuse aux parfondesces des sciences obscures es termes que ne sceusse comprendre […] Ains, comme l’enfant que au premier on met a l’a. b. c., me pris aux histoires anciennes des commencemens du monde, les histoires des Hebrieux, des Assiriens et des principes des seignouries, procedant de l’une en l’autre, descendant aux Rommains, des François, des Bretons et autres plusieurs historiografes […]. (Advision, p. 110)

  • 2 Le Chemin de longue étude, éd. et tr. A. Tarnowski, Paris, Le Livre de poche, Lettres gothi (...)
  • 3 Guenée, B. Politique et Histoire au Moyen Âge. Recueil d’études sur l'histoire politique et l'histo (...)

4Au commencement, donc, du cursus tout personnel de Christine, l’histoire telle que l’écrivent les « historiografes », c’est-à-dire sous la forme d’une représentation fidèle de la succession des faits passés. On peut trouver une confirmation de ce rôle initiateur de l’histoire dans les références assez nombreuses que contient l’un des premiers ouvrages de sa nouvelle manière, moins « légère », Le Livre du chemin de long estude (1402-1403)2, qui n’est pourtant pas un ouvrage historique. Elles nous permettront de discerner certaines valeurs attachées au mot histoire dès cette date précoce. À quatre reprises, dans cette œuvre, il est associé à voire, sans que ce soit nécessairement à la rime, doublé parfois de authentique, qui se dit d’un écrit faisant autorité (Christine parle aussi en ce sens d’histoire approuvée, deux qualificatifs que les historiographes médiévaux emploient abondamment)3. Ainsi, d’un prince d’ascendance troyenne dont elle vante les qualités, Noblesse, dans le Chemin de long estude, déclare :

[D’Eneas]
Ainsi com l’istoire l’ottroye
Est dessendus ; c’est chose voire ;
(v. 3116-3117)

5Thème repris un peu plus loin, à propos de Francion, chef des Troyens venus de Sicambre et installés en Gaule,

Lequel estoit, n’en doubte nulz, Du bon roy de Troye venus
Et dessendus, c’est chose voire.
Francio, dit aucune histoire
Fu appelle, et de lui France
Fu nommee soubs sa souffrance.
(v. 3575-3580)

6Citons enfin cette présentation de Charlemagne, l’empereur ami des lettres et du savoir :

De Charles Maine les histoires
Comptent, autentiques et voires,
Comment estudïent estoit
Es ars liberaulx, et metoit
En ses palais en escriptures
Moult noblement les pourtraitures
Des sciences. […]
(v. 5899-5904)

  • 4 Beltran, E., « Christine de Pizan, Jacques Le grand et le Communiloquium de Jean de Galles », Roman (...)

7L’histoire écrite constitue donc avant tout un témoignage garantissant l’exactitude de faits importants. On peut noter à ce propos qu’à deux reprises, Christine se réfère à de véridiques « histoires » de France, alors qu’elle n’y a accédé qu’indirectement, sa source étant en réalité un recueil compilé par un franciscain anglais du xiiie siècle, le Communiloquium de Jean de Galles4 : mais le mot histoire n’en a pas moins valeur d’attestation.

8On retiendra également de ces exemples que l’histoire ainsi invoquée, y compris lorsqu’il s’agit de l’Antiquité, est rapportée à ce que nous appellerions le passé national : il s’agit à trois reprises de l’origine troyenne des Français et surtout de leurs princes, et d’autre part de la figure de Charlemagne. Ce passé historique français (ou considéré comme tel), est mis en rapport avec le présent, ou du moins le passé récent. Ainsi pour prouver que le succès des grandes entreprises a généralement été acquis par la sagesse et le savoir plus que par la force, Christine donne l’exemple des « sages cautelles » des Romains (v. 4965), pour ajouter aussitôt qu’il est inutile de recourir davantage à l’histoire ancienne, puisque l’exemple de Charles V peut suffire à parfaire sa démontration :

Et quantes choses sont basties
Et achevees par savoir,
Quë on ne peust pour nul avoir
Ne par force traire a bon chef,
Mais par sens sont venus a chief.
De nouvel temps, sans querre histoires,
En avons veu les cas nottoires :
Le roy Charles, quint de ce nom,
En France regnant de hault nom
Peut bien estre ramenteü […].
(v. 4994-5003)

9Il en est de même lorsqu’il faut donner des exemples de bons chevaliers, car des héros français pourront être mentionnés à la suite de Scipion l’Africain. L’Antiquité peut représenter exemplairement un idéal, mais elle n’est pas seule à pouvoir y prétendre. Dans de tels contextes, le passé que livre l’histoire est considéré selon une visée pragmatique, en référence aux problèmes d’actualité : l’éducation des princes, les conditions de l’efficacité du pouvoir royal ; la définition d’une chevalerie moderne.

10Ces quelques exemples, empruntés au Chemin de long estude suffisent à donner une première idée, incomplète assurément, des implications très amples que peuvent avoir les références historiques dans l’œuvre de Christine.

Des clefs multiples

11La métaphore des clefs désignera ici plusieurs problèmes fort différents, non pour le plaisir de jouer sur les mots, mais parce que les rapports que l’œuvre didactique de Christine entretient avec l’histoire sont multiples : je me limiterai à certaines des modalités qui caractérisent plus particulièrement la manière christinienne de produire du sens à partir de ce type de matériau.

  • 5 Le Livre de la mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, 1959-1966, 4 vol. (SATF)
  • 6 Voir notamment : Margolis, N., The Poetics of History : an analysis of Christine de Pizans Livre de (...)

12Je m’attacherai tout d’abord au problème d’interprétation que pose le grand poème historique de Christine, le Livre de la mutacion de Fortune5, sans toutefois prétendre embrasser cette question dans son ensemble. Cet ouvrage déconcerte, car sa signification explicite, les renversements de situation que la Fortune inflige aux puissants de ce monde, paraît peu de chose en comparaison de l’immense fresque en forme d’histoire universelle qui y est présentée, comme une transcription abrégée des « pourtraitures » que la narratrice a contemplées dans la salle merveilleuse du château de Fortune (t. II, v. 7053-7172) : cette histoire au second degré ne comporte le plus souvent aucune autre moralisation. Les efforts, parfois quelque peu divergents, de la critique pour en découvrir la clef, la justification littéraire ou philosophique6, ont montré que des liens profonds relient ces récits à plusieurs des autres œuvres didactiques de Christine : aussi est-ce un bon point d’observation pour discerner à partir de là quelques-unes des approches très différentes de l’histoire que pratique Christine, parfois à peu près simultanément.

13On peut hésiter à ranger parmi elles, comme s’il s’agissait d’un véritable récit historique, l’évocation allégorique et parfois obscure présentée dans l’Advision Cristine des fortunes diverses qu’a connues depuis son origine le royaume de France. Cette représentation symbolique du passé national en accentue certains traits considérés comme essentiels, tout en condensant à l’extrême, comme pour mieux en affirmer la continuité, une longue succession d’événements allusivement évoqués. Aussi paraît-il intéressant de s’interroger sur la portée d’une telle mise en perspective et sur la possibilité d’y reconnaître l’élaboration personnelle d’un fonds mythique auquel Christine aura fréquemment recours ultérieurement.

  • 7 Epistre Othea, éd. G. Parussa, Genève, Droz, 1999.
  • 8 The Livre de la paix of Christine of Pisan, éd. Ch. C. Willard, S-Gravenhage, Mouton, 1958.

14Enfin, plus banale en apparence, la mise en œuvre des exempla, matériaux historiques fragmentés à l’extrême et souvent hétérogènes, relève-t-elle encore de l’histoire ? L’usage traditionnel de ces portraits ou de ces récits brefs paraît dans son principe à l’opposé d’une écriture historique : asservi à des fins didactiques et systématiques, il tend à exclure toute représentation suivie et cohérente des faits. Cependant dans plusieurs des traités de Christine, de l'Epistre Othea7 au Livre de paix8, des collections d’exemples méritent examen du point de vue qui est le nôtre : élaborées pour recomposer une image vigoureuse du passé, elles en acquièrent une valeur proprement historique qui offre des instruments pour agir sur le présent. C’est donc sur ces clefs si différentes que je m’interrogerai.

Une clef unique pour l’histoire ?

15J’en viens donc maintenant au premier point que je voudrais développer quelque peu, à propos de la Mutacion de Fortune. Le problème est d’apprécier la portée de la partie proprement historique de l’ouvrage, soit pas moins de 15 000 vers qui embrassent la totalité des temps, depuis la Création jusqu’à l’époque contemporaine, avec, il est vrai, bien des ellipses. Cette succession de récits, bien loin de manifester, à la façon d’autres histoires universelles, la matérialisation des desseins de Dieu, est présentée avec insistance comme l’illustration de l’éternelle alternance d’élévations et de chutes que Fortune inflige inévitablement aux princes et aux peuples qu’ils conduisent. La signification explicite de cette histoire universelle se trouve ainsi réduite à une illustration répétitive de la perversité de la « muable » déesse, selon le projet annoncé au seuil d’une longue série d’épisodes discontinus :

Si vous vueil des rois raconter
Et des princes, que hault monter
Fist Fortune, par sa puissance,
Et descendre, par mescheance.
(t. II, v. 8443-8446)

16À mesure que se succèdent les récits, la même leçon est reprise, comme au commencement de l’histoire de Troie, la plus développée de tout l’ouvrage (t. III, v. 14059-18244) :

Et la y peut on moult apprendre
Des tours Fortune, qui veult prendre
Garde comment elle se tourne
Souvent et le hault au bas tourne ;
(t. III, v. 14071-14074)

  • 9 Principalement la seconde rédaction de l'Histoire ancienne jusqu'à César, mais aussi le Roman de Tr (...)

17Une telle insistance ne va pas sans une certaine platitude, que souligne la reprise des mêmes images. Cette réduction à une explication unique est en effet systématique de la part de Christine, jusque dans le détail du commentaire de certaines actions. On peut le constater en observant les modifications qu’elle a régulièrement opérées sur la trame narrative fournie par ses sources. C’est le cas par exemple du geste qui sera fatal à Hector, lorsqu’il se penche pour s’emparer des armes splendides d’un roi qu’il vient de terrasser, offrant ainsi à Achille l’occasion de le frapper mortellement. Alors que les récits dont s’inspire Christine9, bien que toujours favorables au héros troyen, évoquent à ce propos sa cupidité (un trait traditionnellement attribué au personnage), le commentaire est tout autre dans la Mutacion : ce geste de convoitise intervient « […] si com Fortune le vouloit/ Qui de ses biensfais se douloit » (t. III, v. 16495-16496).

18Si Fortune apparaît ainsi comme la seule clef de l’histoire, cette promotion s’effectue dans des conditions paradoxales, qui conduisent à une sorte d’aporie. Au cours des trois premières parties du poème en effet, de grandes allégories et d’autres éléments très riches de sens préparent la tentative qui tendra à embrasser d’un seul point de vue les principaux moments de l’histoire universelle : après le récit allégorique des épreuves qu’a connues Christine et de sa « mutacion » personnelle qui s’en est suivi, la qualifiant pour traiter son sujet, la description des « sieges et condicions » de la société, et surtout des puissants personnages logés dans le château de Fortune, comporte une évocation vigoureuse et souvent satirique des principaux acteurs de l’histoire contemporaine (t. II, v. 4273-7052), depuis les prélats corrompus de la cour de Rome ou les princes des cités italiennes, où « Tuit s’entreoccient a l’estrive » (v. 4611), jusqu’au siège de « Frige », la cour de France, où sévissent nobles cupides et violents, mauvais conseillers, désastreux gouverneurs de princes et financiers accapareurs… Enfin, précédant immédiatement la grande entreprise historique qui commence dans la troisième partie, le tableau général des « sciences » placées sous la tutelle de Philosophie semble annoncer une ambitieuse réflexion sur les ressorts qui gouvernent le monde (t. II, v. 7173-8070). Au lieu de quoi, l’immense narration qui occupe la plus grande partie de l’ouvrage n’est le plus souvent commentée qu’en termes généraux, comme si le sens s’en trouvait épuisé par une moralité analogue à celle que plusieurs balades de Christine proposent à moindres frais :

  • 10 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, 3 vol., Paris, Firmin Didot, 1886-1890, (...)

Qui trop se fie es grans biens de Fortune,
En vérité, il en est deceü ;
Car inconstant elle est plus que la lune.
Maint des plus grans s’en sont aperceü,
De ceulz meismes qu’elle a hault acreü,
Trebusche tost […]10.

19Cette difficulté constitue une invitation à chercher au-delà de la mise en cause de Fortune qui scande si régulièrement la narration historique dans la Mutacion : l’œuvre allégorique ne se livre pas au premier coup d’œil, ainsi que Christine l’a plusieurs fois rappelé.

  • 11 Voir à ce sujet : Dulac, L., « Entre héroïsation et admonestation : Christine de Pizan et la matièr (...)
  • 12 Cropp, G. M., « Christine de Pizan and Alexander the Great », Christine de Pizan 2000 : Studies in (...)
  • 13 Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, Champion, 2 (...)
  • 14 Ibid., t. I, p. 151, 165.

20Esquissons au moins schématiquement cette quête, qui doit s’appuyer en premier lieu sur une lecture plus attentive des récits invariablement placés dans cette œuvre sous le signe des oscillations capricieuses de Fortune. Il est en effet aisé de remarquer que son invocation répétée masque une réelle diversité : tels que les présente la narratrice, les ressorts en jeu sous l’enchaînement des événements, comme la personnalité morale des principaux acteurs, apparaissent très homogènes au sein de chaque histoire, mais varient considérablement de l’une à l’autre. Ainsi dans la cinquième partie, les entreprises de Cyrus, puis de son fils Cambyse (ou Artaxerxès, le second Nabugodonozor), d’Arphaxat et enfin de Darius sont régulièrement attribuées à un orgueil démesuré et à des ambitions qui touchent à la folie. Au contraire, ni défaut ni faute ne sont relevés contre les princes troyens, et surtout contre Hector, le sage et preux dont la générosité contribuera à causer la défaite : son héroïsation est d’autant plus marquée qu’elle contraste avec l’image dégradée des Grecs, et surtout d’Achille, perfide, cruel et « faulx traître » (t. III, v. 17229). Cette partialité dans la présentation des deux camps, si elle existait déjà dans les sources de Christine, se trouve fortement accentuée dans le récit de la Mutacion11 : pourtant Fortune, qui dans ce cas prend la forme d’un destin dès longtemps arrêté, frappera les premiers plus durement que les seconds. L’anéantissement complet de Thèbes à la suite de luttes fratricides, est encore une tout autre histoire, qui fournit l’occasion de déplorer que pareil désastre puisse frapper une telle cité, où « […] moult y avoit de clercs sages/ Et grant foison chevalerie » (t. II, v. 12820-12821), sans qu’elle puisse connaître les glorieuses résurgences qui perpétueront la lignée troyenne. Citons enfin l’histoire d’Alexandre, qui appartient à un registre encore différent, puisque la fin précoce que Fortune impose au héros laisse intacte l’image d’un noble génie, nourri de philosophie, dont les grandes qualités sont à la mesure de ses ambitions (t. IV, v. 22091-23276)12. Plusieurs des thèmes ainsi brièvement esquissés par la narratrice de la Mutacion trouveront des prolongements importants dans les œuvres didactiques de Christine qui ont quelque rapport avec le genre des miroirs de prince : ainsi l’orgueil des puissants affectés d’un « vent de perdicion » qui les conduit au désastre et à la mort est dénoncé en termes prophétiques dans la première partie de l’Advision (ch. XVI-XVII, p. 31-33), tandis qu’Hector sera régulièrement cité comme exemple des avantages politiques de la générosité13, et Alexandre pour sa « largesse14 ».

  • 15 Sur l’esprit encyclopédique que recèle cette formule : Ribémont, B., « Christine de Pizan écrivain (...)
  • 16 Mühlethaler, J.-C., « Quand Fortune ce sont les hommes. Aspects de la démythification de la déesse, (...)

21Que penser, dans ces conditions, de l’insistance de l’auteure de la Mutacion à réduire la longue suite des événements narrés à un ressort suprême, présenté comme l’unique explication des histoires qu’elle a voulu « abriger en parolles voires » (Mutacion, t. II, v. 874815) ? On peut certes affirmer que la diversité des récits rassemblés sous le signe de Fortune contribue fortement à rehausser son caractère redoutable, puisque se trouve ainsi souligné à quel point tous les puissants de ce monde peuvent en être victimes, en toutes circonstances, des plus criminels aux plus admirables. Il n’en demeure pas moins que la tension, sinon la contradiction qui oppose la richesse morale des différentes histoires, dont on peut considérer qu’elles réunissent nombre d’exempla virtuels, à l’invocation répétitive de Fortune, appelle une explication : faut-il songer, comme on l’a dit parfois, à une maladresse dans l’édification de l’énorme édifice allégorique de ce poème de plus de 23 000 vers ? La fonction de cette répétition serait-elle purement rhétorique, dans la mesure où elle constitue le seul lien entre des épisodes discontinus ? Mais dans ce cas, la grandiose mise en scène allégorique ne se justifie pas. Faut-il envisager plutôt une hésitation entre deux types d’explication de l’histoire, l’une morale et humaine, l’autre métaphysique ? Le fait est que Christine opérera bientôt une rectification radicale dans la seconde partie de son Advision, par le truchement de Dame Opinion : celle-ci relève l’erreur qu’elle a commise dans sa Mutacion en affirmant que Fortune était « toute ordonneresse des fais qui cuerent entre les hommes », alors que c’est Opinion elle-même qui les conduit, par le moyen des idées et des croyances, vraies ou fausses, qu’elle leur inspire (Advision, p. 75). Dès lors, il apparaît que l’histoire est faite par les hommes16, non par une puissance qui leur est inaccessible. Cependant on se tromperait sans doute en prenant à la lettre cette correction, qui est elle-même de l’ordre de la fiction. En effet, avant même d’écrire la Mutacion, Christine, dans son Epistre Othea, analysait les ressorts de l’histoire en termes d’erreurs et de fautes humaines : la leçon adressée au jeune Hector, notamment sous la forme d’un commentaire des différents épisodes de la guerre de Troie – les mêmes qui seront détaillés dans la Mutacion —, ne fait aucune place à Fortune. Dans cette dernière œuvre, la toute puissance attribuée à Fortune doit donc être comprise dans sa position contradictoire, c’est-à-dire comme une affirmation impérieuse, minée cependant de l’intérieur par son caractère répétitif, qui en décèle l’insuffisance, et aussi par les aperçus qui laissent transparaître par moments la possibilité d’un tout autre discours sur l’histoire.

  • 17 Cropp, G. M., « Boèce et Christine de Pizan », Le Moyen Âge 87, 1981, p. 387-417 ; Paupert, A., « C (...)
  • 18 Boèce, La Consolation de Philosophie, introduction, traduction et notes par J.-Y. Guillaumin, Paris (...)

22Cette dualité s’éclaire si on la rapproche d’un dispositif analogue mis en œuvre dans la Consolation de Philosophie de Boèce, un des maîtres livres de Christine, comme on sait17. Au début du second livre de la Consolation, le portrait de la Fortune, toujours aveugle, injuste et impitoyable, est suivi par une prosopopée où celle-ci affirme que ses revirements sont aussi nécessaires et inévitables que le mouvement du ciel, la succession des saisons et l’humeur changeante de la mer. Ce discours a ici une fonction explicite : il est tenu en réalité par Philosophie qui utilise ce moyen rhétorique comme une première ressource, un remède « doux » destiné à calmer la violente révolte du prisonnier, avant de lui apporter des « médications plus lourdes »18 : c’est par ce moyen qu’elle peut raviver son courage et réveiller sa lucidité. Le rappel du caractère de Fortune et de la puissance qu’elle exerce sur un certain plan n’est donc qu’un préambule à une réflexion plus approfondie. À en juger par les relations que la Mutacion entretient avec les autres œuvres didactiques de Christine, l’histoire placée sous le signe de Fortune joue un rôle propédeutique analogue à celui que Boèce donnait à sa prosopopée : elle peut briser l’orgueil insensé des puissants, et en présence du malheur, enseigner la nécessité de l’humilité, et aussi du courage. Mais ce n’est là qu’une première étape dans la mise à profit de l’histoire : la présentation de la Mutacion à Philippe le Hardi débouchera sur la commande passée à Christine d’une biographie moralisée de Charles V, donc d’une histoire d’un style et d’une portée tout différents, celle d’un roi qui a su maîtriser les événements.

  • 19 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. A. Strubel, Paris, Le Livre de Poche, (...)
  • 20 Mühlethaler, J.-C., « Quand Fortune ce sont les hommes […] », op. cit.
  • 21 Ibid., p. 178.
  • 22 Ibid., p. 179.

23Avant de considérer quelques-unes des clefs que propose cette autre histoire, celle qui intervient directement dans le champ politique, il n’est pas inutile de rappeler que le traitement que Christine réserve à Fortune n’est nullement isolé, quand elle affirme sa puissance de façon ambiguë, pour mieux la contester ensuite. Déjà dans le Roman de la Rose19, Raison n’enseigne-t-elle pas à l’Amant que sa réputation est surfaite et que tout homme est capable de la terrasser, pourvu qu’il le veuille (v. 5840-5916) ? Comme le montre une étude récente20, la démythification de la prétendue déesse est portée à l’époque de Christine par un mouvement assez général et durable qui voit certains des écrivains qui lui sont les plus familiers faire une grande place au thème de son inconstance aveugle et terrifiante, tout en réduisant en fait son importance, jusqu’à n’en faire qu’une fiction rhétorique, un artifice commode pour rendre compte de l’histoire aux plus ignorants. Selon l’usage qu’en faisaient les clercs du xive et du xve siècle, la figure de Fortune pouvait simplement constituer « une clef pratique, quand il s’agissait d’expliquer les aléas de l’existence quotidienne ou les coups du sort qui avaient marqué l’histoire récente du royaume »21. Elle pouvait aussi être employée pour « inspirer une crainte salutaire, propre à provoquer l’adhésion à un message moral »22. Et c’est bien le rôle que lui fait jouer Christine, sans donner au thème une véritable profondeur philosophique. Car cette fonction didactique ou rhétorique pouvait très bien s’accompagner d’une certaine forme de dérision, déjà à l’œuvre chez Boccace et chez Dante, dont s’inspire si souvent Christine : malgré les apparences, la Mutacion s’engage déjà sur cette voie, même si le désaveu du statut ontologique de Fortune ne deviendra explicite que dans l’Advision.

L’histoire comme clef de l’avenir dans l’Advision Cristine

  • 23 Genet, J. Ph., « Histoire et système de communication », L'Histoire et ses nouveaux publics dans l' (...)
  • 24 Analyse détaillée de cette métaphore dans : Le Ninan, C., L’écriture du politique dans l'œuvre de d (...)

24Le type de problème que je viens d’envisager à propos de la Mutacion, ne se pose en aucune façon concernant l’histoire allégorique du royaume de France qui occupe neuf chapitres de l’Advison, au début de la prosopopée de Libera, incarnation de la France meurtrie par les violences de la guerre civile : car sa fonction est explicite. La « dame couronnee » présente en effet son récit, celui de ses origines qui remontent à mille ans, comme nécessaire à la compréhension de la situation présente et des remèdes qui y seront apportés : elle doit [spécifier] son premier principe et pour cela commencer « a l’introite de [ses] gestes » (p. 17). Cette histoire est donc à ranger parmi celles qui constituent l’image du passé comme référence nécessaire dans l’urgence qu’imposent les circonstances23 : ce récit préalable donne tout son poids à la lamentation et à l’appel à l’aide qui lui feront suite. Si la narration allégorique devient sur la fin extrêmement confuse, à l’instar des événements récents qu’elle transpose, ses principaux moments et l’ensemble de leur succession, ponctuée par l’intervention des grands souverains de l’histoire nationale, ont une signification claire : celle-ci tient surtout à la cohérence de la métaphore horticole, longuement filée et étonnamment détaillée, utilisée pour représenter les vicissitudes qu’a connues le royaume24. Ses éléments se répartissent en quatre classes principales, qui, bien qu’inégales en nombre, ont chacune une forte valeur symbolique et expressive.

25La première se situe dans le prolongement de l’image de la « vergette » issue de l’« arbre d’or » – la souche troyenne à laquelle se rattachent les Français – et comprend une abondante nomenclature végétale (arbres, rejeton, greffe, vigne, racines, plantes, fruits, pépins, graines, etc.), qui représente tout ce que le pays où a été transplanté le rameau troyen a pu porter d’hommes et de richesses, quand les ronces et les mauvaises herbes n’ont pas pris le dessus.

26La seconde et la troisième classes représentent respectivement cette contrée « fertille de fruis » (p. 15), terre féconde, vigne, verger et jardin, et les « cultiveurs » ou « tuteurs » qui ont pris soin d’elle.

27Enfin une dernière classe correspond à ces travaux de mise en valeur, qui ont parfois été interrompus sous des « gouverneurs » incapables ou négligents, mais ont toujours été repris par d’éminents jardiniers, capables de défricher, labourer, planter, greffer, semer et arroser…

  • 25 Isaïe, XVII : la vigne délectable que Iahvé arrose et protège est le symbole d’Israël ; voi (...)

28Cette image a sans doute une origine biblique (dans Isaïe, la vigne comme symbole d’Israël, dont Iahvé est lui-même le vigneron attentif)25 : on retrouve dans ce passage de l’Advision la vigne fertilisée par une eau abondante, et l’image connaîtra quelques prolongements au cours de la plainte de Libera, notamment sous la forme d’un rappel de la parabole évangélique de la vigne accaparée (p. 40). Dans l’ensemble, la métaphore de la plantation, du verger et de la vigne tient son originalité et sa signification principale de la dimension temporelle que lui donne Christine, pour lui faire représenter la durée d’une longue tradition. Les conséquences de ce fait sont importantes et j’en soulignerai particulièrement trois.

  • 26 Buschinger, D., Dulac, L., et Reno, C., « Note sur Clovis chez Christine de Pizan », Speculum Medii (...)

29On peut observer tout d’abord que si l’intervention de Fortune est mentionnée au cours de ce récit (à propos de la mort prématurée de Charles V), son rôle paraît secondaire : les vicissitudes que connaissent Libera et ses riches domaines tiennent pour l’essentiel à la qualité des « cultiveurs » qui en ont la charge : selon qu’ils sont ignorants ou compétents, négligents ou actifs, la terre change de face. Si Clovis, le premier roi chrétien, est associé à l’eau vivifiante du baptême, c’est la sagesse de ses conseillers qui lui permet d’assurer la prospérité du royaume : « […] tant pourchaça par saiges maistres que l’abondance du fleuve vivant rendi ruissiaux, sourses et fontaines en si grant quantité que toutes mes plantes en furent arrousees et vivifiees. O ! noble cultiveur fu ycellui […] » (p. 18-19)26. Les pires désastres peuvent être réparés par les soins d’un énergique « ouvrier » comme Charles V, son lointain successeur, qui fait ressurgir toutes les capacités latentes du pays et en mobilise les forces, « armé de couraige fructueux » (p. 22). Aussi les grands souverains, Clovis, Charlemagne et bien sûr le « sage roi » apparaissent-ils comme les maîtres de l’histoire, bien que les choses périclitent fréquemment après de tels règnes. L’accent est donc mis sur le savoir et sur le travail des souverains, l’un et l’autre représentés par la multiplicité des opérations de culture.

  • 27 Ce point a été parfaitement analysé par Th. Lasssabatère : « La personnification de la France dans (...)
  • 28 Christine de Pizan, « La Lamentacion sur les maux de la France », éd. A. J. Kennedy, Mélanges de la (...)

30La personnification de la France, sous le nom de Libera, prend ici une consistance particulière27, puisqu’à la proposopée s’ajoute l’évocation pathétique de son aspect physique et de ses gestes. Mais il faut observer que cette représentation de la France est indissociable de la désignation d’un sol, contrée, terre ou verger qui symbolise, tout autant que le personnage lui-même, la permanence de ce que Christine appellera la « congregacion françoise »28, clairement constituée d’hommes de même origine, de leur pays et de leurs traditions, autrement dit la nation : la terre ne périt pas, elle se couvre de friches quand on la néglige, mais reverdit et produit des fruits dès qu’elle se trouve entre de bonnes mains. De multiples images traduisent cette force latente, cette vigueur végétative que le « phisicien propice » (le médecin secourable) sait réveiller (Advision, p. 22) : la répétition des épisodes de dépérissement et de redressement ou de résurrection, à l’opposé des cycles catastrophiques de l’histoire selon la Mutacion, suggère une sorte d’éternité, analogue à celle des forces naturelles.

31Cette permanence française possède des aspects moraux fréquemment soulignés, qu’il s’agisse de la religion des rois très chrétiens, qui trouve son origine dans l’histoire de Clovis, ou des traditions chevaleresques des « princes naturelz non crueulx » de ce pays, que la narratrice de l’Advision évoque en même temps que la découverte de sa nouvelle patrie (p. 15). Il est vrai qu’elle aura plus tard mainte raison de douter de la survie de cette dernière qualité, parmi une noblesse qui par ses trahisons et ses affrontements sans merci en est venue à ressembler à celle de son Italie natale. Dans sa Lamentacion sur les maux de la France (1410), elle appellera les « nobles princes françois » à revenir à eux-mêmes, s’étonnant que Fortune ait véritablement le pouvoir de dénaturer les hommes à ce point, malgré ce que tant de siècles attestent de leur véritable caractère : « […] où est à present le doulz sang naturel d’entre vous, s’écrit-elle, lequel dès oncques seult estre le droit comble de la benignité du monde, de quoy tres les temps anciens sont raemplies toutes autentiques histoires […] » (p. 180). En opposant ainsi la vérité profonde des caractères historiques aux changements que tente d’imposer Fortune, Christine n’ignore pas qu’elle s’adresse à des princes qui, tels le duc de Berry, sont amateurs d’« hystoires nottables » comme de « beaulz livres des sciences morales », ainsi qu’elle le note dans son Charles V (t. I, p. 142).

  • 29 Pour une vue générale sur ces questions, voir par exemple : Genet, J.-Ph. « Histoire et système de (...)

32Dans une époque calamiteuse, c’est précisément la fonction de ces représentations mythiques de la France de magnifier les ressources et les grandes traditions dont la permanence est attestée par dix siècles de monarchie sans intervention étrangère. Les clefs que fournit cette histoire sont celles du présent et surtout de l’avenir. À cet égard, si le travail de Christine s’insère parfaitement dans l’évolution générale de la littérature historique de son temps29, les significations morales et politiques qu’il produit sont relativement précises : ainsi dans l’Advision, avant même les menaçantes prophéties qui, sur fond de références bibliques, vont clore la plainte de Libera, le passé français permet de rappeler tout à la fois les riches capacités du pays, telles qu’il peut les attester, son véritable caractère moral, et la responsabilité de ceux qui ont la charge de le conduire.

Histoire éclatée, histoire malgré tout ?

  • 30 Le Livre du corps de policie, éd. A. J. Kennedy, Paris, Champion, 1998.
  • 31 Dulac, L., « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de policie », Christine 20 (...)

33Cette continuité historique si fortement marquée dans la première partie de l'Advision, s’oppose aussi bien à la diversité des récits de la Mutacion, qu’au statut apparemment conféré à l’histoire dans les œuvres ultérieures de Christine qu’on peut assimiler à des livres d’éducation ou de théorie politique, des miroirs de princes : dans le Livre des fais et bonnes meurs du sage roi Charles V (1404) comme dans le Livre du corps de policie (1407)30 et le Livre de Paix (1413), où l’histoire n’intervient le plus souvent que sous forme d’exemples, les visées didactiques et théoriques sont suffisamment affirmées pour que la représentation des événements passés puisse paraître reléguée au second plan. Je voudrais tenter de montrer brièvement comment et à quelles fins une perspective proprement historique y est cependant maintenue, par des moyens qui varient d’une œuvre à l’autre. Je ne reviendrai pas ici sur le cas du Corps de policie, qui est à cet égard un des plus éclairants31, parce que les exemples y prennent ouvertement le pas sur les spéculations abstraites. Ces portraits et ces micro-récits, empruntés à peu près exclusivement à l’Antiquité, dont l’éclat est rehaussé par une même tonalité admirative, tendent non seulement à instruire, mais aussi à communiquer une sorte d’enthousiasme vertueux, voire héroïque. Ils en acquièrent une réelle unité, qui pour n’être pas narrative mais morale, impose cependant une image cohérente et forte du passé, une certaine vision historique. Que dans d’autres traités de Christine, d’une conception pourtant très différente, on puisse observer des effets analogues tend à prouver combien l’histoire constitue un élément essentiel de son discours didactique.

  • 32 Blanchard, J., « Christine de Pizan, tradition, expérience et traduction », Romania, 111, 1990, p. (...)

34Le caractère mixte du Charles V, à la fois biographie du roi et définition d’un idéal politique, a été plusieurs fois analysé32 et je me contenterai de rappeler sommairement certaines des particularités de cet ouvrage d’un type nouveau qui tendent à faire éclater la continuité de la narration historique. La place prise par les définitions abstraites qui encadrent chacune des parties du livre (celles de la « noblesse de courage », de la chevalerie, de la sagesse philosophique), ainsi que de fréquents développements généraux, notamment sur les connaissances nécessaires à l’exercice du pouvoir, imposent par moments un ordre purement systématique : les chapitres sur la chevalerie suivent par exemple l’ordre de la traduction abrégée du De Regimine principum donnée par Henri de Gauchy, qui sert d’autre part à gloser les actions du roi. On peut noter également que les causes circonstancielles sont volontiers négligées, et parfois explicitement : Christine manifeste quelque dédain pour le détail des chroniques, quand seule lui importe la valeur morale des faits et des paroles. Que des exemples antiques soient évoqués à propos des qualités de Charles n’est pas contraire aux traditions contemporaines du discours historique, puisqu’on les trouve aussi bien dans les Grandes Chroniques de France : ils contribuent à l’héroïsation du « sage roi ». Mais Christine en arrive par moments à les multiplier au point qu’ils finissent par éclipser les traits personnels et les détails biographiques : ainsi la vitupération contre les orgueilleux (t. I, p. 74-79), qui sert à mettre en valeur le prix qu’il faut attacher à la vertu d’humilité chez les souverains, ou l’éloge de la charité (t. i, p. 89-94), prennent une portée générale et détournent l’attention de la figure royale, plus qu’ils ne l’enrichissent.

  • 33 Gaucher, É, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (xiiie-xv (...)
  • 34 Marchello-Nizia, C., « L’historien et son prologue » : Forme littéraire et stratégies discursives » (...)

35À l’opposé, des traits très apparents maintiennent l’ouvrage dans une perspective historique, et semblent même constituer à cet égard des sortes de signaux. Le titre du Livre des fais et bonnes meurs du sage roi Charles V, s’il ne semble pas avoir une valeur générique très nette, sera bientôt repris sous une forme très proche par l’auteur de la vie du maréchal de Boucicaut (entre 1406 et 1409), ouvrage typique d’une certaine forme de biographie chevaleresque, tandis que d’autres détails formels contribueront un temps à accréditer l’attribution à Christine de cet ouvrage essentiellement narratif33. Notons également la présence de la formule de présentation initiale (« Moy Cristine de Pizan, femme soubz les tenebres d’ignorance au regart de cler entendement, mais douée de don de Dieu et nature […] », Charles V, t. I, p. 5), dont le modèle remonte à la Vie de saint Louis par Joinville, ouvrage auquel Christine semble par ailleurs faire référence (t. I, p. 97) : cette formule peut être considérée comme la marque distinctive des ouvrages historiographiques de ce temps34. Mais on prêtera surtout attention à la curieuse dialectique qui amène Christine à mettre en valeur des traits anecdotiques (par exemple à propos de la chute d’un danseur de corde ou de tel mot plaisant de Charles V, t. II, p. 60 et suiv.), des détails qui dans la perspective générale de l’ouvrage valent plus par leur authenticité que par leur signification morale : associés à des souvenirs personnels de Christine, ils rapprochent du lecteur la personne du roi et jouent un rôle opposé à celui des dispositifs qui tendent à constituer le souverain en figure idéale. En fait cette double postulation de l’ouvrage, vers la haute théorie, et vers l’histoire la plus concrète, répond vraisemblablement à deux demandes complémentaires : celle d’un grand modèle, qui se situe très au-dessus d’une actualité médiocre ou désastreuse ; et d’autre part une image plus familière, qui prend valeur de témoignage des succès que le royaume a connus en un temps qui n’est pas trop éloigné, et pourtant si différent.

36Je dirai enfin quelques mots de l’usage de l’histoire dans le dernier traité politique de Christine, le Livre de Paix, une œuvre qui illustre la capacité de notre auteure à renouveler entièrement sa manière sur des questions qu’elle avait déjà maintes fois abordées. Cet ouvrage destiné au dauphin, le duc de Guyenne, a été écrit sous la pression des événements : sa rédaction a été interrompue par la guerre civile et la révolte cabochienne, puis reprise quand une paix précaire est intervenue. Aussi l’histoire à laquelle se réfère Christine est-elle parfois celle qui se déchaîne à sa porte. Cependant pour traiter une fois de plus des vertus nécessaires au prince, la prudence, la magnanimité ou justice, elle use très classiquement d’exemples historiques. Cette fois encore, leur force va provenir de l’unité qu’elle va leur donner, en les constituant comme un ensemble structuré, malgré leur superficielle dispersion. En effet la plupart des exemples positifs sont empruntés au règne de Charles V, qui devient la référence principale, complétée par quelques traits de l’histoire romaine : il était déjà habituel de les placer sur le même plan que les actes du souverain dont Christine avait beaucoup contribué à faire une figure mythique. La présentation de ces exemples en fait un ensemble d’autant plus homogène que la relation que la narratrice établit avec eux est constante : s’adressant au petit-fils du sage roi, elle ne manque pas de souligner qu’elle lui donne comme modèle les actes et les vertus de son aïeul, c’est-à-dire un passé à la fois proche et étrangement lointain, tant les circonstances ont changé. Aussi l’admonestation qu’elle lui adresse est-elle régulièrement scandée d’exclamations comme celle-ci (p. 70) : « O ! doulx Dieux, tres noble seigneur, ymagines un petit, s’il te plaist, quel merveilleuse difference te seroit à veoir l’estat royal de lors à cellui de present. » Une même couleur sentimentale, faite d’admiration et de nostalgie passionnée, baigne ces évocations. Il s’y ajoute l’insistance sur la nécessité de garder en mémoire de tels faits, dont beaucoup paraissent incroyables aux contemporains. Enfin Charles V fait également figure de représentant des vertus traditionnelles de sa lignée : sa valeur s’enracine dans le passé national, dont Christine rappelle une fois de plus la continuité historique, avec la volonté d’y reconnaître une promesse pour l’avenir. La cohésion de cet ensemble exemplaire et sa signification globale sont enfin renforcées par la disposition donnée à un second ensemble qui lui est opposé : les exemples négatifs, nombreux, sont presque tous empruntés à la Bible : rois criminels, orgueilleux et durs pour leurs sujets, princes cruels ou avides, peuple séditieux, de tels exemples ont évidemment valeur prophétique. Ainsi l’histoire intervient avec d’autant plus de force qu’elle porte doublement condamnation du présent.

37En achevant ici cette excursion parmi quelques traités didactiques de Christine, j’ai conscience d’en avoir caractérisé souvent trop sommairement la dimension historique, et aussi d’avoir laissé de côté des œuvres pourtant très significatives à cet égard. C’est le cas du Livre de la cité des dames, qui renoue d’une certaine manière avec l’ambition encyclopédique de la Mutacion, pour considérer le devenir de l’Humanité et ce que nous appellerions le progrès de la civilisation d’un point de vue féminin : autre clef pour l’histoire, et qui n’est pas la moins prometteuse. Quoi qu’il en soit, la matière historique, dont Christine fait un élément essentiel de ses œuvres de persuasion, y apparaît infiniment malléable, car elle se prête à ce renouvellement incessant du style d’argumentation qu’elle pratique pendant une dizaine d’années, dans la période centrale de sa carrière littéraire. Mais l’histoire peut aussi être considérée comme un fonds de référence qu’elle aménage progressivement pour son usage, ce qui favorise les relations entre des œuvres dont l’argumentation s’en trouve confortée, comme le montre la reprise des exemples avancés dans le Charles V, notamment dans le Livre de Paix. Cependant l’essentiel demeure sans doute l’ampleur de la conception utilitaire de l’histoire telle que la pratique Christine, une histoire dont les clefs principales résident dans le temps présent : sa valeur se découvre quand peuvent être établis nombre de rapports efficaces entre le passé et les nécessités les plus actuelles.

Notes

1 Le Livre de l'advision Cristine, éd. Ch. Reno et L. Dulac, Paris, Champion, 2001, p. 3. Nous abrégerons désormais les titres des ouvrages de Christine.

2 Le Chemin de longue étude, éd. et tr. A. Tarnowski, Paris, Le Livre de poche, Lettres gothiques, 2000.

3 Guenée, B. Politique et Histoire au Moyen Âge. Recueil d’études sur l'histoire politique et l'historiographie médiévale (1956-1981), Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, p. 266.

4 Beltran, E., « Christine de Pizan, Jacques Le grand et le Communiloquium de Jean de Galles », Romania, 104, 1983, p. 208-228.

5 Le Livre de la mutacion de Fortune, éd. S. Solente, Paris, Picard, 1959-1966, 4 vol. (SATF).

6 Voir notamment : Margolis, N., The Poetics of History : an analysis of Christine de Pizans Livre de la Mutacion de Fortune, Ph. D., Standford Univ., 1977, et « Christine de Pizan, The Poetess as Historian », Journal of the History of Ideas, 47, 1986, p. 361-375 ; Blanchard, J., « Christine de Pizan : Les raisons de l’histoire », Le Moyen Âge, 42, 1986, p. 417-436 ; Brownlee, K., « The Image of History in Christine de Pizan’s Livre de la mutacion de Fortune », Contexts, Style and Values in Medieval Art and Literature, ed. D. Poirion and N. F. Regalado, New Haven, Yale UP (YFS Special issue), 1991, p. 44-56.

7 Epistre Othea, éd. G. Parussa, Genève, Droz, 1999.

8 The Livre de la paix of Christine of Pisan, éd. Ch. C. Willard, S-Gravenhage, Mouton, 1958.

9 Principalement la seconde rédaction de l'Histoire ancienne jusqu'à César, mais aussi le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, auquel Christine emprunte parfois directement.

10 Œuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. M. Roy, 3 vol., Paris, Firmin Didot, 1886-1890, t. I, p. 13, Les Cent Balades, XII, v. 1-5. À rapprocher par exemple de la conclusion donnée en des termes analogues à l’histoire de Troie, dans la Mutacion (t. III, v. 18135-18140).

11 Voir à ce sujet : Dulac, L., « Entre héroïsation et admonestation : Christine de Pizan et la matière troyenne », à paraître dans Troie et Alexandre, éd. E. Baumgartner et L. Harf-Lancner, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

12 Cropp, G. M., « Christine de Pizan and Alexander the Great », Christine de Pizan 2000 : Studies in honour of Angus J. Kennedy ed. J. Campbell & N. Margolis, Amsterdam, Rodopi, p. 125-134.

13 Le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, Champion, 2 vol., 1936-1940, t. I, p. 220-221.

14 Ibid., t. I, p. 151, 165.

15 Sur l’esprit encyclopédique que recèle cette formule : Ribémont, B., « Christine de Pizan écrivain didactique : la question de l’encyclopédisme », à paraître dans Christine de Pizan écrivain didactique.

16 Mühlethaler, J.-C., « Quand Fortune ce sont les hommes. Aspects de la démythification de la déesse, d’Adam de la Halle à Alain Chartier », La Fortune. Thèmes, représentations, discours, études rassemblées par Y. Foehr-Janssens et E. Métry, Genève, Droz, 2003, p. 177-206.

17 Cropp, G. M., « Boèce et Christine de Pizan », Le Moyen Âge 87, 1981, p. 387-417 ; Paupert, A., « Christine et Boèce. De la lecture à l’écriture, de la réécriture à l’écriture du moi », Contexts and Continuities : Proceedings of the IVth International Colloquium on Christine de Pizan published in honour of Liliane Dulac, éd. A. J. Kennedy, coll. R. Brown-Grant, J. C. Laidlaw, C. Müller, Glasgow Univ. Press, 2002, p. 645-662.

18 Boèce, La Consolation de Philosophie, introduction, traduction et notes par J.-Y. Guillaumin, Paris, Belles Lettres, 2002, p. 40.

19 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. A. Strubel, Paris, Le Livre de Poche, Lettres gothiques, 1992.

20 Mühlethaler, J.-C., « Quand Fortune ce sont les hommes […] », op. cit.

21 Ibid., p. 178.

22 Ibid., p. 179.

23 Genet, J. Ph., « Histoire et système de communication », L'Histoire et ses nouveaux publics dans l'Europe médiévale (xiiie-xve siècle), éd. J.- Ph. Genet, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, surtout p. 25-28.

24 Analyse détaillée de cette métaphore dans : Le Ninan, C., L’écriture du politique dans l'œuvre de de Christine de Pizan, thèse Paris III, 2004, p. 460-475.

25 Isaïe, XVII : la vigne délectable que Iahvé arrose et protège est le symbole d’Israël ; voir également Osée, X : « Israël, vigne envahissante […] ».

26 Buschinger, D., Dulac, L., et Reno, C., « Note sur Clovis chez Christine de Pizan », Speculum Medii Aevi, 2 avril, 1996, p. 9-13.

27 Ce point a été parfaitement analysé par Th. Lasssabatère : « La personnification de la France dans la littérature de la fin du Moyen Âge. Autour d’Eustache Deschamps et de Christine de Pizan », Contexts and Continuities, op. cit., p. 483-504.

28 Christine de Pizan, « La Lamentacion sur les maux de la France », éd. A. J. Kennedy, Mélanges de langue et littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Charles Foulon, Rennes, Univ. de Haute Bretagne, I, 1980, p. 177-185, ici p. 180.

29 Pour une vue générale sur ces questions, voir par exemple : Genet, J.-Ph. « Histoire et système de communication », op. cit., et la bibliographie commentée donnée par É. Gaucher, « Historiographie », Perspectives médiévales. Trente ans de recherches en langues et littératures médiévales, textes réunis par J.-R. Valette, numéro jubilaire, mars 2005, p. 191-211 (principalement p. 208-211).

30 Le Livre du corps de policie, éd. A. J. Kennedy, Paris, Champion, 1998.

31 Dulac, L., « Quelques éléments d’une poétique de l’exemple dans le Corps de policie », Christine 2000, op. cit., p. 91-104 (notes p. 316-317).

32 Blanchard, J., « Christine de Pizan, tradition, expérience et traduction », Romania, 111, 1990, p. 200-235 (surtout p. 213-221).

33 Gaucher, É, La Biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (xiiie-xve siècle), Paris, Champion, 1994 ; Le Livre des fais du bon messire Jehan le Meingre, dit Boucicaut, éd. D. Lalande, Genève, Droz, 1985.

34 Marchello-Nizia, C., « L’historien et son prologue » : Forme littéraire et stratégies discursives », La Chronique et l'Histoire au Moyen Âge, éd. D. Poirion, Paris, Presses de l’Univ. de Sorbonne, 1984, p. 13-25.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540